2. L’objectif et la signification de chacune des trois étapes de l’œuvre de Dieu

(1) Le but et la signification de l’œuvre de Dieu à l’ère de la Loi

Paroles de Dieu concernées :

L’œuvre que l’Éternel a réalisée parmi les Israélites a établi au sein de l’humanité le lieu de l’origine terrestre de Dieu, qui est aussi le lieu sacré où Il était présent. Il a circonscrit Son œuvre au peuple d’Israël. Dans un premier temps, Il n’a pas œuvré en dehors d’Israël, mais Il a plutôt choisi des gens qu’Il a trouvé appropriés afin de restreindre le champ d’action de Son œuvre. Israël est le lieu où Dieu a créé Adam et Ève et, de la poussière de ce lieu, l’Éternel a fait l’homme ; cet endroit est devenu la base de Son œuvre sur la terre. Les Israélites, qui étaient les descendants de Noé et aussi les descendants d’Adam, sont la fondation humaine de l’œuvre de l’Éternel sur la terre.

À l’époque, la signification, le but et les étapes de l’œuvre de l’Éternel en Israël étaient de commencer Son œuvre sur toute la terre, s’étendant progressivement aux nations païennes à partir de son centre en Israël. C’est le principe suivant lequel Il œuvre à travers l’univers – établir un modèle, puis l’élargir jusqu’à ce que tous les peuples de l’univers aient reçu Son Évangile. Les premiers Israélites étaient les descendants de Noé. Ces gens avaient seulement le souffle de l’Éternel et en savaient assez pour subvenir à leurs besoins essentiels de la vie, mais ils ne savaient pas quel genre de Dieu était l’Éternel, pas plus qu’ils ne connaissaient Sa volonté pour l’homme, et encore moins comment ils devaient révérer le Seigneur de toute la création. Quant à savoir à quelles règles et lois ils devaient obéir[a] ou quel devoir les êtres créés devaient accomplir pour le Créateur, les descendants d’Adam n’en savaient rien. Tout ce qu’ils savaient, c’est que le mari devait suer et travailler dur pour nourrir sa famille et que la femme devait se soumettre à son mari et perpétuer la race des humains que l’Éternel avait créée. En d’autres termes, de telles gens, qui avaient seulement le souffle de l’Éternel et Sa vie, ne savaient pas du tout comment suivre les lois de Dieu ou comment satisfaire le Seigneur de toute la création. Ils comprenaient bien trop peu de choses. Donc, même s’il n’y avait rien de malhonnête ou de rusé dans leur cœur et même s’ils éprouvaient rarement de la jalousie et ne se disputaient pas, néanmoins, ils ne connaissaient pas ou ne comprenaient pas l’Éternel, le Seigneur de toute la création. Ces ancêtres de l’homme ne savaient que manger les choses de l’Éternel et profiter des choses de l’Éternel, mais ils ne savaient pas révérer l’Éternel ; ils ne savaient pas que l’Éternel était Celui qu’ils devaient adorer à genoux. Alors, comment pouvaient-ils être appelés Ses créatures ? Si tel était le cas, que dire des paroles : « L’Éternel est le Seigneur de toute la création » et « Il a créé l’homme pour que l’homme puisse Le manifester, Le glorifier et Le représenter » ? N’auraient-elles pas été prononcées en vain ? Comment des hommes qui n’avaient aucune vénération pour l’Éternel pouvaient-ils devenir un témoignage de Sa gloire ? Comment pouvaient-ils devenir une manifestation de Sa gloire ? Les paroles de l’Éternel : « J’ai créé l’homme à Mon image » ne deviendraient-elles pas alors une arme entre les mains de Satan, le malin ? Ces paroles ne deviendraient-elles pas alors un signe d’humiliation pour la création de l’homme par l’Éternel ? Afin de terminer cette étape de l’œuvre, l’Éternel, après la création de l’humanité, ne l’a pas instruite ni guidée, depuis l’époque Adam à celle de Noé. Au contraire, ce n’est qu’après le déluge qui a détruit le monde qu’Il a officiellement commencé à guider les Israélites qui étaient les descendants de Noé, et aussi d’Adam. Son œuvre et Ses déclarations en Israël ont donné une direction à tous les hommes d’Israël alors qu’ils vivaient dans tout le pays d’Israël, montrant ainsi à l’humanité que l’Éternel était non seulement capable de souffler dans l’homme un souffle de vie afin qu’il reçoive de Lui la vie et qu’il s’élève de la poussière, transformé en un être humain créé, mais qu’Il pouvait aussi détruire l’humanité par les flammes, maudire l’humanité et utiliser Sa verge pour gouverner l’humanité. De même, ils ont vu aussi que l’Éternel pouvait guider la vie de l’homme sur terre et parler et travailler dans l’humanité selon les heures du jour et de la nuit. Il a fait l’œuvre seulement pour que Ses créatures puissent savoir que l’homme venait de la poussière qu’Il avait prise et, en plus, que l’homme avait été créé par Lui. Pas seulement cela, mais Il a d’abord fait Son œuvre en Israël afin que les autres peuples et nations (qui, en fait, n’étaient pas séparés d’Israël, mais s’étaient détachés des Israélites, étaient pourtant toujours des descendants d’Adam et Ève) puissent recevoir d’Israël l’Évangile de l’Éternel, afin que toutes les créatures de l’univers puissent Le révérer et Le considérer comme grand. Si l’Éternel n’avait pas commencé Son œuvre en Israël, mais, plutôt, ayant créé l’humanité, l’avait laissée mener une vie sans souci sur la terre, alors, dans ce cas, en raison de la nature physique de l’homme (« nature » signifie que l’homme ne peut jamais connaître les choses qu’il ne peut pas voir, c’est-à-dire qu’il ne sait pas que l’Éternel a créé l’humanité, encore moins pourquoi Il l’a créée), l’homme ne saurait jamais que l’Éternel a créé l’humanité et qu’Il est le Seigneur de toute la création. Si l’Éternel avait créé l’homme et l’avait placé sur la terre et S’était tout simplement lavé les mains et était parti plutôt que de rester parmi les hommes pour les diriger pendant une certaine période, alors toute l’humanité serait retournée au néant ; même le ciel et la terre et toutes les choses qu’Il a créés, y compris toute l’humanité, seraient retournés au néant et, en plus, auraient été foulés aux pieds par Satan. Ainsi, la volonté de l’Éternel selon laquelle « sur la terre, c’est-à-dire au milieu de Sa création, Il devrait avoir un endroit où résider, un lieu saint » aurait été brisée. Et donc, après avoir créé les hommes, qu’Il ait pu rester au milieu d’eux pour les guider dans leur vie et leur parler depuis cette place au milieu d’eux, tout cela avait le but de réaliser Son désir et d’accomplir Son plan. L’œuvre de Dieu en Israël n’avait que le but d’exécuter le plan qu’Il avait mis en place avant Sa création de toutes choses, et donc Son œuvre, d’abord parmi les Israélites, et Sa création de toutes choses n’étaient pas en contradiction l’une avec l’autre, mais les deux étaient faites pour Sa gestion, Son œuvre et Sa gloire, et aussi pour approfondir le sens de Sa création de l’humanité. Il a guidé la vie des hommes sur la terre pendant deux mille ans après Noé, au cours desquels Il leur a appris à comprendre comment révérer l’Éternel, le Seigneur de toute la création, comment se comporter et comment vivre leur vie, et surtout, comment agir comme des témoins de l’Éternel, Lui obéir, Le révérer, et même Le louer avec de la musique comme David et ses sacrificateurs.

Extrait de « L’œuvre à l’ère de la Loi », dans La Parole apparaît dans la chair

Au commencement, guider l’homme dans l’ère de la Loi de l’Ancien Testament, c’était comme guider la vie d’un enfant. L’humanité primitive venait de naître de l’Éternel ; c’était les Israélites. Ils ne savaient pas comment révérer Dieu ou vivre sur la terre. Ce qui veut dire que l’Éternel a créé l’humanité, c’est-à-dire qu’Il a créé Adam et Ève, mais qu’Il ne leur a pas donné les facultés de comprendre comment révérer l’Éternel ou suivre les lois de l’Éternel sur la terre. Sans la supervision directe de l’Éternel, personne ne pouvait apprendre cela directement, car l’homme, au commencement, ne possédait pas de telles facultés. L’homme savait seulement que l’Éternel était Dieu, mais de ce qu’il en était de la manière de Le révérer, du genre de conduite à adopter pour Le révérer, de l’esprit qu’il fallait avoir pour Le révérer ou de ce qu’il fallait Lui offrir en signe de révérence, l’homme n’en avait absolument aucune idée. L’homme savait seulement comment profiter de ce dont il pouvait tirer profit parmi toutes les choses créées par l’Éternel, mais concernant le genre de vie qui convenait à une créature de Dieu sur la terre, l’homme n’en savait rien du tout. Sans quelqu’un pour l’instruire, sans quelqu’un pour la guider personnellement, cette humanité n’aurait jamais mené la vie qui convenait à l’humanité, mais aurait seulement été furtivement maintenue en captivité par Satan. L’Éternel a créé l’humanité, ce qui veut dire qu’Il a créé les ancêtres de l’humanité, Ève et Adam, mais qu’Il ne leur a pas décerné plus d’intelligence ou de sagesse. Même s’ils vivaient déjà sur la terre, ils ne comprenaient presque rien. Et donc, l’œuvre de l’Éternel consistant à créer l’humanité était seulement à moitié finie et était loin d’être terminée. Il avait seulement formé un modèle de l’homme à partir de la poussière de la terre et lui avait donné Son souffle, mais Il n’avait pas donné à l’homme la volonté suffisante pour Le révérer. Au commencement, l’homme n’avait pas l’esprit à Le révérer ou à Le craindre. L’homme savait seulement comment écouter Ses paroles, mais ignorait les connaissances de base de la vie sur la terre et les règles normales de la vie humaine. Et donc, même si l’Éternel a créé l’homme et la femme, et a terminé Son projet de sept jours, Il n’a pas du tout achevé la création de l’homme, car l’homme n’était qu’une coque et manquait de la réalité d’être humain. L’homme savait seulement que c’était l’Éternel qui avait créé l’humanité, mais il n’avait pas la moindre idée de la façon d’observer les paroles et les lois de l’Éternel. Et donc, après que l’humanité est venue à l’existence, l’œuvre de l’Éternel était loin d’être terminée. Il devait encore entièrement guider l’humanité pour qu’elle se présente devant Lui, afin qu’elle puisse être capable de vivre sur la terre et de Le révérer, et qu’elle puisse être capable, suivant Sa direction, d’entrer sur le bon chemin d’une vie humaine normale sur la terre. De cette façon seulement l’œuvre qui avait été principalement réalisée sous le nom de l’Éternel a-t-elle été achevée ; c’est-à-dire que de cette façon seulement l’œuvre de la création du monde par l’Éternel a été conclue. Et donc, puisqu’Il avait créé l’humanité, Il devait guider la vie de l’humanité sur la terre pendant plusieurs milliers d’années, afin que l’humanité puisse respecter Ses décrets et Ses lois, et participer à toutes les activités d’une vie humaine normale sur la terre. Alors seulement l’œuvre de l’Éternel a-t-elle été entièrement complète.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Vous avez lu ces règles et ces principes de l’ère de la Loi, n’est-ce pas ? Les règles couvrent-elles un large éventail de domaines ? D’abord, elles couvrent les dix commandements, puis les règles sur la construction des autels, etc. Ces dernières sont suivies par les règles pour observer le sabbat et les trois fêtes, après quoi viennent les règles pour les offrandes. Avez-vous vu combien de types d’offrandes il y a ? Il y a les holocaustes, les offrandes de gâteaux, les offrandes d’actions de grâces, les offrandes d’expiation, etc. Elles sont suivies de règles pour les offrandes des sacrificateurs, notamment les holocaustes, les offrandes de gâteaux des sacrificateurs et d’autres sortes d’offrandes. Les huitièmes règles concernent la consommation des offrandes par les sacrificateurs. Ensuite, il y a les règles sur ce que les gens devraient respecter durant leur vie. Il y a des stipulations pour de nombreux aspects de la vie des gens, comme les règles sur ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas manger, sur la purification des femmes après l’enfantement et sur ceux qui ont été guéris de la lèpre. Dans ces règles, Dieu va jusqu’à parler de la maladie, et il y a même des règles pour l’immolation des agneaux et du bétail, etc. Les agneaux et le bétail ont été créés par Dieu, et tu devrais les immoler comme Dieu te le dit ; les paroles de Dieu sont indubitablement raisonnables. Il est incontestablement juste d’agir comme Dieu l’a décrété, et c’est sûrement bénéfique aux gens ! Il y a aussi des fêtes et des règles à observer, comme le jour du sabbat, la Pâque, et plus encore. Dieu a parlé de tout cela. Regardons les dernières : d’autres règles – brûler les lampes, l’année du jubilé, la rédemption de la terre, les vœux, l’offrande de la dîme, etc. Ces règles ne recouvrent-elles pas un grand nombre de domaines ? La première chose dont on parle est la question des offrandes des gens, puis il y a des règles sur le vol et la compensation, ainsi que sur l’observation du jour du sabbat… ; chacun des détails de la vie est impliqué. Autrement dit, lorsque Dieu a commencé l’œuvre officielle de Son plan de gestion, Il a établi beaucoup de règles que l’homme devrait suivre. Ces règles avaient le but de permettre à l’homme de mener la vie normale d’un homme sur terre, une vie normale d’un homme qui est inséparable de Dieu et de Sa direction. Dieu a d’abord dit à l’homme comment construire des autels, comment installer les autels. Après cela, Il a dit à l’homme comment faire des offrandes et a établi comment l’homme devait vivre – ce à quoi il devait prêter attention dans la vie, ce qu’il devait respecter, ce qu’il devait et ne devait pas faire. Ce que Dieu a établi pour l’homme était global, et avec ces coutumes, ces règles et ces principes, Il établit les normes pour le comportement des gens, guida leur vie, guida leur initiation aux lois de Dieu, les guida à se présenter devant l’autel de Dieu, les guida dans leur vie, parmi toutes les choses que Dieu avait réalisées pour l’homme, afin qu’elle ait de l’ordre, de la régularité et de la modération. Dieu a d’abord utilisé ces règles et principes simples pour fixer des limites à l’homme, de sorte que sur terre l’homme aurait une vie normale d’adoration de Dieu, aurait la vie normale d’un homme ; tel est le contenu spécifique du début de Son plan de gestion de six mille ans. Les règles et les lois couvrent un contenu très large, elles sont les spécificités de la direction de l’humanité par Dieu à l’ère de la Loi, elles devaient être acceptées et honorées par les gens qui sont venus avant l’ère de la Loi, elles sont un compte-rendu de l’œuvre faite par Dieu pendant l’ère de la Loi, et elles sont une preuve réelle de la direction et des conseils de Dieu pour toute l’humanité.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », dans La Parole apparaît dans la chair

Durant l’ère de la Loi, l’œuvre consistant à guider les hommes a été faite sous le nom de l’Éternel, et la première étape de l’œuvre a été réalisée sur la terre. L’œuvre de cette étape consistait à construire le temple et l’autel, et à utiliser la loi pour guider le peuple d’Israël et pour œuvrer parmi le peuple. En guidant le peuple d’Israël, Il a lancé une base pour Son œuvre sur terre. De cette base, Il a étendu Son œuvre au-delà d’Israël, c’est-à-dire qu’à partir d’Israël, Il a étendu Son œuvre vers l’extérieur, de sorte que les générations suivantes ont graduellement appris que l’Éternel était Dieu et que c’était l’Éternel qui avait créé les cieux et la terre et toutes choses, et que c’était l’Éternel qui avait fait toutes les créatures. Il a étendu Son œuvre à travers le peuple d’Israël et au-delà. La terre d’Israël a été le premier lieu saint de l’œuvre de l’Éternel sur la terre, et c’est dans le pays d’Israël que Dieu est d’abord venu œuvrer sur la terre. C’était l’œuvre de l’ère de la Loi.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Au cours de l’ère de la Loi, l’Éternel a institué de nombreux commandements que Moïse devait transmettre aux Israélites qui l’ont suivi hors d’Égypte. L’Éternel a donné ces commandements aux Israélites et ils n’avaient aucun rapport avec les Égyptiens ; ils étaient destinés à retenir les Israélites et Il a utilisé les commandements pour leur poser des exigences. Qu’un homme observe le sabbat ou non, qu’il respecte ses parents ou non, qu’il adore des idoles ou non, et ainsi de suite, tout cela formait les principes par lesquels un homme était jugé pécheur ou juste. Qu’un homme soit frappé par le feu de l’Éternel ou lapidé à mort, ou qu’il reçoive la bénédiction de l’Éternel était déterminé selon son obéissance à ces commandements. Ceux qui ne respectaient pas le sabbat étaient lapidés à mort. Les sacrificateurs qui n’observaient pas le sabbat étaient frappés par le feu de l’Éternel. Ceux qui ne manifestaient pas de respect pour leurs parents étaient lapidés à mort également. Tout cela a été recommandé par l’Éternel. L’Éternel a établi Ses commandements et Ses lois afin que, pendant qu’Il conduisait leur vie, les gens écoutent et obéissent à Sa parole et ne se rebellent pas contre Lui. Il a utilisé ces lois pour contrôler la race humaine nouvellement née, pour mieux jeter les bases de Son œuvre future. Et ainsi, à cause de l’œuvre que l’Éternel a accomplie, la première ère a été appelée l’ère de la Loi. Bien que l’Éternel ait fait beaucoup de déclarations et ait beaucoup œuvré, Il n’a les gens que de manière positive, enseignant à ces hommes ignorants comment être humains, comment vivre, comment comprendre la voie de l’Éternel. En grande partie, l’œuvre qu’Il a réalisée était destinée à permettre aux gens d’observer Son chemin et de suivre Ses lois. L’œuvre a été réalisée chez des gens qui étaient superficiellement corrompus ; elle ne concernait pas la transformation du tempérament ou la croissance dans la vie. Il ne Se souciait que d’utiliser des lois pour restreindre et contrôler les gens. Pour les Israélites de cette époque, l’Éternel était simplement un Dieu dans le temple, un Dieu dans les cieux. Il était une colonne de nuée, une colonne de feu. Tout ce que l’Éternel exigeait d’eux, c’était d’obéir à ce que les gens connaissent aujourd’hui comme Ses lois et Ses commandements – on pourrait même dire des règles –, parce que l’œuvre de l’Éternel n’avait pas pour objectif de les changer, mais de leur donner plus de choses que l’homme devrait avoir, de les instruire de Sa propre bouche, parce que, après avoir été créé, l’homme n’avait rien de ce qu’il devait posséder. Ainsi, l’Éternel a donné aux gens les choses qu’ils devaient posséder pour leur vie sur terre, faisant en sorte que les hommes qu’Il avait conduits surpassent leurs ancêtres, Adam et Ève, parce que ce que l’Éternel leur a donné était plus que ce qu’Il avait donné à Adam et Ève au début. Quoi qu’il en soit, l’œuvre de l’Éternel en Israël avait seulement pour but de guider les hommes et de faire que les hommes reconnaissent leur Créateur. Il ne les a pas vaincus ou changés, mais les a simplement guidés. C’est la somme de l’œuvre de l’Éternel à l’ère de la Loi. C’est le contexte, la vraie histoire, l’essence de Son œuvre sur toute la terre d’Israël, et le début de Ses six mille ans de travail – maintenir un contrôle sur l’humanité par la main de l’Éternel. De ce contexte a découlé plus de travail dans Son plan de gestion de six mille ans.

Extrait de « L’œuvre à l’ère de la Loi », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de pied de page :

a. Le texte original ne contient pas les mots « devaient obéir ».

(2) Le but et la signification de l’œuvre de Dieu à l’ère de la Grâce

Versets bibliques pour référence :

« Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui » (Jean 3:17).

Paroles de Dieu concernées :

Jésus représente toute l’œuvre de l’ère de la Grâce. Il S’est incarné dans la chair, a été cloué sur la croix et Il a aussi initié l’ère de la Grâce. Il a été crucifié pour accomplir l’œuvre de rédemption, mettre fin à l’ère de la Loi et initier l’ère de la Grâce. Il a ainsi été appelé le « Chef suprême », le « Sacrifice d’expiation » et le « Rédempteur ». Par conséquent, l’œuvre de Jésus avait un contenu différent de l’œuvre de l’Éternel, même si leur principe était identique. L’Éternel a initié l’ère de la Loi, en établissant le fondement – le point d’origine – pour l’œuvre de Dieu sur terre, et en édictant les lois et les commandements. Ce sont les deux composantes de l’œuvre qu’Il a réalisées et elles représentent l’ère de la Loi. L’œuvre que Jésus a réalisée à l’ère de la Grâce n’avait pas pour objectif d’édicter des lois, mais de les accomplir, introduisant ainsi l’ère de la Grâce et mettant un terme à l’ère de la Loi qui avait duré deux mille ans. Il fut le pionnier, qui est venu pour initier l’ère de la Grâce, même si la majeure partie de Son œuvre reposait sur la rédemption. Et ainsi, Son œuvre était également double : l’inauguration d’une nouvelle ère et l’accomplissement de l’œuvre de rédemption par Sa crucifixion, à la suite de quoi Il est parti. Désormais, l’ère de la Loi était finie et l’ère de la Grâce commençait.

L’œuvre que Jésus a réalisée était conforme aux besoins de l’homme à cette ère. Sa tâche était de racheter l’humanité, de lui pardonner ses péchés, et ainsi, tout Son tempérament était humilité, patience, amour, piété, tolérance, miséricorde et bienveillance. Il a apporté grâce et bénédictions en abondance à l’humanité, et toutes les choses dont les hommes pouvaient effectivement jouir ; Il les leur donna pour leur plaisir : paix et bonheur, Sa tolérance et Son amour, Sa miséricorde et Sa bienveillance. À cette époque-là, le nombre important de plaisirs auxquels les hommes étaient confrontés – le sentiment de paix et de sécurité intérieures, l’impression d’apaisement dans leur esprit et leur dépendance à l’égard de Jésus le Sauveur – ont peuplé toute l’ère dans laquelle ils vivaient. À l’ère de la Grâce, l’homme avait déjà été corrompu par Satan. Ainsi, afin de pouvoir produire un effet, réussir l’œuvre de rédemption de toute l’humanité exigeait de la grâce en abondance, une tolérance et une patience infinies, et plus encore, une offrande appropriée pour expier les péchés de l’humanité. Ce que l’humanité a vu à l’ère de la Grâce était simplement Mon offrande pour l’expiation des péchés de l’humanité : Jésus. Tout ce que les hommes savaient, c’était que Dieu pouvait être miséricordieux et tolérant, et tout ce qu’ils voyaient était la miséricorde et la bienveillance de Jésus. Tout cela était ainsi parce qu’ils étaient nés à l’ère de la Grâce. Et par conséquent, avant de pouvoir être rachetés, ils devaient jouir de la diversité des grâces accordées par Jésus afin d’en tirer profit. De cette façon, leurs péchés pouvaient leur être pardonnés par la jouissance de la grâce et ils pouvaient aussi avoir la chance d’être rachetés en jouissant de la tolérance et de la patience de Jésus. Ce n’est que par la tolérance et la patience de Jésus qu’ils ont acquis le droit de recevoir le pardon et de jouir de la grâce abondante accordée par Jésus. Tout comme Jésus l’a dit : Je suis venu racheter non pas les justes, mais les pécheurs, afin de permettre aux pécheurs d’avoir leurs péchés pardonnés. Si, en prenant chair, Jésus avait apporté un tempérament de jugement, de malédiction et d’intolérance envers les offenses de l’homme, alors l’homme n’aurait jamais eu la chance d’être racheté et serait resté pécheur à jamais. Si cela avait été ainsi, le plan de gestion de six mille ans aurait pris fin à l’ère de la Loi, et l’ère de la Loi aurait été prolongée de six mille ans. Les péchés de l’homme se seraient multipliés et aggravés, et la création de l’humanité n’aurait servi à rien. Les hommes auraient seulement été capables de servir l’Éternel conformément à la loi, mais leurs péchés auraient dépassé ceux des premiers humains créés. Plus Jésus aimait les hommes, leur pardonnant leurs péchés et leur apportant suffisamment de miséricorde et de bienveillance, plus les hommes pouvaient être sauvés par Jésus, être appelés les brebis égarées que Jésus avait ramenées avec grand effort. Satan ne pouvait s’immiscer dans cette œuvre, car Jésus S’occupait de Ses disciples comme une mère aimante s’occupe de l’enfant contre son sein. Il n’est pas devenu furieux ni dédaigneux envers eux, mais Se montrait totalement rassurant ; Il ne S’est jamais emporté au milieu d’eux, mais a supporté leurs péchés et ignoré leur folie et leur ignorance, au point de dire : « Pardonnez aux autres jusqu’à soixante-dix fois sept fois ». Ainsi, les hommes eurent le cœur transformé par Son cœur, et ce n’est qu’ainsi qu’ils obtinrent le pardon de leurs péchés par Sa tolérance.

Extrait de « La véritable histoire de l’œuvre de l’ère de la Rédemption », dans La Parole apparaît dans la chair

Même si Jésus, dans Son incarnation, était entièrement dépourvu d’émotion, Il a toujours réconforté Ses disciples, pourvoyant à leurs besoins, les aidant et les soutenant. En dépit de l’importance de Son œuvre ou de l’importance de la souffrance qu’Il a endurée, Il n’a jamais eu d’exigences démesurées envers les hommes, mais a toujours été patient et tolérant vis-à-vis de leurs péchés, à tel point que les hommes de l’ère de la Grâce L’appelaient affectueusement « le Sauveur Jésus digne d’amour ». Pour les gens de cette époque – pour tous les gens – ce que Jésus avait et était, c’était miséricorde et bienveillance. Il ne retenait jamais les transgressions des hommes, et Son traitement à leur égard n’était jamais fondé sur leurs transgressions. Comme il s’agissait d’une ère différente, Il donnait souvent une nourriture abondante aux hommes afin qu’ils puissent manger à leur faim. Il traitait tous Ses disciples avec grâce, guérissant les malades, chassant les démons, ressuscitant les morts. Afin que les hommes puissent croire en Lui et voir que tout ce qu’Il faisait, Il le faisait avec ferveur et sincérité, Il a été jusqu’à ressusciter un corps en décomposition, leur montrant, qu’entre Ses mains, même les morts pouvaient revenir à la vie. C’est ainsi qu’Il a enduré en silence et a réalisé Son œuvre de rédemption parmi les hommes. Même avant qu’Il ne fût cloué sur la croix, Jésus avait déjà pris sur Lui les péchés de l’humanité et était déjà devenu un sacrifice d’expiation pour l’humanité. Même avant d’être crucifié, Il avait ouvert la voie vers la croix afin de racheter l’humanité. Finalement, Il a été cloué sur la croix, Se sacrifiant pour la croix, et Il a accordé à l’humanité toute Sa miséricorde, Sa bienveillance et Sa sainteté. Il a toujours été tolérant envers l’humanité, et jamais vengeur, pardonnant aux hommes leurs péchés, les exhortant à se repentir, leur apprenant à avoir de la patience, de la tolérance et de l’amour, les exhortant à suivre Ses pas et à se sacrifier pour la croix. Son amour pour les frères et sœurs dépassait Son amour pour Marie. L’œuvre qu’Il réalisait prenait pour principe de soigner les malades et de chasser les démons, tout cela en faveur de Sa rédemption. Peu importe où Il allait, Il traitait tous ceux qui Le suivaient avec grâce. Il rendait riches les pauvres, faisait marcher les paralysés, voir les aveugles et entendre les sourds. Il a même invité les plus faibles, les pauvres, les pécheurs, à venir s’asseoir à Sa table, sans jamais les mépriser, mais en étant toujours patient, disant même : quand un berger égare l’une de ses cent brebis, il laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres brebis pour rechercher la brebis égarée, et lorsqu’il la trouvera, il s’en réjouira grandement. Il a aimé Ses disciples comme une brebis aime ses agneaux. Même si ces hommes étaient insensés et ignorants, et étaient pécheurs à Ses yeux, et de plus, étaient les membres les plus humbles de la société, Il considérait ces pécheurs – des hommes que d’autres méprisaient – comme la prunelle de Ses yeux. Puisqu’Il les préférait, Il a donné Sa vie pour eux, comme une brebis qui serait sacrifiée sur l’autel. Il Se tenait parmi eux comme s’Il était leur serviteur, les laissant L’utiliser et Le mettre à mort, Se soumettant à eux inconditionnellement. Pour Ses disciples, Il était le Sauveur Jésus digne d’amour, mais pour les pharisiens qui sermonnaient les gens du haut de leur piédestal, Il ne manifestait aucune miséricorde ni bienveillance, mais de la haine et du ressentiment. Il n’a pas beaucoup œuvré parmi les pharisiens, ne les sermonnant ou réprimandant qu’occasionnellement. Il ne S’est pas tenu parmi eux pour réaliser l’œuvre de rédemption et Il n’a pas non plus accompli de signes ni de miracles. Il a accordé toute Sa miséricorde et Sa bienveillance à Ses disciples, endurant et subissant jusqu’au bout toutes les humiliations pour ces pécheurs lorsqu’Il fut cloué sur la croix, jusqu’à ce qu’Il eût racheté entièrement toute l’humanité. Telle était Son œuvre dans sa totalité.

Sans la rédemption de Jésus, les hommes auraient vécu à jamais dans le péché et seraient devenus à jamais les rejetons du péché, les descendants des démons. Continuant ainsi, le monde entier serait devenu le territoire de Satan, son lieu de résidence. Cependant, l’œuvre de rédemption exigeait de la miséricorde et de la bienveillance à l’égard de l’humanité. Ce n’est que grâce à cela que l’humanité a pu recevoir le pardon et acquérir finalement le droit d’être rendue complète et entièrement gagnée par Dieu. Sans cette étape de l’œuvre, le plan de gestion de six mille ans n’aurait pu progresser. Si Jésus n’avait pas été crucifié, s’Il n’avait fait que guérir les malades et exorciser les démons, alors les hommes n’auraient pas pu être complètement pardonnés de leurs péchés. Au cours des trois années et demie que Jésus a passées sur terre à réaliser Son œuvre, Il n’a accompli que la moitié de Son œuvre de rédemption. Ensuite, en étant cloué sur la croix et en prenant l’apparence de la chair pécheresse, en étant livré au mal, Il a accompli l’œuvre de crucifixion et maîtrisé le destin de l’humanité. Ce n’est qu’après avoir été livré aux mains de Satan qu’Il a racheté l’humanité. Pendant trente-trois ans et demi, Il a souffert sur la terre, été ridiculisé, calomnié et abandonné, au point même qu’Il n’avait nulle part où poser Sa tête, nulle part où Se reposer, et Il a ensuite été crucifié, Son être tout entier – un corps saint et innocent – cloué à la croix. Il a enduré toutes sortes de souffrances possibles. Les dirigeants se sont moqués de Lui et L’ont fouetté, et les soldats Lui ont même craché au visage. Pourtant, Il a gardé le silence et a enduré jusqu’au bout, Se soumettant inconditionnellement jusqu’à la mort, à la suite de quoi, Il a racheté toute l’humanité. Ce n’est qu’alors qu’Il a pu trouver le repos. L’œuvre que Jésus a réalisée ne représente que l’ère de la Grâce ; elle ne représente pas l’ère de la Loi, ni n’est-elle un substitut de l’œuvre des derniers jours. C’est l’essence de l’œuvre de Jésus à l’ère de la Grâce, la deuxième ère que l’humanité a traversée : l’ère de la Rédemption.

Extrait de « La véritable histoire de l’œuvre de l’ère de la Rédemption », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand Jésus est venu, Il a aussi accompli une partie de l’œuvre de Dieu et a prononcé des paroles, mais quelle œuvre principale a-t-Il accomplie ? Il accomplit principalement l’œuvre de la crucifixion. Il a pris la ressemblance de la chair de péché pour achever l’œuvre de la crucifixion et racheter toute l’humanité, et c’est pour les péchés de toute l’humanité qu’Il a servi de sacrifice d’expiation. C’est l’œuvre principale qu’Il a accomplie. En fin de compte, Il a désigné le chemin de la croix pour guider ceux qui sont venus plus tard. Quand Jésus est venu, c’était avant tout pour accomplir l’œuvre de la rédemption. Il a racheté l’humanité tout entière et apporté l’Évangile du royaume des cieux à l’homme et, en outre, Il a apporté le chemin qui conduit au royaume des cieux. En conséquence, tous ceux qui sont venus après ont dit : « Nous devons emprunter le chemin de la croix et nous sacrifier pour la croix ». Bien sûr, au début, Jésus a aussi fait une autre œuvre et prononcé des paroles afin que l’homme se repente et confesse ses péchés. Mais Son ministère était quand même la crucifixion, et les trois ans et demi pendant lesquels Il a prêché la voie étaient en préparation à la crucifixion qui est venue après. Les nombreuses fois que Jésus a prié, c’était aussi pour la crucifixion. La vie d’un homme normal qu’Il a menée et les trente-trois années et demie pendant lesquelles Il a vécu sur la terre avaient principalement le but d’achever l’œuvre de la crucifixion, de Lui donner la force d’entreprendre cette œuvre. Par conséquent, Dieu Lui a confié l’œuvre de la crucifixion.

Extrait de « Tout est accompli par la parole de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Durant l’ère de la Grâce, Jésus a été le Dieu qui a sauvé l’homme. La grâce, l’amour, la compassion, la persévérance, la patience, l’humilité, la prévenance et la tolérance étaient les composantes de ce qu’Il avait et de ce qu’Il était, et beaucoup de l’œuvre qu’il a faite était pour la rédemption de l’homme. Son tempérament était compassion et amour, et parce qu’Il était compatissant et aimant, Il a dû être cloué sur la croix pour l’homme afin de montrer que Dieu aimait l’homme comme Lui-même, à tel point qu’Il S’est sacrifié Lui-même totalement. Au cours de l’ère de la Grâce, le nom de Dieu était Jésus, ce qui signifie que Dieu était un Dieu qui sauve l’homme et qu’Il était un Dieu compatissant et aimant. Dieu était avec l’homme. Son amour, Sa compassion et Son salut accompagnaient chaque personne. Ce n’est qu’en acceptant le nom et la présence de Jésus que l’homme a été capable de gagner la paix et la joie, de recevoir Sa bénédiction, Ses grandes et nombreuses grâces, et Son salut. Par la crucifixion de Jésus, tous ceux qui le suivaient reçurent le salut et furent pardonnés de leurs péchés. Durant l’ère de la Grâce, Jésus était le nom de Dieu. En d’autres termes, l’œuvre de l’ère de la Grâce a été faite principalement sous le nom de Jésus. Durant l’ère de la Grâce, Dieu était appelé Jésus. Il a entrepris une nouvelle œuvre au-delà de l’Ancien Testament, et Son œuvre a pris fin avec la crucifixion. Cela a été la totalité de Son œuvre.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Dès que la seconde étape de l’œuvre de Dieu fut achevée – après la crucifixion –, l’œuvre de Dieu consistant à libérer l’homme du péché (c’est-à-dire, libérer l’homme des mains de Satan) a été accomplie. Ainsi, à partir de ce moment-là, l’humanité n’avait qu’à accepter le Seigneur Jésus comme étant le Sauveur et ses péchés étaient pardonnés. Concrètement, les péchés de l’homme n’étaient plus une barrière pour atteindre le salut et se présenter devant Dieu et n’étaient plus le levier utilisé par Satan pour accuser l’homme. C’est parce que Dieu Lui-même avait accompli une œuvre réelle, était devenu à la ressemblance et l’avant-goût de la chair pécheresse, et Dieu Lui-même était le sacrifice d’expiation. De cette manière, l’homme est descendu de la croix, a été racheté et sauvé par la chair de Dieu, la ressemblance de cette chair pécheresse. Et ainsi, après avoir été capturé par Satan, l’homme s’est rapproché d’un pas de l’acceptation de Son salut devant Dieu. Bien sûr, cette étape de l’œuvre était plus profonde et plus évoluée que la gestion de Dieu durant l’ère de la Loi.

Extrait de « L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

(3) Le but et la signification de l’œuvre de Dieu à l’ère du Règne

Paroles de Dieu concernées :

Quand Jésus vint parmi les hommes, Il inaugura l’ère de la Grâce et acheva l’ère de la Loi. Pendant les derniers jours, Dieu devint chair à nouveau et, avec cette incarnation, Il acheva l’ère de la Grâce pour inaugurer l’ère du Règne. Tous ceux qui sont capables d’accepter la seconde incarnation de Dieu seront conduits dans l’ère du Règne et pourront, de plus, accepter personnellement les conseils de Dieu. Bien que Jésus ait beaucoup œuvré parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme ; Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan n’exigeait pas seulement de Jésus qu’Il devienne le sacrifice d’expiation et qu’Il porte les péchés de l’homme, mais aussi que Dieu œuvre de façon plus grande encore pour entièrement débarrasser l’homme de son tempérament corrompu par Satan. Et donc, à présent que l’homme a été pardonné pour ses péchés, Dieu est redevenu chair pour conduire l’homme dans la nouvelle ère et a commencé l’œuvre du châtiment et du jugement. Cette œuvre a mené l’homme dans un domaine plus élevé. Tous ceux qui se soumettent à Sa domination jouiront d’une vérité supérieure et recevront de bien meilleures bénédictions. Ils vivront véritablement dans la lumière et gagneront la vérité, le chemin et la vie.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

Avant que les hommes aient été rachetés, Satan les avait déjà remplis de ses poisons et, après des milliers d’années de corruption par Satan, les hommes ont en eux une nature établie qui s’oppose à Dieu. Par conséquent, lorsque les hommes ont été rachetés, ce ne fut rien de plus qu’un cas de rédemption payant un prix élevé pour racheter l’homme alors que sa nature empoisonnée à l’intérieur n’était pas éliminée. L’homme qui est tellement souillé doit subir une transformation avant d’être digne de servir Dieu. Grâce à cette œuvre de jugement et de châtiment, les hommes prendront pleinement conscience de l’essence souillée et corrompue en eux-mêmes et ils pourront changer complètement et être purifiés. L’homme peut être digne de retourner devant le trône de Dieu seulement de cette manière. Toute l’œuvre effectuée aujourd’hui vise la purification et la transformation des hommes ; grâce au jugement et au châtiment par la parole, ainsi que grâce à l’épurement, l’homme peut rejeter sa corruption et être purifié. Plutôt que de considérer cette étape de l’œuvre comme celle du salut, il serait plus approprié de dire que c’est l’œuvre de la purification. En vérité, cette étape est celle de la conquête, ainsi que la deuxième étape dans l’œuvre du salut. L’homme est gagné par Dieu grâce au jugement et au châtiment par la parole. Par l’utilisation de la parole pour épurer, juger et dévoiler, toutes les impuretés, les notions, les motifs, et les espoirs individuels dans le cœur de l’homme sont complètement révélés. Même si l’homme a été racheté et si ses péchés ont été pardonnés, c’est seulement considéré comme si Dieu avait oublié les transgressions de l’homme et n’avait pas traité l’homme en conformité avec ses transgressions. Toutefois, lorsque l’homme vit dans un corps charnel et qu’il n’a pas été libéré du péché, il ne peut que continuer à pécher, révélant sans cesse son tempérament satanique corrompu. C’est la vie que l’homme mène, un cycle sans fin de péché et de pardon accordé. La majorité de l’humanité pèche dans la journée pour simplement se confesser dans la soirée. Ainsi, même si le sacrifice d’expiation est toujours efficace pour l’homme, il ne peut pas sauver l’homme du péché. Seulement la moitié de l’œuvre du salut a été achevée, car l’homme a encore un tempérament corrompu. […] Il est difficile à l’homme de prendre conscience de ses péchés ; il est incapable de reconnaître sa propre nature profondément enracinée et il doit compter sur le jugement par la parole pour obtenir ce résultat. L’homme peut dorénavant être progressivement transformé seulement de cette manière.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre des derniers jours est de prononcer des paroles. Les paroles peuvent effectuer de grands changements dans l’homme. Les changements effectués maintenant dans ces gens quand ils reçoivent ces paroles sont beaucoup plus grands que ceux des gens à l’ère de la Grâce quand ils voyaient les signes et les prodiges, car, à l’ère de la Grâce, les démons étaient chassés des hommes par l’imposition des mains et la prière, mais les tempéraments corrompus des hommes demeuraient toujours. Les hommes étaient guéris de leurs maladies et leurs péchés étaient pardonnés, mais le travail sur la manière de chasser les tempéraments sataniques corrompus en eux n’était pas encore fait. Les hommes étaient sauvés et leurs péchés étaient pardonnés seulement à cause de leur foi, mais la nature pécheresse des hommes n’était pas extirpée et demeurait toujours en lui. Les péchés des hommes étaient pardonnés par Dieu incarné, mais cela ne signifiait pas que les hommes n’avaient plus de péchés en eux. Les péchés de l’homme pouvaient être pardonnés par le sacrifice d’expiation, mais quant à la manière d’en arriver à ne plus pécher et la manière d’extirper sa nature pécheresse et de la transformer, cela restait un problème insoluble. Les péchés des hommes ont été pardonnés à cause de l’œuvre de la crucifixion de Dieu, mais les hommes ont continué à vivre selon leur tempérament satanique corrompu du passé. Donc, les hommes doivent être complètement sauvés de leur tempérament satanique corrompu afin que leur nature pécheresse soit extirpée à jamais, et ne puisse plus se développer, permettant ainsi au tempérament des hommes d’être transformé. Cela exige que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament. Cela exige aussi que les hommes agissent conformément à cette voie afin que leur tempérament puisse changer progressivement, que les hommes puissent vivre sous l’éclat de la lumière, qu’ils puissent faire toutes choses en accord avec la volonté de Dieu, qu’ils puissent rejeter leur tempérament satanique corrompu, qu’ils puissent se dégager de l’influence des ténèbres de Satan et ainsi sortir complètement du péché. Alors seulement les hommes recevront le salut en plénitude.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre des derniers jours consiste à tout séparer selon son espèce et à conclure le plan de gestion de Dieu, car le temps est proche et le jour de Dieu est arrivé. Dieu amène tous ceux qui entrent dans Son royaume, tous ceux qui Lui sont fidèles jusqu’à la fin, dans l’ère de Dieu Lui-même. Pourtant, avant l’arrivée de l’ère de Dieu Lui-même, l’œuvre de Dieu n’est pas d’observer les actions de l’homme ou de S’informer sur la vie de l’homme, mais de juger la désobéissance de l’homme, car Dieu purifiera tous ceux qui viennent devant Son trône. Tous ceux qui ont suivi les pas de Dieu jusqu’à ce jour sont ceux qui viennent devant le trône de Dieu et, cela étant ainsi, toute personne qui accepte l’œuvre de Dieu dans sa phase finale fait l’objet de la purification de Dieu. En d’autres termes, quiconque accepte l’œuvre de Dieu dans sa phase finale fait l’objet du jugement de Dieu.

Extrait de « Le Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre de Dieu dans l’incarnation actuelle consiste à exprimer Son tempérament, principalement à travers le châtiment et le jugement. En utilisant cela comme fondement, Il édifie l’homme avec plus de vérité et lui révèle plus de manières de pratiquer, réalisant ainsi Son objectif de conquérir l’homme et de le sauver de son propre tempérament corrompu. C’est ce qui sous-tend l’œuvre de Dieu à l’ère du Règne.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

Dans les derniers jours, le Christ utilise une variété de vérités pour enseigner à l’homme, exposer l’essence de l’homme et disséquer les mots et les actes de l’homme. Ces paroles comprennent diverses vérités, telles que le devoir de l’homme, comment l’homme doit obéir à Dieu, comment l’homme doit être fidèle à Dieu, comment l’homme doit vivre une humanité normale, ainsi que la sagesse et le tempérament de Dieu, et ainsi de suite. Ces paroles sont toutes axées sur l’essence de l’homme et son tempérament corrompu. En particulier, les paroles qui exposent comment l’homme rejette Dieu sont prononcées au sujet de la manière dont l’homme est une incarnation de Satan et une force ennemie contre Dieu. En entreprenant Son œuvre de jugement, Dieu ne fait pas que préciser ce qu’est la nature de l’homme par quelques mots ; Il l’expose, le traite et l’émonde à long terme. Ces méthodes d’exposition, de traitement et d’émondage ne peuvent pas être remplacées par des mots ordinaires, mais par la vérité dont l’homme est totalement dépourvu. Seules des méthodes comme celles-ci peuvent être qualifiées de jugement ; c’est seulement par un jugement de ce genre que l’homme peut être maîtrisé et forcé à se soumettre totalement à Dieu, et acquérir de surcroît une vraie connaissance de Dieu. Ce que l’œuvre du jugement apporte, c’est la compréhension par l’homme du vrai visage de Dieu et la vérité sur sa propre rébellion. L’œuvre du jugement permet à l’homme de mieux comprendre la volonté de Dieu, le but de l’œuvre de Dieu et les mystères qui lui sont incompréhensibles. Cela permet également à l’homme de reconnaître et de connaître son essence corrompue et les racines de sa corruption, ainsi que de découvrir la laideur de l’homme. Ces effets sont tous causés par l’œuvre du jugement, car l’essence de cette œuvre est en fait l’œuvre d’ouverture de la vérité, du chemin et de la vie de Dieu à tous ceux qui ont foi en Lui. Ce travail est l’œuvre du jugement faite par Dieu.

Extrait de « Le Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu accomplit l’œuvre du jugement et du châtiment afin que l’homme Le connaisse et pour Son témoignage. Sans le jugement du tempérament corrompu de l’homme par Dieu, l’homme ne connaîtrait pas Son tempérament juste qui ne tolère aucune offense, et l’homme ne pourrait pas non plus convertir son ancienne connaissance de Dieu en une connaissance nouvelle. Pour le bien de Son témoignage et pour le bien de Sa gestion, Il expose Sa totalité au grand jour, permettant ainsi à l’homme, par la manifestation de Dieu, d’acquérir la connaissance de Dieu, de changer son tempérament et de rendre un témoignage retentissant en faveur de Dieu. Le changement dans le tempérament de l’homme est réalisé par de nombreux genres différents de l’œuvre Dieu ; sans ces changements dans son tempérament, l’homme serait incapable de rendre témoignage à Dieu et d’être selon le cœur de Dieu. Les changements dans le tempérament de l’homme signifient que l’homme s’est libéré de l’esclavage de Satan et de l’influence des ténèbres, et qu’il est vraiment devenu un modèle et un exemple de l’œuvre de Dieu, un témoin de Dieu et un homme selon le cœur de Dieu. Aujourd’hui, Dieu incarné est venu faire Son œuvre sur la terre, et Il exige que l’homme Le connaisse, Lui obéisse, témoigne de Lui, qu’il connaisse Son œuvre pratique et normale, qu’il obéisse à toutes Ses paroles et à toute Son œuvre qui ne sont pas en accord avec les notions de l’homme, et qu’il témoigne de toute l’œuvre qu’Il fait pour sauver l’homme, ainsi que de tous les actes qu’Il accomplit pour conquérir l’homme. Ceux qui témoignent de Dieu doivent connaître Dieu ; seul ce genre de témoignage est précis et réel, et seul ce genre de témoignage peut couvrir Satan de honte. Dieu utilise ceux qui en sont venus à Le connaître en subissant Son jugement et Son châtiment, Son traitement et Son émondage pour qu’ils Lui rendent témoignage. Il utilise ceux qui ont été corrompus par Satan pour Lui rendre témoignage, et Il utilise aussi ceux dont le tempérament a changé et qui ont ainsi gagné Ses bénédictions pour Lui rendre témoignage. Il n’a pas besoin que l’homme Le loue de sa bouche, pas plus qu’Il n’a besoin de la louange et du témoignage de ceux de l’espèce de Satan, qui n’ont pas été sauvés par Lui. Seuls ceux qui connaissent Dieu sont qualifiés pour Lui rendre témoignage et seuls ceux dont le tempérament a changé sont qualifiés pour Lui rendre témoignage. Dieu ne permettra pas à l’homme de déshonorer intentionnellement Son nom.

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu peuvent rendre témoignage à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

À l’ère du Règne, Dieu utilise des paroles pour inaugurer l’ère nouvelle, pour changer Ses moyens d’œuvrer et pour faire l’œuvre de l’ère entière. Tel est le principe qui guide l’œuvre de Dieu à l’ère de la Parole. Il est devenu chair pour parler selon des perspectives différentes afin que l’homme puisse vraiment voir Dieu qui est la Parole qui apparaît dans la chair, et contempler Sa sagesse et Sa merveille. Cette œuvre est faite pour mieux atteindre les objectifs de conquérir l’homme, de perfectionner l’homme et d’éliminer l’homme. C’est le vrai sens de l’utilisation des paroles pour l’œuvre à l’ère de la Parole. Par ces paroles, l’homme apprend à connaître l’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu, l’essence de l’homme et ce en quoi l’homme doit entrer. Par des paroles, l’œuvre que Dieu veut faire à l’ère de la Parole est accomplie dans sa totalité. Par ces paroles, les gens sont exposés, éliminés et éprouvés. Les gens ont vu les paroles de Dieu, ont entendu ces paroles et ont reconnu l’existence de ces paroles. En conséquence, ils croient en l’existence de Dieu, en la toute-puissance et en la sagesse de Dieu, ainsi qu’en l’amour de Dieu pour l’homme et en Son désir de sauver l’homme. Le mot « paroles » peut être simple et ordinaire, mais les paroles qui sortent de la bouche de Dieu incarné ébranlent l’univers, transforment le cœur des gens, transforment leurs notions et leur ancien tempérament et transforment l’aspect ancien du monde entier. À travers les ères, seul le Dieu d’aujourd’hui œuvre de telle manière, et Lui seul parle comme cela et sauve l’homme comme cela. Ensuite, les hommes vivent sous la conduite des paroles de Dieu et sont guidés et approvisionnés par Ses paroles. Les hommes vivent dans le monde des paroles de Dieu, dans les malédictions et les bénédictions des paroles de Dieu, et il y a encore plus d’hommes qui sont parvenus à vivre sous le jugement et le châtiment de Ses paroles. Toutes ces paroles et toute cette œuvre visent le salut de l’homme, la réalisation de la volonté de Dieu et le changement de l’aspect originel du monde de la vieille création. Dieu a créé le monde en utilisant des paroles, Il dirige les hommes dans l’univers entier en utilisant des paroles et Il les conquiert et les sauve en utilisant des paroles. Finalement, Il utilisera des paroles pour amener à sa fin le monde ancien entier, achevant ainsi Son plan de gestion.

Extrait de « L’ère du Règne est l’ère de la Parole », dans La Parole apparaît dans la chair

Pendant l’ère du Règne, Dieu incarné prononce des paroles pour conquérir tous ceux qui croient en Lui. C’est « la Parole apparaissant dans la chair » ; Dieu est venu au cours des derniers jours pour faire cette œuvre, c’est-à-dire qu’Il est venu pour accomplir la signification réelle de la Parole apparaissant dans la chair. Il prononce uniquement des paroles, et des faits sont rarement produits. Telle est l’essence même de la Parole apparaissant dans la chair et, quand Dieu incarné prononce Ses paroles, c’est l’apparition de la Parole dans la chair, c’est la Parole venue dans la chair. « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu, et la Parole a été faite chair. » L’œuvre de l’apparition de la Parole dans la chair, c’est l’œuvre que Dieu accomplira dans les derniers jours, et c’est le dernier chapitre de tout Son plan de gestion, et donc Dieu doit venir sur la terre et manifester Ses paroles dans la chair. Ce qui est fait aujourd’hui, ce qui sera fait dans l’avenir, ce qui sera accompli par Dieu, la destination finale de l’homme, ceux qui seront sauvés, ceux qui seront détruits, et ainsi de suite, toute cette œuvre qui devrait être achevée à la fin a été clairement indiquée et vise l’accomplissement de la signification réelle de la Parole apparaissant dans la chair. La constitution et les décrets administratifs qui ont été précédemment émis, ceux qui seront détruits, ceux qui entreront dans le repos, toutes ces paroles doivent être accomplies. Telle est principalement l’œuvre accomplie par Dieu incarné au cours des derniers jours. Il fait comprendre aux gens où appartiennent ceux qui sont prédestinés par Dieu et où appartiennent ceux qui ne sont pas prédestinés par Dieu, aussi comment Son peuple et Ses fils seront classés, ce qui arrivera à Israël et ce qui arrivera à l’Égypte ; dans l’avenir, chacune de ces paroles sera accomplie. Le rythme de l’œuvre de Dieu s’accélère. Dieu utilise la parole pour révéler à l’homme ce qui doit être fait dans chaque ère, ce qui doit être fait par Dieu incarné dans les derniers jours, Son ministère qui doit être exercé, et toutes ces paroles ont pour but d’accomplir la signification réelle de la Parole apparaissant dans la chair.

Extrait de « Tout est accompli par la parole de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Dans les derniers jours, Dieu utilise principalement la parole pour perfectionner l’homme. Il n’utilise pas les signes et les prodiges pour opprimer l’homme ou pour le convaincre ; cela ne peut pas démontrer clairement le pouvoir de Dieu. Si Dieu ne manifestait que des signes et des prodiges, alors il serait impossible de démontrer clairement la réalité de Dieu, et donc impossible de perfectionner l’homme. Dieu ne perfectionne pas l’homme par des signes et des prodiges, mais Il utilise la parole pour abreuver et guider l’homme, et ensuite l’obéissance parfaite de l’homme et la connaissance que l’homme a de Dieu sont réalisées. Tel est le but de l’œuvre qu’Il fait et des paroles qu’Il prononce. Dieu n’utilise pas des signes et des prodiges pour perfectionner l’homme. Il utilise des paroles et de nombreuses différentes méthodes de travail pour perfectionner l’homme. Que ce soit l’épurement, le traitement, l’émondage ou la fourniture des paroles, Dieu parle selon de nombreux points de vue différents pour perfectionner l’homme et pour donner à l’homme une plus grande connaissance de l’œuvre, de la sagesse et de la splendeur de Dieu. […] J’ai déjà dit qu’un groupe de vainqueurs venant de l’est a été gagné, des vainqueurs qui viennent de la grande tribulation. Quel est le sens de ces paroles ? Elles veulent dire que ces gens qui ont été gagnés ont seulement véritablement obéi après avoir subi le jugement et le châtiment, le traitement et l’émondage, et toutes sortes d’épurement. La foi de ces gens n’est pas vague et abstraite, mais réelle. Ils n’ont pas vu de signes, de prodiges, ni de miracles ; ils ne parlent pas de lettres et de doctrines abstruses, ni d’intuitions profondes. À la place, ils ont la réalité, ils ont des paroles de Dieu, ils ont une vraie connaissance de la réalité de Dieu. Un tel groupe n’est-il pas plus en mesure de démontrer clairement la puissance de Dieu ?

Extrait de « Tout est accompli par la parole de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Les derniers jours sont déjà arrivés. Toutes les choses de la création seront séparées selon leur genre et seront divisées en différentes catégories selon leur nature. C’est le temps où Dieu révèle la fin et la destination de l’humanité. Si l’homme ne subit pas le châtiment et le jugement, alors il n’y aura aucun moyen d’exposer sa désobéissance et son injustice. Ce n’est que par le châtiment et le jugement que l’issue de toute création peut être révélée. L’homme affiche son vrai visage seulement quand il est châtié et jugé. Le mal sera placé avec le mal, le bien avec le bien, et l’humanité tout entière sera séparée selon son espèce. Par le châtiment et le jugement, l’issue de toute création sera révélée, de sorte que le mal pourra être puni et le bien récompensé, et tous les gens seront alors soumis à la domination de Dieu. Toute cette œuvre doit être réalisée à travers un châtiment et un jugement justes. Parce que la corruption de l’homme a atteint son apogée et que sa désobéissance s’est excessivement aggravée, seul le tempérament juste de Dieu, qui est principalement composé du châtiment et du jugement et qui est révélé au cours des derniers jours, peut complètement transformer l’homme et le rendre complet. Seul ce tempérament peut exposer le mal et donc punir sévèrement tous les injustes.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Ceux qui sont capables de tenir ferme pendant l’œuvre de jugement et de châtiment de Dieu au cours des derniers jours, c’est-à-dire au cours de la dernière œuvre de purification, entreront dans le repos final avec Dieu ; de ce fait, ceux qui entrent dans le repos se seront tous libérés de l’influence de Satan et auront été acquis par Dieu après avoir subi Son œuvre de purification finale. Ces humains qui auront été finalement acquis par Dieu entreront dans le repos final. L’objectif essentiel de l’œuvre de châtiment et de jugement de Dieu est de purifier l’humanité et de la préparer pour son ultime repos. Sans une telle purification, personne parmi l’humanité ne pourrait être classé en différentes catégories selon l’espèce ou entrer dans le repos. Cette œuvre est la seule voie de l’humanité pour entrer dans le repos. Seule l’œuvre de purification de Dieu purifiera les humains de leur iniquité, et seulement Son œuvre de châtiment et de jugement mettra en lumière ces éléments de désobéissance dans l’humanité, séparant ainsi ceux qui peuvent être sauvés de ceux qui ne le peuvent pas, et ceux qui resteront de ceux qui ne resteront pas. Lorsque cette œuvre sera achevée, ces gens qui sont autorisés à rester seront tous purifiés et entreront dans un état supérieur d’humanité dans lequel ils jouiront d’une deuxième vie humaine plus merveilleuse sur la terre ; en d’autres termes, ils commenceront leur jour de repos humain et coexisteront avec Dieu. Après que ceux qui ne peuvent pas rester auront été châtiés et jugés, leurs vraies couleurs seront entièrement exposées ; après cela ils seront tous détruits et, comme Satan, n’auront plus la permission de survivre sur la terre. L’humanité de l’avenir n’inclura plus aucun de ce type de gens ; de telles gens ne sont pas dignes d’entrer dans la terre du repos ultime ni ne sont dignes d’entrer dans le jour du repos que Dieu et l’humanité partageront, car ils sont les cibles de la punition et sont des gens méchants et injustes. Ils ont été rachetés une fois et ils ont également été jugés et châtiés ; ils ont aussi rendu service à Dieu jadis. Cependant, quand le dernier jour arrivera, ils seront tout de même éliminés et détruits à cause de leur méchanceté et en raison de leur désobéissance et incapacité à être rachetés. Ils ne verront plus jamais le jour dans le monde de l’avenir et ne vivront plus parmi la race humaine de l’avenir. Qu’ils soient les esprits des morts ou des gens qui vivent encore dans la chair, tous les méchants et tous ceux qui n’ont pas été sauvés seront détruits lorsque les saints parmi l’humanité entreront dans le repos. Quant à ces esprits malfaisants et à ces humains, ou à ces esprits des justes et à ces gens qui font la justice, indépendamment de l’époque à laquelle ils vivent, tous les méchants seront finalement détruits et tous les justes survivront. Qu’une personne ou un esprit reçoive le salut n’est pas tout à fait fondé sur l’œuvre de l’ère finale ; c’est plutôt déterminé par le fait que cette personne ou cet esprit ait résisté à Dieu ou non, Lui ait désobéi ou non. Les gens de l’ère précédente qui ont fait le mal et n’ont pas pu obtenir le salut seront sans aucun doute des cibles pour la punition, et les gens de l’ère actuelle qui font le mal et ne peuvent pas être sauvés seront sûrement aussi des cibles pour la punition. Les humains sont catégorisés sur la base du bien et du mal, et non de l’époque à laquelle ils vivent. Une fois ainsi catégorisés, ils ne seront pas immédiatement punis ou récompensés ; plutôt, Dieu effectuera Son œuvre de punition du mal et de récompense du bien après avoir terminé Son œuvre de la conquête dans les derniers jours. En fait, Il a séparé les humains entre le bien et le mal depuis qu’Il a commencé à faire Son œuvre parmi eux. Tout simplement, Il récompensera les justes et punira les méchants seulement à la fin de Son œuvre ; Il ne les séparera pas en catégories après avoir terminé Son œuvre pour ensuite commencer immédiatement la tâche de punir le mal et de récompenser le bien. Le seul but de l’œuvre ultime de Dieu de punir le mal et de récompenser le bien est de purifier complètement tous les humains afin qu’Il puisse amener une humanité toute sainte dans le repos éternel. Cette étape de Son œuvre est la plus cruciale ; c’est la dernière étape de l’ensemble de Son œuvre de gestion. Si Dieu ne détruisait pas les méchants, mais plutôt leur permettait de rester, alors tous les humains ne pourraient toujours pas entrer dans le repos et Dieu ne serait pas en mesure d’amener toute l’humanité dans un domaine meilleur. Ce genre d’œuvre ne serait pas achevée. Quand Son œuvre sera terminée, l’humanité tout entière sera entièrement sainte. Ce n’est que de cette manière que Dieu pourra vivre paisiblement dans le repos.

Extrait de « Dieu et l’homme entreront dans le repos ensemble », dans La Parole apparaît dans la chair

Parce que Dieu a créé les humains, Il les amènera à L’adorer ; parce qu’Il veut restaurer la fonction originelle de l’humanité, Il la restaurera complètement et sans aucune adultération. Restaurer Son autorité signifie qu’Il amènera les humains à L’adorer et à se soumettre à Lui ; cela signifie qu’Il amènera les humains à vivre grâce à Lui et détruira Ses ennemis par Son autorité. Cela signifie que Dieu fera en sorte que Son être entier réside parmi les humains sans aucune résistance de qui que ce soit. Le royaume que Dieu veut établir est Son propre royaume. Il désire une humanité qui L’adore, qui se soumet à Lui complètement et qui manifeste Sa gloire. Si Dieu ne sauve pas l’humanité corrompue, le sens de Sa création de l’humanité sera perdu ; Il n’aura plus d’autorité parmi les humains et Son royaume ne pourra plus exister sur la terre. Si Dieu ne détruit pas ces ennemis qui Lui désobéissent, Il ne pourra pas obtenir Sa gloire complète et Il ne pourra pas non plus établir Son royaume sur la terre. Voici les signes de l’achèvement de Son œuvre et de l’achèvement de Sa grande réalisation : détruire complètement ceux parmi l’humanité qui Lui désobéissent et amener dans le repos les gens qui ont été rendus complets.

Extrait de « Dieu et l’homme entreront dans le repos ensemble », dans La Parole apparaît dans la chair

Tandis que Mes paroles sont consommées, le royaume est progressivement formé sur la terre et l’homme retourne peu à peu à la normalité, et donc le royaume dans Mon cœur est établi sur terre. Dans le royaume, tout le peuple de Dieu retrouve la vie de l’homme normal. Fini l’hiver glacial, remplacé par un monde de villes de printemps qui dure toute l’année. Les gens n’ont plus à souffrir le sombre et misérable monde de l’homme, ils n’ont plus à supporter la froideur austère du monde de l’homme. Les gens ne se battent pas entre eux, les pays ne vont pas à la guerre les uns contre les autres, le carnage est fini à jamais, ainsi que le sang qu’il faisait couler ; toute la terre est remplie de bonheur et la chaleur entre les hommes imprègne tous les lieux. Je parcours le monde, Je prends plaisir sur Mon trône dans les hauteurs, Je vis parmi les étoiles. Les anges M’offrent de nouveaux chants et de nouvelles danses. Leur propre fragilité ne fait plus couler de larmes sur leurs joues. Je n’entends plus les anges pleurant devant Moi et personne ne vient se plaindre à moi de difficultés. Aujourd’hui, vous vivez tous devant Moi ; demain, vous vivrez tous dans Mon royaume. N’est-ce pas la plus grande bénédiction que J’accorde à l’homme ?

Extrait du Chapitre 20 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 1. Le but des trois étapes de l’œuvre de gestion de l’humanité par Dieu

Suivant: 3. Le rapport entre les trois étapes de l’œuvre de Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

3. Le rapport entre les trois étapes de l’œuvre de Dieu

De l’œuvre de l’Éternel à celle de Jésus et de l’œuvre de Jésus à celle de l’étape actuelle, ces trois étapes couvrent toute la portée de la gestion de Dieu et tout cela est le travail d’un seul Esprit. Depuis qu’Il a créé le monde, Dieu a toujours géré l’humanité. Il est le Commencement et la Fin, Il est le Premier et le Dernier et Il est celui qui commence une ère et celui qui amène l’ère à sa fin. Les trois étapes de travail, à différentes ères et dans différents endroits, sont sûrement réalisées par un seul Esprit. Tous ceux qui séparent ces trois étapes s’opposent à Dieu.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre