Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoignages de l'expérience du jugement de Christ

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

90 Les richesses de la vie

WANG Jun, province du Shandong

Au fil des années, depuis que j’ai accepté l’œuvre du Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, ma femme et moi avons accompli cela ensemble sous l’oppression du grand dragon rouge. Au cours de ces années, même si j’ai eu des faiblesses, des souffrances et des larmes, je ressens un grand bénéfice d’avoir vécu cette oppression. Ces expériences amères m’ont non seulement fait voir clairement la nature malveillante, réactionnaire, et l’apparence hideuse du grand dragon rouge, mais j’ai aussi reconnu ma propre essence corrompe. Cela m’a aussi permis de vivre la toute-puissance et la sagesse de Dieu. J’ai vraiment vécu et reconnu la véritable signification de l’utilisation par Dieu du grand dragon rouge comme faire-valoir, ce qui a renforcé ma confiance en Dieu.

Après avoir accepté l’œuvre de Dieu dans les derniers jours, grâce à l’exaltation et aux bénédictions de Dieu, ma femme et moi avons accompli notre devoir en offrant l’hospitalité dans notre foyer. À cette époque, il y avait des frères et sœurs qui vivaient avec nous chaque jour et des gens rentraient et sortaient fréquemment. Nous étions donc relativement connus dans la région pour notre croyance en Dieu. Au cours de l’hiver 2003, l’oppression du grand dragon rouge s’est faite de plus en plus pressante. Un jour, notre dirigeant nous a dit : « La police vous surveille. Vous ne pouvez plus rester ici, vous devriez prendre vos affaires et vous en aller pour accomplir votre devoir. » Confrontés à cet arrangement de dernière minute, j’étais sous le choc. J’ai pensé : Cette maison au toit de tuiles qui m’a demandé tellement de travail, dans laquelle nous avons vécu depuis moins d’un an, je ne suis pas prêt à la laisser juste comme ça ! Oh Dieu, si Tu pouvais juste nous laisser vivre ici pendant quelques années avant de devoir partir, ce serait bien. Vivre autre part n’est pas aussi pratique, pas aussi confortable que de vivre chez soi. Mais dès que j’ai pensé à l’oppression du grand dragon rouge, j’ai quand même décidé qu’après avoir vendu la maison, nous devrions partir de chez nous pour accomplir notre devoir. Tandis que j’observais autour de notre maison récemment construite, j’ai ressenti une vague de tristesse et de douleur. Je ne pouvais vraiment pas supporter de m’en séparer ; je sentais que la vendre à ce moment-là était tellement dommage. Juste au moment où j’énumérais les gains et les pertes matériels et étais incapable de décider, j’ai entendu les paroles de Dieu résonner à mes oreilles : « Abraham a offert Isaac. Qu’avez-vous offert ? Job a tout offert. Qu’avez-vous offert ? Tellement de gens ont donné leur vie, offert leur cou au bourreau, versé leur sang afin de chercher le vrai chemin. Avez-vous payé ce prix ? En comparaison, vous n’êtes pas du tout qualifiés pour jouir d’une telle grâce […] » (« Le sens de sauver les descendants de Moab », La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu ont percé mon cœur au plus profond comme une épée à double tranchant. Je me suis senti incroyablement honteux. C’était vrai ! Pour répondre aux exigences de Dieu, Abraham a été prêt à supporter la grande douleur d’abandonner ce qu’il aimait, d’immoler son fils unique en offrande à Dieu. Quand Satan et Dieu ont fait un pari, même si Job a perdu tous ses biens et ses dix enfants, il était toujours capable de louer le nom de L’Éternel. Même à la fin, quand il subissait la torture d’être abandonné par ses amis et sa famille et d’être frappé par la maladie, il préférait plutôt maudire le jour de sa naissance que d’en vouloir à Dieu. Il a fait un témoignage fort et retentissant à Dieu et Satan a subi une défaite complète et humiliante. Il y a aussi eu tous ces saints et prophètes à travers les âges - dont certains d’entre eux, afin d’accomplir la volonté de Dieu, ont abandonné leur jeunesse et leur mariage, d’autres leurs familles et leurs proches ainsi que les richesses du monde. Certains ont même sacrifié leur propre vie et versé leur sang pour l’œuvre de Dieu… Mais, en me regardant, même si je me réjouissais des rares grâces du salut, dont des générations de saints n’avaient jamais pu jouir, et des riches paroles de vie accordées par Dieu, qu’avais-je abandonné pour Lui ? Qu’avais-je offert à Dieu ? L’Église m’obligeait à quitter ma maison à cause de l’oppression et de la poursuite du grand dragon rouge, afin que je ne tombe pas entre ses griffes et ne souffre pas de sa cruelle persécution. C’était le grand amour et la protection de Dieu envers nous, mais je ne distinguais pas le bien du mal, ni ne me souciais des intentions honnêtes de Dieu. Je ne pensais même pas à ma propre sécurité, je ne pensais qu’à mon désir d’avoir cette nouvelle maison au toit de tuiles et aux plaisirs de la chair. Je n’étais pas prêt à obéir à l’arrangement de Dieu - j’étais empli de cupidité et me souciais plus de l’argent que de la vie elle-même ! Aujourd’hui, je n’étais pas prêt à abandonner ma maison même pour ma sécurité. Si j’avais dû abandonner mes propres intérêts personnels comme offrande à Dieu, ou si j’avais dû abandonner ma vie ou verser mon sang pour l’œuvre de Dieu, comment quelqu’un comme moi, une personne étroite d’esprit, égoïste et méprisable, qui aime l’argent autant que la vie elle-même - serait prête à faire ce sacrifice pour Dieu ? Ne m’enfuirais-je pas bien avant ce moment ? J’ai souvent pensé à ouvrir la bouche pour dire : Je suis prêt à suivre l’exemple de Pierre et être un pionnier dans mon amour pour Dieu. Je suis prêt à tout abandonner, à tout dépenser sans penser à mon propre bénéfice, à ma perte ou à mon gain. Je veux uniquement satisfaire Dieu. Mais face à une situation réelle, aucune partie de moi n’était concentrée sur Dieu. Je ne pensais qu’à mes propres intérêts immédiats et, en réalité, j’essayais de négocier avec Dieu les plaisirs de la chair. Puis, je me suis demandé : Se pourrait-il que cela soit l’amour que je doive rendre à Dieu ? Dieu a dit : « Si tu aimes, alors tu te sacrifieras et endureras les difficultés avec joie, et t’entendras avec Moi. Tu abandonneras tout pour Moi […] Sinon, ton amour n’est pas de l’amour, mais une tromperie et une trahison ! Quel genre d’amour est le tien ? Est-il un vrai amour ? Est-il faux ? Combien as-tu abandonné ? Combien as-tu sacrifié ? Combien d’amour ai-Je reçu de toi ? Le sais-tu ? Votre cœur est débordant de mal, de trahison et de tromperie » (« Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus », La Parole apparaît dans la chair). J’ai prêté serment devant Dieu mais je ne l’ai pas honoré. N’est-ce pas là une façon d’essayer de tromper Dieu, de Le duper ? Quand j’y pensais, je ne pouvais m’empêcher de me prosterner devant Lui et de prier : « Oh Dieu Tout-Puissant, j’ai toujours cru que j’étais prêt à accueillir autant de frères et sœurs que possible sans jamais me plaindre des difficultés, et que c’était une expression de mon amour pour Toi. Mais ce n’est que maintenant que je réalise que la révélation que mon soi-disant amour était conditionnel et sélectif. Tout était basé sur ce que je voulais et je ne l’avais que dans un environnement confortable. Mais quand Tu as eu besoin que je supporte les difficultés de la chair et compromette mes propres intérêts, mon ’amour’ a simplement disparu. Dès lors, j’ai compris que je ne T’aimais pas réellement et que je n’accomplissais pas du tout mon devoir concernant mon endettement envers la vérité et que c’était encore moins pour Te rendre Ton amour, mais c’était pour payer un petit prix en échange de grandes bénédictions. Je suis vraiment un opportuniste sur toute la ligne, je suis une personne égoïste, méprisable et étroite d’esprit. Je ne suis tout simplement pas digne de vivre devant Toi et je suis encore mois digne de recevoir tout ce que Tu m’offre dans ma vie ! Oh mon Dieu, je ne suis plus disposé à Te décevoir et à me rebeller contre Toi, ni à Te blesser. Je suis disposé à respecter mon serment, à mettre de côté mon propre bénéfice personnel, et à obéir à Tes orchestrations et Tes arrangements. »

Après ça, j’ai mis mon énergie dans la vente de cette nouvelle maison et j’ai acheté un appartement de deux pièces dans un lieu étrange. Même s’il n’était pas comparable à notre ancienne maison, il y avait le téléphone et le chauffage, et des transports à proximité. J’en étais très heureux et nous y avons repris nos devoirs d’hôtes. Le printemps 2004 est arrivé en un clin d’œil et la police du Parti communiste avait encore une fois recommencé à nous soupçonner. Ils ont envoyé deux espions qui ont prétendu être des diseurs de bonne aventure pour obtenir des renseignements. Grâce à l’illumination et la direction de Dieu, nous avons percé leur stratagème, en nous appuyant sur la sagesse de Dieu, nous les avons mis à la porte. Quand l’Église l’a appris, nos devoirs ont été suspendus. Ils nous ont demandé de trouver du travail afin de sauvegarder notre environnement. À partir de ce moment-là, nous n’avons pratiquement pas eu de contact avec nos frères et sœurs. Six mois ont passé et la situation locale est devenue de plus en plus tendue. Un jour, nous avons soudain reçu une notification de l’Église nous disant qu’un Judas nous avait vendus et que nous devions partir le plus vite possible pour éviter de tomber entre les mains du grand dragon rouge. Confronté à cet arrangement de la maison de Dieu, cette fois-ci j’ai choisi d’obéir et une haine du grand dragon rouge est née dans mon cœur. J’ai pensé au passé quand j’avais entendu les paroles du grand dragon rouge proclamer : « Les citoyens ont la liberté de religion, et leurs droits et leurs intérêts légitimes sont protégés », et j’ai vu des églises être bâties partout. J’aimais, j’adorais cela ; je ressentais que cela avait conquis le cœur des gens. Mais aujourd’hui, face à la réalité, je voyais enfin clairement la face hideuse du grand dragon rouge, je voyais à travers ses machinations, et je savais que ses déclarations et ses actions en surface n’étaient que mensonges et tromperie, qu’elles n’étaient que des ruses. Ce n’était que des moyens détestables, de mauvais tours pour induire en erreur et aveugler les gens. C’était sinistre et impitoyable, sournois et trompeur, régressif contre Dieu et hautement réactionnaire. C’était un démon qui dévorait les gens et leur faisait du mal ! Dieu incarné est venu sur terre pour sauver Sa création, l’humanité. C’était quelque chose de juste et bon ; c’était une chose énorme, joyeuse, mais le grand dragon rouge n’autoriserait pas Dieu parmi les hommes, n’autoriserait pas les gens d’adorer Dieu et d’emprunter le bon chemin dans leur vie. Il a fait tout ce qu’il pouvait pour chasser frénétiquement le Christ, il a cruellement persécuté le peuple élu de Dieu, et a essayé de perturber et de détruire l’œuvre de Dieu. Il a essayé de chasser Dieu, d’exterminer le peuple élu de Dieu et de détruire Son œuvre dans les derniers jours. C’était vraiment hautement réactionnaire et intolérable pour les Cieux ! C’est alors que les paroles de Dieu me sont venues à l’esprit : « Liberté de religion ? Les droits et intérêts légitimes des citoyens ? Tout cela n’est qu’une ruse pour camoufler le péché ! […] Pourquoi lever un tel obstacle impénétrable à l’œuvre de Dieu ? Pourquoi employer diverses astuces pour tromper le peuple de Dieu ? Où sont la vraie liberté et les droits et intérêts légitimes ? Où est l’équité ? Où est le confort ? Où est la chaleur ? Pourquoi employer des complots divers pour tromper le peuple de Dieu ? Pourquoi utiliser la force pour réprimer la venue de Dieu ? Pourquoi ne pas permettre à Dieu de parcourir librement la terre qu’Il a créée ? Pourquoi harceler Dieu jusqu’à ce qu’Il n’ait nulle part où reposer la tête ? » (« L’œuvre et l’entrée (8) », La Parole apparaît dans la chair). Grâce à Ses paroles, j’ai pu voir clairement la face hideuse du grand dragon rouge, voir clairement la vérité de sa résistance et de sa persécution de Dieu ainsi que le mal et la contrainte infligés aux gens. J’ai pensé à combien de frères et sœurs qui, sous son oppression et sa poursuite, ne pouvaient pas rentrer chez eux et vivaient une vie de vagabonds, de sans-abris. J’ai pensé à combien de frères et sœurs avaient souffert du pouvoir destructeur de ses tortures inhumaines, combien de frères et sœurs avaient été emprisonnés sur de fausses accusations et avaient passé tant de jours sombres, menant leur vie dans un donjon indigne d’un chien ou d’un cochon, uniquement parce qu’ils croyaient en Dieu et accomplissaient leur devoir. J’ai aussi pensé à combien de frères et sœurs n’avaient aucune liberté sous sa surveillance ; ils n’avaient aucun moyen d’accomplir leur devoir et ils ne pouvaient pas mener une vie normale dans l’Église. Aujourd’hui, nous accomplissions à peine notre devoir de créature en croyant en Dieu et en offrant notre hospitalité. Nous nous acquittions de nos responsabilités, et n’avions absolument pas contrevenu aux lois et réglementations du grand dragon rouge, mais nous étions toujours victimes de restrictions et d’oppressions injustifiées. Nous ne pouvions que nous déraciner et partir encore vers un autre lieu pour accomplir notre devoir. Malgré cela, la police n’a pas arrêté ses recherches sur nous, mais ils se sont en fait déguisés en diseurs de bonne aventure pour trouver des renseignements, pensant qu’ils pourraient trouver des preuves pour nous piéger et nous persécuter. Le grand dragon rouge est véritablement et infiniment sinistre, traître, détestable et perfide ! À cette pensée, j’ai ressenti une juste indignation encore plus grande et étais empli d’une haine profonde pour le grand dragon rouge. Dieu soit loué ! C’était l’œuvre pratique et les paroles de Dieu qui ont complètement enlevé le masque du grand dragon rouge et ont pleinement exposé la laideur de son hypocrisie en apparence digne. Cela m’a enfin ouvert les yeux qui avaient été aveuglés. Mon esprit s’est éveillé et je voyais la clarté de la vérité selon laquelle le grand dragon rouge forge sa réputation en trompant le public et la vérité de sa tromperie et de sa dangerosité. J’avais la confiance et la détermination pour fermement l’abandonner, le rejeter. En plus de cela, comparé au mal exécrable et à la sombre souillure du grand dragon rouge, j’ai acquis une compréhension encore plus grande de la justice, de la sainteté, de la lumière et de la bonté de Dieu. J’ai vu le grand salut et le grand soin qu’Il nous accorde, à nous humains corrompus ; j’ai vu qu’aussi difficile que soit l’environnement, peu importe le type de résistance et d’oppression que nous opposait le grand dragon rouge, Dieu n’a jamais abandonné Son salut pour nous. Il supporte encore toutes les souffrances pour réaliser l’œuvre qu’Il doit réaliser. Dans ce monde mauvais et souillé, nous ne pouvons que compter sur Dieu - Il est notre plus grand amour et notre plus grand salut duquel nous tirons l’aspiration et le désir de rechercher la vérité tout au long de notre vie et de suivre le Christ. Dieu soit loué d’avoir préparé une telle fête à laquelle je participe, pour qu’au milieu de la misère je puisse gagner en discernement et en connaissance. Dorénavant, je jure sur ma vie que je me séparerai définitivement du grand dragon rouge. Je serai sont ennemi juré. Peu importe comment il me persécute ou me poursuit, je ne serai pas intimidé par son despotisme. Je ne ferai que suivre Dieu de très près, m’appuyer sur Sa direction, percer l’oppression de toutes les forces des ténèbres et accomplir mon devoir afin de rendre la grâce du salut de Dieu.

À cause des conditions difficiles qui ne nous ont pas permis de rester là longtemps, nous nous sommes encore une fois empressés de déménager vers un autre lieu étrange. Après notre arrivée, une sœur de la maison de Dieu a dit que c’était la région d’une minorité ethnique et que le grand dragon rouge n’était pas trop strict. L’environnement était relativement acceptable. Mais mon cœur n’était pas apaisé. Je me suis dit : C’est maintenant le règne du grand dragon rouge et c’est comme si des nuages sombres s’abattent sur la ville. Il ne nous permettra pas de croire en Dieu en paix. Bien sûr, même si nous n’étions là que depuis vingt jours, les espions du grand dragon rouge sont venus chez nous sous le prétexte de la collecte de la redevance d’assainissement et ont commencé à rechercher des gens à l’intérieur et à l’extérieur de la maison, demandant sévèrement à ma femme d’où elle était, où son lieu de résidence était enregistré et pourquoi elle était venue là. L’un d’eux lui a demandé si son mari avait un certain physique. Elle a dit oui, et, dès qu’ils ont entendu cela, ils ont échangé des regards entre eux. C’est uniquement à ce moment-là que ma femme a compris qu’ils savaient à quoi je ressemblais sans même avoir vu mon visage. Cela devait être le Judas qui m’avait vendu, qui leur avait même décrit mon apparence. Ils sont ensuite partis chez les voisins juste derrière chez nous. Ce n’est qu’à ce moment-là que nous avons compris que nos voisins travaillaient avec eux et qu’ils nous avaient surveillés. Nous l’avons immédiatement signalé à l’Église. Très vite, une sœur de l’Église nous a écrit une note qui disait : « La police locale est entrée en contact avec la police de vos villes natales. Ils sont déterminés à emprisonner ceux d’entre vous qui ont été dénoncés. Ils veulent tout d’abord observer la situation avec des visites impromptues et vous jauger, et quand ce sera le bon moment, ils vous embarqueront tous. Votre situation est périlleuse, vous devriez rentrer dans votre) ville natale à Shandong et vous cacher. Mettez-vous en route très vite - le plus tôt sera le mieux - si vous tardez, vous ne vous en sortirez peut-être pas ! » Après avoir vu cette note, nous n’avons pas osé l’ignorer. Nous avons décidé de partir le jour suivant. Ce soir-là, je me tournais et me retournais dans mon lit et ne pouvais absolument pas dormir. Je n’étais pas simplement incroyablement en colère face à cette persécution folle du grand dragon rouge, mais j’étais également confus et inconsolable par rapport à ce que l’avenir nous réservait. Oh ! J’ai tout d’abord cru que croire en Dieu était simple, que tout ce dont j’avais besoin était de reconnaître Dieu avec mes mots, croire en Lui dans mon cœur, et accomplir mes devoirs de mon mieux et je recevrais ainsi les louanges de Dieu. Je n’avais jamais imaginé que plus j’avançais sur cette route plus elle deviendrait difficile. Alors que j’étais inquiet et triste à cause du difficile périple qu’est la croyance en Dieu, Ses paroles m’ont éclairé : « Les gens ne prennent pas la croyance en Dieu au sérieux parce que croire en Dieu est trop inconnu, trop étrange pour eux. De cette façon, ils ne répondent pas aux exigences de Dieu. En d’autres termes, si les gens ne connaissent pas Dieu et ne connaissent pas Son œuvre, alors ils ne sont pas aptes à être utilisés par Dieu, encore moins peuvent-ils réaliser le désir de Dieu. “La croyance en Dieu” signifie croire qu’il y a un Dieu ; c’est le plus simple concept de la foi en Dieu. De plus, croire qu’il y a un Dieu n’est pas la même chose que croire véritablement en Dieu ; au contraire, c’est une sorte de foi simple avec de fortes connotations religieuses. La vraie foi en Dieu signifie faire l’expérience de la parole et de l’œuvre de Dieu sur la base d’une croyance que Dieu est souverain sur toutes choses. Ainsi tu seras libéré de ton tempérament corrompu, satisferas le désir de Dieu et connaîtras Dieu. Ce n’est qu’au long d’un tel parcours que l’on peut dire que tu crois en Dieu » (Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair). Je me suis assis en silence, essayant de comprendre le sens de Ses paroles. Intérieurement, je m’illuminais peu à peu : Oui, c’est la vérité que la vraie foi en Dieu signifie vivre Ses paroles et Son œuvre basées sur la croyance qu’Il détient la souveraineté sur toute chose afin que nous puissions être libérés de nos tempéraments corrompus, accomplir le désir de Dieu et arriver à Le connaître. C’est uniquement par un tel voyage qu’il peut être dit que nous croyons en Dieu. Ce n’était absolument pas aussi simple que je l’avais cru, que je n’avais besoin que de reconnaître Dieu avec mes mots, de continuer d’avoir des réunions avec les autres, de manger et boire les paroles de Dieu, et de remplir mon devoir. Ce type de croyance que j’avais était juste une vague croyance religieuse et elle ne contenait pas l’essence de la croyance en Dieu. Même si je pratiquais jusqu’au bout, je ne pourrais vraisemblablement pas satisfaire la volonté de Dieu, ni obtenir Ses louanges. J’ai pensé à Pierre ; dans sa croyance en Dieu, il a mis l’accent sur l’intégration des paroles de Dieu dans sa vie quotidienne afin de les vivre. Peu importe ce qui se passait, il cherchait à satisfaire la volonté et les exigences de Dieu. Qu’il s’agisse du jugement et du châtiment, des épreuves et du raffinement, ou de l’adversité et de la souffrance ou encore de la discipline, il était toujours capable de les accepter et d’y obéir. À partir de là, il a recherché la vérité, poursuivi sa quête de la connaissance de lui-même et de la connaissance de Dieu. Sa quête pendant de nombreuses années a non seulement résulté en un changement de son propre tempérament, mais il est aussi parvenu à acquérir une plus grande connaissance de Dieu que n’importe qui d’autre à travers les siècles. La foi de Pierre était en forte adéquation avec la volonté de Dieu et était la plus proche de la norme. Mais j’avais une vision bien trop simple de la croyance en Dieu. Je pensais que je devais juste continuer à faire des réunions avec les autres, manger et boire les paroles de Dieu et accomplir mon devoir et je serais capable de recevoir de Ses louanges. Quelle différence y a-t-il entre mes idées et celles des incroyants et des personnes religieuses ? En définitive, tout cela ne serait-il pas vain ? Ce n’est qu’alors que j’ai réalisé que toutes mes années de croyance en Dieu étaient remplies de confusion. Je ne savais même pas ce que signifiait croire en Dieu. Sans les révélations pratiques de Dieu et la direction et l’illumination de Ses paroles, je serais toujours en train de suivre Dieu tout en vivant suivant mes propres conceptions et mon imagination. Je n’aurais toujours pas vu que je suis vraiment un croyant religieux qui ne suit que sa propre voie. Je ne pouvais alors m’empêcher d’être un peu effrayé. J’ai compris que si je continuais dans cette voie confuse qui consistait à suivre Dieu sans me concentrer sur la pratique de Son œuvre, la recherche de la vérité ou un changement de tempérament, en fin de compte, je serais certainement rejeté par Dieu. Quand j’ai vu ma situation périlleuse, j’ai immédiatement offert une prière à Dieu : « Oh Dieu ! Merci pour Tes révélations et Ton illumination qui m’ont permis de comprendre la vérité et reconnaître les erreurs dans ma croyance en Dieu. Oh Dieu ! Je suis prêt à suivre l’exemple des pratiques de Pierre, à m’engager sur le chemin qu’il a emprunté. Puisque dorénavant j’ai choisi ce chemin, je suis prêt à aller de l’avant avec confiance, peu importe si la route est traître ou les dangers nombreux. Je suis prêt à avoir la volonté de souffrir, à obéir à Tes desseins et Tes arrangements, et à vraiment vivre Tes paroles et Ton œuvre selon ce que Tu exiges de moi afin que je puisse devenir l’une de Tes créations qui croit véritablement en Toi et T’adore. » Je me suis senti très soulagé après avoir prié et j’étais en confiance pour vivre l’œuvre de Dieu.

Le jour suivant, nous avons pris le train pour Shandong. Après nous être cachés pendant un temps dans notre ville natale à Shandong, et après quelques petits désagréments, guidés par le Saint-Esprit, nous avons finalement pu entrer en contact avec l’Église et nous avons repris notre vie dans l’Église. Mais le grand dragon rouge n’avait pas abandonné ses persécutions à notre encontre. Peu importe où nous allions, nous étions toujours sujets à ses restrictions et contraintes. La police venait fréquemment inspecter notre titre de séjour - parfois elle venait deux fois par jour et insistait fermement pour que nous demandions un titre de séjour temporaire, sinon elle nous chasserait. Par conséquent, déménager est devenu une chose habituelle pour nous. Plus tard, nous avons déménagé dans un immeuble plus grand où le fils d’un frère âgé de l’Église louait un appartement, ce frère nous y a donc hébergés. Mais là, nous avons non seulement dû demander un titre de séjour temporaire, mais nous devions aussi avoir un permis d’entrée et de sorti sinon ne n’aurions pas pu aller et venir, encore moins y emménager. Nous avons dû nous cacher dans la maison et nous ne pouvions pas sortir. Malgré tout, la police n’avait toujours pas abandonné. Elle faisait toujours fréquemment du porte-à-porte pour faire des inspections. C’est ainsi que nous avons constaté que dans ce pays dictatorial et sans foi dirigé par un parti athée, croire en Dieu était inhibé et réprimé à chaque fois. Cela faisait vraiment naître un ressentiment silencieux. La situation a été particulièrement tendue, très difficile, au cours des Jeux Olympiques de 2008. Le grand dragon rouge nous a tendu des pièges et la police montait la garde partout. Cependant, c’est dans ces circonstances que nous avons vu la toute-puissance et la sagesse de Dieu, ainsi que Ses actes merveilleux, que c’était Dieu qui concevait tout. À chaque fois que les représentants locaux voulaient faire une inspection, suivant le dessein de Dieu, l’homme qui surveillait l’entrée principale prévenait notre frère âgé pour que nous puissions nous préparer rapidement et nous cacher à temps. Un jour, la police a fait une inspection surprise pendant que nous étions en pleine réunion. Nous avons entendu les chiens à l’extérieur aboyer comme des fous. Les gens en charge de l’inspection avaient forcé le passage dans la cour sous prétexte de vérifier les compteurs électriques, ils allaient partout, regardaient partout, cherchaient, interrogeaient et faisaient peur à notre frère âgé, qui a utilisé la sagesse de Dieu pour les forcer à partir. Nous étions tous apeurés une fois qu’ils sont partis. Heureusement, nous nous étions tous cachés à temps - s’ils nous avaient trouvés ou avaient trouvé les livres des paroles de Dieu, les conséquences auraient été inimaginables. Alors que la peur persistait dans mon cœur, ces paroles de Dieu ont résonné dans ma tête : « Ne subis pas le contrôle de qui que ce soit, d’aucune situation ou d’aucune chose ; tant que c’est conforme à Ma volonté, alors pratique-le en accord avec Mes paroles. N’aie pas peur, car Mes mains te soutiennent et Je te protégerai sûrement de tous les méchants » (Extrait de « La vingt-huitième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). « Agissez courageusement, gardez simplement la tête haute ! N’ayez pas peur. Moi, votre Père, Je suis ici pour vous soutenir, et vous ne souffrirez pas. Tant que vous priez et implorez fréquemment devant Moi, Je vous accorderai toute la foi. Ceux qui sont au pouvoir peuvent sembler vicieux de l’extérieur, mais il ne faut pas avoir peur, car c’est parce que vous avez peu de foi. Tant que votre foi grandit, rien ne sera trop difficile. Réjouissez-vous et sautez à cœur joie ! Tout est sous vos pieds et à Ma portée. L’accomplissement ou la destruction ne sont-ils pas déterminés par une seule de Mes paroles ? » (Extrait de « La soixante-quinzième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). J’ai eu honte après avoir lu les paroles de Dieu. C’était vrai. Les gens, les événements et les choses de ce monde ne font-ils pas tous partie des desseins et des arrangements de Dieu ? Tous, n’existent-ils pas, ne se renouvellent-ils pas, ne changent-ils pas et ne disparaissent-ils pas selon Ses pensées ? Le grand dragon rouge est aussi une création des mains de Dieu. Aussi sauvage soit-il, il ne peut échapper à Son règne. S’Il veut le détruire, n’aurait-il pas simplement à prononcer un mot ? Dieu ne l’a pas détruit, mais Il a permis sa sauvagerie pour un temps. C’est pour nous donner confiance et courage, et pour nous permettre de connaître la sagesse, l’omnipotence et les actions merveilleuses de Dieu à travers nos expériences. C’est aussi pour nous permettre de reconnaître la nature mauvaise et réactionnaire ainsi que l’apparence hideuse du grand dragon rouge dans son oppression, afin que nous puissions la haïr, la rejeter, la trahir et la maudire du plus profond de notre cœur. Sous l’orientation et la direction des paroles de Dieu, non seulement je n’étais plus timide et apeuré, mais j’étais plein de gratitude pour Dieu. J’étais prêt à être obéissant dans cet environnement et à affronter le grand dragon rouge, à accepter la propre formation et le propre perfectionnement de Dieu, à chercher à comprendre et acquérir davantage de vérité. Dans les quelques mois qui ont suivi, la police locale avait fait deux ou trois visites surprises chaque mois pour que nous ne puissions pas nous y préparer. Mais c’était dans ces conditions terribles que nous avons pu leur échapper à maintes reprise grâce au soin et à la protection de Dieu. Il y avait toujours des fois où l’on y échappait de justesse et les choses tournaient finalement bien au dernier moment. Après ces expériences, je ne pouvais m’empêcher de ressentir une véritable gratitude pour Dieu et de Le louer du plus profond de mon cœur. Je me suis dit : « Oh Dieu Tout-Puissant ! Tu es vraiment le Seigneur de l’univers qui est en charge de toute chose. Tes actions merveilleuses sont partout et, grâce à mes propres expériences, j’ai non seulement pu goûter à Ton omnipotence et à Ta sagesse, mais j’ai pu aussi voir que Tu es mon plus grand soutien, Tu es mon refuge et j’ai vu que le grand dragon rouge n’est rien d’autre qu’un tigre de papier. Quand on le regarde de l’extérieur, il n’est que griffes et crocs, terriblement dominateur, mais face à Toi, il est si faible et impuissant - il ne peut résister à un seul coup. Il ne peut que se soumettre à Tes directives et à Tes desseins. Tant que j’ai confiance je peux triompher de toutes les forces des ténèbres. Oh Dieu ! Bien que je sois aujourd’hui dans ce pays contrôlé par un démon, je ne serai sous la contrainte de personne, d’aucun évènement, ni d’aucune chose. Je surmonterai simplement l’oppression des ténèbres, je quitterai ce lieu de souillure pour agir comme preuve de Ta victoire. »

Dans la situation terrible d’être pourchassé par le grand dragon rouge, j’ai profondément ressenti que c’était les paroles du Dieu Tout-Puissant qui me guidaient épreuve après épreuve, m’aidaient à triompher maintes fois dans les tests de Satan. C’était la grande grâce et protection de Dieu qui m’ont amené ici aujourd’hui. En repensant au chemin que j’ai emprunté, j’ai subi l’oppression et la poursuite du grand dragon rouge, je n’ai pas pu retourner chez moi et j’ai été déporté, j’ai vécu une vie de vagabond, et je n’ai pas eu de « nid douillet » comme les gens du monde ont ni n’ai-je pu avoir le cœur aussi léger qu’eux ou mener une vie paisible. Et à cause de l’oppression du grand dragon rouge, mon cœur a subi d’importantes souffrances et douleurs. Cependant, comme j’ai vécu ces situations amères, j’ai obtenu des richesses de la vie que personne n’a obtenues à travers les siècles. En subissant l’oppression du grand dragon rouge, j’ai reconnu ma propre nature égoïste et méprisable. J’ai vu que je ne croyais pas vraiment en Dieu, ni ne L’aimais vraiment. En ayant subi l’oppression du grand dragon rouge, j’ai reconnu sa nature traîtresse, méprisable et diabolique. Grâce à ce contexte, j’ai acquis une plus grande compréhension de l’essence de la justice, de la fidélité, de la lumière et de la bonté de Dieu. À travers cette expérience d’oppression par le grand dragon rouge, j’ai pris conscience de ma propre foi vague et incertaine et j’ai compris le sens véritable et la valeur de la croyance en Dieu. À travers cette oppression, j’ai aussi obtenu une plus grande compréhension de la sagesse et de la toute-puissance de Dieu et de Ses actions merveilleuses, et j’ai percé l’essence cruelle, diabolique et réactionnaire du grand dragon rouge qui est hostile à Dieu. J’ai clairement vu comment il corrompt les gens, les trompe et leur fait du mal. Grâce à cela j’ai développé une profonde haine envers lui et j’étais prêt à m’appuyer sur les paroles de Dieu pour rejeter le tempérament corrompu de Satan, pour pouvoir complètement tourner le dos au grand dragon rouge, pour vivre comme une vraie personne et satisfaire le cœur de Dieu. C’est l’œuvre pratique de Dieu qui m’a permis de goûter personnellement à un festin de vie aussi riche. Non seulement cela a réveillé on cœur qui avait longtemps été aveuglé par le grand dragon rouge, mais m’a aussi permis d’obtenir tant de grandes richesses de vie et, avant que je m’en aperçoive, j’avais emprunté le droit chemin de la croyance en Dieu. Je loue Dieu Tout-Puissant et Lui rends grâce !

Précédent:Consacrer ma vie à la dévotion

Suivant:Une jeunesse passée sans regret

Vous aimerez peut-être également