Comment poursuivre la vérité (15) Partie 4

Certains disent : « Si ces traditions et superstitions relèvent de certaines pensées et superstitions traditionnelles étrangères au christianisme, alors nous devrions les critiquer et les abandonner. Mais lorsqu’il s’agit de pensées, de points de vue, de traditions ou de superstitions issues des religions orthodoxes, les gens n’ont-ils pas besoin de les abandonner ? Ces choses ne devraient-elles pas être considérées comme l’on considère les jours saints que l’on commémore ou les règles de vie que l’on respecte dans la vie quotidienne ? » (Non, nous devons abandonner toutes ces choses également, car elles ne viennent pas de Dieu.) Par exemple, la plus grande fête issue du christianisme est Noël. Que savez-vous de Noël ? De nos jours, certaines grandes villes d’Orient célèbrent également Noël et le réveillon de Noël en organisant des fêtes. Outre Noël, Pâques et la Pâque juive sont également des fêtes religieuses importantes. Certaines fêtes sont l’occasion de manger de la dinde et des grillades, tandis que d’autres impliquent de manger des sucres d’orge rouges et blancs, qui symbolisent le précieux sang du Seigneur Jésus versé en sacrifice d’expiation pour sanctifier les hommes. Le rouge représente le précieux sang du Seigneur Jésus, le blanc représente la sainteté, et les gens mangent ce type de bonbons. La tradition de Pâques veut également que l’on mange des œufs de Pâques. Toutes ces fêtes sont liées au christianisme. On rencontre également diverses icônes chrétiennes, telles que les images de Marie, de Jésus et de la croix. Toutes ces choses procèdent du christianisme et, à Mon avis, constituent également une sorte de tradition. Derrière ces traditions, il y a forcément certaines superstitions. Indépendamment de la teneur de ces dictons superstitieux, en bref, tant qu’ils n’impliquent pas la vérité, le chemin que les gens prennent, ou les exigences de Dieu envers les êtres créés, ils n’ont rien à voir avec ce dans quoi vous devez entrer à présent, et vous devez donc les abandonner. Ils ne devraient pas être considérés comme sacrés et inviolables, et ils ne sont pas non plus à mépriser, bien évidemment. Il suffit de les traiter correctement. Ces fêtes ont-elles quoi que ce soit à voir avec nous ? (Non.) Elles n’ont rien à voir avec nous. Un jour, un étranger M’a demandé : « Fêtez-vous Noël ? » J’ai répondu : « Non. » Il a ajouté : « Alors, fêtez-vous le Nouvel An chinois ? La fête du printemps ? » J’ai répondu : « Non. » Il a ensuite demandé : « Alors, quelles sont les fêtes que vous célébrez ? » J’ai répondu : « Nous n’avons pas de fêtes. Chaque jour est le même pour nous. Nous mangeons ce que nous voulons quel que soit le jour, et non en fonction des fêtes. Je n’ai pas de traditions. » Il M’a demandé : « Pourquoi ? » J’ai répondu : « Sans raison particulière. Ce mode de vie est très libre, sans contrainte d’aucune sorte. Nous vivons sans aucune formalité, en suivant simplement les règles, en mangeant, en nous reposant, en travaillant et en nous déplaçant selon le temps et la mesure donnés par Dieu, naturellement et librement, sans aucune formalité. » Bien sûr, il est un objet religieux particulier, la croix, que certains considèrent comme sacré. La croix est-elle sacrée ? Peut-on la qualifier de sacrée ? L’image de Marie est-elle sacrée ? (Non, elle n’est pas sacrée.) L’image de Jésus est-elle sacrée ? Vous n’osez pas vraiment le dire. Pourquoi l’image de Jésus n’est-elle pas sacrée ? Parce qu’elle a été peinte par des êtres humains, qu’elle ne brosse pas le véritable portrait de Dieu et qu’elle n’a rien à voir avec Dieu. Ce n’est qu’un tableau. Sans parler de l’image de Marie. Personne ne sait à quoi ressemble Jésus, alors les êtres humains se contentent de Le représenter à l’aveuglette, et quand le tableau est terminé, ils te demandent de te prosterner devant elle. Ne serais-tu pas stupide d’adorer cette image ? Dieu est Celui que tu dois adorer. Tu n’as pas à te prosterner formellement devant une idole, un portrait ou un tableau. Il ne s’agit pas de se prosterner devant un objet. Tu dois adorer Dieu et compter sur Lui dans ton cœur. Les gens doivent se prosterner devant les paroles de Dieu et Sa personne réelle, et non devant la croix ou les images de Marie et de Jésus, qui sont toutes des idoles. La croix n’est qu’un symbole de la deuxième étape de l’œuvre de Dieu. Elle n’a rien à voir avec le tempérament, l’essence ou les exigences de Dieu envers l’humanité. Elle ne représente pas Dieu, et encore moins Son essence. Par conséquent, porter une croix ne montre en rien ta crainte de Dieu, ou que tu es protégé par une amulette. Je n’ai jamais représenté la croix. Je n’ai aucun symbole de croix chez Moi, rien de tout cela. Donc, quand il s’agit de ne pas célébrer Noël et Pâques, les gens acceptent facilement d’y renoncer, mais s’il est question de symboles religieux tels que la croix, les images de Marie et de Jésus, ou même la Bible, lorsqu’on leur dit de jeter une croix ou une image de Marie ou de Jésus, ils se disent : « Mon Dieu, quelle irrévérence, quelle irrévérence ! Vite, demandez pardon à Dieu, demandez-Lui pardon… » Les gens pensent que cela aura des conséquences. Bien sûr, tu n’as pas à détruire délibérément ces objets, ni à les respecter particulièrement, d’ailleurs. Ce ne sont que des objets, qui n’ont rien à voir avec l’essence ou l’identité de Dieu. C’est là quelque chose que tu dois savoir. Quant aux fêtes de Noël et de Pâques décrétées par les êtres humains, elles n’ont, bien sûr, rien à voir non plus avec l’identité ou l’essence de Dieu, avec Son œuvre ou Ses exigences envers les hommes. Même si tu célèbres cent fois ou dix mille fois Noël, même si tu fêtes Noël ou Pâques pendant plusieurs vies, cela ne remplacera jamais la compréhension de la vérité. Tu n’as pas à admirer ces choses et à dire : « Je dois aller en Occident. En Occident, je peux célébrer Noël. Noël est sacré. Noël est un jour de commémoration de l’œuvre de Dieu. C’est aussi un jour que nous devrions commémorer. Nous devons être solennels ce jour-là. Pâques est un jour qui attire encore plus l’attention de tous. C’est un jour où l’on commémore la résurrection d’entre les morts de Dieu incarné. Un jour comme celui-là, nous devons nous réjouir tous ensemble, célébrer l’évènement et nous féliciter les uns les autres, et commémorer ce jour à jamais. » Ce ne sont là que des choses imaginées par les êtres humains et dont Dieu n’a pas besoin. Si Dieu avait besoin que les gens commémorent ces jours, Il te dirait l’année, le mois, le jour, l’heure, la minute et la seconde exacts. S’Il ne t’a pas dit l’année, le mois et le jour exacts, cela t’indique que Dieu n’a pas besoin que les gens commémorent ces jours. Si tu les commémores malgré tout, tu enfreins les restrictions de Dieu et c’est quelque chose qu’Il n’apprécie pas. Dieu n’aime pas cela, mais tu t’obstines à le faire et tu prétends adorer Dieu. Alors, tu suscites encore plus de dégoût en Dieu, et tu mérites de mourir. Est-ce que tu comprends ? (Je comprends.) Si tu souhaites célébrer ces fêtes maintenant, Dieu t’ignorera, et tôt ou tard, tu devras en payer le prix et assumer la responsabilité de tes mauvaises actions. C’est pourquoi Je te le dis, mieux vaut que tu comprennes vraiment l’une des paroles de Dieu et que tu suives Ses paroles, plutôt que tu te prosternes et inclines la tête autant de fois que tu le souhaites devant la croix. Tu peux le faire autant de fois que tu le veux, cela ne servira à rien et cela ne signifiera pas que tu suis la voie de Dieu, que tu acceptes Ses paroles ou que tu agis conformément aux principes qu’Il exige. Dieu ne s’en souviendra pas. Donc, si tu perçois la croix comme particulièrement sacrée, à partir de ce jour, tu dois abandonner cette pensée et ce point de vue, et expulser des profondeurs de ton cœur cette croix que tu chéris. Elle ne représente pas Dieu, et la vénérer ne signifie pas que tu es pieux. La conserver précieusement, la chérir ou même la porter sur tes épaules toute la journée ne signifie pas que tu adores Dieu. La croix n’était qu’un outil qui a été utilisé à l’une des étapes de l’œuvre de Dieu, et elle est sans rapport avec l’essence, le tempérament ou l’identité de Dieu. Si tu t’obstines à adorer la croix comme s’il s’agissait de Dieu Lui-même, c’est là quelque chose que Dieu déteste. Non seulement Dieu ne Se souviendra pas de toi, mais tu seras détesté et abandonné par Lui. Si tu persistes et que tu dis : « Je ne T’écouterai pas. La croix est sacrée et inviolable à mes yeux. Je ne crois pas et n’accepte pas Tes paroles selon lesquelles la croix n’a pas d’importance et ne représente pas Dieu », alors tu peux agir comme bon te semble et voir ce que cela t’apportera au bout du compte. Dieu est descendu de la croix depuis longtemps. La croix était le plus discret de tous les outils utilisés à une étape de l’œuvre de Dieu. Ce n’est qu’un objet et elle n’a aucune valeur aux yeux de Dieu qui justifie qu’on la conserve. Tu n’as bien évidemment pas à la chérir, à l’aimer, ou même à l’admirer ou à la respecter. Tout cela n’est pas nécessaire. La Bible est également très chère au cœur des gens. Même s’ils ne la lisent plus, elle occupe encore une place importante dans leur cœur. Ils ne parviennent toujours pas à abandonner complètement les opinions qui leur ont été transmises par leur famille ou leurs ancêtres sur la Bible. Par exemple, lorsque tu mets de côté la Bible, tu te dis peut-être : « Oh, qu’est-ce que je fais ? C’est la Bible. Il faut la chérir ! La Bible est sacrée et ne doit pas être traitée avec autant d’indifférence, comme s’il s’agissait d’un livre ordinaire. Elle est recouverte de poussière et personne n’a pris la peine de la nettoyer. Les coins du livre sont tordus et personne ne les a redressés. » Les gens doivent abandonner ce genre de pensée et de point de vue qui consiste à traiter la Bible comme quelque chose de sacré et d’inviolable.

Les traditions et superstitions familiales dont nous venons de discuter, ainsi que les diverses pensées, les divers points de vue et modes de vie liés à la religion, de même que les objets que les gens entourent de superstition, d’admiration ou de dévotion, inculquent tous aux gens certains modes de vie, certaines pensées et certains points de vue incorrects, et les induisent en erreur de manière intangible dans leur vie et quant à leurs moyens de subsistance et à leur survie. Dans la vie quotidienne, cette mauvaise orientation qui en résulte viendra perturber inconsciemment les gens dans leurs tentatives d’accepter les choses correctes, les pensées positives et les questions positives, et ils feront alors involontairement certaines choses stupides, irrationnelles et puériles. C’est précisément pour cette raison qu’il est nécessaire que les individus aient une vision, des pensées et des points de vue corrects sur ces questions. Si quelque chose implique la vérité et s’aligne sur elle, tu dois l’accepter, le mettre en pratique et t’y soumettre comme un principe à suivre pour ce qui est de ta vie et de ta survie. En revanche, si cette chose n’implique pas la vérité et qu’elle n’est qu’une tradition ou une superstition, ou qu’elle provient simplement de la religion, alors tu dois l’abandonner. Enfin, le sujet sur lequel nous avons échangé aujourd’hui est particulier, en ce sens qu’il montre que, concernant ces choses liées aux traditions, aux superstitions et à la religion – que tu les reconnaisses ou non, que tu en aies fait l’expérience ou non, et quelle que soit la mesure dans laquelle tu les reconnais – il y a en somme certains dictons dans la tradition et la superstition qui existent sous forme de faits objectifs et qui, jusqu’à un certain point, affectent et perturbent la vie quotidienne de l’humanité. Comment devez-vous donc envisager cette question ? Certains disent : « Tu dois y croire. Si tu ne fais pas ce qui est dit, il y aura des conséquences, et que feras-tu alors ? » Connaissez-vous la principale différence entre les croyants et les incrédules ? (La principale différence est que les premiers croient que tout est entre les mains de Dieu, alors que les incrédules essaient constamment de changer leur destin par eux-mêmes.) Une autre différence est que les croyants bénéficient de la présence et de la protection de Dieu, de sorte que ces divers phénomènes superstitieux qui existent dans la vie réelle ne les affectent pas. Mais les incrédules, parce qu’ils n’ont pas la protection de Dieu et ne croient ni en Sa protection ni en Sa souveraineté, sont sous l’emprise de divers démons impurs et autres mauvais esprits dans leur vie quotidienne. Ils doivent donc faire attention aux interdits dans tout ce qu’ils font. D’où viennent ces interdits ? Viennent-ils de Dieu ? (Non.) Pourquoi doivent-ils s’abstenir de faire ces choses ? Comment savent-ils qu’ils doivent s’en abstenir ? Ils le savent parce que certaines personnes ont vécu ces choses, en ont tiré certaines expériences et leçons, avant de les propager parmi les gens. Ces expériences et ces leçons sont ensuite largement diffusées, jusqu’à devenir une sorte de tendance parmi les gens, et tout le monde se met à vivre et à agir en conséquence. Comment cette tendance est-elle née ? Si tu ne suis pas les règles établies par les mauvais esprits et les démons impurs, ces derniers te perturberont, interrompront et bouleverseront le cours normal de ta vie, ils te forceront à croire à l’existence de ces interdits et ils te forceront à croire qu’il y aura des conséquences si tu les enfreins. Pendant des milliers d’années, les gens ont accumulé ces expériences au cours de leur vie quotidienne, ils les ont transmises de génération en génération, jusqu’à se persuader qu’il existe une force invisible qui les contrôle en coulisses, et qu’ils doivent l’écouter. Par exemple, si tu n’allumes pas de pétards à l’occasion du Nouvel An chinois, tes affaires ne marcheront pas bien cette année. Un autre exemple est que si tu allumes le premier bâton d’encens au Nouvel An, tout se passera bien pour toi pendant le restant de l’année. Ces expériences indiquent aux gens qu’ils doivent croire aux superstitions et aux dictons issus de la culture populaire, et génération après génération, les gens vivent ainsi. Que disent ces phénomènes aux gens ? Ils leur disent que ces interdictions et ces tabous sont autant d’expériences que les gens ont accumulées dans la vie au fil du temps, et que ce sont des choses que les gens doivent faire, parce qu’il existe certaines forces invisibles qui contrôlent tout en coulisses. Au bout du compte, de génération en génération, les gens finissent par suivre ces règles. Ceux qui ne croient pas en Dieu doivent suivre ces superstitions et ces traditions afin de mener une vie relativement paisible dans les groupes sociaux auxquels ils appartiennent. Ils vivent en recherchant la paix, la sérénité et la joie. Mais alors, pourquoi ceux qui croient en Dieu n’ont-ils pas à suivre ces superstitions et ces traditions ? (Parce qu’ils sont protégés par Dieu.) Ils sont protégés par Dieu. Les personnes qui croient en Dieu Le suivent, et Dieu les met en Sa présence et Il les fait entrer dans Sa maison. Sans la permission de Dieu, Satan n’ose pas te faire de mal. Même si tu ne respectes pas les règles de Satan, celui-ci n’osera pas te toucher. Cependant, en ce qui concerne ceux qui ne croient pas en Dieu et qui ne Le suivent pas, Satan peut les manipuler à volonté. La façon dont Satan manipule les gens consiste à établir divers dictons et diverses règles étranges que tu dois suivre. Si tu ne les suis pas, il te punit. Par exemple, si tu n’adores pas le dieu de la cuisine le vingt-troisième jour du douzième mois lunaire, n’y aura-t-il pas des conséquences ? (Si.) Il y aura des conséquences, et les non-croyants n’osent donc pas se soustraire à ce rituel. Ce jour-là, ils doivent également manger des bonbons au sésame pour sceller la bouche du dieu de la cuisine et l’empêcher de les dénoncer au ciel. Comment ces règles et dictons superstitieux ont-ils vu le jour ? C’est Satan qui fait certaines choses, qui sont ensuite transmises par la tradition orale. À la racine, ces choses proviennent de Satan et de divers démons impurs, mauvais esprits et chefs démoniaques. Ils établissent ces règles et contrôlent les gens à l’aide de ces règles et dictons superstitieux, en les obligeant à les écouter. Si tu ne les écoutes pas, ils t’infligent quelque chose de terrible, ils te punissent. Certains ne croient pas à ces dictons superstitieux, et leur maison est toujours en désordre. Lorsqu’ils se rendent dans un temple bouddhiste pour se faire prédire l’avenir, on leur dit : « Oh là là ! Tu as enfreint tel ou tel interdit. Tu dois creuser le sol sous ta maison, modifier la cheminée, changer l’ameublement et mettre un talisman sur le linteau de la porte pour que les petits démons n’osent pas venir. » En réalité, c’est un plus grand démon qui a placé sous son emprise le petit, de sorte que le petit démon ne te dérangera pas. Ainsi, la vie devient bien plus paisible. Au début, la personne n’y croyait pas, mais maintenant qu’elle le voit, elle se dit : « Ça alors, il y avait donc bien un petit démon à la source de tous ces problèmes ! » Elle n’a pas d’autre choix que d’y croire. Ceux qui ne croient pas en Dieu et qui essaient de s’en sortir et de survivre dans ce monde sont complètement contrôlés par les êtres malfaisants, qui ne leur laissent ni le droit ni la possibilité de choisir par eux-mêmes, ces gens sont obligés de croire. Par contre, vous qui croyez en Dieu, si vous persistez dans ces pensées ou ces points de vue superstitieux et traditionnels, ou ces choses de la religion, si vous célébrez leurs fêtes, croyez en leurs dictons et perpétuez leurs traditions, leurs modes de vie et leurs attitudes envers la vie, et que la source de votre joie dans la vie repose sur ces dictons, alors vous dites à Dieu, dans une sorte de langage silencieux : « Je ne crois pas en Tes orchestrations, et je ne veux pas non plus les accepter », et vous dites aussi aux mauvais esprits, aux démons impurs et à Satan, dans un langage silencieux : « Bon d’accord, je crois en vos dictons, et je suis prêt à coopérer avec vous. » Parce que, pour ce qui est des diverses attitudes que tu défends, et de tes pensées, points de vue et pratiques, tu n’acceptes pas la vérité, mais que tu te conformes au contraire aux pensées et aux points de vue des mauvais esprits, des démons impurs et de Satan, et parce que tu mets en œuvre leurs pensées et leurs points de vue par ton comportement et par tes actes, tu vis donc sous leur emprise. Puisque tu es prêt à vivre sous leur emprise, à faire des raviolis quand tu sors et à manger des nouilles quand tu rentres à la maison, mais aussi à manger des gâteaux de riz et du poisson au Nouvel An chinois, alors, rejoins-les donc. Tu n’as pas à croire en Dieu ni à proclamer que tu crois en Dieu. Partout où tu vas et dans tout ce que tu fais, tu suis les modes de vie, les pensées et les points de vue que Satan t’a inculqués, tu considères les gens et les choses, tu te comportes et agis, tu vis et survis selon des notions religieuses, et ce que tu fais n’a rien à voir avec ce que Dieu t’a enseigné, rien à voir avec la vérité. Tu es donc véritablement un adepte de Satan. Puisque tu suis Satan du fond du cœur, pourquoi es-tu encore assis ici ? Pourquoi restes-tu là à écouter ce sermon ? N’est-ce pas se livrer à la tromperie ? N’est-ce pas blasphémer Dieu ? Comme les traditions, les superstitions et les notions religieuses inculquées par Satan t’obsèdent tant, que tu t’y empêtres et que tu restes très attaché à elles, tu ne devrais plus croire en Dieu. Tu devrais rester au temple bouddhiste, brûler de l’encens, faire des courbettes, procéder à des tirages au sort et psalmodier les écritures. Tu ne devrais pas rester dans la maison de Dieu, tu n’es pas digne d’écouter les paroles de Dieu ou d’accepter Sa direction. Par conséquent, si tu proclames que tu es un disciple de Dieu, alors tu devrais abandonner ces traditions, ces superstitions et ces notions religieuses issues de la famille. Même tes règles de vie les plus élémentaires, tant qu’elles reposent sur des traditions et des superstitions, tu dois les abandonner et cesser de t’y accrocher. Ce que Dieu déteste le plus, ce sont les traditions humaines, les jours de fête, les coutumes et certaines règles de vie issues de la culture populaire et de la famille, derrière lesquelles se cachent certaines interprétations. Par exemple, certaines personnes doivent placer un miroir sur le linteau de la porte lorsqu’elles construisent une maison, au motif qu’il servirait à éloigner les mauvais esprits. Tu crois en Dieu, pourtant tu as encore peur des démons ? Si tu crois en Dieu, comment se fait-il que les démons puissent encore te harceler aussi facilement ? Crois-tu véritablement à Dieu ? Pendant le Nouvel An chinois, si un enfant dit quelque chose qui porte malheur, comme : « si je meurs… » ou « si maman meurt… », ces personnes enchaînent rapidement, en disant : « Poh, poh, poh, les paroles d’un enfant ne peuvent pas briser les tabous, les paroles d’un enfant ne peuvent pas briser les tabous. » Ils sont morts de peur, ils craignent que leurs paroles se réalisent. De quoi as-tu peur ? Même si cela se réalisait effectivement, serais-tu incapable d’accepter cette réalité ? Serais-tu capable d’y résister ? Ne devrais-tu pas l’accepter de Dieu ? Il n’y a pas d’interdits avec Dieu, uniquement des choses conformes ou non à la vérité. En tant que croyant, tu ne dois adhérer à aucun interdit et, au contraire, traiter ces questions selon les paroles de Dieu et les vérités-principes.

L’échange d’aujourd’hui porte sur des sujets liés à la manière dont la famille conditionne les gens en matière de traditions, de superstitions et de religion. Il est possible que nous ne sachions pas grand-chose sur ces sujets, néanmoins, il suffit de t’indiquer, par le biais de l’échange, le type d’attitude que tu dois adopter et la façon dont tu dois t’y prendre pour aborder ces sujets selon les paroles de Dieu et les principes. À tout le moins, la pratique que tu dois défendre consiste à abandonner ce qui est lié à ces questions, à ne pas les garder dans ton cœur et à ne pas les préserver comme un mode de vie normal. Mais surtout, ce que tu dois faire, c’est abandonner ces questions et ne pas les laisser te perturber ou t’entraver. Tu ne dois pas juger de ta vie et de ta mort, de ta fortune et de tes malheurs en te basant sur ces questions. Et bien sûr, tu ne dois en aucun cas affronter ou choisir ton chemin futur en te basant sur elles. Si tu croises un chat noir lorsque tu sors, et que tu te dis : « Vais-je passer une mauvaise journée ? Va-t-il m’arriver malheur ? », quel est ce point de vue ? (Il est erroné.) Qu’est-ce qu’un chat peut bien te faire ? Même s’il existe des dictons superstitieux qui en parlent, ils n’ont rien à voir avec toi, il n’y a donc pas lieu d’avoir peur. Ne crains pas même un tigre noir, et encore moins un chat noir. Tout est entre les mains de Dieu, et tu n’as pas à craindre Satan ou un quelconque mauvais esprit, sans parler d’un chat. Si tu délestes ton cœur de tout interdit, que tu te contentes de poursuivre la vérité et que tu crois que tout est entre les mains de Dieu, alors même s’il existe certains dictons à ce sujet et que cela peut te porter malheur, tu n’as pas à t’inquiéter. Par exemple, un jour, tu entends soudain une chouette hululer à ton chevet. Dans la tradition chinoise, on dit : « N’aie pas peur du hululement de la chouette, crains plutôt son rire. » Or, cette chouette hulule et rit à la fois, et cela t’effraie plus tout et t’affecte un peu dans ton cœur. Mais réfléchis un instant et dis-toi : « Ce qui doit arriver arrivera, et ce qui ne doit pas arriver, Dieu ne le permettra pas. Je suis entre les mains de Dieu, comme tout le reste. Je n’ai pas peur et je ne suis pas affecté par cela. Je vivrai comme je le dois, je poursuivrai la vérité, je pratiquerai les paroles de Dieu et je me soumettrai à toutes les orchestrations de Dieu. Cela ne changera jamais ! » Lorsque plus rien ne peut te perturber, c’est que tu fais bien. Si un jour tu fais un cauchemar, que tu rêves que tu perds tes dents, que tes cheveux tombent, que tu casses un bol, que tu te vois mort, et que toutes sortes de mauvaises choses se produisent simultanément dans un même rêve, et qu’aucune de ces scènes ne peut être de bon augure pour toi, comment réagiras-tu ? Seras-tu déprimé ? Seras-tu contrarié ? En seras-tu affecté ? Par le passé, un tel rêve t’aurait peut-être contrarié pendant un mois ou deux, et finalement, il ne se serait rien passé, alors tu aurais poussé un soupir de soulagement. Mais à présent, tu es seulement un peu perturbé, et dès que tu te dis que tout est entre les mains de Dieu, ton cœur s’apaise rapidement. Tu viens devant Dieu en ayant une attitude de soumission, et c’est bien ainsi. Même si ces mauvais présages conduisent réellement à un malheur, il y a un moyen de résoudre cela. Comment peux-tu résoudre cela ? Les choses néfastes ne sont-elles pas aussi entre les mains de Dieu ? Sans la permission de Dieu, Satan et les démons ne peuvent pas toucher à un seul de tes cheveux. Satan n’a pas à décider, surtout lorsque c’est une question de vie ou de mort. Sans la permission de Dieu, ces choses-là, graves ou non, ne peuvent pas se produire. Ainsi, quel que soit le phénomène néfaste auquel tu assistes en rêve une nuit, et quelle que soit la sensation inhabituelle que tu ressentes dans ton corps, ne t’inquiète pas, ne sois pas mal à l’aise et n’envisage surtout pas d’éviter, de rejeter cela ou d’y résister. N’essaie pas de recourir à des méthodes humaines telles que les poupées vaudou, les séances de spiritisme, le tirage au sort, la voyance ou la recherche d’informations en ligne pour éviter ces risques. Rien de tout cela n’est nécessaire. Il est possible que ton rêve annonce que quelque chose de grave va vraiment se produire, comme une faillite, la chute de tes actions en bourse, le rachat de ton entreprise par la concurrence, ton arrestation par le gouvernement lors d’une réunion, une dénonciation pendant que tu prêches l’Évangile, ou autre. Et alors ? Tout est entre les mains de Dieu, n’aie pas peur. Ne t’inquiète pas, ne pleure pas, ne crains pas les malheurs qui ne sont pas encore arrivés et, bien sûr, ne résiste pas et ne t’oppose pas à l’arrivée de ces malheurs. Fais ce qu’un être créé se doit de faire, assume tes responsabilités et rempli tes obligations en tant qu’être créé, et adopte la position et la perspective qu’un être créé se doit d’adopter. Voilà l’attitude que tout le monde doit adopter face aux choses, c’est-à-dire accepter et se soumettre, en s’en remettant aux orchestrations de Dieu sans se plaindre. Ainsi, tout dicton ou toutes conséquences d’ordre religieux, traditionnel ou superstitieux ne seront plus un problème pour toi, et ne causeront plus aucune perturbation. Tu te soustrairas enfin à l’emprise de Satan et à l’influence des ténèbres, tu ne seras plus contrôlé par l’influence des ténèbres ni par aucune des pensées de Satan. Tes pensées, ton âme, ton être tout entier seront conquis et gagnés par les paroles de Dieu. N’est-ce pas la liberté ? (Si.) C’est la liberté totale, c’est vivre dans la libération et la liberté, et avoir la ressemblance d’un être humain. Comme c’est formidable !

Telle est essentiellement la teneur de l’échange d’aujourd’hui. En ce qui concerne certains interdits dans les habitudes quotidiennes, par exemple le fait de ne pas consommer tel ou tel aliment face à certaines maladies, ou le fait, pour certaines personnes, de ne pas manger de nourriture épicée, parce qu’elles ont tendance à monter en température, tout cela ne concerne pas la façon dont on se comporte, ni les pensées et les points de vue, et encore moins le chemin que l’on emprunte. Cela n’entre pas dans le cadre de notre échange. Le sujet de notre échange sur le conditionnement familial porte sur les pensées et les points de vue des gens, leur mode de vie normal et leurs règles de vie, ainsi que sur leurs pensées, leurs points de vue, leurs positions et leurs perspectives sur diverses choses. En résolvant ces pensées, ces points de vue et ces attitudes erronés à tous égards, ce dans quoi les individus doivent ensuite entrer est la recherche et l’acceptation des pensées, des points de vue, des attitudes et des perspectives corrects à l’égard des choses. Bien, c’est tout pour l’échange sur le sujet d’aujourd’hui. Au revoir !

25 mars 2023

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp