Comment poursuivre la vérité (15) Partie 3

Nous avons maintenant terminé notre échange sur la façon de traiter les tics oculaires, mais comment les gens doivent-ils aborder la question des rêves dans leur vie quotidienne ? Par exemple, si tu rêves une nuit que tes dents tombent, ta mère pourrait te demander : « Est-ce que tu saignais quand tes dents tombaient ? » Si tu demandes : « Que va-t-il se passer, si c'était le cas ? », ta mère pourrait te dire que cela signifie peut-être que quelqu'un de la famille va mourir, ou qu'un autre évènement malheureux risque de se produire. Je ne connais pas le dicton spécifique qui accompagne cette idée, et une famille dira une chose, tandis qu’une autre dira autre chose. Certains diront peut-être que cela annonce la mort d'un parent proche, comme les grands-parents ou les parents, tandis que d'autres diront que cela annonce la mort d'un ami. Quoi qu'il en soit, rêver de perdre ses dents est généralement considéré comme quelque chose de négatif. Et comme il s’agit d’une mauvaise chose, qui est liée à des questions de vie ou de mort, les gens s’en inquiètent beaucoup. Lorsque quelqu’un rêve qu’il perd ses dents, il se réveille avec une sensation de malaise. Il a le pressentiment qu'un malheur ou quelque chose de néfaste est sur le point de se produire, et cela suscite en lui angoisse, crainte et terreur. Il veut se débarrasser de ce sentiment, mais il n'y parvient pas. Il voudrait trouver des personnes pour régler ce problème ou arranger les choses, mais il n'y a aucun moyen d'y parvenir. Bref, il se retrouve prisonnier de ce rêve. Son inquiétude est d'autant plus grande lorsque, dans le rêve, ses dents saignent. Après avoir fait un tel rêve, les gens sont souvent de mauvaise humeur pendant des jours. Ils se sentent mal à l'aise et ne savent pas comment faire face. Ceux qui ne sont pas au courant de ces choses peuvent rester indifférents, mais ceux qui ont déjà adopté certaines pensées et certains points de vue, ou qui ont entendu des dictons plus alarmants et sensationnels se rapportant à ce sujet, transmis par leurs ancêtres, ont tendance à se montrer encore plus inquiets. Ils craignent de faire de tels rêves et, chaque fois qu'ils en font, ils s’empressent de dire des prières telles que : « Ô Dieu, s’il Te plaît, protège-moi, réconforte-moi, donne-moi de la force et empêche que de telles choses se produisent. Si ce rêve concerne mes parents, veille à ce qu'ils restent en sécurité et épargne-leur tout accident. » Il est évident que ce type d’attitude tient à leurs pensées et à leurs points de vue, ou aux dictons traditionnels. En matière de traditions, certaines familles ou certains individus peuvent avoir recours à des moyens particuliers pour atténuer ces choses, ou manger et boire certaines choses, réciter certaines incantations, ou faire certaines choses pour résoudre ou prévenir toute issue défavorable. Les pratiques de ce genre existent bel et bien dans les traditions populaires, mais nous ne nous y plongerons pas. Nous allons plutôt échanger sur la manière d'aborder et de comprendre la question du rêve. Le rêve est un instinct humain inscrit dans la chair, il relève des phénomènes de survie de la chair. Quoi qu'il en soit, il s’agit là d’un évènement mystérieux. On dit souvent : « Ce à quoi tu penses le jour, tu en rêveras la nuit. » Néanmoins, pendant la journée, les gens ne sont guère traversés par des pensées comme celle de perdre leurs dents, et ce ne sont pas là non plus des choses qu’ils envisagent dans leurs désirs. Personne ne souhaite rencontrer de tels problèmes, et personne n'est obsédé par ces choses jour et nuit. Pour autant, ces évènements se produisent souvent au moment où les gens s'y attendent le moins. Cela n'a donc rien à voir avec le dicton selon lequel « Ce à quoi tu penses le jour, tu en rêveras la nuit ». Ce n'est pas quelque chose qui se produit parce que tu y penses. Indépendamment des interprétations des rêves proposées par Freud, en Occident, ou par le duc de Zhou, en Chine, et que les rêves finissent par se réaliser ou non, en somme, la question des rêves est liée à certaines sensations et perceptions inconscientes du corps humain, et fait partie de ses mystères. Les chercheurs en biologie et en neurosciences occidentaux qui se sont penchés sur cette question n'ont pas réussi à comprendre pleinement l'origine des rêves humains. Ils n'y parviennent pas, alors, devrions-nous essayer de faire des recherches sur ce sujet ? (Non, nous ne devrions pas.) Pourquoi ne devrions-nous pas ? (Il est inutile de faire des recherches sur ces questions, et nous ne les comprendrions pas non plus.) Ce n'est pas que c'est inutile ou que nous ne comprendrions pas, c'est que cela n'implique pas la vérité. C'est aussi simple que ça. Que gagnerais-tu à étudier cette question et à la comprendre ? Cela implique-t-il la vérité ? (Non, pas du tout.) Il s'agit simplement d'un phénomène qui se produit au fil de la survie du corps, et qui se manifeste fréquemment dans la vie des gens. Cependant, les gens ne savent pas ce que cela signifie. Cela fait partie du mystère. Les gens n’ont pas à faire de recherches ou à explorer ce sujet, parce qu'il n’a aucun rapport avec la vérité ni avec le chemin emprunté par les gens. Que tu rêves la nuit de perdre tes dents ou non, que tu rêves d'un grand festin ou de montagnes russes, cela a-t-il le moindre rapport avec la vie que tu mènes pendant la journée ? (Non.) Si, une nuit, tu rêves que tu te bats avec quelqu'un, cela signifie-t-il nécessairement que tu vas te battre avec quelqu'un pendant la journée ? Si, une nuit, tu fais un rêve agréable, un rêve heureux, et que tu te réveilles heureux, cela garantit-il que tout se passera bien et que ta journée se déroulera comme tu le souhaites ? Cela signifie-t-il que, pendant la journée, tu pourras comprendre la vérité et trouver les vérités-principes quand tu agiras ? (Non.) Le rêve n'a donc rien à voir avec la vérité. Il n'est pas nécessaire de faire des recherches à ce sujet. Rêver que l'on perd ses dents et que l'on saigne a-t-il un rapport avec la mort d'un parent proche ? (Non.) Pourquoi dis-tu sans cesse des choses aussi infondées ? Tu te montres de nouveau ignorant, n'est-ce pas ? Tu manques de perspicacité. Le corps humain est un mystère, et il y a beaucoup de choses que tu ne peux pas expliquer. Peux-tu résoudre tout cela en disant simplement « non » ? Autrefois, les prophètes et les élus de Dieu faisaient eux aussi des rêves prophétiques. Ces rêves avaient une signification. Comment expliques-tu que Dieu ait utilisé les rêves pour révéler des choses aux gens ? Et comment Dieu s’y prenait-Il pour entrer dans leurs rêves ? Tout cela relève du mystère. Dieu a aussi utilisé les rêves pour dire aux gens certaines choses, pour les éclairer sur certains sujets et leur permettre de prévoir certains évènements avant qu'ils ne se produisent. Comment expliques-tu cela ? Ignorez-vous ces choses ? (Oui.) Il ne s'agit pas ici de t’amener à nier aveuglément divers phénomènes inexplicables qui surviennent dans la vie quotidienne et tiennent de mystères que tu ne peux élucider, mais de t’amener à comprendre et à aborder ces phénomènes avec précision. Il ne s'agit pas de nier constamment ces choses, de dire qu'elles n'existent pas, qu'il n'y a rien de tel, ou qu'elles sont impossibles, mais plutôt que tu les traites correctement. Qu'est-ce que cela signifie, les traiter correctement ? Cela signifie qu'il ne faut pas aborder ces sujets avec des pensées et des points de vue superstitieux ou extrêmes, comme le font les gens du monde, ni les aborder à la manière des athées ou de ceux qui sont dénués de toute foi. Il ne s'agit pas de t’amener à ces deux extrêmes, mais de te faire adopter la bonne position et le bon point de vue pour considérer ces choses qui arrivent dans la vie quotidienne, non pas le point de vue des gens du monde, ni celui des incrédules, mais le point de vue que doit adopter tout croyant en Dieu. Alors, quel point de vue dois-tu avoir sur ces questions ? (Qu’il faut se soumettre à la souveraineté et aux arrangements de Dieu en toutes circonstances, et ne pas se lancer dans des recherches.) Tu ne dois pas te lancer dans des recherches sur ces questions, mais dois-tu parvenir à une certaine compréhension à cet égard ? Supposons que quelqu'un dise : « Untel a rêvé que ses dents tombaient et qu'il y avait du sang, et quelques jours plus tard, j'ai appris que son père était décédé. » Si tu nies immédiatement en disant : « Impossible ! Ce n'est qu'une superstition, une coïncidence. La superstition, c'est croire en quelque chose parce que cette chose t’obsède ; si elle ne t’obsédait pas, elle n'existerait pas », est-ce une façon stupide de parler ? (Oui.) Alors, comment dois-tu aborder la question ? (Il faut reconnaître que le corps physique recèle de nombreux mystères et que rêver de dents qui tombent en saignant pourrait éventuellement indiquer que quelque chose de désagréable se produit. Mais que cela se produise ou non, nous devons nous soumettre à la souveraineté et aux arrangements de Dieu.) Au regard de ce que vous venez d'apprendre à propos des tics oculaires, comment devez-vous faire face aux rêves de dents qui tombent en saignant ? Tu dois dire : « Cette question dépasse notre entendement. Dans la vie réelle, ce phénomène existe bel et bien. Nous ne pouvons pas déterminer s'il deviendra réalité ou non, ni s'il présage ou non que quelque chose de néfaste va arriver, mais des choses néfastes de ce genre arrivent effectivement dans la vie réelle. Les questions du domaine spirituel dépassent notre entendement et nous n'osons pas affirmer des choses à tort et à travers. Si je fais un tel rêve, quelle doit être mon attitude ? Quel que soit le rêve, je ne me laisserai pas contraindre par lui. Si ce rêve se réalise effectivement, comme les gens le disent, je remercie Dieu de m'avoir préparé mentalement, de m'avoir fait savoir qu'une telle chose pouvait arriver. Je ne me suis jamais demandé si je serais affecté par la mort d'un membre de ma famille, par le décès de mes parents, ni si cela me ferait un choc, si l'accomplissement de mon devoir s’en trouverait affecté, si cela m’affaiblirait ou si j’en ferais le reproche à Dieu – je n'y ai jamais réfléchi. Mais aujourd'hui, cet évènement m’en a donné une petite idée, il m’a fait prendre conscience de ma réelle stature. Lorsque je pense à la mort de mes parents, je ressens une profonde douleur intérieure. Cela me contraindrait et me déprimerait beaucoup. Soudain, je réalise que je n’ai encore qu’une très faible stature. Mon cœur est trop peu soumis à Dieu et j’ai trop peu foi en Lui. À partir d'aujourd'hui, je sens que je dois m’équiper de plus de vérité, me soumettre à Dieu et ne pas me laisser contraindre par cette question. Si l’un de mes proches parents meurt ou s’en va effectivement, cela ne me contraindra pas. Je suis préparé et je demande à Dieu de me guider et de me donner davantage de force. Peu importe ce qui m’attend, je ne regretterai pas d'avoir choisi de faire mon devoir, et je ne renoncerai pas non plus à me dépenser corps et âme pour Dieu. Je persisterai, et je continuerai à me soumettre volontairement aux orchestrations et aux arrangements de Dieu, exactement comme avant. » Ensuite, tu dois souvent prier dans ton cœur, chercher la direction de Dieu et Lui demander d’augmenter ta force, pour ne plus être contraint par cette question. Qu'un proche parent meure ou non, tu dois équiper ta stature en vue de cela, et t’assurer que lorsqu’un tel évènement se produira, tu ne céderas pas à la faiblesse, tu n’en feras pas le reproche à Dieu et tu ne remettras pas en question ta détermination et ton désir de te dépenser corps et âme pour Dieu. N'est-ce pas là l'attitude que tu devrais avoir ? (Si.) Pour ce qui est des rêves que tes dents tombent, tu ne dois pas nier leur existence ou les mettre de côté pour mieux les ignorer, et tu ne dois en aucun cas recourir à des méthodes étranges ou défensives pour y faire face. Il te faut plutôt chercher la vérité, venir devant Dieu en acceptant Ses orchestrations, ne pas faire de sacrifices inutiles ni de choix stupides. Les gens ignorants et entêtés, lorsqu'ils sont confrontés à quelque chose qu'ils n'ont encore jamais vécu et qu'ils ne peuvent pas comprendre, ont tendance à dire : « Cela n'existe pas », « Ce n'est rien », « Cela n'a aucune réalité » ou « Ce n'est que de la superstition ». Certaines personnes qui croient en Dieu disent même : « Je crois en Dieu, je ne crois pas aux fantômes » ou : « Je crois en Dieu, je ne crois pas en Satan. Satan n'existe pas ! » Affirmer qu'ils croient en Dieu, mais pas aux fantômes, aux mauvais esprits, à la possession, ou même à l'existence du domaine spirituel est pour eux un moyen de démontrer l’authenticité de leur foi en Dieu. Ne sont-ils pas tout simplement des incrédules ? (Si.) Ils n'acceptent pas les dictons des pensées traditionnelles du monde des non-croyants, pas plus qu'ils n’acceptent les explications superstitieuses ou tout fait associé aux superstitions. Mais ne pas croire à ces choses ne signifie pas qu'elles n'existent pas. À l’heure actuelle, il ne s'agit pas de te demander de ne pas croire à ces choses, ni de les fuir ou de les nier. Il s'agit plutôt de t’apprendre à adopter les bonnes pensées et les bons points de vue face à ces questions, à faire les bons choix et à avoir la bonne attitude. Telle sera ta véritable stature, et voilà dans quoi tu devrais entrer. Par exemple, disons que quelqu’un rêve qu'il perd ses cheveux. Perdre ses cheveux en rêve est également considéré comme un mauvais présage. Indépendamment des interprétations qui y correspondent ou des évènements qui se sont réalisés, en bref, les gens ont des explications négatives concernant de tels rêves, et ils croient qu'ils indiquent que quelque chose de néfaste ou de fâcheux va se produire. À l'exception des rêves ordinaires qui ne présentent pas de problèmes majeurs, il existe certaines interprétations pour ces rêves particuliers, et ces interprétations annoncent certains évènements, elles livrent aux gens certaines prévisions, certains avertissements ou certaines prédictions, et leur permettent de savoir ce qui va se passer à l’avenir ou leur donnent un indice qui leur indique ce qui va se passer, afin qu'ils puissent se préparer mentalement. Indépendamment de ce qui pourrait arriver, vous ne devez pas adopter d’attitudes d'évitement, de rejet, de défense ou de résistance, ni même avoir l’attitude qui consiste à recourir à des méthodes humaines pour résoudre ces situations. Lorsque vous êtes confrontés à de telles situations, vous devez venir devant Dieu encore plus rapidement pour Lui demander de vous guider, afin que, face aux évènements imminents, vous puissiez rester ferme dans votre témoignage et aligner votre pratique sur les intentions de Dieu, plutôt que de la rejeter et d'y résister. Le fait de te demander de pratiquer de cette manière ne signifie pas que tu es obligé de te concentrer sur ces choses. Il s’agit de t’apprendre le type d'attitude que tu dois adopter pour leur faire face lorsque, inévitablement, elles se produisent, et le type d'approche que tu dois utiliser pour les résoudre. Voilà ce que tu dois comprendre. Dis-Moi, on t’a demandé de ne pas te focaliser sur ces choses, mais ces choses n'arrivent-elles pas dans la vie de tous les jours ? (Si.) Si tu dis qu'elles n'existent pas et qu'elles se produisent quand même, tu pourrais y réfléchir et penser : « Oh non, je dois y croire, car cela s'est vraiment réalisé ! » Sans préparation et sans avoir la bonne attitude, lorsque ces choses se produiront, tu seras pris au dépourvu, tu ne seras préparé en aucune façon, tu ne sauras pas comment prier Dieu ni comment faire face à la situation, et ta foi en Dieu comme ta soumission à Dieu ne seront pas authentiques. Tout ce que tu ressentiras, au bout du compte, ce sera de la peur. Plus tu auras peur, plus tu perdras la présence de Dieu, et lorsque tu perdras la présence de Dieu, tu ne pourras que chercher de l'aide auprès d'autres personnes et tu réfléchiras à toutes les méthodes humaines imaginables pour échapper à la situation. Dans l’incapacité d’échapper à la situation, tu commenceras à croire que Dieu n'est plus digne de confiance ou fiable. Au contraire, tu penseras que seuls les gens le sont. Les choses continueront à se détériorer. Non seulement tu ne croiras plus qu'il s'agit d'une superstition, mais tu y verras quelque chose de terrible, une situation qui échappe à ton contrôle. À ce moment-là, tu diras peut-être : « Il n'est pas étonnant que les non-croyants et ceux qui croient au bouddhisme et brûlent de l'encens pour vénérer Bouddha aillent constamment dans les temples, brûlent de l'encens, prient pour obtenir des bénédictions et faire accomplir des vœux, ni qu’ils soient végétariens et psalmodient les écritures bouddhistes. Il s’avère que ces choses fonctionnent vraiment ! » Non seulement ta soumission et ta foi en Dieu manqueront d’authenticité, mais tu développeras à la place une peur des mauvais esprits et de Satan. Après quoi, tu te sentiras obligé de leur obéir, dans une certaine mesure, et tu diras : « Ces mauvais esprits ne sont pas à prendre à la légère. Il n'est pas bon de ne pas croire en eux, il faut se montrer prudent avec eux. On ne peut pas dire ce que l’on veut dans leur dos : il y a des interdits. On ne badine pas avec ces mauvais esprits ! » Tu réaliseras soudain que, derrière ces évènements, des forces sont à l'œuvre, au-delà du monde matériel, des forces que tu n’avais pas anticipées. Lorsque tu commenceras à pressentir ces choses, la crainte envahira ton cœur, tu éviteras Dieu et ta foi en Lui diminuera. Donc, face aux rêves de dents ou de cheveux qui tombent, tu dois adopter la bonne attitude. Indépendamment des interprétations ou des prédictions spécifiques associées à ces évènements lorsqu'ils t’arrivent, tu n’as qu'une chose à faire : croire que tout est entre les mains de Dieu et être prêt à te soumettre à Ses orchestrations et à Ses arrangements – telle est l'attitude que tu dois adopter face à toutes ces questions. Telle est la position que tu dois adopter et le témoignage que tu dois porter en tant que disciple de Dieu, n'est-ce pas ? (Oui.) Croire que toutes ces choses peuvent arriver et que tout est entre les mains de Dieu, voilà l'attitude que tu dois adopter.

Certains respectent des interdits autour de certains chiffres ou certains jours particuliers. Par exemple, certains individus, qui font du commerce depuis de nombreuses années, attachent une grande importance au fait de faire fortune, si bien qu’ils apprécient tout particulièrement les chiffres liés à la fortune dans les affaires, et qu’ils évitent les chiffres qui, selon eux, portent malheur en affaires. Par exemple, les chiffres 6 et 8 sont particulièrement appréciés par une certaine personne, le numéro de la porte de son magasin est le 168, et le magasin s'appelle « Yi Lu Fa », ce qui signifie devenir riche jusqu’au bout, et se prononce en mandarin de façon similaire aux chiffres 1, 6 et 8 [a], qui sont des chiffres porte-bonheur dans le folklore chinois. En revanche, les chiffres 4 et 5 sont considérés comme néfastes dans la tradition chinoise, car le 4 symbolise la mort et le 5 symbolise le néant, le manque ou le vide, ce qui implique que l'on risque de ne pas amortir son investissement initial ou de ne pas gagner d'argent. Même les plaques d'immatriculation des voitures de certains Chinois ne comportent que des 6, et si tu vois une rangée de 6 sur une plaque, en gros, il s'agira toujours de la voiture d'un Chinois. Qui sait combien de richesses ils ont pu accumuler en utilisant autant de 6 ? Un jour, dans un parking, presque toutes les places étaient occupées, sauf une, celle qui portait le numéro 64. Savez-vous pourquoi personne ne s'était garé sur cette place ? (Le chiffre 64 peut symboliser la mort et l’on considère qu’il porte malheur.) Le chiffre 64 symbolise la mort sur la route. À l'époque, Je ne savais pas pourquoi personne ne se garait à cette place, mais plus tard, des non-croyants M’ont donné l’explication et J'ai compris. La prononciation du chiffre 6 en chinois ressemble au mot « route » et celle du chiffre 4 au mot « mort », si bien que « 64 » sonne comme « mort sur la route » en mandarin, et que les gens ne se garaient pas là. Je suppose qu'on a fini par remplacer le numéro de cette place de parking par le 68, qui sonne comme « s’enrichir jusqu’au bout » en mandarin. Les gens sont tellement obsédés par l'argent qu'ils font une fixation sur lui. Un chiffre peut-il vraiment changer quoi que ce soit ? Les dictons des Chinois autour de ces chiffres ont même réussi à influencer les étrangers. Alors que nous visitions des maisons, un agent immobilier nous a demandé : « Avez-vous des interdits autour de certains chiffres ? Par exemple, si le numéro de la porte de la maison est le 14, est-ce que cela vous paraît néfaste à cause du 4 ? » J'ai répondu : « Je n'y avais jamais pensé. Je ne connaissais pas ce dicton. » L’agent immobilier m'a dit : « Beaucoup de Chinois refusent d'acheter les maisons dont le numéro de porte contient un 4. » J'ai répondu : « Nous n'avons aucun interdit autour des chiffres. Nous ne tenons compte que de la situation, de l'emplacement, de la luminosité, de la ventilation, ou de la structure et de la qualité de la maison, entre autres choses du même genre. Nous ne nous soucions pas des chiffres, nous n'avons pas d’interdits. » Alors, penses-tu que quelque chose de néfaste arrivera nécessairement si des non-croyants ont des interdits autour de certains chiffres ? (Pas nécessairement.) Nous ne savons pas quelles sont les particularités des pays autres que la Chine, comme la Corée du Sud, le Japon, les Philippines ou certains pays d'Asie du Sud-Est, en ce qui concerne les chiffres. Bref, les habitants de chaque pays réagissent différemment face à tel ou tel chiffre. Par exemple, les Américains sont très peu intéressés par le chiffre 6. Les Occidentaux n'aiment pas le 6 en raison d'une certaine culture religieuse, car le chiffre 6 mentionné par le livre de l’Apocalypse dans la Bible a pour eux des connotations négatives. Il y a aussi le chiffre 13, que les Occidentaux n'aiment pas non plus. De nombreux ascenseurs n’indiquent pas cet étage, car on considère que ce chiffre porte malheur. Les Chinois, quant à eux, pensent que le 6 et le 8 sont des chiffres porte-bonheur. Alors, qui dit vrai ? (Ni les uns ni les autres.) Faites-vous attention à des chiffres en particulier ? Avez-vous votre propre chiffre porte-bonheur ? (Non.) Eh bien, c'est une bonne chose. Les Chinois du Sud sont particulièrement soucieux de savoir si tel ou tel chiffre porte bonheur ou non, de choisir la bonne date pour tout ce qu'ils font, et de respecter les restrictions alimentaires pendant les fêtes, ils sont particulièrement pointilleux en la matière. Mais ces histoires de chiffres ne peuvent en aucun cas expliquer quoi que ce soit. Le fait que les gens évitent certains chiffres tient, dans une certaine mesure, à leurs croyances, à leur imagination, à leurs pensées et à leurs notions. Il ne s'agit là que de pensées et de points de vue stupides. Si ta famille t’a inculqué de telles pensées et de tels points de vue, tu dois les abandonner et cesser d’y croire. Ces idées sont encore plus absurdes – ce ne sont même pas des superstitions – et elles constituent les dictons ridicules et dénués de sens propres à ces personnes obsédées par l'argent au sein de la société.

Certaines personnes accordent une grande importance aux signes du zodiaque, ce qui relève de la superstition. De nos jours, même les Occidentaux parlent des signes du zodiaque, ne croyez pas qu’il s'agisse là d'une chose connue des seuls Asiatiques. Les Occidentaux ont également entendu parler du lapin, du bœuf, du rat et du cheval. Et quoi d'autre encore ? Du serpent, du dragon, du coq et du mouton, n'est-ce pas ? Par exemple, les ancêtres et les parents transmettent la croyance selon laquelle les personnes du signe zodiacal du Mouton ont une vie vouée à l'échec. Si tu es du signe du Mouton, tu pourrais alors te dire : « Ma vie est vouée à l'échec, il m’arrive sans cesse des malheurs. J'ai un mauvais conjoint, des enfants désobéissants et mon travail va mal. Je n’ai jamais de promotions ni de primes. Je suis constamment malchanceuse. Si j'ai un autre enfant, ce ne sera pas pendant l'année du Mouton. Il y a déjà un membre de la famille du signe du Mouton dont la vie est suffisamment vouée à l’échec. Si je donnais naissance à un enfant du même signe, nous serions deux. Comment pourrions-nous vivre ainsi ? » Tu étudies la question et tu te dis : « Hors de question pour moi d’avoir d'enfant pendant l'année du Mouton, alors quelle année devrais-je envisager ? Celle du Dragon ? Du Serpent ? Du Tigre ? » Si tu es né l’année du Dragon, cela signifie-t-il que tu es effectivement un dragon ? Peux-tu vraiment devenir empereur ? N'est-ce pas absurde ? Voulez-vous vivre avec ces signes du zodiaque ? Certains disent : « Les personnes nées l'année du Lapin et l'année du Coq ne s'entendent pas. Je suis du signe du Lapin, je dois donc éviter d’interagir avec les personnes du signe du Coq. Nos signes du zodiaque sont incompatibles et nos destinées s'opposent. Mes parents disent que les personnes comme nous sont incompatibles pour ce qui est de se marier et qu’elles ne peuvent pas s’entendre. Il est préférable d'avoir le moins de contacts possible avec elles, de ne pas leur parler et de ne pas interagir avec elles. Nos destinées s'opposent, et si nous nous retrouvons ensemble, je ne pourrai pas surmonter cette contradiction, et ma vie s’en trouvera écourtée, n'est-ce pas ? Je dois éviter de telles personnes. » Ces gens-là sont sous l’influence de ces dictons. N'est-ce pas stupide ? (Si.) En somme, que ta destinée s’oppose ou non à celle d’une personne d'un certain signe du zodiaque, cela aura-t-il vraiment un impact sur ton sort ? Cela t’empêchera-t-il de suivre le bon chemin dans la vie ? (Non.) Certaines personnes n’acceptent de travailler, de collaborer et même de vivre qu'avec des personnes compatibles avec leur signe zodiacal. Inconsciemment, au plus profond d’elles-mêmes, elles sont affectées par ces dictons qui leur ont été transmis par leurs parents ou leurs ancêtres et qui occupent une place importante dans leur cœur. Tu vois, les Orientaux se sentent concernés par les signes du zodiaque, tandis que les Occidentaux se sentent concernés par les signes astrologiques. Aujourd'hui, les Orientaux qui vivent avec leur temps commencent eux aussi à parler de signes astrologiques, comme le signe du Scorpion, de la Vierge, du Sagittaire, etc. Par exemple, un Sagittaire découvre ainsi quelle est sa personnalité et il apprend qu'il a tendance à mieux s'entendre avec les personnes de tel ou tel signe astrologique. Lorsqu'il découvre que quelqu'un est de ce signe astrologique, il se montre disposé à discuter avec lui, il l’estime assez intéressant et se fait une bonne opinion de lui. Il a lui aussi été influencé par les traditions du conditionnement familial. Qu'il s'agisse des signes du zodiaque oriental ou de l'astrologie occidentale, que les contradictions de destins ou la compatibilité des signes soient une réalité factuelle ou non, et que tout cela ait un impact sur toi ou non, tu dois savoir quel point de vue adopter à ce sujet. Que dois-tu comprendre ? Que la date de naissance d'une personne, la décennie dans laquelle elle est née, le mois et l'heure de sa naissance, tout cela est lié à sa destinée. Quoi que disent les diseuses de bonne aventure ou les lecteurs de visage sur ta destinée, sur ton signe astrologique, ou sur le caractère positif ou négatif de ton signe zodiacal, quelle que soit leur exactitude : et alors ? Qu'est-ce que cela permet d’expliquer ? Cela ne prouve-t-il pas davantage que ta destinée a déjà été arrangée par Dieu ? (Si.) Ce que sera ton mariage, l'endroit où tu vivras, le genre de personnes dont tu seras entouré, la richesse matérielle dont tu profiteras au cours de ta vie, si tu seras riche ou pauvre, la somme de souffrance que tu endureras, le nombre d'enfants que tu auras et ta fortune financière, tout cela a déjà été ordonné. Que tu y croies ou non, que les diseuses de bonne aventure le prédisent pour toi ou non, c'est la même chose. Est-il important de savoir ces choses ? Certaines personnes sont particulièrement désireuses de le savoir. Elles s’interrogent : « Quelle sera ma fortune future ? Serai-je pauvre ou riche ? Est-ce que je rencontrerai des personnes qui me seront utiles ? Y a-t-il des personnes dont la destinée s'opposera à la mienne ? Serai-je amené à rencontrer des gens incompatibles au cours de ma vie ? À quel âge vais-je mourir ? Vais-je mourir de maladie, d'épuisement, de soif ou de faim ? Comment vais-je mourir ? Ma mort sera-t-elle douloureuse ou embarrassante ? » Est-il utile de savoir ces choses ? (Non.) En résumé, il n’y a qu’une seule chose à ce sujet dont tu dois être certain : tout est ordonné par Dieu. Indépendamment de ton signe zodiacal ou astrologique, ou de l'heure et de la date de ta naissance, tout a déjà été déterminé par Dieu. C'est précisément parce que tout a été ordonné, parce que la prospérité et la richesse que tu connaîtras dans ta vie, ainsi que l'environnement dans lequel tu vivras, ont déjà été déterminés par Dieu avant ta naissance que tu n'as pas besoin d'aborder ces questions avec superstition ou du point de vue des gens du monde, en recourant à certaines méthodes pour éviter les moments de malchance, ou en prenant certaines mesures pour préserver et maintenir les moments de chance. Ce n'est pas ainsi que tu dois aborder la destinée. Par exemple, s'il est prévu que tu contractes une maladie grave à un certain âge, et que des lecteurs de visage, se basant sur ton signe astrologique, ton signe du zodiaque ou ton heure de naissance, t’en informent, que feras-tu alors ? Seras-tu effrayé ou tenteras-tu de trouver un moyen de résoudre le problème ? (Il faut laisser la nature suivre son cours et se soumettre à l'orchestration de Dieu.) Telle est l'attitude que les gens devraient adopter. Indépendamment de ce qui relève ou non de ta destinée, tout a déjà été prédéterminé par Dieu. Que cela te plaise ou non, que tu sois prêt à l'accepter ou non, que tu aies la capacité d'y faire face ou non, dans tous les cas, tout cela a déjà été ordonné par Dieu. L'attitude que tu dois adopter consiste à accepter ces faits en tant qu'être créé. Que cela se soit déjà produit ou non, que tu sois prêt à y faire face ou non, tu dois l'accepter et y faire face en tant qu'être créé, et non faire des efforts ou chercher conseil auprès d'autres personnes dans le domaine de l'astrologie, des signes du zodiaque ou de la lecture du visage, ni te mettre à la recherche de diverses ressources afin de savoir ce qui va t’arriver à l’avenir et l’éviter dès que possible. Il est mal de traiter le destin et la vie que Dieu a arrangés pour toi en ayant pareille attitude. Les parents de certaines personnes leur trouvent une diseuse de bonne aventure, qui leur dit : « D'après ton signe astrologique, ainsi que ton signe du zodiaque chinois et ton heure de naissance, tu ne peux pas laisser entrer le feu dans ta vie. » Après avoir entendu cela, ces personnes s'en souviennent et y croient, et au fil du temps, cet interdit s’installe comme quelque chose de normal dans leur vie quotidienne. Par exemple, si le nom d'un individu contient l’idéogramme du « feu », elles se refuseront à tout échange avec lui, et même si elles ne s’y refusent pas, elles ne s'approcheront pas de lui et éviteront tout contact étroit avec lui. Elles en auront peur et l'éviteront. Par exemple, face à un individu qui s’appelle Li Can, elles réfléchiront et se diront : « L’idéogramme “Can” contient le radical de “feu” et celui de “montagne”. C'est néfaste, car il y a là la racine de “feu”, et je ne peux donc pas interagir avec cet individu, je dois garder mes distances. » Elles auront peur d’interagir avec cet individu. Elles s’efforceront également, dans la mesure du possible, d’éviter la cuisinière, à la maison, de participer à des dîners aux chandelles, d’assister à des fêtes où l’on fait des feux de joie et d’entrer dans les maisons équipées d’une cheminée, car tout cela implique le feu. Si elles veulent partir en voyage et qu'elles apprennent qu'un volcan se trouve à proximité de leur destination, elles renonceront à partir. Lorsqu'elles vont quelque part pour prêcher l'Évangile, elles doivent se renseigner sur le nom et le prénom de l’individu avec lequel elles partagent l’Évangile, pour s'assurer que ce nom et ce prénom ne contiennent pas l’idéogramme du « feu ». Et si l’individu en question est un forgeron qui travaille le fer chez lui, elles se refuseront catégoriquement à partir. Bien qu'elles croient consciemment que tout est entre les mains de Dieu et qu'elles sachent qu'elles ne devraient pas avoir peur, dès que de tels interdits se présentent à elles, l'inquiétude et la crainte commencent à s’emparer d’elles, et elles n'osent pas enfreindre l’interdit. Elles craignent constamment qu’il leur arrive des accidents et des catastrophes qu'elles ne pourraient pas supporter. Elles n'ont pas véritablement foi en Dieu. Elles peuvent être obéissantes, endurer des souffrances et payer un prix dans d'autres domaines, mais ce problème est la seule chose qu’elles ne peuvent pas accepter. Par exemple, si quelqu'un leur dit : « Il ne faut surtout jamais traverser de pont de toute ta vie. Si tu traverses un pont, un accident se produira. Si tu traverses plusieurs ponts, ce sera encore plus dangereux et c'est ta vie même qui sera en danger », elles se souviendront de ces paroles et, par la suite, que ce soit pour aller au travail, retrouver des amis ou même assister à des réunions, elles éviteront les ponts, quitte à faire des détours, de peur d’enfreindre l’interdit. Elles ne croient pas qu'elles vont nécessairement mourir ainsi, mais cette question les trouble. Parfois, elles n'ont pas d'autre choix que de traverser un pont et après l'avoir fait, elles disent : « Je crois que tout est entre les mains de Dieu. Si Dieu ne veut pas que je meure, je ne mourrai pas. » Cependant, leur cœur n’en demeure pas moins troublé par ce dicton, et elles ne parviennent pas à s'en défaire. Certaines personnes disent que l'eau va à l’encontre de leur destin, si bien qu’elles évitent de s'approcher des cours d’eau ou des puits. Une sœur avait une piscine dans son jardin, alors une personne de ce genre a refusé d’aller aux réunions qui se tenaient chez cette sœur, et lorsque les réunions ont été organisées chez quelqu’un d’autre, qui avait un aquarium à la maison, cette personne n'y est pas allée non plus. Elle n'allait dans aucun endroit où il y avait de l'eau et refusait de toucher à l'eau, qu'elle soit courante ou stagnante. Dans la vie quotidienne, ces dictons absurdes issus du conditionnement familial relèvent de la culture traditionnelle et de la superstition. Dans une certaine mesure, ces dictons affectent l'opinion des gens sur certains sujets et ils ont un impact sur leurs habitudes quotidiennes et leur mode de vie. Dans une certaine mesure, cela bride les pensées des gens et contrôle les principes et les méthodes correctes sur lesquels ils s’appuient pour agir.

Note de bas de page :

a. Le texte original ne contient pas la phrase « ce qui signifie devenir riche jusqu’au bout, et se prononce en mandarin de façon similaire aux chiffres 1, 6 et 8 ».

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp