L'Église de Dieu Tout-Puissant App.

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Les déclarations les plus récentes de Dieu Tout-Puissant

Récitations des paroles de Dieu
Les déclarations les plus récentes de Dieu Tout-Puissant

Catégories

Recital-kingdom-selection
Déclarations du Christ des derniers jours (Sélections)

Le tempérament juste de Dieu  La quatrième partie

La vraie repentance dans le cœur des Ninivites leur gagne la miséricorde de Dieu et change leur propre fin

Y avait-il une contradiction entre le changement de cœur de Dieu et Sa colère ? Bien sûr que non ! C’est parce que la tolérance de Dieu à ce moment-là avait sa raison. Quelle raison pourrait-ce être ? C’est celle donnée dans la Bible : « Tous se détournèrent de leur mauvaise voie » et « abandonnèrent la violence entre leurs mains. »

Cette « mauvaise voie » ne se réfère pas à quelques actes maléfiques, mais à la source maléfique du comportement des gens. « Se détourner de sa mauvaise voie » signifie que les gens concernés ne commettront plus jamais ces actions. En d’autres termes, ils ne se comporteront plus jamais de cette manière mauvaise ; la méthode, la source, le but, l’intention et le principe de leurs actions ont tous changé ; ils n’utiliseront plus jamais ces méthodes et ces principes pour apporter la joie et le bonheur dans leur cœur. « Abandonner » dans « abandonner la violence entre leurs mains » signifie déposer ou mettre de côté, rompre totalement avec le passé et ne jamais revenir en arrière. Lorsque les habitants de Ninive ont abandonné la violence entre leurs mains, cela a prouvé et représenté leur vraie repentance. Dieu observe l’extérieur des gens ainsi que leur cœur. Quand Dieu observa la vraie repentance dans le cœur des Ninivites sans questionnement et observa également qu’ils avaient quitté leurs mauvaises voies et abandonné la violence entre leurs mains, Il a changé Son cœur. C’est-à-dire que la conduite et le comportement de ces gens et leurs diverses manières de faire les choses, ainsi que les vraies confession et repentance des péchés dans leur cœur, ont amené Dieu à changer Son cœur, à changer Ses intentions, à retirer Sa décision et à ne pas les punir ou les détruire. Ainsi, les gens de Ninive ont réalisé une fin différente. Ils ont racheté leur propre vie et en même temps ont gagné la miséricorde et la tolérance de Dieu ; à ce point Dieu a également rétracté Sa colère.

La miséricorde et la tolérance de Dieu ne sont pas rares — la vraie repentance de l’homme l’est

Indépendamment de ce qu’avait été la colère de Dieu envers les Ninivites, dès qu’ils ont déclaré un jeûne et se sont couverts de sacs et de la cendre, Son cœur s’est peu à peu adouci et Il a commencé à changer Son cœur. Quand Il leur a annoncé qu’Il allait détruire leur ville — le moment avant leur confession et leur repentance pour leurs péchés —, Dieu était toujours en colère contre eux. Après qu’ils eurent posé une série d’actes de repentance, la colère de Dieu contre les gens de Ninive s’est graduellement transformée en miséricorde et en tolérance pour eux. Il n’y a rien de contradictoire au sujet de la révélation coïncidente de ces deux aspects du tempérament de Dieu dans le même événement. Comment devrait-on comprendre et connaître ce manque de contradiction ? Dieu a successivement exprimé et révélé ces deux essences complètement opposées alors que les gens de Ninive se sont repentis, permettant aux gens de voir la réalité de l’essence de Dieu et le fait qu’elle ne peut être offensée. Dieu a utilisé Son attitude pour dire aux gens ce qui suit : ce n’est pas que Dieu ne tolère pas les gens ou qu’Il ne veuille pas leur montrer de miséricorde ; c’est qu’il est rare qu’ils se repentent vraiment devant Dieu, et il est rare que les gens se détournent vraiment de leurs mauvaises voies et abandonnent la violence entre leurs mains. En d’autres termes, quand Dieu est en colère contre l’homme, Il espère que l’homme soit vraiment capable de se repentir et Il espère voir la vraie repentance de l’homme, auquel cas Il continuera libéralement à accorder Sa miséricorde et Sa tolérance à l’homme. C’est dire que la mauvaise conduite de l’homme entraîne la colère de Dieu, tandis que la miséricorde et la tolérance de Dieu sont accordées à ceux qui écoutent Dieu et se repentent vraiment devant Lui, à ceux qui peuvent se détourner de leurs mauvaises voies et abandonner la violence entre leurs mains. L’attitude de Dieu a été très clairement révélée dans Son traitement des Ninivites : la miséricorde et la tolérance de Dieu ne sont pas du tout difficiles à obtenir ; Il exige la vraie repentance. Tant que les gens se détourneront de leurs mauvaises voies et abandonneront la violence entre leurs mains, Dieu changera Son cœur et changera Son attitude à leur égard.

Le tempérament juste du Créateur est réel et vivant

Quand Dieu a changé Son cœur envers les gens de Ninive, Sa miséricorde et Sa tolérance étaient-elles une fausse façade ? Bien sûr que non ! Alors, qu’est-ce que la transformation entre ces deux aspects du tempérament de Dieu durant la même affaire te permet de voir ? Le tempérament de Dieu est un tout complet ; il n’est pas du tout divisé. Peu importe qu’Il exprime de la colère ou de la miséricorde et de la tolérance envers les gens, c’est l’expression de Son tempérament juste. Le tempérament de Dieu est réel et vivant. Il change Ses pensées et Ses attitudes en fonction du développement des choses. La transformation de Son attitude envers les Ninivites indique à l’humanité qu’Il a Ses propres pensées et Ses propres idées ; Il n’est pas un robot ou un personnage en argile, mais le Dieu vivant Lui-même. Il pourrait être en colère contre les gens de Ninive, tout comme Il pourrait pardonner leur passé en fonction de leurs attitudes ; Il pourrait décider d’apporter le malheur aux Ninivites et Il pourrait changer Sa décision à cause de leur repentance. Les gens préfèrent appliquer des règles mécaniquement et ils préfèrent utiliser des règles pour établir et définir Dieu, tout comme ils préfèrent utiliser des formules pour connaître le tempérament de Dieu. Par conséquent, selon le domaine de la pensée humaine, Dieu ne pense pas et n’a pas non plus d’idées substantielles. En réalité, les pensées de Dieu se transforment constamment en fonction des changements dans les choses et les environnements ; tandis que ces pensées se transforment, différents aspects de l’essence de Dieu sont révélés. Au cours de ce processus de transformation, au moment où Dieu change Son cœur, Il révèle à l’humanité la vérité de l’existence de Sa vie et Il révèle que Son tempérament juste est réel et vivant. En outre, Dieu utilise Ses propres révélations pour prouver à l’humanité la vérité de l’existence de Sa colère, de Sa miséricorde, de Sa bonté et de Sa tolérance. Son essence sera révélée à tout moment et en tout lieu selon le développement des choses. Il possède la colère d’un lion et la miséricorde et la tolérance d’une mère. Il n’est pas permis à qui que ce soit de remettre en question, de violer, de changer et de déformer Son tempérament juste. Parmi toutes les affaires et toutes les choses, le tempérament juste de Dieu, c’est-à-dire la colère de Dieu et la miséricorde de Dieu, peut être révélé à tout moment et en tout lieu. Il exprime vivement ces aspects dans tous les coins et recoins de la nature et les réalise vivement à chaque instant. Le tempérament juste de Dieu n’est pas limité par le temps ou l’espace ou, en d’autres termes, le tempérament juste de Dieu n’est pas exprimé ou révélé mécaniquement comme les limites du temps ou de l’espace le dictent. Au contraire, le tempérament juste de Dieu est librement exprimé et révélé à tout moment et en tout lieu. Quand tu vois Dieu changer Son cœur et cesser d’exprimer Sa colère et s’abstenir de détruire la ville de Ninive, peux-tu dire que Dieu n’est que miséricordieux et aimable ? Peux-tu dire que la colère de Dieu consiste en des mots vides ? Quand Dieu exprime une ardente colère et rétracte Sa miséricorde, peux-tu dire qu’Il ne sent pas un véritable amour pour l’humanité ? Dieu exprime une ardente colère en réponse aux actes pervers des gens ; Sa colère n’est pas viciée. Le cœur de Dieu est touché par la repentance des gens et c’est cette repentance qui change ainsi Son cœur. Le fait qu’Il soit touché, Son changement de cœur ainsi que Sa miséricorde et Sa tolérance envers l’homme ne sont absolument pas viciés ; ils sont propres, purs, irréprochables et inaltérés. La tolérance de Dieu est pure tolérance ; Sa miséricorde est pure miséricorde. Son tempérament révélera la colère, ainsi que la miséricorde et la tolérance, suivant la repentance de l’homme et sa conduite différente. Peu importe ce qu’Il révèle et exprime, c’est complètement pur ; c’est complètement direct ; l’essence en est distincte de tout ce qui est dans la création. Les principes des actions que Dieu exprime, Ses pensées et Ses idées ou toute décision particulière, ainsi que toute action unique, sont sans défaut ou tache. Comme Dieu l’a décidé, ainsi agit-Il, et de cette manière Il achève Ses exploits. Ces types de résultats sont précis et sans faille parce que leur source est sans défaut et sans tache. La colère de Dieu est sans défaut. De même, la miséricorde et la tolérance de Dieu, qu’aucune création ne possède, sont saintes et sans défaut et elles peuvent endurer l’épreuve de la délibération et de l’expérience.

Après avoir compris l’histoire de Ninive, voyez-vous l’autre côté de l’essence du tempérament juste de Dieu ? Voyez-vous l’autre côté de l’unique tempérament juste de Dieu ? Est-ce que quelqu’un dans l’humanité possède ce genre de tempérament ? Est-ce que quelqu’un possède ce genre de colère comme celle de Dieu ? Est-ce que quelqu’un possède la miséricorde et la tolérance comme celles de Dieu ? Qui dans la création peut attirer tant de colère et décider de détruire ou de faire tomber le désastre sur l’humanité ? Et qui est qualifié pour gratifier la miséricorde, tolérer l’homme et lui pardonner et ainsi changer sa décision de détruire l’homme ? Le Créateur exprime Son tempérament juste par Ses propres méthodes et principes uniques ; Il n’est pas soumis au contrôle ou aux restrictions d’aucune personne, d’aucun événement ou d’aucune chose. Comme Son tempérament est unique, personne n’est capable de changer Ses pensées et Ses idées, et personne n’est capable de Le persuader et de changer aucune de Ses décisions. Tout Son comportement et toutes Ses pensées sur la création existent sous le jugement de Son tempérament juste. Personne ne peut contrôler Son exercice de la colère ou de la miséricorde ; seule l’essence du Créateur ou, en d’autres termes, le tempérament juste du Créateur, peut le décider. C’est la nature unique du tempérament juste du Créateur !

Une fois que nous avons analysé et compris la transformation de l’attitude de Dieu envers les gens de Ninive, pouvez-vous utiliser le mot « unique » pour décrire la miséricorde qui se trouve dans le tempérament juste de Dieu ? Nous avons déjà dit que la colère de Dieu est un aspect de l’essence de Son unique tempérament juste. Maintenant, Je définirai deux aspects, la colère de Dieu et la miséricorde de Dieu, comme Son tempérament juste. Le tempérament juste de Dieu est saint ; il ne peut être offensé ni questionné ; aucun des êtres créés ou non créés ne le possède. Il est à la fois unique et exclusif à Dieu. C’est dire que la colère de Dieu est sainte et ne peut pas être offensée ; en même temps, l’autre aspect du tempérament juste de Dieu, la miséricorde de Dieu, est saint et ne peut pas être offensé. Aucun des êtres créés ou non créés ne peut remplacer ou représenter Dieu dans Ses actions, et personne non plus ne peut Le remplacer ou Le représenter dans la destruction de Sodome ou le salut de Ninive. C’est la véritable expression de l’unique tempérament juste de Dieu.

Les sentiments sincères du Créateur envers l’humanité

Les gens disent souvent qu’il n’est pas facile de connaître Dieu. Moi, cependant, Je dis que connaître Dieu n’est pas du tout une affaire difficile, car Dieu permet souvent à l’homme d’être témoin de Ses actes. Dieu n’a jamais cessé Son dialogue avec l’humanité ; Il ne s’est jamais dissimulé à l’homme, Il ne s’est pas caché non plus. Ses pensées, Ses idées, Ses paroles et Ses actes sont tous révélés à l’humanité. Par conséquent, aussi longtemps que l’homme désire connaître Dieu, il peut arriver à Le comprendre et à Le connaître par toutes sortes de moyens et de méthodes. La raison pour laquelle l’homme pense aveuglément que Dieu l’a délibérément évité, que Dieu s’est intentionnellement caché à l’humanité, que Dieu n’a pas l’intention de permettre à l’homme de Le comprendre et de Le connaître, c’est qu’il ne sait pas qui est Dieu ni ne désire comprendre Dieu ; plus encore, il ne se soucie pas des pensées, des paroles ou des actes du Créateur… En vérité, si l’on utilise seulement son temps libre pour se concentrer sur les paroles ou les actes du Créateur et accorder un peu d’attention aux pensées du Créateur et à la voix de Son cœur, il ne sera pas difficile de se rendre compte que les pensées, les paroles et les actes du Créateur sont visibles et transparents. De même, il faudra peu d’effort pour découvrir que le Créateur est parmi les hommes à tout moment, qu’Il est toujours en conversation avec les hommes et l’ensemble de la création, et qu’Il accomplit de nouveaux actes chaque jour. Son essence et Son tempérament sont exprimés dans Son dialogue avec l’homme ; Ses pensées et Ses idées sont révélées complètement dans Ses actes ; Il accompagne et observe l’humanité en tout temps. Il parle calmement à l’humanité et à toute la création avec Ses paroles silencieuses : Je suis dans les cieux et Je suis dans Ma création. Je veille ; J’attends ; Je suis à tes côtés… Ses mains sont chaudes et fortes ; Ses pas sont légers ; Sa voix est douce et gracieuse ; Sa forme passe et tourne, embrassant toute l’humanité ; Son visage est beau et doux. Il n’est jamais parti, Il n’a pas disparu non plus. De l’aube au crépuscule, Il est le compagnon constant de l’humanité. Ses soins dévoués et Son affection particulière pour l’humanité, ainsi que Sa préoccupation et Son amour véritables pour l’homme, ont été démontrés peu à peu quand Il a sauvé la ville de Ninive. En particulier, l’échange entre l’Éternel et Jonas a davantage dévoilé la miséricorde du Créateur pour l’humanité qu’Il a Lui-même créée. Par ces paroles, tu peux acquérir une compréhension profonde des sentiments sincères de Dieu pour l’humanité. …

Ce qui suit est rapporté dans le livre de Jonas 4:10-11 : « Et l’Éternel dit: Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre ! » Ce sont les paroles mêmes de l’Éternel Dieu, une conversation entre Lui et Jonas. Bien que cet échange soit bref, il déborde du souci du Créateur pour l’humanité et de Sa réticence à l’abandonner. Ces paroles expriment la véritable attitude et les sentiments que Dieu porte dans Son cœur pour Sa création et, avec ces paroles claires dont l’homme a rarement entendu parler, Dieu déclare Ses véritables intentions pour l’humanité. Cet échange représente une attitude que Dieu a tenue envers les gens de Ninive, mais quel genre d’attitude est-ce ? C’est l’attitude qu’Il a tenue envers les gens de Ninive avant et après leur repentance. Dieu traite l’humanité de la même manière. Dans ces paroles, on peut trouver Ses pensées, ainsi que Son tempérament.

Quelles pensées de Dieu sont révélées dans ces paroles ? Une lecture attentive révèle immédiatement qu’Il utilise le mot « pitié » ; l’utilisation de ce mot montre la vraie attitude de Dieu envers l’humanité.

D’un point de vue sémantique, on peut interpréter le mot « pitié » de différentes manières : premièrement, aimer et protéger, ressentir de la tendresse pour quelque chose ; deuxièmement, aimer affectueusement ; enfin, à la fois refuser de le blesser et être incapable de supporter de le faire. En bref, cela implique une affection et un amour tendres, ainsi qu’un refus d’abandonner quelqu’un ou quelque chose ; cela signifie la miséricorde et la tolérance de Dieu envers l’homme. Bien que Dieu ait utilisé un mot couramment prononcé parmi les hommes, l’utilisation de ce mot dévoile la voix du cœur de Dieu et Son attitude envers l’humanité.

Tandis que la ville de Ninive était remplie de gens tout aussi corrompus, méchants et violents que ceux de Sodome, leur repentance a amené Dieu à changer Son cœur et à décider de ne pas les détruire. Parce que leur réaction aux paroles et aux instructions de Dieu a démontré une attitude en contraste frappant avec celle des citoyens de Sodome, et en raison de leur soumission honnête à Dieu et de leur repentance sincère pour leurs péchés, ainsi que de leur comportement vrai et sincère à tous égards, une fois de plus Dieu a démontré Sa pitié sincère et la leur a accordée. La récompense de Dieu et Sa pitié pour l’humanité sont impossibles à dupliquer ; personne ne peut posséder la miséricorde ou la tolérance de Dieu, ni Ses sentiments sincères envers l’humanité. Y a-t-il quelqu’un que tu estimes être un grand homme ou une grande dame, ou même un surhomme, qui, d’un point culminant, parlerait comme un grand homme ou une grande dame ou d’un point absolu, ferait ce genre de déclaration à l’humanité ou à la création ? Qui parmi les hommes peut connaître les conditions de vie de l’humanité sur le bout de ses doigts ? Qui peut porter un fardeau et une responsabilité pour l’existence de l’humanité ? Qui est capable de proclamer la destruction d’une ville ? Et qui est capable de pardonner une ville ? Qui peut dire qu’il chérit sa propre création ? Seul le Créateur ! Seul le Créateur a pitié de cette humanité. Seul le Créateur montre tendresse et affection à cette humanité. Seul le Créateur a une affection véritable, infrangible pour cette humanité. De même, seul le Créateur peut accorder la miséricorde à cette humanité et chérir toute Sa création. Son cœur bondit et souffre à chacune des actions de l’homme : Il est en colère, affligé et chagriné par le mal et la corruption de l’homme ; Il est heureux, joyeux, pardonnant et jubilant pour la repentance et la croyance de l’homme ; chacune de Ses pensées et de Ses idées existe pour l’humanité et tourne autour d’elle ; ce qu’Il est et a est entièrement exprimé pour l’humanité ; l’ensemble de Ses émotions sont étroitement liées à l’existence de l’humanité. Pour le bien de l’humanité, Il voyage et Se dépêche ; Il donne silencieusement toute Sa vie ; Il dévoue chaque minute et chaque seconde de Sa vie… Il n’a jamais su comment prendre Sa vie en pitié, pourtant Il a toujours eu pitié de l’humanité qu’Il a Lui-même créée et l’a toujours chérie… Il donne tout ce qu’il a à cette humanité… Il accorde Sa miséricorde et Sa tolérance inconditionnellement et sans attente de récompense. Il le fait seulement pour que l’humanité puisse continuer à survivre devant Ses yeux, recevant Son approvisionnement de vie ; Il le fait seulement pour que l’humanité puisse un jour se soumettre à Lui et reconnaître qu’Il est Celui qui nourrit l’existence de l’homme et soutient la vie de toute la création.

Le Créateur exprime Ses vrais sentiments pour l’humanité

Cette conversation entre l’Éternel et Jonas est sans aucun doute une expression des vrais sentiments du Créateur pour l’humanité. D’une part, elle informe les gens de la compréhension du Créateur pour toute la création sous Son commandement ; comme l’Éternel a dit : « Et moi, je n'aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre ! » En d’autres termes, la compréhension que Dieu avait de Ninive était loin d’être superficielle. Il connaissait non seulement le nombre de choses vivantes dans la ville (y compris les gens et le bétail), mais Il savait aussi combien ne pouvaient pas distinguer leur droite de leur gauche, c’est-à-dire le nombre d’enfants et de jeunes qui étaient présents. C’est une preuve concrète de la superbe compréhension que Dieu avait de l’humanité. D’un autre côté, cette conversation informe les gens de l’attitude du Créateur envers l’humanité, c’est-à-dire du poids de l’humanité dans le cœur du Créateur. C’est exactement comme l’Éternel a dit : « Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville… » Ce sont les paroles de réprimande de l’Éternel Dieu à Jonas, mais elles sont toutes vraies.

Bien que Jonas ait été chargé de proclamer les paroles de l’Éternel Dieu aux gens de Ninive, il ne comprenait pas les intentions de l’Éternel Dieu et ne comprenait pas Ses inquiétudes et Ses attentes pour les gens de la ville. Par cette réprimande, Dieu voulait lui dire que l’humanité était le produit de Ses propres mains et que Dieu avait fait un effort terrible pour chaque personne ; chaque personne portait en elle les espoirs de Dieu ; chaque personne jouissait de l’approvisionnement de la vie par Dieu ; pour chaque personne, Dieu avait payé un coût terrible. Cette réprimande a également indiqué à Jonas que Dieu chérissait l’humanité, l’œuvre de Ses propres mains, autant que Jonas lui-même chérissait le ricin. Dieu ne les abandonnerait pas du tout facilement avant le dernier moment possible ; de plus, il y avait tellement d’enfants et de bétail innocent dans la ville. En traitant avec ces produits jeunes et ignorants de la création de Dieu, qui ne pouvaient même pas distinguer leur droite de leur gauche, Dieu était d’autant plus incapable de mettre fin à leur vie et de déterminer leur fin d’une manière si précipitée. Dieu espérait les voir grandir ; Il espérait qu’ils ne marcheraient pas sur les mêmes chemins que leurs aînés, qu’ils n’auraient plus besoin d’entendre l’avertissement de l’Éternel et qu’ils témoigneraient du passé de Ninive. Plus encore, Dieu espérait voir Ninive après qu’elle se fut repentie, voir l’avenir de Ninive après son repentir et, plus important encore, voir Ninive vivre encore une fois sous la miséricorde de Dieu. Par conséquent, aux yeux de Dieu, ces objets de la création qui ne pouvaient pas distinguer leur droite de leur gauche étaient l’avenir de Ninive. Ils assumeraient le passé méprisable de Ninive, tout comme ils assumeraient le devoir important de témoigner du passé et du futur de Ninive sous la direction de l’Éternel Dieu. Dans cette déclaration de Ses vrais sentiments, l’Éternel Dieu a présenté la miséricorde du Créateur pour l’humanité dans sa totalité. Cette déclaration a montré à l’humanité que « la miséricorde du Créateur » n’est pas une phrase vide ni une fausse promesse ; elle a des principes, des méthodes et des objectifs concrets. Il est vrai et réel, et n’utilise aucun mensonge ou déguisement et, de la même manière, Sa miséricorde est perpétuellement accordée à l’humanité à chaque époque et à chaque âge. Cependant, jusqu’à ce jour, l’échange du Créateur avec Jonas est la seule déclaration verbale exclusive de Dieu sur Sa raison pour démontrer de la miséricorde à l’humanité, sur Sa manière de démontrer de la miséricorde à l’humanité, sur Sa tolérance envers l’humanité et sur Ses vrais sentiments pour l’humanité. La conversation succincte de l’Éternel Dieu exprime Ses pensées complètes sur l’humanité ; c’est une véritable expression de l’attitude de Son cœur envers l’humanité et c’est aussi une preuve concrète de Son don de miséricorde abondante à l’humanité. Sa miséricorde n’est pas seulement accordée aux anciens de l’humanité ; elle est également accordée aux membres plus jeunes de l’humanité, comme elle l’a toujours été, d’une génération à l’autre. Bien que la colère de Dieu s’abatte fréquemment sur certains coins et certaines ères de l’humanité, la miséricorde de Dieu n’a jamais cessé. Par Sa miséricorde, Il guide et dirige une génération de Sa création l’une après l’autre, fournit et nourrit une génération de la création l’une après l’autre, parce que Ses vrais sentiments envers l’humanité ne changeront jamais. Tout comme l’Éternel Dieu a dit : « Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive… » Il a toujours chéri Sa propre création. C’est la miséricorde du tempérament juste du Créateur et c’est aussi l’unicité pure du Créateur !

00:00
00:00

0résultats de recherche