I. Qui est le plus grand : Dieu ou la Bible ? Quelle est la relation entre Dieu et la Bible ?

1.Pendant de nombreuses années, la lecture de la Bible a constitué le moyen traditionnel de croire pour les gens (les gens du christianisme, l’une des trois grandes religions du monde). Un écart de la Bible signifie un manque de foi dans le Seigneur, un écart de la Bible indique une hétérodoxie, une hérésie, et même quand les gens lisent d’autres livres, ces livres doivent être des commentaires de la Bible. Cela veut dire que si tu dis que tu crois dans le Seigneur, alors tu dois lire la Bible, tu dois manger et boire la Bible, et en dehors de la Bible, tu ne dois pas révérer un livre qui n’a pas de rapport avec la Bible. Si tu le fais, alors tu trahis Dieu. Depuis le temps où il y a la Bible, la foi des gens au Seigneur a été la foi dans la Bible. Au lieu de dire que les gens croient au Seigneur, il vaut mieux dire qu’ils croient dans la Bible ; au lieu de dire qu’ils ont commencé à lire la Bible, il vaut mieux dire qu’ils ont commencé à croire dans la Bible ; et au lieu de dire qu’ils sont revenus devant le Seigneur, il vaut mieux dire qu’ils sont revenus devant la Bible. Ainsi, les gens révèrent la Bible comme si elle était Dieu, comme si elle était leur vie, et perdre la Bible serait la même chose que de perdre leur vie. Les gens révèrent la Bible autant qu’ils révèrent Dieu. Il y en a même qui la considèrent comme supérieure à Dieu. Si les gens n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit, s’ils ne peuvent pas sentir la présence de Dieu, ils peuvent continuer à vivre, mais dès qu’ils perdent la Bible ou ces chapitres et passages célèbres de la Bible, c’est comme s’ils perdaient leur vie. Ainsi, dès que les gens croient dans le Seigneur, ils commencent à lire la Bible et ils mémorisent la Bible. Leur amour du Seigneur et la profondeur de leur foi sont prouvés par la qualité de leur mémorisation. Ceux qui ont lu la Bible et qui peuvent en parler sont tous de bons frères et des sœurs bienveillantes. Pendant toutes ces années, la foi et la loyauté des gens envers le Seigneur ont été mesurées par la profondeur de leur compréhension de la Bible. La plupart des gens ne comprennent tout simplement pas pourquoi ils devraient croire en Dieu ni comment croire en Dieu, et, aveuglément, ils cherchent seulement des indices qui leur permettent de déchiffrer les chapitres de la Bible. Ils n’ont jamais cherché la direction de l’œuvre du Saint-Esprit ; tout le temps, ils ont seulement étudié et examiné la Bible désespérément, et personne n’a jamais découvert une œuvre plus récente du Saint-Esprit en dehors de la Bible, personne ne s’est jamais écarté de la Bible, ni n’a osé déroger à la Bible. Les gens ont étudié la Bible pendant toutes ces années. Ils ont proposé tellement d’explications et ont investi tellement d’efforts. Ils ont aussi beaucoup d’opinions différentes au sujet de la Bible et ils les débattent sans cesse de sorte qu’il existe plus de deux mille dénominations différentes aujourd’hui. Ils cherchent tous des explications spéciales ou des mystères plus profonds dans la Bible. Ils veulent l’explorer et y trouver le contexte de l’œuvre de l’Éternel en Israël ou de Jésus en Judée. Ils cherchent d’autres mystères que personne ne connait. Les gens abordent la Bible avec obsession et avec foi, et personne ne peut être tout à fait clair sur le fond de l’histoire de la Bible ou de son essence. Ainsi, aujourd’hui, les gens ont toujours un sens de magie indescriptible quand on en vient à la Bible ; encore plus, ils sont obsédés par la Bible et croient en elle. Aujourd’hui, tous veulent trouver les prophéties de l’œuvre des derniers jours dans la Bible, ils veulent découvrir quel est l’œuvre de Dieu dans les derniers jours, et quels sont les signes pour les derniers jours. Ainsi, leur culte de la Bible devient plus fervent, et plus les derniers jours approchent, plus ils croient aux prophéties de la Bible, en particulier celles au sujet des derniers jours. Avec une telle croyance aveugle dans la Bible, avec une telle confiance dans la Bible, ils n’ont aucune envie de chercher l’œuvre du Saint-Esprit. Selon les conceptions des gens, seule la Bible peut apporter l’œuvre du Saint-Esprit ; seulement dans la Bible peuvent-ils trouver les traces de Dieu ; seulement dans la Bible sont cachés les mystères de l’œuvre de Dieu ; seule la Bible peut clarifier tout ce qui est de Dieu et toute Son œuvre ; aucun autre livre ou aucune autre personne ne peuvent faire cela ; la Bible peut apporter l’œuvre du ciel sur la terre et la Bible peut inaugurer et conclure les ères. Ces conceptions dérobent aux gens toute inclination à chercher l’œuvre du Saint-Esprit. Et donc, peu importe l’aide que fut la Bible pour les gens dans le passé, elle est devenue un obstacle à l’œuvre récente de Dieu. Sans la Bible, les gens pourraient chercher les traces de Dieu ailleurs, aujourd’hui cependant, Ses traces ont été contrôlées par la Bible, et l’expansion de Son œuvre récente est devenue doublement difficile, et une lutte acharnée. Tout cela provient des chapitres et des passages célèbres de la Bible, et aussi provient des diverses prophéties de la Bible. La Bible est devenue une idole dans l’esprit des gens, une énigme dans leur cerveau, et ils sont tout simplement incapables de croire que Dieu peut œuvrer en dehors de la Bible, que les gens peuvent trouver Dieu en dehors de la Bible, encore moins sont-ils capables de croire que Dieu pourrait déroger à la Bible au cours de l’œuvre finale et recommencer à zéro. Cela est impensable pour les gens ; ils ne peuvent pas y croire ni l’imaginer. La Bible est devenue un grand obstacle à l’acceptation de la nouvelle œuvre de Dieu par les gens et a compliqué l’expansion de cette nouvelle œuvre.

Extrait de « Au sujet de la Bible (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

2. Aujourd’hui, les gens croient que la Bible est Dieu et que Dieu est la Bible. Ainsi, ils croient aussi que toutes les paroles de la Bible sont les seules paroles de Dieu et qu’elles ont toutes été prononcées par Dieu. Ceux qui croient en Dieu pensent même que les soixante-six livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, bien qu’écrits par des hommes, furent dictés sous l’inspiration de Dieu et qu’ils sont une archive des déclarations du Saint-Esprit. Cela est une interprétation erronée des gens et n’est pas complètement en accord avec les faits. En fait, à l’exception des livres de la prophétie, la plus grande partie de l’Ancien Testament est un document historique. Certaines des épîtres du Nouveau Testament proviennent de l’expérience des gens et certaines viennent de l’éclairage du Saint-Esprit ; les épîtres pauliniennes, par exemple, sont nées du travail d’un homme, elles sont toutes le résultat de l’éclairage du Saint-Esprit et elles ont été écrites pour les Églises. Elles étaient des paroles d’exhortation et d’encouragement pour les frères et sœurs des Églises. Elles ne sont pas des paroles prononcées par le Saint-Esprit. Paul ne pouvait pas parler au nom du Saint-Esprit. Il n’était pas un prophète, encore moins avait-t-il les visions qu’a eues Jean. Ses épîtres furent écrites pour les Églises d’Éphèse, de Philadelphie, de Galatie, et pour d’autres Églises. […] Si les gens considèrent que des épîtres ou des paroles comme celles de Paul sont les paroles du Saint-Esprit, et qu’ils les révèrent comme Dieu, alors on peut seulement dire qu’ils manquent de discernement. Parlant plus durement : n’est-ce pas un blasphème ? Comment un homme peut-il parler au nom de Dieu ? Et comment les gens pourraient-ils se prosterner devant l’archive de ses épîtres et les paroles qu’il a prononcées comme si elles étaient un livre saint ou un livre céleste ? Les paroles de Dieu pourraient-elles être prononcées nonchalamment par un homme ? Comment un homme pourrait-il parler au nom de Dieu ?

Extrait de « Au sujet de la Bible (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

3. Plus de gens encore croient que le nouveau travail de Dieu, quel que soit ce travail, doit être corroboré par des prophéties, et que dans chaque étape de ce travail, tous ceux qui Le suivent avec un cœur sincère doivent également recevoir des révélations, autrement le travail ne peut pas être de Dieu. Ce n’est déjà pas une tâche facile pour l’homme de connaitre Dieu. Considérant en plus le cœur absurde de l’homme et sa nature rebelle, suffisante et prétentieuse, il est d’autant plus difficile à l’homme d’accepter la nouvelle œuvre de Dieu. L’homme n’étudie pas la nouvelle œuvre de Dieu avec attention ni ne l’accepte avec humilité ; au contraire, l’homme adopte une attitude de mépris, en attendant les révélations et les conseils de Dieu. N’est-ce pas le comportement de l’homme qui se rebelle et s’oppose à Dieu ? Comment de tels hommes peuvent-ils gagner l’approbation de Dieu ?

Extrait de « Comment l’homme qui a délimité Dieu dans ses conceptions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

4. En Son temps, Jésus a conduit les Juifs et tous ceux qui Le suivaient selon l’œuvre du Saint-Esprit en Lui en ce temps-là. Il n’a pas établi la Bible comme base de ce qu’Il faisait, mais a parlé selon Son œuvre. Il n’a pas prêté attention à ce que dit la Bible ni n’a cherché dans la Bible un chemin sur lequel mener Ses disciples. Dès qu’Il a commencé à travailler, Il a parlé du chemin de la repentance, un mot qui n’est jamais mentionné dans les prophéties de l’Ancien Testament. Non seulement n’a-t-Il pas agi selon la Bible, mais Il a ouvert un nouveau chemin et a fait un nouveau travail. Il n’a jamais fait référence à la Bible dans Sa prédication. Pendant l’ère de la Loi, personne n’avait jamais accompli Ses miracles de guérir les malades et de chasser les démons. De même, Son œuvre, Ses enseignements, et l’autorité et le pouvoir de Ses paroles étaient au-delà des capacités de tout homme durant l’ère de la Loi. Jésus a simplement fait Sa nouvelle œuvre, et même si beaucoup de gens Le condamnèrent en utilisant la Bible, utilisant l’Ancien Testament pour Le crucifier même, Son œuvre surpassait l’Ancien Testament ; s’il n’en était pas ainsi, pourquoi les gens L’ont-ils cloué sur la croix ? N’est-ce pas parce que l’Ancien Testament ne dit rien de Son enseignement, de Sa capacité de guérir les malades et de chasser les démons ? Son œuvre était d’ouvrir un nouveau chemin, non de volontairement chercher noise à propos de la Bible ou de volontairement mettre l’Ancien Testament de côté. Il est tout simplement venu faire Son ministère, apporter la nouvelle œuvre à ceux qui L’attendaient et Le cherchaient. Il n’est pas venu expliquer l’Ancien Testament ou confirmer l’œuvre de l’Ancien Testament. Son œuvre n’avait pas le but de permettre à l’ère de la Loi de continuer à se développer, car Son œuvre ne cherchait pas à se fonder sur la Bible ; Jésus est tout simplement venu faire le travail qu’Il devait faire. Ainsi, Il n’a pas expliqué les prophéties de l’Ancien Testament, et Il n’a pas travaillé selon les paroles de l’ère de la Loi de l’Ancien Testament. Il a ignoré l’Ancien Testament. Il ne s’est pas soucié de savoir s’il confirmait Son travail ou non ni ne s’est intéressé à ce que les autres connaissaient de Son travail ou s’ils le condamnaient. Il a simplement continué à faire le travail qu’Il devait faire, même si beaucoup de gens utilisaient les prévisions des prophètes de l’Ancien Testament pour Le condamner. Pour les gens, il semblait que Son œuvre n’avait aucune base. Une bonne partie de Son œuvre était en contradiction avec l’Ancien Testament. Cela n’est-il pas une folie ? La doctrine doit-elle s’appliquer à l’œuvre de Dieu ? Et doit-elle être fidèle aux prévisions des prophètes ? Après tout, qui est le plus grand ? Dieu ou la Bible ? Pourquoi l’œuvre de Dieu doit-elle être conforme à la Bible ? Serait-il possible que Dieu n’ait pas le droit de dépasser la Bible ? Dieu ne peut-Il pas déroger à la Bible et accomplir une autre œuvre ? Pourquoi Jésus et Ses disciples n’ont-ils pas observé le sabbat ? S’Il devait observer le sabbat et pratiquer selon les commandements de l’Ancien Testament, pourquoi Jésus n’a-t-Il pas observé le sabbat quand Il est venu, mais à la place, a lavé les pieds, a couvert la tête, a rompu le pain et bu du vin ? Tout cela n’est-il pas absent des commandements de l’Ancien Testament ? Si Jésus honorait l’Ancien Testament, pourquoi a-t-Il défié ces doctrines ? Tu dois savoir qui est venu en premier, Dieu ou la Bible ! Étant le Seigneur du Sabbat, ne pourrait-Il pas être aussi le Seigneur de la Bible ?

[…] Il a dit : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. » Ainsi, conformément à ce qu’Il a accompli, la doctrine a été sérieusement mise de côté. Pendant le sabbat, quand Il a amené les disciples dans un champ de blé, ils ont cueilli et mangé des épis : Il n’a pas observé le sabbat, et a dit : « Le Fils de l’homme est maître du sabbat. » En ce temps-là, selon les lois des Israélites, quiconque n’observait pas le sabbat devait être lapidé à mort. Jésus, cependant, n’est pas entré dans le temple ni n’a observé le sabbat, et Son œuvre n’a pas été fait par l’Éternel pendant le temps de l’Ancien Testament. Ainsi, l’œuvre de Jésus a dépassé la loi de l’Ancien Testament. Il était supérieur, non en accord avec l’Ancien Testament. Au cours de l’ère de la Grâce, Jésus n’a pas travaillé conformément à la loi de l’Ancien Testament. Il a défié ces doctrines. Aujourd’hui, certaines gens adhèrent encore à la Bible et à la loi de l’Ancien Testament en particulier. Cela nie l’œuvre de Jésus, n’est-ce pas ? Certains disent : « La Bible est un livre saint, et il faut la lire. » Certains disent : « L’œuvre de Dieu doit toujours être observée, l’Ancien Testament est l’alliance de Dieu avec les Israélites, elle ne peut pas être supprimée, et le sabbat doit toujours être observé ! » Ne sont-ils pas ridicules ? Pourquoi Jésus n’a-t-Il pas observé le sabbat ? A-t-Il péché ? Qui peut comprendre cela ?

Extrait de « Au sujet de la Bible (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

5. Les paroles et le travail de Jésus à l’époque ne tenaient pas à la doctrine, et Il n’a pas réalisé Son travail en accord avec le travail de la loi de l’Ancien Testament. Il était en accord avec le travail qui devait être fait à l’ère de la Grâce. Il a travaillé en fonction du travail qu’Il avait commencé, selon Son propre plan et Son ministère ; Il n’a pas travaillé conformément à la loi de l’Ancien Testament. Rien de ce qu’Il a fait n’était selon la loi de l’Ancien Testament et Il n’était pas venu travailler pour accomplir les paroles des prophètes. Chaque étape de l’œuvre de Dieu n’avait pas expressément le but d’accomplir les prédictions des anciens prophètes, et Il ne vint pas pour se conformer à la doctrine ou pour délibérément réaliser les prédictions des anciens prophètes. Et pourtant, Ses actions n’ont pas perturbé les prédictions des anciens prophètes, pas plus qu’elles n’ont dérangé le travail qu’Il avait fait auparavant. Le point saillant de Son travail n’était pas de respecter la doctrine, mais de faire le travail qu’Il devait faire Lui-même. Il n’était pas un prophète ou un voyant, mais un Dieu pratique qui était réellement venu faire le travail qu’Il devait faire, et Il est venu ouvrir Sa nouvelle ère et réaliser Son nouveau travail. Bien sûr, quand Jésus est venu faire Son travail, Il a également accompli plusieurs des paroles prononcées par les anciens prophètes de l’Ancien Testament. Pareillement, le travail d’aujourd’hui a accompli les prédictions des anciens prophètes de l’Ancien Testament. Tout simplement, Je n’affiche pas ce « vieil almanach jauni », c’est tout. Car J’ai plus de travail à faire, J’ai plus à vous dire, et ce travail et ces mots sont beaucoup plus importants que d’expliquer des passages de la Bible qui est un travail sans grande importance et sans grande valeur pour vous, qui ne peut pas vous aider, ou vous transformer. Je compte faire un nouveau travail, non pour accomplir un passage de la Bible. Si Dieu venait sur terre pour accomplir les paroles des anciens prophètes de la Bible, alors qui serait le plus grand, Dieu incarné ou ces anciens prophètes ? Après tout, les prophètes dirigent-ils Dieu ou Dieu dirige-t-Il les prophètes ? Comment expliques-tu ces mots ?

Extrait de « Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair

6. L’œuvre de Dieu continue à progresser, et, bien que le but de Son œuvre reste immuable, les moyens qu’Il utilise pour travailler changent constamment, et donc changent également ceux qui suivent Dieu. Plus Dieu travaille, mieux l’homme en vient à connaitre Dieu et le tempérament de l’homme change conformément à Son œuvre. Cependant, parce que le travail de Dieu change constamment, ceux qui ne connaissent pas l’œuvre du Saint-Esprit et ces hommes absurdes qui ne connaissent pas la vérité deviennent les adversaires de Dieu. L’œuvre de Dieu n’est jamais conforme aux conceptions de l’homme, car Son travail est toujours nouveau, jamais vieux. Il ne répète jamais le travail du passé, mais fonce plutôt, accomplissant un travail inédit. Comme Dieu ne répète pas Son travail et l’homme juge toujours l’œuvre de Dieu aujourd’hui sur la base de Son travail du passé, il est extrêmement difficile pour Dieu de mener à bien chaque étape de travail de la nouvelle ère. L’homme présente beaucoup trop d’obstacles ! La pensée de l’homme est trop rigide ! Aucun homme ne connaît le travail de Dieu, mais ils définissent tous ce travail. Éloigné de Dieu, l’homme perd la vie, la vérité et les bénédictions de Dieu, pourtant, l’homme n’accepte pas non plus la vie, la vérité, encore moins les plus grandes bénédictions que Dieu accorde à l’humanité. Tous les hommes veulent mieux connaitre Dieu, mais sont incapables de tolérer tout changement dans le travail de Dieu. Ceux qui n’acceptent pas le nouveau travail de Dieu croient que le travail de Dieu est immuable et que le travail de Dieu reste éternellement au point mort. Selon leur croyance, il suffit d’observer la loi pour obtenir le salut éternel de Dieu, et, aussi longtemps qu’ils se repentent et confessent leurs péchés, la volonté de Dieu sera toujours satisfaite. Ils sont d’avis que Dieu ne peut être que le Dieu de la loi et le Dieu qui a été cloué sur la croix pour l’homme ; ils pensent également que Dieu ne devrait pas et ne peut pas dépasser la Bible. Ce sont précisément ces opinions qui les ont enchaînés fermement à la loi du passé et les ont entravés par des règlements rigides.

Extrait de « Comment l’homme qui a délimité Dieu dans ses conceptions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

7. Tous les Juifs du temps lisaient l’Ancien Testament et connaissaient la prophétie d’Ésaïe au sujet d’un enfant mâle qui naîtrait dans une mangeoire. Pourquoi alors, sachant cela, ont-ils quand même persécuté Jésus ? N’est-ce pas à cause de leur nature rebelle et de leur ignorance de l’œuvre du Saint-Esprit ? En ce temps-là, les pharisiens croyaient que le travail de Jésus était différent de ce qu’ils savaient de l’enfant mâle annoncé par la prophétie ; l’homme d’aujourd’hui rejette Dieu parce que le travail de Dieu incarné n’est pas conforme à la Bible. L’essence de leur rébellion contre Dieu n’est-elle pas une seule et même chose ? Te serait-il possible d’accepter sans question tout le travail du Saint-Esprit ? Si c’est l’œuvre du Saint-Esprit, alors c’est le bon « courant ». Tu devrais l’accepter sans la moindre appréhension au lieu de trier et choisir ce qu’il faut accepter. Si tu reçois une connaissance de Dieu et te méfies de Lui, ne démontres-tu pas une attitude vraiment déplacée ? Ce que tu dois faire, c’est accepter tout travail tant qu’il est celui du Saint-Esprit, sans le besoin d’une corroboration de la Bible, car tu crois en Dieu pour suivre Dieu, non pour mener une enquête à Son sujet. Tu ne devrais pas chercher une preuve supplémentaire à Mon sujet pour montrer que Je suis ton Dieu. Au contraire, tu devrais discerner si Je te suis d’un bienfait quelconque. Cela est la clé. Même si tu as trouvé des preuves irréfutables dans la Bible, cela ne peut pas te conduire complètement devant Moi. Tu vis à l’intérieur des limites de la Bible, et non devant Moi ; la Bible ne peut pas t’aider à Me connaitre ni approfondir ton amour pour Moi. […] L’œuvre de Dieu dans chaque ère a des limites claires ; Il ne fait que l’œuvre de l’ère actuelle et ne réalise jamais à l’avance l’œuvre de l’étape suivante. Ce n’est que de cette manière que Son œuvre représentative de chaque ère peut être mise en évidence. Jésus a parlé uniquement des signes des derniers jours, de la manière d’être patient et d’être sauvé, de se repentir et de se confesser, aussi de la manière de porter la croix et d’endurer la souffrance. Il n’a jamais dit comment l’homme devait entrer dans les derniers jours ni comment chercher à satisfaire la volonté de Dieu. Donc, ne serait-ce pas un acte erroné de chercher dans la Bible l’œuvre de Dieu les derniers jours ? Que peux-tu apprendre en tenant simplement la Bible dans tes mains ? Qu’il soit un exégète de la Bible ou un prédicateur, qui peut connaitre d’avance l’œuvre d’aujourd’hui ?

Extrait de « Comment l’homme qui a délimité Dieu dans ses conceptions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

8. Les pharisiens juifs ont utilisé la loi de Moïse pour condamner Jésus. Ils ne cherchaient pas la compatibilité avec le Jésus de l’époque, mais suivaient la loi consciencieusement et à la lettre, au point qu’ils ont finalement cloué l’innocent Jésus sur la croix, L’ayant accusé de ne pas suivre la loi de l’Ancien Testament et de ne pas être le Messie. Quelle était leur essence ? N’était-ce pas qu’ils ne cherchaient pas la voie de la compatibilité avec la vérité ? Ils étaient obsédés par chacune des paroles des Écritures, ne prêtant aucune attention à Ma volonté et aux étapes et méthodes de Mon œuvre. Ce n’était pas des gens qui cherchaient la vérité, mais des gens qui s’accrochaient aux mots avec rigidité ; ce n’était pas des gens qui croyaient en Dieu, mais des gens qui croyaient en la Bible. Dans le fond, ils étaient les chiens de garde de la Bible. Afin de sauvegarder les intérêts de la Bible, de défendre la dignité de la Bible et de protéger la réputation de la Bible, ils sont allés jusqu’à clouer le miséricordieux Jésus sur la croix. Ils l’ont fait simplement pour la défense de la Bible et par souci de maintenir le statut de chacune des paroles de la Bible dans le cœur des gens. Donc, ils ont préféré renoncer à leur avenir et au sacrifice d’expiation pour condamner à mort Jésus qui ne S’était pas conformé à la doctrine des Écritures, à la mort. N’étaient-ils pas des laquais de chacune des paroles des Écritures ?

Et qu’en est-il des peuples aujourd’hui ? Le Christ est venu pour annoncer la vérité, mais ils ont préféré L’expulser de l’humanité afin de gagner l’entrée au ciel et de recevoir la grâce. Ils ont plutôt préféré nier complètement l’avènement de la vérité afin de sauvegarder les intérêts de la Bible et préféré clouer de nouveau à la croix le Christ revenu dans la chair afin d’assurer l’existence éternelle de la Bible. […] L’homme cherche la compatibilité avec les mots, avec la Bible, pourtant pas une seule personne ne vient devant Moi pour chercher le chemin de la compatibilité avec la vérité. L’homme regarde vers Moi dans le ciel et accorde un intérêt particulier à Mon existence dans le ciel, pourtant personne ne se soucie de Moi dans la chair, car Moi, qui vis parmi les hommes, Je suis simplement trop insignifiant. Ceux qui cherchent seulement la compatibilité avec les paroles de la Bible, et qui cherchent seulement la compatibilité avec un Dieu vague, constituent un spectacle désolant à Mes yeux. C’est parce qu’ils adorent des paroles vides de sens et un Dieu qui est capable de leur donner des trésors immenses. Ce qu’ils adorent c’est un Dieu qui Se laisse Lui-même à la merci de l’homme et qui n’existe pas. Qu’est-ce que de telles personnes peuvent alors gagner de Moi ? L’homme est tout simplement trop humble pour les mots. Ceux qui sont contre Moi, qui M’adressent des demandes illimitées, qui n’aiment pas la vérité, qui se rebellent contre Moi, comment pourraient-ils être compatibles avec Moi ?

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », dans La Parole apparaît dans la chair

9. Il y en a qui disent qu’ils sont compatibles avec Moi, mais qui adorent tous de vagues idoles. Bien qu’ils reconnaissent Mon nom comme saint, ils empruntent un chemin qui est opposé au Mien, et leurs paroles sont pleines d’arrogance et d’assurance parce que, au fond, ils sont tous contre Moi et incompatibles avec Moi. Chaque jour, ils cherchent des traces de Moi dans la Bible et trouvent au hasard des passages « appropriés », qu’ils lisent sans cesse et qu’ils récitent comme les Écritures. Ils ne savent pas comment être compatibles avec Moi, ne savent pas ce que cela signifie d’être en inimitié envers Moi et ils lisent simplement les Écritures aveuglément. Ils se bornent à définir dans la Bible un Dieu vague qu’ils n’ont jamais vu, et qu’ils sont incapables de voir, et la sortent pour la regarder pendant leur temps libre. Ils ne croient en Mon existence que dans le cadre de la Bible. Pour eux, Je suis identique à la Bible ; sans la Bible Je n’existe pas et sans Moi il n’y a pas de Bible. Ils ne prêtent aucune attention à Mon existence ou à Mes actions, mais accordent plutôt une attention soutenue et particulière à chacune des paroles des Écritures, et beaucoup d’entre eux pensent même que Je ne devrais pas faire ce que Je veux faire, à moins que ce ne soit prédit dans les Écritures. Ils accordent trop d’importance aux Écritures. On peut dire qu’ils considèrent que les paroles et les expressions sont trop importantes, au point qu’ils utilisent les versets de la Bible pour mesurer chaque parole que Je prononce et pour Me condamner. Ils ne recherchent pas la voie de la compatibilité avec Moi, ou la voie de la compatibilité avec la vérité, mais plutôt la voie de la compatibilité avec les paroles de la Bible, et ils croient que tout ce, sans exception, qui ne se conforme pas à la Bible n’est pas Mon œuvre. De tels hommes ne sont-ils pas les fidèles descendants des pharisiens ?

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », dans La Parole apparaît dans la chair

10. Ceux qui ne se soucient que des paroles de la Bible, qui sont indifférents à la vérité ou à la recherche de Mes pas, ceux-là sont contre Moi, car ils Me limitent selon la Bible et Me confinent à la Bible, et sont donc des blasphémateurs à l’extrême envers Moi. Comment de telles personnes pourraient-elles venir devant Moi ? Elles ne prêtent aucune attention à Mes actes, à Ma volonté, ou à la vérité, mais sont plutôt obsédées par les paroles, les paroles qui tuent. Comment de telles personnes pourraient-elles être compatibles avec Moi ?

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », dans La Parole apparaît dans la chair

11. La Bible est une archive historique de l’œuvre de Dieu en Israël. Elle documente la plupart des prédictions des anciens prophètes, ainsi que quelques-unes des paroles de l’Éternel dans Son œuvre en ce temps-là. Ainsi, tous les gens considèrent ce livre comme saint, car Dieu est saint et grand. Bien sûr, tout cela est le fruit de leur vénération de l’Éternel et de leur adoration de Dieu. Les gens se réfèrent à ce livre de cette manière seulement parce que les créatures de Dieu adorent leur Créateur avec conviction. Certains même appellent ce livre un livre céleste. En fait, ce n’est qu’un document humain. L’Éternel ne l’a pas nommé personnellement ni n’a guidé Sa création personnellement. En d’autres termes, Dieu n’est pas l’auteur de ce livre. Les hommes le sont. La sainte Bible est seulement le titre respectueux que l’homme lui a donné. Ce titre n’est pas la conclusion d’une discussion entre l’Éternel et Jésus. Il n’est rien de plus qu’une idée humaine, car ce livre n’a pas été écrit par l’Éternel, encore moins par Jésus. Plutôt, il contient les rapports des nombreux anciens prophètes, des apôtres et des visionnaires, qui ont été compilés par les générations suivantes dans un livre d’écrits anciens. Pour les gens, ce livre semble particulièrement saint, un livre qui contient de nombreux mystères insondables et profonds que les générations suivantes doivent comprendre.

Extrait de « Au sujet de la Bible (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

12. L’Ancien Testament est l’œuvre de Dieu à l’ère de la Loi. L’Ancien Testament de la Bible rapporte toute l’œuvre de l’Éternel pendant l’ère de la Loi et Son œuvre de création. Il rapporte l’œuvre accompli par l’Éternel, et il termine le rapport de l’œuvre de l’Éternel par le livre de Malachie. L’Ancien Testament rapporte deux parties de l’œuvre accompli par Dieu : une partie est l’œuvre de la création et l’autre est le décret de la loi. Les deux sont l’œuvre accompli par l’Éternel. L’ère de la loi représente l’œuvre de Dieu accomplie sous le nom de l’Éternel Dieu. C’est l’œuvre entier effectué principalement sous le nom de l’Éternel. Ainsi, l’Ancien Testament rapporte l’œuvre de l’Éternel et le Nouveau Testament rapporte l’œuvre de Jésus, œuvre qui a été réalisée principalement sous le nom de Jésus. La signification du nom de Jésus et Son travail sont consignés pour la plus grande part dans le Nouveau Testament. À l’ère de la Loi de l’Ancien Testament, l’Éternel a construit le temple et l’autel en Israël. Il a guidé la vie des Israélites sur la terre, ce qui prouve qu’ils étaient Son peuple élu, le premier groupe de gens qu’Il choisit sur la terre et qui étaient selon Son propre cœur, le premier groupe qu’Il a dirigé personnellement ; autrement dit, les douze tribus d’Israël furent le premier groupe de gens choisis par l’Éternel, et ainsi Il a toujours travaillé en eux, jusqu’au moment où l’œuvre de l’Éternel de l’ère de la Loi fut terminé. La deuxième étape d’œuvre fut l’œuvre de l’ère de la Grâce du Nouveau Testament et fut réalisée au sein de la tribu de Juda, une des douze tribus d’Israël. La portée du travail était moins ample parce que Jésus était Dieu fait chair. Jésus a travaillé seulement dans le pays de Judée et a seulement travaillé trois ans et demi ; ainsi, ce qui est inclus dans le Nouveau Testament est loin de pouvoir dépasser la quantité d’œuvre dans l’Ancien Testament. L’œuvre de Jésus à l’ère de la Grâce est principalement rapporté dans les quatre Évangiles. Le chemin des gens de l’ère de la Grâce les a conduits aux changements les plus superficiels de leur tempérament de vie, dont la plupart sont rapportés dans les épitres.

Extrait de « Au sujet de la Bible (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

13. Les Évangiles du Nouveau Testament furent écrits de vingt à trente ans après que Jésus fut crucifié. Avant cela, le peuple d’Israël ne lisait que l’Ancien Testament. Autrement dit, au début de l’Ère de la Grâce les gens lisaient l’Ancien Testament. Le Nouveau Testament est seulement apparu au cours de l’ère de la Grâce. Le Nouveau Testament n’existait pas quand Jésus travaillait ; après qu’Il fut ressuscité et monté au ciel, les gens ont mis Son œuvre par écrit. C’est alors que les quatre Évangiles, les épîtres de Paul et de Pierre, ainsi que le livre de l’Apocalypse furent écrits. Un peu plus de trois cents ans après que Jésus fut monté au ciel, les générations suivantes ont collationné tous ces écrits, et alors est né le Nouveau Testament. Le Nouveau Testament fut complété après ce travail ; il n’existait pas auparavant. […] On peut dire que ce qu’ils ont écrit été selon leur niveau d’éducation et selon la qualité humaine. Ils ont documenté les expériences des hommes, et chacun avait sa propre manière de documenter et de connaître, et chaque documentation était différente. Ainsi, si tu adores la Bible comme Dieu, tu es extrêmement ignorant et stupide !

Extrait de « Au sujet de la Bible (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

14. Ce qui est rapporté dans la Bible est limité et ne peut pas représenter toute l’œuvre de Dieu. Les quatre Évangiles ont moins d’une centaine de chapitres au total qui racontent un nombre limité d’évènements, tels que Jésus maudissant le figuier ; Pierre reniant Jésus trois fois ; Jésus apparaissant aux disciples après Sa crucifixion et Sa résurrection ; l’enseignement sur le jeûne, la prière, le divorce ; la naissance et la généalogie de Jésus ; le choix des disciples par Jésus ; etc. Cependant les hommes les valorisent comme des trésors, les comparant même avec l’œuvre d’aujourd’hui. Ils croient même que toute l’œuvre que Jésus a accomplie dans Sa vie n’atteignait qu’une certaine quantité, comme si Dieu n'était capable de faire que cela et rien de plus. N'est-ce pas absurde ?

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

15. En lisant la Bible, les gens peuvent aussi découvrir plusieurs chemins de vie qu’on ne peut pas trouver dans d’autres livres. Ces chemins sont les chemins de vie de l’œuvre du Saint-Esprit expérimenté par les prophètes et les apôtres dans les siècles passés, et plusieurs paroles sont précieuses et peuvent fournir aux gens ce dont ils ont besoin. Ainsi, tous les gens aiment lire la Bible. Parce que tellement de choses restent cachées dans la Bible, les gens la considèrent différemment des écrits des grands personnages spirituels. La Bible est un document et un recueil des expériences et des connaissances des gens qui ont servi l’Éternel et Jésus dans l’ancienne et la nouvelle ère, et donc les générations suivantes ont pu en tirer beaucoup d’éclairage et d’illumination, ainsi que des chemins de pratique. La Bible a plus de valeur que les écrits de tout grand personnage spirituel parce que tous les écrits de ces personnages sont fondés sur la Bible, toutes leurs expériences proviennent de la Bible, et tous expliquent la Bible. Et donc, bien que les gens soient bien approvisionnés par les livres d’un grand personnage spirituel, ils révèrent toujours la Bible, car elle leur semble de si grande valeur et si profonde ! Bien que la Bible rassemble quelques-uns des livres des paroles de vie, tels que les épitres pauliniennes et pétriniennes, et bien que les gens puissent être approvisionnés et soutenus par ces livres, ils sont quand même dépassés, ils appartiennent à l’ère ancienne, et, peu importe leur valeur, ils ne conviennent que pour une période et ne sont pas éternels. L’œuvre de Dieu progresse toujours, et elle ne peut pas simplement s’arrêter à l’époque de Paul et de Pierre, ou toujours rester à l’ère de la Grâce dans laquelle Jésus a été crucifié. Et donc, ces livres ne conviennent que pour l’ère de la Grâce, non pour l’ère du Règne des derniers jours. Ils ne peuvent servir qu’aux croyants de l’ère de la Grâce, non aux saints de l’ère du Règne, et, peu importe leur valeur, ils sont dépassés. Il en est de même avec l’œuvre de création de l’Éternel ou de Son œuvre en Israël : peu importe la grandeur de cette œuvre, elle était toujours dépassé, et le temps de sa fin viendrait. L’œuvre de Dieu est aussi la même : elle est grand, mais viendra un moment où elle se terminera. Le travail de Dieu est aussi le même : il est grand, mais viendra un moment où il se terminera, ne pouvant continuer toujours au sein de la création pas plus que de la crucifixion. Peu importe que l’œuvre de la crucifixion ait été si convaincant, peu importe qu’elle ait été efficace dans la défaite de Satan, après tout, une œuvre reste une œuvre, et les ères ne sont que des ères. L’œuvre ne peut pas toujours garder la même fondation et le temps n’est pas immuable, car il y eut la création et il doit y avoir les derniers jours. Cela est inévitable ! Ainsi, aujourd’hui, les paroles de vie dans le Nouveau Testament – les épitres des apôtres et les quatre Évangiles – sont devenues des livres historiques, elles sont devenues de vieux almanachs. Comment ces vieux almanachs pourraient-ils conduire les gens dans la nouvelle ère ? Peu importe que ces almanachs puissent donner la vie aux gens, peu importe qu’ils puissent mener les gens à la croix, ne sont-ils pas dépassés ? Ne sont-ils pas dénués de valeur ?

Extrait de « Au sujet de la Bible (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

16. La Bible n’est rien de plus qu’un document historique de l’œuvre de Dieu et un témoignage des deux étapes précédentes de l’œuvre de Dieu. Elle n’offre aucune compréhension des objectifs de l’œuvre de Dieu. Quiconque a lu la Bible sait qu’elle documente les deux étapes de l’œuvre de Dieu pendant l’ère de la Loi et de l’ère de la Grâce. L’Ancien Testament raconte l’histoire d’Israël et de l’œuvre de l’Éternel depuis la création jusqu’à la fin de l’ère de la Loi. Le Nouveau Testament raconte l’œuvre de Jésus sur la terre, le contenu des quatre Évangiles, et le travail de Paul. Ne sont-ils pas des documents historiques ? Le rappel des choses du passé aujourd’hui en font des documents historiques, et, peu importe leur véracité ou leur réalité, ils sont encore historiques, et l’histoire ne peut pas répondre au présent, car Dieu ne retourne pas à l’histoire ! Et donc, si tu comprends seulement la Bible et non l’œuvre que Dieu a l’intention de faire aujourd’hui, et si tu crois en Dieu, mais ne cherches pas l’œuvre du Saint-Esprit, alors tu ne comprends pas ce que chercher Dieu signifie. Si tu lis la Bible afin d’étudier l’histoire d’Israël, à la recherche de l’histoire de la création de tous les cieux et de la terre par Dieu, alors tu ne crois pas en Dieu. Mais aujourd’hui, puisque tu crois en Dieu et cherches la vie, puisque tu cherches la connaissance de Dieu et non des lettres et des doctrines mortes ou une compréhension de l’histoire, tu dois chercher la volonté de Dieu aujourd’hui et la direction de l’œuvre du Saint-Esprit. Si tu étais un archéologue, tu pourrais lire la Bible, mais tu ne l’es pas. Tu es l’un de ceux qui croient en Dieu et tu ferais mieux de chercher la volonté de Dieu aujourd’hui.

Extrait de « Au sujet de la Bible (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

17. Si tu veux voir l’œuvre de l’ère de la Loi, voir comment les Israélites ont suivi le chemin de l’Éternel, alors tu dois lire l’Ancien Testament ; si tu veux comprendre l’œuvre de l’ère de la Grâce, alors tu dois lire le Nouveau Testament. Mais comment peux-tu voir l’œuvre des derniers jours ? Tu dois accepter la direction du Dieu d’aujourd’hui et entrer dans l’œuvre d’aujourd’hui, car c’est une nouvelle œuvre et personne ne l’a écrit à l’avance dans la Bible. Aujourd’hui, Dieu est devenu chair et a choisi d’autres élus en Chine. Dieu œuvre dans ces gens, Il continue Son œuvre sur la terre, continue l’œuvre de l’ère de la Grâce. L’œuvre d’aujourd’hui est un chemin que l’homme n’a jamais foulé et une voie que personne n’a jamais vue. C’est une œuvre qui n’a jamais été faite auparavant, c’est l’œuvre de Dieu la plus récente sur la Terre. Ainsi, une œuvre qui n’a jamais été fait auparavant n’est pas dans l’histoire, car le présent est le présent et n’est toujours pas devenu le passé. Les gens ne savent pas que Dieu a fait une nouvelle œuvre plus grande sur la terre, à l’extérieur d’Israël, que ce travail dépasse déjà Israël et les prévisions des prophètes, que c’est une œuvre nouvelle et merveilleuse en dehors des prophéties, une œuvre plus récente au-delà d’Israël, une œuvre que les gens ne peuvent ni percevoir ni imaginer. Comment la Bible pourrait-elle rapporter explicitement ce travail ? Qui aurait pu écrire à l’avance chaque petite partie du travail d’aujourd’hui, sans omissions ? Qui pourrait rapporter ce travail plus puissant et plus sage qui défie les conventions du vieux livre moisi ? L’œuvre d’aujourd’hui ne fait pas partie de l’histoire, et ainsi, si tu veux emprunter le nouveau chemin d’aujourd’hui, alors tu dois sortir de la Bible, tu dois dépasser les livres de prophéties ou d’histoire dans la Bible. Alors seulement pourras-tu bien cheminer sur le nouveau chemin, et alors seulement pourras-tu entrer dans le nouveau domaine et la nouvelle œuvre. Tu dois comprendre pourquoi, aujourd’hui, Il t’est demandé de ne pas lire la Bible, pourquoi Il existe une autre œuvre séparée de la Bible, pourquoi Dieu ne cherche pas de nouvelles pratiques plus détaillées dans la Bible et pourquoi une plus grande œuvre existe à l’extérieur de la Bible. Vous devez comprendre tout cela.

Extrait de « Au sujet de la Bible (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

18. Dieu pouvait avoir un nouveau début pendant la majeure partie de l’œuvre qu’Il voulait faire et les choses qu’Il voulait dire. Une fois qu’Il eut commencé, Il ne mentionna plus Son œuvre antérieure ni ne la poursuivit. Car Dieu détenait Ses principes dans Son œuvre. Quand Il décida de commencer une nouvelle œuvre, ce fut quand Il voulut impliquer le genre humain dans une nouvelle étape de Son œuvre et quand Son œuvre était entrée dans une phase supérieure. Si le peuple continuait d’agir selon les vieux énoncés ou les vieilles règles et continuait de s’y accrocher, Il ne se rappelait pas ceci ni ne le louait. C’était parce qu’Il avait déjà entamé une nouvelle œuvre et était entré dans une nouvelle phase de Son œuvre. Quand Il initia Sa nouvelle œuvre, Il apparut à l’humanité avec une image totalement nouvelle, depuis un angle complètement différent et d’une manière parfaitement inhabituelle afin que le peuple puisse distinguer différents aspects de Son tempérament et de ce qu’Il a et est. C’était l’un de Ses objectifs dans Sa nouvelle œuvre. Dieu ne s’accroche pas au passé ou n’emprunte pas de chemins battus ; quand Il travaille et qu’Il s’exprime, ce n’est pas aussi inaccessible que les gens l’imaginent. Avec Dieu, tout est liberté et émancipation, il n’y a pas d’interdiction, pas de contrainte, ce qu’Il apporte à l’humanité n’est que liberté et libération. Il est un Dieu vivant, un Dieu qui réellement, véritablement existe. Il n’est pas une marionnette ou une sculpture en argile et Il est totalement différent des idoles que les gens adulent et vénèrent. Il est vivant et vif, ce que Ses paroles et Son œuvre apportent aux humains n’est que vie et lumière, liberté et libération, parce qu’Il détient la vérité, la vie et le chemin. Il n’est limité par rien dans Son œuvre.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

19. En son temps, Jésus a déclaré que le travail de l’Éternel avait pris du retard dans l’ère de la Grâce, tout comme Je dis aujourd’hui que le travail de Jésus a pris du retard. S’il n’y avait eu que l’ère de la Loi, et non l’ère de la Grâce, Jésus ne pourrait pas avoir été crucifié et ne pourrait pas avoir racheté l’humanité entière. S’il n’y avait eu que l’ère de la Loi, l’humanité aurait-elle pu éventuellement progresser jusqu’à ce jour ? L’histoire progresse. L’histoire n’est-elle pas la loi naturelle de l’œuvre de Dieu ? Cela n’est-il pas une description de Sa gestion de l’homme dans l’univers entier ? L’histoire progresse, ainsi que l’œuvre de Dieu, et la volonté de Dieu change continuellement. Il serait peu pratique pour Dieu de s’en tenir à une seule étape de travail pendant six mille ans, car tout homme sait qu’Il est toujours nouveau, et jamais vieux. Il ne pouvait pas en rester à un travail semblable à la crucifixion, et une fois, deux fois, trois fois… être cloué sur la croix. Cela est la perception d’un homme absurde. Dieu ne fait pas le même travail. Son travail change constamment et est toujours nouveau, tout comme Je vous dis de nouvelles paroles quotidiennement et fais un nouveau travail. Cela est le travail que Je fais, dont la clé se trouve dans les mots « nouveau » et « merveilleux ».

Extrait de « Comment l’homme qui a délimité Dieu dans ses conceptions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

20. Puisqu’une voie supérieure existe, pourquoi étudier cette voie inférieure et dépassée ? Puisque de nouvelles paroles et un travail plus récent existent, pourquoi s’en tenir aux anciens documents historiques ? Les nouvelles paroles peuvent t’approvisionner, ce qui prouve que c’est la nouvelle œuvre ; les vieux documents ne peuvent pas te rassasier ou satisfaire tes besoins actuels, ce qui prouve qu’ils appartiennent à l’histoire, et non à l’œuvre d’aujourd’hui, ici et maintenant. La voie supérieure est l’œuvre plus récente, et avec le nouveau travail, peu importe l’importance de la voie du passé, c’est toujours l’histoire de la réflexion des gens, et peu importe sa valeur comme référence, c’est encore l’ancienne voie. Même si elle est incluse dans le « livre saint », l’ancienne voie appartient à l’histoire. Même si elle est exclue du « livre saint », la nouvelle voie est d’aujourd’hui, ici et maintenant. Cette voie peut te sauver, elle peut te changer, car elle est l’œuvre du Saint-Esprit.

Extrait de « Au sujet de la Bible (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

21. Dieu Lui-même est la vie et la vérité, et Sa vie et la vérité coexistent. Ceux qui sont incapables d’obtenir la vérité ne gagneront jamais la vie. Sans la direction, le soutien et l’approvisionnement de la vérité, tu n’auras que les écrits, les doctrines et de plus, la mort. La vie de Dieu est toujours présente et Sa vérité et Sa vie coexistent. Si tu ne peux pas trouver la source de la vérité, alors tu n’acquerras pas la nourriture de la vie ; si tu ne peux pas obtenir l’approvisionnement de la vie, alors tu n’auras sûrement pas la vérité, et donc en dehors des imaginations et des conceptions, tout ton corps ne sera rien d’autre que de la chair, ta chair puante. Sache que les écrits des livres ne comptent pas comme étant la vie, les archives de l’histoire ne peuvent pas être honorées comme la vérité et les doctrines du passé ne peuvent pas servir de récits des paroles actuellement prononcées par Dieu. Seul ce qui est exprimé par Dieu quand Il vient sur terre et vit parmi les hommes est la vérité, la vie, la volonté de Dieu, et Sa manière actuelle d’œuvrer. Si tu appliques les rapports des paroles prononcées par Dieu pendant les siècles passés à ce jour, alors tu es un archéologue, et la meilleure façon de te décrire est que tu es un expert du patrimoine historique. C’est parce que tu crois toujours aux traces de l’œuvre que Dieu a faite dans les temps passés, tu crois seulement à l’ombre de Dieu laissée lorsqu’Il a œuvré auparavant parmi les hommes et tu crois seulement à la voie que Dieu a donnée à Ses disciples dans les temps passés. Tu ne crois pas à la direction de l’œuvre de Dieu aujourd’hui, tu ne crois pas au visage glorieux de Dieu aujourd’hui et tu ne crois pas au chemin de la vérité actuellement exprimée par Dieu. Et donc, tu es indéniablement un rêveur qui est complètement coupé de la réalité. Si maintenant tu t’accroches encore à des mots qui sont incapables de donner la vie à l’homme, alors tu es un morceau de bois mort[a]désespéré, car tu es trop conservateur, trop intraitable, trop inaccessible à la raison !

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

22. Le Christ des derniers jours apporte la vie et apporte le chemin durable et éternel de la vérité. Cette vérité est le chemin par lequel l’homme obtiendra la vie et le seul chemin par lequel l’homme connaîtra Dieu et sera approuvé par Dieu. Si tu ne cherches pas le chemin de la vie offert par le Christ des derniers jours, alors tu n’obtiendras jamais l’approbation de Jésus et ne seras jamais qualifié pour franchir les portes du royaume des cieux, car tu es à la fois une marionnette et un prisonnier de l’histoire. Ceux qui sont régis par les règlements, par les lettres, et enchaînés par l’histoire ne seront jamais en mesure d’obtenir la vie et ne seront jamais en mesure d’obtenir le chemin perpétuel de la vie. C’est parce que tout ce qu’ils ont, ce sont des eaux troubles auxquelles ils se sont accrochés pendant des milliers d’années, au lieu de l’eau de la vie qui coule du trône. Ceux qui ne reçoivent pas l’eau de la vie resteront à jamais des cadavres, des jouets de Satan et des fils de l’enfer. Comment alors peuvent-ils voir Dieu ? Si tu ne t’accroches qu’au passé, si tu essayes seulement de garder les choses telles qu’elles en restant stable et n’essayes pas de changer le statu quo et de te débarrasser de l’histoire, alors ne seras-tu pas toujours contre Dieu ? Les étapes de l’œuvre de Dieu sont vastes et puissantes comme des vagues déferlantes et des grondements de tonnerre ; pourtant tu restes assis passivement et attends la destruction, restant à ta place et ne faisant rien. De cette façon, comment peux-tu être considéré comme quelqu’un qui suit les pas de l’Agneau ? Comment peux-tu justifier que le Dieu auquel tu tiens est un Dieu qui est toujours nouveau et jamais vieux ? Et comment les mots de tes livres jaunis peuvent-ils te transporter dans une nouvelle ère ? Comment peuvent-ils te conduire à chercher les étapes de l’œuvre de Dieu ? Et comment peuvent-ils t’emmener au ciel ? Ce que tu tiens entre tes mains, ce ne sont que des écrits qui ne peuvent fournir qu’une consolation temporaire et non pas les vérités qui sont capables de donner la vie. Les écritures que tu lis ne peuvent qu’enrichir ta langue, et ne sont pas les paroles de sagesse qui peuvent t’aider à connaître la vie de l’homme, encore moins les chemins qui peuvent te conduire à la perfection. Est-ce que cet écart ne te donne pas matière à réflexion ? Est-ce qu’il ne te permet pas de comprendre les mystères qui y sont contenus ? Es-tu capable de te livrer au ciel pour rencontrer Dieu par toi-même ? Sans la venue de Dieu, peux-tu aller toi-même au ciel pour jouir du bonheur familial avec Dieu ? Es-tu toujours en train de rêver ? Je suggère donc que tu arrêtes de rêver et que tu regardes celui qui œuvre maintenant, celui qui réalise maintenant l’œuvre consistant à sauver l’homme durant les derniers jours. Si tu ne le fais pas, tu n’obtiendras jamais la vérité et n’obtiendras jamais la vie.

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

23. Si vous utilisez vos propres conceptions pour mesurer et délimiter Dieu, comme si Dieu était une statue d’argile immuable, et si vous délimitez complètement Dieu à l’intérieur des paramètres de la Bible et L’enfermez à l’intérieur d’un périmètre de travail limité, alors cela prouve que vous avez condamné Dieu. Parce que les Juifs, à l’ère de l’Ancien Testament, ont pris Dieu pour une idole de forme figée qu’ils gardaient dans leur cœur, comme si Dieu pouvait n’être appelé que le Messie et que seul Celui qui était appelé le Messie pouvait être Dieu, et parce que l’humanité servait et adorait Dieu comme s’Il était une statue d’argile (sans vie), ils ont cloué le Jésus de cette époque à la croix, Le condamnant à mort – le Jésus innocent a ainsi été condamné à mort. Dieu n’était coupable d’aucune offense, pourtant l’homme a refusé de L’épargner et a insisté pour qu’Il soit condamné à mort, et donc Jésus a été crucifié. L’homme croit toujours que Dieu est immuable et Le définit à partir d’un seul livre, la Bible, comme si l’homme avait totalement pénétré la gestion de Dieu, comme si l’homme avait eu dans la paume de sa main tout ce que fait Dieu. Les gens sont absurdes à l’extrême, arrogants à l’extrême et ils ont tous un don pour l’exagération. Qu’importe l’étendue de ta connaissance de Dieu, Je maintiens que tu ne connais pas Dieu, que tu es quelqu’un qui s’oppose le plus à Dieu et que tu as condamné Dieu parce que tu es tout à fait incapable d’obéir à l’œuvre de Dieu et de marcher sur le chemin où l’on est rendu parfait par Dieu.

Extrait de « Les méchants seront forcément punis », dans La Parole apparaît dans la chair

24. En ce qui concerne les visions de l’œuvre durant tout ce plan de gestion de six mille ans, personne ne peut en avoir un aperçu ou une compréhension. Ces visions sont toujours restées des mystères. Dans les derniers jours, seule l’œuvre de la parole est faite pour inaugurer l’ère du Règne, mais elle ne représente pas toutes les ères. Les derniers jours ne sont pas plus que les derniers jours et pas plus que l’ère du Règne, ils ne représentent pas l’ère de la Grâce ou l’ère de la Loi. Les derniers jours ne sont que le temps où toute l’œuvre du plan de gestion de six mille ans vous est révélée. C’est le dévoilement du mystère. Aucun homme ne peut dévoiler ce genre de mystère. Peu importe la compréhension que les hommes ont de la Bible, elle ne reste rien de plus que des mots, car les hommes ne comprennent pas l’essence de la Bible. Quand les hommes lisent la Bible, ils peuvent comprendre quelques vérités, expliquer certains mots ou soumettre quelques passages et citations célèbres à leur examen insignifiant, mais ils ne seront jamais en mesure de dégager le sens de ces paroles, car les hommes ne voient que des paroles sans vie, et non les scènes de l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, et les hommes sont incapables de percer le mystère de cette œuvre. Par conséquent, le mystère du plan de gestion de six mille ans est le plus grand mystère, le plus profondément caché et tout à fait incompréhensible par l’homme. Personne ne peut directement comprendre la volonté de Dieu sauf s’Il l’explique Lui-même aux hommes et leur en ouvre le sens, sinon, elle restera à jamais une énigme et un mystère scellé pour les hommes. Oublions les hommes du monde religieux. Si l’on ne vous avait pas renseigné aujourd’hui, vous ne comprendriez pas non plus. Cette œuvre de six mille ans est plus mystérieuse que toutes les prophéties des prophètes. Elle est le plus grand mystère depuis la création jusqu’à présent, et aucun des prophètes à travers les âges n’a jamais été en mesure de le comprendre, car ce mystère n’est dévoilé que dans l’ère de la fin et n’a jamais été révélé auparavant. Si vous pouvez comprendre ce mystère et pouvez le recevoir en son intégralité, toutes les personnes religieuses seront vaincues par ce mystère. Il n’y a que cela qui soit la plus grande des visions, ce que l’homme désire le plus ardemment comprendre, mais aussi ce qui est le moins clair pour lui.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de page :

a. Un morceau de bois mort : expression idiomatique chinoise qui veut dire « ne peut être aidé ».

Précédent : La Trinité existe-t-elle ?

Suivant : II. Sur la vérité de l’incarnation

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre