Comment poursuivre la vérité (17) Partie 4

Les plus grandes attentes des parents vis-à-vis de leurs enfants sont, d’une part, l’espoir que leurs enfants auront une belle vie, et d’autre part, l’espoir que leurs enfants seront à leurs côtés et veilleront sur eux quand ils seront âgés. Par exemple, si des parents tombent malades ou rencontrent certaines difficultés dans la vie, ils espèrent que leurs enfants pourront les aider à écarter leurs soucis et difficultés, et partager leur fardeau. Ils espèrent que leurs enfants seront à leurs côtés quand ils quitteront ce monde, afin qu’ils puissent les revoir une dernière fois. Ce sont généralement les deux plus grandes attentes des parents vis-à-vis de leurs enfants, et il est difficile d’abandonner ces attentes. Si les parents d’une personne tombent malades ou rencontrent des difficultés, et que cette personne ne l’apprend pas, il est possible que la situation se résolve sans son intervention. Mais si la personne en est informée, elle a en général beaucoup de mal à surmonter la situation, surtout si l’état de ses parents devient sérieux et qu’ils tombent gravement malades. Dans ces moments-là, les gens ont encore plus de mal à lâcher prise. Si, au fond de ton cœur, tu te dis que tes parents ont encore la condition physique qu’ils avaient il y a 10 ou 20 ans, qu’ils peuvent vivre et travailler comme à cette époque, qu’ils peuvent prendre soin d’eux-mêmes et vivre normalement, qu’ils sont encore en bonne santé, jeunes et robustes, et si tu as l’impression qu’ils n’ont pas besoin de toi, tu ne seras pas très inquiet à leur sujet dans ton cœur. Mais si tu apprends que tes parents se font vieux, que leur constitution s’est affaiblie et qu’ils ont besoin que l’on s’occupe d’eux et qu’on leur tienne compagnie, et que tu te trouves ailleurs, tu seras probablement contrarié et affecté par cette nouvelle. Certaines personnes abandonnent même leur devoir et veulent rentrer chez elles pour voir leurs parents. Certaines personnes émotives font des choix encore plus irrationnels, et disent : « Si je pouvais, je donnerais dix ans de ma vie à mes parents. » Il y a aussi des personnes qui sont résolues à rechercher des bénédictions pour leurs parents. Elles achètent toutes sortes de produits de santé et de compléments alimentaires pour leurs parents, et quand elles apprennent que ces derniers sont gravement malades, elles ne peuvent éviter d’être piégées par leurs sentiments, et souhaitent courir immédiatement au chevet de leurs parents. Certaines personnes disent : « Je serais même prêt à avoir cette maladie à la place de mes parents », sans se demander quel devoir elles devraient accomplir, et ignorant la commission de Dieu. Par conséquent, dans ces circonstances, les gens sont très susceptibles de devenir faibles et de céder à la tentation. Pleureriez-vous si vous appreniez que vos parents sont tombés gravement malades ? En particulier, certaines personnes reçoivent des lettres de chez elles, qui disent que le médecin a déjà annoncé la mort prochaine de leurs parents. Que signifie « annoncer la mort prochaine » ? Cette expression est facile à interpréter. Elle signifie que les parents de ces personnes vont mourir dans quelques jours. À un moment pareil, tu penserais : « Mes parents n’ont qu’une cinquantaine d’années. Cela ne devrait pas arriver. De quelle maladie sont-ils atteints ? » Et si la réponse était : « Ils ont un cancer », tu penserais aussitôt : « Comment l’ont-ils attrapé ? Je suis parti depuis toutes ces années, je leur ai manqué et leur vie a été si dure, est-ce pour cette raison qu’ils ont attrapé cette maladie ? » Tu te précipiterais alors pour rejeter toute la faute sur toi-même : « Mes parents ont eu une vie si dure et je ne les ai pas aidés en partageant leur fardeau. Je leur ai manqué et ils se sont inquiétés pour moi, et je ne suis pas resté à leurs côtés. Je les ai laissé tomber et je leur ai fait endurer des souffrances parce que je leur manquais sans cesse. Mes parents ont passé tant de temps à m’élever, et tout ça pour quoi ? Tout ce que j’ai fait, c’est les faire souffrir ! » Plus tu y penserais, plus tu croirais que tu les as laissé tomber et que tu leur es redevable. Puis tu penserais : « Non, ce n’est pas exact. Je crois en Dieu, j’accomplis le devoir d’un être créé et je mène à bien la commission de Dieu. Je n’ai laissé tomber personne. » Mais ensuite, tu penserais : « Mes parents sont si âgés et ils n’ont aucun enfant à leurs côtés pour prendre soin d’eux. À quoi bon m’avoir élevé, alors ? » Tu hésiterais sans cesse, incapable de surmonter cette situation, quelle que soit ta façon d’y réfléchir. Non seulement tu pleurerais, mais tu sombrerais dans l’imbroglio de tes sentiments à l’égard de tes parents. Est-il facile d’abandonner tout cela, dans ces circonstances ? Tu dirais : « Mes parents m’ont donné naissance et ils m’ont élevé. Ils ne s’attendaient pas à ce que je devienne très riche et ils ne m’ont jamais rien demandé d’excessif. Ils espéraient simplement que je serais à leurs côtés quand ils tomberaient malades et auraient besoin de moi, que je leur tiendrais compagnie et que j’atténuerais leurs souffrances. Je ne l’ai jamais fait ! » Tu pleurerais, du jour où tu aurais appris que tes parents étaient très gravement malades jusqu’au jour de leur mort. Seriez-vous tristes, si vous vous trouviez dans ce genre de situation ? Pleureriez-vous ? Verseriez-vous des larmes ? (Oui.) À ce moment-là, ta détermination et tes aspirations vacilleraient-elles ? Éprouverais-tu l’envie irrépressible de retourner en hâte aux côtés de tes parents, inconsidérément et imprudemment ? Penserais-tu, au fond de ton cœur, que tu es un ingrat insensible et que tes parents t’ont élevé en vain ? Continuerais-tu à avoir honte de faire face à tes parents ? Te souviendrais-tu sans cesse de la bonté dont tes parents ont fait preuve à ton égard en t’élevant, et à quel point ils ont été bons avec toi ? (Oui.) Abandonnerais-tu ton devoir ? Ferais-tu tout ton possible pour avoir des nouvelles récentes de tes parents par le biais d’amis ou de frères et sœurs ? Tout le monde présenterait ces manifestations, n’est-ce pas ? Alors, ce problème est-il facile à résoudre ? Comment dois-tu comprendre de telles questions ? Comment dois-tu considérer la question de la maladie ou du grand malheur, quel qu’il soit, qui frappent tes parents ? Si tu peux percer à jour tout cela, tu pourras l’abandonner. Tu penses constamment que tout ce que tes parents ont enduré et affronté est lié à toi, et que tu devrais partager ces fardeaux. Tu rejettes constamment la faute sur toi-même, tu penses toujours que ces choses ont un rapport avec toi, tu veux toujours t’en mêler. Cette idée est-elle juste ? (Non.) Pourquoi ? Comment devrais-tu considérer ces choses ? Quelles manifestations sont normales ? Quelles manifestations sont anormales, irrationnelles et ne se conforment pas à la vérité ? Nous allons d’abord parler des manifestations normales. Les gens sont tous mis au monde par leurs parents. Ils sont de la chair, et ils possèdent des sentiments. Les sentiments font partie de ce qui est humain et personne ne peut les éviter. Toute personne a des sentiments. Même les petits animaux ont des sentiments, sans parler des gens. Néanmoins, les sentiments de certaines personnes sont un peu plus intenses et les sentiments d’autres personnes sont un peu plus ténus. Mais quelles que soient les circonstances, tout le monde a des sentiments. Que cela émane de leurs sentiments, de leur humanité ou de leur rationalité, tous les individus seraient contrariés s’ils apprenaient que leurs parents sont tombés malades, qu’ils sont frappés par un grand malheur ou qu’ils endurent des souffrances. Tous les individus seraient contrariés. Il est tout à fait normal d’être contrarié, il s’agit là d’un instinct humain, c’est quelque chose que les gens possèdent dans leur humanité et leurs sentiments. Il est tout à fait normal que cela se manifeste chez les gens. Quand leurs parents tombent gravement malades ou sont frappés par un grand malheur, il est tout à fait normal que les gens se sentent tristes, qu’ils pleurent, qu’ils se sentent oppressés, qu’ils cherchent des façons de résoudre ces problèmes et qu’ils partagent ce fardeau avec leurs parents. Chez certaines personnes, cela a même des répercussions sur leur corps : elles seront incapables de manger, elles auront l’estomac noué et auront le moral en berne toute la journée. Toutes ces manifestations sont des manifestations des émotions, et tout cela est parfaitement normal. Les gens ne devraient pas te critiquer pour ces manifestations normales. Tu ne devrais pas essayer d’éviter ces manifestations et tu ne devrais certainement pas accepter les critiques de quiconque à leur sujet. Si tu présentes ces manifestations, cela prouve que tes sentiments pour tes parents sont authentiques, que tu es une personne capable de tenir compte de sa conscience et que tu es une personne normale et ordinaire. Personne ne devrait te reprocher ces débordements affectifs ou d’avoir ces besoins sur le plan émotionnel. Ces manifestations relèvent toutes de la rationalité et de la conscience. Alors, quelles manifestations ne sont pas normales ? Les manifestations anormales sont celles qui sortent du cadre de la rationalité. Par exemple quand les gens deviennent impulsifs dès que ces choses leur arrivent, qu’ils veulent tout abandonner immédiatement pour retourner aux côtés de leurs parents, qu’ils se précipitent pour rejeter toute la faute sur eux-mêmes et pour abandonner les idéaux, les aspirations et la détermination qu’ils avaient autrefois, et même pour abandonner les serments qu’ils ont prêtés devant Dieu. Ces manifestations sont anormales et elles sortent du cadre de la rationalité, elles sont trop impulsives ! Quand les gens choisissent un chemin, ce n’est pas comme s’ils pouvaient choisir le chemin correct, le bon chemin, dans un accès d’impétuosité. Le fait que tu choisisses de suivre le chemin de l’accomplissement d’un devoir et que tu choisisses de faire le devoir d’un être créé n’est pas une mince affaire et c’est quelque chose que rien d’autre ne peut remplacer. Ce n’est assurément pas un choix qui peut être fait dans un accès d’impétuosité. De plus, il s’agit là du bon chemin, tu ne dois pas revenir sur ta décision de suivre le bon chemin dans la vie à cause des environnements, des gens, des événements et des choses qui t’entourent. Voilà la rationalité dont tu devrais faire preuve. Qu’il s’agisse de tes parents ou de n’importe quel grand changement, tout cela ne devrait pas affecter ce qu’il y a de plus important : accomplir le devoir d’un être créé. Voilà un aspect du problème. Un autre aspect est de savoir si tu peux décider de la façon dont tes parents contractent une maladie, le moment où ils commencent à en souffrir, et le type de conséquences que cette maladie peut entraîner. Il se peut que tu dises : « Tout cela est sans doute arrivé parce que je n’ai pas fait preuve d’amour filial. Si j’avais passé toutes ces années à gagner de l’argent et à travailler avec application, et si j’étais à l’aise financièrement, mes parents auraient pu se faire soigner plus tôt et leur état n’aurait pas autant empiré. C’est parce que je n’ai pas fait preuve d’amour filial. » Cette pensée est-elle correcte ? (Non.) Si une personne a de l’argent, cela veut-il dire nécessairement qu’elle pourra s’acheter une bonne santé et éviter de tomber malade ? (Non.) Dans ce monde, les gens riches ne tombent-ils jamais malades ? Entre le moment où une personne se dit qu’elle est en train de tomber malade et le moment où elle est effectivement malade, et jusqu’à ce qu’elle meure, tout est prédéterminé par Dieu. Comment une personne pourrait-elle décider de cela ? Comment le fait d’avoir de l’argent ou de ne pas en avoir pourrait-il déterminer tout cela ? Comment l’environnement des gens pourrait-il déterminer tout cela ? Tout cela a été déterminé par la souveraineté et les arrangements de Dieu. Par conséquent, tu n’as pas à analyser ou à investiguer excessivement le fait que tes parents tombent gravement malades ou qu’ils affrontent un grand malheur, et tu ne devrais certainement pas y consacrer de l’énergie. Cela ne servirait à rien. Que les gens naissent, vieillissent, tombent malades, meurent et rencontrent divers problèmes, grands et petits, dans la vie est tout ce qu’il y a de normal. Si tu es adulte, alors tu dois penser avec maturité et tu dois aborder cette question calmement et correctement : « Mes parents sont malades. Certains disent que c’est parce que je leur ai beaucoup manqué. Est-ce possible ? Je leur ai certainement manqué, comment un enfant pourrait-il ne pas manquer à ses parents ? Mes parents m’ont manqué, eux aussi, alors pourquoi ne suis-je pas tombé malade ? » Quiconque peut-il tomber malade parce que ses enfants lui manquent ? Ce n’est pas le cas. Alors, que se passe-t-il quand tes parents rencontrent ces problèmes significatifs ? On peut seulement dire que Dieu a orchestré ce genre de problème dans leur vie. Cela a été orchestré de la main de Dieu – tu ne peux pas te focaliser sur des raisons et des causes objectives – tes parents étaient censés rencontrer ce problème quand ils ont atteint cet âge, ils étaient censés être frappés par cette maladie. Auraient-ils pu l’éviter, si tu avais été là ? Si Dieu n’avait pas arrangé qu’ils tombent malades dans le cadre de leur destin, alors il ne leur serait rien arrivé, même si tu ne t’étais pas trouvé avec eux. S’ils étaient destinés à être confrontés à ce genre de grand malheur dans leur vie, quel effet aurais-tu pu avoir si tu avais été à leurs côtés ? Ils n’auraient quand même pas pu l’éviter, n’est-ce pas ? (En effet.) Pense à ces gens qui ne croient pas en Dieu : toute leur famille n’est-elle pas réunie, année après année ? Quand ces parents sont confrontés à de grands malheurs, les membres de leur famille élargie et leurs enfants sont tous avec eux, n’est-ce pas ? Quand ces parents tombent malades, ou quand leur maladie s’aggrave, est-ce parce que leurs enfants les ont quittés ? Ce n’est pas le cas, c’était une fatalité. Simplement, en tant que leur enfant, parce que tu as ce lien du sang avec tes parents, tu seras contrarié quand tu apprendras qu’ils sont malades, alors que les autres ne ressentiront rien. C’est tout à fait normal. Cependant, que tes parents soient confrontés à ce genre de grand malheur ne signifie pas que tu dois l’analyser et l’investiguer, ou réfléchir à la façon de t’en débarrasser ou de le résoudre. Tes parents sont adultes, ils ont été confrontés à tout cela plus d’une fois au sein de la société. Si Dieu arrange un environnement pour les débarrasser de ce problème, alors, tôt ou tard, il disparaîtra complètement. Si ce problème constitue pour eux un obstacle dans la vie et qu’ils doivent en faire l’expérience, alors c’est à Dieu de décider pendant combien de temps ils doivent en faire l’expérience. C’est quelque chose dont ils doivent faire l’expérience et ils ne peuvent pas l’éviter. Si tu souhaites, à toi seul, résoudre ce problème, analyser et investiguer la source, les causes et les conséquences de ce problème, il s’agit là d’une pensée stupide. Cela ne sert à rien et c’est superflu. Tu ne devrais pas agir ainsi, ni analyser, ni investiguer, ni contacter tes camarades de classe et tes amis pour leur demander de l’aide, ni contacter l’hôpital pour tes parents, contacter les meilleurs médecins, prendre des dispositions pour que tes parents aient le meilleur lit d’hôpital, tu n’as pas à te creuser la cervelle en faisant tout cela. Si tu as vraiment de l’énergie en trop, alors tu dois bien faire le devoir que tu es censé accomplir à l’heure actuelle. Tes parents ont leur propre destin. Personne ne peut échapper à l’âge auquel on est censé mourir. Tes parents ne sont pas les maîtres de ton destin, et de la même manière, tu n’es pas le maître du destin de tes parents. Si c’est leur destin que quelque chose leur arrive, que peux-tu y faire ? Quel effet peut avoir le fait que tu sois angoissé et que tu cherches des solutions ? Cela ne peut rien accomplir. Tout dépend de la volonté de Dieu. Si Dieu veut les emmener et te permettre d’accomplir ton devoir sans être perturbé, peux-tu t’en mêler ? Peux-tu discuter des conditions avec Dieu ? Que dois-tu faire à ce stade ? Si tu te creuses la cervelle pour trouver des solutions, si tu investigues, analyses, rejettes la faute sur toi-même, et que tu as honte de faire face à tes parents, s’agit-il là des pensées qu’une personne devrait avoir et des actes qu’elle devrait accomplir ? Tout cela constitue des manifestations d’un manque de soumission à Dieu et à la vérité. Tout cela est irrationnel, peu sage et rebelle envers Dieu. Les gens ne devraient pas présenter ces manifestations. Comprends-tu ? (Oui.)

Certains disent : « Je sais que je ne devrais pas analyser ou investiguer le fait que mes parents tombent malades ou qu’ils soient confrontés à un grand malheur. Je sais qu’il est inutile de le faire et que je devrais aborder cette question en me basant sur les vérités-principes, mais je ne peux pas m’empêcher d’analyser et d’investiguer ce problème. » Alors, résolvons cette question de la retenue, pour que tu n’aies plus à te retenir de faire quelque chose. Comment peut-on y parvenir ? Dans cette vie, les gens en bonne santé commencent à ressentir les symptômes de la vieillesse après avoir atteint l’âge de 50 ou 60 ans. Leurs muscles et leurs os se détériorent, ils perdent leur force, ne dorment pas bien, ne mangent pas beaucoup, et ils n’ont pas assez d’énergie pour travailler, lire ou accomplir la moindre tâche. Diverses maladies se déclarent, telles que l’hypertension, le diabète, les affections cardiaques, les maladies cardiovasculaires, les maladies cérébrovasculaires, et ainsi de suite. Ceux dont la santé est légèrement meilleure, même s’ils ressentent ces symptômes de l’âge, peuvent faire tout ce qu’ils ont à faire, et ces symptômes ne les empêchent ni de vivre ni de travailler normalement. C’est une bonne chose. Quant à ceux qui sont en moins bonne santé, ces symptômes les empêchent de travailler et de vivre normalement, et ils doivent parfois se rendre à l’hôpital pour consulter un médecin. Certains de ces individus attrapent des rhumes ou souffrent de migraines, d’autres souffrent de gastro-entérites ou de diarrhées. Ils doivent rester au lit pendant deux jours chaque fois qu’ils souffrent d’une crise de diarrhée. Certaines personnes font de l’hypertension et ont des vertiges au point qu’elles ne peuvent pas marcher, conduire ou s’éloigner de chez elles. D’autres encore souffrent d’incontinence urinaire, ce qui les empêche de sortir. Elles quittent donc rarement leur domicile et ne peuvent pas voyager avec leurs parents et amis. D’autres ont constamment des réactions allergiques à ce qu’elles mangent. D’autres encore dorment mal et ne peuvent pas se reposer dans les endroits bruyants. Dès qu’elles ne sont pas chez elles, elles ont encore plus de mal à dormir. Toutes ces choses ont un impact important sur la vie et le travail de ces personnes. Certaines personnes ne peuvent même pas travailler plus de trois ou quatre heures d’affilée. Et puis, il y a des cas encore plus graves où les gens entrent en phase terminale à 50 ou 60 ans parce qu’ils souffrent de cancer, de diabète, de rhumatisme cardiaque, de démence, de maladie de Parkinson, et autres. Que ces maladies soient dues à ce que ces gens ont mangé, à un environnement pollué, à de l’air ou à de l’eau pollués, la loi qui régit la chair de l’homme est qu’après 45 ans pour les femmes, et 50 ans pour les hommes, leur corps se détériore peu à peu. Chaque jour, ces gens disent que telle partie de leur corps les gêne et que telle autre leur fait mal. Ils vont chez le médecin se faire examiner et il s’agit d’un cancer en phase terminale. Le médecin finit par dire : « Rentrez chez vous, ça ne se soigne pas. » Tout le monde sera confronté à ces maladies charnelles. Aujourd’hui, c’est eux, demain, ce sera vous et nous. En fonction de l’âge, et dans cet ordre chronologique, tout le monde nait, devient vieux, tombe malade et meurt. Les gens passent de la jeunesse à la vieillesse, de la vieillesse, ils passent à la maladie et de la maladie à la mort, c’est la loi. Simplement, quand tu apprends que tes parents sont tombés malades, comme il s’agit des personnes les plus proches de toi, pour lesquelles tu te fais le plus de souci, et de celles qui t’ont élevé, tu seras incapable de franchir l’obstacle de tes sentiments, et tu te diras : « Je ne ressens rien quand les parents des autres meurent, mais mes parents ne peuvent pas tomber malades, parce que cela me rendrait triste. Je ne le supporte pas, mon cœur souffre, je n’arrive pas à surmonter mes sentiments ! » Simplement parce qu’il s’agit de tes parents, tu penses qu’ils ne devraient pas devenir vieux, ni tomber malades, et qu’ils ne devraient certainement pas mourir. Cela a-t-il un sens ? Cela n’a aucun sens, et ce n’est pas une vérité. Le comprends-tu ? (Oui.) Chaque individu fera face au fait que ses parents vieillissent, qu’ils tombent malades. Dans certains cas graves, les parents de ces personnes sont même paralysés et alités, et certains sombrent dans un état végétatif. Les parents de certaines personnes font de l’hypertension, souffrent de paralysie partielle, font un AVC, ou contractent une maladie grave et meurent. Toute personne verra, entendra parler ou sera personnellement témoin du processus de vieillissement, de maladie, et de mort de ses parents. Simplement, certaines personnes l’apprennent plus tôt, quand leurs parents ont la cinquantaine. Certaines personnes apprennent cette nouvelle quand leurs parents ont la soixantaine. Et d’autres encore ne l’apprennent que lorsque leurs parents ont 80, 90 ou 100 ans. Mais quel que soit le moment auquel tu apprends cette nouvelle, en tant que fils ou fille, un jour, tôt ou tard, tu accepteras ce fait. Si tu es adulte, tu dois penser en faisant preuve de maturité et avoir une attitude correcte vis-à-vis du fait que les gens naissent, vieillissent, tombent malades et meurent, et ne pas être impulsif. Tu ne dois pas être incapable de le supporter quand tu apprends que tes parents sont malades ou que l’hôpital les a informés qu’ils sont dans un état de santé critique. Naître, devenir vieux, tomber malade et mourir sont des choses que toute personne doit accepter. Sur quelle base es-tu incapable de le supporter ? C’est la loi que Dieu a ordonnée quant à la naissance et à la mort de l’homme, pourquoi veux-tu l’enfreindre ? Pourquoi ne l’acceptes-tu pas ? Quelles sont tes intentions ? Tu ne veux pas laisser tes parents mourir, tu ne veux pas qu’ils vivent selon la loi de la naissance, de la vieillesse, de la maladie et de la mort que Dieu a établie. Tu veux empêcher tes parents de tomber malades et de mourir. Qu’est-ce que cela ferait d’eux ? Cela n’en ferait-il pas des gens artificiels ? Seraient-ils alors encore des personnes ? Par conséquent, tu dois accepter ce fait. Avant d’apprendre que tes parents vieillissent, qu’ils sont tombés malades et qu’ils sont morts, tu dois t’y préparer dans ton cœur. Un jour, tôt ou tard, toute personne vieillira, s’affaiblira et mourra. Comme tes parents sont des gens normaux, pourquoi ne peuvent-ils pas faire l’expérience de cette difficulté ? Ils doivent la vivre et tu dois l’aborder correctement. Ce problème a-t-il été résolu ? Peux-tu désormais faire face à de telles choses rationnellement ? (Oui.) Alors, quand tes parents tomberont gravement malades ou qu’ils seront confrontés à un grand malheur à l’avenir, comment aborderas-tu cette situation ? Il ne faut pas non plus l’ignorer. Si tu le faisais, les gens diraient : « Es-tu un crapaud ou un serpent ? Comment peux-tu être aussi dépourvu de sentiments qu’un animal à sang froid ? » Tu es une personne normale, tu devrais donc réagir. Tu devrais te dire : « Mes parents ont eu une vie difficile, et ils ont contracté cette maladie alors qu’ils étaient encore jeunes. Ils n’ont profité d’aucune bénédiction et ils n’ont pas été assidus dans leur croyance en Dieu. C’est ainsi que leur vie s’est déroulée. Ils n’ont rien compris, ils n’ont pas suivi le bon chemin, ni poursuivi la vérité. Ils se sont contentés de laisser passer le temps. Ils ne sont pas différents des animaux, ils sont semblables à de vieilles vaches ou de vieux chevaux. Maintenant qu’ils sont gravement malades, ils vont simplement devoir se débrouiller seuls, mais j’espère que Dieu pourra atténuer une partie de leurs souffrances. » Prie pour eux dans ton cœur, c’est suffisant. Que peut-on y faire ? Si tu n’es pas avec tes parents, tu ne peux rien y faire. Et même si tu es à leurs côtés, que peux-tu y faire ? Combien de personnes ont-elles personnellement vu leurs parents passer de la jeunesse à la vieillesse, puis passer de la vieillesse à la maladie, en contractant diverses affections, puis passer de ces diverses maladies à l’échec de leur traitement médical, jusqu’à ce que ces parents soient déclarés morts et emmenés à la morgue ? Ces personnes ne manquent pas. Ces enfants restent tous avec leurs parents, mais que peuvent-ils faire ? Ils ne peuvent rien faire. Ils ne peuvent que regarder. Ne pas assister à ce processus maintenant t’épargnera des difficultés. Il vaut mieux ne pas y assister, y assister ne serait pas bon pour toi. N’est-ce pas vrai ? (Si.) En ce qui concerne cette question, d’une part, tu dois comprendre clairement que les gens naissent, vieillissent, tombent malades et meurent, et que c’est une loi établie par Dieu ; d’autre part, tu dois voir clairement les responsabilités que les gens doivent assumer, ainsi que leur destin, tu ne dois pas être irrationnel et tu ne dois pas agir de manière impulsive ou stupide. Pourquoi ne dois-tu pas agir de manière impulsive ou stupide ? Parce que même si tu le fais, cela ne servira à rien, cela ne fera que révéler ta stupidité. Plus grave encore, lorsque tu agis de manière stupide, tu te rebelles contre Dieu, et Dieu n’aime pas ça, Il déteste ça. Tu vois clairement et tu comprends toutes ces vérités en termes de doctrine, mais tu es encore attaché à ton propre chemin, et tu agis de manière obstinée et délibérée, de sorte que Dieu ne t’aime pas, Il t’abhorre. Qu’est-ce qu’Il abhorre en toi ? Il abhorre ta stupidité entêtée et ta rébellion. Tu crois posséder des sentiments humains, mais Dieu dit que tu es entêté et stupide. Tu es entêté, stupide, bête et intransigeant, tu n’acceptes pas la vérité et tu ne te soumets pas aux orchestrations et aux arrangements de Dieu. Dieu t’a clairement indiqué l’essence, la source et les principes de pratique spécifiques que renferme cette question, mais tu veux, malgré tout, faire face à tout cela selon tes sentiments, de sorte que Dieu ne t’aime pas. En fin de compte, si Dieu n’enlève pas la maladie de tes parents, alors ils tomberont gravement malades et mourront, si c’est ce qui est censé leur arriver. Personne ne peut changer ce fait. Si tu souhaites changer ce fait, cela prouve seulement que tu veux changer la souveraineté de Dieu, de tes propres mains et en employant tes propres méthodes. C’est là la plus grande des rébellions et tu t’opposes à Dieu. Si tu ne veux pas t’opposer à Dieu, quand tu apprends que ces choses sont arrivées à tes parents, tu dois rester calme et trouver un endroit où tu peux être seul pour pleurer, penser et prier. Ou bien tu dois parler de tes sentiments de nostalgie aux frères et sœurs qui t’entourent. C’est tout ce que tu as à faire. Tu ne dois pas songer à changer quelque chose, et tu ne dois certainement pas agir de manière stupide. Ne prie pas Dieu en Lui demandant de retirer la maladie de tes parents, et de leur permettre de vivre quelques années de plus, ou de prendre deux années de ta propre vie pour les donner à tes parents, simplement parce que tu crois en Dieu, ou en te basant sur le fait que tu as renoncé à ta famille et à ta carrière pour accomplir ton devoir pendant tant d’années. Ne fais pas ce genre de choses. Dieu n’écoutera pas ce genre de prières et Il abhorre ce genre de pensées et de prières. Ne contrarie pas Dieu et ne Le mets pas en colère. Dieu a vraiment de l’aversion pour les gens qui souhaitent manipuler le destin de quelqu’un, qui veulent changer le fait de la souveraineté de Dieu sur le destin d’une personne, changer certains faits établis par Dieu depuis longtemps ou la trajectoire du destin des gens. Voilà ce que Dieu déteste le plus.

J’ai fini d’échanger sur l’attitude, les pensées et la compréhension que les gens devraient avoir quant au fait que leurs parents tombent malades. De même, quand il s’agit du décès de leurs parents, les gens devraient également adopter une attitude correcte et rationnelle. Certaines personnes sont séparées de leurs parents depuis des années, elles n’ont pas été aux côtés de leurs parents ou n’ont pas vécu avec eux, et quand elles apprennent que leurs parents sont morts subitement, c’est un choc pour elles, et cela leur semble incroyablement brutal. Comme ces personnes n’étaient pas aux côtés de leurs parents, ou qu’elles n’ont pas vécu avec eux pendant tant d’années, elles nourrissent une sorte d’idée fausse dans leurs pensées et leurs notions. Quel genre d’idée fausse ? Quand tu as quitté tes parents, ils se portaient bien. Après avoir vécu loin d’eux pendant des années, dans ton esprit, tes parents ont gardé le même âge, ils sont restés dans le même état physique, le même état de vie que dans ton souvenir. Cela sème le désordre. Tu en viens à croire que tes parents ne vieilliront jamais et qu’ils vivront assez longtemps pour fêter de nombreux anniversaires. Autrement dit, dès que leur visage est mémorisé dans ton cœur, dès que leur vie, leurs paroles et leur comportement laissent une impression, une empreinte dans ton esprit et dans ta mémoire, tu penses que tes parents resteront comme ça à jamais, qu’ils ne changeront pas, qu’ils ne vieilliront pas et qu’ils ne mourront certainement pas. À quoi fait référence « ne mourront pas » ? D’une part, cela signifie que leur corps physique ne disparaîtra pas. D’autre part, cela signifie que leur visage, les sentiments qu’ils ont pour toi, et ainsi de suite, ne disparaîtront pas. Il s’agit là d’une idée fausse, qui te vaudra bien des ennuis. Par conséquent, quel que soit l’âge de tes parents, qu’ils meurent de vieillesse, à cause d’une maladie ou à la suite de certains incidents, cela te portera un coup et te paraîtra très brutal. Étant donné que dans ton esprit, tes parents se portent encore bien, et qu’ensuite, ils disparaissent soudainement, tu penseras : « Comment peuvent-ils avoir disparu ? Comment des êtres vivants pourraient-ils simplement devenir poussière ? Dans mon cœur, je me dis sans cesse que mes parents sont encore en vie, que ma mère prépare encore les repas dans la cuisine, qu’elle est très occupée, et que mon père travaille dehors chaque jour, ne rentrant à la maison que le soir. » Ces scènes tirées de leur vie ont laissé une trace dans ton esprit. Donc, à cause de tes sentiments, ta conscience contient quelque chose qu’elle ne devrait pas contenir, à savoir la croyance que tes parents vivront à jamais dans ton cœur. De ce fait, tu crois que tes parents ne devraient pas mourir, et quelles que soient les circonstances dans lesquelles tes parents décèdent, tu sentiras que c’est un coup dur, et tu ne pourras pas l’accepter. Il te faudra du temps pour surmonter cette situation, n’est-ce pas ? Que tes parents tombent malades serait déjà un choc important pour toi, alors qu’ils décèdent serait un choc encore plus important. Donc, avant que cela n’arrive, comment devrais-tu résoudre le choc inattendu que cela te fera, pour que ce choc n’ait pas d’impact, d’interférence ou d’incidence sur l’accomplissement de ton devoir ou sur le chemin que tu suis ? D’abord, examinons ce qu’est exactement la mort, et ce qu’est exactement le décès. Cela ne signifie-t-il pas qu’une personne quitte ce monde ? (Si.) Cela signifie que la vie qu’une personne possède, qui a une présence physique, est retirée du monde matériel que les êtres humains peuvent voir, et qu’elle disparaît. Cette personne continue alors à vivre dans un autre monde, sous une autre forme. Que la vie de tes parents s’en aille signifie que la relation que tu as avec eux dans ce monde s’est évanouie, qu’elle a disparu et qu’elle a pris fin. Tes parents vivent dans un autre monde, sous une autre forme. Quant à savoir comment leur vie se passera dans cet autre monde, s’ils reviendront dans ce monde, s’ils te retrouveront ou s’ils auront une quelconque relation charnelle ou le moindre engagement émotionnel avec toi, tout cela est ordonné par Dieu et n’a aucun rapport avec toi. En résumé, le décès de tes parents signifie que leur mission dans ce monde est achevée, et qu’un point final a été mis à leur vie. Leur mission dans cette vie et dans ce monde a pris fin, de sorte que ta relation avec eux a également pris fin. Quant à savoir si tes parents se réincarneront à l’avenir, ou s’ils recevront une sanction ou une restriction, ou s’ils bénéficieront d’une prise en charge et d’arrangements, de quelque sorte que ce soit, dans l’autre monde, cela a-t-il le moindre rapport avec toi ? Peux-tu en décider ? Cela n’a aucun rapport avec toi, tu ne peux pas en décider et tu ne pourras obtenir aucune information à ce sujet. Ta relation avec tes parents dans cette vie prend fin à ce moment-là. Autrement dit, le destin qui vous a liés quand vous avez vécu les uns aux côtés des autres pendant 10, 20, 30 ou 40 ans prend fin à ce moment-là. Ensuite, tes parents sont tes parents, tu es toi, et aucune relation n’existe entre vous. Même si vous croyez tous en Dieu, tes parents ont accompli leurs propres devoirs et tu as accompli les tiens. Quand tes parents ne vivent plus dans le même environnement spatial que toi, il n’y a plus la moindre relation entre vous. Tes parents ont simplement déjà achevé la mission que Dieu leur avait confiée. Donc, pour ce qui est des responsabilités qu’ils ont assumées vis-à-vis de toi, elles prennent fin le jour où tu commences à exister indépendamment d’eux. Tu n’as alors plus aucun rapport avec tes parents. S’ils décèdent aujourd’hui, tu seras simplement privé de quelque chose sur le plan émotionnel, et tu auras deux personnes proches en moins et elles te manqueront. Tu ne les reverras jamais et tu ne pourras plus jamais avoir des nouvelles d’eux. Ce qu’il adviendra d’eux par la suite, et leur avenir, n’a aucun rapport avec toi, il n’y aura plus aucun lien du sang entre vous, et vous ne serez même plus le même genre d’êtres. C’est comme ça. Les dernières nouvelles que tu auras de tes parents dans ce monde seront simplement qu’ils sont décédés, et ce sera le dernier obstacle les concernant que tu verras, ou dont tu entendras parler, pour ce qui est de leur expérience de la naissance, du vieillissement, de la maladie et de la mort dans leur vie, c’est tout. Leur mort ne t’enlèvera rien ou ne t’apportera rien, tes parents seront simplement morts, leur voyage en tant que personnes sera terminé. Donc, en ce qui concerne leur décès, peu importe que leur mort soit accidentelle, naturelle ou due à la maladie, et ainsi de suite. De toute façon, en dehors de la souveraineté et des arrangements de Dieu, personne ni aucune force n’auraient pu prendre leur vie. Leur décès ne signifie que la fin de leur vie physique. S’ils te manquent et que tu te languis d’eux, ou que tu as honte de toi du fait de tes sentiments, sache que tu ne devrais ressentir aucune de ces choses, et qu’il n’est pas nécessaire de les ressentir. Tes parents ont quitté ce monde, les regretter est donc superflu, n’est-ce pas ? Si tu te dis : « Ai-je manqué à mes parents pendant toutes ces années ? À quel point ont-ils davantage souffert parce que je n’étais pas à leurs côtés à faire preuve de piété filiale pendant toutes ces années ? Pendant toutes ces années, j’ai toujours souhaité pouvoir passer quelques jours avec eux. Je ne me serais jamais attendu à ce qu’ils meurent si tôt. Je me sens triste et coupable. » Tu n’es pas obligé de penser de cette façon, leur mort n’a rien à voir avec toi. Pourquoi leur mort n’a-t-elle rien à voir avec toi ? Parce que, même si tu as fait preuve de piété filiale, ou si tu leur as tenu compagnie, ce n’est pas l’obligation ou la tâche dont Dieu t’a chargé. Dieu a ordonné la mesure de bonne fortune et de souffrances que tes parents rencontreront par ton biais, cela ne dépend absolument pas de toi. Tes parents ne vivront pas plus longtemps parce que tu te trouves avec eux, ils n’auront pas une vie plus courte parce que tu es loin d’eux et que tu n’as pas pu être avec eux souvent. Dieu a ordonné la durée de leur vie, et cela n’a aucun rapport avec toi. Par conséquent, si tu apprends, de ton vivant, que tes parents sont décédés, tu ne dois pas te sentir coupable. Tu dois aborder cette question de la manière correcte et l’accepter. Si tu as déjà versé beaucoup de larmes quand tes parents étaient gravement malades, tu devrais te sentir heureux et libre quand ils décèdent. Après leur avoir fait tes adieux, il est inutile de pleurer. Tu auras déjà assumé tes responsabilités en tant qu’enfant, tu auras prié pour eux, tu te seras senti triste pour eux et tu auras versé d’innombrables larmes pour eux. Et bien entendu, tu auras songé à de nombreuses solutions possibles pour faire soigner leur maladie et tu auras fait tout ton possible pour atténuer leurs souffrances. Tu auras déjà fait tout ce que tu pouvais faire en tant que leur enfant. Lors de leur décès, tu devrais seulement dire : « Vous avez eu une vie assez dure. En tant que votre enfant, j’espère que vous reposerez en paix. Si vous avez fait beaucoup de choses qui ont offensé Dieu dans cette vie, alors vous devrez recevoir une punition dans l’autre monde. Si, après avoir reçu votre punition, Dieu vous donne la possibilité d’être de nouveau réincarnés en tant que personne dans ce monde, j’espère que vous ferez de votre mieux pour bien vous comporter et suivre le bon chemin. Ne faites plus rien qui puisse offenser Dieu et efforcez-vous de ne recevoir aucune punition dans votre prochaine vie. » C’est tout. N’est-ce pas bien formulé ? C’est tout ce que tu peux faire. Que ce soit pour tes parents ou pour un autre de tes proches, c’est tout ce que tu peux faire. Bien entendu, quand tes parents finissent par décéder, si tu ne peux pas être avec eux ou leur apporter un dernier réconfort, tu n’es pas obligé de te sentir triste. En effet, chaque personne quitte ce monde seule. Même si ses enfants sont avec elle, quand un messager viendra la chercher, elle seule pourra le voir. Quand elle partira, personne ne l’accompagnera, ses enfants ne pourront pas l’accompagner, pas plus que son conjoint. Quand les gens quittent ce monde, ils sont toujours seuls. Dans ses derniers instants, toute personne doit faire face à cette situation, à ce processus et à cet environnement. Par conséquent, si tu es aux côtés de tes parents et qu’ils te regardent droit dans les yeux, cela ne servira, malgré tout, à rien. Quand ils devront partir, s’ils veulent appeler ton nom, ils ne le pourront pas, et tu ne pourras pas l’entendre. S’ils veulent tendre la main et t’agripper, ils n’en auront pas la force, et tu ne pourras pas le sentir. Ils seront seuls. C’est parce que chaque personne entre dans ce monde seule, et au bout du compte, elle doit aussi le quitter seule. Tout cela est ordonné par Dieu. L’existence de ces choses permet aux gens de voir encore plus clairement que leur vie et leur destin se trouvent entre les mains de Dieu, tout comme le fait qu’ils naissent, vieillissent, tombent malades et meurent, et que la vie de chaque personne est indépendante. Même si tout le monde a des parents, des frères et sœurs, et des proches, du point de vue de Dieu, et du point de vue de la vie, la vie de chaque personne est indépendante, les vies ne sont pas regroupées, et aucune vie n’est associée à une autre. Du point de vue des êtres humains créés, chaque vie est indépendante, mais du point de vue de Dieu, pas une vie qu’Il a créée n’est seule, parce que Dieu accompagne chacune d’entre elles et qu’Il les tire vers l’avant. Simplement, quand tu es dans ce monde, tu es né de tes parents, et tu penses que tes parents sont les gens les plus proches de toi, mais en fait, quand tes parents quitteront ce monde, tu te rendras compte qu’ils ne sont pas les gens les plus proches de toi. Quand leur vie prendra fin, tu seras encore vivant. Le fait que la vie de tes parents prenne fin ne t’enlèvera pas la tienne, et cela n’affectera certainement pas ta vie. Tu as été loin de tes parents pendant toutes ces années, et tu vis encore bien. Pour quelle raison ? Parce que Dieu veille sur toi et te guide. Tu vis sous Sa souveraineté. Quand tes parents quitteront ce monde, cela te fera encore plus prendre conscience que, ces dernières années, sans que tes parents t’accompagnent, sans qu’ils prennent soin de toi, sans qu’ils s’occupent de toi et sans qu’ils t’élèvent, tu as grandi jusqu’à l’âge adulte, puis tu as atteint l’âge mûr et la vieillesse, et sous la direction de Dieu, tu as compris de plus en plus de choses dans ta vie, et la direction et le chemin qui se trouvent devant toi sont devenus de plus en plus clairs. C’est pourquoi les gens sont capables de quitter leurs parents. L’existence de leurs parents n’est nécessaire que durant leur enfance, mais une fois que ces gens ont grandi, l’existence de leurs parents n’est qu’une formalité. Leurs parents constituent seulement leur nourriture et leur soutien émotionnels, et ils ne sont pas indispensables. Bien entendu, quand tes parents quitteront ce monde, ces choses te paraîtront de plus en plus claires, et tu ressentiras encore plus que la vie des gens provient de Dieu, et que les gens ne peuvent pas vivre sans s’appuyer sur Dieu, sans Dieu comme nourriture mentale et spirituelle, et comme nourriture de leur vie. Quand tes parents te quitteront, ils te manqueront simplement sur le plan émotionnel, mais en même temps, tu seras libéré, du point de vue émotionnel ou à d’autres égards. Pourquoi seras-tu libéré ? Quand tes parents sont là, ils sont à la fois un souci et un fardeau pour toi. Ce sont des gens vis-à-vis desquels tu peux te montrer obstiné, et ils te donnent l’impression que tu ne peux pas échapper à tes sentiments. Quand tes parents décèderont, tout cela se trouvera résolu. Les gens qui te semblaient les plus proches de toi ne seront plus là et tu n’auras plus à te faire de souci pour eux ni à te languir d’eux. Quand tu briseras cette relation de dépendance que tu as avec tes parents, quand ils quitteront ce monde, quand tu sentiras vraiment, au fond de ton cœur, que tes parents sont déjà partis, et quand tu sentiras que tu as déjà transcendé les liens du sang que tu avais avec tes parents, tu deviendras véritablement mûr et indépendant. Réfléchis-y : quel que soit l’âge des gens, s’ils ont encore leurs parents, chaque fois qu’ils ont un problème, ils se diront : « Je vais demander à ma mère, je vais demander à mon père. » Ils auront toujours un soutien émotionnel à disposition. Quand les gens disposent de ce soutien émotionnel, ils se disent que leur existence dans ce monde déborde de chaleur et de bonheur. Quand tu perds ce sentiment de bonheur et cette chaleur, si tu ne te dis pas que tu es seul, ou que tu as perdu le bonheur et la chaleur, alors tu es mûr et tu es véritablement indépendant pour ce qui est de tes pensées et de tes sentiments. La plupart d’entre vous n’ont sans doute pas encore vécu ces choses. Quand ce sera le cas, vous comprendrez. Réfléchissez-y : quel que soit l’âge des gens, qu’ils aient 40, 50 ou 60 ans, ils deviennent immédiatement bien plus mûrs quand leurs parents décèdent. C’est comme s’ils passaient de l’état d’enfant naïf à celui d’adulte sensé en un instant. Du jour au lendemain, ils en viennent à comprendre les choses, à être indépendants. Par conséquent, pour tout individu, le décès de ses parents est une grande difficulté. Si tu peux aborder et gérer ta relation avec tes parents de manière correcte, et en même temps aborder, gérer et abandonner de manière correcte les diverses attentes de tes parents à ton égard, ou les responsabilités que tu devrais assumer vis-à-vis d’eux sur le plan émotionnel et éthique, alors tu auras véritablement mûri et, à tout le moins, tu seras un adulte devant Dieu. Devenir adulte de cette façon n’est pas chose facile, tu dois endurer une certaine souffrance en matière de sentiments charnels. En particulier, tu dois endurer certains ravages et tourments émotionnels, ainsi que la douleur liée aux choses qui ne se passent pas bien, aux choses qui ne se passent pas comme tu l’aurais espéré, ou qui sont malencontreuses, et ainsi de suite. Quand tu auras fait l’expérience de toute cette douleur, tu comprendras un peu mieux ces questions. Si tu les relies aux vérités sur lesquelles nous avons échangé concernant ces questions, tu comprendras un peu mieux la vie et le destin des gens, vie et destin qui sont ordonnés par Dieu, ainsi que l’affection qui existe entre les gens, de manière très approfondie. Quand tu comprendras mieux ces choses, il te sera facile de les abandonner. Quand tu pourras les abandonner et y faire face correctement, tu pourras les aborder correctement. Tu ne les aborderas pas sur la base de doctrines humaines ou de normes de la conscience humaine. Tu les aborderas conformément aux vérités-principes. Que veut dire « conformément aux vérités-principes » ? Cela signifie que tu peux te soumettre à Dieu. Si tu peux te soumettre à Dieu et à Ses orchestrations, c’est bon signe, c’est de bon augure. Qu’est-ce que cela annonce ? Que tu as un espoir de salut. Par conséquent, en ce qui concerne les attentes de tes parents, peu importe si, à l’heure actuelle, tu es jeune, d’âge moyen, âgé, ou si tu as un âge avancé, et qu’importe si tu n’as pas fait l’expérience de ces attentes, si tu en fais l’expérience en ce moment même, ou si tu en as déjà fait l’expérience. Ce que vous devez faire, ce n’est pas simplement abandonner vos sentiments ou couper les liens avec vos parents et vous déconnecter d’eux, c’est consacrer vos efforts à la vérité et chercher à comprendre ces aspects de la vérité. Voilà ce qui compte le plus. Quand vous comprendrez ces relations différentes et complexes, vous pourrez vous en libérer et vous ne serez plus contraints par elles. Quand tu ne seras plus contraint par ces relations, il te sera bien plus facile de te soumettre aux orchestrations de Dieu et tu rencontreras moins d’obstacles et d’entraves en le faisant. Alors, tu seras moins susceptible de te rebeller contre Dieu, n’est-ce pas ?

Êtes-vous désormais capables de comprendre clairement et de résoudre toutes ces grandes questions qui se rapportent aux parents ? Quand vous aurez du temps libre, réfléchissez à la vérité. Si, plus tard, ou dans les choses que tu vis maintenant, tu peux faire le lien entre ces questions et la vérité, et résoudre ces problèmes en te basant sur la vérité, tu rencontreras bien moins de problèmes et de difficultés, et tu auras une vie tout à fait sereine et joyeuse. Si tu n’abordes pas ces choses en te basant sur la vérité, tu rencontreras nombre de problèmes et ta vie sera très pénible. Voilà le résultat. Je vais cesser d’échanger sur le sujet des attentes parentales ici, aujourd’hui. Au revoir !

Le 29 avril 2023

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp