« L’œuvre et l’entrée (10) » | Extrait 197

L'incarnation de Dieu a créé des ondes de choc à travers toutes les dénominations et les confessions ; elle a « jeté dans le désarroi » leur ordre originel et elle a secoué le cœur de tous ceux qui aspirent à la manifestation de Dieu. Qui n'adore pas ? Qui n'aspire pas à voir Dieu ? Dieu a vécu chez l'homme pendant de nombreuses années, mais l'homme ne s'en est jamais rendu compte. Aujourd'hui, Dieu Lui-même est apparu et a manifesté Son identité aux masses. Comment cela ne pourrait-il pas faire plaisir au cœur de l'homme ? Jadis, Dieu a partagé les joies et les peines de l'homme, et aujourd'hui, Il a été réuni avec l'humanité, et Il partage des histoires du bon vieux temps avec lui. Après qu'Il sortit de Judée, les gens ne purent trouver aucune trace de Lui. Ils aspirent à rencontrer Dieu une fois de plus, ignorant qu'ils L'ont rencontré aujourd'hui et qu'ils ont été réunis à Lui. Comment cela ne pourrait-il pas remuer des pensées d'hier ? Il y a deux mille ans aujourd'hui, Simon, fils de Jonas, le descendant des Juifs, vit Jésus, le Sauveur, mangea à la même table que Lui, et après L'avoir suivi pendant de nombreuses années, il ressentit une profonde affection pour Lui : il L'aima du fond de son cœur, il aima profondément le Seigneur Jésus. Le peuple juif ne savait rien de ce bébé aux cheveux d'or né dans une mangeoire froide ; ils ignoraient qu'Il était la première image de l'incarnation de Dieu. Ils pensaient tous qu'Il était comme eux, personne ne pensait qu'Il était différent – comment les gens auraient-ils pu le reconnaitre ce Jésus normal et ordinaire ? Le peuple juif Le voyait comme le fils d'un Juif de l'époque. Personne ne Le voyait comme un beau Dieu et les gens ne faisaient qu'exiger aveuglément qu'Il leur donne des grâces riches et abondantes, la paix et la joie. Ils savaient seulement que, comme un millionnaire, Il avait tout ce qu'on peut souhaiter. Pourtant, les gens ne L'ont jamais traité comme un bien-aimé. Les gens de cette époque ne L'aimaient pas et ne faisaient que protester contre Lui ; ils avaient des exigences irrationnelles envers Lui, et Il ne résistait jamais, donnant constamment des grâces à l'homme, même si l'homme ne Le connaissait pas. Il ne faisait que donner la chaleur, l'amour et la miséricorde à l'homme, en silence, et plus encore, Il donnait à l'homme un nouveau moyen de pratique, libérant l'homme des obligations de la loi. L'homme ne L'aimait pas, il Lui enviait et reconnaissait Ses « talents exceptionnels ». Comment l'humanité aveugle pouvait-elle être consciente de la profonde humiliation subie par l'adorable Jésus Sauveur quand Il est venu parmi les hommes ? Personne n'était conscient de Son épreuve, de Son amour pour Dieu le Père, et personne ne pouvait avoir une idée de Sa solitude ; même si Marie était Sa mère de naissance, comment pouvait-elle connaitre les pensées dans le cœur du miséricordieux Seigneur Jésus ? Qui se rendait compte des souffrances inexprimables endurées par le Fils de l'homme ? Après Lui avoir présenté leurs requêtes, les gens de cette époque L'oublièrent froidement et Le jetèrent dehors. Donc, Il a erré dans les rues, jour après jour, année après année, à la dérive pendant de nombreuses années jusqu'à ce qu'Il ait vécu pendant trente-trois dures années, des années à la fois longues et brèves. Quand les gens avaient besoin de Lui, ils L'invitaient dans leur maison, affichant des visages souriants, essayant de Lui présenter leurs exigences, et après qu'ils avaient obtenu ce qu'ils voulaient, ils Le mettaient à la porte. Les gens mangeaient ce qui sortait de Sa bouche, ils buvaient Son sang, ils valorisaient les grâces qu'Il leur donnait, mais ils s'opposaient à Lui également, car ils ne savaient pas qui leur avait donné leur vie. À la fin, ils L'ont cloué sur la croix, pendant qu'Il restait silencieux. Même aujourd'hui, Il reste silencieux. Les gens mangent Sa chair, ils mangent la nourriture qu'Il prépare pour eux, ils marchent sur le chemin qu'Il a ouvert pour eux et ils boivent Son sang, mais ils ont toujours l'intention de Le rejeter, ils traitent effectivement le Dieu qui leur a donné la vie comme l'ennemi et au contraire traitent ceux qui sont esclaves comme eux comme s'ils étaient le Père céleste. En cela, ne s'opposent-ils pas délibérément à Lui ? Comment Jésus en est-Il venu à mourir sur la croix ? Le savez-vous ? N'a-t-il pas été trahi par Judas, qui était le plus près de Lui, qui L'avait mangé, qui L'avait bu et qui avait joui de Sa présence ? La raison de la trahison de Judas n'est-elle pas que Jésus n'était rien de plus qu'un petit-maitre normal ? Si les gens avaient vraiment vu que Jésus était extraordinaire et qu'Il était céleste, comment auraient-ils pu Le clouer vivant sur la croix, Le laisser pendu ainsi pendant vingt-quatre heures jusqu'à ce qu'Il n'ait plus de souffle dans Son corps ? Qui peut connaitre Dieu ? Les gens ne font que jouir de Dieu avec une avidité insatiable, mais ils ne L'ont jamais connu. On leur a donné un centimètre et ils ont pris un kilomètre, et ils font de Jésus un être totalement obéissant à leurs commandes, à leurs ordres. Qui a déjà eu pitié de ce Fils de l'homme qui n'a pas où reposer Sa tête ? Qui a déjà pensé à unir ses forces aux Siennes pour achever la commission de Dieu le Père ? Qui Lui a déjà réservé une pensée ? Qui a déjà tenu compte de Ses difficultés ? Sans le moindre amour, l'homme Le pousse çà et là ; l'homme ne sait pas d'où sont venues sa lumière et sa vie, et ne fait rien d'autre que de planifier secrètement comment crucifier une fois de plus le Jésus d'il y a deux mille ans, qui a connu la souffrance parmi les hommes. Est-ce que Jésus vraiment inspire une telle haine ? Tout ce qu'Il a fait a-t-il été oublié depuis longtemps ? La haine condensée depuis des milliers d'années éclatera enfin. Espèce de Juifs ! Quand Jésus s'est-Il montré hostile à votre égard que vous deviez Le haïr tellement ? Il a tellement agi et a tellement parlé. Rien de tout cela n'est-il pas à votre avantage ? Il a donné Sa vie pour vous, sans rien demander en retour, Il vous a donné toute Sa vie – voulez-vous vraiment encore Le manger vivant ? Il S'est livré complètement à vous sans retenue, sans jamais profiter de la gloire mondaine, de la chaleur entre les hommes, de l'amour entre les hommes, ou de toutes les bénédictions entre les hommes. Les gens sont si méchants envers Lui, Il n'a jamais joui de toutes les richesses de la terre, Il dévoue à l'homme tout l'être de Son cœur passionné et sincère, Il a dévoué Sa totalité à l'humanité – qui Lui a déjà donné de la chaleur ? Qui L'a déjà réconforté ? L'homme a mis toute la pression sur Lui, il Lui a remis tous ses malheurs, il Lui a imposé les expériences les plus malheureuses parmi les hommes, il Le blâme pour toute injustice, et Lui, Il a tout accepté tacitement. N'a-t-il jamais protesté contre quiconque ? A-t-il jamais demandé une petite récompense de quiconque ? Qui Lui a déjà démontré de la sympathie ? Comme gens normaux, qui d'entre vous n'a pas eu une enfance romantique ? Qui n'a pas eu une jeunesse excitante ? Qui n'a pas la chaleur de ses proches ? Qui est sans l'amour de parents et d'amis ? Qui n'est pas respecté par les autres ? Qui n'a pas une famille chaleureuse ? Qui n'a pas le réconfort d'un confident ? Et Lui, a-t-Il déjà joui de tout cela ? Qui Lui a déjà donné un peu de chaleur ? Qui Lui a déjà donné un peu de réconfort ? Qui a déjà fait preuve d'un peu de moralité humaine à Son égard ? Qui a déjà été tolérant envers Lui ? Qui est déjà resté avec Lui en temps de difficulté ? Qui a déjà vécu la vie difficile avec Lui ? L'homme n'a jamais relâché ses exigences envers Lui ; il Lui présente simplement ses exigences sans aucun scrupule, comme si, étant venu dans le monde de l'homme, Il doit être son bœuf ou son cheval, son prisonnier, et doit Se livrer complètement à l'homme ; sinon, l'homme ne Lui pardonnera jamais, ne sera jamais doux avec Lui, ne L'appellera jamais Dieu, et ne Le tiendra jamais en haute estime. L'homme a une attitude trop sévère envers Dieu, comme s'il était déterminé à tourmenter Dieu jusqu'à la mort, et seulement après serait-il prêt à relâcher ses exigences de Dieu ; sinon, l'homme n'abaissera jamais les normes de ses exigences à l'égard de Dieu. Comment Dieu pourrait-Il ne pas mépriser un tel homme ? N'est-ce pas la tragédie d'aujourd'hui ? La conscience de l'homme a disparue. Il ne cesse de dire qu'il va rembourser l'amour de Dieu, mais il dissèque Dieu et le torture à mort. N'est-ce pas la « recette secrète » de sa foi en Dieu, transmise par ses ancêtres ? Les « Juifs » sont partout, et aujourd'hui, ils font toujours le même travail, ils réalisent encore le même travail d'opposition à Dieu, et pourtant ils croient qu'ils honorent Dieu. Comment les yeux de l'homme lui-même pourraient-ils connaitre Dieu ? Comment l'homme, qui vit dans la chair, pourrait-il traiter comme Dieu le Dieu incarné qui vient de l'Esprit ? Qui d'entre les hommes pourrait le connaitre ? Où est la vérité parmi les hommes ? Où est la vraie justice ? Qui peut connaitre le tempérament de Dieu ? Qui peut entrer en compétition avec le Dieu du ciel ? Pas étonnant que personne n'ait connu Dieu quand Il est venu parmi les hommes et qu'Il a été rejeté. Comment l'homme peut-il tolérer l'existence de Dieu ? Comment peut-il laisser la lumière chasser les ténèbres hors du monde ? Tout cela ne fait-il pas partie de la dévotion honorable de l'homme ? Cela n'est-il pas l'entrée vertueuse de l'homme ? Et l'œuvre de Dieu n'est-elle pas centrée sur l'entrée de l'homme ? Je voudrais que vous associiez l'œuvre de Dieu à l'entrée de l'homme, que vous établissiez une bonne relation entre l'homme et Dieu et que vous accomplissiez le devoir qui doit être effectué par l'homme au mieux de ses capacités. Ainsi, l'œuvre de Dieu sera achevée, concluant avec Sa glorification !

Extrait de « L'œuvre et l'entrée (10) »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe