Paroles de Dieu quotidiennes | « Offre à Dieu un cœur vrai, et tu pourras obtenir la vérité » | Extrait 380

Ceux qui sont capables de mettre la vérité en pratique sont en mesure d'accepter l'examen de Dieu quand ils font des choses. Quand tu acceptes l'examen de Dieu, ton cœur est sur le droit chemin. Si tu ne fais des choses que pour que les autres les voient et que tu n'acceptes pas l'examen de Dieu, alors Dieu est-Il toujours dans ton cœur ? Les gens de ce type n'ont aucune révérence pour Dieu. Ne faites pas toujours les choses pour vous-mêmes, ne considérez pas constamment vos propres intérêts ; ne pensez pas à votre propre statut, à votre prestige ou à votre réputation. Ne prête aucune considération non plus aux intérêts de l'homme. Tu dois d'abord penser aux intérêts de la maison de Dieu et en faire ta première priorité. Tu dois être attentif à la volonté de Dieu et commencer par réfléchir si, oui ou non, tu as été impur dans l'accomplissement de ton devoir, si tu as fait ton maximum pour être loyal, si tu as fait de ton mieux pour assumer tes responsabilités et fait tout ton possible et si, oui ou non, tu as songé à ton devoir et au travail de la maison de Dieu. Tu dois prendre en considération ces choses-là. Penses-y fréquemment et il sera plus facile pour toi de bien accomplir ton devoir. Si tu es de faible calibre, que ton expérience est limitée, ou que tu n'es pas compétent dans ton travail professionnel, alors il se peut qu'il y ait des erreurs ou des insuffisances dans ton travail, et il se peut que les résultats ne soient pas très bons, mais tu y auras consacré tous tes efforts. Quand tu ne penses pas à tes propres désirs égoïstes ou ne considères pas tes propres intérêts dans les choses que tu fais, et qu'au contraire, tu prends constamment en considération l'œuvre de la maison de Dieu, gardant en tête ses intérêts et accomplissant bien ton devoir, alors tu accumuleras de bonnes actions devant Dieu. Ceux qui réalisent ces bonnes actions sont ceux qui possèdent la réalité-vérité ; en cela, ils ont porté témoignage. Si tu vis toujours selon la chair, satisfaisant constamment tes propres désirs égoïstes, alors de telles personnes ne possèdent pas la réalité-vérité ; c'est le signe d'une personne qui apporte le déshonneur à Dieu. Tu dis : « Je n'ai rien fait. Comment ai-je fait honte à Dieu ? » Par tous les moyens – dans tes pensées et idées, dans les intentions, objectifs et motivations derrière tes actions, et dans les conséquences de ce que tu as fait – tu satisfais Satan, étant la risée de Satan et le laissant obtenir quelque chose de toi. Vous ne possédez même pas vaguement le témoignage que vous devriez posséder en tant que chrétien. Tu déshonores le nom de Dieu en toute chose et tu ne possèdes pas de véritable témoignage. Dieu Se souviendra-t-Il des choses que tu as faites ? Finalement, quelle conclusion Dieu tirera-t-Il au sujet de tes actes et du devoir que tu as accompli ? Quelque chose ne doit-il pas ressortir de cela, une certaine affirmation ? Dans la Bible, le Seigneur Jésus dit : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de Moi, vous qui commettez l'iniquité. » Pourquoi le Seigneur Jésus a-t-Il dit cela ? Pourquoi ceux qui guérissent les malades et chassent les démons au nom du Seigneur, qui voyagent pour prêcher au nom du Seigneur, deviennent des malfaiteurs ? S'agit-il de ceux qui ne croient pas en Dieu ? Ils croient tous en Dieu et suivent Dieu. Ils renoncent aussi à des choses pour Dieu, se dépensent pour Dieu et accomplissent leur devoir. Pourtant, quand ils accomplissent leur devoir, ils manquent de dévotion et de témoignage, ils font donc finalement le mal. C'est pourquoi le Seigneur Jésus dit : « Retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. »

Quelle est la norme suivant laquelle les actions d'une personne sont jugées bonnes ou mauvaises ? Cela dépend si, oui ou non, dans tes pensées, expressions et actions, tu possèdes le témoignage de la mise en pratique de la vérité et de l'expérimentation de la réalité-vérité. Si tu n'as pas cette réalité ou ne vis pas cela, alors tu es, sans aucun doute, un malfaiteur. Comment Dieu considère-t-Il les malfaiteurs ? Tes pensées et tes actes extérieurs ne rendent pas témoignage à Dieu, et ils ne font pas honte à Satan et ne le vainquent pas. Ils font honte à Dieu et sont pleins de signes qui font honte à Dieu. Tu ne témoignes pas de Dieu, tu ne te dépenses pas pour Dieu et tu n'assumes pas tes responsabilités ni tes obligations envers Dieu : tu agis pour ton propre compte. Qu'est-ce qu'implique « pour ton propre compte » ? Pour Satan. C'est pourquoi, à la fin, Dieu dira : « Retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. » À Ses yeux, tu n'as pas accompli de bonnes actions : par ton comportement, tu as sombré dans le mal. Tu ne seras pas récompensé : Dieu ne Se souviendra pas de toi. N'est-ce pas totalement en vain ? Pour chacun de vous qui accomplit son devoir, quelle que soit la profondeur de ta compréhension de la vérité, si tu souhaites entrer dans la réalité-vérité, alors le moyen le plus simple de pratiquer t'est de penser aux intérêts de la maison de Dieu dans tout ce que tu fais et d'abandonner tes désirs égoïstes, ton intention, tes motivations, ton prestige et ton statut. Fais passer les intérêts de la maison de Dieu en premier. C'est le moins que tu puisses faire. Si quelqu'un qui accomplit son devoir ne peut même pas en faire autant, alors comment peut-on dire qu'il accomplit son devoir ? Cela n'est pas accomplir son devoir. Tu dois d'abord considérer les intérêts de la maison de Dieu, considérer les intérêts propres de Dieu, considérer Son œuvre et donner la priorité à ces considérations ; c'est seulement après cela que tu peux penser à la stabilité de ton statut ou à la façon dont les autres te voient. Ne crois-tu pas que cela devient un peu plus facile si tu procèdes par étapes et fais des compromis ? Si tu persévères un moment, tu auras l'impression qu'il n'est pas difficile de plaire à Dieu. En plus, si tu peux remplir tes responsabilités, accomplir tes obligations et devoirs, laisser de côté tes désirs égoïstes, renoncer à tes propres intentions et motifs, tenir compte de la volonté de Dieu, et mettre en premier les intérêts de Dieu et de Sa maison, alors, après en avoir fait l'expérience quelque temps, tu sentiras que c'est une bonne manière de vivre : c'est une vie franche et honnête, sans qu'on y soit quelqu'un d'abject ni bon à rien et on y vit correctement et honorablement plutôt qu'en y étant étroit d'esprit ou méchant. Tu sentiras que c'est ainsi qu'une personne devrait vivre et agir. Peu à peu, le désir de ton cœur de satisfaire tes propres intérêts s'atténuera.

Extrait de « Récits des entretiens de Christ »

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe