Comment poursuivre la vérité (16) Partie 1

Sur quoi portait l’échange lors de la dernière réunion ? (Lors de la dernière réunion, Dieu a principalement échangé sur l’abandon du conditionnement de la famille exercé à travers les traditions, les superstitions et la religion. Dieu a échangé en détail sur certains dictons superstitieux tels que : « Des raviolis pour le départ, des nouilles pour le retour » et « Un tic à l’œil gauche prédit la fortune tandis qu’un tic à l’œil droit prédit un désastre », ainsi que sur l’effet que produisent sur les gens certaines coutumes traditionnelles liées au Nouvel An chinois et à d’autres fêtes. Parallèlement, Dieu a échangé sur la bonne façon d’aborder ces pratiques et dictons traditionnels et superstitieux, qui consiste à croire que certains évènements se produiront effectivement, tout en croyant que tout est entre les mains de Dieu. Indépendamment de ce que ces dictons peuvent annoncer ou des évènements qui peuvent se produire, nous devons tous adopter une attitude d’acceptation et de soumission et être capables de nous mettre à la merci de l’orchestration et des dispositions de Dieu.) Tels étaient les éléments fondamentaux de notre échange lors de la dernière réunion. En ce qui concerne les traditions, les superstitions et les religions que les familles inculquent aux gens, nous avons échangé en détail sur certaines situations que les gens rencontrent dans leur vie quotidienne. Bien que le contenu de notre échange n’ait porté que sur les traditions, les superstitions et les religions telles qu’elles se manifestent dans la vie quotidienne des Chinois que nous connaissons tous, et en sachant qu’elles ne sauraient être représentatives de toutes les nations et de toutes les couleurs de peaux, les traditions, les superstitions et les religions auxquelles s’attachent les personnes vivant dans différentes régions et appartenant à différentes ethnies sont de même nature – les gens observent tous des traditions, des habitudes de vie et des dictons superstitieux qui leur ont été transmis par leurs ancêtres. Que ces superstitions soient le produit psychologique de l’esprit des gens ou qu’elles aient une réalité objective, en somme, votre attitude à leur égard devrait être de reconnaître clairement la pensée première ou l’essence qui se cache derrière ces superstitions. Dans le même temps, vous ne devez pas les laisser vous influencer ou vous perturber. Bien au contraire, vous devez croire que tout ce qui concerne les gens est entre les mains de Dieu, que ce ne sont pas les superstitions qui manipulent les gens, et qu’elles ne dictent certainement pas non plus leur destin ou leur vie quotidienne. Que les superstitions soient réelles ou non, qu’elles soient efficaces ou vraies, dans tous les cas, lorsqu’ils sont confrontés à de telles questions, les gens devraient s’en remettre à un principe conforme à la vérité. Ils ne doivent pas céder aux charmes ni tomber sous l’emprise de ces superstitions, et ils ne doivent sûrement pas les laisser interférer avec les objectifs ordinaires de leur poursuite ou leur pratique des principes. Entre les thèmes de la tradition, la superstition et la religion, c’est la superstition qui crée le plus d’interférences et exerce la plus grande influence sur la vie, les pensées et les points de vue des gens sur toutes sortes de questions. En général, les gens n’osent pas renoncer à ces dictons et énoncés superstitieux, et les problèmes que ces superstitions engendrent dans la vie ne sont jamais résolus. Le fait que les gens n’osent pas briser les chaînes de ces affirmations superstitieuses dans leur vie quotidienne est la preuve qu’ils n’ont pas encore assez foi en Dieu. Ils n’ont pas encore vraiment perçu ou compris précisément la réalité de la souveraineté de Dieu sur toutes choses et sur le destin de l’humanité. Ainsi, confrontés à un dicton superstitieux ou à des sentiments induits par la superstition, les gens se retrouvent pieds et poings liés. En particulier lorsqu’il s’agit d’évènements majeurs liés à la vie et à la mort, à leur bonne fortune ou à la vie et à la mort de leurs proches, les gens se trouvent encore plus enchaînés à ces soi-disant interdits et énoncés superstitieux et, dans une large mesure, sont incapables de s’en libérer. Ils sont dans la peur constante d’enfreindre un interdit et de le voir se réaliser, de voir un malheur les frapper, et qu’il leur arrive quelque chose de grave. En matière de superstition, les gens sont toujours incapables d’aller au fond des choses, et encore moins capables de se libérer des chaînes de toutes sortes d’affirmations superstitieuses. Bien entendu, ils sont également incapables de comprendre l’influence qu’exerce la superstition sur leur vie. Sur le plan du comportement humain et des pensées et points de vue des gens sur les superstitions, la conscience et les perspectives de leurs pensées sont encore, dans une large mesure, tourmentées par Satan et dominées par une sorte de force invisible étrangère au monde matériel. Par conséquent, alors que les gens suivent Dieu et acceptent Ses paroles, ils n’en demeurent pas moins sous l’emprise des dictons superstitieux qui font écho à leur bonne fortune, à la vie et à la mort, et à leur existence. En d’autres termes, au plus profond d’eux-mêmes, ils continuent de croire que ces affirmations superstitieuses sont vraiment réelles. Qu’est-ce que cette croyance implique pour eux ? Cela signifie que les gens restent contrôlés par les griffes invisibles qui se cachent derrière ces superstitions, au lieu de reconnaître vraiment que leur destin est régi et orchestré par la main de Dieu. Cela signifie aussi qu’ils ne sont pas pleinement heureux ou même à l’aise en remettant leur destin entre les mains de Dieu, et qu’en réalité ils sont sous l’emprise de Satan sans le vouloir. Par exemple, la vie quotidienne, les lois de la survie, les notions et ainsi de suite des gens qui sont régulièrement dans les affaires, qui voyagent souvent et qui croient plus ou moins aux pratiques et aux dictons superstitieux tels que la voyance, le Ba gua et le Yi Jing, l’étude du Yin-Yang, et autres, sont profondément influencées, dominées et manipulées par ces superstitions. En d’autres termes, quoi qu’ils fassent, ils ressentent le besoin d’avoir une base théorique issue de la superstition. Par exemple, avant de sortir, ils doivent vérifier ce qui est dit dans le calendrier et si des interdits sont mentionnés. Lorsqu’ils font des affaires, signent des contrats, achètent ou vendent des maisons, etc., ils doivent absolument consulter le calendrier ce jour-là. S’ils ne le font pas, le doute s’empare d’eux et ils craignent ce qui pourrait arriver. Ils n’ont de certitude et de tranquillité d’esprit que lorsqu’ils agissent et prennent des décisions après avoir consulté le calendrier. En outre, s’il leur arrive quelques déconvenues après avoir enfreint certains interdits, leur perception et leur croyance en la réalité de ces superstitions s’en trouvent renforcées et ils deviennent liés à ces superstitions. Ils croient plus fermement encore que le destin, la bonne fortune, la vie et la mort des gens dépendent de dictons superstitieux et que, dans le monde invisible et mystique, une grande main invisible contrôle leur bonne fortune personnelle, leur vie et leur mort. Par conséquent, ils croient avec ferveur à tous les dictons superstitieux, en particulier ceux qui sont étroitement liés à leur vie et à leur survie, à tel point qu’après avoir cru en Dieu, bien qu’ils affirment admettre et croire que le destin des gens est entre les mains de Dieu, ils n’en demeurent pas moins, souvent et involontairement, déstabilisés et dominés au plus profond de leur cœur par diverses affirmations superstitieuses. Certaines personnes confondent même ces soi-disant interdits de la vie – ce qui entre en conflit avec quelque chose, ce qui est voué à se produire dans le destin d’une personne, et autres affirmations superstitieuses du même genre – avec les vérités-principes, et s’y conforment. Ces attitudes que les gens adoptent à l’égard des superstitions ont un impact considérable sur leur état d’esprit en liaison avec la vérité et les paroles de Dieu en présence de Dieu. Elles affectent aussi considérablement l’attitude des êtres créés envers le Créateur et, bien sûr, l’attitude de Dieu envers ces personnes. En effet, bien que ces dernières suivent Dieu, elles sont encore volontairement et involontairement dominées et déstabilisées par diverses pensées et paroles induites par des superstitions qui leur ont été inculquées par Satan. En même temps, il est également difficile pour les gens de se défaire de ces différentes pensées et paroles liées à la superstition.

De toutes les choses à travers lesquelles les familles conditionnent les gens, en fait, ce sont les superstitions qui les perturbent au plus haut degré, et qui produisent les effets les plus profonds et les plus durables sur eux. Par conséquent, en matière de superstitions, les gens devraient les examiner et apprendre à les connaître une par une dans leur vie réelle, pour déterminer s’ils ont subi un conditionnement ou une influence quelconque et de nature superstitieuse de la part de leur famille proche, de leur famille élargie ou de leur clan. Si c’est le cas, ils doivent abandonner ces superstitions une à une, au lieu de s’y accrocher, car elles n’ont aucun rapport avec la vérité. Lorsque la pratique d’un mode de vie traditionnel se manifeste régulièrement dans la vie quotidienne d’une personne, il peut conduire cette dernière à tomber docilement et involontairement sous l’emprise de Satan. De plus, les dictons superstitieux qui influencent les pensées des gens sont d’autant plus susceptibles de les garder fermement sous le contrôle du pouvoir de Satan. C’est pourquoi, outre les traditions et les religions, il convient de se défaire rapidement de toute pensée, opinion, dicton ou règle de vie inspirés par la superstition, et de ne pas s’y accrocher. Avec Dieu, il n’y a pas d’interdits. Les paroles de Dieu, Ses exigences à l’égard de l’humanité et Ses intentions sont clairement exprimées dans la parole de Dieu. De plus, tout ce que Dieu dit aux gens ou exige d’eux dans Ses paroles se rapporte à la vérité et n’a rien de farfelu. Dieu ne fait que dire clairement et sans détour aux hommes comment agir et quels principes respecter dans tel ou tel domaine. Il n’y a pas d’interdits, ni de détails ou de paroles farfelues. Ce que les gens doivent faire, c’est agir conformément aux vérités-principes en fonction de leur situation personnelle concrète. Pour pratiquer les paroles de Dieu et se conformer aux vérités-principes, il n’est pas nécessaire de regarder la date ou l’heure ; il n’y a pas de tabous. Il n’est pas non plus nécessaire de consulter un calendrier, et encore moins un horoscope, ni de savoir si c’est la pleine lune ou la nouvelle lune ce jour-là ; vous n’avez pas à vous préoccuper de ces choses. Sous la domination de Dieu et dans la souveraineté de Dieu, les gens sont libres et libérés. Leurs cœurs sont calmes, joyeux et en paix, ils ne sont pas envahis par la panique ou la peur, et encore moins par la répression. La panique, la peur et la répression ne sont que des sentiments induits par divers dictons superstitieux. La vérité, les paroles de Dieu, les exigences de Dieu et l’œuvre du Saint-Esprit apportent aux hommes la paix et la joie, la liberté et la libération, la quiétude et le bonheur. La superstition, quant à elle, apporte aux gens tout le contraire. Tu te retrouves pieds et poings liés, sans pouvoir faire ceci ou cela ni manger ceci ou cela. Tout ce que vous faites est mal et tout ce que vous faites implique un interdit, et tout doit toujours respecter les dictons du vieil almanach. La date du calendrier lunaire, ce que l’on peut faire tel ou tel jour, si l’on peut sortir ou non – même pour se couper les cheveux, se baigner, changer de vêtements et voir des gens – tout cela est lié à différents tabous spécifiques. Les mariages et les enterrements, les déménagements, faire les courses et rechercher un emploi, notamment, dépendent tout particulièrement de l’almanach. Satan a recours à toutes sortes de dictons superstitieux et farfelus pour garder les gens pieds et poings fermement liés. Dans quel but fait-il cela ? (Pour contrôler les gens.) Pour le dire en termes plus contemporains, il fait sentir sa présence. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’il fait savoir aux gens qu’il est présent, il leur fait savoir que ces affirmations sur les interdits qu’il met en avant sont réelles, que c’est lui qui a le dernier mot, qu’il peut faire ces choses, et que si tu n’écoutes pas, il te donnera quelque chose à regarder. Comment se formule cette allégorie ? Elle dit : « Une vieille dame met du rouge à lèvres pour te donner quelque chose à regarder. » Cela signifie que si tu n’écoutes pas ou si tu violes cet interdit, tôt ou tard tu devras en payer les conséquences. Quand les gens ne croient pas en Dieu, ils ont peur de ces interdits, parce qu’après tout, les gens sont de chair, et ils ne peuvent pas lutter contre toutes les formes que prennent les démons et Satan dans le domaine spirituel. Mais maintenant que tu es revenu devant Dieu, tout ce qui te concerne, y compris tes pensées et chaque jour de ta vie, est sous le contrôle de Dieu. Dieu veille sur toi, Il te protège. Tu vis et existes sous la domination de Dieu, et tu n’es pas sous l’emprise de Satan. Par conséquent, tu n’as plus besoin de respecter ces interdits. En revanche, si tu crains toujours que Satan puisse te faire du mal, ou que de mauvaises choses t’arrivent si tu n’écoutes pas Satan ou si tu ne crois pas aux choses interdites édictées dans les superstitions, cela prouve que tu crois encore que Satan peut contrôler ton destin. Parallèlement, cela prouve que tu es disposé à te soumettre à la manipulation de Satan et que tu n’es pas prêt à accepter la souveraineté de Dieu. Satan fait tout cela pour faire savoir aux gens qu’il existe vraiment. Il veut utiliser ses pouvoirs magiques pour contrôler l’humanité, pour contrôler tout ce qui vit. S’il cherche à contrôler ces êtres vivants, c’est pour mieux les détruire, et le but ultime, le résultat final, de cette destruction est de les dévorer. Bien sûr, ce contrôle vise aussi à amener les gens à l’adorer. Si le diable Satan veut faire sentir sa présence, il doit faire preuve d’une certaine efficacité. Par exemple, il peut transformer un œuf en excréments. Cet œuf est donné en offrande à l’autel d’un esprit démoniaque, et si tu as faim et que tu veux le manger, et que tu tentes de le reprendre au diable, alors, il transforme l’œuf en excréments pour te montrer son pouvoir. Dès lors, tu auras peur de lui et tu n’oseras pas lui disputer cette nourriture. Si une chose te fait avoir peur de lui, puis une autre à nouveau, tu finiras par croire en lui aveuglément. Et si tu crois aveuglément en lui assez longtemps, tu finiras par l’adorer dans les profondeurs de ton cœur. Ne sont-ce pas là les objectifs des agissements de Satan ? Satan agit précisément pour satisfaire ces objectifs. Au sud comme au nord, toutes couleurs de peau confondues, tous les humains vénèrent à genoux des esprits mauvais et impurs. Pourquoi les vénèrent-ils à genoux ? Comment ces esprits mauvais et impurs qu’ils vénèrent à genoux parviennent-ils toujours à leur faire brûler de l’encens pour eux, d’une génération à l’autre ? Si tu dis qu’ils n’existent pas, pourquoi donc tant de gens croient-ils en eux et continuent-ils à brûler de l’encens pour eux, à se prosterner devant eux, à leur faire des vœux puis à accomplir leurs vœux, de génération en génération ? N’est-ce pas parce que ces esprits mauvais et impurs ont fait quelque chose ? Si tu n’écoutes pas les paroles des mauvais esprits, ils te feront tomber malade, ils feront en sorte que les choses aillent mal pour toi, que des catastrophes s’abattent sur toi, ils rendront les vaches de ta famille malades et incapables de labourer les champs, et ils provoqueront même des accidents de voiture dans ta famille. Ils chercheront à te causer des ennuis, et plus ils le feront, plus tu auras d’ennuis. Tu ne peux pas refuser d’obtempérer et, au bout du compte, tu n’auras d’autre choix que de les vénérer à genoux, et tu courberas volontiers la tête pour te soumettre à eux, et c’est alors qu’ils seront satisfaits. Dès lors, tu leur appartiendras. Regarde ces gens dans la société qui sont asservis par des esprits renards ou par les différentes figures du domaine spirituel que l’on voit sur les autels. Comment appelle-t-on cela ? Nous appelons cela être possédé par de mauvais esprits et être habité par de mauvais esprits. Pour le commun des mortels, on appelle cela être asservi par un esprit ou avoir le corps possédé par quelque chose. Lorsque les mauvais esprits commencent à chercher des corps pour en prendre le contrôle, leurs cibles ne sont pas disposées à les laisser faire, de sorte que les mauvais esprits interfèrent avec elles et les déstabilisent, en faisant advenir des accidents et des problèmes dans leurs familles. Ceux qui travaillent dans les affaires subissent des pertes et ne trouvent jamais de clients ; ils sont entravés au point de ne plus pouvoir s’en sortir et d’avoir beaucoup de mal à progresser. Finalement, ils se soumettent et acceptent. Une fois qu’ils ont donné leur accord, les mauvais esprits utilisent leur corps physique pour faire des choses, pour envoyer des signes et accomplir des prodiges, pour attirer d’autres personnes, pour traiter des maladies, pour lire l’avenir, pour aider à invoquer les esprits des morts, et plus encore. Les mauvais esprits n’utilisent-ils pas ces moyens pour fourvoyer, corrompre et contrôler les gens ?

Si les croyants en Dieu ont les mêmes points de vue et les mêmes opinions que les non-croyants sur ces affirmations superstitieuses, quelle nature faut-il y voir ? (C’est défier et blasphémer Dieu.) C’est vrai, cette réponse est tout à fait exacte, c’est un grave blasphème contre Dieu ! Tu suis Dieu et tu dis que tu crois en Lui, mais en même temps, tu es contrôlé et déstabilisé par des superstitions. Tu es même capable de suivre les pensées inculquées aux gens par les superstitions, et plus grave encore, certains d’entre vous ont peur de ces pensées et de ces faits liés aux superstitions. C’est là le plus grand blasphème contre Dieu. Non seulement tu n’es pas capable de porter témoignage de Dieu, mais encore, tu suis Satan dans la résistance à la souveraineté de Dieu – c’est un blasphème contre Dieu. Vous comprenez ? (Oui.) L’essence des gens qui croient en des superstitions ou qui observent des superstitions est de blasphémer contre Dieu, alors ne devriez-vous pas renoncer aux différents types de conditionnement que les superstitions exercent sur vous ? (Oui.) La façon la plus simple de renoncer en pratique est de ne pas se laisser déstabiliser par elles, que ces superstitions soient réelles ou non, et quelles qu’en soient les conséquences. Même si les affirmations faites par les superstitions sur telle ou telle chose sont objectivement réelles, tu ne dois pas te laisser déstabiliser ou asservir par elles. Pourquoi cela ? Parce que tout est orchestré par Dieu. Même lorsque Satan accomplit quelque chose, il le fait avec la permission de Dieu. Sans la permission de Dieu, comme Dieu l’a dit, Satan n’ose même pas toucher un seul cheveu de ta tête. C’est un fait, et c’est une vérité à laquelle les gens doivent croire. Par conséquent, peu importe laquelle de tes paupières a des spasmes, que tu rêves que tes dents tombent, que tu perds tes cheveux, à propos de la mort ou toute autre sorte de cauchemar, tu dois croire que ces choses sont entre les mains de Dieu et ne pas les laisser t’influencer ou te déstabiliser. Personne ne peut changer les choses que Dieu veut accomplir, et personne ne peut changer les choses que Dieu a ordonnées. Les choses ordonnées et prévues par Dieu sont déjà des faits accomplis. Que tu aies ou non une prémonition, ou qu’un signe, quel qu’il soit, te soit envoyé par Satan et ces démons du domaine spirituel, tu ne dois pas les laisser te déstabiliser. Crois simplement que tout cela est entre les mains de Dieu et que les gens doivent se soumettre à l’orchestration et aux dispositions de Dieu. Qu’elle soit sur le point de se produire ou qu’elle ne puisse pas se produire, toute chose est sous le contrôle de Dieu et sous Son ordonnancement. Personne ne peut la changer, et encore moins interférer avec elle. C’est un fait. C’est le Créateur que les gens doivent vénérer à genoux, et non une quelconque force du domaine spirituel qui peut faire en sorte que les superstitions se réalisent ou soient rétablies. Quelle que soit l’étendue des pouvoirs magiques des démons et de Satan, quels que soient les miracles qu’ils peuvent accomplir, quelles que soient les choses qu’ils peuvent réaliser, quels que soient les prémonitions des gens et les dictons superstitieux qu’ils peuvent transformer en réalité, rien de tout cela ne signifie qu’ils tiennent le destin des gens entre leurs mains. Ce que les gens vénèrent à genoux et ce en quoi ils croient ne doit pas être les démons et Satan, mais le Créateur. Telles sont les choses que les gens doivent comprendre concernant le conditionnement familial à travers les traditions, les superstitions et les religions. En somme, qu’il s’agisse de traditions, de superstitions ou de religions, toute chose qui n’a rien à voir avec les paroles de Dieu, la vérité ou les exigences de Dieu envers les gens, alors, ces derniers doivent lâcher prise et l’abandonner. Qu’il s’agisse d’un mode de vie ou d’une forme de pensée, d’une règle ou d’une théorie, dès lors que cela n’a rien à voir avec la vérité, c’est là quelque chose dont les gens doivent se débarrasser. Par exemple, selon les notions des gens, ce qui a trait à la religion, comme le christianisme, le catholicisme, le judaïsme, et autres, est considéré comme relativement noble et sacré par rapport à la superstition, à la tradition ou à l’idolâtrie. Les gens éprouvent une certaine admiration ou une certaine faveur à leur égard dans leurs notions et dans les profondeurs de leur esprit, mais même ainsi, les gens devraient renoncer aux symboles, des fêtes et des représentations liés à la religion et ne devraient pas les chérir autant ou les considérer comme la vérité même, en les vénérant à genoux, ou même en leur réservant une place dans leurs cœurs. Cela ne devrait pas être fait. Les symboles religieux, les activités religieuses, les fêtes religieuses, certaines icônes religieuses, ainsi que certains dictons relativement nobles de la religion, et autres, entrent tous dans le cadre de la religion, telle que nous en avons parlé. En somme, le but de tout ceci est de te faire comprendre quelque chose : dès lors qu’il s’agit de choses ayant trait à la superstition, à la tradition et à la religion, qu’elles soient nobles ou relativement farfelues, tant qu’elles ignorent la vérité, tant qu’elles n’ont rien à voir avec la vérité, les gens doivent y renoncer et ne pas s’y accrocher. Bien entendu, les sujets qui en particulier violent les vérités-principes doivent être abandonnés et ne sauraient être conservés sous aucun prétexte. Les gens doivent résolument se défaire de toutes ces choses induites par le conditionnement et l’influence de leur famille, l’une après l’autre, et ne pas se laisser affecter par elles. Par exemple, quand tu rencontres des frères et des sœurs à Noël, dès que tu les vois, tu leur dis : « Joyeux Noël ! Joyeux Noël ! » Est-ce bien de dire : « Joyeux Noël » ? (Non, ce n’est pas bien.) Est-il approprié de dire : « Puisqu’on commémore le jour où Jésus est né, ne devrions-nous pas prendre un jour de congé et ne rien faire du tout, quels que soient le travail et les tâches qui nous attendent, ne devrions-nous pas nous arrêter et nous concentrer sur la commémoration du jour le plus mémorable de cette période passée de l’œuvre de Dieu ? » (Non, ce n’est pas approprié.) Pourquoi n’est-ce pas approprié ? (Parce qu’il s’agit d’une œuvre que Dieu a accomplie dans le passé, et que cela n’a rien à voir avec la vérité.) D’un point de vue doctrinal, c’est le cas. Vous avez saisi la racine du problème d’un point de vue théorique, mais qu’en est-il en réalité ? C’est la question la plus simple, et vous ne pouvez pas Me donner de réponse. Dieu n’aime pas que les gens fassent de telles choses ; Il déteste voir cela. C’est aussi simple que cela. Pendant les fêtes, les non-croyants disent : « Bonne année ! Joyeux Noël ! » S’ils Me saluent, Je Me contente de hocher la tête et de dire : « À toi aussi ! », ce qui signifie « Joyeux Noël à toi aussi ». Je me contente de cette salutation, et c’est tout. Mais Je ne dis jamais cela lorsque je rencontre des frères et des sœurs. Pourquoi cela ? Parce que c’est une fête de non-croyants, une fête commerciale. En Occident, presque toutes les fêtes, qu’elles soient traditionnelles ou créées par l’homme, sont en fait liées au commerce et à l’économie. Même pour certaines nations constituées de longue date, leurs fêtes qui étaient simplement liées à la tradition ont progressivement évolué vers diverses activités commerciales à partir du XXe siècle, et constituent d’excellentes occasions de faire des affaires pour les commerçants. Que ces fêtes soient commerciales ou traditionnelles, elles n’ont en tout cas rien à voir avec les gens qui croient en Dieu. Quel que soit l’enthousiasme que montrent les non-croyants ou même les adhérents religieux pour ces fêtes, ou la grandeur et la magnificence de ces fêtes dans quelque pays ou nation que ce soit, elles n’ont rien à voir avec ceux d’entre nous qui suivent Dieu ; et ce ne sont pas là des fêtes que nous devrions observer, et encore moins célébrer ou commémorer. Sans parler des fêtes traditionnelles qui viennent des non-croyants, quelle que soit la couleur de peau, le groupe ethnique ou l’époque, elles n’ont rien à voir avec nous. Même les anniversaires de chaque période et de chaque partie des trois étapes de l’œuvre de Dieu n’ont rien à voir avec nous. Par exemple, les fêtes de l’ère de la Loi n’ont rien à voir avec nous, et Pâques, Noël et ainsi de suite, de l’ère de la Grâce, n’ont certainement rien à voir avec nous. En échangeant sur ces choses, qu’est-ce que Je veux faire comprendre aux gens ? Que Dieu n’observe pas de fêtes ni de règlements dans les choses qu’Il fait. Il agit librement et délibérément, sans aucun interdit, et Il ne célèbre jamais aucune fête. Qu’il s’agisse du début, de la fin ou d’un jour particulier de l’œuvre passée de Dieu, Dieu ne le commémore jamais. Dieu ne commémore pas et ne fait pas ostensiblement remarquer aux gens ces dates, ces jours ou ces heures. D’une part, cela indique aux gens que Dieu ne commémore pas ces jours-là, qu’il ne s’y intéresse pas. D’autre part, cela indique aux gens qu’ils n’ont pas besoin de commémorer ou de célébrer ces jours-là, et qu’ils ne devraient pas les conserver. Les gens n’ont pas besoin de se souvenir des jours ou des moments liés à l’œuvre de Dieu, et encore moins de les commémorer. Que doivent faire les gens ? Ils doivent se soumettre à l’orchestration de Dieu et accepter la souveraineté de Dieu sous Sa conduite. Ils ont besoin d’accepter la vérité et de se soumettre à la vérité dans leur vie quotidienne. C’est aussi simple que cela. De cette façon, la vie ne sera-t-elle pas plus facile et plus agréable pour les gens ? (Oui.) Par conséquent, échanger sur ces sujets est une véritable source de libération et de liberté pour tout un chacun, et non de servitude. En effet, d’une part, ces sujets sont des faits objectifs et des choses vraies que les gens doivent comprendre et, d’autre part, ils libèrent les gens et leur permettent de renoncer à ces choses auxquelles ils ne devraient pas adhérer. Dans le même temps, ils permettent aux gens de savoir que ces choses ne représentent pas la vérité, et qu’il n’y a qu’un seul chemin de Dieu auquel les gens devraient adhérer, et c’est la vérité. Vous comprenez ? (Oui.)

En ce qui concerne la question de la famille, il y a d’autres aspects auxquels les gens doivent renoncer, outre le conditionnement de leur famille. Nous avons déjà échangé sur le conditionnement que la famille exerce sur la pensée de chacun, puis nous avons échangé autour des divers dictons sur la vie inculqués aux gens par leur famille. Toutes les familles offrent à leurs membres une vie stable et un espace dans lequel se développer. Elles leur procurent également un sentiment de sécurité, un appui, et une source où puiser pour satisfaire leurs besoins fondamentaux au cours de leur croissance. Outre la satisfaction de leurs besoins émotionnels, les gens voient également leurs besoins matériels satisfaits par leur famille. Bien entendu, ils reçoivent également les choses élémentaires de la vie et les connaissances de vie générales dont ils ont besoin pour grandir. Les gens obtiennent beaucoup de choses de leur famille, de sorte que pour chaque individu, la famille fait partie intégrante de la vie et il est difficile de s’en séparer. Les avantages que la famille apporte aux gens sont nombreux, mais du point de vue de l’objet de notre échange, les diverses influences négatives, ainsi que les attitudes et les perspectives de vie négatives que la famille apporte aux gens sont également nombreuses. En d’autres termes, si ta famille t’apporte beaucoup de choses essentielles pour ta vie physique, en subvenant à tes besoins fondamentaux et en t’offrant un ancrage et un soutien émotionnels, elle t’apporte également des problèmes inutiles. Bien sûr, il est difficile pour les gens d’échapper à ces problèmes et d’y renoncer avant d’avoir compris la vérité. Dans une certaine mesure, ta famille apporte à la fois de grandes et de petites perturbations dans ta vie quotidienne et ton existence, ce qui rend tes sentiments à l’égard de ta famille souvent complexes et contradictoires. C’est parce que ta famille satisfait tes besoins affectifs tout en interférant avec ta vie sur le plan émotionnel que le terme « famille » suscite, chez la plupart des gens, des réflexions complexes et difficiles à formuler. Tu ressens de la nostalgie, de l’attachement et, bien sûr, de la gratitude à l’égard de ta famille. Mais l’enchevêtrement des liens avec ta famille te fait sentir dans le même temps qu’elle est une grande source d’ennuis. Autrement dit, une fois arrivé à l’âge adulte, tout un chacun voit sa conception, ses pensées et ses points de vue à l’égard de sa famille devenir relativement complexes. S’il renonce, abandonne ou cesse complètement de penser à sa famille, sa conscience ne pourra pas le supporter. S’il pense à sa famille, s’en souvient et s’y consacre de tout son cœur comme lorsqu’il était enfant, il ne se sentira pas prêt à le faire. Les gens font souvent l’expérience de ce genre d’état, de ce genre de pensées, de points de vue ou de dilemme lorsqu’ils ont affaire à leur famille, et ces pensées, ces points de vue ou ces dilemmes proviennent également du conditionnement de leur famille. C’est le sujet sur lequel nous allons échanger aujourd’hui : le fardeau que les familles font peser sur les gens.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp