3. Les différences entre les paroles de Dieu telles qu’elles ont été dites par les prophètes et les paroles exprimées par Dieu incarné

Paroles de Dieu concernées :

À l’ère de la Grâce, Jésus a aussi prononcé beaucoup de paroles et a réalisé une grande œuvre. En quoi était-Il différent d’Ésaïe ? En quoi était-Il différent de Daniel ? Était-ce un prophète ? Pourquoi dit-on qu’Il est Christ ? Quelles différences y a-t-il entre eux ? Ils étaient tous des hommes qui parlaient, et leurs paroles étaient plus ou moins semblables pour l’homme. Ils ont tous parlé et fait du travail. Les prophètes de l’Ancien Testament ont fait des prophéties et, de la même façon, Jésus l’a fait aussi. Pourquoi en est-il ainsi ? La distinction ici repose sur la nature du travail. Afin de discerner cette différence, tu ne dois pas considérer la nature de la chair et tu ne devrais pas considérer non plus la profondeur ou la superficialité de leurs paroles. Tu dois toujours d’abord considérer leur travail et les effets que leur travail produit en l’homme. Les prophéties faites par les prophètes à l’époque n’ont pas soutenu la vie de l’homme, et les inspirations reçues par des messagers comme Ésaïe et Daniel n’étaient que des prophéties et non le chemin de la vie. Sans la révélation directe de l’Éternel, personne n’aurait pu accomplir ce travail impossible pour les mortels. Jésus aussi a prononcé beaucoup de paroles, mais de telles paroles étaient le chemin de la vie à partir duquel l’homme pouvait trouver un sentier à pratiquer. Autrement dit, premièrement, Il pouvait soutenir la vie de l’homme, car Jésus est la vie ; deuxièmement, Il pouvait inverser les écarts de l’homme ; troisièmement, Son œuvre pouvait succéder à celle de l’Éternel, afin de poursuivre l’ère ; quatrièmement, Il pouvait comprendre les besoins de l’homme et se rendre compte de ce qui manque à l’homme ; cinquièmement, Il pouvait inaugurer une nouvelle ère et mettre un terme à l’ancienne. C’est la raison pour laquelle Il est appelé Dieu et Christ ; non seulement Il est différent d’Ésaïe, mais aussi de tous les autres prophètes. Prenons le cas d’Ésaïe pour comparer avec le travail des prophètes. Premièrement, il ne pouvait soutenir la vie de l’homme ; deuxièmement, il ne pouvait inaugurer une nouvelle ère. Il travaillait sous la direction de l’Éternel et non pas pour inaugurer une nouvelle ère. Troisièmement, ses mots le dépassaient. Il recevait des révélations directement de l’Esprit de Dieu, et les autres ne comprenaient pas même après les avoir écoutées. Ces choses seules suffisent pour prouver que ses paroles n’étaient rien d’autre que des prophéties, rien de plus qu’un aspect du travail effectué à la place de l’Éternel. Il ne pouvait pas, toutefois, représenter totalement l’Éternel. Il était un serviteur de l’Éternel, un instrument dans l’œuvre de l’Éternel. Il a accompli le travail seulement au cours de l’ère de la Loi dans le cadre de l’œuvre de l’Éternel ; son travail n’a pas continué au-delà de l’ère de la Loi. Par opposition, l’œuvre de Jésus était différente. Il a dépassé le cadre de l’œuvre de l’Éternel ; Il a travaillé comme Dieu incarné et a été crucifié dans le but de racheter toute l’humanité. Autrement dit, Il a réalisé une nouvelle œuvre en dehors de l’œuvre accomplie par l’Éternel. Il a inauguré une nouvelle ère. De surcroît, il était capable de parler de ce qui était impossible à l’homme d’acquérir. Son œuvre était une œuvre au sein de la gestion de Dieu et impliquait l’ensemble de l’humanité. Il ne travaillait pas seulement en quelques hommes, et Son œuvre n’avait pas non plus pour objectif de conduire un nombre limité d’hommes. S’agissant de la façon dont Dieu S’est incarné pour être un homme, de la façon dont l’Esprit faisait des révélations à cette époque, la façon dont l’Esprit est descendu sur un homme pour accomplir l’œuvre, ce sont des choses que l’homme ne peut voir ni toucher. Il est absolument impossible pour ces vérités de servir de preuves qu’Il est Dieu incarné. Ainsi, la distinction ne peut être faite qu’entre les paroles et l’œuvre de Dieu, qui sont tangibles à l’homme. Cela seul est réel. C’est dû au fait que tu ne peux pas voir les choses de l’Esprit et que ces choses ne sont connues clairement que par Dieu Lui-même, et même la chair de Dieu incarné ne connaît pas tout ; tu ne peux vérifier s’Il est Dieu qu’à partir de l’œuvre qu’Il a réalisée. À partir de Son œuvre, on peut voir que, premièrement, Il est capable d’ouvrir une nouvelle ère ; deuxièmement, Il est capable de soutenir la vie de l’homme et de montrer à l’homme le chemin à suivre. C’est suffisant pour établir qu’Il est Dieu Lui-même. Tout au moins, l’œuvre qu’Il fait peut représenter pleinement l’Esprit de Dieu et, à partir d’une telle œuvre, on peut voir que l’Esprit de Dieu est en Lui. Étant donné que l’œuvre accomplie par Dieu incarné visait principalement à inaugurer une nouvelle ère, à conduire une nouvelle œuvre et à créer un nouveau royaume, déjà tout cela suffit pour établir qu’Il est Dieu Lui-même. C’est donc ce qui Le distingue d’Ésaïe, de Daniel et des autres grands prophètes.

Extrait de « La différence entre le ministère de Dieu incarné et le devoir de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Les prédictions des prophètes ont été personnellement révélées par Dieu : les prophéties de personnages comme Ésaïe, Daniel, Esdras, Jérémie et Ézéchiel sont venues de l’instruction directe du Saint-Esprit. Ces gens étaient des voyants. Ils avaient reçu l’Esprit de la prophétie, et tous étaient des prophètes de l’Ancien Testament. Durant l’ère de la Loi, ces gens que l’Éternel inspirait, ont proclamé de nombreuses prophéties directement révélées par l’Éternel. Et pourquoi l’Éternel a-t-Il travaillé en eux ? Parce que le peuple d’Israël était les élus de Dieu et que le travail des prophètes devait être fait parmi eux ; c’est pour cela que les prophètes étaient capables de recevoir de telles révélations. En fait, eux-mêmes ne comprenaient pas ce que Dieu leur révélait. Le Saint-Esprit parlait par la bouche des prophètes pour les gens qui viendraient plus tard, afin que ces gens comprennent ces choses et voient qu’elles étaient vraiment l’œuvre de l’Esprit de Dieu, le Saint-Esprit, et qu’elles ne venaient pas de l’homme. Ainsi, Il confirmait l’œuvre du Saint-Esprit. Durant l’ère de la Grâce, Jésus Lui-même a fait toute cette œuvre à leur place, et donc les gens ne prophétisaient plus. Alors, Jésus était-Il un prophète ? Bien sûr, Jésus était un prophète, mais Il pouvait aussi faire le travail des apôtres : Il pouvait prophétiser, prêcher et enseigner aux gens à travers le pays. Pourtant, Son œuvre et Son identité différaient des prophètes de l’ère de la Loi. Il est venu pour racheter toute l’humanité, pour racheter l’homme du péché ; Il était un prophète et un apôtre, mais surtout, Il était Christ. Un prophète peut prophétiser, mais on ne peut pas dire qu’un tel prophète est Christ. En Son temps, Jésus a prophétisé souvent, et donc on peut dire qu’Il était un prophète, mais on ne peut pas dire qu’Il était un prophète et que, par conséquent, Il n’était pas Christ. En effet, Il représentait Dieu Lui-même en réalisant une étape de l’œuvre, et Son identité était différente de celle d’Ésaïe : Il est venu compléter l’œuvre de la rédemption. Il a également pourvu à la vie de l’homme, et l’Esprit de Dieu descendit sur Lui directement. Son œuvre ne venait pas de l’inspiration de l’Esprit de Dieu ou des instructions de l’Éternel. Au contraire, l’Esprit a œuvré directement, et cela suffit pour prouver que Jésus n’était pas comme les prophètes. Son œuvre était la rédemption. La prophétie venait en deuxième. Il était un prophète, un apôtre, mais plus que cela, Il était le Rédempteur. Les prophètes, par contre, ne pouvaient que prophétiser, et étaient incapables de représenter l’Esprit de Dieu en faisant tout autre travail. Parce que Jésus a fait beaucoup de l’œuvre qui n’avait jamais été faite par l’homme, et parce qu’Il a fait l’œuvre de la rédemption, Il était différent des hommes tels qu’Ésaïe.

Extrait de « Au sujet de la Bible (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Dans cette dernière étape de l’œuvre, les résultats sont atteints par le biais de la parole. Par la parole, l’homme en vient à comprendre de nombreux mystères et l’œuvre de Dieu dans les générations passées ; par la parole, l’homme est éclairé par le Saint-Esprit ; par la parole, l’homme en vient à comprendre les mystères jamais percés par les générations passées, ainsi que le travail des prophètes et des apôtres des temps passés, et les principes qui ont fondé leur travail ; par la parole, l’homme en vient aussi à connaître le tempérament de Dieu Lui-même, ainsi que la rébellion et la résistance de l’homme, et il en vient à connaître sa propre essence. Grâce à ces étapes de l’œuvre et à toutes les paroles prononcées, l’homme en vient à connaître l’œuvre de l’Esprit, l’œuvre de la chair incarnée de Dieu, et, même plus, tout Son tempérament. Par la parole, tu as aussi acquis ta connaissance de l’œuvre de gestion de Dieu de plus de six mille ans. N’est-ce pas par la parole aussi que tu as pris connaissance de tes vieilles notions et que tu as réussi à les mettre de côté ? Dans l’étape précédente, Jésus a fait des signes et des prodiges, mais il n’y a pas de signes et prodiges dans l’étape actuelle. Ta compréhension des raisons pour lesquelles Dieu ne révèle ni signes ni prodiges n’est-elle pas due aussi à la parole ? Par conséquent, les paroles prononcées dans l’étape actuelle dépassent le travail accompli par les apôtres et les prophètes des générations passées. Même les prophéties proclamées par les prophètes ne pourraient pas avoir obtenu de tels résultats. Les prophètes ne parlaient que de prophéties, ils parlaient d’évènements futurs, mais non de l’œuvre que Dieu voulait faire en ce temps-là. Ils n’ont pas parlé non plus pour conduire l’humanité dans sa vie, pour donner des vérités à l’humanité ou pour révéler des mystères aux hommes, et encore moins pour donner la vie. Dans les paroles prononcées à l’étape actuelle, il y a la prophétie et la vérité, mais surtout, ces paroles servent à donner la vie aux hommes. Les paroles à l’heure actuelle ne sont pas comme les prophéties des prophètes. L’œuvre de l’étape actuelle n’est pas pour les prophéties, mais pour la vie de l’homme, pour transformer le tempérament de vie de l’homme.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 2. Les différences entre les paroles de Dieu Lui-même et les paroles des gens utilisés par Dieu qui se conforment à la vérité

Suivant: 1. Si « être enlevé » signifie vraiment être transporté dans les airs ou au ciel et si le royaume des cieux est sur terre ou au ciel

Contenu connexe

2. Pourquoi le monde religieux s’est toujours opposé à Christ, L’a rejeté et L’a condamné

« Écoutez une autre parabole. Il y avait un homme, maître de maison, qui planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, y creusa un pressoir, et bâtit une tour ; puis il l’afferma à des vignerons, et quitta le pays. Lorsque le temps de la récolte fut arrivé, il envoya ses serviteurs vers les vignerons, pour recevoir le produit de sa vigne. Les vignerons, s’étant saisis de ses serviteurs, battirent l’un, tuèrent l’autre, et lapidèrent le troisième. Il envoya encore d’autres serviteurs, en plus grand nombre que les premiers ; et les vignerons les traitèrent de la même manière. Enfin, il envoya vers eux son fils, en disant : Ils auront du respect pour mon fils. Mais, quand les vignerons virent le fils, ils dirent entre eux : Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et emparons-nous de son héritage. Et ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne, et le tuèrent » (Matthieu 21:33-39).

9. Pourquoi il nécessaire de faire l’expérience de l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours afin d’être capable d’atteindre la connaissance de Dieu

« Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père » (Jean 1:14). Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu (Jean 14:6-7).

1. Le but des trois étapes de l’œuvre de gestion de l’humanité par Dieu

Tout Mon plan de gestion, qui s’étend sur six mille ans, se compose de trois étapes, ou trois ères : d’abord, l’ère de la Loi ; l’ère de la Grâce (qui est aussi l’ère de la Rédemption) ; et l’ère du Règne dans les derniers jours. Mon œuvre dans ces trois ères diffère quant à son contenu selon la nature de chaque ère, mais à chaque étape elle correspond aux besoins de l’homme, ou pour être plus précis, elle varie selon les astuces que Satan emploie dans Ma guerre contre lui. Le but de Mon œuvre est de vaincre Satan, de manifester Ma sagesse et Ma toute-puissance, d’exposer tous les artifices de Satan et de sauver ainsi toute l’humanité qui vit sous son domaine.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre