En quoi consiste la poursuite de la vérité (11) (Partie 2)

En ce qui concerne les dictons sur la conduite morale dans la culture traditionnelle, sur quels dictons avons-nous échangé la dernière fois ? (Nous avons échangé sur trois dictons : « La gentillesse d’une goutte d’eau devrait être récompensée par une source jaillissante », « N’impose pas aux autres ce que tu ne désires pas toi-même » et « Je prendrais une balle pour un ami ».) La dernière fois, nous avons échangé sur ces trois exigences et dictons sur la conduite morale, ainsi que sur l’essence des dictons sur la conduite morale. Sur quoi avons-nous échangé concernant l’essence des dictons sur la conduite morale ? (Dieu a parlé des différences entre les dictons sur la conduite morale et la vérité. Les dictons sur la conduite morale ne font que restreindre le comportement des gens et les obligent à se conformer uniquement aux règles, alors que la vérité des paroles de Dieu indique aux gens les vérités-principes qu’ils doivent comprendre et elle leur indique des chemins de pratique, afin qu’ils aient des principes et une direction dans leur pratique chaque fois qu’il leur arrive quelque chose. Ce sont les aspects dans lesquels les paroles sur la conduite morale diffèrent de la vérité.) La dernière fois, nous avons échangé sur le fait que les dictons sur la conduite morale exigent principalement que les gens respectent certaines pratiques et règles, et sur le fait que ces dictons mettent davantage l’accent sur l’utilisation de règles pour restreindre le comportement des gens. Alors que les exigences de Dieu vis-à-vis des gens leur indiquent principalement des chemins de pratique en fonction de ce que l’humanité normale peut accomplir, et ces chemins de pratique de grande envergure sont appelés des principes. Cela signifie que, chaque fois qu’il t’arrive un problème, Dieu t’indiquera le chemin de pratique précis et positif, ainsi que les principes, les objectifs et la direction de ta pratique. Il ne veut pas que tu respectes des règles, mais que tu adhères à ces principes. De cette façon, les gens vivent la vérité-réalité et le chemin qu’ils empruntent sera correct. Aujourd’hui, voyons plus avant quels autres problèmes de nature essentielle posent les dictons sur la conduite morale. De nombreux dictons sur la conduite morale non seulement limitent les pensées des gens, mais confondent et engourdissent également leur réflexion. En même temps, il y a des dictons plus radicaux qui coûtent la vie aux gens. Par exemple, le dicton sinistre de notre dernier échange : « Je prendrais une balle pour un ami ». Non seulement ce dicton contrôle et confine les pensées des gens, mais il leur coûte également la vie en les rendant à la fois incapables de chérir leur propre vie, mais aussi enclins à donner impétueusement leur vie pour des raisons arbitraires, de manière impulsive et négligente. N’est-ce pas coûter la vie aux gens ? (Si.) Avant même que les gens aient compris ce qu’est la vie et qu’ils aient trouvé le bon chemin dans la vie, ils l’abandonnent arbitrairement pour un soi-disant ami, en échange de la moindre gentillesse, et ils considèrent leur propre vie comme étant extrêmement vile et sans valeur. C’est la conséquence d’un type de pensée que la culture traditionnelle enseigne aux gens. Si l’on se penche sur la manière dont les dictons sur la conduite morale peuvent confiner les pensées des gens, il n’y a rien de positif à leur sujet, et si l’on regarde comment ces dictons coûtent arbitrairement la vie aux gens, ils n’ont assurément aucun effet positif sur eux et ne leur apportent aucun avantage. De plus, les gens sont trompés et engourdis par ces idées. Au nom de leur vanité et de leur orgueil, et pour ne pas être condamnés par l’opinion publique, ils sont contraints d’agir selon les exigences d’une conduite morale. Les gens sont déjà complètement entravés, contraints et enchaînés par ces divers dictons et idées sur la conduite morale, ce qui ne leur laisse pas d’autre choix. L’humanité est prête à vivre sous les chaînes des dictons sur la conduite morale et n’a pas le libre choix, uniquement dans le but de mener une vie plus respectable, de bien paraître devant les autres, d’être tenue en haute estime et d’obtenir des commentaires favorables des gens, ainsi que d’éviter d’être la cible de médisances et pour faire honneur à sa famille. Quand on examine ces idées et points de vue des gens, ainsi que ces phénomènes qui font que les gens sont contrôlés par des dictons sur la conduite morale, même si, dans une certaine mesure, de tels dictons restreignent et contraignent le comportement humain, ils cachent, dans une large mesure, le fait que Satan corrompt les gens et que les gens ont des tempéraments corrompus et des natures sataniques. Ces dictons utilisent un comportement apparent pour masquer les gens, afin qu’ils mènent en apparence une vie respectable, cultivée, élégante, bienveillante, distinguée et honorable. Par conséquent, les autres peuvent déterminer quel genre de personne ils sont – s’ils sont honorables ou humbles, bons ou mauvais – uniquement d’après leur comportement apparent. Dans de telles circonstances, tout le monde jauge et juge si quelqu’un est bon ou mauvais sur la base des diverses exigences en matière de conduite morale, mais personne ne peut percer à jour la conduite morale superficielle des gens jusqu’à leur essence corrompue, ni voir clairement tout le caractère insidieux et toute la méchanceté que cache le vernis de la conduite morale. Ainsi, les gens utilisent la conduite morale comme un voile pour dissimuler davantage leur essence corrompue. Par exemple, une femme est en apparence vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité, recevant les louanges et l’admiration des gens qui l’entourent. Elle se comporte correctement, a de bonnes manières, fait particulièrement preuve de patience dans ses interactions avec les autres, ne garde pas de rancune, se montre prévenante avec ses parents, est aux petits soins pour son mari et élève ses enfants, peut endurer les épreuves et est considérée comme un modèle pour les autres femmes. Aucun problème ne peut être détecté d’après son apparence extérieure, mais personne ne sait à quoi ni comment elle pense au fond d’elle-même. Elle ne dit jamais quels sont ses désirs et ses ambitions, elle n’ose pas non plus le dire. Pourquoi n’ose-t-elle pas le dire ? Parce qu’elle veut se comporter comme une femme vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité. Si elle s’ouvre vraiment et expose son cœur et sa laideur, alors elle ne pourra pas être une femme vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité, et elle sera même critiquée et méprisée par les autres. Elle ne peut donc que se dissimuler sous une apparence trompeuse. Se dissimuler derrière ce comportement apparent qui consiste à se montrer vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité signifie que les gens ne voient que ses bonnes actions et la louent, et ainsi elle a atteint son objectif. Mais quelle que soit la manière dont elle se déguise et trompe les autres, est-elle vraiment aussi bonne que ce pour quoi les gens la font passer ? Absolument pas. A-t-elle réellement un tempérament corrompu ? A-t-elle l’essence de la corruption ? Est-elle malhonnête ? Arrogante ? Intransigeante ? Malfaisante ? (Oui.) Elle est certainement tout cela, mais ces choses sont toutes cachées, c’est un fait. Certains personnages historiques chinois sont vénérés comme des saints et des sages antiques. Sur quoi se fonde cette assertion ? Ils sont loués en tant que saints et sages uniquement sur la base de quelques archives et légendes limitées et sans fondement. Le fait est que personne ne sait exactement quelles étaient leurs actions et leur conduite sous-jacentes. Avez-vous une compréhension approfondie de ces problèmes, maintenant ? Certains d’entre vous devraient avoir une compréhension quelque peu approfondie, car vous avez écouté de nombreux sermons et vu très clairement l’essence et la vérité de la corruption humaine. Tant que les gens comprennent certaines vérités, ils sont capables de gagner une compréhension approfondie de certaines personnes, de certains sujets et de certaines choses. Une femme vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité – aussi exemplaires que soient son comportement apparent et sa conduite morale, et quelle que soit la manière dont elle se déguise et se donne une apparence trompeuse – révélera-t-elle son tempérament arrogant ? (Oui.) Absolument. Alors a-t-elle un tempérament intransigeant ? (Oui.) Elle pense qu’elle a raison et elle a le sentiment qu’elle est vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité, et qu’elle est une bonne personne, ce qui prouve qu’elle est très suffisante et aussi très intransigeante. Le fait est qu’au fond d’elle-même, elle reconnaît sa vraie personnalité et ses défauts, mais elle peut tout de même claironner ses propres vertus. N’est-ce pas de l’intransigeance ? N’est-ce pas de l’arrogance ? De plus, qu’elle prétende être une personne vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité est entièrement destiné à laisser derrière elle une bonne réputation et à faire honneur à sa famille. De telles pensées et poursuites ne sont-elles pas grotesques et malfaisantes ? Elle est complimentée et gagne une bonne réputation, mais au fond d’elle-même, elle cache constamment ses intentions, ses pensées et les choses honteuses qu’elle a faites, et elle n’en dit rien à personne. Elle a peur que les gens fassent des commentaires sur elle, qu’ils la jugent et la rejettent après l’avoir percée à jour. De quel tempérament s’agit-il ? N’est-ce pas de la malhonnêteté ? (Si.) Donc, son comportement apparent a beau être convenable et respectable et sa conduite morale honorable, son tempérament corrompu existe bel et bien, c’est juste que les incroyants qui n’ont jamais entendu les paroles de Dieu et ne comprennent pas la vérité ne peuvent pas le percevoir ni le savoir. Elle peut être capable de tromper les incroyants, mais elle ne peut pas tromper ceux qui croient en Dieu et qui comprennent la vérité. N’est-ce pas ? (En effet.) C’est parce qu’elle a été soumise à la corruption de Satan et qu’elle a un tempérament corrompu et une essence corrompue. C’est un fait. Aussi exemplaire que puisse être sa conduite morale et aussi élevée que puisse être la norme qu’elle atteint, le fait qu’elle a un tempérament corrompu est indéniable et immuable. Une fois que les gens comprendront la vérité, ils pourront la discerner pour ce qu’elle est. Cependant, Satan exploite ces dictons sur la conduite morale pour tromper les êtres humains, et bien sûr aussi pour engourdir et confiner leurs pensées, leur faisant croire à tort que s’ils satisfont à ces exigences et à ces normes de conduite morale, ils sont de bonnes personnes et suivent le bon chemin. En fait, c’est le contraire qui est vrai. Même si certains manifestent de bons comportements qui sont conformes aux dictons sur la conduite morale, ils ne se sont pas engagés sur le bon chemin dans la vie. Au lieu de cela, ils se sont engagés sur le mauvais chemin et vivent dans le péché. Ils se sont engagés sur le chemin de l’hypocrisie et sont tombés dans le filet de Satan. C’est parce que les tempéraments corrompus et l’essence corrompue des êtres humains ne seront pas changés le moins du monde uniquement du fait de la bonne conduite morale de ces êtres humains. La conduite morale apparente n’est qu’une décoration, c’est juste pour la galerie, et la vraie nature et le vrai tempérament des êtres humains seront malgré tout révélés. Satan entreprend de restreindre et de contrôler les gens par le biais de leur comportement et de leur apparence extérieure, les obligeant à se déguiser et à se mettre en valeur au moyen d’un bon comportement, tout en utilisant en même temps le bon comportement des gens pour dissimuler le fait que Satan a corrompu l’humanité et bien sûr, pour dissimuler également le fait que les gens ont des tempéraments corrompus. Le but de Satan est, en un sens, de soumettre les gens au contrôle de ces dictons sur la conduite morale, afin de leur faire faire plus de bonnes actions et moins de mauvaises actions, et certainement pas des choses qui s’opposent à la classe dirigeante. Cela profite encore plus à la domination et au contrôle que la classe dirigeante exerce sur l’humanité. Dans un autre sens, quand les êtres humains acceptent ces dictons sur la conduite morale comme base théorique de leur comportement et de leurs actes, ils ont tendance à s’éloigner de la vérité et des choses positives, et à leur résister. Bien sûr, quand il s’agit des paroles prononcées par Dieu et des choses positives ou des vérités que Dieu enseigne aux gens, il leur devient alors difficile de comprendre et d’appréhender, ou bien ils peuvent se mettre à avoir toutes sortes de résistances et de notions. Une fois que les gens sont en possession de ces idées sur la conduite morale, il leur devient plus difficile d’accepter les paroles de Dieu et la vérité, et bien sûr, il leur devient également plus difficile de comprendre les tempéraments corrompus et de les changer. Par conséquent, tous les différents dictons et toutes les différentes idées sur la conduite morale ont considérablement entravé l’acceptation et la compréhension des paroles de Dieu par les gens, et bien sûr, ils ont également affecté la mesure dans laquelle les gens acceptent la vérité. Satan emploie cette méthode d’endoctrinement des gens avec des dictons sur la conduite morale pour leur faire trouver toutes sortes d’idées et de points de vue inappropriés et négatifs, afin qu’ils voient les gens et les choses, et qu’ils se comportent et agissent en fonction de ces idées et points de vue. Lorsque les gens adoptent les idées qui se trouvent derrière ces dictons sur la conduite morale comme base théorique et comme norme pour leurs opinions sur les gens et les choses, et pour leur comportement et leurs actes, non seulement leurs tempéraments corrompus ne peuvent pas être atténués ou changés, mais au contraire, dans une certaine mesure, ils s’aggraveront, et leur désobéissance et leur résistance à Dieu deviendront encore pires. Par conséquent, lorsque Dieu sauve les gens, lorsque les paroles de Dieu leur sont transmises, le plus grand obstacle n’est pas leur tempérament corrompu, mais les diverses philosophies sataniques, les dictons sur la conduite morale et les diverses idées et opinions sataniques qui viennent de Satan. C’est une conséquence de la corruption de l’humanité par Satan et c’est aussi l’impact négatif que les divers dictons concernant la conduite morale ont sur les humains corrompus. C’est le véritable objectif que Satan veut atteindre en prêchant et en préconisant des dictons sur la conduite morale.

Lors de notre dernière réunion, nous avons principalement échangé sur trois dictons sur la conduite morale, à savoir : « La gentillesse d’une goutte d’eau devrait être récompensée par une source jaillissante », « N’impose pas aux autres ce que tu ne désires pas toi-même » et « Je prendrais une balle pour un ami ». Aujourd’hui, nous allons échanger sur ce dicton : « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force ». Ce dicton sur la conduite morale est également apparu au sein de l’humanité, issu des idées et des opinions d’êtres humains corrompus. Bien sûr, il provient plus précisément de la corruption et de la tromperie de l’humanité par Satan. Il a le même effet et la même nature que les dictons sur la conduite morale à propos desquels nous avons échangé précédemment, bien qu’avec une approche différente. Ce sont des déclarations tout aussi audacieuses et grandioses, vraiment ferventes, passionnées et héroïques. Si les gens n’avaient jamais entendu les paroles de Dieu et ne comprenaient pas la vérité, ils auraient l’impression que ces déclarations sont très émouvantes et qu’elles procurent des émotions. Après avoir entendu ces mots, ils seraient instantanément renforcés et serreraient les poings. Ils ne seraient pas capables de rester assis plus longtemps ni de contenir leur humeur d’excitation intérieure et sentiraient que c’est de cela qu’il s’agit dans la culture chinoise et l’esprit des dragons. Est-ce que vous éprouvez encore ce sentiment, maintenant ? (Non.) Que ressentez-vous en entendant ces mots, désormais ? (Maintenant, j’ai le sentiment qu’ils ne sont ni bons ni positifs.) Pourquoi ressentez-vous les choses différemment, à présent ? Est-ce parce qu’une fois que les gens vieillissent et qu’ils ont traversé beaucoup de souffrances, ils perdent leur vigueur juvénile et impétueuse ? Ou est-ce parce qu’une fois que les gens ont compris certaines vérités, ils peuvent discerner que ces dictons sur la conduite morale sont trop creux, irréalistes et inutiles ? (C’est principalement que ces dictons ne s’accordent pas avec la vérité et qu’ils ne sont pas pratiques.) En effet, ces dictons sur la conduite morale sont trop creux et irréalistes. Donc, pour ce qui est du dicton sur la conduite morale « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force », analysons et disséquons en quoi il pose problème, en considérant les principes sur lesquels nous avons précédemment échangé, afin d’exposer spécifiquement l’absurdité de ce dicton et les fourbes manigances de Satan qui s’y cachent. Savez-vous comment le disséquer ? Parlez-Moi du sens exact de cette phrase. (Il s’agit des trois critères proposés par Mencius pour devenir un homme viril. L’interprétation moderne est celle-ci : la gloire et la richesse ne doivent pas perturber la détermination de quelqu’un, la pauvreté et les circonstances modestes ne doivent pas changer sa forte volonté, et les menaces du pouvoir et la violence ne doivent pas le faire se soumettre.) Le dicton sur la conduite morale que nous avons mentionné précédemment, « Une femme doit être vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité », s’adresse aux femmes, mais celui-ci s’adresse évidemment aux hommes. Qu’il s’agisse d’une vie de gloire et de richesses, ou de circonstances appauvries, ou d’être confronté au pouvoir et à la violence, des exigences s’imposent aux hommes dans toutes sortes d’environnements. Combien d’exigences sont imposées aux hommes, au total ? On demande aux hommes d’avoir une forte volonté, une détermination inflexible et d’être inébranlables face au pouvoir et à la violence. Demandez-vous si ces exigences qui sont avancées tiennent compte de l’humanité normale et si elles tiennent compte des environnements réels dans lesquels les gens vivent. En d’autres termes, demandez-vous si ces exigences imposées aux hommes sont creuses et irréalistes. Les exigences de la culture traditionnelle en ce qui concerne la conduite morale des femmes sont qu’une femme doit être vertueuse, gentille, douce et d’une grande moralité. « Vertueuse » signifie posséder des vertus féminines, « gentille » signifie avoir bon cœur, « douce » signifie être une femme de qualité, et « d’une grande moralité » signifie être une personne douée de moralité et avoir une bonne conduite morale. Chacune de ces exigences est vraiment modérée. Les hommes n’ont pas besoin d’être vertueux, gentils, doux et d’une grande moralité, tandis que les femmes n’ont pas besoin d’avoir une forte volonté et une détermination inflexible, et peuvent céder chaque fois qu’elles sont confrontées au pouvoir et à la violence. C’est-à-dire que cette exigence concernant la conduite morale, « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force », laisse une marge de manœuvre suffisante aux femmes, dans la mesure où elle est particulièrement tolérante et prévenante à leur égard. Quel est le sens de cette tolérance et de cette prévenance ? Peut-on les comprendre différemment ? (Il s’agit d’une forme de discrimination.) Je le pense aussi. Le fait est qu’il s’agit de discrimination à l’égard des femmes, c’est la croyance que les femmes n’ont pas une forte volonté, qu’elles sont lâches, que ce sont des personnes craintives et qu’on se contente d’attendre d’elles qu’elles portent des enfants, qu’elles soient aux petits soins pour leur mari et qu’elles élèvent leurs enfants, qu’elles s’occupent des tâches ménagères, qu’elles ne se querellent pas avec les autres et qu’elles ne se livrent pas à des commérages. Il serait impossible de leur demander de faire carrière et d’avoir une forte volonté, elles en sont incapables. Donc, considérées d’un autre point de vue, ces exigences imposées aux femmes sont purement et simplement discriminatoires et dégradantes. Ce dicton sur la conduite morale, « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force », s’adresse aux hommes. Il exige des hommes une forte volonté et une détermination irrépressible, ainsi qu’un esprit viril qui ne cède pas face au pouvoir et à la violence. Cette exigence est-elle correcte ? Est-elle raisonnable ? Ces exigences envers les hommes montrent que la personne qui a proposé ce dicton sur la conduite morale a une haute opinion des hommes, car ses exigences envers les hommes sont plus élevées que celles envers les femmes. Cela peut être compris comme signifiant que, compte tenu à la fois de l’essence de leur genre, de leur statut social et de leurs instincts masculins, les hommes devraient être au-dessus des femmes. Ce dicton sur la conduite morale a-t-il été formulé dans cette perspective ? (Oui.) De toute évidence, c’est le produit d’une société dans laquelle les hommes et les femmes sont inégaux. Dans cette société, les hommes continuent à discriminer et rabaisser les femmes, à réduire le champ de la vie des femmes, à ignorer la valeur de l’existence des femmes, à exagérer constamment leur propre valeur, à améliorer leur propre statut social et à laisser leurs propres droits l’emporter sur ceux des femmes. Quels en sont les effets et les conséquences dans la société ? Cette société est gouvernée et dominée par les hommes. C’est une société patriarcale, dans laquelle les femmes doivent être soumises à la direction, à la répression et au contrôle des hommes. Dans le même temps, les hommes peuvent s’engager dans n’importe quel type de travail, alors que l’éventail des professions que les femmes peuvent exercer doit être réduit et restreint. Les hommes doivent jouir pleinement de tous les droits dans la société, alors que l’étendue des droits dont jouissent les femmes est résolument limitée. Les tâches que les hommes ne veulent pas faire ou qu’ils ne choisissent pas de faire, ou pour lesquelles ils seraient discriminés s’ils les faisaient, peuvent être laissées aux femmes. Par exemple, faire la lessive, la cuisine, travailler dans des industries de service et exercer certaines professions aux revenus assez faibles et au statut social assez bas, ou qui font l’objet de discriminations, est réservé aux femmes. En d’autres termes, les hommes peuvent jouir pleinement de leurs droits en tant qu’hommes, en termes de choix de profession et de statut social, et jouir des droits particuliers que la société accorde aux hommes. Dans une telle société, les hommes passent en premier, tandis que les femmes sont de seconde classe, au point même qu’elles n’ont absolument aucune latitude pour faire des choix, ni même le droit de choisir. Elles ne peuvent qu’attendre passivement d’être choisies et en fin de compte, elles sont chassées et rejetées par cette société. Par conséquent, les exigences de cette société envers les femmes sont relativement modérées, alors que les exigences envers les hommes sont relativement strictes et dures. Cependant, que ces exigences s’adressent aux hommes ou aux femmes, la motivation et l’objectif, en proposant ces exigences de conduite morale, sont de faire en sorte que les gens servent mieux la société, la nation, le pays, et bien sûr, en fin de compte, la classe dirigeante et les dirigeants. Il est facile de voir à partir de ce dicton « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force » que la personne qui a proposé cette exigence de conduite morale a un parti pris contre les hommes. Aux yeux de cette personne, les hommes doivent avoir une forte volonté, une détermination inébranlable et un esprit qui ne cède pas face au pouvoir et à la violence. À partir de ces exigences, pouvez-vous voir quel était le but de la personne qui a proposé ce dicton ? Il s’agissait de rendre les hommes utiles et les hommes déterminés de cette société plus aptes à servir la société, la nation et le pays, de les rendre finalement capables de mieux servir ceux au pouvoir, et de mettre à profit la valeur et la fonction des hommes dans cette société. Seuls de tels hommes peuvent être qualifiés de virils. Si les hommes ne satisfont pas à ces exigences, alors aux yeux de ces moralistes et dirigeants, ils ne sont pas qualifiés de virils, mais ne peuvent être qualifiés que de gens médiocres et de parias, et ils sont discriminés. C’est-à-dire que si un homme n’a pas une forte volonté, une détermination inébranlable et un esprit qui ne cède pas face au pouvoir et à la violence, comme ils l’exigent, mais qu’il est juste une personne ordinaire, médiocre, sans réalisations, et qu’il ne peut vivre que sa propre vie, qu’il ne peut pas apporter sa valeur à la société, à la nation et au pays, et qu’il ne peut pas être affecté à un poste important par les dirigeants, le pays ou la nation, alors une telle personne ne sera pas acceptée et estimée par la société, et elle ne sera pas non plus estimée par ceux qui sont au pouvoir, et elle sera considérée par les dirigeants ou par ces moralistes comme une personne médiocre, un paria et un dégénéré parmi les hommes. N’est-ce pas le cas ? (Si.) Êtes-vous d’accord avec ce dicton ? Ce dicton est-il approprié ? Est-il juste pour les hommes ? (Non, il est injuste.) Les hommes doivent-ils jeter leur dévolu sur le monde entier, le pays et sur de grandes entreprises au profit de la nation ? Ne peuvent-ils pas simplement être des hommes ordinaires et dévoués ? Ne peuvent-ils pas pleurer, se languir d’amour, avoir des motivations égoïstes de manière modeste, ou mener une vie simple en compagnie de leurs proches ? Doivent-ils avoir le monde en ligne de mire pour être décrits comme des hommes virils ? Doivent-ils être qualifiés de virils pour être considérés comme des hommes tout court ? Est-ce la définition de l’homme, que de devoir être viril ? (Non.) Ces idées sont une insulte aux hommes, elles équivalent à une attaque personnelle contre les hommes. Est-ce que quiconque parmi vous ressent la même chose ? (Oui.) Est-il acceptable, que les hommes n’aient pas une forte volonté ? Est-il acceptable, que les hommes n’aient pas une détermination inébranlable ? Lorsque les hommes se heurtent au pouvoir et à la violence, est-il acceptable qu’ils cèdent et recherchent des compromis pour survivre ? (Oui.) Est-il également acceptable que les hommes n’aient pas ce que les femmes n’ont pas ? Est-il acceptable que les hommes s’accordent un peu de répit en n’étant pas virils, et en étant simplement des hommes ordinaires ? (Oui.) De cette façon, les gens seront libérés, le chemin pour être un homme se trouvera élargi, les hommes ne seront pas aussi fatigués dans la vie et ils pourront vivre normalement.

Il y a encore bon nombre de pays où des idées de la culture traditionnelle telles que « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force » confinent les hommes. Ces pays sont encore des sociétés patriarcales dans lesquelles les hommes mènent le jeu et règnent en maîtres, que ce soit au sein de la famille, de la société ou du pays dans son ensemble, et ont la priorité dans tous les domaines, ils l’emportent dans toutes les situations et ont un sentiment général de supériorité. En même temps, ces sociétés, nations et pays ont des exigences élevées envers les hommes, si bien que ces derniers subissent une grande pression et que cela entraîne de nombreuses conséquences néfastes. Certains hommes qui perdent leur emploi n’osent même pas le dire à leur famille. Jour après jour, ils chargent leur sac sur leur épaule et font semblant d’aller travailler, mais en réalité, ils vont traîner dans les rues. Parfois, ils rentrent tard le soir et mentent même aux membres de leur famille, en leur disant qu’ils ont fait des heures supplémentaires au bureau. Puis, le lendemain, ils continuent de faire semblant en retournant arpenter les rues. Ces idées de la culture traditionnelle, ainsi que les responsabilités sociales et le positionnement des hommes dans la société, sont une source de pression et même d’humiliation, et tout cela déforme également l’humanité des hommes, ce qui amène nombre d’entre eux à être agités, déprimés et souvent au bord de l’effondrement chaque fois qu’ils sont en proie à des difficultés. Pourquoi est-ce le cas ? Parce qu’ils pensent qu’ils sont des hommes, que les hommes doivent gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de leur famille, qu’ils doivent assumer leurs responsabilités d’hommes, que les hommes ne doivent pas pleurer ni être tristes et qu’ils ne doivent pas être au chômage, mais qu’ils doivent être des piliers de société et l’épine dorsale de la famille. À l’instar de ce que disent les incroyants : « Les hommes ne versent pas facilement des larmes », un homme ne devrait pas avoir de faiblesses ni de défauts. Ces idées et opinions sont causées par le fait que les hommes sont catalogués à tort par les moralistes, ainsi que par le fait que ces moralistes élèvent continuellement le statut des hommes. Non seulement ces idées et points de vue soumettent les hommes à toutes sortes de troubles, de vexations et d’angoisses, mais ils deviennent également des entraves dans leur esprit, rendant leur position, leur situation et leurs rencontres dans la société de plus en plus embarrassantes. À mesure que la pression sur les hommes augmente, les effets négatifs de ces idées et points de vue sur les hommes augmentent également. Certains hommes se considèrent même comme de grands hommes à cause de la mauvaise interprétation du positionnement du sexe masculin dans la société, pensant que les hommes sont de grands hommes et les femmes de petites femmes, et que les hommes doivent donc diriger en toutes choses et être les maîtres de maison, et que lorsque les choses ne vont pas bien, ils peuvent se livrer à des violences domestiques sur les femmes. Ces problèmes sont tous liés à la façon dont le sexe masculin est catalogué à tort par l’humanité, n’est-ce pas ? (En effet.) Tu peux voir que dans la plupart des pays du monde, le statut social des hommes est supérieur à celui des femmes, en particulier au sein de la famille. Les hommes n’ont rien d’autre à faire que d’aller travailler et gagner de l’argent, tandis que les femmes font toutes les corvées ménagères et qu’elles ne peuvent pas argumenter ni se plaindre, qu’elles n’osent pas en parler aux autres, même si leurs tâches sont fatigantes et ardues. Dans quelle mesure le statut des femmes est-il inférieur ? Par exemple, les hommes peuvent choisir en premier la nourriture la plus savoureuse sur la table à manger, tandis que les femmes passent en second, et dans les livrets de famille, l’homme est mentionné comme le chef de famille et la femme comme un membre de la famille. Ne serait-ce que grâce à ces questions triviales, nous pouvons voir la disparité de statut entre les hommes et les femmes. La division du travail entre les hommes et les femmes est différente en raison des différences entre les sexes, mais n’est-il pas injuste que la disparité entre le statut des hommes et celui des femmes au sein de la famille soit aussi grande ? N’est-ce pas dû à l’éducation dans la culture traditionnelle ? Dans la société, non seulement les femmes pensent que les hommes sont plus distingués et plus nobles, mais même les hommes pensent qu’ils sont nobles et de haut rang par rapport aux femmes, parce que les hommes peuvent créer plus de valeur et mettre davantage leurs capacités à profit dans la société, la nation et le pays, alors que les femmes ne le peuvent pas. N’est-ce pas déformer les faits ? Comment une telle déformation des faits s’est-elle produite ? Est-ce directement lié à l’inculcation et à l’influence de l’éducation sociétale et de la culture traditionnelle ? (Oui.) C’est directement lié à l’éducation de la culture traditionnelle. Au sein de l’humanité, que ce soit dans la société réelle ou dans une nation ou un pays, quels que soient les problèmes aberrants qui apparaissent, ces problèmes sont tous causés par quelques idées fausses défendues par une poignée de sociologues ou de dirigeants, et ils sont directement liés aux idées fausses défendues par les dirigeants de la société, de la nation ou du pays. Si les idées et les opinions que ces derniers défendent sont très positives et proches de la vérité, alors il y aura relativement moins de problèmes au sein de l’humanité. Si les idées qu’ils défendent sont biaisées, dévoyées et qu’elles déforment l’humanité, alors de nombreuses choses aberrantes se produiront au sein de la société, d’un groupe ethnique ou d’un pays. Si les sociologues défendent les droits des hommes, valorisent les hommes et minimisent la valeur et la dignité des femmes, alors dans cette société, il y aura évidemment une énorme disparité entre le statut social des hommes et celui des femmes, disparité accompagnée de diverses inégalités, notamment en termes de métiers, de statut social et de protection sociale, ainsi qu’une énorme disparité dans le statut des sexes au sein de la famille et une division du travail complètement différente : tout cela est aberrant. L’émergence de ces problèmes aberrants est liée aux personnes qui défendent ces idées et points de vue, et elle est causée par ces politiciens et sociologues. Si l’humanité avait des points de vue corrects et des dictons corrects sur ces questions dès le départ, alors il y aurait une réduction relative de ces problèmes aberrants dans les différents pays ou nations.

À la lumière de ce sur quoi nous avons échangé tout à l’heure, quel devrait être le point de vue correct pour traiter les hommes ? Quels types de comportements, d’humanité, de poursuites et de statut social les hommes devraient-ils avoir pour être normaux ? Comment les hommes devraient-ils aborder leurs responsabilités sociales ? Outre les différences entre les sexes, devrait-il y avoir des différences entre les hommes et les femmes en termes de responsabilité sociale et de statut social ? (Non.) Alors, comment les hommes devraient-ils être traités d’une manière correcte, objective, humaine et conforme aux vérités-principes ? C’est précisément ce que nous devons comprendre dès maintenant. Parlons donc de la manière exacte dont les hommes doivent être traités. Faut-il différencier les responsabilités sociales des hommes et des femmes ? Les hommes et les femmes doivent-ils avoir un statut social égal ? Est-il juste d’élever indûment le statut des hommes et de minimiser les femmes ? (Non, c’est inéquitable.) Alors, comment exactement le statut social des hommes et des femmes devrait-il être traité de manière juste et rationnelle ? Quel est le principe pour cela ? (Les hommes et les femmes sont égaux et doivent être traités équitablement.) Le traitement équitable est la base théorique, mais comment devrait-il être mis en pratique d’une manière qui reflète l’équité et la rationalité ? Cela n’a-t-il pas quelque chose à voir avec des problèmes pratiques ? Tout d’abord, il faut déterminer que le statut des hommes et des femmes est égal, c’est incontestable. Par conséquent, la division sociale du travail entre hommes et femmes devrait également être égale et devrait être considérée et organisée en fonction de leur calibre et de leur capacité à accomplir le travail. Il doit y avoir égalité, notamment en matière de droits de l’homme, dans la mesure où les femmes doivent également bénéficier de ce dont peuvent bénéficier les hommes, afin de garantir l’égalité de statut entre les hommes et les femmes dans la société. Quiconque peut faire le travail ou quiconque est compétent pour être dirigeant devrait y être autorisé, qu’il soit homme ou femme. Que pensez-vous de ce principe ? (C’est bien.) Cela reflète l’égalité entre les hommes et les femmes. Par exemple, s’il y a deux hommes et deux femmes qui postulent pour un emploi de pompier, qui doit être embauché ? Traiter équitablement les gens constitue la base théorique et le principe. Alors, comment doit-on s’y prendre concrètement ? Comme Je viens de le dire, que celui qui est à la hauteur pour faire le travail le fasse, selon ses capacités et son calibre. Il suffit de faire un choix selon ce principe, en regardant qui, parmi ces candidats, est physiquement apte et n’est pas maladroit. La lutte contre les incendies consiste à agir rapidement en cas d’urgence. Si tu es trop maladroit, lent d’esprit et paresseux, comme une tortue ou une vieille vache, tu retarderas les choses. Après avoir vérifié les caractéristiques de chaque candidat en termes de calibre, d’aptitudes, d’expérience, de degré de compétence dans le travail de pompier, etc., la conclusion à laquelle on arrive est qu’un homme et une femme conviennent tout à fait. L’homme est grand, fort physiquement, il a de l’expérience dans la lutte contre les incendies et a participé à plusieurs opérations de lutte contre les incendies et de sauvetage. La femme est agile, elle a suivi une formation rigoureuse, connaît bien la lutte contre les incendies et les procédures de travail connexes, a du calibre et s’est distinguée dans d’autres emplois, et elle a reçu des prix. Donc, finalement, les deux candidats sont retenus. Est-ce légitime ? (Oui.) C’est ce qu’on appelle choisir le meilleur des meilleurs, sans favoriser quiconque. Lors de la sélection de ce type de personne, cela signifie ne pas avoir à l’esprit une règle selon laquelle il faut être un homme ou une femme : les hommes et les femmes sont tous pareils et quiconque est à la hauteur fera l’affaire. Par conséquent, au moment de décider de choisir un homme ou une femme pour faire quoi que ce soit, outre le principe primordial de traitement équitable, le principe spécifique à mettre en pratique est celui qui consiste à laisser faire le travail par quiconque est capable de le faire et est à la hauteur pour le faire, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. En faisant cela, tu ne seras plus contraint ni lié par l’idée que « les hommes sont supérieurs aux femmes », et aucune idée dépassée n’affectera ton jugement ou ton choix à ce propos. De ton point de vue, quiconque est à la hauteur du travail devrait être autorisé à le faire, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme : n’est-ce pas là être juste ? D’abord et avant tout, lorsque tu traites une affaire, tu n’as aucun préjugé contre les hommes ou les femmes. Tu penses qu’il existe de nombreuses femmes exceptionnelles et talentueuses et tu connais un bon nombre de ces personnes. Par conséquent, ta perspicacité te convainc que la capacité des femmes à travailler n’est pas inférieure à celle des hommes et que la valeur que les femmes apportent à la société n’est pas inférieure à celle qu’apportent les hommes. Une fois que tu auras cette perspicacité et cette compréhension, tu porteras des jugements et tu feras des choix précis basés sur ce fait chaque fois que tu agiras à l’avenir. En d’autres termes, si tu ne favorises personne et que tu n’as aucun préjugé sexiste, alors ton humanité sera relativement normale à cet égard et tu pourras agir équitablement. Les interdits de la culture traditionnelle, dans le sens où les hommes sont considérés comme supérieurs aux femmes, seront levés, tes pensées ne seront plus confinées et tu ne seras plus influencé par cet aspect de la culture traditionnelle. En bref, quels que soient les courants de pensée et les conventions qui prévalent dans la société, tu auras déjà transcendé ces conventions, tu ne seras plus confiné et influencé par elles, et tu pourras faire face aux faits et à la vérité. Encore mieux que cela, bien sûr, tu pourras voir les gens et les choses, te comporter et agir conformément aux paroles de Dieu et aux vérités-principes, avec pour résultat que des idées et des points de vue tels que « les hommes doivent être virils alors que les femmes sont des personnes craintives » n’existeront pas en ce qui te concerne. Alors, tes pensées et tes points de vue sont-ils relativement progressistes parmi les êtres humains ? (Oui.) C’est un progrès, relativement parlant. Homme ou femme, vieux ou jeune, tout le monde peut être traité équitablement lorsqu’il vient à toi. C’est, en effet, édifier les gens plutôt que de leur faire du mal. Si tu t’accroches encore aux points de vue de la culture traditionnelle, en affirmant : « Depuis les temps anciens, les hommes ont un statut supérieur à celui des femmes et dans tous les milieux, il y a plus d’hommes remarquables et talentueux que de femmes remarquables et talentueuses. Par conséquent, on peut affirmer que les hommes sont plus forts que les femmes et que la valeur des hommes pour la société est supérieure à celle des femmes. Si la valeur des hommes pour la société est plus grande, leur statut social ne doit-il pas être plus élevé ? Par conséquent, dans cette société, les hommes doivent avoir le dernier mot et assumer une position dominante, tandis que les femmes doivent écouter les hommes et être réglementées et dirigées par eux », alors ce genre de pensée est trop arriéré et décadent, et n’est pas conforme aux vérités-principes le moins du monde. Si tu as de telles idées et de tels points de vue, tu ne peux que discriminer et réprimer les femmes et tu seras condamné et rejeté par les tendances sociales. L’égalité entre les hommes et les femmes est un point de vue juste, déjà universellement reconnu, et qui est tout à fait conforme à la volonté de Dieu. Les gens doivent être traités équitablement, les hommes ne doivent pas être admirés, les femmes ne doivent pas être méprisées, leur valeur ne doit pas être ignorée, pas plus que leur capacité de travail ou leur calibre ne doivent être ignorés. C’est déjà le consensus de base parmi la population informée de tous les pays. Si tes idées dominantes sont encore influencées par la culture traditionnelle et que tu as encore le sentiment que les hommes sont distingués, tandis que les femmes sont inférieures, alors chaque fois que tu agiras, ta vision et tes choix seront bien prédisposés envers le sexe masculin et tu offriras aux hommes relativement plus d’opportunités. Tu penseras que même si certains hommes sont un peu moins compétents, ils sont néanmoins plus forts que les femmes, et que les femmes ne peuvent pas égaler ni réaliser ce que les hommes peuvent faire. Si tu penses ainsi, ton point de vue sera biaisé, et ton jugement et tes décisions finales seront par conséquent biaisés en raison de ta façon de penser. Par exemple, en ce qui concerne la sélection des pompiers que nous venons d’évoquer, tu te poseras cette question : « Les femmes peuvent-elles grimper sur des échelles ? Jusqu’où les femmes peuvent-elles aller ? À quoi sert l’agilité chez une femme ? Même si elle a suivi un entraînement rigoureux, cela ne sert à rien du tout. » Mais ensuite, tu penseras à traiter les gens équitablement, alors tu sélectionneras finalement deux hommes et une femme. Le fait est qu’en choisissant une femme dans ce cas, tu agiras pour la forme et tu feras un geste symbolique pour apaiser la femme et épargner sa fierté. Que dire de cette façon de faire ? Non seulement tu sélectionnes ainsi les personnes, mais tu adoptes, lors de l’attribution du travail, un point de vue qui sous-estime la femme, allant jusqu’à lui confier des tâches subalternes et légères. Tu penses encore que tu as la touche humaine et que tu prends soin de la femme en lui accordant un traitement préférentiel et en la protégeant. Le fait est que du point de vue de la femme, tu as grandement nui à son amour-propre. De quelle façon lui as-tu nui ? Comme tu penses que les femmes sont faibles et vulnérables, que les femmes sont des personnes craintives et que les hommes sont virils, et que les femmes doivent donc être protégées. Comment sont nées ces idées ? Sont-elles dues à l’influence de la culture traditionnelle ? (Oui.) C’est là que réside la cause profonde. Quoi que tu dises sur le traitement équitable des gens, si l’on regarde tes actes, il est indéniable que tu es encore entravé et confiné par cette idée de la culture traditionnelle selon laquelle « les hommes sont supérieurs aux femmes ». Il ressort clairement de tes actes que tu ne t’es pas débarrassé de cette idée. Est-ce le cas ? (Oui.) Si tu veux te débarrasser de ces entraves, tu dois chercher la vérité, comprendre entièrement l’essence de ces idées et ne pas agir sous l’influence ou le contrôle de ces idées de la culture traditionnelle. Tu dois les abandonner et y renoncer une fois pour toutes, cesser de voir les gens et les choses, de te comporter et d’agir selon les idées et les points de vue de la culture traditionnelle, ne plus porter de jugements et ne plus faire de choix basés sur la culture traditionnelle. Au contraire, vois les gens et les choses, comporte-toi et agis conformément aux paroles de Dieu et aux vérités-principes. De cette façon, tu suivras le bon chemin et tu seras un véritable être créé approuvé par Dieu. Sinon, tu seras encore contrôlé par Satan, tu continueras à vivre sous le pouvoir de Satan et tu ne pourras pas vivre dans les paroles de Dieu : tels sont les faits.

Maintenant, comprenez-vous l’essence de ce dicton sur la conduite morale : « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force » ? Et comprenez-vous également le contexte social dans lequel ce dicton a été avancé ? (Oui.) Afin d’améliorer le statut social des hommes et de leur accorder davantage de droits, il est nécessaire de leur imposer des exigences plus élevées, d’établir l’image des hommes dans l’esprit des gens et de façonner cette image en une image de virilité. C’est l’image véhiculée par le dicton « On ne devrait jamais être corrompu par la richesse, changé par la pauvreté ou soumis par la force » dont parlent les gens. Un aspect de ce que les moralistes qui ont proposé ce dicton sur la conduite morale disent aux gens, c’est que ceux qui sont à la hauteur de ce dicton sont de vrais hommes virils, ce qui signifie que ces moralistes donnent aux gens la définition d’un homme. Un autre aspect est qu’ils préconisent que les hommes s’affirment dans la société, qu’ils apparaissent ostensiblement comme étant non conformistes, qu’ils imposent fermement leur statut social et qu’ils exercent leur pouvoir sur le courant social dominant. Cette idée selon laquelle « les hommes sont supérieurs aux femmes » a persisté jusqu’à présent. Même si certains pays ou ethnies ont fait des progrès à cet égard, de telles idées occupent encore une place dominante dans de nombreux autres pays et nations, où elles contrôlent et dominent encore les tendances nationales et sociétales, et dominent la division du travail entre les hommes et les femmes dans la société, ainsi que leur statut social et leur valeur sociale, et même à ce jour, peu de choses ont changé. C’est-à-dire que dans de nombreux pays et nations, les femmes sont encore discriminées et exclues. C’est une chose bien lamentable et c’est la plus grande inégalité du monde. Le fait que les femmes soient discriminées et exclues, ou au contraire égales aux hommes, est un repère clair pour évaluer si un pays ou une nation est progressiste ou arriéré.

Tout à l’heure, nous avons échangé sur la manière dont les hommes et les femmes que Dieu a créés doivent être considérés et sur les opinions correctes que l’on doit avoir à leur égard. Les hommes comme les femmes ont une humanité normale et possèdent une conscience et une raison humaines normales : ces choses sont partagées par les hommes comme par les femmes. À l’exception des différences entre les sexes, les hommes et les femmes sont essentiellement équivalents en termes de pensée, d’instinct, de réaction à divers problèmes, de calibre et de capacités, et selon d’autres types d’aspects. On ne peut pas dire qu’ils soient exactement semblables, mais pour l’essentiel, ils sont plus ou moins similaires. Leurs habitudes de vie et leurs règles de vie, ainsi que leurs idées, points de vue et attitudes envers la société, les tendances mondiales, les personnes, les événements, les choses et toutes les créations de Dieu, ainsi que leurs réactions à certains problèmes particuliers, notamment leurs réactions physiques et mentales, sont identiques. Pourquoi ces choses sont-elles identiques ? Parce que les hommes comme les femmes ont été créés par le seul et unique Créateur et leur souffle de vie, leur libre arbitre, ainsi que toutes les diverses activités qu’ils peuvent entreprendre, leurs routines de vie, etc., viennent tous du Créateur. À la lumière de ces phénomènes, il n’y a rien de différent entre les hommes et les femmes, à l’exception des différences entre les sexes, ainsi que de certaines choses ou compétences professionnelles différentes dans lesquelles ils excellent. Par exemple, de nombreux travaux que les hommes peuvent effectuer peuvent aussi être effectués par des femmes. Il y a des femmes scientifiques, des femmes pilotes ou astronautes, mais aussi des femmes présidentes ou membres de gouvernements, ce qui prouve que les emplois que les hommes et les femmes peuvent exercer sont plus ou moins les mêmes, malgré leurs différences en termes de sexe. En matière d’endurance physique et d’expression des émotions, les hommes et les femmes sont plus ou moins semblables. Quand un parent proche meurt, la femme pleure de chagrin. Quand un homme perd des parents proches ou sa compagne, il se lamente à ébranler tout ce qui l’entoure. En cas de divorce, la femme est découragée, déprimée et triste, et elle peut même se suicider, et l’homme est également déprimé si sa femme le quitte, il peut même pleurer en secret sous ses couvertures. Parce que les hommes sont des hommes, ils n’osent pas se plaindre de cette souffrance devant les autres et doivent faire semblant d’être forts, mais quand personne n’est là, ils pleurent comme une personne normale. Chaque fois que certaines choses se produisent, les hommes comme les femmes sont en proie à des émotions, comme on peut s’y attendre, qu’il s’agisse de pleurer ou de rire. De plus, parmi le personnel qui accomplit divers devoirs et travaux dans la maison de Dieu, les femmes ont l’occasion d’être promues, formées et affectées à des postes importants, et les hommes ont également les mêmes occasions d’être promus, formés et affectés à des tâches importantes. Les chances sont égales. Les diverses corruptions révélées par les femmes dans leur vie quotidienne et dans l’accomplissement de leurs devoirs ne sont pas différentes de celles révélées par les hommes. Même parmi les femmes, il y a des malfaitrices et des antéchrists qui perturbent et interrompent le travail de l’Église : n’est-ce pas la même chose chez les hommes ? C’est parce que les tempéraments corrompus des gens sont les mêmes. S’il s’agit de gens malfaisants qui font le mal, perturbent et interrompent le travail de l’Église, et qui essaient d’établir leur propre royaume indépendant, alors, quand ils seront exclus, une distinction sera-t-elle faite entre les hommes et les femmes ? Non, ils seront tous exclus de la même manière. Pensez-vous que, parmi ceux qui sont exclus, il y ait plus d’hommes que de femmes ? Il y en a à peu près autant de chaque. Tous ceux qui font le mal, perturbent et interrompent, et qui sont considérés comme des antéchrists et des gens malfaisants, qu’ils soient hommes ou femmes, doivent être exclus. Certaines personnes disent : « Les femmes ne peuvent pas faire des choses qui perturbent et interrompent, comme ce serait honteux pour des femmes de faire de telles choses, les femmes doivent être plus soucieuses de préserver leur dignité ! Comment des petites femmes pourraient-elles commettre de si grands maux ? Elles ne le peuvent pas, elles doivent avoir une chance de se repentir. Les hommes sont téméraires, ils sont nés pour faire le mal, ils sont nés pour être des antéchrists et faire le mal. Même s’ils font seulement un peu de mal, et même si nous n’avons pas une compréhension claire des circonstances, ils doivent quand même être expulsés. » La maison de Dieu le fait-elle ? (Non.) La maison de Dieu ne le fait pas. La maison de Dieu exclut les gens sur la base de principes. Elle ne fait pas de distinction entre les hommes et les femmes, et ne se soucie pas de préserver la dignité des femmes ou des hommes, mais les traite équitablement. Si tu es un homme qui a fait le mal et que, selon les principes, tu dois être exclu et expulsé, alors la maison de Dieu t’expulsera selon les principes ; si tu es une femme qui a causé des interruptions et des perturbations, et que tu es une personne malfaisante ou un antéchrist, tu seras également exclue ou expulsée, et tu ne seras pas épargnée simplement parce que tu es une femme et que tu pleures ou verses une larme. La maison de Dieu doit gérer les choses selon des principes. Les croyantes courent après les bénédictions et ont le désir et l’intention d’être bénies. Et les hommes sont-ils dans le même cas ? Oui, de la même manière, les hommes n’ont pas moins d’ambition et de désir d’être bénis que les femmes. Quelle résistance à Dieu est la plus grave, celle des hommes ou celle des femmes ? C’est du pareil au même. Certains diront : « Maintenant que je comprends enfin la vérité, il s’avère que les hommes et les femmes sont également corrompus ! Je pensais autrefois que les hommes étaient virils, qu’ils devaient se comporter en gentlemen et faire tout avec justice, honneur et honnêteté, contrairement aux femmes, dont beaucoup sont étroites d’esprit, font sans cesse des histoires pour des problèmes insignifiants, jasent constamment dans le dos des gens et n’agissent pas honnêtement. Mais je n’avais pas considéré que beaucoup de mauvaises personnes sont des hommes et que les mauvaises choses qu’ils font sont encore plus graves et plus nombreuses. » Maintenant, vous comprenez ces questions. En bref, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, les tempéraments corrompus sont tous les mêmes, c’est juste l’humanité des gens qui est différente : voilà la seule façon juste de voir les hommes et les femmes. Y a-t-il le moindre parti pris dans ce point de vue ? (Non.) Est-il influencé par l’idée que les hommes seraient supérieurs aux femmes ? (Non.) Il n’est pas du tout influencé par ces choses. Pour jauger si une personne est bonne ou mauvaise, il faut d’abord regarder non pas s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, mais quelle est son humanité, puis juger de son essence en se basant sur les manifestations de son tempérament corrompu dans tous ses divers aspects : voilà comment voir les gens correctement.

En examinant les choses en fonction des phénomènes sur lesquels nous avons échangé plus tôt, hormis les différences entre les sexes, il n’y a absolument aucune différence entre les hommes et les femmes, que ce soit dans la manifestation de leurs instincts, dans la révélation de leurs divers tempéraments corrompus ou dans leur nature-essence. Concernant l’essence corporelle des gens et leurs tempéraments, ainsi que l’instinct, la volonté et le libre arbitre dont Dieu les a dotés quand Il les a créés, il n’y a pas de différence entre les gens. Par conséquent, lorsque les gens considèrent les hommes et les femmes, ils ne doivent pas les voir en fonction de leur apparence, encore moins en fonction des idées de la culture traditionnelle que ce monde enseigne aux gens, mais plutôt en se basant sur les paroles de Dieu. Pourquoi doit-on les considérer sur la base des paroles de Dieu ? Pourquoi ne pas les voir en fonction des idées et des points de vue de la culture traditionnelle ? Il y en a qui disent : « Tout au long des millénaires de l’histoire humaine, tant d’affirmations ont été avancées et écrites dans des livres. Aucun des points de vue et des dictons de l’humanité n’est correct ? N’y a-t-il absolument aucune vérité en eux ? » En quoi ces paroles sont-elles absurdes ? Les êtres humains comptent comme des êtres créés, ils ont été corrompus par Satan pendant des millénaires et ils sont emplis de tempéraments sataniques, ce qui cause tant d’obscurité et de mal dans la société humaine. Personne ne peut en voir clairement les causes profondes, ni discerner Satan, ni vraiment connaître Dieu. Par conséquent, les opinions de l’humanité corrompue ne s’accordent pas avec la vérité, et seul le Créateur sait tout à ce sujet. C’est un fait avéré. La vérité ne peut être obtenue que grâce aux paroles de Dieu, alors que la culture du monde humain est produite par la corruption de Satan. Les gens n’ont jamais fait l’expérience de l’œuvre de Dieu et personne ne peut connaître Dieu, il est donc impossible de produire la vérité dans la culture traditionnelle de l’humanité, car toute vérité vient de Dieu et est exprimée par Christ. Ayant été corrompus par Satan, les êtres humains ont tous une nature et des tempéraments sataniques. Ils vénèrent tous des célébrités et des grands personnages, et tous suivent Satan. Les êtres humains ont leurs propres arrière-pensées et objectifs lorsqu’ils considèrent ou définissent certaines choses. Qui que ces motivations et objectifs servent, et quel que soit le but visé, ils sont tous gouvernés par des tempéraments corrompus. Par conséquent, les choses définies par les êtres humains corrompus et les idées qu’ils défendent doivent être influencées par les stratagèmes rusés de Satan. C’en est un aspect. Un autre aspect, d’un point de vue objectif, est que quelles que soient les capacités des êtres humains, personne ne comprend les fonctions, les instincts et l’essence des êtres humains créés. Parce que les êtres humains ne sont pas créés par une personne, parce qu’ils ne sont pas créés par de soi-disant grands personnages, ni par des rois démoniaques, Satan ou des esprits malfaisants, ils ne comprennent pas du tout les instincts, les fonctions et l’essence des gens. Alors, qui connaît le mieux les instincts, les fonctions et l’essence des gens ? Seul le Créateur les connaît le mieux. Celui qui a créé les êtres humains connaît le mieux leurs fonctions, leurs instincts et leur essence et, bien sûr, est le plus qualifié pour définir les êtres humains et déterminer la valeur, l’identité et l’essence des hommes et des femmes. N’est-ce pas un fait objectif ? (Si.) Ce que Dieu utilise pour créer les êtres humains, les instincts qu’Il donne aux gens quand Il les crée, les fonctions et les lois de leur corps, ce qu’ils sont aptes ou non à faire, et même quelle doit être leur durée de vie, tout cela est prédéterminé par Dieu. Dieu seul a la meilleure compréhension des êtres humains qu’Il crée et personne d’autre ne comprend mieux l’humanité créée. N’est-ce pas un fait ? (Si.) Par conséquent, Dieu est le plus qualifié pour définir les êtres humains et pour déterminer l’identité, le statut, la valeur et la fonction des hommes ou des femmes, ainsi que le chemin correct que les gens doivent suivre. Dieu sait mieux que quiconque ce dont les êtres humains qu’Il a créés ont besoin, ce qu’ils peuvent accomplir et ce qui est dans leurs capacités. D’un autre point de vue, ce dont les êtres humains créés ont le plus besoin, ce sont les paroles prononcées par le Créateur. Seul Dieu peut diriger en personne les êtres humains, subvenir à leurs besoins et les guider. Tous ces dictons de l’humanité corrompue qui ne viennent pas de Dieu sont trompeurs, en particulier ceux de la culture traditionnelle, qui induisent en erreur, engourdissent et enferment les gens, et agissent bien sûr comme une sorte de contrainte et de contrôle. Il y a un autre aspect, qui est que Dieu a créé les êtres humains, et la plus grande préoccupation de Dieu pour les êtres humains est de savoir s’ils peuvent suivre le bon chemin dans la vie, alors que les sociétés, les nations et les pays ne considèrent que les intérêts de la classe dirigeante et la stabilité du régime politique, sans se soucier de la vie des classes populaires. En conséquence, cela provoque des choses extrêmes et chaotiques. Les sociétés, les nations et les pays ne guident pas les gens sur le bon chemin, afin que les gens puissent vivre une vie de valeur et de clarté, et se soumettre à la souveraineté et aux arrangements de Dieu, mais plutôt, ils veulent exploiter les gens pour servir leur propre règne, leur propre carrière et leurs propres ambitions et désirs. Quelles que soient les revendications, les idées et les points de vue qu’ils avancent, le but de tout cela est de tromper les gens, de limiter leurs pensées et de contrôler l’humanité, afin que les gens les servent et leur soient fidèles. Ils ne considèrent pas l’avenir ni les perspectives de l’humanité, ni la manière dont les êtres humains peuvent mieux survivre. Mais ce que Dieu fait est complètement différent, dans la mesure où ce que Dieu fait est conforme à Son plan. Après avoir créé les êtres humains, Il les guide vers la compréhension de plus de vérités et de principes pour se comporter, et Il leur fait voir clairement la vérité de la corruption de l’humanité par Satan. Sur cette base, selon ces vérités-principes que Dieu enseigne aux gens et utilise pour les avertir, ils sont alors capables de s’engager sur le bon chemin de la vie.

Ces réglementations et conventions sur la conduite morale dans la culture traditionnelle sont très vastes et influencent la pensée des gens sous toutes sortes d’aspects, confondant et confinant leur pensée. Ce sur quoi nous avons échangé aujourd’hui, ce sont des dictons et des points de vue absurdes et fallacieux de la culture traditionnelle concernant le sexe, qui ont influencé de manière significative les opinions correctes des gens sur le sexe et qui ont également soumis les hommes et les femmes à un grand nombre d’entraves, de chaînes, de contraintes, de discrimination, etc. Ce sont autant de faits que les gens peuvent voir, et ce sont aussi les effets de la culture traditionnelle sur les gens et ses conséquences pour eux.

Le 14 mai 2022

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

Contactez-nous par WhatsApp