L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La grâce de Dieu la libère de son mariage douloureux (partie 1)

26

Par A’Jiao, Hong Kong

Jiao était assise près de la fenêtre et regardait avec soulagement le certificat de divorce dans ses mains. Par la grâce et le salut de Dieu, Jiao était enfin libérée de son mariage douloureux. Elle regardait la rue par la fenêtre et tout ce qui s’était passé entre elle et son ex-mari lui revint à la pensée…

Elle découvre le bonheur

Jiao n’était pas différente de tant d’autres filles. Quand elle était adolescente, elle rêvait de grandir et de trouver un mari qui l’aimerait beaucoup. Particulièrement quand elle lisait des romans d’amour ou regardait des idoles à la télévision et qu’elle voyait l’amour éternel entre les principaux personnages de sexe différent, les idées, « l’amour est suprême » et « grandir vieux ensemble, main dans la main », devenaient ses idéaux pour son propre mariage dans l’avenir, et elle aspirait à vivre un grand amour. Alors seulement, pensait-elle, sa vie ne serait pas vécue en vain.

Quand elle était prête à se marier, elle a rencontré Ming. Ming aimait beaucoup Jiao, et Jiao considérait Ming comme son partenaire pour le reste de ses jours, et ils ont donc fondé une famille ensemble. Après leur mariage, Ming se souciait encore plus de Jiao ; il tolérait ses fautes et lui portait toujours attention, et Jiao se sentait comme la femme la plus heureuse du monde.

La séparation

Alors que Jiao baignait dans le bonheur de son mariage, un jour elle vit accidentellement des messages très affectueux envoyés par une autre femme sur le téléphone cellulaire de Ming. Jiao demanda à Ming s’il avait une aventure amoureuse et Ming l’admit. Cela frappa Jiao comme un éclair, et elle sentit que son cœur avait été déchiré. Elle voulait partir, mais Ming l’a suppliée, l’a implorée de lui donner une autre chance. Voyant que Ming avait tellement de remords, le cœur de Jiao s’est adouci et elle décida de lui pardonner.

Au cours des jours suivants, Ming était tout aussi prévenant et attentionné qu’il l’avait été au début de leur relation et, surtout après l’accouchement de Jiao, Ming lui montra encore plus d’attention. Il fit également beaucoup de promesses à Jiao : « Je vais travailler dur pour gagner de l’argent afin que toi et notre enfant ayez une bonne vie dans l’avenir. » Bien qu’il l’ait trahi une fois auparavant, Jiao estimait que Ming l’aimait toujours vraiment et elle se disait qu’elle devait garder leur amour fort !

Mais combien de temps un amour peut-il durer avant de mourir ? Au fil du temps, les irritations de la vie remplacèrent progressivement leur bonheur conjugal. Ming rentrait du travail de plus en plus tard et parfois ne rentrait pas avant deux ou trois heures du matin. Il devint également de plus en plus indifférent envers Jiao et il se querellait souvent avec elle pour des choses insignifiantes. Après une dispute, ils se boudaient l’un l’autre. Jiao se sentait très peinée et elle ne voulait pas que cette impasse continue entre eux. Une fois, Jiao a demandé à Ming : « Pourquoi me traites-tu de plus en plus avec indifférence ? » Et Ming a répondu : « Notre amour a changé. Je pense que ce serait mieux si on se séparait… » En l’entendant dire cela, Jiao se sentit le cœur vide et elle resta immobile, incapable de s’empêcher de pleurer.

Une semaine plus tard, c’était le septième anniversaire de Jiao et de Ming. Jiao pensait que Ming penserait à tout leur temps passé ensemble et changerait d’avis, mais, de façon inattendue, Ming l’informa qu’il voulait divorcer !

Ce coup soudain laissa Jiao abasourdie. La sœur aînée de Jiao lui dit également que Ming ne l’aimait plus depuis longtemps et qu’elle ne s’en était simplement pas rendu compte… Les mots de sa sœur détruisirent totalement le dernier espoir de Jiao et, dans son désespoir, Jiao prit 90 cachets pour dormir. Elle fut soignée à temps, mais elle décida ensuite de sauter d’un bâtiment. Une fois de plus elle fut sauvée miraculeusement, mais ses blessures étaient si graves qu’il était possible qu’elle passe le reste de sa vie dans un fauteuil roulant. Mais quand elle vit Ming faire tout ce qu’il pouvait pour prendre soin d’elle et qu’il était dévoré de culpabilité, Jiao a pensé que tout en valait la peine.

Le miroir brisé ne peut jamais être réparé

Au fil du temps, la santé de Jiao s’est lentement rétablie et elle était capable de marcher avec des béquilles. Sa vie heureuse, cependant, n’est pas revenue comme elle le souhaitait. Ming était cachottier quant à ses sorties et il a menti au sujet d’un voyage d’affaires de deux jours. Pendant qu’il était absent, Jiao l’a appelé, mais il n’a pas répondu. Puis elle l’a appelé de nouveau après avoir bloqué son propre numéro. Ming a répondu et, après avoir prononcé quelques mots d’impatience, il a raccroché. Jiao imagina toutes sortes de scènes où Ming était avec une autre femme et son cœur lui faisait trop mal pour qu’elle puisse le contrôler. Ming est revenu le troisième jour et Jiao fouilla secrètement ses poches. À sa grande surprise, elle trouva des préservatifs ! Jiao avait le cœur brisé. Elle ne pouvait tout simplement pas comprendre. Elle avait donné tout son cœur à Ming pendant des années. Pourquoi Ming la traitait-il si cruellement ? Jiao devint pleine de ressentiment pour Ming et sentit que c’était tout à fait à cause de lui que sa famille parfaite était devenue ce qu’elle était…

Mais peu importe à quel point elle se sentait blessée, Jiao ne voulait pas perdre sa famille et elle voulait donner à son fils une bonne famille. Afin de sauver son mariage brisé, Jiao a supprimé la douleur dans son cœur et elle commença à apprendre à préparer les mets que Ming aimait ; elle confectionnait les gâteaux qu’il aimait et elle a même vendu ses bijoux de mariage et acheté un bracelet en or que Ming aimait. Mais Ming persista toujours dans ses vieilles habitudes, sans la moindre retenue. Un jour, la météo déclencha une alerte au sujet d’un typhon de force 10. Jiao dit à Ming de ne pas sortir, mais de rester avec leur fils. Ming persista à vouloir sortir. À l’heure du déjeuner, Jiao ne put s’empêcher de fouiller de nouveau les poches de son mari et, encore une fois, elle trouva des préservatifs. Elle ne pouvait plus réprimer ses émotions et elle jeta violemment son bol sur le plancher. Leur fils de cinq ans commença à pleurer avec effroi et Ming gifla Jiao. À ce moment-là, Jiao se sentit complètement brisée et la tristesse, la colère et la douleur inondèrent son esprit et ses larmes coulèrent librement… Elle prit ses béquilles et sortit de la maison. Elle marchait en boitant dans les rues désertes et la pluie froide tombait sur elle alors que le typhon fouettait son visage et son corps. Jiao sentit le froid pénétrer en elle et elle ne pouvait dire si l’eau sur son visage venait de la pluie ou de ses propres larmes. Pour Jiao à ce moment-là, il ne restait plus que la noirceur et la grisaille dans le monde…

Après cela, Ming commença à agir de manière encore plus égoïste et imprudente et ne rentrait souvent à la maison qu’après minuit, ou ne rentrait tout simplement pas du tout. Jiao endurait la douleur dans son cœur et languissait jour après jour. Chaque soir, quand il se faisait tard, elle et son fils seuls dans une si grande maison, Jiao ressentait un incomparable sentiment de chagrin et de désolation, et elle ne pouvait que noyer sa peine dans la boisson…

L’aurore s’annonce

Par hasard, un jour, Jiao rencontra Min, une chrétienne. Min avait vécu les mêmes malheurs que Jiao, mais grâce au salut de Dieu, Min avait survécu à toute la douleur. Une fois, Jiao demanda à Min : « Pourquoi l’humanité vit-elle dans une telle douleur ? » Min lut alors à Jiao deux passages des paroles de Dieu : « Adam et Eve, créés par Dieu au commencement, étaient des personnes saintes, c’est-à-dire, tandis qu’ils étaient dans le jardin d’Éden, ils étaient saints, sans tache de souillure. Ils étaient aussi fidèles à l’Éternel et trahir l’Éternel leur était inconnu. C’est parce qu’ils n’étaient pas dérangés par l’influence de Satan, n’avaient pas le poison de Satan et étaient les plus saints de toute l’humanité. Ils vivaient dans le jardin d’Éden, non souillés par aucune impureté, non possédés par la chair et dans la vénération de l’Éternel. Plus tard, quand ils ont été tentés par Satan, ils ont eu le poison du serpent et le désir de trahir l’Éternel, et ils ont vécu sous l’influence de Satan. Au commencement, ils étaient saints et ils vénéraient l’Éternel ; seulement ainsi étaient-ils humains. Ensuite, après avoir été tentés par Satan, ils mangèrent le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal et vécurent sous l’influence de Satan. Ils furent graduellement corrompus par Satan et perdirent l’image originale de l’homme » (« Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement »). « D’où vient la douleur de l’enfantement, de la mort, de la maladie et de la vieillesse présente tout au long de la vie de l’homme ? Pour commencer, pourquoi les gens ont-ils eu ces choses ? L’homme n’avait-il pas ces choses quand il a été créé au début ? Non, n’est-ce pas ? Alors, d’où viennent ces choses ? Ces choses, telles que la douleur de la chair, les troubles et la vanité de la chair et l’extrême misère du monde, sont venues après que l’homme a été tenté par Satan et que sa chair est devenue dégénérée. Satan a commencé à tourmenter l’homme après l’avoir corrompu. L’homme est devenu alors de plus en plus dégénéré, les maladies de l’homme devinrent plus graves et sa souffrance devint de plus en plus sévère. L’homme a senti de plus en plus la vanité, la tragédie et l’incapacité de continuer à bénéficier du monde, et il a éprouvé de moins en moins d’espoir pour le monde. Donc cette souffrance a été causée chez l’homme par Satan, et elle est venue seulement après que l’homme a été corrompu par Satan et est devenu dégénéré » (« Le sens de Dieu faisant l’expérience de la souffrance du monde »).

Min échangea avec Jiao, disant : « Au commencement, Dieu a créé nos ancêtres, Adam et Eve, puis Il les a établis dans le jardin d’Éden. L’humanité à ce moment-là n’avait pas été corrompue par Satan, et les hommes étaient obéissants et révérencieux envers Dieu ; ils n’avaient pas de mal ni de corruption dans leur cœur et, dans leur vie dans le jardin d’Éden, ils bénéficiaient des soins, de la protection et de la bénédiction de Dieu, et ils étaient extrêmement heureux et en paix. Ensuite, ils ont été séduits à trahir Dieu et corrompus par Satan, et ainsi le péché est entré dans le monde. Lentement, au fil du temps, l’humanité a commencé à éviter Dieu et à vivre dans le péché, à s’accrocher au plaisir charnel, à se livrer à des convoitises charnelles et à poursuivre des tendances perverses. À cause de la corruption de Satan, l’humanité est devenue de plus en plus arrogante, méchante, égoïste et trompeuse, et les interactions des gens entre eux ont été marquées par le mensonge et la tromperie, et ils se sont utilisés et trahis entre eux. Aujourd’hui, les gens présentent un visage devant les autres et un autre dans leur dos ; ils se battent et se disputent entre eux pour leurs propres intérêts. Même les maris et les femmes s’utilisent et se trahissent entre eux sans se soucier des sentiments de leur partenaire et ils ont perdu le plus élémentaire : la conscience, la raison, la moralité et la dignité. Vivre dans un monde aussi méchant et corrompu et ayant été tellement corrompu par Satan que nous ne ressemblons ni à l’homme ni au fantôme, est-il possible de ne pas souffrir ? Dieu sait que nous, les hommes, avons été corrompus et blessés par Satan et que nous vivons dans un état de douleur et d’impuissance. Par conséquent, Il S’est incarné sur la terre et Il exprime la vérité pour nous sauver, nous permettre de comprendre la vérité et nous permettre de voir la cause principale de tous les maux et de toute la corruption du monde et de voir clairement les moyens et les méthodes que Satan utilise pour nous corrompre. En même temps, Dieu nous indique le chemin et la direction que nous devons suivre pour être sans douleur. Lorsque nous nous présentons devant Dieu et lisons Ses paroles, que nous comprenons la vérité et que nous discernons l’essence des problèmes, nous trouvons le but correct à poursuivre et nous devenons naturellement libres de la douleur. » Après avoir écouté l’échange de Min, Jiao comprit finalement que la raison pour laquelle l’humanité vivait dans une telle douleur était la corruption de Satan. L’humanité devenait de plus en plus méchante et dégénérée et avait perdu conscience et qualité humaine. Jiao sentait que ce que Min avait dit avait du sens et elle souhaitait beaucoup entendre Min parler de la croyance en Dieu.

Min lut à Jiao un autre passage des paroles de Dieu : « Le Tout-Puissant a pitié de ces gens qui souffrent profondément. En même temps, Il en a assez de ces gens qui n’ont pas de conscience, parce qu’Il doit attendre trop longtemps pour une réponse de l’homme. Il veut chercher, chercher ton cœur et ton esprit. Il veut t’apporter de la nourriture et de l’eau et te réveiller, de sorte que tu n’aies plus soif, que tu n’aies plus faim. Lorsque tu es fatigué et quand tu commences à sentir la désolation de ce monde, ne sois pas perplexe, ne pleures pas. Dieu Tout-Puissant, le Gardien, t’accueillera à tout moment » (« Le soupir du Tout-Puissant »). Alors qu’elle écoutait les paroles de Dieu, Jiao sentit son cœur réconforté par l’amour de Dieu. Elle pensa à la façon dont elle avait enduré toute cette douleur et vécu une vie terrible après la trahison de Ming, avait même failli perdre sa vie deux fois, juste pour maintenir son mariage. Seulement à ce moment-là, elle sut que Dieu avait toujours été vigilant à ses côtés, veillant sur elle et la protégeant, elle-même consciente qu’elle avait vécu dans la douleur sous le pouvoir de Satan. Dieu l’avait guidée à chaque étape sur le chemin et lui avait permis de revenir à Ses côtés. Jiao avait le cœur plein de gratitude envers Dieu et elle se sentit tellement émue que les larmes coulèrent sur ses joues…

Jiao accepta avec joie l’œuvre de Dieu des derniers jours. Elle lisait souvent les paroles de Dieu avec ses frères et sœurs qui échangeaient sur leurs expériences et leur compréhension et chantaient des chants en louange à Dieu. Tout cela apporta de la lumière dans la vie solitaire et étouffée de Jiao et, progressivement, son visage commença à briller d’un sourire qui avait été longtemps absent. Mais chaque fois qu’elle rentrait chez elle, elle pensait à l’apathie de Ming envers elle et à sa trahison, et elle ne pouvait s’empêcher de ressentir une douleur au fond de son cœur. En outre, Jiao ne pouvait comprendre que Ming, qui l’avait tant aimé, qui était devenu quelqu’un de si familier pour elle, était pourtant un tel étranger.

Contenu connexe

  • Qui sauva son mariage ?

    Yang Zi, Hubei Elle venait d’avoir vingt ans, elle avait une silhouette élégante et semblait aussi belle qu’une fleur, et elle avait de nombreux prét…

  • J’ai mis fin à la guerre froide et ma vie est plus heureuse

    Tian Yu Quand je me suis mariée, ma famille m’a dit : « Qui tend le dos portera le fardeau », et aussi qu’après le mariage, je devais dominer afin qu’…

  • La grâce de Dieu la libère de son mariage douloureux (partie 2)

    Fortement influencée par les romans d’amour et les idoles de l’écran dans les feuilletons, Jiao aspire à un amour heureux et parfait et à vieillir avec son véritable amour. Mais les choses ne se passent pas comme elle l’espérait et, peu après son mariage, son mari suit les tendances du monde et a une aventure amoureuse. Quand elle le découvre, Jiao fait presque une dépression et tente de se suicider deux fois sans succès. Par la suite, elle reçoit le salut de Dieu et découvre dans les paroles de Dieu la cause principale de toute sa douleur. Elle est ensuite libérée de son mariage douloureux et elle commence à chercher la vérité et entreprend une nouvelle vie.

  • Après la trahison de son mari, Dieu la sauva de la souffrance où elle se noyait

    Par Ouyang Mo, Province de Hubei Comme le temps passe… De fillette naïve, Hong’er s’était muée en une charmante jeune femme qui commençait à s’intéres…