Paroles sur la manière de faire l’expérience des échecs, des chutes, des épreuves et de l’épurement (Extrait 61)

Tout un chacun a déjà commis une transgression plus ou moins importante. Si tu ignores que quelque chose est une transgression, tu considéreras cette chose dans un état d’esprit confus, et peut-être t’accrocheras-tu encore à tes opinions, à tes pratiques et à tes façons personnelles de la comprendre. Mais, un jour, que ce soit à travers la lecture des paroles de Dieu, l’échange avec tes frères et sœurs ou la révélation de Dieu, tu découvriras que cette chose est une transgression et une offense faite à Dieu. Quelle sera alors ton attitude ? Éprouveras-tu de véritables remords, ou bien te mettras-tu à raisonner et à argumenter, en t’accrochant à tes propres idées, en te disant que même si ce que tu as fait n’est pas conforme à la vérité, ce n’est pas non plus si grave ? C’est de ton attitude envers Dieu dont il est ici question. Quelle attitude a eu David vis-à-vis de sa propre transgression ? (Des remords.) Des remords ; ce qui signifie qu’il s’est détesté lui-même dans son cœur et qu’il ne commettrait plus jamais cette transgression. Qu’a-t-il fait alors ? Il a prié et demandé à Dieu de le punir en disant : « Si je commets cette erreur à nouveau, que Dieu me punisse et me fasse mourir ! » Telle était sa résolution ; c’était là des remords sincères. Les gens ordinaires sont-ils capables d’en faire autant ? Pour les gens ordinaires, ne pas chercher à raisonner ou se montrer capables d’admettre tacitement leur faute, c’est déjà très bien. Est-ce avoir de sincères remords que d’être réticent à revenir sur le sujet par crainte de perdre la face ? C’est être inquiet et contrarié à l’idée de perdre la face, ce ne sont pas des remords. Les vrais remords consistent à se détester soi-même pour avoir fait le mal, à souffrir et à se sentir mal à l’aise pour avoir été capable de faire le mal, c’est se blâmer et même se maudire soi-même. C’est être capable, par la suite, de jurer que l’on ne se rendra plus jamais coupable d’un tel mal, et que l’on est prêt à accepter la punition de Dieu et à subir une mort atroce si jamais on refaisait le mal. Voilà en quoi consistent les vrais remords. Si quelqu’un sent dans son cœur qu’il n’a jamais fait le mal et que ses actes sont simplement en contradiction avec les principes ou dus à un manque de sagesse, et s’il croit qu’en agissant en secret, il ne risque rien, cette personne peut-elle éprouver de véritables remords ? Absolument pas, car elle ignore l’essence de son propre mal. Même si elle se méprise un peu, elle ne se déteste que pour son manque de sagesse et parce qu’elle n’a pas bien géré la situation. Elle ne réalise pas vraiment que la raison pour laquelle elle est capable de faire le mal est un problème qui tient à sa nature-essence, à son manque d’humanité, à son mauvais tempérament et à son immoralité. Ce genre de personne n’éprouvera jamais de véritables remords. Pourquoi les gens doivent-ils réfléchir sur eux-mêmes devant Dieu lorsqu’ils ont fait quelque chose de mal ou commis des transgressions ? C’est parce que connaître sa propre nature-essence n’est pas chose facile. Admettre que l’on a commis une erreur et savoir identifier où elle se trouve n’est pas difficile. En revanche, il n’est pas facile de connaître la source de ses erreurs et le genre de tempérament particulier qu’elles ont révélé. Ainsi donc, quand la plupart des gens font quelque chose de mal, ils se contentent d’admettre avoir eu tort, mais ils n’éprouvent pas de remords dans leur cœur ni ne se détestent eux-mêmes. Ainsi, ils n’accèdent pas à la véritable repentance. Pour parvenir à une véritable repentance, ils doivent abandonner le mal qu’ils ont fait et être capables de garantir qu’ils ne le referont plus jamais. C’est seulement alors que l’on peut parvenir à la véritable repentance. Si tu n’abordes les choses qu’à partir de tes propres notions et de ta propre imagination, sans jamais réfléchir et sans jamais te connaître toi-même, et si tu te contentes d’agir machinalement et de façon superficielle, alors, tu ne t’es pas réellement repenti et tu n’as pas véritablement changé. Si Dieu décide de te révéler, comment dois-tu aborder la chose ? Quelle sera ton attitude ? (J’accepterai la punition de Dieu.) Accepter la punition de Dieu, tel est le genre d’attitude que tu dois adopter. Tu dois aussi accepter en même temps l’examen minutieux de Dieu. C’est mieux ainsi, pour que tu puisses te connaître véritablement et te repentir véritablement. Quiconque n’éprouve pas de véritables remords se verra dans l’impossibilité de cesser de faire le mal. À tout moment et en tout lieu, cette personne risquera de renouer avec ses vieilles habitudes, de vivre selon son tempérament satanique et même de commettre encore et encore les mêmes erreurs. Ainsi, il ne sera pas quelqu’un de véritablement repenti. Il sera par là même pleinement révélé. Donc, que peuvent faire les gens pour se libérer complètement des transgressions ? Ils doivent chercher la vérité pour résoudre les problèmes, mais aussi être capables de pratiquer la vérité. Telle est la bonne attitude que les gens doivent adopter envers la vérité. Mais alors, comment les gens doivent-ils pratiquer la vérité ? Quelles que soient les tentations ou les épreuves que tu rencontres, tu dois prier véritablement Dieu dans ton cœur et te soumettre aux orchestrations de Dieu. Certaines épreuves sont aussi des tentations ; pourquoi Dieu permet-il que de telles choses se présentent à toi ? Ce n’est pas par accident ou par hasard que Dieu laisse de telles choses t’arriver. C’est Dieu qui te met à l’épreuve et qui t’inspecte. Si tu n’acceptes pas cette inspection, si tu négliges cette question, ton attitude envers Dieu n’est-elle pas révélée à cette heure ? Quelle est ton attitude envers Dieu ? Si tu adoptes une attitude d’indifférence et de mépris à l’égard des environnements que Dieu fournit pour toi et des épreuves que Dieu t’envoie, et si tu te refuses à prier ou à chercher et, par là même, à trouver un chemin de pratique, cela révèle que tu n’as pas une attitude de soumission envers Dieu. Comment Dieu peut-il sauver une telle personne ? Est-il possible qu’elle soit rendue parfaite par Dieu ? Absolument pas. Et cela, parce que tu n’adoptes pas une attitude de soumission envers Dieu, et même si Dieu organise un environnement pour toi, tu n’en feras pas l’expérience et tu ne coopéreras avec lui. Cela montre ton mépris pour Dieu, cela montre que tu ne prends pas l’œuvre de Dieu au sérieux et que tu es même capable de mettre de côté les paroles et les vérités de Dieu, ce qui signifie que tu ne fais pas l’expérience de l’œuvre de Dieu. Dans ces circonstances, comment peux-tu obtenir le salut ? Ceux qui n’aiment pas la vérité ne peuvent pas faire l’expérience de l’œuvre de Dieu. Croire en Dieu de cette façon ne permet en aucun cas d’obtenir le salut. En d’autres termes, l’attitude que l’on adopte envers Dieu et envers la vérité est d’une grande importance, et elle est directement liée à la possibilité d’être sauvé ou pas. Les gens qui ne prêtent pas attention à cela sont stupides et ignorants.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp