• Il existe un moyen de résoudre l’arrogance

    L’arrogance est mon défaut fatal. J’avais l’habitude de révéler mon tempérament arrogant, en pensant toujours que j’étais mieux que les autres. Surtout quand je corrigeais des articles ou communiquais sur le travail avec un partenaire, j’étais toujours dogmatique et n’écoutais pas modestement d’autres avis. Mon incapacité à coopérer harmonieusement avec mes partenaires causait souvent des problèmes pour le travail

  • Le sens réel de la rébellion contre Dieu 

    Un jour, au cours de mes moments de recueillement spirituel, je lis ceci dans le livret de l’échange de l’homme : « Il existe plusieurs types différents de rébellions contre Dieu. Un type de rébellion va contre Sa volonté ou va contre Ses paroles. Un autre type a un tempérament arrogant, n’ayant pas Dieu dans son cœur et se vantant ainsi et étant hostile à Dieu ; c’est la révolte de la résistance à Dieu. Il y a un autre type, qui est la rébellion qui consiste à trahir et à abandonner Dieu. […]

  • L’orgueil précède la chute

    Dans la bible, le livre des proverbes dit, « L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute » (Proverbes 16:18). Juste comme je plongeais tête première dans mon travail avec de grands espoirs, j’ai ressenti, dans mon cœur, que je ne parvenais pas à atteindre Dieu. Non seulement mon travail ne s’est pas résolu, mais l’efficacité de notre évangile passa de monter en flèche à piquer du nez. Je suis tombé dans une position extrêmement douloureuse sans être certain de ce que j’avais fait de mal.

  • Qu’est-ce qui a trompé mon esprit ?

    Un jour, j’avais été informé de la tenue d’une réunion. Normalement, c’était un événement heureux, mais dès que j’avais pensé au désordre complet dans lequel se trouvait mon propre travail ces quelques temps, je ne pouvais pas m’empêcher de me faire des soucis. Si mon supérieur savait que je n’avais fini aucun de mes travaux, il aurait certainement à me traiter sévèrement et pourrait même me remplacer. Que ferais-je alors ?

  • Sans le salut de Dieu, je ne serais pas là aujourd’hui

    C’était le 21 juillet 2012. Ce jour-là, une pluie torrentielle tombait, et il se trouve que j’étais sortie pour accomplir mon devoir. Après 16 h, la pluie ne s’était toujours pas arrêtée. Quand notre réunion s’est terminée, j’ai bravé la pluie et j’ai pris le bus pour rentrer chez moi. Pendant le trajet, il pleuvait de plus en plus fort, et quand le bus est arrivé à l’arrêt précédant le mien, le conducteur nous a dit à nous tous, les passagers : « Ce bus ne peut pas aller plus loin ; la route devant nous s’est effondrée. »

  • Au milieu des désastres, j’ai vu le juste tempérament de Dieu

    Ce jour-là, il a commencé à pleuvoir le matin. Je suis allée à une réunion chez un frère alors que la pluie devenait de plus en plus forte. L’après-midi, il pleuvait comme si les averses venaient tout droit du ciel. Une fois que nous avons terminé notre réunion, la pluie était entrée dans la cour de mon frère, mais, parce que j’étais inquiète pour ma famille, je me suis battue pour rentrer chez moi. À mi-chemin, des gens fuyant le danger me dirent : « Tu ne t’enfuis pas, tu rentres encore chez toi ? »

  • En raison de l’accomplissement de mon devoir, j’ai eu droit au salut formidable de Dieu

    Après avoir prié, j’ai encore vu un autre acte de Dieu. À l’origine, les eaux de l’inondation dévalaient vers nous d’une force puissante et destructive, mais, alors qu’elles passaient devant notre maison, elles ont soudainement ralenti et le courant a diminué ; ça s’est même réduit à juste un filet d’eau. À cause de cela, les livres de l’Église n’ont pas été endommagés du tout. Cette nuit-là, les voisins devant et derrière nous ont tous fui parce que l’eau était rentrée dans leurs cours, mais sous l’œil attentif de Dieu, nous avons été protégés et nous avons joui d’une nuit paisible.

  • Le tempérament de Dieu est la justice et, plus encore, l’amour

    Le 1er août 2012, il a plu particulièrement fort. Le niveau de l’eau de la rivière montait rapidement et avait déjà franchi le pont. L’eau déferlait vague après vague et la situation était extrêmement désastreuse. Alors que je m’apprêtais à conduire mon scooter électrique sur le pont submergé, mon pneu avant venait tout juste de l’atteindre et je songeais à réduire la puissance pour charger en avant quand, à ma grande surprise, il s’est avéré que l’eau était trop profonde et les vagues trop hautes. Avant que je puisse réagir, mon véhicule — moi au-dessus — a été emporté par le courant.