L'Église de Dieu Tout-Puissant App.

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Suite de la Parole apparaît dans la chair

Récitations des paroles de Dieu
Suite de la Parole apparaît dans la chair

Catégories

Recital-kingdom-selection
Déclarations du Christ des derniers jours (Sélections)

Le tempérament juste de Dieu  La première partie

Maintenant que vous avez écouté l’échange précédent sur l’autorité de Dieu, J’ai confiance que vous êtes équipés de toute une gamme de mots sur la question. Combien vous pouvez accepter, saisir et comprendre, tout dépend des efforts que vous vous y consacrerez. C’est Mon espoir que vous puissiez aborder cette question sincèrement ; en aucun cas devriez-vous la traiter sans conviction ! Donc, est-ce que connaître l’autorité de Dieu équivaut à connaître la plénitude de Dieu ? On peut dire que connaître l’autorité de Dieu est le début de la connaissance du Dieu unique Lui-même, et on peut dire aussi que connaître l’autorité de Dieu signifie que l’on a déjà traversé le seuil de la connaissance de l’essence du Dieu unique Lui-même. Cette compréhension est une partie de la connaissance de Dieu. Quelle est l’autre partie, alors ? C’est le sujet sur lequel Je voudrais échanger aujourd’hui : le tempérament juste de Dieu.

J’ai sélectionné deux passages de la Bible pour notre échange sur le sujet d’aujourd’hui. Le premier porte sur la destruction de Sodome par Dieu, qui se trouve dans la Genèse 19:1-11 et dans la Genèse 19:24-25 ; le deuxième porte sur la délivrance de Ninive par Dieu, qui se trouve dans le livre de Jonas 1, 1-2, en plus des troisième et quatrième chapitres du livre. Je soupçonne que vous êtes tous impatients d’entendre ce que J’ai à dire à propos de ces deux passages. Ce que Je dis, naturellement, ne peut pas s’écarter du thème de la connaissance de Dieu Lui-même et de la connaissance de Son essence, mais sur quoi sera axé l’échange d’aujourd’hui ? Quelqu’un parmi vous le sait-il ? Quelles parties de Mon échange sur « l’autorité de Dieu » ont attiré votre attention ? Pourquoi ai-Je dit que seul Celui qui possède une telle autorité et un tel pouvoir est Dieu Lui-même ? Qu’est-ce que J’ai voulu expliquer en disant cela ? Quelle information ai-Je voulu vous transmettre ? L’autorité et le pouvoir de Dieu sont-ils des aspects de la façon dont Son essence est manifestée ? Sont-ils une partie de Son essence qui prouve Son identité et Son statut ? Ces questions vous ont-elles indiqué ce que Je vais dire ? Qu’est-ce que Je veux que vous compreniez ? Pensez-y bien.

(I) Parce qu’il s’oppose obstinément à Dieu, l’homme est détruit par la colère de Dieu

Premièrement, regardons plusieurs passages de l’Écriture décrivant la « destruction de Sodome par Dieu ».

(Gen 19:1-11) Les deux anges arrivèrent à Sodome sur le soir ; et Lot était assis à la porte de Sodome. Quand Lot les vit, il se leva pour aller au-devant d’eux, et se prosterna la face contre terre. Puis il dit: Voici, mes seigneurs, entrez, je vous prie, dans la maison de votre serviteur, et passez-y la nuit ; lavez-vous les pieds ; vous vous lèverez de bon matin, et vous poursuivrez votre route. Non, répondirent-ils, nous passerons la nuit dans la rue. Mais Lot les pressa tellement qu’ils vinrent chez lui et entrèrent dans sa maison. Il leur donna un festin, et fit cuire des pains sans levain. Et ils mangèrent. Ils n’étaient pas encore couchés que les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, depuis les enfants jusqu’aux vieillards ; toute la population était accourue. Ils appelèrent Lot, et lui dirent: Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous, pour que nous les connaissions. Lot sortit vers eux à l’entrée de la maison, et ferma la porte derrière lui. Et il dit: Mes frères, je vous prie, ne faites pas le mal ! Voici, j’ai deux filles qui n’ont point connu d’homme ; je vous les amènerai dehors, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira. Seulement, ne faites rien à ces hommes puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit. Ils dirent: Retire-toi ! Ils dirent encore: Celui-ci est venu comme étranger, et il veut faire le juge ! Eh bien, nous te ferons pis qu’à eux. Et, pressant Lot avec violence, ils s’avancèrent pour briser la porte. Les hommes étendirent la main, firent rentrer Lot vers eux dans la maison, et fermèrent la porte. Et ils frappèrent d’aveuglement les gens qui étaient à l’entrée de la maison, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, de sorte qu’ils se donnèrent une peine inutile pour trouver la porte.

(Gen 19:24-25) Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l’Éternel. Il détruisit ces villes, toute la plaine et tous les habitants des villes, et les plantes de la terre.

De ces passages, il n’est pas difficile de voir que l’iniquité et la corruption de Sodome avaient déjà atteint un degré détestable à la fois pour l’homme et pour Dieu et qu’aux yeux de Dieu, la ville méritait donc d’être détruite. Mais que s’est-il passé dans la ville avant qu’elle ne soit détruite ? Que peuvent apprendre les gens de ces événements ? Qu’est-ce que l’attitude de Dieu envers ces événements montre aux gens à propos de Son tempérament ? Afin de comprendre toute l’histoire, lisons attentivement ce qui a été consigné dans l’Écriture. …

La corruption de Sodome : exaspérant pour l’homme et enrageant Dieu

Cette nuit-là, Lot reçut deux messagers de Dieu et prépara un festin pour eux. Après le dîner, avant que les messagers se couchent, des gens de toute la ville entourèrent la résidence de Lot et appelèrent Lot. L’Écriture rapporte qu’ils ont dit : « Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous, pour que nous les connaissions. » Qui a dit ces paroles ? À qui sont-elles dites ? Ce sont les paroles que les gens de Sodome ont criées devant la résidence de Lot et ont adressées à Lot. Comment te sens-tu en entendant ces paroles ? Es-tu furieux ? Ces paroles te rendent-elles malade ? Est-ce que tu frémis de colère ? Ces paroles empestent Satan ? Te font-elles sentir le mal et l’obscurité dans cette ville ? Peux-tu sentir la cruauté et la barbarie du comportement de ces gens par leurs paroles ? Peux-tu sentir la profondeur de leur corruption par leur comportement ? Par le contenu de leur discours, il n’est pas difficile de voir que leur nature inique et leur tempérament sauvage avaient dépassé leur propre contrôle. À l’exception de Lot, chaque homme jusqu’au dernier dans cette ville n’était pas différent de Satan ; la seule vue d’une autre personne donnait à ces gens le désir de lui faire du mal et de la dévorer. … Ces choses ne donnent pas seulement une idée de la nature épouvantable et terrifiante de la ville, ainsi que de l’aura de mort qui l’entourait, elles donnent aussi une idée de son iniquité et de sa violence.

Alors qu’il se trouvait face à une bande de malfaiteurs inhumains, des gens remplis de l’ambition de dévorer des âmes, comment Lot a-t-il réagi ? Selon l’Écriture : « je vous prie, ne faites pas le mal ! Voici, j’ai deux filles qui n’ont point connu d’homme ; je vous les amènerai dehors, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira. Seulement, ne faites rien à ces hommes puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit. » Lot signifiait ce qui suit par ses propos : il était prêt à livrer ses deux filles pour protéger les messagers. Raisonnablement, ces gens auraient dû accepter les conditions de Lot et cesser leur poursuite des deux messagers ; après tout, les messagers leur étaient parfaitement étrangers, des gens qui n’avaient absolument rien à voir avec eux ; ces deux messagers n’avaient jamais nui à leurs intérêts. Cependant, motivés par leur nature inique, ils ne s’en sont pas tenus là. Au contraire, ils ont seulement intensifié leurs efforts. Voici l’une de leurs réactions qui peut sans aucun doute donner un aperçu supplémentaire de la véritable nature vicieuse de ces gens ; en même temps, il permet aussi de savoir et de comprendre la raison pour laquelle Dieu a voulu détruire cette ville.

Alors qu’est-ce qu’ils ont dit ensuite ? Comme c’est écrit dans la Bible : « Retire-toi ! Ils dirent encore: Celui-ci est venu comme étranger, et il veut faire le juge ! Eh bien, nous te ferons pis qu’à eux. Et, pressant Lot avec violence, ils s’avancèrent pour briser la porte. » Pourquoi voulaient-ils enfoncer la porte ? La raison en est qu’ils étaient très anxieux de causer du tort à ces deux messagers. Que faisaient ces messagers à Sodome ? Leur but en venant là était de sauver Lot et sa famille ; cependant, les habitants de la ville pensaient à tort qu’ils étaient venus pour assumer des postes officiels. Sans s’enquérir de leur but, la ville ne se fondait que sur des conjectures pour vouloir violemment faire du mal à ces deux messagers ; ils voulaient faire du mal à deux personnes qui n’avaient absolument rien à voir avec eux. Il est clair que les habitants de cette ville avaient complètement perdu leur humanité et leur raison. Le degré de leur insanité et de leur sauvagerie n’était déjà pas différent de la nature vicieuse de Satan qui fait du tort aux hommes et les dévore.

Quand ils ont demandé à Lot de leur livrer ces hommes, qu’est-ce que Lot a fait ? D’après le texte, nous savons que Lot ne les leur a pas livrés. Lot connaissait-il ces deux messagers de Dieu ? Bien sûr que non ! Mais pourquoi a-t-il pu sauver ces deux hommes ? Savait-il ce qu’ils étaient venus faire ? Bien qu’il ne comprît pas la raison de leur venue, il savait qu’ils étaient les serviteurs de Dieu et il les a donc reçus. Qu’il ait pu appeler ces serviteurs de Dieu des seigneurs montre que Lot suivait d’ordinaire Dieu, contrairement aux autres à l’intérieur de Sodome. Par conséquent, lorsque les messagers de Dieu sont venus chez lui, il a risqué sa propre vie pour recevoir ces deux serviteurs ; de plus, il a également livré ses deux filles afin de protéger ces deux serviteurs. C’est l’action juste de Lot ; c’est aussi une expression tangible de la nature et de l’essence de Lot, et c’est aussi la raison pour laquelle Dieu a envoyé Ses serviteurs pour sauver Lot. Devant le péril, Lot a protégé ces deux serviteurs sans égard à quoi que ce soit d’autre ; il a même tenté de livrer ses deux filles en échange de la sécurité des serviteurs. Autre que Lot, y avait-il quelqu’un d’autre à l’intérieur de la ville qui aurait pu faire quelque chose de semblable ? Comme les faits le prouvent, non ! Par conséquent, il va sans dire que tout le monde à l’intérieur de Sodome, à l’exception de Lot, était une cible pour la destruction ainsi qu’une cible qui méritait d’être détruite.

Sodome est détruite pour avoir offensé la colère de Dieu

Quand les habitants de Sodome virent ces deux serviteurs, ils ne demandèrent pas la raison de leur venue et personne ne leur demanda s’ils étaient venus annoncer la volonté de Dieu ou pas. Au contraire, ils se sont rassemblés en foule et, sans attendre une explication, sont venus saisir ces deux serviteurs comme des chiens sauvages ou des loups féroces. Dieu a-t-Il observé ces événements pendant qu’ils se produisaient ? Qu’est-ce que Dieu pensait dans Son cœur au sujet de ce genre de comportement humain, de ce genre de chose ? Dieu décida de détruire cette ville ; Il ne pouvait pas hésiter ou attendre, ni continuer à faire preuve de patience. Son jour était venu, et ainsi Il a entrepris l’œuvre qu’Il voulait faire. Ainsi, il est écrit dans la Genèse 19:24-25 : « Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l’Éternel. Il détruisit ces villes, toute la plaine et tous les habitants des villes, et les plantes de la terre. » Ces deux versets racontent aux gens la méthode par laquelle Dieu a détruit cette ville ; ils racontent aussi aux gens ce que Dieu a détruit. Premièrement, la Bible raconte que Dieu a mis la ville en feu et que la force du feu était suffisante pour détruire tous les gens et tout ce qui poussait sur le sol. C’est-à-dire que le feu qui est tombé du ciel n’a pas seulement détruit la ville, il a également détruit tous les hommes et tous les êtres vivants, sans laisser aucune trace. Après que la ville a été détruite, la terre était dépourvue de choses vivantes. Il n’y avait plus de vie ni aucun signe de vie. La ville était devenue une terre en friche, un lieu vide rempli d’un silence de mort. Il n’y aurait plus de mauvaises actions contre Dieu dans ce lieu ; il n’y aurait plus de massacre ni de sang versé.

Pourquoi Dieu a-t-il voulu brûler si complètement cette ville ? Que pouvez-vous voir ici ? Est-ce que Dieu endurerait de regarder l’humanité et la nature, Ses propres créations, être ainsi détruites ? Si tu peux discerner la colère de l’Éternel dans le feu qui était tombé du ciel, alors il n’est pas difficile de voir le niveau de Sa rage dans la cible de Sa destruction, aussi bien que dans le degré de destruction de cette ville. Quand Dieu méprise une ville, Il fait descendre Sa punition sur elle. Quand Dieu est dégoûté d’une ville, Il émet des avertissements répétés pour informer les gens de Sa colère. Cependant, lorsque Dieu décide de mettre fin à une ville et de la détruire, c’est-à-dire lorsque Sa colère et Sa majesté ont été offensées, Il ne délivre pas d’autres punitions ou avertissements. Plutôt, Il la détruit directement. Il la fait disparaître complètement. Tel est le tempérament juste de Dieu.

Après la résistance et l’hostilité répétées de Sodome envers Lui, Dieu l’éradique totalement

Une fois que nous avons une compréhension générale du tempérament juste de Dieu, nous pouvons recentrer notre attention sur la ville de Sodome que Dieu voyait comme une ville de péché. En comprenant l’essence de cette ville, nous pouvons comprendre pourquoi Dieu a voulu la détruire et pourquoi Il l’a détruite si complètement. Cela nous fait connaître le tempérament juste de Dieu.

D’un point de vue humain, Sodome était une ville qui pouvait pleinement satisfaire le désir de l’homme et la méchanceté de l’homme. Séduisante et envoûtante, remplie de musique et de danse nuit après nuit, sa prospérité entraînait les hommes à la fascination et à la folie. Sa méchanceté érodait le cœur des gens et l’envoûtait à se dégénérer. C’était une ville où les esprits impurs et les mauvais esprits étaient déchaînés ; elle débordait de péché et de meurtre et était remplie d’une odeur sanglante et putride. C’était une ville qui glaçait les gens jusqu’à l’os, une ville que l’on fuirait. Personne dans cette ville — ni homme ni femme, ni jeune ni vieux — ne cherchait le vrai chemin ; personne n’aspirait à la lumière ou désirait s’éloigner du péché. Ils vivaient sous le contrôle de Satan, de la corruption et de la tromperie. Ils avaient perdu leur humanité ; ils avaient perdu la raison et ils avaient perdu le but originel de l’existence de l’homme. Ils commettaient d’innombrables péchés en résistant à Dieu ; ils refusaient Sa direction et s’opposaient à Sa volonté. Ce sont leurs actes pervers qui ont mené ces gens, la ville et chaque chose vivante en son sein, étape par étape, sur le chemin de la destruction.

Bien que ces deux passages ne racontent pas les détails de l’étendue de la corruption des gens de Sodome, racontent plutôt leur conduite envers les deux serviteurs de Dieu après l’arrivée de ces derniers dans la ville, une simple vérité peut révéler la mesure de la corruption et de la méchanceté des gens de Sodome et de leur résistance à Dieu. Avec cela, le vrai visage et l’essence des habitants de la ville sont également exposés. Non seulement ils n’ont pas accepté les avertissements de Dieu, mais aussi ils n’ont pas craint Sa punition. Au contraire, ils se sont moqués de la colère de Dieu. Ils ont résisté à Dieu aveuglément. Peu importe ce qu’Il faisait ou comment Il le faisait, leur nature vicieuse s’intensifiait et ils s’opposaient à Dieu continuellement. Les gens de Sodome étaient hostiles à l’existence de Dieu, à Sa venue, à Sa punition, et plus encore à Ses avertissements. Ils ne voyaient rien d’autre qui ait de la valeur autour d’eux. Ils dévoraient et lésaient tous les gens qui pouvaient être dévorés et lésés, et les serviteurs de Dieu n’étaient pas non plus tendrement traités. En ce qui concerne l’ensemble des actes pervers commis par les gens de Sodome, léser les serviteurs de Dieu n’était que la partie émergée de l’iceberg, et leur nature méchante que cela révélait ne représentait en fait qu’une goutte dans une grande mer. Par conséquent, Dieu a choisi de les détruire par le feu. Dieu n’a pas utilisé un déluge, Il n’a pas utilisé un ouragan non plus ni un tremblement de terre, un tsunami ou toute autre méthode pour détruire la ville. Qu’a signifié l’utilisation du feu par Dieu pour détruire cette ville ? Cela a signifié la destruction totale de la ville ; cela a signifié que la ville est entièrement disparue de la terre et de l’existence. Ici, la « destruction » ne se réfère pas seulement à la disparition de la forme et de la structure de la ville ou de son apparence extérieure ; elle signifie aussi que les âmes des gens à l’intérieur de la ville ont cessé d’exister, ayant été complètement éradiquées. En termes simples, toutes les personnes, tous les événements et toutes les choses associés à la ville ont été détruits. Il n’y aurait pas d’au-delà ou de réincarnation pour eux ; Dieu les a éradiqués de l’humanité, de Sa création, une fois pour toutes. « L’utilisation du feu » a signifié l’arrêt du péché et la fin du péché ; ce péché cesserait d’exister et de se répandre. Cela a signifié que le mal de Satan avait perdu son terrain de prédilection ainsi que le cimetière qui lui avait donné un lieu de résidence et de vie. Dans la guerre entre Dieu et Satan, l’utilisation du feu par Dieu est le signe de Sa victoire duquel Satan est marqué. La destruction de Sodome est un faux pas dans l’ambition de Satan de s’opposer à Dieu en corrompant et en dévorant les hommes, et c’est aussi un signe humiliant d’un temps dans le développement de l’humanité où l’homme rejetait la direction de Dieu et s’abandonnait au vice. En outre, c’est un témoignage d’une vraie révélation du tempérament juste de Dieu.

Quand le feu envoyé du ciel par Dieu eut réduit Sodome à rien de plus que des cendres, cela a signifié que la ville nommée « Sodome » cessa d’exister, ainsi que tout dans la ville même. Elle a été détruite par la colère de Dieu ; elle a disparu sous la colère et la majesté de Dieu. À cause du tempérament juste de Dieu, Sodome a reçu sa punition légitime ; à cause du tempérament juste de Dieu, elle a reçu sa fin légitime. La fin de l’existence de Sodome était due à sa méchanceté, et elle était due aussi au désir de Dieu de ne plus jamais voir cette ville, ainsi que toutes les personnes qui y vivaient ou toute vie qui grandissait dans la ville. « Le désir » de Dieu « de ne plus jamais voir la ville », c’est Sa colère ainsi que Sa majesté. Dieu a brûlé la ville parce que son iniquité et son péché Lui ont fait ressentir de la colère, du dégoût et de la répugnance envers elle, et Il ne souhaite plus jamais la voir, ni les personnes et les choses vivantes en elle. Une fois que la ville eut fini de brûler, ne restant que des cendres, elle cessa vraiment d’exister aux yeux de Dieu ; même son souvenir avait disparu et s’était effacé de Sa mémoire. Cela signifie que le feu envoyé du ciel n’a pas seulement détruit la ville entière de Sodome et les gens remplis d’iniquité à l’intérieur ni détruit seulement tout ce qui était souillé par le péché dans la ville, mais même plus encore, ce feu a détruit les souvenirs du mal de l’humanité et de sa résistance contre Dieu. Tel était le but de Dieu en brûlant complètement la ville.

Des hommes étaient devenus corrompus à l’extrême. Ils ne savaient pas qui était Dieu ou d’où ils venaient. Si Dieu était mentionné, ces gens attaquaient, calomniaient et blasphémaient. Même lorsque les serviteurs de Dieu vinrent proclamer Son avertissement, ces hommes corrompus non seulement ne montrèrent aucun signe de repentance, ils n’abandonnèrent pas leur mauvaise conduite. Au contraire, ils ont effrontément lésé les serviteurs de Dieu. Ce qu’ils ont exprimé et révélé, c’est leur nature et leur essence d’inimitié extrême envers Dieu. Nous pouvons voir que la résistance à Dieu de ces hommes corrompus était plus qu’une révélation de leur tempérament corrompu, tout comme c’était plus qu’un exemple de calomnie ou de moquerie découlant d’un manque de compréhension de la vérité. Ni la stupidité ni l’ignorance n’avaient motivé leur conduite méchante ; ce n’était pas parce que ces gens avaient été trompés et ce n’était certainement pas parce qu’on les avait induits en erreur. Leur conduite avait atteint le niveau d’un antagonisme, d’une opposition et d’une protestation ostensiblement effrontés contre Dieu. Sans aucun doute, ce genre de comportement humain était susceptible d’enrager Dieu et d’enrager Son tempérament, un tempérament qui ne doit pas être offensé. Par conséquent, Dieu a directement et ouvertement libéré Sa colère et Sa majesté ; c’est une vraie révélation de Son tempérament juste. Face à une ville débordant de péché, Dieu a voulu la détruire le plus rapidement possible ; Il a voulu éradiquer ses habitants et tous leurs péchés de la manière la plus complète possible, pour que les gens de cette ville cessent d’exister et pour empêcher le péché de ce lieu de se multiplier. La manière la plus rapide et la plus complète de le faire était de la détruire complètement par le feu. L’attitude de Dieu envers les gens de Sodome n’était pas une attitude d’abandon ou de mépris ; Il a plutôt utilisé Sa colère, Sa majesté et Son autorité pour punir, abattre et détruire complètement ces gens. Son attitude envers eux en était une non seulement de destruction physique, mais aussi de destruction de l’âme, une éradication éternelle. C’est vraiment ce qu’implique « cessent d’exister » selon le désir de Dieu.

00:00
00:00

0résultats de recherche