Comment poursuivre la vérité (15) Partie 2

À l’occasion du Nouvel An chinois, certaines personnes passent leurs journées à feuilleter des almanachs, elles commencent la fête traditionnelle le 30e jour du douzième mois du calendrier lunaire, en respectant strictement le mode de vie et les interdits transmis par ces coutumes traditionnelles à travers ce qu’elles mangent, ce qu’elles portent et ce qu’elles s’abstiennent de faire chaque jour. Tout ce qu’il est interdit de dire ou de faire, elles veillent à l’éviter, et tout ce qu’il est bon de manger ou de dire, elles le mangent et le disent. Par exemple, certains croient qu’il faut manger des gâteaux de riz au Nouvel An pour s’assurer une promotion au cours de la nouvelle année. Pour obtenir une promotion au cours de l’année, ils s’assurent donc de manger des gâteaux de riz, quelle que soit l’importance des problèmes qu’ils ont à régler, qu’ils soient très occupés ou épuisés, et en présence ou non de toute autre circonstance particulière liée à l’accomplissement de leur devoir ou au temps dont ils disposent pour s’en occuper. S’ils n’ont pas le temps de préparer des gâteaux de riz à la maison, ils vont en acheter à l’extérieur pour s’assurer de se porter chance. D’autres personnes doivent manger du poisson pendant le Nouvel An, car cet aliment symbolise l’abondance d’une année sur l’autre. Si elles ne mangent pas de poisson une année, elles pensent qu’elles seront confrontées à la pauvreté au cours des douze mois suivants. Si elles ne peuvent pas acheter de poisson, elles placent même parfois un poisson en bois sur la table de façon symbolique. Elles mangent des gâteaux de riz et du poisson pour s’assurer promotion et abondance au cours de l’année à venir. D’une part, elles le font pour que l’année se déroule plus facilement, pour que leur vie soit plus agréable et plus prospère, et d’autre part, elles espèrent ainsi progresser dans leur carrière ou gagner beaucoup d’argent avec leur entreprise. En outre, au cours du Nouvel An, elles veillent également à prononcer des formules porte-bonheur. Par exemple, elles évitent de prononcer les chiffres quatre et cinq, car, en chinois, « quatre » ressemble à « mort » et « cinq » à « rien ». Elles préfèrent plutôt utiliser des chiffres comme six et huit, car le mot « six » symbolise une navigation en eaux calmes et « huit » le fait de faire fortune. Elles recourent donc non seulement à des mots et des formules porte-bonheur, mais elles offrent également des enveloppes rouges à leurs employés, aux membres de leur famille, à leurs proches et à leurs amis. Offrir des enveloppes rouges symbolise le fait de faire fortune, et plus elles en offrent, plus elles sont censées devenir prospères. Elles ne donnent pas seulement ces enveloppes rouges aux gens, mais aussi à leurs animaux de compagnie, ce qui sous-entend qu’elles peuvent faire fortune grâce à n’importe qui, et que l’année à venir sera marquée par des affaires florissantes et une fortune colossale. De ce qu’elles mangent à ce qu’elles font, de ce qu’elles disent à la manière dont elles agissent, tout consiste à perpétuer les habitudes et les dictons transmis par la tradition, et elles les mettent en pratique avec une méticuleuse précision. Même si leur cadre de vie ou la communauté dans laquelle elles vivent change, ces coutumes et ces modes de vie traditionnels, eux, ne changent pas. C’est au motif que ces traditions sont porteuses d’un certain sens, qu’elles englobent à la fois des dictons positifs et des interdits transmis par leurs ancêtres, que ces personnes estiment devoir les perpétuer. Si ces traditions sont violées ou si des interdits sont enfreints, l’année à venir risque de ne pas se dérouler de manière favorable, des obstacles pourraient surgir partout, les affaires pourraient ralentir ou même faire faillite. C’est pourquoi il est essentiel de conserver ces traditions. Ainsi, il y a des traditions à respecter lors des fêtes, et d’autres à respecter dans la vie quotidienne. Par exemple, se faire couper les cheveux, si l’on vérifie le calendrier et que l’on s’aperçoit qu’il n’est pas de bon augure de se faire couper les cheveux ou de sortir de chez soi un jour donné, on n’osera pas sortir. Si l’on ne vérifie pas le calendrier et que l’on va quand même se faire couper les cheveux, les deux interdits – quitter la maison et se faire couper les cheveux – seront violés et l’on risquera d’en subir des conséquences imprévues – ces choses-là doivent donc être respectées. Elles relèvent à la fois de la tradition et de la superstition. Si quelqu’un doit sortir, mais qu’après avoir consulté le calendrier il constate que tout est de mauvais augure ce jour-là, et que la journée doit donc être consacrée au repos, aux loisirs, à la détente et qu’il faut éviter de faire quoi que ce soit, alors, même si on lui dit qu’il doit sortir aujourd’hui pour propager l’Évangile, il pourrait s’inquiéter de ce qu’il adviendrait de lui s’il violait l’interdit et qu’il lui arrivait quelque chose d’inattendu, comme un accident de voiture ou un cambriolage. Il n’osera pas sortir et dira : « Mieux vaut sortir demain ! Nous ne pouvons pas ignorer ce que nous disent nos ancêtres. Ils disent que nous devons toujours consulter le calendrier avant de sortir. Si le calendrier dit que tout est de mauvais augure, nous ne devons pas sortir. Si l’on sort et qu’il se passe quelque chose, on doit en assumer les conséquences seul. Qui t’a dit de ne pas regarder le calendrier et de ne pas respecter ce qu’il dit ? » Cela relève à la fois de la tradition et de la superstition, n’est-ce pas ? (Oui, c’est vrai.)

Certains disent : « J’ai 24 ans cette année, c’est mon année zodiacale. » D’autres disent : « J’ai 36 ans cette année, c’est mon année zodiacale. » Que devez-vous faire pendant votre année zodiacale ? (Porter des sous-vêtements rouges et une ceinture rouge.) Qui a déjà porté des sous-vêtements rouges ? Qui a déjà porté une ceinture rouge ? Comment vous sentiez-vous en portant des sous-vêtements rouges et une ceinture rouge ? Avez-vous eu l’impression que votre année s’est bien passée ? Est-ce que cela vous a permis d’éviter la malchance ? (Pour mon année zodiacale, j’ai porté des chaussettes rouges. Cependant, cette année-là, mes résultats aux examens ont été particulièrement mauvais. Porter du rouge ne m’a pas porté chance contrairement à ce que disaient les gens.) Ces vêtements rouges vous ont porté malheur, n’est-ce pas ? Auriez-vous obtenu de meilleurs résultats si vous n’aviez pas porté de rouge ? (Cela n’aurait rien changé, que j’en porte ou non.) Voilà une vision claire sur la question : cela n’aurait rien changé. Il s’agit à la fois d’une tradition et d’une superstition. Que tu acceptes ou non actuellement cette idée d’année zodiacale et que tu souhaites ou non perpétuer cette tradition, les pensées et les dictons traditionnels qui y sont associés ont laissé une empreinte dans l’esprit des gens. Par exemple, lors de ton année zodiacale, s’il t’arrive des choses inattendues ou que tu rencontres des circonstances particulières qui font que ton année se passe mal et qu’elle contrarie tes aspirations, tu ne pourras pas t’empêcher de penser : « Cette année a vraiment été difficile. À bien y réfléchir, c’est mon année zodiacale, et les gens disent que pendant son année zodiacale, il faut faire attention, car on a vite fait de violer des interdits. D’après la tradition, je devais porter du rouge, mais comme je crois en Dieu, je ne l’ai pas fait. Je ne crois pas à ces dictons, mais quand je pense aux difficultés que j’ai rencontrées cette année, je me dis que les choses ne se sont pas très bien passées. Comment puis-je éviter ces problèmes ? L’année prochaine sera peut-être meilleure. » Tu fais inconsciemment le lien entre les évènements exceptionnels et défavorables que tu as rencontrés au cours de l’année et les dictons traditionnels sur l’année zodiacale que tes ancêtres et ta famille t’ont inculqués. Tu mobilises ces dictons pour expliquer les évènements exceptionnels que tu as rencontrés au cours de cette année et, ce faisant, tu mets de côté les faits et l’essence qui les sous-tendent. Tu mets également de côté l’attitude que tu devrais adopter face à ces situations et les leçons que tu devrais en tirer. Tu regardes instinctivement cette année comme une année à part, en reliant inconsciemment tous les évènements qui s’y sont produits à ton année zodiacale. Tu te dis tantôt « cette année m’a apporté des malheurs », tantôt « cette année m’a apporté des bénédictions ». Ces idées ont un rapport évident avec ton conditionnement familial. Qu’elles soient vraies ou non, sont-elles liées à ton année zodiacale ? (Non.) Elles sont sans rapport. Par conséquent, ton approche et ton point de vue sur ces questions sont-ils corrects ? (Non.) Pourquoi ne sont-ils pas corrects ? Est-ce parce que tu as été influencé dans une certaine mesure par les pensées traditionnelles inculquées par ta famille ? (Oui.) Ces pensées traditionnelles ont pris le dessus et se sont logées dans ton esprit. Ainsi, quand tu es confronté à ces sujets, ta première réaction est de les considérer à travers le prisme de ces pensées et points de vue traditionnels, tout en mettant de côté l’approche que Dieu veut que tu aies ou les pensées et les points de vue que tu devrais avoir. Quel sera pour toi le résultat final de cette façon de voir ces questions ? Tu auras le sentiment que cette année ne t’a pas été favorable, qu’elle a été marquée par la malchance et qu’elle a déçu tes aspirations, si bien que la dépression et la négativité seront pour toi les moyens d’échapper, de t’opposer, de résister à ces choses-là et de les rejeter. Donc, la raison de l’émergence, chez toi, de ces émotions, ces pensées et ces points de vue est-elle liée à ces pensées traditionnelles qui t’ont été inculquées par ta famille ? (Oui.) Dans ce genre de cas de figure, de quoi les gens doivent-ils se défaire ? Ils doivent se défaire de l’approche et de la position à partir desquelles ils les abordent. Ils ne doivent pas considérer ces cas de figure en se disant qu’ils ont rencontré ces situations parce que leur année était marquée du sceau de la malchance, qu’elle leur était défavorable et contraire à leurs aspirations, ou parce qu’ils avaient enfreint un interdit ou n’avaient pas respecté les pratiques traditionnelles. Tu dois plutôt aborder ces cas de figure un par un, et surtout, du point de vue d’un être créé. Dis-toi bien que ces cas de figure, qu’ils soient bons ou mauvais, conformes ou non à tes aspirations, favorables ou défavorables aux yeux des humains, sont arrangés par Dieu, placés sous la souveraineté de Dieu, et qu’ils émanent de Dieu. Y a-t-il un avantage à adopter ce type de perspective et de position sur ces questions ? (Oui.) Quel est le premier de ces avantages ? Tu peux accepter ces évènements comme venant de Dieu, ce qui signifie, dans une certaine mesure, que tu peux adopter un état d’esprit de soumission. Le deuxième avantage est que tu peux tirer des leçons de ces évènements décevants et ainsi gagner quelque chose. Le troisième avantage est qu'à partir de ces déceptions, tu peux identifier tes propres défauts et déficiences, ainsi que ton propre tempérament corrompu. Le quatrième avantage est que dans ces situations décevantes, tu peux te repentir et revenir en arrière, abandonner tes pensées et tes points de vue antérieurs, ton mode de vie antérieur, les divers malentendus qui se sont immiscés entre toi et Dieu, et retourner devant Dieu pour accepter Ses orchestrations dans une attitude de soumission, même si ces dernières relèvent du châtiment et du jugement de Dieu, du châtiment et de la discipline ou de la punition qu’Il prononce à ton égard. Tu seras alors prêt à te soumettre à tout cela sans blâmer le ciel ni quiconque, et sans tout ramener au point de vue et à la position qui t’ont été inculqués par les pensées traditionnelles, le tout, en considérant chacun de ces évènements du point de vue d'un être créé. Cela est bénéfique pour toi à bien des égards. Toutes ces choses ne sont-elles pas bénéfiques ? (Si.) En revanche, si tu considères ces évènements à partir des pensées traditionnelles qui t’ont été inculquées par ta famille, tu tenteras par tous les moyens de les éviter. Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie trouver divers moyens d'éviter ces malheurs, d'éviter ces situations décevantes, défavorables et marquées du sceau de la malchance. Quelqu'un dit : « Ce sont les petits démons qui te font tourner en bourrique. En portant des vêtements rouges, tu peux les faire fuir. Porter des vêtements rouges, c'est comme recevoir un talisman dans le bouddhisme. Un talisman est un morceau de papier jaune sur lequel sont inscrits quelques caractères rouges. Tu peux le coller sur ton front, le coudre dans tes vêtements ou le mettre sous ton oreiller, et il t’aidera à éviter ces choses-là ». Lorsque les gens n'ont pas un chemin de pratique positif, leur seul recours est de chercher de l'aide dans ces chemins de traverse maléfiques, car personne ne veut être malchanceux ou confronté à un quelconque malheur. Tout le monde veut que les choses se passent bien. C'est une réaction instinctive de l'humanité corrompue face à la réalité du monde. Tu veux éviter ces situations ou recourir à divers moyens humains pour les surmonter, car tu n’as ni la bonne voie à suivre pour les aborder, ni les bonnes pensées et les bons points de vue pour les affronter. Tu ne peux voir ces choses que du point de vue d'un non-croyant, et ta première réaction est donc de les éviter, de ne pas vouloir les rencontrer. Tu dis : « Pourquoi les choses me sont-elles si défavorables ? Pourquoi suis-je si malchanceux ? Pourquoi suis-je émondé chaque jour ? Pourquoi est-ce que je continue à me heurter à des murs et à commettre des erreurs dans tout ce que j’entreprends ? Pourquoi mes actions sont-elles toujours exposées ? Pourquoi les gens qui m'entourent vont-ils toujours à l'encontre de mes aspirations ? Pourquoi me prennent-ils pour cible, me méprisent-ils et vont-ils systématiquement à l'encontre de ma volonté ? » Comme le disent certains, « pour celui qui n'a pas de chance, même l'eau froide peut rester coincée entre ses dents ». L'eau froide peut-elle rester coincée entre tes dents ? Est-ce qu'on mâche l'eau froide avec ses dents ? N'est-ce pas absurde ? N'est-ce pas accuser le ciel et les autres ? (Si.) Qu'est-ce que cela signifie d'être malchanceux ? Ce genre de chose existe-t-il vraiment ? (Non.) Cela n'existe pas. Si tu reconnaissais vraiment que tout est entre les mains de Dieu, que tout est placé sous la souveraineté et la volonté de Dieu, tu ne parlerais pas de « malchance » et tu n'essaierais pas d'éviter les choses. Lorsqu'il arrive aux gens des choses qui vont à l'encontre de leurs aspirations, leur première réaction est de les éviter, puis, dans un deuxième temps, de les refuser. S'ils ne peuvent ni les refuser, ni les éviter, ni s'y soustraire, alors, ils commencent à y résister. Résister, ce n'est pas seulement envisager d’agir en pensée ou ruminer, c'est passer à l'action. En privé, les gens se livrent à des manœuvres mesquines, et ils prononcent des déclarations provocantes, qui leur permettent de se justifier, se préserver, se glorifier ou se mettre en valeur eux-mêmes pour se faire bien voir, afin d'éviter d'être touchés ou emportés par un évènement malheureux. Lorsque quelqu’un commence à résister ainsi, cela peut devenir dangereux pour lui, n'est-ce pas ? (Oui, c'est vrai.) Dites-Moi, lorsque quelqu’un en arrive au stade de la résistance, la conscience et la raison de l'humanité normale fonctionnent-elles encore en lui ? Il est déjà passé des pensées et des points de vue à l'action concrète, et la raison et la conscience ne peuvent plus l’en dissuader. Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que ses actes et ses pensées évoluent vers la réalité de la résistance à Dieu. Il ne se contente pas de rejeter, d'être réticent ou de se sentir malheureux dans son cœur ; il résiste à travers un passage à l’acte bien concret. Or, en résistant par l’action concrète, cette personne n'est-elle pas fondamentalement perdue ? Lorsque les réalités de la rébellion contre Dieu, de la résistance à Dieu et de l'opposition à Dieu ont pris forme, le problème n'est plus de savoir sur quel chemin se trouvent les gens, tout cela a déjà produit un résultat. N'est-ce pas très dangereux ? (Si.) Ainsi, une idée culturelle et traditionnelle, une pensée traditionnelle ou un dicton superstitieux, aussi minuscules et insignifiants soient-ils, peuvent avoir de très graves conséquences. Il ne s'agit pas seulement d'une simple habitude de vie, d'une question d'alimentation, d'habillement ou de ce qu'il faut dire ou ne pas dire. Cela peut aller jusqu'au type d'attitude qu'une personne adopte face aux environnements que Dieu a orchestrés. Par conséquent, ce sont aussi des choses dont les gens devraient se défaire.

Les gens n’adhèrent pas uniquement à certains modes de vie, certaines pensées et certains points de vue traditionnels lors des grandes fêtes, mais aussi lors de certaines fêtes moins importantes. Par exemple, ils mangent des boulettes sucrées le 15e jour du Nouvel An lunaire. Pourquoi les gens mangent-ils des boulettes sucrées ? (Elles symbolisent les retrouvailles de la famille.) Les retrouvailles de la famille. Avez-vous mangé des boulettes sucrées ces dernières années ? (J'en ai mangé à la maison, jamais à l'Église.) Est-ce que le fait de retrouver sa famille est une bonne chose ? (Non.) Y a-t-il des gens bien dans votre famille ? Tantôt, ils te demandent de l'argent, tantôt de rembourser une dette ; si tu possèdes gloire et fortune, ils te flattent et te demandent une part, et si tu n’as rien de tout cela, ils te méprisent. On mange des boulettes sucrées le 15e jour du Nouvel An lunaire, entre autres coutumes perpétuées à diverses dates comme le deuxième jour du deuxième mois lunaire, le troisième jour du troisième mois, le quatrième du quatrième mois, le cinquième du cinquième mois… Il y a toutes sortes de choses différentes, et toutes sortes de nourritures qui leur sont associées. Ces choses que le monde des non-croyants et des démons fait sont toutes ridicules. Si tu veux célébrer une fête et déguster de bons plats, contente-toi de dire que tu vas déguster de bons plats, un point c'est tout. Tant que tes conditions de vie le permettent, tu peux manger ce que tu veux. C'en est fini de toutes ces astuces, comme manger des gâteaux de riz pour avoir une promotion chaque année, manger du poisson pour l'abondance, ou des boulettes sucrées pour que la famille se retrouve. Les Chinois font aussi des boulettes de riz, mais dans quel but ? Tous les ans, à l'occasion de différentes fêtes, certains membres dévoués de l'Église achètent différentes choses pour célébrer chaque fête, telles que des boulettes de riz. J'ai demandé à certains d'entre eux : « Pourquoi mangez-vous des boulettes de riz ? » Ils m'ont répondu : « C'est pour le festival des bateaux-dragons, qui a lieu le cinquième jour du cinquième mois lunaire. » Les boulettes de riz sont tout à fait savoureuses, mais je ne vois pas pourquoi elles sont associées à un festival ni quel est le rapport avec la vie et la chance des gens. Je n'ai jamais fait de recherche ni d'enquête à ce sujet, donc je ne sais pas. On suppose que c'est pour rendre hommage à quelqu'un. Mais pourquoi devrions-nous manger ces choses en sa mémoire ? Les boulettes de riz devraient lui être données directement. Quiconque souhaite rendre hommage à cette personne n’a qu’à placer des boulettes de riz devant sa tombe ou sa photo. Elles ne devraient pas être données à des personnes vivantes : ce n'est pas l'affaire des vivants. Les vivants les mangent au nom de cette personne – c'est absurde. Le fait de connaître ces fêtes et de savoir ce qu'il faut manger pendant celles-ci vient des non-croyants : je n’en connais pas tous les détails, et certains d’entre eux ont été transmis plus tard par des personnes de l'Église ; toujours est-il qu’on mange des boulettes de riz pendant le festival des bateaux-dragons et des gâteaux de riz lors du Nouvel An lunaire. En Occident, les gens mangent de la dinde à Thanksgiving : pourquoi mangent-ils de la dinde ? D'après la presse, ils mangent de la dinde à Thanksgiving en guise de remerciement, c'est une tradition. Il existe une autre fête en Occident, appelée Noël, au cours de laquelle les gens installent des arbres de Noël et portent de nouveaux vêtements – il s'agit également d'une tradition. Pendant cette fête, les Occidentaux doivent également échanger des mots agréables et des bons vœux, ainsi que des bénédictions. Ils n'ont pas le droit de dire de gros mots ou de jurons. Tout cela équivaut aux dictons porte-bonheur des cultures orientales, et le but est d’empêcher les gens d'enfreindre des interdits au risque de passer une mauvaise année. Les fêtes occidentales telles que Thanksgiving et Noël sont des occasions spéciales de consommer des mets particulièrement délicieux, et des récits ont été créés pour justifier cette pratique. Au final, voici ce qui arrive : les gens cherchent une excuse pour céder à la tentation de ces mets, et justifier la prise de quelques jours de congé pour festoyer à la maison et manger plus que de raison. Quand vient le moment de donner son sang, l'infirmière dit : « Ton taux de lipides est trop élevé, il dépasse les valeurs de référence et ne te permet pas de donner ton sang. » Cela est dû à une consommation excessive de viande. Le but premier de la célébration de ces fêtes traditionnelles est de se faire plaisir en mangeant et en buvant bien. C’est en se transmettant d'une génération à l'autre, des anciens aux jeunes, que ces fêtes deviennent des traditions. Les pensées et les points de vue sous-jacents instillés par ces traditions, ainsi que certains dictons superstitieux, sont également transmis par les aînés à la jeune génération.

Quels sont les autres dictons superstitieux ? La contraction des paupières que je viens de mentionner se produit-elle souvent ? (Oui.) Tu dis : « Mon œil n'arrête pas de se contracter. » Quelqu'un demande : « Lequel des deux se contracte ? » Tu réponds : « Celui de gauche. » On te répond : « Pas de problème, un tic à l’œil gauche prédit la fortune tandis qu’un tic à l’œil droit prédit un désastre. » Cette affirmation est-elle vraie ? Es-tu devenu riche lorsque ton œil gauche s’est contracté ? As-tu reçu de l'argent ? (Non.) Et t’est-il arrivé une catastrophe lorsque ton œil droit s'est contracté ? (Non plus.) T’es-tu retrouvé dans une situation catastrophique lorsque ton œil gauche s’est contracté, quelque chose de négatif s'est-il produit ? Et quelque chose de positif s'est-il produit lorsque ton œil droit s'est contracté ? Croyez-vous en ces choses ? (Non.) Pourquoi n’y croyez-vous pas ? Pourquoi votre œil se contracte-t-il ? Existe-t-il dans la culture populaire des remèdes pour arrêter les tics oculaires ? Existe-t-il des méthodes ? (J'ai vu des gens coller un morceau de papier blanc sur leur paupière.) Ils cherchent un morceau de papier blanc à coller dessus. Quel que soit l'œil qui se contracte, ils arrachent un morceau de papier blanc du calendrier ou d'un petit carnet et le collent sur leur paupière – le papier ne doit pas être d'une autre couleur que le blanc. Que signifie le papier blanc ? Le papier blanc signifie que le tic est « vain » et que rien de négatif ne peut se produire. Est-ce une bonne méthode ? Elle est plutôt bonne, n'est-ce pas ? Mais cela signifie-t-il que le tic est « vain » ? (Cela n'a rien à voir avec le fait de coller ou non le papier sur la paupière.) Pouvez-vous éclaircir cet aspect ? « Un tic à l’œil gauche prédit la fortune tandis qu’un tic à l’œil droit prédit un désastre » – qu'il s'agisse de fortune ou de désastre, le tic de l'œil a-t-il des explications ? Y a-t-il une situation dans laquelle, lorsque ton œil droit se contracte, tu as l'impression que quelque chose de mauvais va se produire, tu as une prémonition, et après un certain temps, il cesse de se contracter, tu oublies alors tout cela, mais au bout de quelques jours, quelque chose de mauvais se produit effectivement, et après avoir surmonté le problème en question, la mémoire te revient soudainement, et tu te dis : « Ouah, le dicton sur les tics des yeux dit vrai. Pourquoi ? Parce qu'il y a quelques jours, mon œil droit a effectivement commencé à se contracter, et une fois cela passé, cet incident s'est produit. Et depuis lors, mon œil ne s’est plus contracté. » Cela se produit-il parfois ? Lorsque quelque chose échappe à ta compréhension, tu n’oses rien dire, tu n'oses ni le nier ni l'admettre comme étant vrai ; tu ne peux pas éviter le sujet, tu ne peux pas le formuler clairement, mais tu le considères quand même comme plausible. De ta propre bouche sortent ces mots : « C'est une superstition, je ne peux pas y croire, tout est entre les mains de Dieu. » Tu n'y crois pas, mais le phénomène s'est produit ; exactement comme prévu, comment l'expliques-tu ? Tu ne comprends pas la vérité ni l'essence ici, donc tu ne peux pas le formuler clairement. Tu le nies du bout des lèvres, en le qualifiant de superstition, mais au fond de toi, tu en as toujours peur, car il arrive que cela se réalise. Par exemple, quelqu'un a un accident de voiture et décède. Avant l'accident, la femme de cette personne est prise d’un fort tic à l'œil droit : son œil ne cesse de se contracter jour et nuit. Jusqu’où cela va-t-il aller ? Même les gens autour d’elle peuvent voir son œil se contracter. Au bout de quelques jours, son mari a un accident de voiture et meurt. Après s'être occupée des funérailles, elle s'assoit et commence peu à peu à se dire : « Oh là là, ces derniers jours, mon œil a tellement tremblé que je ne pouvais même pas l’arrêter avec la main. Je ne m'attendais pas à ce que cela se réalise comme ça. » Bientôt, elle commence à croire à ce dicton et à se dire : « Oh là là, il se passe vraiment des choses quand mon œil se met à trembler. Ce ne sont pas nécessairement des choses bonnes ou mauvaises, mais quelque chose doit toujours arriver. C'est une sorte de projection ou de prémonition. » Cela se produit-il parfois ? Certains disent : « Je n'y crois pas, c'est une superstition. » Mais cela arrive juste au moment prévu, de façon très précise. Les choses dites dans la culture populaire ne sont pas des rumeurs sans fondement ; la superstition est différente de la tradition. Dans une certaine mesure, elle existe dans la vie des gens, et elle influence et contrôle également l’environnement dans lequel ils évoluent et les évènements qui se produisent dans leur vie. Certains disent : « Ne serait-ce pas plutôt un signe de Dieu qu’une superstition ? Comme il ne s'agit pas d'une superstition, nous devrions la traiter et la comprendre comme il se doit. Cela ne vient pas de Satan, cela pourrait donc venir de Dieu – un signe de Dieu. Nous ne devrions pas le condamner. » Comment considérer ce phénomène correctement ? Cette question met à l'épreuve ta capacité à voir les choses et ta compréhension de la vérité. Si tu traites tout de la même façon, en pensant « tout cela n’est que de la superstition, tout cela n'existe pas et je n'y crois pas », est-ce une manière correcte de voir les choses ? Par exemple, lorsque des non-croyants veulent déménager, ils voient sur leur almanach qu'il est écrit « Aujourd'hui n'est pas propice aux déménagements », alors, ils respectent cet interdit et n'osent pas déménager ce jour-là. Ils cherchent alors un jour mentionné comme « propice au déménagement » ou pour lequel « tout est de bon augure » avant de déménager. Après avoir déménagé, rien de mal ne se produit ni ne vient porter atteinte à leur situation. Est-ce que cela se produit ? Certaines personnes en voyant « peu propice au déménagement » n'y croient pas et déménagent quand même. Mais après le déménagement, quelque chose ne va pas : divers malheurs frappent la famille, la situation de cette dernière se dégrade, un membre de la famille meurt, un autre tombe malade. Tout devient difficile, que ce soit les récoltes, le travail, les affaires ou la scolarité des enfants. Personne ne comprend ce qu’il se passe. La famille consulte une voyante qui leur dit : « Vous avez violé un interdit important à ce moment-là. Le jour où vous avez déménagé n'était pas propice aux déménagements et, ce faisant, vous avez offensé Tai Sui. »[a] Que se passe-t-il ici ? Le savez-vous ? Si vous n’arrivez pas à comprendre cela, vous ne saurez pas comment faire face à ce genre de situations lorsqu'elles se présenteront. Si un non-croyant dit « Tu sais, j'ai déménagé le jour qui n'était pas propice aux déménagements, et après avoir déménagé, ma famille n'a cessé d'avoir des problèmes jour après jour, elle est devenue de plus en plus malchanceuse, et nous n'avons pas passé une seule bonne journée depuis », tu pourrais tressaillir à ses paroles. Tu pourrais prendre peur et te dire : « Oh là là, si je ne respecte pas cet interdit, est-ce que la même chose va m'arriver ? » Tu retournes sans cesse la question dans ta tête en te disant : « Je crois en Dieu, je n'ai pas peur ! » Mais le doute persiste dans ton esprit et tu n'oses pas enfreindre l’interdit.

Que penser de ces dictons superstitieux ? Commençons par la question du tic des yeux. Savons-nous tous de quoi il s'agit ? L’idée la plus élémentaire que s’en font les gens est qu’il annonce ce qui pourrait arriver dans le futur, que ce soit une bonne ou une mauvaise chose. Mais s'agit-il d'une superstition ou non ? Allez-y. (C'est de la superstition.) C'est de la superstition. Question suivante : les personnes qui ont la foi en Dieu devraient-elles croire en ce dicton ? (Elles ne devraient pas.) Pourquoi ne devraient-elles pas y croire ? (Parce que nos joies et nos malheurs sont gérés et orchestrés des mains de Dieu et n'ont rien à voir avec le fait que notre œil se contracte ou non. Tout ce à quoi nous sommes confrontés dépend de la souveraineté et des arrangements de Dieu, et nous devons nous y soumettre.) Supposons qu'un jour, ton œil se contracte beaucoup pendant toute une journée, et que cela se poursuive le lendemain matin. Supposons qu’ensuite, il se passe quelque chose et que tu sois émondé. Et qu’après avoir été émondé, ton œil s'arrête de trembler. Que penserais-tu ? « Le tic de mon œil était le signe qu'on allait m’émonder. » S'agit-il d'une simple coïncidence ? S'agit-il d'une superstition ? Parfois, ce n'est qu'une coïncidence ; parfois, ce genre de choses arrive. Que se passe-t-il ? (Mon Dieu, j'ai l'impression que le tic oculaire fait partie du fonctionnement normal du corps et qu'il ne devrait pas être associé au fait d'être émondé.) Le tic oculaire doit être compris ainsi : que les gens croient ou non que le tic d’un œil prédise la fortune et que le tic de l’autre œil prédise un désastre, le corps humain créé par Dieu recèle de nombreux mystères. La profondeur de ces mystères, les détails spécifiques qui y sont liés, les instincts, les capacités et le potentiel du corps humain – les humains n’ont pas accès par eux-mêmes à ces connaissances. Les gens ne savent pas si le corps humain peut percevoir le domaine spirituel, s'il possède ce que certains appellent un sixième sens. Les gens devraient-ils se donner la peine de comprendre ces aspects inconnus du corps humain ? (Non.) Ce n'est pas nécessaire – les gens n'ont pas besoin de comprendre les mystères du corps humain. Cela dit, s'ils n'ont pas besoin de comprendre cela, ils doivent tout de même savoir que le corps humain n'est pas simple. Il est fondamentalement différent de toute chose ou tout objet non créé par Dieu, comme une table, une chaise ou un ordinateur. La nature de ces choses est totalement différente de celle du corps humain : ces objets sans vie n'ont aucune perception du domaine spirituel, alors que le corps humain, cette chose vivante venue de Dieu et créée par Dieu, peut percevoir son environnement immédiat, son atmosphère et certains objets particuliers, ainsi que réagir à l'environnement et aux évènements à venir. Ce n'est pas simple, tout cela est un mystère. Non seulement le corps humain peut sentir le froid, le chaud, l'odeur agréable ou désagréable, le sucré, l'acide et le piquant, mais il existe aussi certains mystères que la conscience subjective de l'individu ne connaît pas. Les humains ne connaissent pas ces choses. Donc, concrètement, que les tics oculaires soient liés au système nerveux d'une personne, à son sixième sens, ou à quelque chose qui relève du domaine spirituel, nous ne nous y attarderons pas. Quoi qu'il en soit, ce phénomène existe, et nous ne nous pencherons pas sur le but et la signification de son existence. Il existe des dictons sur les tics oculaires, tant dans la famille que dans la culture populaire, c'est un fait. Que ces dictons relèvent ou non de la superstition, il s'agit en fin de compte d'un signe qui se manifeste dans le corps humain avant que certains évènements ne se produisent dans un environnement vivant. Ce mode de manifestation relève-t-il de la superstition, de la tradition ou de la science ? C'est quelque chose qui ne peut pas faire l'objet d'une recherche, c'est un mystère. En bref, dans la vie réelle, au fil des millénaires, des temps anciens à nos jours, l'humanité a conclu que les contractions des yeux d'une personne étaient d’une manière ou d’une autre liées à des évènements appelés à se produire autour d'elle. Il est impossible de savoir si ce lien renvoie à la richesse, à la chance ou à un autre aspect de la vie de l’individu. Il s'agit là aussi d'un mystère. Pourquoi est-ce considéré comme un mystère ? Beaucoup de choses sont liées au domaine spirituel, au-delà du monde matériel, des choses que tu ne peux ni voir ni ressentir, même si on t’en parlait. C'est pourquoi elles sont considérées comme un mystère. Si ces choses sont des mystères et que les gens ne peuvent ni les voir ni les sentir, mais que certains pressentiments et certaines impressions de prescience se manifestent malgré tout chez les humains, comment les gens doivent-ils les traiter ? La règle la plus simple est simplement de les ignorer. Ne crois pas que ces impressions aient quoi que ce soit à voir avec ta richesse ou ta chance. Ne crains pas que de mauvaises choses se produisent lorsque ton œil droit se contracte et ne te réjouis certainement pas lorsque ton œil gauche se contracte, en pensant que tu vas devenir riche. Ne laisse pas ces choses t’affecter, et ce, d’abord et avant tout parce que tu n’as pas la capacité de prédire l'avenir. Tout est orchestré et gouverné par Dieu ; que ce qui va arriver soit bon ou mauvais, tout est entre les mains de Dieu. La seule attitude que tu dois adopter est la soumission à l'orchestration et aux arrangements de Dieu. Ne fais pas de prédictions et ne te lance pas dans des sacrifices, des préparatifs ou des efforts inutiles. Tout ce qui doit arriver arrivera, car tout est entre les mains de Dieu. Personne ne peut changer les pensées de Dieu, ni Ses plans, ni ce qu'Il est déterminé à faire arriver. Que tu colles ou non du papier blanc sur ta paupière, que tu appuies ou non sur ta paupière avec ta main, que tu t’en remettes à la science ou à la superstition, rien de tout cela ne changera quoi que ce soit. Ce qui doit arriver arrivera, se réalisera, et tu ne pourras rien y changer, car tout est entre les mains de Dieu. Toute tentative d’y échapper est insensée, un sacrifice futile et inutile. Cela ne ferait que révéler ta rébellion et ton entêtement, et ton refus d’adopter une attitude de soumission envers Dieu. Est-ce que tu comprends ? (Oui, je comprends.) Ainsi, que le tic d’un œil soit considéré du point de vue de la superstition ou du point de vue de la science, votre attitude doit être la suivante : ne vous réjouissez pas lorsque votre œil gauche se contracte, et ne cédez pas à la crainte, à la terreur, à l’inquiétude, à la méfiance ou à la résistance lorsque votre œil droit se contracte. Même si quelque chose se produit après que ton œil ait été pris d’un tic, tu dois y faire face calmement parce que tout est entre les mains de Dieu. Tu n’as pas à craindre quoi que ce soit ou à t’inquiéter. Si quelque chose de bien arrive, remercie Dieu pour Sa bénédiction – c'est la grâce de Dieu ; si quelque chose de mal arrive, prie pour que Dieu te conduise, te protège et ne te laisse pas céder à la tentation. Quelle que soit la situation qui se présente par la suite, sois capable de te soumettre à l'orchestration et aux arrangements de Dieu. N'abandonne pas Dieu, ne te plains pas de Lui, quelle que soit l'ampleur du désastre qui te frappe ou la gravité du malheur qui t’accable, ne blâme pas Dieu. Tiens-toi prêt à te soumettre à l'orchestration de Dieu. Ce problème ne sera-t-il pas alors résolu ? (Si.) Face à ces choses-là, les gens doivent adopter cette pensée et ce point de vue : « Quoi qu'il arrive à l'avenir, je suis prêt et j'ai une attitude de soumission envers Dieu. Que mon œil gauche ou mon œil droit se contracte, ou que les deux se contractent en même temps, je n'ai pas peur. Je sais que quelque chose va peut-être se produire sous peu, mais je crois que tout est entre les mains de Dieu. Il s’agit peut-être là d'un moyen employé par Dieu pour m'informer de quelque chose qui va se produire, ou bien d'une réaction instinctive de mon corps physique. Quoi qu'il en soit, je suis prêt et j'ai une attitude de soumission envers Dieu. Quelle que soit l'ampleur du mal ou de la perte que je subirai après que cette chose se soit produite, je ne blâmerai pas Dieu. Je suis disposé à me soumettre. » Telle est l'attitude que les gens doivent adopter. Une fois qu'ils auront adopté cette attitude, ils ne se soucieront plus de savoir si les dictons sur les tics oculaires qui leur ont été inculqués par leur conditionnement familial relèvent de la superstition ou de la science. Alors, ils diront : « Peu importe qu'il s'agisse de superstition ou de science. Ce que vous croyez vous regarde. Si vous me demandez de coller un morceau de papier sur ma paupière, je ne le ferai pas. Si le tic devient gênant, je me contenterai de le coller un petit moment. » Si quelqu'un te dit : « Ton œil n’arrête pas de se contracter, sois prudent pendant les deux jours qui viennent ! » Le fait d'être prudent peut-il t’aider à éviter quoi que ce soit ? (Non, on ne peut pas éviter ce qui doit arriver.) Si c'est une bénédiction, cela ne peut pas être un désastre, si c'est un désastre, tu ne peux pas l'éviter ; que ce soit une bénédiction ou un désastre, tu l'acceptes de toute façon. C’est là adopter la même attitude que Job. Si tu l'acceptes uniquement lorsque c'est une bénédiction, et que tu es heureux quand ton œil gauche se contracte, mais que tu te mets en colère lorsque c'est ton œil droit qui se contracte, en disant « Pourquoi est-ce qu'il se contracte ? Ce tic ne s'arrête jamais ! Je vais prier et jeter un mauvais sort pour que mon œil droit cesse de se contracter et que le malheur s'éloigne de moi » – ce n'est pas là l'attitude que devrait avoir une personne qui croit en Dieu et qui Le suit. Sans la permission de Dieu, sans que Dieu ait décidé que cela puisse arriver, le malheur ou les démons oseraient-ils s'approcher de toi ? (Non.) Le monde matériel et le domaine spirituel sont tous deux placés sous le contrôle et la souveraineté de Dieu. Quelles que soient les intentions d’un petit démon, sans la permission de Dieu, oserait-il toucher ne serait-ce qu'un seul de tes cheveux ? Il n'oserait pas, n'est-ce pas ? (Non, il n'oserait pas.) Il veut t’atteindre et te faire du mal, mais si Dieu ne le permet pas, il n'osera pas le faire. Si Dieu le permet, en disant « Fomente quelque évènement pour lui et apporte-lui de la malchance et des problèmes », alors le petit démon se réjouira et commencera à agir contre toi. Si tu as la foi en Dieu et que tu surmontes cela, en tenant ferme dans ton témoignage, en ne reniant ni ne trahissant Dieu, en ne laissant pas le petit démon réussir, alors quand celui-ci se présentera devant Dieu, il ne pourra plus t’accuser, Dieu Se glorifiera de toi, et Il enfermera le petit démon. Le petit démon n'osera plus te faire de mal, et tu seras en sécurité. C'est la foi authentique que tu dois avoir, c'est-à-dire croire que tout est entre les mains de Dieu. Sans la permission de Dieu, aucun malheur ni mauvaise chose ne t’arrivera. Dieu ne Se contente pas de bénir les gens ; Il peut mettre en œuvre diverses circonstances pour mieux te mettre à l'épreuve et te tempérer, pour t’enseigner des leçons à travers elles, tout comme Il peut te placer dans diverses circonstances pour te châtier et te juger. Parfois, les circonstances que Dieu met en œuvre peuvent aller à l’encontre de tes notions et plus encore de ton imagination. Mais n’oublie pas ce que Job a dit : « Nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas le mal ? » (Job 2:10). Voilà ce qui doit être à la source de ton authentique foi en Dieu. Crois que Dieu contrôle tout, et tu n'auras pas peur d'un simple tic oculaire, n'est-ce pas ? (Oui, en effet.)

Nous venons d'échanger sur la façon de traiter les tics oculaires. Les tics oculaires, fréquents dans la vie quotidienne, sont un phénomène que les gens essaient souvent de résoudre à l’aide de méthodes humaines. Cependant, ces méthodes ne produisent généralement pas les résultats escomptés et, en fin de compte, ce qui doit arriver arrive, et personne ne peut s'y soustraire. Qu'il s'agisse d'une bonne ou d'une mauvaise chose, que ce soit quelque chose que les gens veulent voir arriver ou non, ce qui doit arriver arrivera forcément. Qu'il s'agisse de la destinée d'une personne ou des questions sans importance de sa vie quotidienne, cela confirme une nouvelle fois que tout est orchestré et géré par Dieu, et que personne ne peut s'y soustraire. Par conséquent, les individus doués de sagesse doivent aborder ces choses avec une attitude correcte et positive, et considérer et résoudre de telles choses sur la base des vérités-principes et de la parole de Dieu, plutôt que de recourir à des méthodes humaines qui reviennent à faire des sacrifices ou des efforts inutiles. Sinon, en fin de compte, ces individus seront ceux qui subiront des pertes. La raison en est que, lorsqu'il s'agit de la souveraineté du Créateur, il n'y a pas d'autre voie que l'humanité puisse choisir. C'est le seul chemin qui doit être choisi et suivi. Soumets-toi aux orchestrations et aux dispositions de Dieu, tire les leçons des environnements que Dieu orchestre, apprends à te soumettre à Dieu, à comprendre les actes de Dieu, à te comprendre toi-même et à comprendre quel chemin un être créé doit choisir et suivre, et apprends à bien suivre le chemin de vie que les gens doivent suivre, au lieu de résister aux orchestrations et aux arrangements de Dieu avec des méthodes superstitieuses ou humaines.

Note de bas de page :

a. Tai Sui est l'abréviation de dieu Tai Sui. Dans l'astrologie chinoise, Tai Sui signifie le dieu gardien de l'Année. Le Tai Sui est maître de toutes les fortunes d'une année particulière.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp