Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Grâce à la Grande Tribulation, j’ai récolté de formidables bénéfices

36

RONG Guang, de Zhengzhou, province de Henan

Après avoir suivi Dieu Tout-Puissant, j’ai été jetée en prison parce que je croyais en Dieu. À cette époque, j’étais une nouvelle croyante et Dieu m’avait donné de la force afin que mon témoignage soit inébranlable. Cependant, je croyais à tort que j’avais la stature nécessaire ; je pensais que j’avais une grande dose de foi, d’amour et de loyauté envers Dieu, et je n’ai donc pas prêté une attention particulière au fait de manger et boire les paroles de jugement et de châtiment de Dieu. Même je lisais, je comparais la parole par laquelle Dieu expose l’homme par rapport aux autres hommes et m’excluais des paroles de jugement de Dieu. J’étais seulement disposée à lire les mystères et les prophéties que Dieu a révélés, ainsi que les paroles concernant le moyen d’obtenir des bénédictions ; ce sont ces paroles-là qui m’intéressaient le plus. Je lus ces paroles de Dieu : « Sur la base de leurs différentes fonctions et de leurs témoignages, les vainqueurs dans le royaume auront le rôle de sacrificateurs ou de disciples, et tous ceux qui sont victorieux dans la tribulation deviendront le corps des sacrificateurs dans le royaume. […] Dans le corps des sacrificateurs, il y aura des principaux sacrificateurs et des sacrificateurs, et les autres seront les enfants et le peuple de Dieu. Tout cela est déterminé par leur témoignage en faveur de Dieu pendant la tribulation ; ce ne sont pas des titres attribués par caprice » (« L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », La Parole apparaît dans la chair). « Le temps de la tribulation ne sera pas trop long ; elle ne durera même pas un an. Si elle devait durer un an, elle retarderait la prochaine étape de l’œuvre et la stature des gens serait inadéquate. Si elle était trop prolongée, ils ne pourraient pas l’endurer. Leur taille a ses limites » (« Comment devrais-tu parcourir la dernière étape du chemin », La Parole apparaît dans la chair). J’ai pensé : la position de chacun dans le royaume sera déterminée en fonction de la façon dont les gens auront témoigné pendant la tribulation ; leurs témoignages pourraient en effet influencer le destin d’une personne. Quand la tribulation m’atteindra, je devrai serrer les dents et faire preuve de suffisamment d’énergie, et j’offrirai alors certainement un beau témoignage. De cette façon, je pourrai obtenir de formidables bénédictions ; d’ailleurs, la tribulation ne durera pas très longtemps, elle durera moins d’un an. Quoi qu’il arrive, je parviendrai à supporter cette période difficile. Dominée comme je l’étais par la pensée d’obtenir des bénédictions, j’ai pris la décision de me préparer pour la bataille ; je pensais qu’en comptant sur ma propre « foi » et « volonté », je pourrais sortir victorieuse de la tribulation.

L’œuvre de Dieu visant à sauver les gens est si merveilleuse et si sage. En 1996, nous sommes tous entrés dans la grande tribulation grâce à la disposition de Dieu. Mais quand la tribulation est arrivée sur nous, personne ne s’en est rendu compte ; tout s’est passé si naturellement, ma vraie nature et ma situation indigne d’opportuniste se sont révélées au cours de la tribulation.

En juin et juillet 1996, je me trouvais dans une autre partie du pays pour accomplir mon devoir impliquant de l’écriture. Un jour, le chef de cette région est venu nous dire que la situation récente n’était pas très bonne et que Sœur unetelle avait été arrêtée par le grand dragon rouge. Quand nous en avons entendu parler, nous avons voulu prier pour cette sœur et ne pouvions guère penser à autre chose, car nous savions tous qu’il était monnaie courante que des gens soient arrêtés pour leur croyance en Dieu en Chine, pays qui persécutait Dieu de la sorte. Mais, cela eut lieu seulement quelques jours avant que nous apprenions qu’un certain nombre d’autres frères et sœurs avaient été arrêtés. Quelques jours se sont encore écoulés et, nous avons appris qu’environ une douzaine d’autres croyants avaient été arrêtés, et que beaucoup de disciples connus, qui officiaient comme leaders dans la famille de Dieu, avaient été secrètement inscrits sur la liste des personnes recherchées. L’arrestation de certains avait été mise à prix. Les leaders locaux figuraient aussi sur la liste noire du grand dragon rouge. J’ai senti que les choses tournaient mal : on aurait dit que le grand dragon rouge essayait de détruire les croyants d’un seul coup. Nous sentions planer une sorte de terreur dans l’atmosphère qui nous enveloppait ; nous ne savions pas quoi faire dans ce genre de situation ; nous voulions entrer en contact avec notre supérieur pour lui demander comment procéder, mais nous ne pouvions entrer en contact avec lui. Plus tard, j’ai découvert que la tribulation avait commencé un mois plus tôt. La parole de Dieu s’est réalisée : « lorsque Dieu frappera le berger, les brebis du troupeau seront dispersées et, à ce moment-là, vous n’aurez aucun vrai conducteur. Les gens seront divisés. Ce ne sera pas comme maintenant où vous pouvez vous rassembler en congrégation ». Or, à ce moment-là, nous avions l’esprit engourdi et n’osions pas nous laisser aller à de folles suppositions ni définir l’œuvre de Dieu. Nous ne savions donc pas que c’était la grande tribulation. Tout ce que nous pouvions ressentir, c’était la main sombre du grand dragon rouge qui se rapprochait de nous et que notre travail n’avançait pas pour des raisons objectives. Face à une situation désespérée de ce genre, nous avons vaguement pris conscience que l’œuvre avait été entravée par la main de Dieu ; Dieu nous poussait à arrêter l’œuvre et à nous cacher, et retourner sans tarder dans notre pays d’origine. Ainsi, nous serions plus en sécurité. Par conséquent, nous fûmes obligés de nous disperser et de retourner dans notre pays d’origine.

Je n’étais à la maison que depuis une semaine quand une sœur est venue me remettre une lettre disant qu’un frère de notre Église avait été arrêté et que je devais quitter immédiatement la maison. À cette époque, j’étais comme un cerf aveuglé par les phares d’une voiture ; je n’avais pas du tout la foi et n’avais dans mon cœur qu’une seule pensée : me cacher au plus vite et éviter que le grand dragon rouge ne me capture ; le grand dragon rouge est trop pitoyable et cruel, et les méthodes féroces qu’il utilise pour détruire les croyants sont sans précédent. Si je tombe entre les mains du démon, les conséquences seraient inimaginables. Ensuite, une sœur m’a fait venir dans les montagnes pour faire la cuisine à des mineurs. J’étais là en compagnie de deux autres sœurs et nous profitions des moments où personne n’était présent pour manger et boire les paroles de Dieu, échanger et chanter des cantiques. Comme nous avions une réserve de paroles de Dieu, chaque jour était très enrichissant. Cependant, en moins d’un mois, la police est arrivée dans le secteur et je n’eus pas d’autre choix que de partir à la hâte. Ensuite, je suis allée travailler dans un autre restaurant. Tous ceux avec qui j’entrais en contact étaient des incroyants et nous ne parlions pas le même langage ; de plus, je n’avais pas la parole de Dieu dans ce genre d’environnement et il n’y avait personne avec qui échanger, au point que j’avais même du mal à offrir une prière convenable. Je me sentais seule et dévastée, et mon cœur ne pouvait s’empêcher de se plaindre. Je voulais même trahir Dieu et cesser de croire : « Croire en Dieu n’est vraiment pas facile et je suis à fleur de peau à longueur de journée ; j’erre dans un monde dépourvu de justice ; quand ces jours prendront-ils fin ? Si je ne croyais pas en Dieu, si j’optais pour le style de vie facile et stable des incroyants, ne serait-ce pas merveilleux ? » Même si mon cœur pensait de cette façon, je me sentais effrayée et n’osais pas quitter Dieu ; je me sentais dans l’impossibilité de quitter Dieu, la pensée même de Le quitter me faisait souffrir. Pourtant, puisqu’au auparavant, je n’aimais pas lire la parole de Dieu, que je ne recherchais pas la vérité, que je n’accomplissais mes devoirs que dans le but d’obtenir des bénédictions, alors, à partir du moment où j’ai mis de côté les livres de la parole de Dieu, il n’y avait plus une seule ligne de la parole de Dieu dans mon cœur. Sans la parole de vie de Dieu pour me soutenir, j’étais comme une folle qui avait perdu la raison. Je ne savais pas quoi faire de moi-même ni quelle voie poursuivre. Je ne faisais que lutter désespérément au quotidien. Quelle était la volonté de Dieu ? Pourquoi avait-Il pris ces dispositions à mon égard ? Comment pourrais-je pratiquer et satisfaire Dieu ? Je n’avais pas la force de réfléchir à cela, je ne pensais qu’à mes difficultés. À cette époque, j’avais perdu ma foi en la toute-puissance et l’omniscience de Dieu ainsi que ma croyance en la domination universelle de Dieu. Quand une sœur est venue m’inviter à rendre visite à des frères et sœurs, j’ai décliné son offre parce que mon cœur était craintif et lâche. Je n’avais ni foi ni force, je ne comptais que sur mon esprit et mes pensées, croyant que le contexte ne serait pas favorable tant que Hong Kong ne serait pas passée sous autorité chinoise. À la même période, le grand dragon rouge réprimera et éradiquera frénétiquement tous ceux qui croient sincèrement en Dieu. Comme le retour de Hong Kong sous autorité chinoise prendra du temps, il est certain que je dois me protéger. Pendant les deux mois et demi où j’ai travaillé au restaurant, mon cœur s’est éloigné de plus en plus de Dieu, presque au point de seulement reconnaître le nom de Dieu, mais sans avoir Dieu dans mon cœur. Mon cœur était souvent attiré par les plaisirs sensuels ; je voulais fuir Dieu et vivre la vie des incroyants. Cependant, au cours des quelques jours suivants, Dieu et les frères et sœurs m’ont particulièrement manqué ; ma vie ecclésiale antérieure me manquait. Quand j’étais seule, je ne pouvais m’empêcher de pleurer sans arrêt. J’avais le cœur triste : Oh mon Dieu, toute la journée je suis avec des gens qui appartiennent au diable ; quand je ne travaille pas, alors je mange ou ai une conversation ennuyeuse. Toi seul connaît le vide et la douleur dans mon cœur. Oh mon Dieu, quand cette longue nuit finira-t-elle ? Quand serons-nous libres de croire en Dieu, comme par le passé, quand nous vivions dans Ta chaleureuse famille ? Mon cœur était tourmenté comme s’il était envahi de mauvaises herbes et je ne pouvais rester plus longtemps. Il se trouve que s’approchait le Festival de Printemps et j’ai profité de l’occasion pour quitter mon emploi et retourner rapidement chez mes frères et sœurs. Ensuite, je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule à entretenir ces pensées ; beaucoup de frères et sœurs avaient réussi à échapper aux arrestations du grand dragon rouge en fuyant vers d’autres régions et avaient vécu la même chose. Ils sont tous rentrés chez eux parce qu’ils pensaient la même chose. C’était le fait de l’aide miraculeuse du Saint-Esprit.

Quelques jours à peine après mon retour à la maison, une sœur est venue m’informer d’une réunion d’Église. Quand j’entendis la sœur dire que la tribulation était terminée, et que tout était revenu à la normale, et que je pouvais reprendre ma précédente fonction, il me fallut un moment avant de réaliser : « Comment ? La tribulation est terminée ? Il s’agissait de la tribulation ? Il faudra encore quelques mois avant le retour de Hong Kong sous la coupe de la Chine. Comment la tribulation avait-elle pu prendre fin ? Je ne m’attendais pas à cela ! Tout ce que nous avons vécu était la tribulation, maintenant c’est terminé ! Qu’ai-je manifesté pendant la tribulation ? Outre ma lâcheté et mes craintes, je me suis plainte, j’ai fui et j’ai trahi. Je n’ai fait preuve d’aucune foi, sans parler de loyauté et d’amour. Cette fois-ci, Dieu avait testé mon travail et j’avais complètement échoué ». Je baissai la tête, plein de désespoir et le cœur empli de toutes sortes de sentiments. Cette fois-ci, j’ai compris ce que Dieu avait dit avant le début de la tribulation : « Après que Ma propre œuvre sera terminée, la prochaine étape sera que les gens parcourent le chemin destiné. Tous doivent comprendre quel chemin ils devraient parcourir. C’est un chemin de souffrance et un processus de souffrance, et c’est aussi un chemin de raffinement de ta volonté d’aimer Dieu. Dans quelles vérités tu devrais entrer, quelles vérités tu devrais parachever, comment tu devrais expérimenter et à partir de quel aspect tu devrais entrer, tu dois comprendre toutes ces choses. Tu dois t’équiper maintenant. Si tu attends que la tribulation t’arrive, il sera trop tard » (« Comment devrais-tu parcourir la dernière étape du chemin », La Parole apparaît dans la chair). Cette leçon tragique m’apprend ceci : on ne peut pas témoigner dans la tribulation si l’on ne possède pas la vérité et si l’on se repose sur ses propres désirs. Les gens qui vivent l’œuvre de Dieu sans vérité seront certainement entièrement dévoilés ; ils ne pourront absolument plus se cacher ou faire semblant. Sans vérité, vos fondations reposent sur le sable, elles ne résisteront pas à la moindre épreuve. Ce n’est qu’avec la vérité que vous pouvez voir les choses clairement, avoir la foi et la force, être capable de triompher de Satan et mettre la vérité en pratique pour satisfaire Dieu et témoigner pour Dieu. Je me haïssais véritablement : Dieu nous a déjà patiemment dit ces choses il y a bien longtemps et pourquoi ne les ai-je pas crues, pourquoi ne les ai-je pas prises au sérieux ! On ne peut revenir en arrière ; il n’y a pas d’autre choix que de rechercher minutieusement la vérité sur le chemin qui nous attend.

Quand s’est achevé notre réunion, j’ai entendu une sœur révéler une certaine information en interne : le grand dragon rouge s’acharne toujours à arrêter les croyants et encore plus intensément. Quand j’entendis cela, mon cœur de peu de foi chuchota à nouveau : « Le contexte est tellement tendu et tous les frères et sœurs accomplissent leurs devoirs. Est-ce normal ? » Mais ce fait m’a permis de le constater : même si la situation est tendue, les gens n’ont pas peur comme lors de la tribulation ; pendant l’accomplissement de notre devoir, nous avons le cœur particulièrement ferme et paisible, comme si tout le monde oubliait l’information confidentielle transmise par cette sœur. Le Saint-Esprit accomplit aussi un travail énorme dans l’Église ; très bientôt se présentera la grande occasion où l’évangile s’étendra à tous les pays. Nous sommes de plus en plus pris par notre travail et chaque tâche est accomplie sereinement. Presque tous les frères et sœurs accomplissent leur devoir de leur mieux à leurs postes respectifs. Notre progression est en plein essor, juste sous le nez du grand dragon rouge, pourtant, pendant que l’œuvre s’étend si vigoureusement, il n’y a aucune arrestation comme c’était le cas en pleine grande tribulation. Ces faits m’ont permis de voir clairement une vérité : En fait, le grand dragon rouge continue de résister à Dieu, de persécuter Dieu et de contraindre le peuple élu de Dieu ; il n’a jamais cessé et veut assassiner Dieu et Son peuple élu. Parfois, ce n’est pas sur nous que tombe le couteau de boucher qu’il tient dans sa main, et c’est Dieu qui veille sur nous et nous protège. Parfois, nous ne percevons même pas son intention de tuer et c’est Dieu qui étend sur nous Ses grandes ailes pour nous protéger, ce n’est pas que le grand dragon rouge pose son couteau de boucher et arrête sa persécution. Le grand dragon rouge n’a jamais posé son couteau de boucher, il ne le posera jamais ; il tient à résister à Dieu jusqu’ à la fin et plus il se rapproche de cette fin, plus il devient frénétique, parce que le grand dragon rouge est Satan, l’esprit mauvais. Il sait que le jour glorieux où Dieu achèvera Son œuvre de salut sera son dernier jour. Par conséquent, plus la mort se rapproche, plus il lutte. Or, quoi qu’il arrive, l’œuvre de Dieu manie comme un fleuret le grand dragon rouge, c’est un instrument dans les mains de Dieu, c’est un outil destiné à mettre à l’épreuve le peuple élu de Dieu. Sa cruauté ne peut bloquer l’œuvre de Dieu, sans la permission de Dieu, il n’a aucun pouvoir sur le peuple élu de Dieu. Quand Dieu ne lui permet pas de se mettre en chasse, il aura beau avoir le peuple élu de Dieu sous le nez, il ne pourra pas les attraper. Il n’a pas d’autre choix que d’être à la merci de Dieu. Comme le dit la parole de Dieu : « Quand Je commence officiellement Mon œuvre, tous les gens se déplacent comme Je me déplace, de sorte que les gens à travers l’univers s’occupent en phase avec Moi, il y a de la “jubilation” à travers l’univers et l’homme est stimulé par Moi. En conséquence, le grand dragon rouge lui-même est fouetté dans un état de frénésie et de confusion par Moi et sert Mon œuvre et, malgré qu’il soit réticent, il est incapable de suivre ses propres désirs, ce qui ne lui laisse aucun autre choix que de se soumettre à Mon contrôle » (« Les déclarations de Dieu à l’univers entier La vingt-neuvième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Pendant la grande tribulation, Dieu a permis au grand dragon rouge de persécuter le peuple élu de Dieu, parce qu’Il voulait exploiter le grand dragon rouge et s’en servir au profit du peuple élu de Dieu afin qu’il voie clairement quelle est la substance de la corruption du grand dragon rouge envers Dieu. Si Dieu veillait sur nous et nous protégeait continuellement, sans nous laisser souffrir ne serait-ce qu’un peu de persécution dans la vie réelle, alors nous ne pourrions pas vraiment croire les paroles que Dieu a révélées au sujet de la nature de la corruption du grand dragon rouge ; et nous n’aurions pas conscience de la fidélité de Dieu. Par conséquent, Dieu nous permet de voir la vérité des faits au moment opportun. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons voir que tout ce que Dieu dit est vrai et que le grand dragon rouge est bien l’ennemi de Dieu, c’est-à-dire un esprit mauvais, et qu’il massacre les gens et engloutit l’esprit des gens. Si ces faits n’étaient pas révélés, je serais encore dupée et trompée par lui ; je le croirais encore quand il parle de « liberté de religion » et de « droits juridiques des citoyens ». Aujourd’hui, j’ai personnellement expérimenté la poursuite et la persécution du grand dragon rouge, j’ai vu de mes yeux le visage atroce du grand dragon rouge massacrer le peuple élu de Dieu. Et je sais maintenant que la liberté et la démocratie qu’il proclame ne servent tout simplement qu’à couvrir ses crimes. Je vois maintenant clairement la méchante et déplorable nature démoniaque du grand dragon rouge, et mon cœur le méprise profondément. Je me suis décidée à le trahir et de suivre Dieu jusqu’au bout.

Les tribulations viennent de Dieu et la programmation de leur fin est sans aucun doute entre les mains de Dieu. Lorsque l’œuvre de Dieu produira des résultats, Dieu ne perdra certainement pas de temps. Comme Dieu l’a dit, « Le temps de la tribulation ne sera pas trop long ; elle ne durera même pas un an. Si elle devait durer un an, elle retarderait la prochaine étape de l’œuvre et la stature des gens serait inadéquate. Si elle était trop prolongée, ils ne pourraient pas l’endurer. Leur taille a ses limites » (« Comment devrais-tu parcourir la dernière étape du chemin », La Parole apparaît dans la chair). Dieu a Son plan et Il ne retarde pas l’étape suivante de la diffusion de Son évangile. Dieu a de nous une compréhension approfondie, Il connaît nos statures, Il connaît nos situations et Il n’est pas disposé à laisser perdre des vies humaines. Dieu a fait des projets bien précis pour nous dans Son œuvre, Il a pensé à nos vies à tout point de vue ; mais, pendant ma tribulation, tout ce à quoi je pensais, c’était à ma propre sécurité et si oui ou non j’endurais des difficultés ; je ne pensais pas du tout à Dieu. Je suis vraiment égoïste et pitoyable ; je n’ai pas de conscience rationnelle et je ne suis pas digne de vivre en la présence de Dieu. Dans ma tribulation, Dieu a révélé ma véritable stature, ce qui m’a amenée à avoir une compréhension réaliste de moi-même. J’ai vu combien j’étais pauvre, pitoyable et aveugle ; je voyais que je n’avais ni foi ni amour pour Dieu, mais seulement rébellion et résistance, à un tel point que je pouvais trahir à tout moment et en tout lieu. À cette époque, je pouvais voir le danger qui me menaçait et sentais l’importance de posséder la vérité ; depuis, j’ai toujours soif de vérité. À cette époque, je lisais les paroles que Dieu a révélées au sujet de la nature corrompue de l’homme et je sentais s’animer en moi la parole de Dieu, comme une épée à double tranchant transperçant mes articulations et ma moelle osseuse et révélant la souillure et l’injustice tapies dans les profondeurs de mon cœur. Cela m’a fait voir que j’étais pitoyable et laide, et que j’étais profondément corrompue par Satan. J’ai commencé à me mépriser et à désirer me changer ; j’avais soif d’être une personne sincère. Je sentais que l’œuvre du jugement et du châtiment de Dieu purifiait vraiment les gens et, aussi longtemps que je chercherais sincèrement la vérité, je serais sûrement purifiée et sauvée. La première fois que j’ai senti la grande valeur de la parole de Dieu et l’importance de la vérité, mon cœur s’est réjoui intérieurement : je suis enfin entrée dans ma croyance en Dieu, je marche à grands pas vers un nouveau départ et j’entrevois l’espoir d’obtenir le salut. Par conséquent, j’ai pris une résolution : peu importe à quel point est chaotique le chemin qui m’attend, je resterai toujours ferme et inébranlable à la suite de Dieu et marcherai dans le droit chemin de la vie.

Les merveilleuses dispositions de Dieu nous ont permis d’entrer involontairement dans la tribulation et de sortir involontairement victorieux de la tribulation. La récolte que nous en avons moissonnée était claire et facile à voir. Par la tribulation, nous voyons que Dieu est tout-puissant et sage ; nous voyons que le grand dragon rouge est incapable et insensé. Il est débridé et sauvage, et n’a pas d’autre choix que d’être involontairement ébranlé par l’œuvre de Dieu ; il sera vaincu à jamais entre les mains de Dieu. Le grand dragon rouge tente vainement d’effrayer le peuple élu de Dieu par une persécution cruelle, et de perturber et démanteler l’œuvre de Dieu. Il ne réalise pas que Dieu utilise ceci pour perfectionner le peuple de Dieu. Même si, de l’extérieur, il semble que la persécution du grand dragon rouge ait touché le peuple, en réalité, tout est arrangé par la toute-puissante main de Dieu. Il disperse les gens et Il rassemble les gens, Il conduit les gens dans des tribulations et Il fait sortir les gens des tribulations ; Il laisse les gens endurer jusqu’à ce qu’ils souhaitent quitter, mais Il a toujours soutenu les gens, relevé les gens, et fait en sorte qu’ils ne puissent pas partir. C’est au milieu de ces merveilleux arrangements de Dieu que les gens sont en mesure de voir clairement la face hideuse du grand dragon rouge et de le mépriser vraiment du fond de leur cœur. Les gens peuvent aussi voir la grande puissance de Dieu et faire l’expérience de l’amour, de la toute-puissance et de la sagesse de Dieu. Ils sont plus fermes et inébranlables dans leur quête de Dieu, et ils peuvent voir leur véritable stature et leurs faiblesses ; leur cœur est animé d’une plus grande soif de Dieu et de vérité. Que Dieu intensifie la grande tribulation est tellement signifiant ; on relève tant de sagesse dans l’œuvre de Dieu. Personne ne peut Le concevoir. Il m’a été donné de prendre part à la grande tribulation organisée par Dieu ; ce fut vraiment l’exaltation de Dieu et Son amour abondant dans ma vie et mon honneur dans cette vie. Chaque fois que j’y réfléchis, je suis submergée d’émotion et je veux rendre grâces et louanges sincères à Dieu. Si je n’avais pas fait l’expérience de la tribulation, je n’aurais pas eu d’autre choix que de suivre aveuglément, de loin, comme un incroyant qui se tiendrait à l’écart des rangs de la formation offerte par le royaume et qui, au final, sombrerait et serait détruit. Si je n’avais pas fait l’expérience de la tribulation, je n’aurais pas eu la vraie foi en Dieu et je ne comprendrais pas la difficulté de l’œuvre de Dieu et qu’il n’était pas facile de sauver les gens. Si je n’avais pas fait l’expérience de la tribulation, je n’aurais pas pu voir le vrai visage du grand dragon rouge et je me ferais encore des illusions sur cette société obscure, j’aurais toujours un penchant pour ce monde et serais incapable de suivre Dieu avec un cœur inaltérable. C’est l’œuvre merveilleuse et sage de Dieu qui m’a conquise ; c’est la toute-puissance et le grand amour de Dieu qui m’ont conduite là où j’en suis aujourd’hui ! Dorénavant, quelles que soient les épreuves et les tribulations auxquelles je devrai faire face, je serai prête à compter sur ma foi et mon amour pour Dieu pour témoigner de Dieu et réconforter le cœur de Dieu.

Postes connexes

« La lumière de l’aube » Trouver l’Église avec l...
« un combat » Dieu m’a sauvé des mains des faux berger...