S’affranchir de ses entraves

25 juillet 2017

Par Momo, Chine

Avant de croire en Dieu, quoi que je fasse, je ne voulais jamais prendre de retard. J’étais prête à accepter n’importe quelle épreuve du moment que cela me permettait de me hisser au-dessus des autres. Après avoir accepté Dieu, mon attitude est restée la même parce que je croyais fermement au dicton : « Connaître les pires difficultés permet de dépasser l’ordinaire » et j’estimais que mon attitude était la preuve de ma motivation. Quand Dieu m’a révélé la vérité, j’ai finalement réalisé que je vivais dans les entraves de Satan, que je vivais dans sa sphère.

Il n’y a pas si longtemps, l’Église a prévu d’envoyer la sœur qui était mon associée servir à un poste de direction. Quand j’ai appris la nouvelle, j’en ai eu mal au cœur. Nous avons occupé toutes les deux des postes de direction jusqu’à notre affection à des postes de réviseurs. Maintenant, ma sœur retournerait à un poste de direction et servirait Dieu avec un potentiel de croissance illimité, alors que je serais toujours confinée à un bureau, à accomplir mon devoir dans l’ombre. Quel avenir pour moi dans ces conditions ? En y repensant, je me suis rappelée le vieil adage : « Il y a des millions de chemins différents qui mènent au succès ». Tant que j’accomplissais mon devoir correctement, je pouvais aussi réussir. J’avais simplement besoin de redoubler d’efforts dans ma recherche de la vérité. Si je me concentrais sur la révision des sermons pour qu’ils communiquent mieux la vérité, peut-être qu’un jour les dirigeants verraient que je comprenais la vérité. Alors, ils me proposeraient une promotion et mon avenir serait tout aussi brillant. Après cette prise de conscience, les nuages gris commencèrent à se retirer en faveur d’une détermination renouvelée. Je me suis totalement investie dans mon travail, et j’ai mangé et bu la parole de Dieu quand je n’étais pas occupée, sans oser me détendre un seul instant.

Un jour, j’ai lu le passage suivant dans un sermon : « Tout ce qui t’empêche de chercher Dieu et de poursuivre la vérité est l’une des entraves de Satan. Quelles que soient les entraves qui te lient à Satan, tu vis sous sa domination » (« Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »). Après avoir entendu cela, je ne pouvais m’empêcher de me demander : « Dans quelles entraves de Satan suis-je en train de vivre ? Lequel de ses poisons entrave ma quête de la vérité ? » Alors que j’essayais tranquillement de réfléchir à cette question, je me suis souvenue de ma situation récente. Après que ma sœur eut été envoyée à son nouveau poste, je n’étais pas passive. En fait, je me suis de plus en plus concentrée à manger et boire la parole de Dieu, à prier Dieu et à remplir activement mon devoir. À première vue, j’avais l’air d’être encore plus assidue qu’avant dans la recherche de la vérité, mais si vous tirez le rideau et que vous faites une analyse, ma capacité à accepter de me laisser distancer n’était motivée que par l’ambition de devenir, un jour, célèbre et supérieur à tous les autres. Mon ardent désir d’être la meilleure des meilleures expliquait pourquoi je ne suis pas devenue passive et pourquoi, au contraire, je poursuivais la vérité plus activement, mais ma prétendue quête de la vérité n’était qu’une illusion, une quête impure. Je cooptais une quête momentanée de la vérité pour atteindre mes propres fins égoïstes. En repensant à mes années passées à suivre Dieu, j’ai réalisé que tous mes sacrifices étaient payés par le poison de Satan : « Sans effort, pas de réconfort ». C’est ainsi qu’il m’a attachée comme à une chaîne invisible et m’a poussée à émerger de la foule et devenir le meilleur. Quand j’avais déjà un poste, j’ambitionnais toujours un poste encore plus élevé ; quand je perdais mon poste ou quand je ne réussissais pas à avancer, je ne devenais pas passive ; je semblais toujours prête à payer le prix pour rechercher la vérité. Cependant, ce n’était pas parce que je comprenais la vérité et que j’étais prête à me sacrifier pour elle. Je voulais simplement utiliser l’apparence du sacrifice pour émerger. C’est alors que j’ai finalement compris que ma position « Sans effort, pas de réconfort » était en fait l’un des poisons de Satan qui coulaient dans mes veines. On m’avait piégée ; le poison m’avait privée de toute mon humanité. J’étais arrogante et ambitieuse, ne sachant rien de mes perspectives. Tout cela s’est passé juste sous mon nez. En fait, je pensais que mon ambition témoignait de mes aspirations. Je pensais que mon tempérament arrogant concernant mon refus de prendre du retard était le signe de ma motivation. J’ai idolâtré les idées fausses de Satan comme des vérités et je les ai vues comme une marque d’honneur plutôt que comme une lettre écarlate. Comme j’avais été stupide d’avoir été dupée par Satan de cette façon, de ne pas avoir réussi à différencier le bien du mal ? J’ai enfin vu combien j’étais pathétique. J’ai aussi appris à quel point Satan est insidieux et méprisable. Satan utilise des mensonges spécieux pour nous tromper et nous corrompre. Il nous égare et nous jurons fidélité à ses stratagèmes trompeurs. Tout cela se fait à notre insu. Nous croyons poursuivre la vérité et nous sacrifier pour la vérité, mais, en réalité, nous nous berçons de nos propres illusions. Les poisons de Satan sont vraiment puissants ! Sans l’illumination de Dieu, je n’aurais jamais vu la vérité selon laquelle j’étais corrompue par Satan et je n’aurais certainement jamais percé à jour ses stratagèmes trompeurs. Sans l’illumination de Dieu, j’aurais continué à vivre dans les entraves de Satan jusqu’à ce que Satan finisse par me consumer complètement.

À ce moment-là, j’ai pensé aux paroles de Dieu : « Si tu es très heureux d’être un exécutant dans la maison de Dieu, travaillant avec application et consciencieusement dans l’obscurité, donnant toujours et ne prenant jamais, alors Je dis que tu es un saint loyal, parce que tu ne cherches pas de récompense et es simplement une personne honnête » (« Trois admonitions », dans La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont montré la voie de la pratique : étant l’une des créations de Dieu, je devrais L’aimer et Le satisfaire inconditionnellement, et accomplir pieusement mon devoir. C’est le sentiment qu’une des créations de Dieu devrait éprouver. C’est une quête conforme à Sa volonté. À partir de ce jour, je ferai de mon mieux pour rechercher la vérité. Je m’appuierai sur la vérité pour percer à jour la tromperie de Satan et rejeter ses entraves. Je ne poursuivrai plus rien de charnel. Au lieu de cela, je travaillerai dans l’obscurité, accomplissant mon devoir afin de satisfaire Dieu. Même s’il ne me reste rien à la fin, je continuerai de mon plein gré, sans aucun regret, parce que je ne suis qu’une des insignifiantes créations de Dieu. Satisfaire le Créateur est mon seul vrai but dans la vie.

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Comprendre un peu le salut

Depuis ces nombreuses années au cours desquels je marche à la suite de Dieu, j’ai renoncé aux plaisirs de ma famille et à ceux de la chair et je passe toute la journée à accomplir mon devoir dans l’Église. Voici ce que je croyais : tant que je n’abandonne pas le travail que l’Église m’a confié, que je ne trahis pas Dieu, ne quitte pas l’Église et suis Dieu jusqu’ à la fin, je serai survécue et sauvée par Lui. Je croyais également que je suivais le chemin du salut par Dieu et que je n’avais rien d’autre à faire que Le suivre jusqu’ à la fin.

Revenir sur la bonne voie

Par Chen Guang, États-Unis Dieu Tout-Puissant dit : « Servir Dieu n’est pas une mince affaire. Ceux dont le tempérament corrompu demeure...

Laisser un commentaire