L'Église de Dieu Tout-Puissant App.

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoignages de l'expérience du jugement de Christ

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

55 La seule façon d’éviter les catastrophes

Chaotuo, de Xiaogan, province du Hubei

Depuis le tremblement de terre du Sichuan, j’ai toujours craint et redouté d’être un jour frappée par une catastrophe. Particulièrement depuis que j’ai vu le nombre de catastrophes augmenter et les tremblements de terre devenir de plus en plus fréquents, ma peur d’un désastre imminent s’est même intensifiée. Par conséquent, je passe des journées entières à réfléchir aux précautions à prendre pour me protéger en cas de tremblement de terre.

Un jour, au déjeuner, la sœur de ma famille d’accueil a allumé la télévision comme d’habitude et il se trouve que le journaliste parlait justement des mesures de sécurité à prendre en cas de tremblement de terre. En cas de tremblement de terre, vous devez vous précipiter à l’extérieur, dans un espace ouvert, pour éviter d’être blessé par l’effondrement d’un bâtiment. Si vous n’arrivez pas à évacuer à temps, vous devez vous cacher sous un lit, une table ou dans un coin... Après avoir entendu cela, j’ai eu l’impression d’avoir trouvé une solution pour sauver des vies et j’ai rapidement mémorisé ces mesures de précaution afin de pouvoir sauver ma propre vie en cas de tremblement de terre. Je suis retournée dans ma chambre après le déjeuner, et j’ai regardé attentivement à l’intérieur et à l’extérieur de la maison, et j’ai été très déçue de ce que je voyais : il y avait un tas d’ordures sous le lit et il ne restait plus de place pour se cacher. En regardant à l’extérieur de la maison, à des centaines de mètres de l’endroit où je me trouvais, tous les bâtiments avaient 5 ou 6 étages et étaient bâtis très proches les uns des autres. Même si je devais évacuer mon immeuble, je mourrais très probablement écrasée. J’avais l’impression qu’il serait trop dangereux de remplir mes fonctions ici. Je devrais attendre que le chef de district vienne me chercher et me placer dans une famille d’accueil à la campagne. De cette façon, si un tremblement de terre se produisait, il serait plus facile de courir vers un espace ouvert. Mais ensuite, je me suis dit : mon travail de révision d’articles impliquait principalement de rester à l’intérieur, même si je vivais à la campagne, ma vie serait encore en danger. J’aurais également pu demander au chef de district de me transférer dans une équipe d’évangile de deuxième ligne. Ainsi, je serais au moins au grand air toute la journée et ce serait plus sûr que de rester à la maison. Le seul problème, c’est que je ne savais pas quand le chef de district allait venir. Pour l’instant, j’avais encore besoin de me préparer un abri. Ainsi, je vivais tous les jours dans la peur et ne parvenais pas à me concentrer sur la révision de mes articles.

Puis, un jour, j’ai lu le passage suivant des paroles de Dieu : « Quand sonnera l’heure de la catastrophe, la famine et la peste frapperont tous ceux qui s’opposent à Moi et ils seront en pleurs. Tous ceux qui ont commis tout genre de malice, mais qui M’ont suivi pendant de nombreuses années, n’échapperont pas à l’accusation ; ils vivront eux aussi dans un état constant de panique et de peur en plein dans la catastrophe qui a rarement été vue à travers les siècles. Et ceux parmi Mes disciples qui n’auront été fidèles qu’à Moi se réjouiront et applaudiront Ma puissance. Ils expérimenteront une satisfaction ineffable et vivront dans une joie que jamais Je n’ai accordée à l’humanité. […] Dans tous les cas, J’espère que vous préparez suffisamment de bonnes œuvres pour votre propre destination. C’est alors que Je serai satisfait ; sinon personne d’entre vous n’échappera à la catastrophe. C’est Moi qui provoque la catastrophe et elle est bien sûr orchestrée par Moi. Si vous ne pouvez pas sembler être bons sous Mes yeux, alors vous n’éviterez pas de souffrir la catastrophe » (« Tu dois préparer suffisamment de bonnes actions pour ta destination », La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont réveillée. Il s’avère que c’est Dieu qui provoque les catastrophes –elles viennent de Lui. Dieu veut utiliser les désastres pour détruire cette race humaine diabolique et corrompue. C’est ce que Dieu désire faire aux derniers jours. Les incroyants ne le savent pas, et pensent que ce sont des catastrophes naturelles. C’est ainsi qu’ils utilisent les moyens humains, les efforts humains, pour se sauver face aux catastrophes. Ils pensent qu’ils peuvent ainsi éviter les ravages de diverses catastrophes. Et moi qui était ignorante, je croyais en Dieu, mais je ne connaissais pas du tout l’œuvre de Dieu ; je pensais que tout ce que je devais faire, c’était suivre les mesures de précaution des incroyants et j’échapperais aux souffrances causées par les catastrophes et que je survivrais. Il était vraiment absurde que j’aie le même point de vue que les incroyants ! N’aurais-je pas dû savoir que si des gens n’accomplissent pas fidèlement leurs devoirs et omettent de réaliser de bonnes actions, Dieu ne les considèrera pas comme bons ? Quels que soient la puissance des hommes, l’état d’avancement de leurs mesures de précaution ou la perfection de leurs plans d’auto-sauvetage, il n’y a pas, au final, d’échappatoire à ces catastrophes que Dieu envoie sur l’homme. D’après mes différentes réactions à la menace de catastrophes, il était évident que je n’avais pas de réelle foi en Dieu. Je n’avais pas de réelle compréhension de l’œuvre de Dieu aux derniers jours, de Sa toute-puissance et de Sa souveraineté. Je n’avais aucune idée de qui Dieu veut détruire par ces catastrophes, ni qui Dieu veut sauver, et je ne reconnaissais pas non plus que, dans les catastrophes, seuls ceux qui sont fidèles à Dieu et qui ont préparé suffisamment de bonnes actions sont ceux qui sont épargnés dans les désastres. Par conséquent, lorsque la menace de la catastrophe planait, au lieu de réfléchir à la question de savoir si j’avais préparé ou non de bonnes actions, si j’étais fidèle à Dieu, si je cherchais la vérité et si j’avais reçu le salut de Dieu, je passais tout mon temps à réfléchir aux moyens de me sauver. Sans la vérité, nous devenons aussi pathétiques que cela !

Du temps de Noé, quand Dieu détruisit la terre avec le déluge, parce que Noé craignait Dieu et se tenait loin du mal, qu’il construisit l’arche selon la volonté de Dieu, qu’il dépensa tout son argent à la demande de Dieu et fit preuve de la plus grande loyauté, Dieu considéra qu’il était bon. Par conséquent, lorsque la catastrophe est arrivée, les huit membres de sa famille ont été épargnés. À ce moment-là, je me suis souvenue de ce qui avait été discuté dans « Échanges et prédication sur l’entrée dans la vie », « Si tu ne prépares pas de bonnes actions, quand frappera la catastrophe, ton cœur éprouvera de la panique tout au long de la journée. Sans bonnes actions, le cœur d’un homme ne connaît aucun confort et ne ressent aucune confiance ni paix dans son cœur. Puisqu’il n’a pas préparé de bonnes actions, il ne trouve ni paix ni joie réelles dans son cœur. Les méchants éprouvent de la culpabilité et ont le cœur mauvais. Plus ils entreprennent de mauvaises actions, plus ils se sentent coupables et plus ils sont envahis par la peur. Au jour de la grande catastrophe, tu devras faire davantage de bien et préparer davantage de bonnes actions afin que ton cœur soit réconforté et en paix. Alors seulement, tu ressentiras paix et réconfort dans ton cœur quand la catastrophe frappera » (« La signification importante de la préparation des bonnes œuvres », Sermons et échange sur l’entrée dans la vie (II)). Quand j’ai pensé combien je me sentais mal à l’aise et nerveuse toute la journée, craignant de mourir dans une catastrophe, je me suis rendu compte que c’était parce que je n’avais pas fait mon devoir fidèlement et que je n’avais préparé aucune bonne action. En accomplissant mon devoir, je n’avais jamais vraiment supporté le fardeau des tâches que l’Église m’avait confiées. Je n’avais jamais accompli mes devoirs avec un cœur fidèle à Dieu. Au lieu de cela, j’avais trompé Dieu et traité avec Lui pour satisfaire la chair. Je ne faisais pas grand-chose avec les articles qu’on m’envoyait, me contentant de les réviser négligemment, ne cherchant qu’à arriver au bout de ma tâche. Quand j’ai vu à quel point les articles écrits par mes frères et sœurs étaient désorganisés, je ne les ai pas guidés ni aidés avec diligence, mais j’ai simplement écrit quelques commentaires, sans me soucier de savoir s’ils les comprendraient ou s’ils seraient utiles. Au lieu de cela, je leur retournais les articles à la hâte et, par la suite, j’ai reçu de moins en moins d’articles à réviser. Par conséquent, le travail de révision a pratiquement cessé. Malgré cela, je n’ai pas réfléchi à mes actions, ni essayé d’identifier et rectifier la source du problème, mais je faisais des reproches à ma dirigeante, affirmant que si les problèmes surgissaient, c’était parce qu’elle n’accordait pas assez d’importance au travail de révision. Comment ai-je pu prétendre satisfaire Dieu par de telles actions et me sentir ainsi réconfortée dans mon cœur ? De cette façon, comment Dieu pouvait-il me considérer comme bonne ? Si je continue sur cette voie et ne poursuis pas la vérité correctement, si je ne parviens pas à être fidèle à ce qui m’a été confié par l’Église, et que je ne prépare pas de bonnes actions adéquates, je serai certainement incapable d’échapper à la colère de la punition de Dieu envers les méchants, même si je me conforme aux mesures de précaution énoncées par Satan lorsque surviendra une catastrophe.

Que Dieu soit remercié de m’avoir guidée en m’ouvrant l’esprit pour me permettre de comprendre que ce n’est qu’en faisant mon devoir correctement et en accomplissant suffisamment de bonnes actions que je pourrai me délivrer des souffrances causées par les catastrophes et avoir la vie sauve. C’est le seul et unique moyen. À l’avenir, je veux poursuivre la vérité avec droiture, être la plus fidèle possible dans l’exécution de mes devoirs et préparer de bonnes et grandes actions pour satisfaire Dieu.

Précédent:Les livres de Satan peuvent nous empoisonner

Suivant:La philosophie satanique enferme et dégrade

Vous aimerez peut-être également