L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La Parole apparaît dans la chair

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

Pratique (7)

Votre humanité fait trop défaut, votre mode de vie est trop abject et dégradant, vous n’avez pas d’humanité et vous manquez de perspicacité. C’est pourquoi vous devez vous munir des choses propres à une humanité convenable. Avoir une conscience, de la rationalité et de la perspicacité, savoir comment parler et considérer les choses, prêter attention à la pureté, agir comme un être humain convenable : toutes ces choses sont les savoir-faire d’une humanité convenable. Quand vous les ferez convenablement, votre humanité sera considérée comme étant à la hauteur. L’autre aspect, c’est que vous devez vous munir de la vie spirituelle. Vous devez connaître l’intégralité de l’œuvre de Dieu sur terre et avoir l’expérience de Ses paroles. Tu devrais savoir comment obéir à Ses arrangements et comment remplir le devoir d’un être créé. Ce sont les deux aspects dans lesquels tu devrais entrer aujourd’hui. L’un des aspects consiste à t’équiper pour la vie de l’humanité et l’autre aspect, c’est la pratique qui concerne la vie spirituelle – et les deux sont indispensables.

Certaines personnes sont absurdes et ne savent se munir que d’aspects concernant l’humanité. Aucune faute ne peut être décelée dans leur apparence, les choses qu’elles disent et leur manière de parler sont appropriées et leurs vêtements sont dignes et convenables. Mais elles n’ont rien à l’intérieur d’elles ; elles ne possèdent une humanité correcte qu’à l’extérieur. Certains se concentrent seulement sur quoi manger, quoi porter comme vêtements et quoi dire. Certains même se concentrent exclusivement sur le fait de balayer le sol, de faire le lit et de nettoyer. Ils sont bien entraînés dans toutes ces choses, mais quand on leur demande de parler de leur connaissance de l’œuvre de Dieu des derniers jours ou du jugement, du châtiment, de l’épurement et des épreuves, alors ils n’ont même pas la moindre expérience de telles choses. Si on leur demande : « Comprenez-vous l’œuvre première que Dieu fait sur terre ? Quelle est la différence entre l’œuvre de Dieu devenu chair aujourd’hui et l’œuvre de Jésus ? Et en quoi est-elle différente de l’œuvre de l’Éternel ? Sont-Ils un seul Dieu ? Est-Il venu pour mettre un terme à l’ère ou pour sauver l’humanité ? », ils n’auront rien à dire sur ces choses-là. Certains, superficiellement, sont joliment parés : les sœurs se font aussi belles qu’une fleur et les frères ressemblent à des princes ou à quelque riche et jeune dandy. Ils ne se préoccupent que des choses qu’ils mangent et portent extérieurement ; à l’intérieur, ils sont démunis et n’ont pas la moindre connaissance de Dieu. Quel est l’intérêt ? Et puis il y en a qui sont habillés avec négligence, comme des mendiants : ils ressemblent vraiment à des esclaves orientaux ! Ne comprenez-vous vraiment pas ce que J’exige de vous ? Communiez entre vous : qu’avez-vous véritablement gagné ? Vous croyez en Dieu depuis toutes ces années, et c’est tout ce que vous avez récolté : ne vous sentez-vous pas gênés ? N’avez-vous pas honte ? Vous avez poursuivi sur le vrai chemin pendant toutes ces années, mais aujourd’hui, votre stature est encore plus petite que celle d’un moineau ! Regardez les jeunes femmes parmi vous, maquillées pour être belles comme des fleurs, se comparant les unes aux autres. Que comparez-vous ? N’est-ce pas le plaisir ? Et les réclamations que vous faites ? Croyez-vous que je sois venu pour recruter des modèles ? Vous n’avez aucune honte ! Où est votre vie ? Vos quêtes ne sont-elles pas ces désirs excessifs que vous avez ? Tu te crois tellement jolie. Tu as beau être habillée à la perfection, n’es-tu pas un ver frétillant qui est né sur le tas de fumier ? Aujourd’hui, tu as la chance de profiter de ces bénédictions célestes parce que Dieu fait une exception en t’élevant, et non à cause de ton beau visage. N’es-tu toujours pas au clair sur l’endroit d’où tu es venu ? À l’évocation de la vie, tu fermes la bouche et ne dis rien, tu es bête comme une oie, mais tu as quand même l’audace de te mettre sur ton trente-et-un ! Tu penses encore à t’appliquer du fard et de la poudre sur le visage ! Et regardez les playboys parmi vous : ils sont tellement rebelles, ils passent la journée entière à traîner, une expression nonchalante sur leur visage, et ils se comportent mal partout où ils vont. Ressemblent-ils un tant soit peu à un humain ? À quoi chacun d’entre vous, qu’il soit homme ou femme, consacre-t-il son attention toute la journée ? Savez-vous de qui vous dépendez pour vous nourrir ? Regarde tes habits, regarde dans tes mains ce que tu as récolté, frotte-toi le ventre : quel est le fruit tiré du prix du sang et de la sueur que tu as payé au long de toutes ces années de foi ? Tu songes encore à aller faire du tourisme, tu songes encore à parer ta chair qui sent mauvais : quelle valeur y a-t-il là-dedans ? On te demande d’être quelqu’un de convenable, mais aujourd’hui, non seulement tu n’es pas convenable, tu es l’inverse. Comment une telle personne peut-elle avoir l’insolence de venir devant Moi ? Avec une humanité pareille, à faire l’étalage de tes charmes et à exhiber ta chair, à toujours vivre dans les désirs de la chair, n’es-tu pas le descendant de démons impurs et d’esprits mauvais ? Je ne permettrai pas à un tel démon impur de demeurer longtemps ! Et ne va pas croire que j’ignore ce que tu penses dans ton cœur. Tu tiens peut-être strictement ton désir et ta chair en bride, mais ne pourrais-je pas connaître les pensées de ton cœur et tout ce que convoitent tes yeux ? Jeunes femmes, ne vous faites-vous pas belles comme une fleur en vue d’exhiber votre chair ? De quel profit vous sont les hommes ? Peuvent-ils vraiment vous sauver de la mer d’affliction ? Et vous, playboys tout habillés pour vous faire passer pour des gentlemen distingués, n’est-ce pas en vue d’exhiber vos quelques « attraits » ? Et pour qui faites-vous cela ? De quel profit vous sont les femmes ? Ne sont-elles pas la source de votre péché ? À vous, hommes et femmes, J’ai dit de nombreuses paroles, mais vous n’en avez respecté que quelques-unes. Vos oreilles sont lourdes, vos yeux ont décliné et votre cœur est endurci au point qu’il n’y a rien que du désir dans votre corps ; vous y êtes pris au piège, incapables d’en réchapper. Qui voudrait s’approcher de vous, vers grouillant dans la poussière et dans la crasse ? N’oubliez pas que vous n’êtes rien de plus que ceux que J’ai élevés du tas de fumier, qu’à l’origine, vous ne possédiez pas d’humanité convenable. Ce que Je demande de vous, c’est l’humanité convenable que vous ne possédiez pas à l’origine ; Je ne vous demande pas d’exhiber votre désir ou de donner libre cours à votre chair rance, qui a été entraînée par le diable pendant tant d’années. Quand vous mettez ainsi de beaux habits, ne craignez-vous pas d’être encore plus profondément pris au piège ? Ne savez-vous pas qu’à l’origine, vous étiez du péché ? Ne savez-vous pas que votre corps est plein de désir ? C’en est au point que votre désir suinte de vos vêtements, révélant vos états comme étant insupportablement affreux, démons impurs. N’êtes-vous pas ceux qui sont le plus au clair là-dessus ? Votre cœur, vos yeux, vos lèvres n’ont-ils pas été souillés par des démons impurs ? Ne sont-ils pas impurs ? Crois-tu que tant que tu ne fais rien d’immoral[a], tu es le plus saint ? Crois-tu qu’en t’habillant bien, tu peux couvrir ton âme sordide ? Il n’y a aucune chance pour cela ! Je vous conseille d’être plus réalistes : ne soyez pas malhonnêtes et faux et ne vous exhibez pas. Vous faites parade de votre désir les uns aux autres, mais tout ce que vous obtenez, c’est une souffrance infinie et un châtiment impitoyable ! Quel besoin avez-vous de vous faire de l’œil les uns les autres et d’être amoureux ? Est-ce là votre droiture ? Cela vous rend-il intègres ? Je déteste ceux qui, parmi vous, pratiquent une médecine mauvaise et s’adonnent à la sorcellerie ; Je déteste les jeunes hommes et les jeunes femmes qui, parmi vous, aiment leur propre chair. Vous feriez mieux de vous restreindre parce qu’il est maintenant exigé de toi que tu possèdes une humanité convenable, et non que tu fasses l’étalage de ton désir. Vous tirez toujours avantage de chaque occasion, car votre chair est trop abondante et votre désir, trop grand !

Ta vie extérieure d’être humain est très bien arrangée, mais quand on te demande de parler de la connaissance de la vie, tu n’as rien à dire et, en cela, tu es appauvri. Tu dois te munir de la vérité ! Ta vie d’être humain a changé et s’est améliorée, et la vie à l’intérieur de toi changera aussi : changeant tes pensées et transformant tes opinions sur la croyance en Dieu, changeant la connaissance et le raisonnement qui sont en toi et changeant la connaissance de Dieu au sein de tes conceptions. À travers le fait d’être traité, les révélations et la subsistance, tu changes graduellement la connaissance que tu as de toi-même, de la vie humaine et de la croyance en Dieu, permettant à ta connaissance de se purifier. De cette manière, les pensées à l’intérieur de l’homme changeront, la façon dont il voit les choses changera et sa perspective mentale changera. Cela seul est un changement dans le tempérament de vie. On ne te demande pas de passer la journée entière à lire des livres ou à faire la lessive et le ménage. Naturellement, il ne doit pas y avoir de problèmes avec ton humanité convenable : c’est le minimum requis. En plus, quand tu t’occupes d’affaires extérieures, tu dois malgré tout avoir une certaine perspicacité et une certaine rationalité, mais le plus important, c’est que tu sois muni de la vérité de la vie. Quand tu t’équipes au sujet de la vie, tu dois te concentrer sur le fait de manger et de boire les paroles de Dieu, tu dois être capable de discuter de la connaissance de Dieu, de la vie humaine et, en particulier, de ta connaissance de l’œuvre accomplie par Dieu pendant les derniers jours. Puisque tu recherches la vie, tu dois te munir de ces choses. Quand tu manges et bois les paroles de Dieu, tu dois mesurer ton propre état réel par rapport à elles. C’est-à-dire qu’après avoir découvert les défauts en toi pendant tes véritables expériences, tu dois être capable de trouver un chemin de pratique et de tourner le dos à tes motivations et à tes notions incorrectes. Si en cela, tu t’efforces toujours avec ardeur et que tu mets toujours du cœur à ces choses, tu auras un chemin à suivre, tu ne te sentiras pas vide et, ainsi, tu seras capable de maintenir un état convenable. Alors seulement, tu seras quelqu’un qui porte un fardeau dans ta propre vie, et alors seulement, tu seras quelqu’un qui a la foi. Pourquoi, après avoir lu les paroles de Dieu, certaines personnes sont-elles incapables de les mettre en pratique ? N’est-ce pas parce qu’elles ne peuvent pas saisir ce qui est crucial ? N’est-ce pas parce qu’elles jouent avec la vie ? Qu’elles ne puissent pas saisir ce qui est crucial et n’aient pas de chemin de pratique s’explique par le fait qu’elles sont incapables de mesurer leur propre état par rapport aux paroles de Dieu et sont incapables de maîtriser leur propre état quand elles les lisent. Certaines personnes disent : « J’ai mesuré mon état par rapport aux paroles de Dieu quand je les ai lues, je sais aussi que je suis corrompu et de calibre médiocre, mais je suis incapable de satisfaire la volonté de Dieu. » Tu n’as fait qu’effleurer la surface ; quant à savoir comment mettre de côté les plaisirs de la chair, comment mettre de côté la suffisance, comment te changer, comment entrer dans ces choses, comment améliorer ton calibre, par quel aspect commencer : tout cela, ce sont des choses que tu ignores. Tu ne saisis qu’un petit nombre de choses extérieures, tu sais seulement que tu es vraiment très corrompu. Quand tu rencontres tes frères et sœurs, tu discutes de la manière dont tu es corrompu, et il semble que tu te connaisses et que tu portes un grand fardeau pour ta vie. En fait, ton tempérament corrompu n’a pas changé, ce qui prouve que tu n’as pas trouvé le chemin de la pratique. Si tu diriges une église, tu devrais être capable de saisir et de pointer du doigt l’état des frères et sœurs. Si tout ce que tu dis, c’est : « Vous êtes désobéissants ! Rétrogrades ! », cela fait-il l’affaire ? En ce qui concerne la manière dont ils sont désobéissants et rétrogrades, tu dois parler de leurs manifestations spécifiques – c’est-à-dire que tu dois parler de leurs états désobéissants, de leurs comportements désobéissants et de leurs tempéraments sataniques –, de sorte qu’ils soient complètement convaincus. Si tu peux présenter des faits et donner des exemples pour expliquer le problème, et si tu peux aussi parler de la manière de se dégager effectivement des comportements rebelles et indiquer le chemin de la pratique, alors seulement tu peux les convaincre. Seule une personne comme cela peut diriger les autres et possède la réalité de la vérité.

À présent, une bonne quantité de partage et de subsistance de beaucoup de vérités vous a été donnée. Mais tu dois faire le lien : tu devrais être capable de conclure combien il y a de vérités. Les divers aspects de l’humanité convenable que l’on devrait posséder, les aspects principaux des changements du tempérament de vie, l’approfondissement des visions, lesquels des moyens erronés de connaître et d’expérimenter des gens à travers les âges tu en es venu à comprendre : tu ne seras entré sur le bon chemin que lorsque tu seras toi-même capable de différentier et de connaître ces choses. Les gens de la religion vénèrent la Bible comme si c’était Dieu. En particulier, ils considèrent les quatre évangiles du Nouveau Testament comme les quatre faces de Jésus. Il y a aussi le discours sur la Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ce sont les choses les plus absurdes de toutes. Vous devez tous les percer à jour et vous devez surtout connaître l’essence de Dieu fait chair et l’œuvre des derniers jours. Il y a aussi ces vieilles méthodes de pratiques : vivre dans l’esprit, être rempli du Saint-Esprit, être résigné à tout ce qui survient, se soumettre à l’autorité. Vous devez aussi connaître ces idées fausses et ces déviations liées à la pratique ; vous devriez savoir comment les gens pratiquaient avant et comment les gens pratiquent aujourd’hui. Comment les dirigeants et les ouvriers devraient coopérer les uns avec les autres dans les églises, comment mettre de côté la suffisance et ne pas être condescendant, comment les frères et sœurs devraient vivre les uns à côté des autres, comment établir des relations convenables avec les autres et avec Dieu, comment réaliser la droiture dans la vie humaine, ce que les gens devraient posséder dans leur vie spirituelle, comment ils devraient manger et boire les paroles de Dieu, quelles paroles de Dieu sont en rapport avec la connaissance, lesquelles concernent les visions et lesquelles sont liées au chemin de la pratique : toutes ces choses n’ont-elles pas été abordées ? Ces paroles sont ouvertes à ceux qui recherchent la vérité, et personne ne reçoit de traitement de faveur. Aujourd’hui, vous devriez cultiver la capacité de vivre de manière indépendante. Ne vous en tenez pas toujours à une mentalité de dépendance ; à l’avenir, quand il n’y aura personne pour vous guider, tu penseras à ces paroles qui sont les Miennes. Dans les périodes de tribulations, il n’est pas possible de mener la vie de l’église : les frères et sœurs sont incapables de se rencontrer les uns les autres, la plupart d’entre eux vivent seuls et, au mieux, sont seulement capables de communier avec les autres personnes de la zone. Votre stature actuelle est donc tout simplement inadéquate. Au milieu des tribulations, beaucoup trouveront cela difficile de tenir ferme. Seuls ceux qui connaissent le chemin de la vie et sont munis d’une part suffisante de la vérité sont capables de continuer à progresser et réussissent à être graduellement purifiés et transformés. Subir des tribulations n’est pas facile du tout ; si tu crois qu’il ne faut que quelques jours pour en venir à bout, tu es très simpliste dans ton raisonnement ! Tu penses que tu seras capable de tenir ferme rien qu’en comprenant de nombreuses doctrines, mais ce n’est pas le cas ! Si tu ne reconnais pas les choses essentielles dans les paroles de Dieu, es incapable de saisir ce qui est crucial dans la vérité et n’as pas de chemin de pratique, alors quand viendra l’heure et qu’il t’arrivera quelque chose, tu seras déconcerté. Tu n’arriveras pas à supporter la tentation de Satan et tu ne résisteras pas non plus à la survenue de l’épuration. S’il n’y a aucune vérité en toi et que les visions te font défaut, alors, quand viendra l’heure, tu seras incapable d’éviter de t’effondrer. Tu abandonneras tout espoir et diras : « Bon, de toute façon, je vais mourir, alors autant être châtié jusqu’au bout ! Que ce soit le châtiment ou l’étang de feu, qu’il en soit ainsi : je prendrai les choses comme elles viennent ! » C’est comme à l’époque des exécutants : certaines personnes pensaient que puisque de toute façon elles étaient des exécutantes, elles n’avaient plus à rechercher la vie. Elles fumaient et buvaient, satisfaisaient leur chair ; elles ne s’arrêtaient à rien. Certaines retournaient simplement dans le monde pour travailler. Il en va de même aussi quand l’environnement est hostile ; si tu es incapable de le surmonter, tu abandonneras tout espoir dès que tu te laisseras un peu aller. Si tu ne peux pas surmonter l’influence de Satan, tu seras fait prisonnier par Satan plus vite que tu ne le penses et seras à nouveau voué à la destruction. Et donc, aujourd’hui, tu dois te munir de la vérité, tu dois être capable de vivre de manière indépendante et, quand tu lis les paroles de Dieu, tu dois être capable de chercher un chemin de pratique. S’il n’y avait aucun dirigeant ou ouvrier pour t’abreuver et te paître, tu devrais quand même avoir un chemin à suivre, tu devrais être capable de trouver tes défauts et de trouver les vérités dont il faudrait te munir et qu’il faudrait mettre en pratique. Dieu pourrait-Il à jamais accompagner l’homme après être venu sur terre ? Les croyances de certaines personnes au sein de leurs notions sont : Dieu, si Tu ne nous façonnes pas jusqu’à un certain point, Ton œuvre ne peut pas être considérée comme achevée, car Satan T’accuse. Je te le dis, une fois que j’aurai fini de prononcer Mes paroles, ce sera l’achèvement de Mon œuvre couronnée de succès. Tant que Mes déclarations auront pris fin, Mon œuvre aura été achevée. La fin de Mon œuvre est la preuve de la défaite de Satan et, en tant que telle, on peut dire qu’elle a été accomplie avec succès, sans aucune accusation de Satan. Mais quand Mon œuvre prend fin, s’il n’y a toujours aucun changement en vous, alors les gens comme vous ne peuvent être sauvés et seront éliminés. Je ne ferai pas plus d’œuvre que nécessaire. Il n’est pas vrai que je finirai Mon œuvre sur terre seulement quand vous aurez été conquis jusqu’à un certain point, quand vous aurez tous une connaissance limpide de tous les aspects de la vérité, que votre calibre se sera amélioré et que vous porterez témoignage à l’intérieur comme à l’extérieur. Ce serait impossible ! Aujourd’hui, l’œuvre que je fais en vous vise à vous conduire pour que vous entriez dans une vie d’humanité convenable ; c’est l’œuvre consistant à inaugurer une nouvelle ère et à conduire l’humanité pour qu’elle entre dans la vie de la nouvelle ère. Cette œuvre qui se fait étape par étape est menée à bien et avance directement parmi vous : Je vous instruis face à face, vous prenant par la main ; Je vous dis tout ce que vous ne comprenez pas, vous accordant tout ce qui vous fait défaut. On peut dire que, pour vous, toute cette œuvre est la provision de la vie et qu’elle vous guide dans une vie d’humanité convenable ; elle sert exclusivement à fournir la subsistance pour la vie d’un groupe de personnes pendant les derniers jours. Pour Moi, toute cette œuvre vise à mettre fin à l’ancienne ère et à inaugurer une nouvelle ère ; quant à Satan, Je suis devenu chair simplement pour le vaincre. L’œuvre que je fais parmi vous maintenant, c’est votre subsistance pour aujourd’hui et le salut opportun, mais pendant ces quelques courtes années, Je vous dirai toutes les vérités, le chemin de la vie et même l’œuvre de l’avenir, et ce sera suffisant pour que vous expérimentiez correctement à l’avenir. Toutes les paroles que Je prononce sont Ma seule exhortation pour vous. Je ne fais pas d’autre exhortation ; aujourd’hui, toutes les paroles que Je vous dis sont Mon exhortation pour vous, car aujourd’hui, vous n’avez aucune expérience de nombreuses paroles que Je prononce et ne comprenez pas le sens interne de ces paroles. Un jour, vos expériences se réaliseront de la manière exacte dont J’ai parlé aujourd’hui. Ces paroles sont vos visions d’aujourd’hui et sont ce dont vous dépendrez à l’avenir ; elles sont la subsistance de la vie aujourd’hui et l’exhortation pour l’avenir : il n’y a pas de meilleure exhortation. C’est parce que le temps que J’ai pour œuvrer sur terre n’est pas aussi long que le temps que vous avez pour faire l’expérience de Mes paroles ; Je complète simplement Mon œuvre, alors que vous recherchez la vie, ce qui entraîne un long voyage de vie. Ce n’est qu’après avoir fait l’expérience de nombreuses choses que vous serez capables de gagner complètement le chemin de la vie ; alors seulement, vous serez capables d’accéder au sens interne des paroles que Je prononce aujourd’hui. Quand vous aurez Mes paroles dans vos mains, quand vous aurez tous reçu tous mes ordres et que Je vous aurai ordonné tout ce que Je dois, indépendamment de l’ampleur de l’effet obtenu, quand l’œuvre des paroles sera arrivée à son terme, la volonté de Dieu aura été menée à bien. Ce n’est pas comme tu l’imagines que tu dois être changé jusqu’à un certain point ; Dieu n’agit pas conformément à tes notions.

La vie des gens ne s’accroît pas en quelques jours seulement. Même s’ils mangent et boivent les paroles de Dieu tous les jours, ce n’est toujours pas suffisant. Ils doivent faire l’expérience d’une période de croissance dans leur vie : c’est un processus indispensable. Avec le calibre qu’ont les gens aujourd’hui, quel niveau peuvent-ils atteindre ? Dieu œuvre en fonction des besoins des gens, formulant des exigences appropriées fondées sur leur calibre inhérent. Suppose que cette œuvre soit menée à bien au sein d’un groupe de gens au calibre élevé : les paroles prononcées seraient plus élevées que celles qui sont parmi vous, les visions seraient plus élevées et les vérités, encore plus élevées. Certaines paroles devraient être plus sévères et plus à même de donner une subsistance à la vie de l’homme et de révéler des mystères. Quand Il parlerait parmi eux, Dieu fournirait une subsistance en fonction de leurs besoins. Les exigences qui vous sont imposées aujourd’hui peuvent être décrites comme les exigences les plus élevées possible qui vous soient imposées ; si cette œuvre était menée à bien chez ceux qui ont un calibre plus élevé, alors les exigences seraient encore plus élevées. Toute l’œuvre de Dieu est menée à bien en fonction du calibre inhérent des gens. Aujourd’hui, les gens ont été changés et conquis au plus haut degré possible. N’utilisez pas vos propres notions pour mesurer les effets de cette étape de l’œuvre. Vous devriez être au clair à propos de ce que vous possédez de manière inhérente et ne devriez pas vous considérer comme trop élevés. À l’origine, aucun d’entre vous ne recherchait la vie ; vous étiez des mendiants qui parcouraient les rues. Que Dieu vous façonne au point que vous imaginez, au point que vous vous prosterniez tous sur le sol, complètement convaincus, comme si vous aviez eu une grande vision : ce serait impossible ! C’est parce qu’aucune personne qui n’a pas vu de signes ne peut croire pleinement les paroles que Je dis. Même si vous les examiniez attentivement, vous ne les croiriez toujours pas complètement ; telle est la nature de l’homme. Chez ceux qui recherchent la vérité, il y aura quelques changements, tandis que la foi initiale de ceux qui ne la recherchent pas diminuera, et pourrait même disparaître. La plus grande difficulté avec vous, c’est que vous ne pouvez pas croire complètement sans avoir vu l’accomplissement des paroles de Dieu, et vous n’êtes pas réconciliés sans avoir vu de signes. Avant de telles choses, qui pourrait être loyal envers Dieu et envers personne d’autre ? Et Je dis donc que ce en quoi vous croyez n’est pas Dieu, mais des signes. J’ai maintenant parlé clairement de divers aspects de la vérité, rendant tous les aspects prêts, et ces vérités sont également à même de se servir mutuellement. Tout ce qu’il faut, c’est que tu les mettes en pratique. Aujourd’hui, Je te montre le chemin et, à l’avenir, tu devrais les mettre en pratique toi-même. Les paroles que Je prononce actuellement formulent auprès des gens des exigences qui reposent sur leurs circonstances réelles et J’œuvre en Me fondant sur leurs besoins et sur les choses qui sont à l’intérieur d’eux. Le Dieu concret est venu sur terre pour faire une œuvre pratique, pour œuvrer selon les circonstances et les besoins réels des gens ; Il n’est pas déraisonnable. Quand Dieu agit, Il ne contraint pas les gens. Par exemple, que tu te maries ou non devrait se baser sur ta propre situation réelle ; la vérité t’a été clairement énoncée et Je ne te restreins pas. Certaines personnes sont opprimées par leur famille au point d’être incapables de croire en Dieu, à moins de se marier : donc le mariage, à l’inverse, les aide. Pour certaines personnes, le mariage n’apporte non seulement aucun bénéfice, mais leur coûte ce qu’elles avaient à l’origine. Cela doit être déterminé par tes circonstances réelles et par ta propre résolution. Je n’invente pas de règles et de règlements à partir desquels Je formulerais des exigences auprès de vous. Beaucoup de gens disent toujours : « Dieu est concret ; Son œuvre est basée sur la réalité et basée sur nos circonstances réelles », mais sais-tu, en fait, ce qui la rend réelle ? Ne dis pas de paroles creuses à longueur de journée ! L’œuvre de Dieu est réelle et basée sur la réalité ; elle ne fait appel à aucune doctrine, elle est entièrement libre et elle est complètement ouverte et sans déguisement. Quels détails ces quelques principes couvrent-ils ? Peux-tu dire à quelle part de l’œuvre de Dieu ils s’appliquent ? Tu dois parler des détails, tu dois avoir fait l’expérience du témoignage et avoir porté témoignage en plusieurs aspects, et ces aspects doivent être particulièrement clairs pour toi, tu les connais et, alors seulement tu seras qualifié pour prononcer ces paroles. Pourrais-tu répondre si quelqu’un te demandait : « Quelle œuvre Dieu incarné a-t-Il faite sur terre pendant les derniers jours ? Pourquoi L’appelez-vous le Dieu concret ? Que sous-entend “concret” ? Peux-tu parler de Son œuvre pratique, de ce qu’elle inclut en particulier ? Jésus était Dieu devenu chair et le Dieu d’aujourd’hui est aussi Dieu devenu chair. Quelles sont les différences entre Eux ? Et quelles sont les ressemblances ? Quelle œuvre chacun d’Eux a-t-Il faite ? » Tout cela concerne le fait de porter témoignage ! Ne sois pas distrait au sujet de ces choses. Il y en a d’autres qui disent : « L’œuvre de Dieu, aujourd’hui, est réelle ; Il n’opère jamais de signes ni de prodiges. » N’opère-t-Il vraiment pas de signes ni de prodiges ? Le sais-tu vraiment ? Sais-tu réellement ce qu’est Mon œuvre ? Il a été dit que signes et prodiges ne seraient pas manifestés, mais l’œuvre qu’Il fait et les paroles qu’Il prononce ne sont-elles pas toutes des signes ? Il a été dit que signes et prodiges ne seraient pas manifestés, mais cela dépend, cela dépend de celui à qui ces paroles ont été dites. Sans aller à l’église, Il a dévoilé l’état des gens, et sans mener à bien aucune autre œuvre que celle qui consiste à parler, Il a incité les gens à avancer : ces choses ne sont-elles pas des signes ? Il a conquis des gens rien qu’en parlant et, privés de perspectives ou d’espérances, les gens continuent de suivre avec joie : ces choses ne sont-elles pas des signes ? Quand Il parle, Ses paroles mettent les gens dans une certaine humeur. S’ils ne se sentent pas joyeux, ils se sentent tristes ; s’ils ne font pas l’objet de l’épuration, ils font l’objet du châtiment. Avec seulement quelques paroles tranchantes, Il inflige le châtiment aux gens : n’est-ce pas surnaturel ? Une personne pourrait-elle faire une chose pareille ? Tu as lu la Bible pendant toutes ces années, mais tu n’as rien compris, n’as rien vu et tu as été incapable de te séparer de ces méthodes de croyance traditionnelles surannées. Tu n’as absolument pas pu comprendre la Bible. Lui, pourtant, peut entièrement comprendre la Bible : n’est-ce pas quelque chose de surnaturel ? S’il n’y avait rien de surnaturel au sujet de Dieu quand Il est venu sur terre, serait-Il capable de vous conquérir ? Sans Son extraordinaire œuvre divine, qui, parmi vous, serait convaincu ? À tes yeux, on dirait qu’une personne normale œuvre et vit avec vous. Il semble avoir l’apparence d’une personne normale et ordinaire ; ce que tu vois, c’est une humanité normale en apparence, mais, en fait, c’est la divinité à l’œuvre. Ce n’est pas l’humanité normale, mais la divinité, Dieu Lui-même, à l’œuvre. C’est simplement qu’Il emploie l’humanité normale pour œuvrer ; par conséquent, Son œuvre est à la fois normale et surnaturelle. L’œuvre qu’Il accomplit ne peut être faite par l’homme. Une œuvre qui est impossible pour des gens normaux est faite par un être extraordinaire. Pourtant, ce qui est extraordinaire, c’est la divinité ; ce n’est pas que l’humanité soit extraordinaire, mais que la divinité est différente de l’humanité. Celui qui est utilisé par le Saint-Esprit tient aussi de l’humanité normale et ordinaire, mais il est incapable d’accomplir cette œuvre. C’est là qu’est la différence. Tu pourrais dire : « Dieu n’est pas un Dieu surnaturel ; Il ne fait rien de surnaturel. Notre Dieu prononce des paroles qui sont concrètes et réelles, Il est allé à l’église pour œuvrer d’une manière réelle et pratique, chaque jour, Il nous parle face à face et, face à face, Il indique nos états : notre Dieu est vraiment réel ! Il vit avec nous, tout à Son sujet est tellement normal ; il n’y a tout simplement rien qui montre qu’Il est Dieu. Il y a même des fois où Il se met en colère, et nous voyons la majesté de Son courroux, et parfois, Il sourit, alors nous observons Son air souriant. Il est le Dieu Lui-même doté d’une silhouette et d’une forme, fait de chair et de sang, qui est véritable et réel. » Quand tu portes témoignage de cette façon, c’est un témoignage incomplet. De quelle aide sera-t-il pour les autres ? Si tu ne peux pas attester l’histoire vraie et l’essence de l’œuvre de Dieu Lui-même, alors cela ne s’appelle pas porter témoignage !

Porter témoignage à Dieu requiert tout d’abord que tu parles de ta connaissance de l’œuvre de Dieu, de la manière dont Dieu conquiert les gens, de la manière dont Il sauve les gens, de la manière dont Il change les gens et de la manière dont Il guide les gens pour qu’ils entrent dans la réalité de la vérité, leur permettant d’être conquis, amenés à la perfection et sauvés par Lui. Porter témoignage veut dire parler de Son œuvre et de tout ce dont tu as fait l’expérience. Seule Son œuvre peut Le représenter et seule Son œuvre peut révéler publiquement Son intégralité ; Son œuvre Lui porte témoignage. Son œuvre et Ses déclarations représentent directement l’Esprit, l’œuvre qu’Il fait est menée à bien par l’Esprit et les paroles qu’Il prononce sont énoncées par l’Esprit. Ces choses sont simplement exprimées à travers la chair incarnée de Dieu ; en fait, elles sont l’expression de l’Esprit. L’œuvre qu’Il accomplit et les paroles qu’Il prononce représentent Son essence. Si, après S’être revêtu de chair et être venu parmi les hommes, Dieu ne parlait pas ou n’œuvrait pas et qu’Il vous demandait ensuite de connaître Sa réalité, Sa normalité et Son omnipotence, en serais-tu capable ? Serais-tu capable de savoir ce qu’est l’essence de l’Esprit ? Serais-tu capable de savoir quels sont les attributs de Sa chair ? C’est uniquement parce que vous avez fait l’expérience de chaque étape de Son œuvre qu’Il vous demande de Lui porter témoignage, et si vous n’en aviez pas fait l’expérience, alors Il n’insisterait pas pour que vous le fassiez. Ainsi, quand tu portes témoignage à Dieu, il ne s’agit pas seulement d’attester Son apparence d’humanité normale, mais aussi l’œuvre qu’Il fait et le chemin qu’Il indique ; il s’agit d’attester la manière dont tu as été conquis par Lui et en quels aspects tu as été amené à la perfection. C’est le genre de témoignage que tu devrais porter. Si, où que tu ailles, tu t’écries : « Notre Dieu est venu œuvrer et Son œuvre est véritablement pratique ! Il nous a gagnés sans rien de surnaturel et sans aucun signe ni aucun prodige ! », d’autres demanderont : « Que veux-tu dire quand tu affirmes qu’Il n’opère pas de signes ni de prodiges ? Il peut te conquérir sans opérer de signes ni de prodiges ? » Et tu réponds : « Il ne fait que parler. Il nous a conquis sans opérer aucun signe ni aucun prodige ; Son œuvre nous a conquis. » À terme, si tu es incapable de dire quoi que ce soit d’essentiel, si tu ne peux pas parler de détails, alors est-ce porter témoignage ? Quand Dieu incarné conquiert des gens, ce sont Ses paroles divines qui conquièrent les gens. L’humanité ne peut pas accomplir cela ; ce n’est pas quelque chose qu’un simple mortel peut réaliser, et même ceux qui font partie des gens normaux au calibre le plus élevé en sont incapables, car Sa divinité est plus élevée que n’importe quel être créé. Pour les gens, c’est extraordinaire ; le Créateur, après tout, est plus élevé que n’importe quel être créé. Les êtres créés ne peuvent être plus élevés que le Créateur ; si tu étais plus élevé que Lui, Il ne serait pas capable de te conquérir : Il ne peut te conquérir que parce qu’Il est plus élevé que toi. Lui, qui peut conquérir tout le genre humain, Il est le Créateur et, à part Lui, personne ne peut accomplir cette œuvre. C’est cela, le témoignage ; c’est le genre de témoignage que tu devrais porter. Tu as fait l’expérience de chaque étape du châtiment, du jugement, de l’épuration, des épreuves, des revers et des tribulations et tu as été conquis ; tu as mis de côté les perspectives de la chair, tes motivations personnelles et les intérêts personnels de la chair. En d’autres termes, ton cœur a été complètement conquis par les paroles de Dieu. Bien que ta vie n’ait pas grandi autant qu’Il le demandait, tu connais toutes ces choses et tu es tout à fait convaincu par ce qu’Il fait : alors, il s’agit de témoignage, et ce témoignage est réel ! L’œuvre que Dieu est venu accomplir (le jugement et le châtiment) vise à conquérir l’homme, mais Il conclut aussi Son œuvre, termine l’ère, réalise le dernier chapitre de Son œuvre. Il termine l’ère entière, sauve tout le genre humain, délivre totalement le genre humain du péché et gagne complètement le genre humain qu’Il a créé. Voilà tout ce dont tu devrais porter témoignage. Tu as fait l’expérience d’une si grande part de l’œuvre de Dieu, tu l’as vue de tes propres yeux et en as personnellement fait l’expérience, alors n’arrive pas tout au bout sans même être capable d’exécuter la fonction que tu devrais. Ce serait tellement dommage ! À l’avenir, quand l’Évangile est propagé, tu devrais être capable de parler de ta propre connaissance, d’attester tout ce que tu as gagné dans ton cœur et de ne t’épargner aucun effort. Voilà ce qui devrait être atteint par un être créé. Quelle est en fait la signification de cette étape de l’œuvre de Dieu ? Quel effet a-t-elle ? Et quelle en est la proportion menée à bien en l’homme ? Que devraient faire les gens ? Quand vous pourrez parler clairement de toute l’œuvre accomplie par Dieu incarné depuis Sa venue sur terre, alors votre témoignage sera complet. Quand tu pourras parler clairement de ces cinq choses – la signification, le contenu, l’essence de Son œuvre, Son tempérament représenté par elle et les principes de Son œuvre –, alors cela démontrera que tu es capable de porter témoignage à Dieu et que tu es véritablement en possession de la connaissance. Ce que J’exige de vous n’est pas très élevé : c’est accessible à tous ceux qui sont véritablement en recherche. Si tu es résolu à être l’un des témoins de Dieu, tu dois comprendre ce que Dieu déteste et ce que Dieu aime. Tu as fait l’expérience de la majeure partie de Son œuvre et, à travers cette œuvre, tu dois arriver à connaître Son tempérament, à comprendre Sa volonté et Ses exigences vis-à-vis de l’humanité et à utiliser cela pour témoigner de Lui et accomplir ton devoir. Tu dis peut-être seulement ceci : « Nous connaissons Dieu ; Son jugement et Son châtiment sont très sévères. Ses paroles sont très strictes, elles sont justes et majestueuses et ne sauraient être offensées par aucun homme. » Mais, à terme, fournissent-elles à l’homme de quoi survivre ? Quel effet ont-elles chez les hommes ? Sais-tu vraiment que l’œuvre du jugement et du châtiment est bonne ? Le jugement et le châtiment de Dieu sont-ils capables de révéler ton tempérament ? Sont-ils capables de révéler ta désobéissance ? Sont-ils capables de rejeter ces choses à l’intérieur de toi ? Que deviendrais-tu sans le jugement et le châtiment ? Reconnais-tu vraiment comment au juste tu as été corrompu par Satan ? Tout cela, c’est ce dont vous devriez vous munir et ce que vous devriez connaître aujourd’hui.

La foi en Dieu aujourd’hui n’est pas le genre de foi qui existe dans votre imagination, dans laquelle il vous faut seulement lire les paroles de Dieu, prier, chanter, danser, accomplir votre devoir et mener une vie d’humanité convenable. Les choses pourraient-elles être aussi simples ? Ce qui est crucial, c’est l’effet : pas le nombre de choses que tu fais, mais la manière dont tu peux, de fait, obtenir le meilleur effet. Tu es peut-être capable de parler d’un peu de connaissance quand tu tiens un livre dans ta main, mais dès que tu le poses, tu n’as rien à dire. Cela montre que tu es seulement capable d’énoncer des paroles et des doctrines et qu’il te manque la connaissance de l’expérience. Aujourd’hui, tu dois saisir ce qui est essentiel : c’est une partie cruciale de l’entrée dans la réalité ! Commence par l’entraînement suivant : lis d’abord les paroles de Dieu, comprends-en les termes spirituels, trouves-y les visions clés, identifie les parties qui relèvent de la pratique, assemble-les toutes une par une et entre en elles au cours de tes expériences. Ce sont les choses essentielles que tu dois saisir. La pratique la plus cruciale quand tu manges et bois les paroles de Dieu, c’est d’être capable, après avoir lu un chapitre des paroles de Dieu, de situer les parties clés concernant les visions, et aussi d’être capable de situer les parties clés qui relèvent de la pratique, en utilisant les visions comme fondement et la pratique comme guide dans ta vie. C’est ce qui vous manque le plus, et c’est aussi votre plus grande difficulté ; dans votre cœur, vous y prêtez rarement attention. Vous existez tous généralement dans ce genre d’état : paresseux, démotivé, peu enclin à payer un prix, ou tout bonnement dans une attente passive. Certaines personnes vont jusqu’à se plaindre ; elles ne comprennent pas les objectifs et la signification de l’œuvre de Dieu et il leur est difficile de rechercher la vérité. De telles personnes détestent la vérité et finiront par être éliminées. Aucune d’entre elles ne peut être amenée à la perfection et aucune ne peut rester. Si les gens n’ont pas un petit peu de résolution pour résister aux forces de Satan, il n’y a plus d’espoir pour eux !

Désormais, la question de savoir si votre recherche a été efficace se mesure à partir de ce que vous possédez en ce moment. C’est ce qui est utilisé pour déterminer votre fin, ce qui veut dire que votre fin est révélée par le prix que vous avez payé et les choses que vous avez faites. Votre fin sera révélée par votre recherche, votre foi et ce que vous avez fait. Parmi vous tous, il y en a beaucoup qui ne pourront déjà plus être sauvés, car aujourd’hui, c’est le temps de la révélation de la fin des gens et Je n’œuvrerai pas bêtement ; Je ne conduirai pas à l’ère suivante ceux qui ne peuvent absolument pas être sauvés. Il y aura un temps où Mon œuvre prendra fin. Je n’œuvrerai pas sur ces cadavres fétides, dépourvus d’esprit, qui ne peuvent pas être sauvés du tout ; c’est maintenant le temps des derniers jours du salut de l’homme et Je n’accomplirai pas d’œuvre qui ne sert à rien. Ne peste pas contre le ciel et la terre ; la fin du monde approche et elle est inévitable. Les choses en sont arrivées à ce point et il n’y a rien qu’en tant qu’homme, tu puisses faire pour les arrêter ; tu ne peux pas les changer à volonté. Hier, tu n’as pas payé le prix pour rechercher la vérité et tu n’as pas été loyal. Aujourd’hui, l’heure est venue, tu ne peux plus être sauvé, et demain, tu seras éliminé. Il n’y a pas de marge de manœuvre pour que tu sois sauvé. Bien que Mon cœur soit doux et que Je fasse tout Mon possible pour te sauver, si tu ne luttes pas ou ne t’accordes aucune pensée, en quoi cela Me concerne-t-il ? Ceux qui ne pensent qu’à leur chair et aiment le confort, ceux dont la foi est ambiguë, ceux qui s’adonnent à une médecine mauvaise et à la sorcellerie, ceux qui se livrent à la débauche et qui sont en loques et en lambeaux, ceux qui volent des sacrifices et des biens à l’Éternel, ceux qui aiment les pots-de-vin, ceux qui rêvent oisivement d’aller au ciel, ceux qui sont arrogants et vaniteux et qui ne s’efforcent d’atteindre que la renommée et la fortune, ceux qui répandent des paroles insolentes, ceux qui blasphèment contre Dieu Lui-même, ceux qui ne font rien d’autre que de prononcer des jugements contre Dieu Lui-même et Le calomnier, ceux qui s’allient à d’autres et tentent de former un groupe indépendant, ceux qui s’élèvent au-dessus de Dieu, ces jeunes hommes et femmes frivoles et ces hommes et ces femmes d’âge moyen et d’âge mûr qui sont pris au piège du libertinage, ces hommes et ces femmes qui profitent d’une renommée et d’une fortune personnelles et recherchent un statut personnel parmi les autres, ces impénitents qui sont prisonniers du péché : ne sont-ils pas tous impossibles à sauver ? Le libertinage, le péché, la médecine mauvaise, la sorcellerie, l’obscénité et les paroles insolentes se déchaînent parmi vous tandis que les paroles de vérité et de vie sont piétinées parmi vous et le langage sacré est profané parmi vous. Bande de païens bouffis de crasse et de désobéissance ! Où finirez-vous ? Comment ceux qui aiment la chair, qui commettent des actes charnels mauvais et qui sont pris au piège de péchés impudiques osent-ils avoir le visage de continuer à vivre ? Ne sais-tu pas que les gens comme vous sont des vers qui ne peuvent plus être sauvés ? Qu’est-ce qui vous donne le droit d’exiger ceci et cela ? À ce jour, il n’y a pas eu le moindre changement chez ceux qui n’aiment pas la vérité et n’aiment que la chair, alors comment de telles personnes peuvent-elles être sauvées ? Même aujourd’hui, ceux qui n’aiment pas le chemin de la vie, qui n’exaltent pas Dieu et ne Lui portent pas témoignage, qui manigancent pour le bien de leur propre statut, qui se vantent : ne sont-ils pas toujours pareils ? Quelle valeur y a-t-il à les sauver ? La question de savoir si tu peux être sauvé ne dépend pas de tes compétences ou du nombre d’années que tu as travaillé, encore moins du nombre de certificats que tu as. Elle dépend du fait que ta recherche ait porté du fruit ou pas. Tu devrais savoir que ceux qui sont sauvés sont les « arbres » qui portent des fruits, pas les arbres au feuillage luxuriant et aux fleurs abondantes qui ne donnent aucun fruit. Même si tu as passé de nombreuses années à parcourir les rues, qu’est-ce que cela change ? Où est ton témoignage ? Ta vénération pour Dieu est bien moindre que l’amour que tu te portes à toi-même et que tes désirs lubriques : quelqu’un comme cela n’est-il pas un dégénéré ? Comment pourrait-il être un exemple et un modèle de salut ? Ta nature est immuable, tu es trop rebelle, tu ne peux pas être sauvé ! Ne sont-ils pas le genre de personnes qui sera éliminé ? Le temps où Mon œuvre se termine n’est-il pas le temps de l’arrivée de ton dernier jour ? J’ai accompli une si grande œuvre et prononcé tellement de paroles parmi vous : quelle proportion vous est entrée dans les oreilles ? À quelle proportion avez-vous jamais obéi ? Quand Mon œuvre prendra fin, ce sera aussi le moment où tu cesseras de t’opposer à Moi et de Me résister. Pendant la période de Mon œuvre, vous agissez toujours contre Moi ; vous ne respectez jamais Mes paroles. Je fais Mon œuvre et tu fais ton propre « travail », tu fabriques ton propre petit royaume. Bande de renards et de chiens, tout ce que vous faites est contre Moi ! Vous essayez sans arrêt d’amener dans votre étreinte ceux qui n’aiment que vous : où est votre vénération ? Tout ce que vous faites est malhonnête ! Vous n’avez aucune obéissance ni vénération : tout ce que vous faites est malhonnête et blasphématoire ! De telles personnes peuvent-elles être sauvées ? Pour leur propre plaisir, les hommes lascifs et sexuellement immoraux veulent toujours attirer à eux des filles de joie aguicheuses. Il est hors de question que Je sauve de tels démons sexuellement immoraux. Je vous hais, démons impurs, votre lubricité et vos traits aguicheurs vous précipiteront en enfer : qu’avez-vous à dire pour votre défense ? Démons impurs, esprits mauvais, vous êtes tellement répugnants ! Vous êtes abjects ! Comment de tels déchets pourraient-ils être sauvés ? Ceux qui sont pris au piège du péché pourraient-ils encore être sauvés ? Aujourd’hui, cette vérité, ce chemin et cette vie n’exercent aucune attraction sur vous ; vous êtes attirés par le péché, l’argent, la réputation, la renommée et le gain, les plaisirs de la chair, l’élégance des hommes et la coquetterie des femmes. Qu’est-ce qui vous donne le droit d’entrer dans Mon royaume ? Votre image est encore plus splendide que celle de Dieu, votre statut est plus élevé que celui de Dieu, sans parler de votre prestige parmi les hommes : vous êtes devenus une idole que les gens vénèrent. N’es-tu pas devenu l’archange ? Quand la fin des hommes sera révélée, ce qui sera aussi le moment où l’œuvre du salut touchera à sa fin, beaucoup, parmi vous, seront des cadavres impossibles à sauver et qui devront être éliminés. Pendant l’œuvre du salut, Je suis gentil et bon envers tous les hommes. Quand l’œuvre se conclura, la fin des différents types de personnes sera révélée et, à ce moment-là, Je ne serai plus gentil et bon, car la fin des personnes aura été révélée, chacun aura été classé selon son espèce et ce ne sera pas la peine d’œuvrer davantage pour le salut. C’est purement parce que l’ère du salut sera passée ; à partir du moment où elle sera passée, elle ne reviendra pas.

Note de bas de page :

a. Le texte original ne contient pas le mot « immoral ».

Précédent : Pratique (6)

Suivant : Pourquoi ne voulez-vous pas être un faire-valoir ?

Contenu connexe

  • Hymne du royaume

    Les peuples M’acclament, les peuples Me louent ; toutes les bouches prononcent le nom du seul vrai Dieu, tous les peuples lèvent les yeux pour contemp…

  • Au sujet de la Bible (4)

    Beaucoup de gens croient que comprendre et interpréter de la Bible équivaut à trouver le vrai chemin, mais, est-ce vraiment si simple en fait ? Person…

  • Ce n’est qu’en aimant Dieu que l’on croit vraiment en Dieu

    Aujourd’hui, alors que vous cherchez à aimer et à connaitre Dieu, dans un certain aspect vous devez endurer difficulté et raffinement, et, dans un aut…

  • Chapitre 25

    Le temps passe, et en un clin d’œil, ce jour est arrivé. Sous la conduite de Mon Esprit, tous les gens vivent au milieu de Ma lumière, et personne ne …