L'Église de Dieu Tout-Puissant App.

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La Parole apparaît dans la chair

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

Introduction

Le 11 février 1991, Dieu a fait Sa première déclaration dans l’Église, qui a eu un effet extraordinaire sur chacune des personnes qui vivaient dans le courant du Saint-Esprit en ce temps-là. Cette déclaration a mentionné ce qui suit : « la demeure de Dieu est apparue » et « Le Chef de l’univers, Christ des derniers jours, Il est le soleil brillant ». Avec ces paroles profondément significatives, toutes ces personnes ont été amenées dans une nouvelle sphère. Tous ceux qui ont lu cette déclaration ont eu un pressentiment de la nouvelle œuvre, la grande œuvre que Dieu était sur le point d’entreprendre. C’est cette déclaration magnifique, mélodieuse et concise qui a amené toute l’humanité dans la nouvelle œuvre de Dieu et dans une nouvelle ère, et qui a placé les fondations et préparé le terrain pour l’œuvre de Dieu dans cette incarnation. On pourrait dire que la déclaration que Dieu a faite à ce moment-là jette un pont entre les ères, que c’est la première fois depuis le début de l’ère de la Grâce que Dieu a publiquement parlé à la race humaine, de plus, que c’est la première fois qu’Il a parlé après être resté caché pendant deux mille ans, et, même plus, que c’est une introduction, un point de départ crucial, pour l’œuvre que Dieu est sur le point d’entreprendre à l’ère du Règne.

La première fois que Dieu a fait une déclaration, Il l’a fait sous la forme élogieuse d’une perspective à la troisième personne, dans un langage à la fois élégant et raffiné, simple et ordinaire, aussi bien qu’un approvisionnement en vie aisément et facilement perceptible. Avec cela, Il a pris ce petit groupe de personnes qui ne savaient que jouir de Sa grâce tout en attendant avec impatience le retour du Seigneur Jésus, et les a amenées silencieusement dans une autre étape de l’œuvre du plan de gestion de Dieu. Dans ces circonstances, l’humanité ne savait pas, et encore moins osait imaginer, quel genre d’œuvre Dieu allait finalement accomplir, ou ce à quoi s’attendre dans l’avenir. Par la suite, Dieu a continué à faire plus de déclarations pour amener l’humanité, étape par étape, dans la nouvelle ère. Étonnamment, chaque déclaration de Dieu est différente selon le contenu et utilise en plus différentes formes de louange et différents modes d’expression. Ces déclarations, prononcées sur un ton semblable, mais ayant un contenu divers, sont invariablement remplies des sentiments de sollicitude et d’inquiétude de Dieu, et presque chacune contient des provisions pour la vie avec un contenu différent ainsi que des paroles de rappel, d’exhortation et de réconfort de Dieu à l’homme. Dans ces déclarations, des passages comme ce qui suit apparaissent à plusieurs reprises : « Le seul vrai Dieu est devenu chair, Il est le Chef de l’univers qui commande toutes choses » ; « Le Roi triomphant siège sur Son trône de gloire » ; « Il tient l’univers entre Ses mains » ; et ainsi de suite. Un message est transmis dans ces passages, ou on pourrait dire que ces passages transmettent un message à la race humaine : Dieu est déjà venu dans le mode des hommes, Dieu va commencer une œuvre encore plus grande, le royaume de Dieu est déjà descendu parmi un certain groupe de personnes, et Dieu a déjà gagné la gloire et a vaincu la multitude de Ses ennemis. Chacune des déclarations de Dieu saisit le cœur de chaque être humain. Toute l’humanité attend avec impatience que Dieu exprime encore plus de paroles nouvelles, parce que chaque fois que Dieu parle, Il secoue le cœur de l’homme jusque dans ses racines, et de plus il est responsable de tous les mouvements et de toutes les émotions des hommes et les étaie de sorte que l’humanité commence à compter sur les paroles de Dieu et même à les admirer… Ainsi, inconsciemment, un grand nombre de personnes avaient essentiellement oublié la Bible et accordaient encore moins d’attention aux sermons démodés et aux écrits des hommes spirituels, parce qu’elles étaient incapables de trouver dans les écrits du passé un fondement pour ces paroles de Dieu, et elles n’étaient pas capables non plus de découvrir où que ce soit le but de Dieu en faisant ces déclarations. Cela étant, combien plus il incombe à l’humanité d’admettre que ces déclarations sont la voix de Dieu, ni vue ni entendue depuis le commencement des temps, qu’elles sont hors de portée de toute personne qui croit en Dieu et qu’elles surpassent toutes les déclarations faites par tout homme spirituel des siècles passés ou par Dieu dans le passé. Stimulée par chacune de ces déclarations, l’humanité est entrée sans le savoir dans l’aura de l’œuvre du Saint-Esprit, dans la vie d’avant-garde de la nouvelle ère. Stimulée par les paroles de Dieu, l’humanité impatiente a gouté à la douceur d’être conduite personnellement par les paroles de Dieu. Je crois que cette période éphémère est un temps dont chaque être humain se souviendra de façon durable, alors que ce dont l’humanité a joui durant cette période, en fait, n’était rien de plus qu’une aura de l’œuvre du Saint-Esprit, ou on pourrait l’appeler la douce saveur d’un embellissement de la race humaine, car à partir de ce moment, toujours sous la direction des paroles de Dieu, toujours dans l’aura de l’œuvre du Saint-Esprit, l’humanité a été entraînée à son insu dans une autre phase des paroles de Dieu, la première étape de l’œuvre accomplie par la déclaration de Dieu à l’ère du Règne – l’épreuve des exécutants.

Les paroles déclarées avant l’épreuve des exécutants avaient pour la plupart la forme d’instruction, d’exhortation, de réprimande et de discipline, et à certains endroits elles utilisaient l’ancien appellatif employé dans l’ère de la Grâce – utilisant les mots « mes fils » pour désigner ceux qui suivaient Dieu afin de faciliter le rapprochement de l’humanité avec Dieu, ou pour que l’humanité considère qu’elle avait une relation de proximité avec Dieu. De cette manière, quel que soit le jugement que Dieu portât sur l’autosuffisance, l’arrogance et autres tempéraments corrompus de l’humanité, l’homme serait capable d’y faire face et de l’accepter dans son identité de « fils » sans avoir d’antagonisme envers les déclarations de « Dieu le Père », en plus de ça la promesse que « Dieu le Père » avait faite à Ses « fils » n’avait jamais été mise en doute. Pendant cette période, toute l’humanité jouissait d’une existence aussi exempte de trouble que celle d’un nourrisson, et cela atteignait le but de Dieu, à savoir, quand ils entreraient dans l’âge adulte, Il commencerait à les juger. Cela a également placé les fondations pour l’œuvre du jugement de la race humaine que Dieu lance officiellement à l’ère du Règne. Parce que l’œuvre de Dieu dans cette incarnation consiste principalement à juger et à conquérir toute la race humaine, dès que l’homme a planté ses pieds fermement sur terre, Dieu est immédiatement entré dans le mode de Son œuvre – dans l’œuvre dans laquelle Il juge l’homme et le châtie. Manifestement, toutes les déclarations avant l’épreuve des exécutants ont été faites dans le but de tenir bon pendant la transition, le vrai but étant autre que ce qu’il semblait être. L’intention fervente de Dieu était de pouvoir lancer officiellement Son œuvre le plus tôt possible à l’ère du Règne. En aucun cas, Il ne voulait continuer à cajoler l’humanité à progresser en lui donnant des miettes enrobées de sucre ; Il était plutôt désireux de voir le vrai visage de chaque être humain devant le siège de Son jugement, et avec plus de ferveur encore, il désirait voir l’attitude réelle que toute l’humanité aurait envers Lui après avoir perdu Sa grâce. Il voulait seulement voir des résultats, pas le processus. Mais en ce temps-là, personne ne comprenait l’intention fervente de Dieu, parce que le cœur humain ne se préoccupait que de sa destination et de ses perspectives d’avenir. Il n’est pas étonnant que le jugement de Dieu ait porté, à maintes reprises, sur toute la race humaine. Ce n’est que lorsque l’humanité, sous la direction de Dieu, a commencé à vivre la vie normale des êtres humains que l’attitude de Dieu à l’égard de l’humanité a changé.

L’année 1991 a été inhabituelle ; appelons-la une « année d’or ». Dieu a lancé la nouvelle œuvre de l’ère du Règne et a dirigé Sa déclaration à l’ensemble de la race humaine. En même temps, l’humanité a joui d’une chaleur sans précédent et, plus encore, a éprouvé la douleur qui s’ensuit du jugement de Dieu sans précédent sur l’homme. La race humaine a gouté à une douceur jusqu’alors inconnue et a senti le jugement et l’abandon, aussi jusque-là inconnus, comme si elle avait gagné Dieu et encore comme si elle avait perdu Dieu. Souffrir en possédant et souffrir en étant privé, ces sentiments ne sont connus que de ceux qui en ont personnellement fait l’expérience ; ils sont quelque chose que l’homme n’a ni la capacité ni les moyens de décrire. Les blessures de ce genre sont ce que Dieu a conféré à chaque être humain comme une forme d’expérience et d’avantage intangibles. Le contenu des déclarations que Dieu a faites cette année-là se divise en fait en deux grandes catégories : la première est la partie où Dieu est descendu dans le monde des hommes pour les inviter à venir devant Son trône en tant qu’invités ; la seconde est la partie où les hommes, ayant mangé et bu à satiété, ont été employés par Dieu comme exécutants. Bien sûr, il va sans dire que la première partie constitue le vœu le plus cher et le plus sincère de l’humanité, d’autant plus que les êtres humains ont longtemps été habitués à transformer la jouissance de la totalité de Dieu en objet de leur croyance en Lui. C’est pourquoi, dès que Dieu a commencé à faire entendre Sa déclaration, l’humanité était prête à entrer dans le royaume et attendait que Dieu lui accorde des récompenses différentes. Dans ces circonstances, les hommes n’ont tout simplement pas payé le juste prix en transformant leurs tempéraments, cherchant à satisfaire Dieu, faisant preuve de considération pour la volonté de Dieu et ainsi de suite. D’un simple regard, les êtres humains semblaient constamment s’affairer alors qu’ils se dépensaient et travaillaient pour Dieu, alors qu’en réalité ils calculaient, dans les recoins secrets du plus profond de leur cœur, le prochain pas à faire pour gagner des bénédictions ou régner comme des rois. On pourrait dire que pendant que le cœur humain jouissait de Dieu, il était en même temps en train de comploter contre Dieu. L’humanité dans cette condition fait face à l’aversion et à la détestation les plus profondes de Dieu ; le tempérament de Dieu ne tolère pas qu’aucun être humain ne Le trompe ou ne se serve de Lui. Mais la sagesse de Dieu est inaccessible à tout être humain. C’était au milieu de l’endurance de toutes ces souffrances qu’Il a prononcé la première partie de Ses déclarations. Il est impossible pour l’être humain d’imaginer combien de souffrance Dieu a endurée et combien de soin et de pensée Il a épuisés à ce moment-là. Le but de la première partie de ces déclarations est d’exposer toutes les différentes formes de laideur que l’homme démontre quand il fait face au rang et au profit et d’exposer la cupidité et le caractère méprisable de l’homme. Même si, en parlant, Dieu entoure Ses paroles d’un ton sincère et honnête d’une mère aimante, la colère au fond de Son cœur flamboie comme le soleil de midi qu’Il dirige contre Ses ennemis. Dieu ne veut en aucun cas parler à un groupe d’hommes qui manquent de la ressemblance normale de la race humaine, et donc, chaque fois qu’Il parle, Il réprime la colère dans Son cœur tout en Se contraignant à exprimer Sa déclaration. Qui plus est, Il parle à une race humaine dépourvue de l’humanité normale, privée de raison, corrompue à l’extrême, avec la cupidité devenue une seconde nature, et désobéissante envers Dieu et rebelle contre Dieu jusqu’à la fin. Les profondeurs auxquelles la race de l’homme est tombée peuvent facilement être imaginées, et plus encore la haine et le dégoût de Dieu pour la race de l’homme peuvent facilement être imaginés, mais la race humaine a de la difficulté à imaginer que la souffrance qu’elle a infligée à Dieu soit impossible de décrire en mots. Mais c’est précisément dans ce contexte, où personne n’a pu découvrir combien le cœur de Dieu souffre et, de plus, où personne n’a découvert à quel point la race humaine est déraisonnable et incorrigible, que tous les hommes, sans une once de honte ou un seul brin de scrupule, prenaient pour acquis qu’ils avaient le droit, en tant que fils de Dieu, de recevoir toutes les récompenses qu’Il avait préparées pour l’homme, au point même de rivaliser les uns avec les autres, personne ne souhaitant prendre du retard et tous ayant profondément peur d’être perdants. Vous devriez savoir maintenant le genre de rang que les gens occupaient en ce temps-là aux yeux de Dieu. Comment une race d’hommes comme celle-là peut-elle obtenir les récompenses de Dieu ? Mais ce que l’homme reçoit de Dieu est en tout temps le trésor le plus précieux, et inversement ce que Dieu reçoit de l’homme est une souffrance suprême. Depuis le début de la relation entre Dieu et l’homme, c’est ce que l’homme a toujours reçu de Dieu et ce qu’il a toujours donné à Dieu en retour.

Autant Dieu a brûlé d’angoisse, quand Il a vu cette race d’êtres humains corrompus jusqu’au plus profond d’eux-mêmes, Il n’avait pas d’autre choix que de les jeter dans l’étang de feu afin qu’ils puissent être épurés. C’est la deuxième partie de la déclaration de Dieu dans laquelle Dieu a employé les hommes comme Ses exécutants. Dans cette partie, Dieu est passé de doux à sévère et de peu à beaucoup, en termes de méthode et de longueur, utilisant le rang de « personne de Dieu » comme appât pour exposer la nature corrompue de l’homme tout en proposant les différentes catégories d’[a]exécutants, de personnes et de fils au choix de l’humanité. Bien sûr, tout comme Dieu l’avait prédit, personne n’a choisi de devenir un exécutant pour Dieu, et au lieu de cela, tous se sont efforcés de devenir une personne de Dieu. Même si, pendant cette période, la sévérité avec laquelle Dieu parlait était quelque chose auquel les êtres humains ne s’étaient jamais attendus et encore moins dont ils avaient entendu parler, tout de même, étant excessivement préoccupés par le statut et de plus, étant fiévreusement préoccupés de gagner des bénédictions, ils n’avaient pas le temps de se faire une idée du ton du discours de Dieu et de Son mode de parler, restant plutôt obsédés par leur propre statut et par ce que l’avenir leur réservait. De cette façon, sans le savoir, l’humanité a été amenée, par la déclaration de Dieu, dans le labyrinthe qu’Il avait conçu pour eux. Attirés, bon gré mal gré, par l’attrait du futur et par leur destin, les êtres humains se savaient incapables de devenir une personne de Dieu, et pourtant ils étaient réticents à agir comme Ses exécutants. Déchirés entre ces mentalités contradictoires, ils ont inconsciemment accepté un jugement et un châtiment sans précédent que Dieu avait infligés à l’humanité. Naturellement, cette forme de jugement et d’épurement était quelque chose que l’humanité ne voulait absolument pas accepter. Néanmoins, seul Dieu a la sagesse et seul Il a le pouvoir d’exiger une humble soumission de cette race corrompue d’êtres humains, de sorte que, volontairement ou involontairement, ils ont tous cédé à la fin. L’humanité n’avait aucune alternative. Seul Dieu a le dernier mot et seul Dieu est capable d’utiliser une telle méthode pour conférer la vérité et la vie à l’homme et lui montrer la direction. Cette méthode, c’est l’inévitabilité de l’œuvre de Dieu envers l’homme, et c’est aussi, hors de tout doute ou de toute dispute, une nécessité indispensable de l’homme. Dieu utilise une telle méthode pour parler et travailler afin de transmettre le fait suivant à l’humanité : Dieu sauve l’humanité par amour et miséricorde et dans l’intérêt de Sa gestion ; la race humaine reçoit le salut de Dieu parce qu’elle est tombée à tel point que Dieu ne peut que parler personnellement. Quand l’homme reçoit le salut de Dieu, c’est la plus grande grâce et c’est aussi une faveur spéciale, c’est-à-dire que si Dieu n’exprimait pas Sa déclaration en personne, le destin de la race humaine serait l’extinction. En même temps qu’Il abomine la race humaine, Dieu est quand même prêt à payer n’importe quel prix pour le salut de l’homme, et Il le désire. Pendant ce temps, alors que l’homme serine son amour pour Dieu et sa manière de tout consacrer à Dieu, il se révolte contre Dieu et extorque toute sorte de grâce à Dieu, et même, en même temps, fait souffrir Dieu et inflige des souffrances indicibles à Son cœur. Tel est le contraste frappant entre l’altruisme et l’égoïsme dans la relation entre Dieu et l’homme !

En travaillant et en parlant, Dieu n’est pas contraint de suivre une méthode particulière, mais Il choisit l’obtention de résultats comme Sa fin. Pour cette raison, dans « les paroles du Saint-Esprit aux Églises », Il S’est fait un devoir de ne pas dévoiler clairement Sa propre identité, mais seulement de révéler quelques termes tels que « Christ des derniers jours », « le Chef de l’univers » et ainsi de suite. Cela n’affecte en rien ni le ministère de Christ ni la connaissance que l’humanité a de Dieu, surtout parce qu’à cette époque l’humanité ignorait complètement les concepts de « Christ » et de « l’incarnation », de sorte que Dieu a dû S’humilier pour être une personne ayant une « fonction spéciale » pour exprimer Sa déclaration. C’est un exemple de l’intention consciencieuse de Dieu, parce que les gens à cette époque pouvaient seulement accepter cet appellatif. Quelle que soit l’appellatif que Dieu utilise, les résultats de Son œuvre ne sont pas affectés, car en tout ce qu’Il fait, Dieu a le but de permettre à l’homme de changer, de permettre à l’homme d’atteindre le salut de Dieu. Peu importe ce qu’Il fasse, Dieu a toujours les besoins de l’homme en tête. C’est l’intention sous-jacente à l’œuvre et à la parole de Dieu. Même si Dieu est si attentif en considérant tous les aspects de l’humanité et est si parfaitement sage en tout ce qu’Il fait, je pourrais dire ceci : si Dieu ne témoignait pas de Lui-même, il n’y en aurait pas un seul, dans la race des êtres humains créés, qui soit capable de reconnaître Dieu Lui-même ou de se lever pour rendre témoignage à Dieu Lui-même. Si Dieu avait continué à utiliser l’appellatif « une personne ayant une fonction spéciale » dans Son œuvre, il n’y aurait pas eu un seul être humain qui aurait pu considérer Dieu comme Dieu – c’est le chagrin de l’humanité. C’est-à-dire que dans la race des êtres humains créés, il n’y a personne qui puisse connaître Dieu, personne pour aimer Dieu, se soucier de Dieu et se rapprocher de Dieu. La foi de l’homme n’a que le but de gagner des bénédictions. L’identité de Dieu en tant que personne ayant une fonction spéciale a donné un indice à chaque humain : l’humanité trouve facile de voir Dieu comme faisant partie de la race des êtres humains créés ; la plus grande douleur et humiliation que l’humanité inflige à Dieu est précisément celle-ci : quand Il apparait ou œuvre ouvertement, Dieu est quand même rejeté par l’homme et même oublié par lui. Dieu endure la plus grande humiliation afin de sauver la race humaine ; en donnant tout, Son but est de sauver l’humanité, d’obtenir la reconnaissance de l’humanité. Tous ceux qui ont une conscience devraient être en mesure d’apprécier le prix que Dieu a payé pour tout cela. La race humaine a gagné la parole et l’œuvre de Dieu et a gagné le salut de Dieu. En même temps, personne n’a pensé à demander ce que Dieu a gagné de l’humanité ? De chaque déclaration de Dieu, l’humanité a gagné la vérité, a réussi à changer, a trouvé une direction dans la vie ; mais ce que Dieu a gagné n’est rien de plus que les paroles qui Lui sont dues et quelques vagues murmures de louange. Cela ne serait-il pas sûrement la récompense que Dieu exige de l’homme ?

Bien que de nombreuses déclarations de Dieu aient été exprimées maintenant, la grande majorité des gens sont encore bloqués au stade représenté par « les paroles du Saint-Esprit aux Églises » dans leur connaissance et leur compréhension de Dieu, d’où ils n’ont pas progressé – c’est vraiment un sujet douloureux. Cette partie des « paroles du Saint-Esprit aux Églises » n’est qu’une clé pour ouvrir le cœur humain ; être bloqué ici, c’est manquer d’accomplir l’intention de Dieu. Le but de Dieu en énonçant cette partie de Ses déclarations est seulement de conduire l’humanité de l’ère de la Grâce à l’ère du Règne ; Il ne souhaite nullement que l’humanité reste figée à cette partie de Ses déclarations ou même prenne cette partie de Ses paroles comme une directive, sans quoi les déclarations futures de Dieu ne seraient ni nécessaires ni significatives. Si quelqu’un n’est pas encore capable d’entrer dans ce que Dieu exige que l’homme atteigne dans cette partie de Ses déclarations, alors l’entrée de cette personne demeure inconnue. Cette partie des déclarations de Dieu constitue l’exigence la plus fondamentale que Dieu fait à l’homme à l’ère du Règne, et c’est le seul moyen par lequel l’humanité entrera dans la bonne voie. Si tu es une personne qui ne comprend rien, alors il vaut mieux commencer par lire les paroles dans cette partie !

Note de bas de page :

a. Le texte original omet : « les différentes catégories d’ ».

Précédent:Chapitre 47

Suivant:Chapitre 1

Vous aimerez peut-être également