Je suis disposée à accepter l’autorité de tous

24 juillet 2017

Par Xianshang, Chine

Il y a peu, chaque fois que j’entendais que les guides de niveau supérieur venaient à notre Église, je me sentais un peu mal à l’aise. Je ne révélais pas mes sentiments extérieurement, mais mon cœur était empli d’opposition secrète. Je me disais : « Ce serait mieux si vous tous ne veniez pas. Si vous venez quand même, au moins n’arrosez pas l’Église avec moi. Sinon, je me sentirai limitée et incapable de communier. » Plus tard, la situation était devenue si mauvaise que je détestais vraiment leur venue. Même à ce moment-là, je ne pensais pas que le problème venait de moi et je n’essayais absolument pas de me connaître moi-même à la lumière de cette situation.

Un jour, j’ai lu le passage suivant dans l’arrangement de travail « Règles sur les devoirs des guides et des ouvriers de l’église de tous niveaux » : « Ils doivent rendre visite à chaque équipe décisionnelle régionale et acquérir une bonne compréhension de son travail, rectifier les erreurs de travail et les écarts survenant pour chaque équipe décisionnelle régionale de manière opportune et, en particulier, prodiguer conseils et assistance à ces équipes décisionnelles régionales plus faibles, de sorte qu’elles puissent mieux accomplir leur travail régional » (« Arrangements de Travail »). Je songeais à la signification de ce passage en réfléchissant à ma condition récente : pourquoi donc détestais-je autant que les guides de niveau supérieur viennent dans notre église ? Pourquoi ne voulais-je pas les laisser arroser l’église à mes côtés ? N’était-ce pas parce que je craignais que, s’ils devaient venir dans l’église, ils s’aperçoivent que je ne travaillais pas selon les principes ou selon la volonté de Dieu et me traitent en fonction de ce problème ? En plus, n’avais-je pas peur que leur arrivée perturbe mes plans de travail ? N’avais-je pas peur qu’ils communient mieux que moi et me fassent perdre mon statut privilégier dans le cœur de mes frères et sœurs ? S’ils ne venaient pas, je pouvais continuer mes plans de travail comme je voulais. Même si mes méthodes n’étaient pas en accord avec la vérité ou la volonté de Dieu, personne ne le saurait et certainement personne ne me traiterait ou ne me critiquerait. De cette manière, ma réputation dans le cœur de mes frères et sœurs n’en deviendrait que plus grande et plus stable. Tous les frères et sœurs de l’église m’admireraient et obéiraient à mes ordres. L’église entière s’articulerait autour de moi. N’était-ce pas mon véritable objectif ? Ne manigançais-je pas de chasser Dieu du cœur de mes frères et sœurs afin de pouvoir y gagner un statut ? N’étais-je pas l’exemple vivant de ces poisons du grand dragon rouge : « L’empereur est aussi distant que les cieux », « Je suis mon propre seigneur » ? Plus tard, j’ai lu la parole de Dieu : « La transmission des enseignements moraux et éthiques du féodalisme, ainsi que de la connaissance de la culture ancienne, a longtemps infecté les hommes, les transformant en démons, petits et grands. Peu nombreux sont ceux qui recevraient Dieu volontiers et accueilleraient Sa venue avec joie. Tous les hommes ont des couteaux dans les yeux et, en tous lieux, la mort est dans l’air. Ils cherchent à chasser Dieu du pays ; couteaux et épées en main, ils se rangent en lignes de bataille pour “anéantir” Dieu. […] Partout dans ce pays, des idoles aux couleurs de l’arc-en-ciel sont érigées, transformant le pays en un monde de plaisirs sensuels, tandis que le roi des démons ne cesse de rire méchamment, comme si son complot ignoble avait réussi. Pendant ce temps, l’homme ne se rend compte de rien et n’a aucune idée que le diable l’a déjà corrompu à tel point qu’il est devenu insensé et courbe l’échine. Le diable souhaite supprimer Dieu d’un seul coup pour Le profaner et L’assassiner à nouveau, et il tente de détruire et de perturber Son œuvre. Comment peut-il permettre à Dieu d’être de même statut ? Comment peut-il tolérer que Dieu “interfère” avec son travail parmi les hommes ? Comment peut-il permettre à Dieu de démasquer son visage hideux ? Comment peut-il permettre à Dieu de mettre son travail en désordre ? Comment ce démon, furieux et enragé, peut-il permettre à Dieu d’avoir le contrôle sur sa cour impériale terrestre ? Comment peut-il volontiers rendre les armes devant Sa puissance supérieure ? Son visage hideux a été révélé tel qu’il est, de sorte que personne ne sait s’il faut en rire ou en pleurer, et il est vraiment difficile d’en parler. Cela n’est-il pas son essence ? » (« L’œuvre et l’entrée (7) », dans La Parole apparaît dans la chair). Afin de contrôler et de revendiquer la domination sur l’humanité, le grand dragon rouge a combattu la venue de Dieu de toutes ses forces, ne permettant pas à Dieu de prendre part aux affaires des hommes, afin d’exposer son visage macabre, d’interférer dans ses plans ou de gouverner sur son domaine. Ainsi, il s’est farouchement opposé à l’œuvre de Dieu, l’a perturbée, l’a démolie et l’a décimée. Il a fantasmé qu’un jour, il parviendrait à arracher Dieu du cœur de l’humanité et accomplir son objectif ignoble de devenir l’arbitre éternel de l’homme et de forcer l’humanité à l’adorer. Quelle différence y avait-il entre mes propres pensées et les actions du grand dragon rouge ? Parce que je voulais maintenir mon propre statut et m’assurer que je pouvais suivre mon propre chemin et ne pas être limitée dans mon travail, je ne voulais pas laisser d’autres dirigeants ou ouvriers superviser ou inspecter mon travail. Je ne voulais pas que quelqu’un d’autre s’immisce dans le travail de mon Église ou arrose mes frères et sœurs. Pourquoi ne voulais-je pas cela ? N’était-ce pas simplement parce que je voulais contrôler et revendiquer la domination sur les autres ? Mon but n’était-il pas de me proclamer reine et souveraine terrestre sur mes frères et sœurs ? Je voyais que le poison du grand dragon rouge – cette arrogance incontrôlée et cette mégalomanie – avait déjà pénétré jusqu’au cœur de mon être. En surface, j’œuvrais pour accomplir mon devoir, mais mon cœur avait des arrière-pensées. En réalité, je voulais ériger mon propre empire en opposition à Dieu et en entravant l’exécution de la volonté de Dieu. Ma nature était si terrifiante ! Sans la dure révélation et le jugement de la parole de Dieu, je n’aurais jamais su à quel point j’avais été corrompue par Satan et opposée à Dieu. Je n’aurais jamais pu réaliser que, au plus profond de mon âme, un complot satanique était en gestation et que ma nature et mon essence étaient devenues si corrompues.

Merci Dieu pour Tes révélations et Ton illumination qui m’ont permis de prendre conscience de ma nature satanique. Je fais le serment de chercher la vérité avec diligence et de parvenir à une compréhension plus profonde de la façon dont le poison du grand dragon rouge affecte ma nature. Je fais le vœu, plus encore, d’accepter l’inspection et l’autorité des autres ouvriers et dirigeants. J’accepterai le traitement et l’émondage de tous. Je me placerai sous l’inspection de la congrégation entière afin de pouvoir accomplir mes devoirs consciencieusement pour conforter Ton cœur.

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

Consacrer ma vie à la dévotion

Par Zhou Xuan, Chine Le 3 avril 2003, je suis allée avec une sœur rendre visite à un nouveau croyant. Ce nouveau croyant avait été...

Laisser un commentaire