Comment poursuivre la vérité (17) Partie 2

La vérité qui dit que « tes parents ne sont pas tes créanciers » est le principe de pratique correct que les gens devraient comprendre dans la façon d’aborder leurs parents. Quel est l’autre principe de pratique ? (Tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie ni de ton destin.) N’est-il pas plus facile de comprendre et d’abandonner le principe : « tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie ni de ton destin », plutôt que : « tes parents ne sont pas tes créanciers » ? En apparence, il semble que tes parents aient donné naissance à ta vie charnelle et qu’ils t’ont donné la vie. Mais si l’on examine cela du point de vue de Dieu, à la source du problème, ta vie charnelle ne t’a pas été donnée par tes parents, parce que les hommes ne peuvent pas créer la vie. En termes simples, personne ne peut créer le souffle de l’homme. La chair de chaque personne peut devenir une personne, parce qu’elle possède ce souffle. La vie de l’homme se trouve dans ce souffle et ce souffle est le signe d’une personne vivante. Les gens possèdent ce souffle et cette vie, et l’origine de ces choses ne vient pas de leurs parents. C’est simplement que les gens ont été créés par le biais de leurs parents, qui leur ont donné naissance. À la base, c’est Dieu qui donne ces choses aux gens. Par conséquent, tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie, le Maître de ta vie, c’est Dieu. Dieu a créé l’humanité, Il a créé les vies de l’humanité et Il a donné à l’humanité le souffle de vie, qui est à l’origine de la vie de l’homme. Donc, la formule « tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie » n’est-elle pas facile à comprendre ? Ton souffle ne t’a pas été donné par tes parents, et encore moins son maintien. Dieu veille et règne sur chaque jour de ta vie. Tes parents ne peuvent pas décider de la façon dont se déroule chaque jour de ta vie, ni si chaque jour est agréable et se déroule sans heurt, ni qui tu rencontres chaque jour, ni de ton environnement quotidien. Dieu ne fait que veiller sur toi par le biais de tes parents. Tes parents sont simplement les gens que Dieu a envoyés pour veiller sur toi. Quand tu es né, ce ne sont pas tes parents qui t’ont donné la vie. Alors, tes parents t’ont-ils donné la vie qui t’a permis de vivre jusqu’à maintenant ? Non, pas davantage. L’origine de ta vie est encore Dieu, et non tes parents. Disons que tes parents t’aient donné naissance, mais que Dieu ait décidé de t’enlever la vie à l’âge d’un an, ou de cinq ans. Tes parents y pourraient-ils quoi que ce soit ? Que pourraient faire tes parents ? Comment auraient-ils pu te sauver la vie ? Ils auraient pu t’envoyer à l’hôpital et te confier aux médecins, qui auraient essayé de te soigner et de te sauver la vie. C’était la responsabilité de tes parents. Cependant, si Dieu a dit que telle vie et telle personne ne doivent pas vivre, et que tu dois te réincarner dans une autre famille, alors tes parents n’ont aucun pouvoir, aucun moyen de te sauver la vie. Ils ne peuvent qu’être spectateurs, tandis que ta petite vie quitte ce monde. Quand une vie est perdue, tes parents sont impuissants, ils ne peuvent qu’assumer leurs responsabilités en tant que parents, et te confier aux médecins, qui essaient de te soigner et de te sauver la vie, mais ce n’est pas à tes parents de décider si ta vie se poursuit ou non. Si Dieu dit que tu peux continuer à vivre, alors ta vie existe. Si Dieu dit que ta vie ne doit pas exister, alors tu perds la vie. Tes parents peuvent-ils y faire quoi que ce soit ? Ils ne peuvent que se résigner à accepter ton sort. Pour être clair, tes parents ne sont que des êtres créés ordinaires. C’est simplement que de ton point de vue, ils ont une identité particulière, ils t’ont donné naissance et t’ont élevé, ils sont tes patrons, et tes parents. Mais du point de vue de Dieu, ce ne sont que des êtres humains ordinaires, ils font simplement partie de l’humanité corrompue, et ils n’ont rien de particulier. Ils ne sont même pas les maîtres de leur propre vie, alors comment pourraient-ils être les maîtres de la tienne ? Même s’ils t’ont donné naissance, ils ignorent d’où vient ta vie, et ils n’ont pas pu décider à quel moment, à quelle heure et à quel endroit ta vie allait arriver, ni comment serait ta vie. Ils ne savent rien de ces choses. En ce qui les concerne, ils se contentent d’attendre passivement, ils attendent la souveraineté de Dieu et Ses arrangements. Qu’ils en soient satisfaits ou non, qu’ils y croient ou non, il n’en reste pas moins que tout cela est orchestré par Dieu et se trouve entre les mains de Dieu. Tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie. Cette question n’est-elle pas facile à comprendre ? (Si.) Tes parents ont donné naissance à ta chair, mais ils n’ont pas donné naissance à la vie de ta chair. C’est un fait. Tes parents peuvent-ils même décider de la taille que tu auras, de ta constitution physique, de la couleur et la densité de tes cheveux, de tes passe-temps, et ainsi de suite ? (Non.) Tes parents ne peuvent pas décider si tu auras une belle peau ou non, ou à quoi ressembleront les traits de ton visage. Certains parents sont corpulents et donnent naissance à des enfants minces et de petite taille, avec un petit nez et de petits yeux. Quand les gens voient ces enfants, ils se disent : « À qui ressemblent ces enfants ? Ils ne ressemblent vraiment pas à leurs parents. » Les parents ne peuvent même pas décider à qui leurs enfants ressembleront, n’est-ce pas ? Certains parents sont très robustes et donnent naissance à des enfants maigres et faibles, et certains parents sont maigres et faibles et donnent le jour à des enfants incroyablement robustes, forts comme des bœufs. Certains parents sont aussi craintifs que des souris et donnent naissance à des enfants extrêmement téméraires. Certains parents sont prudents et circonspects et donnent naissance à des enfants très ambitieux, et en fin de compte, certains de ces enfants deviennent empereurs, certains deviennent présidents, et d’autres deviennent les chefs de bandes de bandits et de canailles. Certains parents sont paysans, mais les enfants auxquels ils donnent le jour deviennent des hauts responsables. Il y a aussi des parents qui sont malhonnêtes, mais qui donnent naissance à des enfants bien élevés et candides. Certains parents sont non-croyants, ou peuvent même adorer des idoles et des démons, et ils donnent naissance à des enfants qui veulent croire en Dieu, qui ne peuvent pas continuer à vivre sans leur foi en Dieu. Certains parents disent à leurs enfants : « Je vais t’envoyer à l’université », et leurs enfants répondent : « Non, je suis un être créé, je dois accomplir mon devoir ! » Ces parents disent alors à leurs enfants : « Tu es jeune, tu ne dois accomplir aucun devoir. Nous accomplissons un peu de nos devoirs parce que nous sommes vieux, et nous n’avons pas de perspectives. Nous gagnerons quelques bénédictions pour notre famille, à l’avenir, donc tu ne dois accomplir aucun devoir. Tu dois travailler dur pendant tes études et quand tu auras tes diplômes universitaires, tu devras partir et devenir un haut responsable, pour que je puisse savourer ton succès avec toi. » Leurs enfants répondent : « Non. Je suis un être créé, le plus essentiel est d’accomplir mon devoir. » Bien entendu, certains parents croient en Dieu, et ils renoncent à leur famille, abandonnent leur carrière, mais leurs enfants refusent toujours de croire en Dieu. Leurs enfants sont incroyants, et quelle que soit la façon dont on considère ces enfants et leurs parents, on ne dirait pas une famille. Même si on dirait une famille en termes d’apparence, d’habitudes de vie, et même de certains aspects de leur caractère, de leurs passe-temps, de leurs centres d’intérêt, de leurs poursuites et des chemins qu’ils suivent, ils sont complètement différents. Ce sont simplement des types de gens différents, qui suivent des chemins différents. Il existe donc des différences dans la vie des gens, et ces différences ne sont pas déterminées par leurs parents. Les parents ne peuvent pas décider du genre de vie de leurs enfants ni de l’environnement où naissent leurs enfants. Tes parents ne sont ni les maîtres de ta vie ni les maîtres de ton destin. La vie n’est pas donnée aux gens par leurs parents. Le destin de quelqu’un est-il une affaire plus importante ou moins importante que sa vie ? Pour les gens, ces questions sont toutes les deux très importantes. Pour quelle raison ? Parce qu’il ne s’agit pas là de choses que les gens peuvent saisir, accomplir ou contrôler à l’aide de leur instinct, de leurs capacités ou de leur calibre. Le destin des gens et leur trajectoire de vie sont décidés et gouvernés par Dieu. Aucun individu ne peut faire le moindre choix en ce qui concerne ces deux questions. Ni toi ni tes parents ne pouvez choisir la famille dans laquelle tu nais, ou quels parents tu auras dans cette vie. Tes parents ont également été passifs en te donnant naissance. Donc, tes parents ne peuvent pas décider de la trajectoire de ton destin, ils ne peuvent pas décider si tu seras très fortuné et riche dans ta vie, ou pauvre et humble, ou simplement une personne ordinaire. Ils ne peuvent pas décider où tu iras dans cette vie, à quel endroit tu vivras ou à quoi ressemblera ton mariage, à quoi ressembleront tes enfants, ou dans quel genre d’environnement matériel tu vivras, et ainsi de suite. Il y a des gens dont la famille était prospère, qui avaient des vêtements et de la nourriture, et plus d’argent qu’ils ne pouvaient en dépenser, avant de donner naissance à un enfant. Mais cet enfant, après avoir grandi, a dilapidé la fortune de sa famille, et ses parents ont eu beau gagner de l’argent, ils n’ont pas pu compenser tout ce que leur enfant dépensier gaspillait. D’autres personnes étaient pauvres, mais quelques années après avoir donné naissance à un enfant, elles ont vu les affaires de leur famille commencer à prospérer, leur vie s’est améliorée, les choses se sont déroulées de mieux en mieux et leur environnement s’est également amélioré. Comme tu le vois, ces parents ne s’attendaient pas à toutes ces choses, n’est-ce pas ? Les parents ne peuvent pas décider du destin de leurs enfants et naturellement, ils n’ont pas non plus le moindre rapport avec le destin de leurs enfants. Le genre de chemin que tu suis, là où tu vas et les gens que tu rencontres dans cette vie, le nombre de désastres que tu affrontes, le nombre de choses formidables et de richesses qui se présentent à toi, tout cela n’a aucun rapport avec tes parents, ou avec leurs attentes. Tous les parents souhaitent une meilleure position sociale pour leur enfant, mais ce souhait se réalise-t-il toujours ? Pas nécessairement. Certains enfants acquièrent effectivement une meilleure position sociale, comme leurs parents le voulaient, et ils deviennent des hauts responsables, ils deviennent riches et vivent bien, mais leurs parents tombent malades et meurent en deux ou trois ans, sans avoir pu profiter de cette bonne fortune, ni savourer le moins du monde ce succès. Le destin d’une personne a-t-il le moindre rapport avec ses parents ? Non. Ce n’est pas comme si tu pouvais accomplir tout ce que tes parents s’attendent à ce que tu accomplisses. Le destin d’une personne n’a rien à voir avec ses parents et ceux-ci ne peuvent pas décider du destin de cette personne. Même si tes parents t’ont donné naissance, et même s’ils ont fait beaucoup pour jeter les bases de tes chances d’avenir, de tes idéaux et de ton futur destin, ils ne peuvent pas décider de ce que seront ton destin ou ton futur chemin dans la vie ; ces choses ne dépendent pas d’eux. Par conséquent, tes parents ne sont pas les maîtres de ton destin et ils ne peuvent rien changer qui te concerne. Si tu es destiné à être riche, alors peu importe que tes parents soient pauvres ou incompétents, tu obtiendras la richesse que tu es censé avoir. Si tu es destiné à être pauvre, ordinaire ou modeste, alors tes parents auront beau être compétents, ils ne pourront pas t’aider. Si tu es choisi par Dieu et que tu es l’un de Ses élus, autrement dit, si tu as été prédestiné par Dieu, alors tes parents auront beau être puissants ou compétents, ils ne pourront pas faire obstacle à ta croyance en Dieu, même s’ils le souhaitent. Comme tu es destiné à faire partie de la maison de Dieu et à être l’un des élus de Dieu, tu ne peux pas y échapper. Le destin d’une personne n’est lié qu’à la souveraineté de Dieu et à l’ordination de Dieu. Il n’a rien à voir avec les souhaits et les attentes des parents de cette personne. Naturellement, ce destin n’a rien à voir non plus avec les centres d’intérêt, les passe-temps, le caractère, les aspirations, le calibre ou les capacités de cette personne. Par conséquent, en te basant sur la vérité : « tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie ni de ton destin », comment dois-tu aborder les attentes de tes parents ? Dois-tu les accepter complètement, les ignorer, ou les aborder rationnellement ? En ce qui concerne la question de ta vie ou de ton destin, tes parents sont simplement des gens normaux, ils peuvent s’attendre à tout ce qu’ils veulent et ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent. Laisse-les dire ce qu’ils veulent, contente-toi de gérer tes affaires personnelles. Nul besoin de discuter avec eux, qu’importe la réalité des choses, c’est ainsi qu’elles seront. Tout cela n’émerge pas du débat et cela ne change pas en fonction de la volonté de l’homme. Tu ne peux pas décider de ton propre destin et tes parents le peuvent encore moins ! N’est-ce pas le cas ? (Si.) Même si tes parents sont tes aînés, ils n’ont, malgré tout, aucun lien, aucun rapport avec ton destin. Tes parents ne devraient pas essayer de dicter ton destin simplement parce qu’ils ont un certain nombre d’années de plus que toi, et parce qu’ils sont de la génération précédente. C’est irrationnel et c’est détestable. Donc, chaque fois que tes parents ont quelque chose à dire sur le chemin que tu prends dans la vie, ou sur leurs attentes vis-à-vis de toi, tu dois aborder cela calmement et rationnellement, parce qu’ils ne sont pas les maîtres de ton destin. Dis-leur : « Mon destin est entre les mains de Dieu, aucune personne ne peut le changer. » Aucune personne ne peut contrôler son propre destin ou celui d’une autre personne, et tes parents ne sont pas qualifiés pour le faire. Tes ancêtres ne sont pas qualifiés pour le faire, et tes parents le sont encore moins. Qui est le seul à être qualifié ? (Seul Dieu l’est.) Seul Dieu est qualifié pour gouverner le destin des gens.

Certaines personnes admettent en théorie ceci : « Mes parents ne peuvent pas interférer avec mon destin. Bien qu’ils m’aient donné naissance, ma vie ne m’a pas été donnée par mes parents, mais par Dieu. Tout ce que j’ai m’a été donné par Dieu. Dieu m’a simplement élevé jusqu’à ce que je devienne adulte par le biais de mes parents et Il m’a permis de vivre jusqu’à maintenant. En réalité, c’est Dieu qui m’a élevé. » Ces personnes expriment assez bien de telles paroles, d’une manière relativement claire, mais dans des circonstances particulières, elles ne peuvent pas surmonter leur affection, ou reconnaître cette déclaration : « Tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie ni de ton destin. » Dans certaines circonstances particulières, ces personnes seront dominées par leurs sentiments et elles cèderont à certaines tentations, ou deviendront faibles. Parce que certains croyants ont subi les persécutions et la condamnation du gouvernement et du monde religieux, et qu’ils ont été arrêtés et envoyés en prison, ils ont décidé de ne jamais devenir des Judas et de ne jamais trahir aucun de leurs frères et sœurs, ou de ne jamais dévoiler la moindre information sur l’Église, quelles que soient les tortures qu’ils endurent. Ils préféreraient mourir plutôt que de devenir des Judas. De ce fait, on les torture et on les tourmente au point qu’ils ne ressemblent plus à des êtres humains. Leurs yeux sont tellement enflés qu’ils se réduisent à des fentes, et ils ne peuvent plus voir clairement. Ils sont devenus sourds, leurs dents sont cassées, le coin de leurs lèvres est fendu et saigne, leurs jambes ne marchent pas bien, tout leur corps est enflé et couvert d’ecchymoses. Mais, on a beau les tourmenter, ils ne se résolvent pas à la trahison. Ils sont déterminés à ne pas devenir des Judas et à rester fermes dans leur témoignage à Dieu. Jusqu’à présent, ils semblent être assez forts et ils semblent posséder un témoignage, n’est-ce pas ? Ils ont enduré tortures et intimidations sans devenir des Judas, et ils ont été tourmentés ainsi pendant des jours et des nuits. Quand un démon voit quelqu’un comme ça, il se dit : « Ce type est vraiment coriace, il a été gravement empoisonné. C’est un vrai fanatique. Il est si jeune, et on l’a tourmenté jusqu'à ce qu’il soit dans un tel état, sans qu’il lâche le moindre mot. Qu’est-ce que je vais faire ? Ce type semble être un personnage important, il doit en savoir long sur l’Église. Si je parviens à lui soutirer des renseignements, nous pourrons arrêter des tas de gens et gagner beaucoup d’argent ! » Le démon commence alors à réfléchir à la question : « Comment puis-je le faire parler, l’amener à dévoiler des informations et à dénoncer certaines personnes ? Les gens solides ont tous leurs points faibles, exactement comme ceux qui pratiquent le kung-fu. Même si quelqu’un est très doué en kung-fu, il a toujours un talon d’Achille. Chaque personne a un point faible, alors attaquons spécifiquement le sien. Quel est son point faible ? J’ai appris qu’il était fils unique et que ses parents le gâtaient depuis son enfance. J’ai entendu dire qu’ils tenaient vraiment à lui et qu’ils l’aimaient beaucoup, et qu’il faisait preuve de beaucoup d’amour filial. Si je vais chercher ses parents et que je les persuade d’exercer une pression psychologique sur lui, peut-être que leurs paroles serviront à quelque chose. » Puis le démon va chercher les parents de cet individu. Devine ce qui se passe dès que ce dernier voit ses parents ? Avant de les voir, il pensait : « Ô Dieu, je suis déterminé à rester ferme dans mon témoignage. Pas question que je devienne un Judas ! » Mais dès qu’il aperçoit ses parents, son cœur manque de se briser. La première chose qu’il se dit, c’est : « J’ai laissé tomber mes parents, cela doit vraiment leur faire beaucoup de peine de me voir comme ça ». Puis il s’effondre. Dans son cœur, il persiste : « Je ne deviendrai pas un Judas, je dois rester ferme dans mon témoignage à Dieu. Je ne me suis pas trompé de chemin, je suis le bon chemin dans la vie. Je dois humilier Satan et rendre témoignage à Dieu ! » Dans son cœur, il reste ferme et insiste sur ce point à maintes reprises, mais il ne supporte pas la situation sur le plan émotionnel et en un instant, son cœur est près de se briser. Que crois-tu que ses parents éprouvent quand ils voient que leur enfant a été tourmenté jusqu’à qu’il soit dans un tel état ? Je ne parlerai pas de son père, mais sa mère a le cœur brisé. Quand elle voit que son enfant a été tourmenté au point qu’il n’a plus figure humaine, elle éprouve un grand désarroi, un grand malaise et une grande douleur, et elle tremble en s’avançant vers lui. Comment réagirais-tu, dans un tel moment ? Tu n’oserais pas regarder tes parents, n’est-ce pas ? Tu vois, tu n’aurais rien dit, tes parents n’auraient rien dit, mais tu te serais déjà effondré, incapable de surmonter tes sentiments. Tu te serais dit : « Mes parents sont âgés, ils ne sont pas bien portants, et ils dépendent l’un de l’autre pour s’en sortir. Ils ont donné naissance à un enfant comme moi et, jusqu’à présent, je n’ai répondu à aucune de leurs attentes. Et maintenant, je leur ai créé tellement d’ennuis, je les ai tellement embarrassés, et ils ont même dû venir me voir alors que je suis dans cet état de souffrance. » Imperceptiblement, dans les profondeurs de ton cœur, tu penserais que tu es un enfant indigne, que tu les as blessés et déçus, que tes parents se sont inquiétés à cause de toi et que tu les as laissés tomber. Toi et tes parents, vous éprouveriez beaucoup de souffrance, pour des raisons différentes. Pour tes parents, ce serait parce qu’ils auraient de la peine pour toi et qu’ils ne supporteraient pas de te voir souffrir ainsi. Pour toi, ce serait parce que tu verrais à quel point tes parents sont tristes et peinés, et parce que tu ne supporterais pas de les voir tristes et inquiets à ton sujet. Tout cela n’est-il pas un effet lié aux sentiments ? Jusqu’à ce moment-là, tout pouvait encore être considéré comme normal et cela n’aurait pas encore affecté le fait que tu restes ferme dans ton témoignage. À supposer que tes parents aient alors dit : « Tu étais en tellement bonne santé et si solide, et maintenant tu as été battu au point que tu es dans cet état. Depuis que tu es petit, nous tenons à toi comme à la prunelle de nos yeux. Nous n’avons jamais levé la main sur toi. Comment as-tu pu laisser tout cela t’arriver ? Nous n’avons jamais eu envie de te frapper, nous t’avons toujours chéri et aimé. “Nous tenons à toi comme à la prunelle de nos yeux.” Nous te chérissons tant, mais ce n’est pas suffisant. Ce n’est pas grave si tu ne prends pas soin de nous, mais maintenant, tu refuses de donner le moindre renseignement, tu souffres vraiment, et tu ne cèdes pas, alors qu’on te tourmente jusqu’à ce que tu sois dans cet état, parce que tu crois en Dieu et que tu veux Lui rendre témoignage. Comment peux-tu être aussi têtu ? Pourquoi persistes-tu à croire en Dieu ? “Ton corps t’a été donné par tes parents.” Agis-tu bien envers nous, en laissant tout cela t’arriver ? Si quelque chose devait vraiment t’arriver, comment veux-tu que nous continuions à vivre tous les deux ? Nous n’attendons pas de toi que tu prennes soin de nous quand nous serons vieux ou que tu organises nos obsèques, nous voulons simplement que tu ailles bien. Tu es tout pour nous, si tu ne te portes pas bien, si tu n’es plus là, comment pourrions-nous continuer à vivre le restant de nos jours ? Qui avons-nous, à part toi ? Quels autres espoirs avons-nous ? » Chaque mot de ce discours te frapperait là où ça fait vraiment mal, satisfaisant tes besoins émotionnels tout en stimulant tes sentiments et ta conscience. Avant que tes parents ne prononcent ces paroles, tu tenais encore à tes convictions et à ta position, au fond de ton cœur, mais après qu’ils t’aient fait ces reproches, ta ligne de défense, au fond de ton cœur, ne s’effondrerait-elle pas ? « “Ton corps t’a été donné par tes parents.” Tu as démissionné d’un bon poste, tu as abandonné de belles perspectives et tu as renoncé à une belle vie. Tu persistes à croire en Dieu et tu t’es laissé détruire comme ça, agis-tu bien envers nous ? » Après avoir entendu ce discours, quelqu’un pourrait-il s’empêcher de pleurer ? Après avoir entendu ces paroles, quelqu’un pourrait-il ne pas se blâmer ? Quelqu’un pourrait-il éviter de se dire qu’il a fait défaut à ses parents ? Quelqu’un pourrait-il sentir que c’était Satan qui le tentait ? Quelqu’un pourrait-il être seulement affecté sur le plan émotionnel par ce discours, mais continuer à y faire face rationnellement ? Après avoir entendu ce discours, quelqu’un pourrait-il continuer à croire l’affirmation : « Tes parents ne sont pas les maîtres de ta vie ni de ton destin, et ils ne sont pas tes créanciers » ? Quelqu’un pourrait-il, bien qu’il se sente fragile émotionnellement, s’abstenir d’abandonner son devoir et ses obligations, et le témoignage qu’un être créé devrait maintenir fermement ? Lesquelles de ces choses pourriez-vous accomplir ? Si, en termes de sentiments, tu étais juste un peu contrarié, versant même quelques larmes, et si tu avais de la peine pour tes parents, mais que tu avais encore foi en la parole Dieu, et que tu t’en tenais toujours au témoignage dans lequel tu dois rester ferme, que tu t’en tenais encore au devoir que tu es censé accomplir, sans perdre le témoignage, les responsabilités et le devoir d’un être créé devant le Créateur, alors tu resterais ferme. Mais, voyant ta mère te faire des reproches en pleurant, si tu sombrais dans tes sentiments, pensant que tu n’as pas fait preuve d’amour filial, que tu as fait le mauvais choix, te sentant plein de regrets et réticent à l’idée de continuer, voulant abandonner le témoignage qu’un être créé devrait avoir, et le devoir, les responsabilités et les obligations qu’un être créé est censé accomplir, et retourner aux côtés de tes parents, leur rendre leur bonté et les empêcher de souffrir ou de s’inquiéter pour toi, alors tu n’aurais aucun témoignage, et tu ne serais pas digne de suivre Dieu. Qu’a dit Dieu à ceux qui Le suivent ? (N’a-t-Il pas dit : « Si quelqu’un vient à Moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être Mon disciple » (Luc 14:26) ? Ce verset est dans la Bible.) Si ton amour pour tes parents dépasse ton amour pour Dieu, alors tu n’es pas digne de suivre Dieu, et tu n’es pas l’un de Ses disciples. Si tu n’es pas l’un de Ses disciples, alors on peut dire que tu n’es pas un vainqueur et que Dieu ne veut pas de toi. Par le biais de cette épreuve, tu as été exposé, tu n’es pas resté ferme dans ton témoignage. Tu n’as pas fléchi face aux tortures de Satan, mais quelques reproches de tes parents ont suffi à te faire céder. Tu es lâche et tu as trahi Dieu. Tu n’es pas digne de suivre Dieu et tu n’es pas Son disciple. Les parents disent souvent : « Je ne te demanderai rien d’autre, je ne te demanderai pas de devenir très riche, j’espère seulement que tu seras bien portant et en sécurité dans cette vie. Il me suffit de te voir heureux » Alors, quand on te torturera, tu te diras que tu as déçu tes parents : « Mes parents ne me demandent pas grand-chose, mais je les ai quand même déçus. » Cette pensée est-elle juste ? Les as-tu déçus ? (Non.) Est-ce de ta faute si Satan t’a persécuté ? Est-ce de ta faute si tu as été sauvagement battu, torturé et brutalement persécuté ? (Non.) C’est Satan qui t’a persécuté, tu ne t’es pas détruit toi-même. Tu suis le bon chemin et tu es une vraie personne. Tes choix et tous tes actes rendaient témoignage à Dieu, et accomplissaient le devoir d’un être créé. Voilà les choix que tout être créé devrait faire, et le chemin que tout être créé devrait prendre. C’est le bon chemin, ce n’est pas se détruire soi-même. Même si ta chair a été torturée et qu’elle a subi un traitement brutal et inhumain, tout cela est pour une juste cause. Ce n’est pas prendre le mauvais chemin, ce n’est pas te détruire toi-même. Que ta chair souffre, qu’elle soit soumise à la torture et qu’elle soit tourmentée au point que tu n’as plus figure humaine, ce n’est pas décevoir tes parents. Tu n’as pas à leur donner d’explications. C’est ton choix. Tu es sur le bon chemin dans la vie, simplement, ils ne le comprennent pas, c’est tout. Ils envisagent simplement les choses de leur point de vue de parents, ils veulent sans cesse te protéger dans l’intérêt de leurs sentiments, ne souhaitant pas que tu souffres physiquement. Que peut accomplir leur désir de te protéger ? Peuvent-ils rendre témoignage à ta place ? Peuvent-ils accomplir le devoir d’un être créé à ta place ? Peuvent-ils suivre la voie de Dieu en ton nom ? (Non.) Tu as fait le bon choix et tu dois t’y tenir. Tu ne dois pas te laisser envoûter ou induire en erreur par les paroles de tes parents. Tu ne te détruis pas, tu suis le bon chemin. Par ta persévérance et tous tes actes, tu t’en tiens à la vérité, tu te soumets aux orchestrations et aux arrangements de Dieu, et tu rends témoignage à Dieu devant Satan, tu glorifies le nom de Dieu. Tu as simplement enduré des souffrances du fait de la persécution brutale de ta chair, c’est tout. C’est une souffrance que les gens doivent endurer. C’est ce que les gens sont censés offrir en sacrifice au Créateur, et c’est le prix qu’ils doivent payer. Ta vie ne vient pas de tes parents et tes parents n’ont aucun droit de décider du chemin que tu suis. Ils n’ont aucun droit de décider de la façon dont tu traites ton propre corps, ni du prix que tu paies afin de rester ferme dans ton témoignage. Ils ne veulent simplement pas que tu souffres physiquement du fait de leurs sentiments charnels, et parce qu’ils voient les choses du point de vue des sentiments charnels, c’est tout. Mais en tant qu’être créé, peu importe à quel point ta chair souffre, c’est quelque chose que tu dois endurer. Les gens doivent payer de nombreux prix pour parvenir au salut et accomplir correctement le devoir d’un être créé. Voilà l’obligation et la responsabilité de l’homme, et c’est ce qu’un être créé doit dédier au Créateur. Comme la vie des gens vient de Dieu, et que leur corps vient également de Dieu, ce sont des souffrances que les gens doivent endurer. Par conséquent, quand il s’agit de souffrances que les gens doivent endurer, quel que soit le type de douleur physique que ton corps subi, tu n’as rien à expliquer à tes parents. Tes parents disent : « Ton corps t’a été donné par tes parents », mais qu’en est-il ? Même si les gens sont mis au monde et élevés par leurs parents, ce n’est pas comme si tout ce qu’ils avaient leur était donné par leurs parents. Cela ne signifie pas que les gens doivent être soumis à la coercition et aux contraintes de leurs parents quand il s’agit du chemin que ces gens suivent et du prix qu’ils paient. Cela ne signifie pas que les gens doivent obtenir la permission de leurs parents pour suivre le chemin de la poursuite de la vérité et accomplir le devoir d’un être créé devant le Créateur. Par conséquent, tu n’as pas à donner d’explications à tes parents. Celui à qui tu dois donner des explications, c’est Dieu. Que tu souffres ou non, tu dois tout confier à Dieu. En outre, si tu suis le bon chemin, alors Dieu acceptera tous les prix que tu as payés et Il S’en souviendra. Puisque Dieu Se souviendra de ces coûts et qu’Il les reconnaîtra, les payer en aura valu la peine. Ta chair endurera certaines souffrances physiques, mais ces coûts te permettront de rester ferme dans ton témoignage, en fin de compte, d’obtenir l’approbation de Dieu et de parvenir au salut, et Dieu Se souviendra de ces coûts que tu as payés. Rien d’autre n’a la même valeur d’échange. Les prétendues attentes de tes parents, ou les critiques qu’ils t’adressent, sont insignifiantes et ne valent pas la peine d’être mentionnées quand on les compare au devoir que tu es censé accomplir et au témoignage que tu dois porter devant Dieu, parce que les souffrances que tu endures sont si précieuses et si significatives ! Du point de vue d’un être créé, il s’agit de la chose la plus significative et la plus précieuse dans la vie. Par conséquent, les gens ne doivent pas devenir faibles et déprimés, ils ne doivent pas céder à la tentation à cause des paroles de leurs parents et ils ne doivent certainement pas éprouver de regret, de culpabilité, ou se dire qu’ils ont déçu leurs parents du fait de leurs paroles. Les gens doivent se sentir honorés par les souffrances qu’ils ont endurées, et dire : « Dieu m’a choisi et Il a permis à ma chair de payer un tel prix et d’être violemment maltraitée par Satan, pour que je puisse avoir l’occasion de Lui rendre témoignage. » C’est un honneur pour toi d’avoir été choisi par Dieu parmi Ses nombreux élus. Tu ne dois pas te sentir triste. Si tu restes ferme dans ton témoignage et que tu humilies Satan, alors c’est le plus grand honneur dans la vie pour un être créé. Peu importe quelles maladies ou séquelles ton corps subira après avoir été brutalement persécuté, ou à quel point cela fait souffrir ta famille et tes parents de te voir ainsi, tu ne dois pas avoir honte ou être contrarié, ou te dire que tu as déçu tes parents à cause de tout cela, parce que tout ce que tu as fait, c’était payer un prix pour une juste cause, et c’est une bonne action. Personne n’est qualifié pour critiquer tes bonnes actions, personne n’est qualifié ni n’a le droit de faire des remarques ou de porter des jugements irresponsables et critiques sur le fait que tu crois en Dieu, que tu suis Dieu et que tu accomplis ton devoir. Seul le Créateur est qualifié pour juger ton comportement, les prix que tu as payés et les choix que tu as faits. Personne d’autre n’est qualifié pour en juger, personne, pas même tes parents, n’est qualifié pour te critiquer. Si tes parents sont les personnes les plus proches de toi, ils devraient te comprendre, t’encourager et te réconforter. Ils devraient te soutenir dans ta persévérance, dans la fermeté de ton témoignage et dans ton refus de fléchir et de céder à Satan. Ils devraient être fiers de toi et contents pour toi. Puisque tu as été capable de persévérer jusque là, et de ne pas céder à Satan, pour pouvoir rester ferme dans ton témoignage, ils devraient t’encourager. Ils ne devraient pas te freiner et encore moins te faire des reproches. Si tu avais fait quelque chose de mal, ils seraient qualifiés pour te critiquer. Si tu avais pris le mauvais chemin, humilié Dieu, trahi des choses positives et la vérité, alors ils seraient qualifiés pour te critiquer. Mais comme tous tes actes ont été positifs et que Dieu les a acceptés et qu’Il s’en souvient, si tes parents te critiquent, c’est parce qu’ils ne savent pas discerner le bien du mal. Ce sont eux qui ont tort. Ils sont contrariés parce que tu crois en Dieu, parce que tu suis le bon chemin et que tu es une bonne personne. Comment se fait-il que, lorsque Satan te persécute, ils ne critiquent pas plutôt Satan ? Ils te critiquent à cause de leurs propres sentiments. Qu’as-tu fait de mal ? Ne t’es-tu pas simplement abstenu de devenir un Judas ? Tu n’es pas devenu un Judas, tu as refusé de coopérer ou de faire des compromis avec Satan, et tu as enduré cette torture et ce traitement inhumain afin de rester ferme dans ton témoignage, quel mal y a-t-il à cela ? Tu n’as rien fait de mal. De Son point de vue, Dieu Se réjouit pour toi, Il est fier de toi. Et pourtant, tes parents ont honte de toi et ils critiquent tes bonnes actions. N’est-ce pas confondre le blanc et le noir ? Ces parents sont-ils de bons parents ? Pourquoi ne critiquent-ils pas Satan, les gens malfaisants et les démons qui te persécutent ? Non seulement tu ne reçois aucun réconfort, aucun encouragement ou soutien de tes parents, mais au contraire, ils te critiquent et te réprimandent, alors que, quel que soit le mal que Satan fait, ils ne le condamnent pas ou ne le maudissent pas. Ils n’osent pas adresser la moindre injure ou le moindre reproche à Satan. Ils ne disent pas : « Comment avez-vous pu tourmenter une bonne personne au point qu’elle soit dans cet état ? Tout ce qu’elle a fait, c’est croire en Dieu et prendre le chemin correct, n’est-ce pas ? Elle n’a rien volé, elle n’a rien dérobé à qui que ce soit, elle n’a enfreint aucune loi, alors pourquoi l’avez-vous tourmentée de la sorte ? Vous devriez encourager les gens comme cette personne. Si tout le monde au sein de la société croyait en Dieu et suivait le bon chemin, alors cette société n’aurait pas besoin de lois et il n’y aurait aucun crime. » Pourquoi ne critiquent-ils pas Satan de cette façon ? Pourquoi n’osent-ils pas critiquer les Satans et les démons qui t’ont persécuté ? Ils te reprochent de suivre le bon chemin, mais quand des gens malfaisants commettent des méfaits, ils les approuvent tacitement. Que penses-tu de ce genre de parents ? Devrais-tu avoir de la peine pour eux ? Devrais-tu faire preuve de piété filiale ? Devrais-tu les aimer dans ton cœur ? Sont-ils dignes de ta piété filiale ? (Non.) Ils n’en sont pas dignes. Ils sont incapables de faire la distinction entre le vrai et le faux, le bien et le mal. Ce sont deux personnes confuses. À part leurs sentiments, ils ne comprennent rien. Ils ne comprennent pas ce qu’est la justice, ou ce que signifie suivre le bon chemin, ils ne savent pas ce que sont les choses négatives ni les forces du mal, ils ne savent que protéger leurs sentiments et leur chair. En dehors de ce niveau de relations charnelles particulièrement superficiel, leur cœur ne contient que cette idée : « Tant que mes enfants sont en sécurité et en bonne santé, je serai très content et reconnaissant. » C’est tout. Quant au bon chemin dans la vie, aux causes justes ou à la chose la plus précieuse et la plus significative qu’une personne puisse faire dans cette vie, ils ne comprennent rien à tout cela. Ils ne comprennent pas ces choses-là, et ils te réprimandent parce que tu suis le bon chemin. Ils sont vraiment incroyablement confus. Que penses-tu de ce genre de parents ? Ne s’agit-il pas de deux vieux démons ? Dans ton cœur, tu dois réfléchir : « Ces deux vieux démons ! Jusqu’à présent, j’ai subi tant de coups et tant de tortures. Durant cette période, j’ai prié Dieu nuit et jour, et Il a veillé sur moi et m’a protégé, c’est la raison pour laquelle j’ai pu survivre jusqu’à maintenant. J’ai eu beaucoup de mal à rester ferme dans mon témoignage, et en quelques mots, vous l’avez complètement renié. Est-ce mal, que je suive le bon chemin ? Est-ce mal, que j’accomplisse le devoir d’un être créé ? Assurément, ce n’est pas un mal, que je ne sois pas devenu un Judas. Ces deux vieux démons ! Ils disent : “Ton corps t’a été donné par tes parents”, mais tout ce que je possède vient clairement de Dieu, est-ce vous qui me l’avez donné ? Dieu a simplement ordonné que vous me donniez naissance et que vous m’éleviez, Il m’a élevé par votre intermédiaire. Vous êtes dans le désarroi à cause de moi, vous avez de la peine et vous êtes contrariés simplement pour satisfaire vos besoins sur le plan émotionnel. Vous craignez que si je meurs, personne ne prenne soin de vous quand vous serez vieux, ni n’organise vos obsèques. Vous craignez que les gens rient et pensent que je vous ai mis dans l’embarras. » Si tu allais en prison parce que tu as commis un crime, parce que tu as volé quelque chose, ou que tu as détroussé, trompé ou escroqué quelqu’un, il se pourrait qu’ils se battent pour toi, et qu’ils disent : « Mon enfant est un bon garçon, il n’a rien fait de mal. Il n’a pas une nature mauvaise, il est bon et gentil. Simplement, les tendances malveillantes de ce monde ont eu une influence négative sur lui. J’espère que le gouvernement sera indulgent avec lui. » Ils se battraient pour toi, mais comme tu suis le chemin de la croyance en Dieu, parce que tu suis le bon chemin, ils te méprisent du fond de leur cœur. De quelle façon te méprisent-ils ? En disant : « Regarde dans quel état tu t’es mis. Agis-tu bien envers nous ? » Dans ton cœur, tu devrais penser : « Que veulent-ils dire par “Regarde dans quel état tu t’es mis” ? Je ne fais que suivre le bon chemin dans la vie, c’est ce que l’on appelle être une vraie personne ! C’est ce que l’on appelle posséder de bonnes actions et de bons témoignages, c’est de la force. Seules de telles personnes possèdent vraiment une conscience et de la raison, et ne sont pas des lâches, des bonnes à rien ou des Judas. Dans quel état je me suis mis ? C’est cela la véritable ressemblance humaine ! Non seulement vous n’êtes pas contents pour moi, mais vous me faites des reproches. Quel genre de parents êtes-vous ? Vous êtes indignes d’être des parents, vous devriez être maudits ! » Si tu pensais de cette façon, pleurerais-tu encore en entendant tes parents dire : « Ton corps t’a été donné par tes parents, comment as-tu pu te laisser détruire pareillement ? » (Non.) Que penserais-tu après avoir entendu ce discours ? Tu penserais : « Quel ramassis d’inepties. Ce sont vraiment deux vieux imbéciles ! Vous dites : “Ton corps t’a été donné par tes parents”, mais vous ne savez même pas qui vous a donné votre corps, et vous employez ces mots pour me faire des reproches, vous êtes vraiment confus ! Ce sont clairement des démons et des Satans qui me persécutent. Comment pouvez-vous confondre le blanc et le noir et me critiquer ainsi ? Ai-je enfreint la loi ? Ai-je volé quelque chose, ai-je détroussé quelqu’un, ai-je trompé ou escroqué quelqu’un ? Quelles lois ai-je violées ? Je n’ai violé aucune loi, j’ai été persécuté par Satan au point d’être dans un état pareil parce que je suis le bon chemin. Je n’ai pas lâché un seul mot jusqu’à maintenant, je ne suis pas devenu un Judas, qui d’autre possède ce genre de force ? Non seulement vous ne me louez pas et vous ne m’encouragez pas, mais vous me faites des reproches. Vous êtes des démons ! » Si tu penses de cette façon, tu ne pleureras pas et tu ne deviendras pas faible, n’est-ce pas ? Tes parents ne savent pas distinguer le bien du mal, ils confondent le blanc et le noir, parce qu’ils ne croient pas en Dieu et parce qu’ils ne comprennent pas la vérité. Tu comprends la vérité, alors tu ne devrais donc pas être influencé par ces paroles diaboliques et ces idées fausses qu’ils expriment. Au contraire, tu devrais continuer à t’accrocher à la vérité. Ainsi, tu seras vraiment ferme dans ton témoignage. N’est-ce pas le cas ? (Si.)

Dis-Moi, est-il facile de rester ferme dans son témoignage ? Tout d’abord, tu dois te libérer de tes sentiments. Ensuite, tu dois comprendre la vérité. C’est alors seulement que tu n’éprouveras aucune faiblesse, que tu seras capable de rester ferme dans ton témoignage et d’être reconnu et accepté par Dieu dans ce type de circonstances particulières. Ce n’est qu’alors que Dieu te reconnaîtra comme un vainqueur et comme Son disciple. Quand tu auras prévalu, quand tu n’auras pas déçu Dieu, au lieu de ne pas décevoir tes parents, tu pourras abandonner toutes les attentes de tes parents à ton égard, n’est-ce pas ? Les attentes de tes parents ne sont pas importantes, elles ne comptent pas. Être à la hauteur des attentes de Dieu et rester ferme dans ton témoignage à Dieu est ce qu’il y a de plus important, ces choses sont l’attitude et les poursuites qu’un être créé devrait avoir. N’est-ce pas le cas ? (Si.) Quand tu te sens faible, quand tu perds ton chemin, et en particulier quand tu es assailli et persécuté par des Satans tandis que tu suis le bon chemin, ou que tu es abhorré, raillé et rejeté par les gens du monde séculier, alors ton entourage – parents, amis et connaissances – pensera que tu as fait quelque chose d’embarrassant, et personne ne te comprendra, ne t’encouragera, ne te soutiendra ou ne te réconfortera. Et encore moins de gens t’aideront, te guideront ou te montreront le chemin de la pratique, y compris tes parents. Comme tu n’es pas à leurs côtés, à faire preuve de piété filiale, et comme tu ne peux pas les aider à bien vivre ni leur rendre leur bonté étant donné que tu crois en Dieu et que tu accomplis ton devoir, ils ne te comprendront pas. Leur point de vue sera le même que celui des gens du monde séculier. Ils penseront que tu les as embarrassés, qu’ils t’ont élevé mais qu’ils n’ont rien obtenu en contrepartie, qu’ils n’ont reçu aucun bénéfice de ta part, que tu n’as pas répondu à leurs attentes, que tu les as déçus et que tu es un ingrat insensible. Tes parents ne te comprendront pas et ils ne pourront pas te donner les moindres conseils positifs, sans parler de ta famille et de tes amis. Pendant que tu suis le bon chemin, seul Dieu t’encourage, t’aide, te réconforte et te nourrit sans relâche. Quand tu seras torturé et tourmenté en prison, seules la parole de Dieu et la foi qu’Il t’a donnée, te soutiendront, chaque seconde, chaque minute et chaque jour. Ainsi, quand tu endureras de violents passages à tabac, tu pourras continuer à persévérer dans la fermeté de ton témoignage à Dieu, à t’abstenir de devenir un Judas, et à vouloir glorifier le nom de Dieu et humilier Satan, grâce à la parole de Dieu et à la foi que Dieu t’a donnée. Tu pourras faire ces choses d’une part grâce à ta détermination, et d’autre part, ce qui est plus important, grâce aux conseils de Dieu, à Sa protection et à Sa direction. Alors que tes parents, quand tu auras le plus besoin de réconfort et d’aide, ne penseront encore qu’à eux-mêmes, et diront que tu es un ingrat insensible, qu’ils ne peuvent jamais compter sur toi dans cette vie et qu’ils t’ont élevé pour rien. Tes parents n’oublient pas pour autant qu’ils t’ont élevé, qu’ils voulaient pouvoir compter sur toi pour que tu les aides à avoir une bonne vie, pour rendre gloire à tes ancêtres, et pour leur permettre de garder la tête haute et de se sentir fiers de toi devant leur famille et leurs amis. Les parents qui ne croient pas en Dieu ne se sentent jamais honorés et chanceux en raison de ta croyance. Au contraire, ils te reprochent souvent de ne pas trouver le temps de leur rendre visite ou de t’occuper d’eux parce que tu crois en Dieu et que tu es occupé à accomplir ton devoir. Non seulement ils te font des reproches, mais ils te réprimandent souvent, en te traitant d’« ingrat insensible » et d’« enfant ingrat ». N’as-tu pas le sentiment qu’il t’est difficile de suivre le bon chemin tout en ayant cette mauvaise réputation ? N’as-tu pas le sentiment qu’on te fait du tort ? N’as-tu pas besoin du soutien, des encouragements et de la compréhension de tes parents quand tu fais l’expérience de ces choses ? N’as-tu pas souvent le sentiment que tu as déçu tes parents ? C’est ainsi que certaines personnes ont même des pensées stupides : « Dans cette vie, je ne suis pas destiné à faire preuve de piété filiale à l’égard de mes parents ou à vivre avec eux. Je ferai preuve de piété filiale dans ma prochaine vie, alors ! » Cette pensée n’est-elle pas stupide ? (Si.) Tu ne devrais pas avoir de telles pensées. Tu devrais les résoudre à la racine. Tu suis le bon chemin, tu as choisi d’accomplir le devoir d’un être créé et de venir devant le Créateur pour accepter le salut de Dieu. C’est le seul chemin correct dans ce monde. Tu as fait le bon choix. Peu importe que ceux qui ne croient pas, y compris tes parents, aient du mal à te comprendre ou soient déçus par toi, cela ne devrait pas affecter ton choix de suivre le chemin de la croyance en Dieu ou ta détermination à accomplir ton devoir, pas plus que cela ne devrait affecter ta foi en Dieu. Tu dois persévérer, parce que tu suis le bon chemin. A fortiori, tu dois abandonner les attentes de tes parents. Ces attentes ne doivent pas devenir des fardeaux pour toi quand tu suis le bon chemin. Tu suis le bon chemin, tu as fait le choix le plus correct que l’on puisse faire dans la vie. Si tes parents ne te soutiennent pas, s’ils te réprimandent sans cesse en te reprochant d’être un ingrat insensible, alors tu devrais encore plus faire preuve de discernement à leur égard, les abandonner sur un plan émotionnel et ne pas être contraint par eux. Même s’ils ne te soutiennent pas, même s’ils ne t’encouragent pas ou ne te réconfortent pas, tout ira bien pour toi, tu ne gagneras rien et tu ne perdras rien, avec ou sans ces choses. Le plus important, ce sont les attentes de Dieu à ton égard. Dieu t’encourage, te nourrit et te guide. Tu n’es pas seul. Sans les attentes de tes parents, tu peux encore bien faire le devoir d’un être créé, malgré tout, et sur cette base, tu resteras une bonne personne. Abandonner les attentes de tes parents ne signifie pas que tu as perdu ton éthique et ta morale, et cela ne signifie certainement pas que tu as renoncé à ton humanité, ou à la moralité et à la justice. La raison pour laquelle tu n’as pas été à la hauteur des attentes de tes parents, c’est que tu as choisi des choses positives et que tu as choisi d’accomplir le devoir d’un être créé. Il n’y a aucun mal à cela, c’est le chemin le plus correct. Tu dois persévérer et rester ferme dans ta croyance. Il est possible que tu ne reçoives pas le soutien de tes parents, et tu ne recevras assurément pas leur bénédiction, parce que tu crois en Dieu et parce que tu accomplis le devoir d’un être créé, mais peu importe. Ce n’est pas important, tu n’as rien perdu. Le plus important, c’est que, lorsque tu as choisi de suivre le chemin de la croyance en Dieu et de l’accomplissement du devoir d’un être créé, Dieu a commencé à avoir des attentes et de grands espoirs te concernant. En vivant dans ce monde, si les gens s’éloignent de leurs amis et de leurs parents, ils peuvent malgré tout bien vivre. Bien entendu, ils peuvent aussi vivre normalement après s’être éloignés de leurs parents. C’est seulement lorsqu’ils s’éloignent de la direction et des bénédictions de Dieu qu’ils tombent dans les ténèbres. Les attentes parentales, comparées aux attentes de Dieu vis-à-vis des gens et à Sa direction, sont tout simplement insignifiantes, et elles ne valent pas la peine d’être mentionnées. Quelles que soient les attentes de tes parents quant à ce tu deviens ou la vie que tu mènes sur un plan émotionnel, ils ne te guident pas le long du bon chemin, ou du chemin du salut. Par conséquent, tu dois inverser ton point de vue et abandonner les attentes de tes parents du fond du cœur, et sur le plan émotionnel. Tu ne dois pas continuer à assumer ce genre de fardeau, ou te sentir le moins du monde coupable vis-à-vis de tes parents parce que tu as choisi de faire le devoir d’un être créé. Tu n’as rien fait pour décevoir quiconque. Tu as choisi de suivre Dieu et d’accepter Son salut. Tu ne déçois pas tes parents ainsi, au contraire, ceux-ci devraient être fiers et honorés que tu aies choisi d’accomplir le devoir d’un être créé et d’accepter le salut du Créateur. S’ils en sont incapables, ce ne sont pas de bonnes personnes. Ils ne sont pas dignes de ton respect, ils sont encore moins dignes de ta piété filiale et, bien entendu, ils sont encore moins dignes que tu t’inquiètes à leur sujet. N’est-ce pas le cas ? (Si.)

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp