3. Quel est le rapport entre la vraie repentance et la connaissance de soi ?

Paroles de Dieu concernées :

Si les gens se connaissent trop superficiellement, il leur sera impossible de résoudre les problèmes et leurs tempéraments de vie ne changeront tout simplement pas. Il est nécessaire de se connaître profondément, c’est-à-dire de connaître sa propre nature : quels éléments comprend cette nature, comment ces choses sont nées et d’où elles sont venues. De plus, es-tu réellement capable de détester ces éléments ? As-tu vu ta propre âme abjecte et ta nature perverse ? Si tu es vraiment capable de voir la vérité à ton sujet, alors tu commenceras à te mépriser. Lorsque tu te mépriseras et ensuite mettras la parole de Dieu en pratique, tu pourras renoncer à la chair et auras la force de réaliser la vérité sans difficulté. Pourquoi beaucoup de gens se livrent-ils à leurs préférences charnelles ? Parce qu’ils considèrent qu’ils sont très bons, ils ont l’impression que leurs actions sont justes et justifiées, ils croient être sans défaut et même avoir tout à fait raison, ils sont donc capables d’agir en présumant que la justice est de leur côté. Quand quelqu’un reconnaît sa vraie nature, voit qu’elle est si laide, méprisable et pitoyable, alors il n’est pas excessivement fier de lui-même, pas aussi arrogant et pas aussi satisfait de lui-même qu’auparavant. Quelqu’un comme cela se dit : « Je dois être honnête et terre-à-terre et mettre en pratique certaines paroles de Dieu. Sinon, je ne serai alors pas à la hauteur d’être un humain et j’aurai honte de vivre en présence de Dieu. » Il se voit alors vraiment comme insuffisant, comme vraiment insignifiant. À ce moment-là, il devient facile pour lui de réaliser la vérité et il semblera être à peu près comme un humain devrait être. Ce n’est que lorsque les gens se haïssent vraiment qu’ils sont capables de renoncer à la chair. S’ils ne se haïssent pas, ils ne pourront pas renoncer à la chair. Se détester vraiment comprend certains éléments : premièrement, connaître sa propre nature ; deuxièmement, se considérer comme nécessiteux et pitoyable, extrêmement petit et insignifiant, et voir sa propre âme pitoyable et souillée. Quand quelqu’un réussit à voir parfaitement ce qu’il est vraiment, alors il acquiert vraiment une connaissance de soi, et l’on peut dire qu’il en est venu à se connaître parfaitement. C’est alors seulement qu’il peut vraiment se détester, allant jusqu’à se maudire et vraiment sentir qu’il a été profondément corrompu par Satan, à tel point qu’il ne ressemble même pas à un être humain. Puis, un jour, lorsque la menace de mort apparaît, un tel individu se dira : « C’est la juste punition de Dieu. Dieu est vraiment juste ; je devrais réellement mourir ! » À ce stade, il ne se plaindra pas, et blâmera encore moins Dieu, ressentant simplement qu’il est si démuni et pitoyable, si souillé et corrompu qu’il devrait être anéanti par Dieu, et une âme comme la sienne n’est pas digne de vivre sur la terre. À ce stade, cet individu ne résistera pas à Dieu, encore moins trahira-t-il Dieu. Si quelqu’un ne se connaît pas et se considère toujours comme très bon, quand la mort viendra frapper à sa porte, il se dira : « J’ai si bien réussi dans ma foi. Comme j’ai cherché avec ardeur ! J’ai tellement donné, j’ai tellement souffert, mais, finalement, Dieu me demande maintenant de mourir. Je ne sais pas où se trouve la justice de Dieu. Pourquoi me demande-t-Il de mourir ? Si même une personne comme moi doit mourir, alors qui sera sauvé ? La race humaine ne périra-t-elle pas ? » Tout d’abord, cette personne a des notions sur Dieu. Deuxièmement, cette personne se plaint et ne fait aucune preuve de soumission. C’est exactement comme Paul : lorsqu’il était sur le point de mourir, il ne se connaissait pas et, au moment où la punition de Dieu était proche, il était trop tard pour se repentir.

Extrait de « Se connaître soi-même, c’est avant tout connaître la nature humaine », dans Récits des entretiens de Christ

Paul ne connaissait pas sa propre essence ou corruption, il connaissait encore moins sa propre désobéissance. Il n’a jamais fait mention de son ignoble méfiance envers Christ, il n’avait pas non plus trop de regrets. Il a seulement offert une brève explication et, au fond de son cœur, il n’était pas totalement soumis à Dieu. Bien qu’il soit tombé sur le chemin de Damas, il ne s’est pas profondément examiné. Il se contentait de travailler et ne considérait pas la connaissance de lui-même et le changement de son ancien tempérament comme les questions les plus cruciales. Il était satisfait simplement de dire la vérité, de soutenir les autres pour soulager sa propre conscience et de ne plus persécuter les disciples de Jésus pour se consoler et se pardonner à lui-même ses vieux péchés. L’objectif qu’il poursuivait n’était rien de plus qu’une future couronne et un travail temporaire, une grâce abondante. Il n’a pas cherché à connaître suffisamment la vérité, de même qu’il n’a pas cherché à aller plus en profondeur dans la vérité qu’il n’avait pas comprise précédemment. La connaissance qu’il avait de lui-même peut donc être qualifiée d’erronée, et il n’acceptait pas le châtiment ou le jugement. Qu’il ait été capable de travailler ne signifie pas qu’il possédait une connaissance de sa propre nature ou essence ; il se concentrait seulement sur les pratiques externes. Ses efforts étaient déployés, en outre, non pas vers le changement, mais vers la connaissance. Son travail était totalement la conséquence de l’apparition de Jésus sur le chemin de Damas. Ce n’était pas quelque chose qu’il avait décidé de faire au départ, non plus le travail qui s’était présenté après qu’il eut accepté l’émondage de son ancien tempérament. Peu importe la façon dont il a travaillé, son ancien tempérament n’a pas changé, et ainsi, son travail n’a pas expié ses vieux péchés, mais a simplement joué un certain rôle au sein des Églises de l’époque. Pour un tel homme, dont l’ancien tempérament n’a pas changé – c’est-à-dire, qui n’a pas reçu le salut et avait encore moins la vérité –, il a été absolument impossible qu’il soit accepté par le Seigneur Jésus.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Se connaître soi-même est le problème le plus critique et le plus fondamental pour l’entrée dans la vie. C’est aussi le premier problème à résoudre quand on croit en Dieu. Ceux qui ne se connaissent pas eux-mêmes ne croient pas vraiment en Dieu : ils n’ont de foi que pour être bénis. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Il y a deux mille ans, le Seigneur Jésus a dit : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Matthieu 4:17). Maintenant que le Seigneur Jésus est revenu, il est temps pour ceux qui croient sincèrement en Dieu d’être acceptés dans le royaume des cieux. Quel est donc le premier problème que les gens doivent résoudre aujourd’hui ? La vraie repentance : si les gens sont incapables de se repentir sincèrement, ils ne peuvent pas entrer dans le royaume des cieux, point à la ligne. Pour se repentir sincèrement, il faut d’abord se connaître vraiment soi-même. Mieux l’on se connaît soi-même, plus on devient capable de se repentir sincèrement et de changer réellement. Sans se connaître soi-même, on ne peut jamais véritablement se repentir et il n’est pas non plus possible de changer réellement. Se connaître soi-même est donc le problème à résoudre pour pouvoir se repentir sincèrement afin d’entrer dans le royaume des cieux. Les gens veulent tous entrer dans le royaume des cieux, mais est-ce possible lorsque leur foi en Dieu est semblable à celle des religieux ? Les religieux passent leur vie entière à se dépenser pour Dieu, diffusant l’Évangile et rendant témoignage au Seigneur et ils prient souvent le Seigneur, confessant leurs péchés et demandant le pardon. Mais en fin de compte, se repentent-ils sincèrement ? Non. Même s’ils ont le plus souvent une bonne conduite, ils ignorent leur propre essence corrompue et continuent de mentir et pécher fréquemment, ce qui montre qu’ils ne se sont pas du tout repentis sincèrement. La profonde corruption de l’homme se manifeste principalement dans ses mensonges, dans sa façon d’essayer de tromper Dieu et dans son opposition à Dieu. Ce n’est que lorsqu’il est véritablement devenu semblable à un enfant, qu’il ne ment pas et n’essaie pas de tromper Dieu et qu’il est honnête dans son cœur, qu’il parvient à une repentance sincère. Alors pourquoi les religieux vont-ils souvent se repentir et confesser leurs péchés au Seigneur, mais sans se repentir sincèrement et sans changer vraiment ? Parce qu’ils ignorent leur propre essence-nature : c’est là la racine du problème. Lorsque les gens persistent à se confesser devant Dieu alors qu’ils mentent, se rebellent contre Dieu et ne pratiquent pas la vérité, ce n’est pas ce que l’on peut appeler se connaître soi-même. Ils ne font que constater leurs péchés et admettre qu’ils sont pécheurs, mais en même temps, l’essence et la racine de leur propension à commettre ces péchés et la question essentielle de savoir pourquoi ils mentent et essaient de tromper Dieu restent invisibles à leurs yeux, si bien qu’ils sont incapables de se comprendre vraiment et de se repentir sincèrement. Par conséquent, peu importe la manière dont les croyants prient le Seigneur et confessent leurs péchés, ils ne se connaissent jamais vraiment. Se connaître vraiment soi-même ne consiste pas simplement à discerner les péchés que l’on a commis : il est plus particulièrement important de bien percevoir la racine et l’essence de ses péchés, de voir précisément d’où viennent ces tempéraments corrompus des hommes, et de savoir comment il convient d’y remédier pour être purifié. Quand les gens ne comprennent pas clairement ces problèmes et admettent seulement qu’ils ont péché, rien ne peut être résolu, et encore moins peuvent-ils entrer dans le royaume des cieux. Certains disent : « Nous croyons en Dieu Tout-Puissant. Nous mangeons et buvons les paroles de Dieu et nous nous réunissons normalement. Nous accomplissons aussi notre devoir. Est-ce considéré comme de la vraie repentance, ou non ? Pouvons-nous entrer dans le royaume des cieux ? » Que disent les paroles de Dieu ? Que c’est seulement quand les gens se connaissent eux-mêmes et parviennent à changer leur tempérament de vie qu’il s’agit d’une vraie repentance et qu’alors seulement, ils peuvent entrer dans le royaume des cieux. Les paroles de Dieu montrent clairement quelle est la nature satanique de l’homme, en quoi elle consiste, ce qu’est l’attitude des gens vis-à-vis de Dieu quand ils ont une nature satanique, et s’ils sont obéissants, craignent Dieu et sont en harmonie avec Lui. Si les gens ne poursuivent pas la vérité et ne se soucient pas se connaître eux-mêmes, ils ne peuvent pas se repentir sincèrement.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Aujourd’hui, vous avez vu pour l’essentiel l’importance qu’il y a à se connaître soi-même. Vous voyez que si les gens ne se connaissent pas, ils vont fatalement se croire merveilleux. Ils continueront d’être arrogants et vaniteux, tordus et malhonnêtes, égoïstes et ignobles. Ils continueront de poursuivre ce qui leur plaît et de suivre le mauvais chemin. Ce n’est qu’en se connaissant réellement soi-même que l’on peut vraiment se repentir. Il existe de nombreuses manifestations de la vraie repentance, notamment : 1) se débarrasser de son tempérament corrompu ; 2) corriger les mauvaises pratiques, visions, idées et manières de faire du passé. Telles sont les manifestations de la vraie repentance. La vraie repentance est le signe de l’entrée dans la réalité-vérité, et c’est aussi le point de départ pour entrer dans la réalité-vérité. Seuls ceux qui se repentent sincèrement peuvent emprunter le droit chemin de la vie humaine et suivre la bonne voie de la foi en Dieu et alors seulement, ils peuvent recevoir la louange de Dieu et être selon le cœur de Dieu. Faute d’une vraie repentance, les tempéraments corrompus des hommes continueront d’exister, leur façon erronée de croire en Dieu perdurera, ils s’en tiendront encore aux choses anciennes, leur vision des choses sera toujours celle de Satan et le chemin qu’il suivront ne pourra être que celui des pharisiens : ils seront hypocrites. De telles personnes ne peuvent pas être sauvées. Le Seigneur Jésus a dit : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Matthieu 4:17). Seuls ceux qui se repentent sincèrement peuvent entrer au royaume des cieux ; ceux qui ne se repentent pas sincèrement ne le peuvent pas, ce sont eux qui seront éliminés. La repentance sincère est donc de la plus haute importance ! Quelles sont les conditions essentielles pour parvenir à une repentance sincère ? Quel en est le fondement ? Se connaître soi-même. Ce n’est qu’en se connaissant soi-même que l’on peut parvenir à la vraie repentance, et ce n’est qu’en se connaissant soi-même que l’on peut se purifier de sa corruption. Pour parvenir à la vraie repentance, on doit se soucier de se connaître soi-même. Quand les gens ne se connaissent pas eux-mêmes, quand leur foi en Dieu est confuse, peuvent-ils se purifier de leur corruption en assistant aux réunions, en lisant les paroles de Dieu, en diffusant l’Évangile et en accomplissant chaque jour leur devoir ? Pourront-ils comprendre et obtenir la vérité ? Impossible. Et donc, quand les gens croient en Dieu mais ne se connaissent pas eux-mêmes, qu’ils sont toujours dans la confusion, il ne peut pas y avoir de vraie repentance.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Précédent: 2. Comment peut-on atteindre une vraie repentance ?

Suivant: 1. Qu’est-ce qu’une personne honnête ? Pourquoi Dieu exige-t-Il que les gens soient honnêtes ?

Contenu connexe

3. Les différences entre la vie de l’Église à l’ère de la Grâce et à l’ère du Règne

« Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés » (Matthieu 26:26-28).

4. Comment les trois étapes de l’œuvre de Dieu s’approfondissent pas à pas, de sorte que les gens soient sauvés et amenés à la perfection

Toute la gestion de Dieu est divisée en trois étapes, et à chaque étape, des exigences appropriées sont présentées à l’homme. En outre, pendant que les ères passent et progressent, les exigences de Dieu envers l’humanité deviennent de plus en plus élevées. Ainsi, étape par étape, ce travail de gestion de Dieu atteint son point culminant, jusqu’à ce que l’homme reconnaisse « la manifestation de la Parole dans la chair », et alors les exigences envers l’homme deviennent encore plus élevées, et les exigences envers l’homme de rendre témoignage deviennent encore plus élevées.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre