Comment poursuivre la vérité (2) Partie 3

Tout le monde doit traverser de nombreux revers et échecs dans la vie. Qui a une vie remplie uniquement de satisfaction ? Qui n’a jamais connu d’échecs ou de revers ? Lorsque parfois les choses ne se passent pas bien pour toi, ou que tu rencontres des revers et des échecs, ce n’est pas de la malchance, c’est ce que tu devrais expérimenter. C’est comme manger de la nourriture : il faut manger de la même manière l’aigre, le sucré, l’amer et l’épicé. Les gens ne peuvent pas se passer de sel et doivent manger quelques aliments salés, mais si tu manges trop de sel, ce sera dommageable pour tes reins. Il faut manger des aliments aigres à certaines saisons, mais il ne faut pas en manger trop, car ce n’est pas bon pour les dents ni pour l’estomac. Tout doit être consommé avec modération. Tu manges des aliments aigres, des aliments salés et des aliments sucrés, et tu dois également manger des aliments amers. Les aliments amers sont bons pour certains organes internes, tu dois donc en manger un peu. Il en est de même de la vie d’une personne. La plupart des personnes, des évènements et des choses que tu rencontreras à chaque étape de ta vie ne te plairont pas. Pourquoi cela ? C’est parce que les gens poursuivent des choses différentes. Si tu poursuis la renommée, la fortune, le statut et la richesse pour être supérieur aux autres et obtenir un grand succès, et ainsi de suite, alors 99 pour cent des choses ne te plairont pas. C’est comme on le dit : tout n’est que malchance et malheur. Cependant, si tu abandonnes l’idée de ta chance ou de ta malchance et que tu traites ces choses correctement et avec calme, tu constateras que la plupart des choses ne sont pas si défavorables, ni si difficiles à gérer. Lorsque tu abandonnes tes ambitions et tes désirs, lorsque tu cesses de rejeter ou d’éviter tout malheur qui t’arrive et que tu cesses de mesurer ces choses en fonction de ta chance ou de ta malchance, beaucoup de choses que tu considérais autrefois comme malheureuses et mauvaises, tu les considéreras désormais comme bonnes : les mauvaises choses se transformeront en bonnes choses. Ta mentalité et la façon dont tu vois les choses changeront, ce qui te permettra de ressentir différemment tes expériences de vie et, en même temps, de récolter des récompenses différentes. C’est une expérience extraordinaire, qui t’apportera des récompenses inimaginables. C’est une bonne chose, pas une mauvaise chose. Par exemple, certaines personnes sont toujours appréciées, elles obtiennent toujours des promotions, elles reçoivent toujours des éloges et des encouragements, elles obtiennent souvent l’approbation de leurs frères et sœurs et tout le monde les regarde avec envie. Est-ce une bonne chose ? La plupart des gens pensent que ces choses se produisent parce que ces individus ont la chance de leur côté. Ils disent : « Écoutez, ce type a un bon calibre, il est né chanceux et il a bien réussi dans sa vie, il a les bonnes opportunités et remporte les promotions. Il a juste vraiment de la chance ! » Ils sont incroyablement envieux. Et pourtant, en fin de compte, cet individu est renvoyé au bout de quelques années et devient un croyant ordinaire. Il pleure et tente de se pendre, et en l’espace de quelques jours il est exclu. Est-ce de la chance ? Si tu le considères de cette façon, il n’a absolument pas de chance. Mais est-ce vraiment un cas de malchance ? (Non.) En fait, ce n’est pas qu’il ait de la malchance, c’est qu’il n’a pas suivi le bon chemin. Parce qu’il n’a pas suivi le bon chemin, lorsque des choses que les gens perçoivent comme « des aubaines » lui sont arrivées, elles sont devenues une tentation, un piège et un catalyseur qui ont accéléré sa destruction. Est-ce une bonne chose ? Il a toujours aspiré à être promu, à être au-dessus de tout le monde, à être au centre de l’attention et à ce que tout se passe bien et comme il le souhaitait, mais que s’est-il passé à la fin ? N’a-t-il pas été éliminé ? C’est le résultat qui arrive lorsque les gens ne suivent pas le bon chemin. Poursuivre la chance en soi n’est pas le bon chemin. Les gens qui poursuivent la chance sont sûrs de rejeter et d’éviter toutes les mauvaises choses, toutes les choses que les gens ont tendance à considérer comme indésirables, les choses qui ne sont pas conformes à leur humeur et à leurs intérêts charnels. Ils craignent, évitent et rejettent l’apparition de ces choses. Lorsque ces choses se produisent, ils les qualifient de « malchanceuses ». Peuvent-ils chercher la vérité alors qu’ils pensent qu’ils sont malchanceux ? (Non.) Penses-tu que les gens qui ne peuvent pas chercher la vérité et qui pensent toujours qu’ils sont malchanceux peuvent suivre le bon chemin ? (Non.) Ils ne le peuvent certainement pas. Par conséquent, les personnes qui poursuivent toujours la chance, se concentrent toujours uniquement sur leur chance et la contemplent sont des personnes qui ne suivent pas le bon chemin. De telles personnes ne s’acquittent pas de leurs devoirs et ne suivent pas le bon chemin, alors elles continuent de sombrer dans la dépression. C’est de leur faute, et elles le méritent ! C’est parce qu’elles suivent le mauvais chemin ! Elles méritent de sombrer dans la dépression. Est-il facile de sortir de cette dépression ? En fait, c’est facile. Abandonne simplement tes perspectives erronées, ne t’attends pas à ce que tout se passe bien, ou exactement comme tu le souhaites, ou sans heurts. Ne crains pas, ne résiste pas et ne rejette pas les choses qui tournent mal. Au lieu de cela, abandonne ta résistance, calme-toi, viens devant Dieu avec une attitude de soumission et accepte tout ce que Dieu arrange. Ne poursuis pas la soi-disant « chance » et ne rejette pas la soi-disant « malchance ». Donne ton cœur et tout ton être à Dieu, laisse-Le agir et orchestrer, et soumets-toi à Ses orchestrations et Ses arrangements. Dieu te donnera ce dont tu as besoin, dans la juste mesure, quand tu en auras besoin. Il orchestrera les environnements, les personnes, les évènements et les choses qu’il te faut en fonction de tes besoins et de tes lacunes, afin que tu puisses tirer les leçons que tu dois tirer des personnes, des évènements et des choses que tu rencontres. Bien sûr, la condition préalable à tout cela est que tu aies une mentalité de soumission envers les orchestrations et les arrangements de Dieu. Alors, ne poursuis pas la perfection, ne rejette pas et ne crains pas la survenue de choses indésirables, embarrassantes ou défavorables et n’utilise pas ta dépression pour résister intérieurement à la survenue de mauvaises choses. Par exemple, si un jour un chanteur a mal à la gorge et ne chante pas bien, il se dit : « Je n’ai pas de chance ! Pourquoi Dieu ne prend-Il pas soin de ma voix ? D’habitude, je chante vraiment bien quand je suis seul, mais aujourd’hui je me suis rendu ridicule en chantant devant tout le monde. Je n’arrivais pas à trouver le ton juste et je ne parvenais pas à saisir le tempo. Je me suis complètement ridiculisé ! » Te ridiculiser toi-même est une bonne chose. Cela t’aide à voir tes propres lacunes et ton amour de la vanité. Cela te montre où se situent tes problèmes et cela t’aide à comprendre clairement que tu n’es pas une personne parfaite. Il n’y a pas de personnes parfaites, et se ridiculiser est tout à fait normal. Toutes les personnes vivent des moments où elles se ridiculisent ou sont embarrassées. Tout le monde échoue, connaît des revers et a des faiblesses. Se ridiculiser n’est pas une mauvaise chose. Lorsque tu te ridiculises mais que tu ne te sens pas embarrassé et que tu ne te sens pas déprimé au fond de toi, cela ne signifie pas que tu es insensible : cela signifie que tu ne te soucies pas de savoir si te ridiculiser affectera ta réputation et cela signifie que ta vanité n’occupe plus tes pensées. Cela signifie que tu as mûri dans ton humanité. C’est merveilleux ! N’est-ce pas une bonne chose ? C’est une bonne chose. Ne pense pas que tu n’as pas été bon ou que tu as de la malchance, et ne cherche pas les causes objectives derrière cela. C’est normal. Tu peux te ridiculiser, d’autres peuvent se ridiculiser, tout le monde peut se ridiculiser : tu découvriras finalement que tout le monde est pareil, que les gens sont tous des gens ordinaires, que tous sont mortels, que personne n’est plus grand que qui que ce soit d’autre et personne n’est meilleur. Il arrive à tout le monde de se ridiculiser parfois, donc personne ne devrait se moquer d’autrui. Une fois que tu as fait l’expérience de nombreux échecs, tu mûris progressivement dans ton humanité. Ainsi, chaque fois que tu rencontreras à nouveau ces choses, tu ne seras plus contraint et elles n’auront pas d’incidence sur l’accomplissement normal de ton devoir. Ton humanité sera normale, et lorsque ton humanité sera normale, ta raison sera normale aussi.

Ces personnes qui aiment poursuivre la chance sont des personnes qui poursuivent la bonne fortune dans cette vie et qui poussent les choses à l’extrême. Ce que ces gens poursuivent est mauvais et ils devraient laisser tomber. Nous venons tout juste d’échanger sur la manière de gérer ces choses indésirables et d’adopter la bonne approche face à elles. Comprenez-vous cela maintenant ? Comment avons-nous échangé à ce sujet ? (Les gens devraient se soumettre à tout ce que Dieu orchestre. Ils ne doivent pas chercher à devenir des personnes parfaites, ni craindre quoi que ce soit qui les embarrasse, ni craindre que quelque chose de défavorable ne se produise, et les gens ne doivent pas utiliser leur émotion de dépression pour résister à ces choses quand elles arrivent.) Calme ton esprit et affronte tout cela avec le bon état d’esprit. Lorsque de mauvaises choses t’arrivent, il faut que tu aies le bon chemin pour les aborder et les résoudre, et même si tu ne les gères pas bien, tu ne devrais tout de même pas sombrer dans la dépression. Si tu échoues, tu peux réessayer : au pire, l’échec est une leçon et même si tu échoues, c’est toujours mieux que de t’opposer, de résister, de rejeter et de fuir. Ainsi, quoi qu’il se passe ou quoi que tu doives affronter dans l’avenir, tu ne devrais jamais le rejeter ni essayer d’y échapper, et encore moins le mesurer en fonction de ta chance ou de ta malchance. Puisque tu affirmes que tout est orchestré par la main de Dieu, tu ne devrais pas mesurer toutes ces choses en pensant que tu as de la chance ou de la malchance, et encore moins rejeter les mauvaises choses qui arrivent. Bien sûr, tu ne devrais pas non plus aborder ces choses avec l’émotion de la dépression. Tu devrais plutôt adopter une attitude proactive et une humeur positive pour affronter et approcher ces choses, et voir quelles leçons il y a à tirer et quelle compréhension tu devrais en glaner : voilà ce que tu devrais faire. Tes pensées et opinions ne seront-elles pas alors correctes ? (Si.) Et lorsque tu seras à nouveau confronté à des choses mauvaises ou malheureuses, tu pourras les approcher selon les paroles de Dieu, tu auras les pensées et les points de vue corrects et, de cette façon, ton humanité et ta raison deviendront normales. Quand tu considères les choses ainsi, n’est-il pas très important d’avoir le bon point de vue ? N’est-il pas d’une importance cruciale de comprendre clairement la question du destin selon les paroles de Dieu ? (Si.) Maintenant que nous avons presque fini d’échanger sur l’expression selon laquelle il s’agirait de chance ou de malchance, comprenez-vous maintenant ? (Oui.) Si vous pouvez comprendre clairement l’essence de ce genre de problème, alors vous aurez le bon point de vue sur la question du destin.

Il y a aussi une autre cause pour laquelle les gens sombrent dans l’émotion de la dépression, c’est que certaines choses particulières arrivent aux gens avant qu’ils n’atteignent la majorité ou quand ils sont devenus adultes, c’est-à-dire qu’ils commettent des transgressions ou font des bêtises, des choses stupides et des choses ignorantes. Ils sombrent dans la dépression à cause de ces transgressions, à cause de ces choses idiotes et ignorantes qu’ils ont faites. Ce type de dépression est une condamnation de soi-même, et c’est aussi une sorte de détermination du genre de personne qu’ils sont. Ce genre de transgression ne consiste certainement pas à simplement injurier quelqu’un ou à dire un peu du mal de quelqu’un dans son dos, ni à faire quelque chose d’insignifiant de ce genre, mais plutôt à faire quelque chose qui implique la honte, la personnalité et la dignité de quelqu’un, et même la loi. Au fur et à mesure qu’ils évoquent cet évènement, l’émotion de la dépression s’accumule peu à peu au plus profond de leur cœur, jusqu’à aujourd’hui. Quelles sont ces transgressions ? Comme Je viens de le dire, ce sont des choses ignorantes, idiotes et stupides que les gens ont faites soit lorsqu’ils étaient enfants, soit lorsqu’ils étaient adultes. Savez-vous ce que ces choses incluent ? Idiotes, stupides et ignorantes : cela inclut les choses qui nuisent aux autres mais qui vous profitent, les choses dont il est difficile de parler et les choses dont vous avez honte. Il peut s’agir de quelque chose de sale, de méprisable, d’obscène ou d’indécent qui vous fait sombrer dans cette émotion de dépression. Cette dépression n’est pas une simple forme d’auto-reproche mais plutôt une condamnation de soi-même. Pouvez-vous penser à ce qui pourrait être inclus dans ce champ d’application que J’ai décrit ? Donnez un exemple. (La promiscuité.) La promiscuité en est un, oui. Par exemple, certaines personnes ont trahi leur mari ou leur femme en pensée ou en acte, certaines personnes ont commis l’adultère et se sont livrées à la promiscuité, mais elles n’y renoncent toujours pas et pensent toujours à la personne avec laquelle elles ont envie de commettre l’adultère. Certaines personnes ont escroqué d’autres personnes et peuvent même leur avoir extorqué de grosses sommes d’argent. Certaines personnes ont volé des choses appartenant à d’autres, et certaines personnes ont tendu un piège à d’autres ou se sont vengées d’eux. Certaines de ces choses sont proches de l’infraction à la loi, tandis que d’autres enfreignent effectivement la loi. Certaines peuvent être juste au bord des limites morales, tandis que d’autres peuvent même aller à l’encontre de l’éthique de l’humanité normale. Ces choses sont enfouies profondément dans la mémoire des gens et leur viennent à l’esprit de temps en temps. Lorsque tu te retrouves seul, lorsque tu ne parviens pas à dormir en pleine nuit, tu ne peux pas t’empêcher de penser à ces choses. Elles se déroulent dans ton esprit comme un film, scène par scène, et tu es incapable de les effacer et de t’en débarrasser. Chaque fois que tu penses à ces choses, tu te sens déprimé, ton visage est brûlant, ton cœur frémit, tu te sens embarrassé et ton esprit est rempli de malaise. Même si tu crois en Dieu, tu as toujours l’impression que ces choses que tu as faites ne se sont produites qu’hier. Tu ne peux pas les fuir, tu ne peux pas t’en cacher et tu ne sais pas comment les laisser derrière toi. Même si peu d’autres personnes savent ce que tu as fait, ou peut-être que personne ne le sait, tu ressens un léger sentiment de malaise dans ton cœur. De ce malaise naît la dépression, et cette dépression te fait te sentir incriminé pendant que tu suis Dieu et accomplis ton devoir. Que ce sentiment d’incrimination vienne de ta propre conscience, de la loi ou de ton sens de la moralité et de l’éthique, tu ne peux pas le dire avec certitude. Quoi qu’il en soit, les personnes qui ont fait ces choses se sentent souvent mal à l’aise par inadvertance, lorsqu’une chose particulière se produit, ou dans certains environnements et certains contextes. Ce sentiment de malaise les fait tomber sans le savoir dans une profonde dépression et ils deviennent liés et limités par leur dépression. Chaque fois qu’ils écoutent un sermon ou un échange sur la vérité, cette dépression s’insinue lentement dans leur esprit et au plus profond de leur cœur, et ils s’interrogent, se demandant : « Puis-je faire cela ? Suis-je capable de poursuivre la vérité ? Suis-je capable d’atteindre le salut ? Quel genre de personne suis-je ? J’ai fait cela avant, j’étais ce genre de personne. Suis-je au-delà de tout salut ? Dieu me sauvera-t-Il tout de même ? » Certains peuvent parfois se défaire de leur émotion de dépression et la laisser derrière eux. Ils utilisent leur sincérité et toute l’énergie qu’ils peuvent rassembler et les emploient à accomplir leur devoir, leurs obligations et leurs responsabilités, ils peuvent même mettre tout leur cœur et tout leur esprit à poursuivre la vérité et à contempler les paroles de Dieu et ils consacrent leurs efforts aux paroles de Dieu. Cependant, dès qu’une situation ou une circonstance particulière se présente, l’émotion de la dépression s’empare à nouveau d’eux et les fait se sentir à nouveau incriminés au plus profond de leur cœur. Ils se disent : « Tu as déjà fait cette chose auparavant et tu as été ce genre de personne. Peux-tu atteindre le salut ? Cela sert-il à quoi que ce soit de pratiquer la vérité ? Que pense Dieu de ce que tu as fait ? Dieu te pardonnera-t-Il ce que tu as fait ? Payer le prix de cette manière peut-il maintenant compenser cette transgression ? » Ils se font souvent des reproches et se sentent incriminés au plus profond d’eux-mêmes, et ils doutent tout le temps, se torturent tout le temps avec des questions. Ils ne peuvent jamais laisser cette émotion de dépression derrière eux ni s’en débarrasser et ils ressentent un sentiment perpétuel de malaise face à la chose honteuse qu’ils ont faite. Ainsi, même s’ils croient en Dieu depuis un grand nombre d’années, c’est comme s’ils n’avaient jamais écouté ni compris ce que Dieu a dit. C’est comme s’ils ne savaient pas si l’obtention du salut a quelque chose à voir avec eux, s’ils peuvent être absous et rachetés, ou s’ils sont qualifiés pour recevoir le jugement et le châtiment de Dieu, ainsi que Son salut. Ils n’ont aucune idée de toutes ces choses. Parce qu’ils ne reçoivent aucune réponse et parce qu’ils n’obtiennent pas de verdict précis, ils se sentent constamment déprimés au plus profond d’eux-mêmes. Au plus profond de leur cœur, ils se souviennent encore et encore de ce qu’ils ont fait, ils le rejouent encore et encore dans leur tête, se souvenant de la manière dont tout a commencé et dont cela s’est terminé, se souvenant de tout, du début à la fin. Quelle que soit la façon dont ils s’en souviennent, ils se sentent toujours coupables et se sont donc constamment déprimés à ce sujet au fil des années. Même lorsqu’ils accomplissent leur devoir, même lorsqu’ils sont en charge d’un certain travail, ils ont toujours l’impression qu’ils n’ont aucun espoir d’être sauvés. Par conséquent, ils n’abordent jamais directement la question de la poursuite de la vérité et la considèrent comme quelque chose d’éminemment correct et important. Ils croient que l’erreur qu’ils ont commise ou ce qu’ils ont fait dans le passé est mal vu par la plupart des gens, ou qu’ils peuvent être condamnés et méprisés par les gens, ou même condamnés par Dieu. Peu importe à quel stade se trouve l’œuvre de Dieu et le nombre de déclarations qu’Il a faites, ils n’affrontent jamais la question de la poursuite de la vérité de la manière correcte. Pourquoi cela ? Ils n’ont pas le courage de laisser leur dépression derrière eux. C’est la conclusion finale que ce type de personne tire d’avoir fait l’expérience de ce genre de choses, et comme elle ne tire pas la bonne conclusion, elle est incapable de laisser sa dépression derrière elle.

Il y a forcément beaucoup de gens qui ont commis une transgression ou une autre, grande ou petite, mais il y en a probablement très peu qui ont commis des transgressions graves, le genre de transgression qui dépasse les limites morales. Nous ne parlerons pas ici de ceux qui ont commis diverses autres transgressions, nous parlerons simplement de ce que devraient faire les personnes qui ont commis des transgressions graves et qui ont commis le genre de transgression qui dépasse les limites morales et l’éthique. Quant aux personnes qui ont commis de graves transgressions, et Je parle ici de transgressions qui dépassent les limites morales, cela ne concerne pas le fait d’offenser le tempérament de Dieu ou de violer Ses décrets administratifs. Est-ce que vous comprenez ? Je ne parle pas des transgressions qui offensent le tempérament de Dieu, Son essence ou Son identité et Son statut et Je ne parle pas des transgressions qui sont blasphématoires contre Dieu. Ce dont Je parle, c’est des transgressions qui dépassent les limites morales. Il y a aussi quelque chose à dire sur la façon dont les personnes qui ont commis de telles transgressions peuvent résoudre leur émotion de dépression. De telles personnes peuvent suivre deux chemins, et c’est simple. Premièrement, si au fond de toi, tu as le sentiment que tu peux te détacher de ce que tu as fait, ou si tu as l’opportunité de t’excuser auprès de l’autre personne et de te rattraper, alors tu peux aller te rattraper et t’excuser, et des sentiments de paix et de sérénité reviendront dans ton esprit. Si tu n’as pas l’opportunité de le faire, si ce n’est pas possible, que tu parviens vraiment à connaître ton propre problème au plus profond de ton cœur, que tu te rends compte à quel point ce que tu as fait est grave et que tu éprouves vraiment des remords, alors tu devrais venir devant Dieu pour te confesser et te repentir. Chaque fois que tu penses à ce que tu as fait et que tu te sens incriminé, ce qui est précisément le moment où tu devrais venir devant Dieu pour te confesser et te repentir, tu dois apporter ta sincérité et tes vrais sentiments pour recevoir l’absolution et le pardon de Dieu. Et comment peux-tu être absous et pardonné par Dieu ? Cela dépend de ton cœur. Si tu te confesses vraiment, que tu reconnais vraiment ton erreur et ton problème et qu’il s’agisse d’une transgression que tu as commise ou d’un péché, tu adoptes une attitude de véritable confession, tu éprouves une véritable haine envers ce que tu as fait et tu fais vraiment volte-face pour ne plus jamais faire cette mauvaise chose, alors, un jour, tu recevras l’absolution et le pardon de Dieu, c’est-à-dire que Dieu ne déterminera plus ta fin en Se basant sur les choses ignorantes, stupides et sales que tu as faites auparavant. Lorsque tu atteindras ce niveau, Dieu oubliera complètement l’affaire : tu seras comme les autres personnes normales, sans la moindre différence. Cependant, le principe est que tu dois être sincère et avoir une véritable attitude de repentance, comme David. Combien de larmes David a-t-il versées pour la transgression qu’il a commise ? Un nombre incalculable de larmes. Combien de fois a-t-il pleuré ? Un nombre incalculable de fois. Les larmes qu’il a versées peuvent être décrites par ces mots : « Chaque nuit ma couche est baignée de mes larmes. » Je ne sais pas à quel point ta transgression est grave. Si elle est vraiment grave, tu devras peut-être pleurer jusqu’à ce que ton lit flotte sur l’eau de tes larmes. Tu devras peut-être te confesser et te repentir à ce niveau avant de pouvoir recevoir le pardon de Dieu. Si tu ne le fais pas, alors Je crains que ta transgression devienne un péché aux yeux de Dieu et que tu n’en sois pas absous. Tu aurais alors des ennuis et il ne servirait à rien d’en dire plus. Par conséquent, la première étape pour recevoir l’absolution et le pardon de Dieu est que tu dois être sincère et prendre des mesures concrètes pour vraiment te confesser et te repentir. Certains demandent : « Dois-je en parler à tout le monde ? » Ce n’est pas nécessaire : va simplement prier Dieu par toi-même. Chaque fois que tu te sens mal à l’aise et incriminé dans ton cœur, tu devrais immédiatement venir devant Dieu pour prier et recevoir Son pardon. Certains demandent : « Combien dois-je prier avant de savoir que Dieu m’a pardonné ? » Lorsque tu ne te sentiras plus incriminé par cette affaire, lorsque tu ne glisseras plus dans la dépression à cause de cette affaire, c’est alors que tu auras obtenu des résultats et cela montrera que Dieu t’a absous. Lorsque personne, aucun pouvoir et aucune force extérieure ne pourront te déranger et que tu ne seras plus contraint par quiconque, d’aucun évènement et d’aucune chose, c’est à ce moment-là que tu auras obtenu des résultats. C’est la première étape que tu dois franchir. La deuxième étape est que, tout en implorant constamment Dieu pour l’absolution, tu devrais chercher activement les principes que tu devrais suivre quand tu accomplis ton devoir : ce n’est qu’en faisant cela que tu seras en mesure de bien accomplir ton devoir. Bien sûr, c’est aussi une action concrète, une expression et une attitude concrètes qui compensent ta transgression et qui prouvent que tu es repentant et que tu as fait volte-face. C’est quelque chose que tu devrais faire. Dans quelle mesure accomplis-tu bien ton devoir, la commission que Dieu te donne ? L’abordes-tu avec une attitude déprimée ou avec les principes que Dieu exige que tu suives ? Offres-tu ta loyauté ? Sur quelle base Dieu devrait-Il t’absoudre ? As-tu exprimé un quelconque repentir ? Que montres-tu à Dieu ? Si tu souhaites recevoir l’absolution de Dieu, alors tu dois d’abord être sincère : tu dois avoir une attitude de confession sérieuse d’une part, et tu dois également apporter ta sincérité et bien accomplir ton devoir, sinon il n’y a aucune raison de parler. Si tu peux faire ces deux choses, si tu peux émouvoir Dieu avec ta sincérité et ta bonne foi et faire que Dieu t’absolve de tes péchés, alors tu seras comme les autres gens. Dieu te considérera de la même manière qu’Il considère les autres gens, Il te traitera de la même manière qu’Il traite les autres gens et Il te jugera et te châtiera, t’éprouvera et t’épurera tout comme Il le fait avec les autres gens, tu ne seras pas traité différemment. De cette façon, tu auras non seulement la détermination et le désir de poursuivre la vérité, mais en outre, Dieu t’éclairera, te guidera et pourvoira à tes besoins de la même manière dans ta poursuite de la vérité. Bien sûr, parce que tu as maintenant un désir sincère et authentique et une attitude sérieuse, Dieu ne te traitera pas différemment des autres et, tout comme les autres, tu auras la possibilité d’atteindre le salut. Tu comprends cela, n’est-ce pas ? (Oui.) Avoir commis une grave transgression est un cas particulier. On ne peut pas dire que ce n’est pas effrayant : c’est un problème très grave. Ce n’est pas la même chose qu’un tempérament corrompu ordinaire ou qu’une personne ayant des pensées et des opinions incorrectes. C’est quelque chose qui s’est réellement produit, qui est devenu un fait et qui entraîne de graves conséquences. C’est pourquoi il convient de le traiter d’une manière particulière. Cependant, qu’il soit traité d’une manière particulière ou d’une manière normale, il y a toujours un moyen d’avancer et un moyen de le résoudre, et cela dépend si tu peux pratiquer conformément aux voies et aux méthodes que Je t’indique et vers lesquelles Je te guide. Si tu pratiques réellement de cette manière, alors tes espoirs d’atteindre le salut à la fin seront les mêmes que ceux des autres. Bien entendu, résoudre tout cela n’a pas pour seul but de permettre aux gens de laisser leur émotion de dépression derrière eux. Le but ultime est qu’en résolvant leur émotion de dépression, ils puissent adopter la bonne approche envers toutes ces choses dans le cadre de la conscience et de la raison d’une humanité normale lorsqu’ils rencontrent des personnes, des évènements et des choses. Ils ne doivent pas aller aux extrêmes et ils ne doivent pas être têtus : ils devraient aller plus loin dans la recherche des intentions de Dieu et de la vérité, s’acquitter des responsabilités et des devoirs dont un être créé est censé s’acquitter, jusqu’à ce qu’ils puissent enfin voir les gens et les choses, se comporter et agir entièrement selon les paroles de Dieu, avec la vérité comme critère. Une fois que les gens seront entrés dans cette réalité, ils s’approcheront progressivement du chemin du salut et, de cette manière, ils auront l’espoir d’atteindre le salut. Le chemin à suivre pour résoudre l’émotion de la dépression qui résulte de transgressions graves est-il désormais clair pour toi ? (Oui.)

La résolution de l’émotion de la dépression est-elle un problème difficile ? Je pense que c’est très difficile, car cela implique des questions importantes dans la vie, cela implique le chemin que les gens suivent dans leur croyance en Dieu, le fait qu’ils puissent atteindre le salut à l’avenir ou que leur croyance soit vaine : c’est une question majeure. En surface, ce qui est révélé est une émotion, alors qu’en réalité il y a des raisons pour que cette émotion surgisse. J’ai clairement échangé sur ces raisons aujourd’hui, J’ai fourni un chemin à suivre pour résoudre le problème de ces causes maintenant, alors l’émotion de la dépression ne peut-elle pas maintenant être facilement résolue ? (Si.) Cela a été résolu en théorie. En ayant une compréhension doctrinale, puis en comparant cette doctrine avec ce que tu as fait dans le passé, en utilisant cette doctrine comme base pour résoudre progressivement tes difficultés dans la vie, les difficultés de ta pensée, et en suivant systématiquement ce chemin, tu peux progressivement emprunter le chemin de la poursuite de la vérité. Que penses-tu de cette façon de résoudre le problème ? (C’est bien.) C’est ainsi que les gens doivent résoudre le problème. S’ils ne le font pas, alors les problèmes complexes en eux – les problèmes dans leur pensée, les problèmes dans leur cœur, leurs problèmes mentaux, ainsi que leurs tempéraments corrompus – ces choses les lient étroitement. Ils se retrouvent ainsi liés et piégés, ils souffrent et sont épuisés tout le temps, ils ne savent pas s’ils doivent rire ou pleurer et ne trouvent jamais d’issue. Lorsque tu auras fini d’écouter l’échange d’aujourd’hui, tu pourras y réfléchir attentivement et parvenir à en avoir une compréhension doctrinale. Ensuite, par le biais de tes expériences concrètes et personnelles dans ta vie quotidienne, tu pourras progressivement émerger de ces émotions négatives et des différents états de tes tempéraments corrompus. Une fois que tu les auras laissés derrière toi, non seulement tu seras véritablement libéré et libre, et non seulement tu seras entré dans la vérité-réalité mais, plus important encore, tu auras compris la vérité, tu auras gagné la vérité et tu pourras vivre la vérité-réalité. Tu seras alors d’une grande utilité et tu vivras une vie qui aura de la valeur. Souhaitez-vous vivre ainsi ? (Oui.) La plupart des gens veulent comprendre la vérité et entrer dans la vérité-réalité, et ils ne veulent pas passer leur vie dans les émotions négatives de la chair, dans les désirs lubriques de la chair, dans les tendances du monde et dans les tempéraments corrompus : ce genre de vie est trop dur et épuisant. Ta vie aura-t-elle un bon résultat si tu vis dans ces tempéraments corrompus et ces émotions négatives ? Vivre dans ces émotions négatives, c’est vivre sous le pouvoir de Satan. C’est comme vivre dans un hachoir à viande : tôt ou tard, tu seras mâché et il te sera difficile de trouver une issue. Cependant, si tu peux accepter la vérité, alors tu as l’espoir de laisser la confusion et la douleur derrière toi et tu seras en mesure d’échapper à la douleur qui vient du fait d’être empêtré et confus par des émotions négatives.

J’avais initialement prévu d’échanger sur plusieurs sujets aujourd’hui, mais j’ai fini par échanger sur la dépression pendant un long moment. Il y a beaucoup à dire sur n’importe quel sujet : rien ne peut être clairement expliqué en quelques mots. Peu importe ce dont Je parle, Je ne peux pas simplement expliquer la doctrine d’un sujet et ensuite mettre un terme à cette affaire. Toute question implique de nombreux aspects de la vérité et de la réalité : elle implique les pensées et les opinions des gens, les manières et moyens par lesquels ils se conduisent, le chemin qu’ils empruntent, et tout cela est lié à votre obtention du salut. Je ne peux pas être négligent lorsque J’échange sur une vérité ou sur un sujet, et c’est pourquoi J’essaie par tous les moyens possibles, comme une vieille grand-mère casse-pieds, de vous répéter ces choses encore et encore. Ne vous plaignez pas que cela soit pénible et ne vous plaignez pas que ce soit trop long. J’ai peut-être déjà parlé d’un sujet, alors pourquoi en parler à nouveau ? Si J’en parle à nouveau, vous pouvez l’écouter à nouveau et le considérer comme une révision. Cela ne pose pas de problème, n’est-ce pas ? (Non.) En bref, vous devez consciencieusement aborder les questions liées à la vérité et au chemin que les gens parcourent, et vous ne devez pas être négligents. Plus J’entre dans les détails et plus Je deviens précis, plus votre compréhension de la relation entre les différentes vérités, ainsi que des différences et des connexions dans les détails entre elles, entre autres aspects, devient détaillée et claire. Si Je devais parler en termes généraux et parler simplement de certaines choses dans leur ensemble, alors vous auriez du mal à les comprendre et à entrer dedans, et ce serait épuisant pour vous d’essayer de contempler et de comprendre ces choses par vous-mêmes, n’est-ce pas ? (Oui.) Par exemple, notre sujet d’aujourd’hui – les émotions négatives qui découlent du destin, de la chance et des transgressions particulières que les gens ont commises dans le passé – vous ne seriez pas capables de penser à ces choses par vous-mêmes, et même si c’était le cas, tu n’aurais aucun moyen de t’en sortir. Parce que tu ne comprends pas la vérité dans ces choses, tu ne seras jamais en mesure de trouver la bonne réponse à la question des transgressions particulières commises dans le passé, cela restera toujours un mystère pour toi, te dérangeant et t’embrouillant pour toujours, privant ton cœur, au plus profond, de paix, de joie, de liberté et de libération. Ou peut-être, parce que tu n’as pas géré le problème correctement et que tu n’as pas suivi le bon chemin, que cela a eu un impact sur ton obtention du salut. Finalement, certains ont été abandonnés et éliminés. Pourquoi serait-ce le cas ? Parce qu’ils ont fait des choses indescriptibles dans le passé et qu’ils ne les ont pas bien gérées et n’ont pas reçu l’absolution pour cela. Leur cœur était perpétuellement empêtré dans ces choses : ils n’ont pas eu envie de poursuivre la vérité, ils ont accompli leur devoir de manière négligée, ils ne sont pas entrés dans la vérité-réalité et ils ont eu l’impression qu’il leur était inutile de poursuivre la vérité. Ils ont porté cette vision négative jusqu’au bout, ils n’ont jamais parlé de témoignage d’expérience et ils n’ont pas gagné la vérité. C’est seulement à ce moment-là qu’ils ont commencé à éprouver des regrets, mais il était trop tard. Par conséquent, toutes ces questions ne se rapportent-elles pas à la vérité et à l’obtention du salut ? (Si.) Ce n’est pas parce que ces problèmes ne te sont pas arrivés, qu’ils ne sont pas arrivés à quelqu’un d’autre, ou qu’ils ne sont pas arrivés aux gens autour de toi, qu’ils n’existent pas. Laisse-Moi te dire ceci : tu as peut-être déjà fait des choses peu recommandables qui n’ont pas encore entraîné de conséquences effrayantes, ou tu as peut-être déjà été embourbé dans ce genre d’émotion négative, ou tu y es embourbé en ce moment, seulement tu ne le remarquais pas et tu n’en étais pas conscient, et puis un jour, quelque chose de réel se produit et cette émotion a un impact sévère sur toi et entraîne de graves conséquences. Ce n’est que lorsque tu t’examines en profondeur que tu découvres que tu as été embourbé dans cette émotion négative pendant de nombreuses années, voire plus, sans en être conscient. C’est pourquoi les gens doivent continuellement contempler ces choses, y réfléchir, les comprendre, les apprécier et en faire l’expérience afin de les découvrir peu à peu. Bien sûr, découvrir enfin ces choses signifie une très bonne nouvelle pour toi et constitue une excellente opportunité d’atteindre le salut. Lorsque tu les découvriras, ce sera à ce moment-là que tu auras la possibilité ou l’espoir de les laisser derrière toi, et ce dont J’ai parlé aujourd’hui n’aura pas été dit en vain. Aucune vérité, aucun sujet et aucune parole ne peuvent être entièrement compris et expérimentés en un jour ou deux. Puisque cela implique la vérité, cela implique l’humanité, les tempéraments corrompus des gens, le chemin qu’ils empruntent et leur obtention du salut. Par conséquent, tu ne peux ignorer aucune vérité, mais tu dois adopter une approche consciencieuse de toutes. Même si tu ne comprends pas encore très bien ces vérités et que tu ne sais pas comment t’examiner toi-même, conformément à ces vérités, pour voir quels problèmes tu as, alors peut-être qu’après que tu en auras fait l’expérience pendant quelques années, ces vérités te sauveront des contraintes de tes tempéraments corrompus et deviendront les précieuses vérités qui te sauveront. Lorsque cela se produira, ces vérités te guideront sur le bon chemin au cours de ta vie, et peut-être que dans dix ans environ, ces paroles et ces vérités auront complètement changé tes pensées et tes opinions et qu’elles auront complètement transformé tes objectifs et ta direction dans la vie.

C’est la fin de notre échange pour aujourd’hui. Au revoir !

Le 1er octobre 2022

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp