Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoignages de l'expérience du jugement de Christ

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

38 Le secret caché au plus profond de mon cœur

Wuzhi, de Linyi, province du Shandong

Au printemps 2006, j’ai été démis de mes fonctions de dirigeant et renvoyé chez moi parce que j’étais considéré comme trop « béni-oui-oui ». À mon retour, j’ai plongé au fond d’un creuset de tourments et de douleur. Jamais je n’aurais pensé qu’après des années de leadership, les choses se détérioreraient parce que j’étais un « béni-oui-oui ». C’était ma fin, pensai-je ; tous ceux qui m’étaient familiers connaissaient mon échec et j’allais servir de mauvais exemple dans l’Église. Comment pourrais-je affronter les autres après tout cela ? Plus j’y pensais, plus je devenais négatif, au point de perdre finalement la foi de continuer à chercher la vérité. Cependant, quand j’ai repensé à tous les sacrifices et investissements que j’avais consentis au cours de ces dernières années, je n’ai pu me résoudre à abandonner. Si je m’efface complètement et accepte cet échec, tous mes efforts ne seront-ils pas vains ? Ne vais-je pas baisser encore plus dans l’estime des autres ? Je ne peux pas laisser cela arriver ! Je dois me défendre et ne pas laisser les autres me mépriser. Maintenant, même si je dois m’éreinter à essayer de me relever, peu importe combien de torts je subirai, je dois reprendre du courage— je ne peux pas abandonner à mi-chemin ! Tant que je garderai à l’esprit les leçons de mon échec et me concentrerai sur la recherche de la vérité, peut-être qu’un jour pourrai-je redevenir un dirigeant. Avec ces pensées en tête, toute la négativité et la tristesse se sont évanouies et je me suis senti empli d’une énergie renouvelée pour ma poursuite.

À partir de ce moment, j’ai investi de longues heures chaque jour, mangeant et buvant activement la parole de Dieu pour m’équiper de la vérité tout en réfléchissant et en analysant profondément mes transgressions passées. J’ai écrit d’innombrables textes détaillant mon expérience de la vie, ainsi que des sermons. Un peu plus tard, quand j’ai vu que deux de mes textes avaient été sélectionnés, j’ai ressenti encore plus de foi dans ma poursuite. Je me suis dit : « Continue à travailler et ton rêve deviendra bientôt réalité ». Ainsi, j’ai continué ma poursuite et je me sentais réconforté que ma situation était plus ou moins revenue à la « normale ».

Un jour, pendant mon temps de culture spirituelle, j’ai été attiré par un passage de la parole de Dieu : « Si tu dois te comprendre, tu dois comprendre ta vraie situation ; la chose la plus importante dans la compréhension de ta propre situation, c’est de saisir tes propres pensées et idées. À chaque période de temps, les pensées des gens ont été contrôlées par une chose principale ; si tu peux maîtriser tes pensées, tu peux maîtriser ce qui les contrôle » (« Les gens qui ont toujours des exigences à l’égard de Dieu sont les moins raisonnables », Récits des entretiens du Christ). En pensant à la parole de Dieu, je me suis soudain posé la question à moi-même : Qu’est-ce qui domine mes pensées maintenant ? Qu’est-ce qui se cache derrière toutes mes pensées ? J’ai commencé à réfléchir soigneusement sur mon mode de pensée et, sous la direction de Dieu, j’ai réalisé que depuis que j’avais été remplacé, mes pensées étaient dominées par le désir de « récupérer ma réputation et mon statut d’autrefois, me défendre, et ne pas continuer à être méprisé par les autres ». Cette pensée me servait de pilier spirituel, me permettant de persévérer au fond du creuset de mon propre désespoir, et me fournissant l’impulsion de poursuivre mon but. Avec cette pensée en tête, j’étais resté « inébranlable et rigide » sous ce barrage constant d’« insultes et d’humiliation ». À ce moment, je me suis rendu compte que ma poursuite était impure, motivée par mes désirs et pas du tout positive.

En y repensant, je vois que Dieu m’avait exposé pour me permettre de réfléchir sur moi-même et comprendre ma propre nature satanique afin de rester enraciné et direct dans ma poursuite de la vérité, afin de rejeter le mal et le péché pour recevoir le salut de Dieu. Cependant, je n’ai certainement pas remercié Dieu pour son don de salut, et je ne me détestais pas non plus pour les maux que j’avais commis. De plus, je ne me reprochais rien et ne ressentais aucune repentance de n’avoir pas été à la hauteur des attentes de Dieu. Au lieu de cela, poussé par ma nature arrogante qui m’amenait à penser que « Je dois l’emporter à tout prix », je me suis totalement investi à échafauder mes plans, ne pensant qu’au jour où je me relèverais, serais de nouveau nommé dirigeant, et regagnerais la réputation que j’avais si profondément ternie. En effet, j’espérais reconstruire une image satanique de moi-même pour que les autres puissent l’admirer et la vénérer. De toute évidence, j’avais de grandes ambitions — si grandes que j’étais prêt à un bras de fer avec Dieu jusqu’au bout. J’étais arrogant à l’extrême et n’avais pas le moindre respect ni la moindre crainte envers Lui dans mon cœur. En repensant à mon ancien état, j’ai senti mes cheveux se dresser sur ma tête. Je n’aurais jamais imaginé qu’une telle ambition sauvage se cachait derrière mes pensées. Pas étonnant que Dieu ait dit : « si tu peux maîtriser tes pensées, tu peux maîtriser ce qui les contrôle. ». En effet. Par le passé, je considérais mes pensées comme des notions fugaces et n’avais jamais pris le temps de les analyser et de les comprendre. C’est seulement maintenant que je comprends qu’il est très important de saisir ses pensées et d’analyser activement les choses qui se trouvent au fond de son cœur pour comprendre sa nature intérieure !

Merci mon Dieu pour cet éclairage qui m’a sorti de mon aveuglement. Sans cela, je serais toujours trompé par ma propre fausseté –filant droit dans le mur, aveuglé par mon ambition, vers une mort imminente. C’est tellement effrayant ! Ce faisant, j’ai aussi compris qu’en me remplaçant, Dieu me protégeait et m’accordait le salut. Si quelqu’un comme moi — d’une telle arrogance et d’une ambition aussi folle—n’avait pas traversé le tourment du creuset du châtiment et du jugement de Dieu, je serais invariablement devenu un antéchrist et aurais causé ma propre mort. Cher Dieu, je jure d’abandonner toute poursuite injuste, de me détourner de mon arrogance et de mon ambition et d’obéir à chacun de Tes commandements. Je poursuivrai la vérité avec sérieux, accomplirai chacun de mes devoirs et vivrai comme une personne réelle et authentique pour réconforter Ton cœur.

Précédent:La plus grande sagesse est d’honorer Dieu et de tourner son regard vers Lui

Suivant:Utiliser la parole de Dieu comme un miroir

Vous aimerez peut-être également