Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoignages de l'expérience du jugement de Christ

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

69 Je vois la vérité de la corruption des hommes

Li Heng, de Suqian, province du Jiangsu

Parmi les paroles par lesquelles Dieu révèle l’homme, j’ai trouvé ce passage : « Il a déjà été dit que ces hommes sont la progéniture du grand dragon rouge. En fait, pour être clair, ils sont l’incarnation du grand dragon rouge » (« Interprétation de la trente-sixième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Je croyais que cela ne s’appliquait pas à moi. Il me semblait que Dieu avait révélé ces paroles pour ceux qui détiennent le pouvoir, parce qu’ils incarnent le grand dragon rouge transformé ; ils commettent le mal, des actes rebelles, résistent à Dieu, perturbent et ruinent l’œuvre de Dieu et persécutent cruellement les élus de Dieu. Moi, en revanche, je suis un croyant en Dieu qui accomplit son devoir dans l’Église, et même si je suis corrompu, je ne suis pas aussi mauvais qu’eux et ma corruption n’est pas aussi profonde. Comment pourrais-je incarner le grand dragon rouge transformé ? C’était ainsi, jusqu’à ce qu’une expérience me fasse prendre conscience que l’essence de ma nature était la même que celle du grand dragon rouge et que j’étais, sans aucun doute, le grand dragon rouge transformé.

Il y avait une diaconesse dans notre Église qui n’était pas consciencieuse dans l’accomplissement de ses devoirs et qui oubliait souvent d’assister aux réunions en petits groupes. J’ai échangé avec elle en lui disant : « Vous ne devriez pas être aussi irresponsable par rapport à vos devoirs, et vous ne pouvez pas vous y dérober par la ruse. Vous ne pouvez pas vous concentrer autant sur votre famille, parce que si cela continue, si vous oubliez même nos réunions en petits groupes, savez-vous de quelle gravité seront les conséquences ? […] » Après lui avoir dit cela, non seulement elle ne l’a pas accepté, mais elle s’est trouvé des excuses et a avancé des arguments pour me contredire. Dans mon cœur, je me suis dit : « Elle ne peut être l’objet du salut de Dieu, n’est-ce pas ? Est-elle quelqu’un d’inapte à être utilisé par Dieu ou quelqu’un de maléfique qui m’est révélé ? » J’ai commencé à surveiller de près pour lui trouver un remplaçant lors des réunions de mon petit groupe. Dès que j’ai trouvé la bonne personne pour le poste, j’ai prévu de me débarrasser d’elle. Mais la bonne personne m’a échappé ; alors, après un certain temps, ma seule option était de continuer à échanger avec elle et, par la suite, elle a compris qu’elle n’avait pas rempli son devoir, qu’elle avait été irresponsable et négligente, et elle a souhaité expier ses erreurs passées. Or, malgré tout, j’ai estimé que ce n’était pas assez et je n’avais plus beaucoup d’affection pour elle après cela. Un jour, je lui ai demandé de rencontrer une famille d’accueil assez loin de chez moi, mais elle a refusé, disant qu’elle ne voulait pas y aller. Mon cœur a explosé de colère quand elle a dit cela. J’ai voulu la démettre sur-le-champ, la renvoyer à son petit groupe et l’oublier, parce que les gens comme elle causent trop d’ennuis, ai-je pensé ; ils font les difficiles pour accomplir leurs devoirs, ne faisant que ce qu’ils aiment et ignorant ce qu’ils n’aiment pas. Cette sœur s’oppose à tout ce que je dis et elle ne respecte pas les plans de l’Église à son égard, alors quel bien cela fait-il à l’Église de la garder ? Elle devrait simplement être renvoyée et elle mérite toutes les larmes qu’elle verse à ce sujet ! Comme on fait son lit, on se couche, et même si je savais que renvoyer des gens sans bonne raison va à l’encontre des principes, cette idée ne cessait de me hanter l’esprit, je n’arrivais pas à la contrôler et, dans mon cœur, elle me tourmentait constamment, semant un désordre total dans ma vie. Tout ce que je pouvais faire, c’était de prier Dieu : « Mon Dieu, ma sœur me désobéit, je veux donc la renvoyer et la voir souffrir douleurs et tourments. J’ai l’impression que je vais exploser si je ne la renvoie pas. Je ne veux pas non plus agir par caprice ou par précipitation et arrogance ; je ne veux pas sciemment offenser Ton tempérament. Mon Dieu, je Te supplie de me sauver ! » Après avoir prié, mon désir de la renvoyer avait perdu de sa force et je me sentais beaucoup plus calme. Et puis, un passage de la parole de Dieu m’est venu à l’esprit : « Les manifestations du grand dragon rouge sont une résistance contre Moi, un manque de compréhension et d’appréhension du sens de Mes paroles, une persécution fréquente contre Moi et une tentative d’utiliser des combines pour interrompre Ma gestion. Satan se manifeste de la manière suivante : lutte contre Moi pour obtenir le pouvoir, volonté de posséder Mon peuple élu et expression de paroles négatives pour tromper Mon peuple » (« La quatre-vingt-seizième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Ces paroles de Dieu m’ont choquée. Mon comportement n’était-il pas précisément celui du grand dragon rouge ? Le grand dragon rouge résiste à Dieu, persécute Dieu et interrompt l’œuvre de Dieu. N’était-ce pas exactement ce que je faisais ? Renvoyer quelqu’un par pur caprice ferait de moi un démon, un Satan, qui perturbe et détruit l’œuvre de salut de Dieu parmi les hommes. Mon Dieu, j’étais en effet le grand dragon rouge transformé. Dans l’échange de l’homme, je lis : « Vois comment le grand dragon rouge persécute Dieu et comme il est cruel envers les élus de Dieu, puis regarde la résistance et la rébellion envers Dieu en toi-même. Regarde combien ta relation avec les élus de Dieu est houleuse. Il y a trop de rancune et d’égoïsme en toi. En quoi es-tu différent du grand dragon rouge ? […] Beaucoup ne comprennent pas les poisons du grand dragon rouge qui se tapissent en eux. Ils pensent que le grand dragon rouge est trop diabolique, et ils se disent que, lorsqu’ils détiendront le pouvoir, ils se montreront bien meilleurs que le grand dragon rouge, mais est-ce vraiment le cas ? Si tu prenais le pouvoir à l’instant, en quoi serais-tu meilleur que le grand dragon rouge ? Ferais-tu beaucoup mieux que lui ? La vérité est que le grand dragon rouge qui détient le pouvoir n’est pas vraiment différent des hommes corrompus qui détiennent le pouvoir. Si le grand dragon rouge est capable de tuer 80 millions de personnes, combien pourras-tu en tuer si tu détiens le pouvoir ? Certains répondent : “Si j’étais au pouvoir, je ne tuerais personne”. Au moment même où tu prononceras ces paroles, quelqu’un se lèvera et te maudira, et tu deviendras furieux et diras : “Alors, je tuerai une seule personne, je ferai une exception”. Quand un groupe se lèvera pour s’opposer à toi, tu diras : “Tuer un petit groupe, ce n’est pas grand-chose, le grand dragon rouge en a tué 80 millions. Je ne tue qu’un petit groupe, c’est bien moins que ce qu’a fait le grand dragon rouge”. Quand 10 millions de personnes se dresseront contre toi, tu diras : “Je peux bien tuer aussi ces 10 millions, car si je ne le fais pas, comment garderais-je le pouvoir ? ” N’y vois-tu aucun problème ? Même si tu ne fais aucun mal quand tu n’as pas le pouvoir, rien ne garantit que tu ne te livreras pas au mal quand tu détiendras le pouvoir, car tous les hommes ont la même nature » (« Comment les hommes devraient coopérer avec Dieu dans Son ouvre de perfectionnement de l’homme », dans Sermons et échange sur l’entrée dans la vie [III]). Par l’éclairage et l’illumination des paroles de Dieu et l’analyse des échanges entre les hommes, j’ai finalement vu clairement mon vrai visage : j’étais le grand dragon rouge transformé et mon essence corrompue n’était pas différente de la nature du grand dragon rouge. Naturellement méchant, le grand dragon rouge résiste à Dieu et persécute les élus de Dieu, veut avec arrogance interdire l’œuvre de salut de Dieu parmi les hommes et rendre le monde entier athée. Il veut régner sur tout ce que Dieu a créé, mettre l’humanité à genoux devant sa puissance. Ne me suis-je pas comportée de la même façon aujourd’hui ? Ma sœur n’avait pas clairement compris la vérité et avait négligé ses devoirs, mais, plutôt que de l’aider dans un esprit d’amour, j’ai simplement exigé qu’elle réponde à toutes mes attentes. Je trouvais qu’elle était irresponsable dans son travail, alors j’ai commencé à la mépriser et à la détester, et j’ai même décidé qu’elle était une méchante que Dieu m’avait révélée, rendant ma mentalité semblable à celle du grand dragon rouge dans ma capacité à « dégénérer sans limites » et à « massacrer les innocents ». Lorsque ma sœur a dû faire face à des contraintes familiales et qu’elle était passive, plutôt que d’échanger les paroles de Dieu avec elle pour l’aider à comprendre l’amour, les exigences et les espoirs de Dieu pour les hommes, j’ai utilisé des lettres et des doctrines pour la restreindre, la mettre complètement sous mon contrôle. Mon comportement ne montrait-il pas les mêmes signes que le grand dragon rouge : autoglorification, aucune peur de Dieu ni attitude moralisatrice ? Quand ma sœur me désobéissait, je la haïssais jusqu’à la moelle. Je voulais la renvoyer de l’Église. Or ne s’agit-il pas là des actes méchants du grand dragon rouge : « Intraitable » et « Ceux qui se soumettent prospéreront ; ceux qui résistent périront » ? Mon Dieu, je vois que je suis un diable qui Te résiste, que je suis pire qu’une bête, que je suis quelqu’un d’indigne qui aurait dû être frappé depuis longtemps. Le grand dragon rouge peut tuer 80 millions de personnes, mais si j’avais le pouvoir, je serais tout aussi méchante, diabolique, cruelle et sans loi. Sans les arrangements et les principes de travail définis par l’Église, et sans la supervision de mes frères et sœurs, n’aurais-je pas depuis longtemps conduit ma sœur à « l’échafaud » ? La nature du grand dragon rouge est malfaisante et cruelle, il tue sans sourciller, il détruit quiconque l’ignore ou s’oppose à lui par de fausses accusations de crimes ; et un mot ou un acte déplacé devant lui revient à signer son arrêt de mort, mais ne suis-je pas pareille ? Ma sœur m’a désobéi et n’a pas fait ce que je lui ai demandé, ce qui m’a rendue si furieuse que je me suis retournée contre elle et que j’ai voulu l’agresser ; en fait, seuls son expulsion et son renvoi de l’Église pouvaient apaiser ma colère.

Cette expérience m’a donné une vraie compréhension de mon essence corrompue. J’ai vu que j’étais vraiment dépourvue de raison et de conscience, sans doute une descendante du grand dragon rouge. Mais cela m’a aussi donné une croyance plus ferme aux paroles de Dieu. Les paroles de Dieu ont beau être pénétrantes ou correspondre aux notions humaines, chacune d’elle est la vérité éternelle, immuable, et tôt ou tard l’humanité corrompue sera totalement convaincue. Dieu ! je veux accomplir correctement mes devoirs afin de Te rembourser pour le salut. Je veux faire la paix avec mes frères et sœurs dans l’Église, réparer mes erreurs passées et devenir un être nouveau qui Te réconforte.

Précédent:Il est si important d’obéir à l’œuvre du Saint-Esprit

Suivant:L’œuvre de Dieu est si sage

Vous aimerez peut-être également