Paroles de Dieu quotidiennes | « Comment discerner la nature et l'essence de Paul » | Extrait 472

Dieu t'expose à toutes sortes de tempêtes, d'épreuves, de difficultés, ainsi qu'à de nombreux revers et échecs, de sorte qu'au bout du compte, et au fur et à mesure que tu fais l'expérience de ces choses-là, tu en viens à découvrir que tout ce que Dieu dit est vrai, et que tes croyances, tes opinions, tes représentations imaginaires, tes connaissances, tes théories philosophiques, tes philosophies, ce que tu as appris en ce monde et ce que t'ont enseigné tes parents, que tout cela est faux. Tout cela ne peut te mettre sur le droit chemin de la vie, tout cela ne peut te permettre d'accéder à la vérité et de venir à Dieu, et le chemin que tu suis est le chemin de l'échec. Voilà ce dont Dieu te fera finalement prendre conscience. C'est un processus qui t'est nécessaire et ce que tu gagneras en faisant l'expérience du salut. Pourtant, cela attriste aussi Dieu : c'est parce que les gens sont rebelles et qu'ils font preuve de tempéraments corrompus qu'ils doivent passer par ce processus et affronter ces revers. Mais quant à ceux qui aiment réellement la vérité, qui souhaitent réellement être sauvés par Dieu, qui se montrent disposés à accepter les différentes méthodes du salut de Dieu – par exemple les épreuves, la discipline, le jugement et le châtiment –, ceux qui se montrent déterminés à souffrir de la sorte et sont prêts à payer ce prix, Dieu ne souhaite pas en fait que ces gens aient à affronter trop de difficultés, et Il ne leur souhaite pas non plus tant de revers et d'échecs à essuyer. Mais les gens sont trop rebelles. Ils veulent suivre le mauvais chemin, ils sont prêts à subir ces difficultés. Voilà ce qu'est l'homme, et Dieu n'a d'autre choix que de livrer les gens à Satan et de les placer dans diverses situations pour constamment les tempérer, afin qu'ils accumulent toutes sortes d'expériences, qu'ils tirent diverses leçons de ces situations et qu'ils reconnaissent l'essence de toutes sortes de choses mauvaises. Après quoi, rétrospectivement, ils découvrent que les paroles de Dieu sont la vérité, ils reconnaissent que les paroles de Dieu sont la vérité, que seul Dieu est la réalité de toutes choses positives, et que Dieu est le Seul qui aime vraiment l'homme, et que personne n'est meilleur ou plus attentionné envers l'homme que Dieu. Jusqu'où va cette tempérance des gens en fin de compte ? Jusqu'au point où tu dis : « J'ai vécu toutes sortes de situations, et pas une seule situation, pas une seule personne, une seule affaire ou un seul sujet ne sauraient me faire comprendre la vérité, ne sauraient me faire jouir de la vérité, ne sauraient me faire entrer dans la réalité-vérité. Je ne peux que pratiquer avec obéissance selon les paroles de Dieu, rester avec obéissance à la place de l'homme, me conformer au statut et au devoir d'un être créé, accepter avec obéissance la souveraineté et les arrangements de Dieu, et me présenter devant le Créateur sans plainte ni choix, et après avoir renoncé à mes exigences ou mes désirs. » Une fois arrivés à ce stade, les gens s'inclinent réellement devant Dieu, et Dieu n'a plus besoin de créer d'autres situations auxquelles les exposer. Alors, quel chemin souhaitez-vous emprunter ? Personne, au fond de lui-même, ne souhaite avoir à affronter des difficultés, et personne ne veut connaître de revers, d'échecs, d'adversité, de frustrations et de tempêtes. Mais c'est inévitable. Les choses qui habitent l'homme – son essence naturelle, sa rébellion, ses pensées et ses aspirations – sont trop compliquées ; chaque jour, elles se mêlent, s'entrelacent et tourbillonnent en toi. Tu entres peu dans la réalité-vérité, comprends peu la vérité, et le pouvoir de surmonter l'essence de ton tempérament corrompu, de tes notions et de tes représentations imaginaires te manque. Tu n'as alors pas d'autre choix que d'accepter l'autre approche : vivre en permanence dans l'échec et la frustration ; tomber sans cesse, balloté de difficulté en difficulté ; patauger dans la boue jusqu'au jour où tu dis : « Je suis fatigué, j'en ai assez, je ne veux pas vivre comme cela. Je ne veux pas subir ces échecs, je veux me présenter devant le Créateur avec obéissance. J'écouterai les paroles de Dieu, je ferai ce qu'Il dit. Voilà le seul droit chemin dans la vie. » Ce n'est que le jour où tu admettras pleinement ta défaite que tu te présenteras devant Dieu. Tout cela t'apprend-il quelque chose sur le tempérament de Dieu ? Quelle est l'attitude de Dieu envers l'homme ? Peu importe ce que Dieu fait, Il souhaite le meilleur pour l'homme. Quel que soit l'environnement qu'Il met en œuvre ou ce qu'Il te demande de faire, Il aspire toujours au meilleur résultat possible. Disons que tu es dans une mauvaise passe faite de revers et d'échecs. Dieu ne veut pas te voir échouer et penser que tu es perdu, que tu es tombé dans les griffes de Satan et que, assommé par le découragement, tu ne t'en relèveras jamais – ce n'est pas ce que souhaite Dieu. Que souhaite Dieu ? Tu peux bien avoir échoué dans cette affaire, tu n'en es pas moins capable de chercher la vérité, de trouver la raison de ton échec ; tu acceptes le fait de cet échec et tu en retires quelque chose, tu en tires une leçon, tu découvres que ta façon d'agir était erronée, que seul agir selon les paroles de Dieu est juste. Porté par cette prise de conscience, tu te dis : « Je suis mauvais et j'ai des tempéraments sataniques. Il y a de la rébellion en moi, je suis trop loin des justes dont parle Dieu, et mon cœur ne craint pas Dieu. » Tu prends conscience d'un phénomène, d'un fait réel, et tu comprends les choses et sors grandi de ce revers et de cet échec. Voilà ce que Dieu souhaite voir. Que signifie « sortir grandi » ? Cela signifie que Dieu est capable de te gagner, et que tu es capable d'atteindre le salut. Cela signifie que tu es capable d'entrer dans la réalité-vérité, que tu t'es rapproché d'un pas du chemin de la crainte de Dieu et de l'éloignement du mal. Voilà ce que Dieu souhaite voir. Dieu agit avec de bonnes intentions et Ses actes renferment tous Son amour caché que, souvent, les gens ne savent pas apprécier. L'homme est étroit d'esprit et mesquin, et son cœur est aussi étroit que le chas d'une aiguille ; quand Dieu ne le reconnaît pas ou n'a pas de grâce ou de bénédictions pour lui, il le Lui reproche. Pourtant, Dieu ne Se dispute pas avec l'homme ; Il met en place des environnements qui font savoir à l'homme comment s'obtiennent la grâce et le profit, ce que signifie la grâce pour l'homme et ce que l'homme peut en tirer. Imaginons que tu aimes manger quelque chose de bon qui, aux dires de Dieu, est mauvais pour la santé si l'on en mange trop. Tu n'écoutes pas, mais insistes pour en manger, et Dieu te permet de faire ce choix librement. Par conséquent, tu te rends malade. Après avoir fait l'expérience de cela plusieurs fois, tu en viens à comprendre que ce sont les paroles de Dieu qui sont justes, que tout ce qu'Il dit est vrai et que tu dois pratiquer selon Ses paroles. Voilà le chemin qui est correct. Et donc, que deviennent ces revers, ces échecs et ces peines que traversent les gens ? Tu valorises l'intention bienveillante de Dieu, tu crois également et tu es sûr que les paroles de Dieu sont justes ; ta foi en Dieu grandit. Mais ce n'est pas tout : en traversant cette période d'échec, tu prends conscience de la véracité et de l'exactitude des paroles de Dieu, tu vois que les paroles de Dieu sont la vérité et tu comprends le principe de la pratique de la vérité. Et donc, il est bon que les gens connaissent l'échec, même si c'est aussi quelque chose de douloureux, quelque chose qui les tempère. Mais si le fait d'être ainsi tempéré te ramène finalement vers Dieu, te fait accepter Ses paroles et les considérer comme la vérité, alors cette modération, ces revers et ces échecs n'ont pas été vécus en vain. Voilà ce que Dieu souhaite voir.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe