Comment poursuivre la vérité (20) Partie 1

Les divers sujets sur lesquels nous échangeons concernent des questions concrètes de la vie quotidienne. Après avoir écouté ce contenu, ne sentez-vous pas que la vérité n’est pas vide, qu’elle n’est pas un slogan, une sorte de théorie, ou surtout une espèce de connaissance ? À quoi est liée la vérité ? (Elle est liée à notre vie réelle.) La vérité est liée à la vie réelle, à divers évènements qui se produisent dans la vie réelle. Elle se rapporte à tous les aspects de la vie humaine, aux divers problèmes que les gens rencontrent dans leur vie quotidienne, et elle est particulièrement liée aux objectifs que les gens poursuivent et aux chemins qu’ils empruntent. Aucune de ces vérités n’est vide et il est certain qu’elles sont indispensables. Toutes sont essentielles aux gens. Dans la vie de tous les jours, pour ce qui est de certaines questions concrètes, si tu peux aborder, résoudre et gérer ces choses-là à partir des vérités-principes qui font l’objet de notre échange, alors tu entres dans la vérité-réalité. Si, dans ta vie quotidienne, tu t’en tiens à tes pensées et à tes points de vue d’origine sur ces questions qui concernent la vérité et que tu ne changes pas, si tu abordes ces questions dans ta propre perspective humaine et que les principes et la base qui sous-tendent la façon dont tu considères ces choses-là n’ont rien à voir avec la vérité, alors il est évident que tu n’es pas quelqu’un qui entre dans la vérité-réalité ni quelqu’un qui poursuit la vérité. Quel que soit l’aspect de la vérité sur lequel nous échangeons, les sujets abordés traitent tous de la façon de corriger et de renverser les pensées, les points de vue, les notions et l’imagination erronés des gens dans divers domaines, afin qu’ils puissent avoir des pensées et des points de vue corrects sur les divers sujets avec lesquels ils sont en contact au quotidien et qu’ils puissent considérer à partir de perspectives et de points de vue corrects ces choses qui se produisent dans la vie réelle, avant d’utiliser la vérité comme critère pour les résoudre et les gérer. Écouter des sermons ne sert pas à s’équiper d’une doctrine ou d’une connaissance, cela ne sert pas à élargir ses horizons ou à gagner en perspicacité : cela sert à comprendre la vérité. Comprendre la vérité n’a pas pour but d’enrichir les pensées ou l’esprit des gens ni d’enrichir leur humanité, mais de leur permettre de ne pas quitter la vie réelle alors qu’ils sont sur le chemin qui conduit à croire en Dieu, et cela sert à ce que, chaque fois qu’ils rencontrent diverses choses dans la vie de tous les jours, ils considèrent les gens et les choses et se comportent et agissent en ayant les paroles de Dieu comme base et la vérité comme critère. Si tu as écouté des sermons pendant un certain nombre d’années et que tu as progressé dans les domaines de la doctrine et de la connaissance, que tu te sens enrichi sur le plan spirituel et que tes pensées se sont élevées, mais que, lorsque tu rencontres beaucoup de choses dans la vie quotidienne, tu n’arrives toujours pas à considérer ces questions dans la bonne perspective ni à persister dans la pratique, à considérer les gens et les choses et à te comporter et à agir selon les vérités-principes, alors il est clair que tu n’es pas quelqu’un qui poursuit la vérité ni quelqu’un qui est en train d’entrer dans la vérité-réalité. Plus grave encore, tu n’es toujours pas arrivé au point de te soumettre à la vérité, de te soumettre à Dieu ou de Le craindre. Bien sûr, on peut confirmer sans l’ombre d’un doute que tu ne t’es pas engagé sur le chemin du salut. N’est-ce pas ? (Oui.)

À l’aune de votre stature réelle et des circonstances actuelles, en quoi avez-vous le sentiment d’être entrés dans la vérité-réalité ? En quoi avez-vous l’espoir d’être sauvés ? Dans quels domaines n’êtes-vous pas encore entrés dans la vérité-réalité, et êtes-vous encore très loin de la norme nécessaire au salut ? Pouvez-vous évaluer cela ? (Lorsque des antéchrists et des gens malfaisants perturbent le travail de l’Église, et ce faisant, causent du tort aux intérêts de la maison de Dieu, le sens de la droiture et une loyauté authentique envers Dieu me font défaut. Je suis incapable de me lever et de défendre les intérêts de la maison de Dieu, et je n’ai pas de témoignage dans ces affaires cruciales. Vu sous cet angle, il est clair que je me situe bien loin de la norme nécessaire au salut.) C’est un vrai problème. Que chacun creuse la question. À part reconnaître votre stature vis-à-vis des questions relatives au discernement et au rejet des antéchrists, sous un autre angle, quelles choses as-tu rencontrées dans ta vie quotidienne qui te donnent l’impression de ne pas être entré dans la réalité, de ne pas pouvoir pratiquer selon les vérités-principes et, bien que tu comprennes la doctrine, de manquer encore de clarté dans la vérité, de ne pas avoir de chemin clair et de ne pas savoir comment te conformer aux intentions de Dieu ou comment respecter les principes ? (Après avoir fait mon devoir pendant toutes ces années, j’ai pensé que je pouvais quitter ma famille, délaisser ma carrière et, dans une certaine mesure, abandonner mes sentiments à l’égard de mes parents et de mes proches. Cependant, il m’est arrivé de rencontrer certaines situations de la vie réelle qui m’ont fait prendre conscience qu’il y avait encore des sentiments en moi qui me faisaient vouloir rester aux côtés de mes parents pour prendre soin d’eux et faire preuve de respect filial. Si je ne suis pas capable de faire cela, j’ai l’impression de leur en être redevable. En écoutant récemment l’échange de Dieu sur le fait que les parents ne sont pas nos créanciers, je me suis rendu compte que je ne comprenais pas cet aspect de la vérité et que je ne m’étais pas soumise à la vérité ou à Dieu.) Qui d’autre aimerait continuer ? Ne rencontrez-vous pas des difficultés dans votre vie quotidienne ? Ou bien vivez-vous dans le néant et n’êtes-vous jamais confrontés à aucun problème ? Rencontrez-vous des difficultés en faisant vos devoirs ? Vous arrive-t-il d’être négligents ? (Oui.) Vous laissez-vous aller au bien-être et au confort charnels ? Travaillez-vous pour la gloire et le statut ? Vous arrive-t-il souvent de vous inquiéter ou de vous sentir angoissés au sujet des perspectives et des chemins qui se présenteront à vous ? (Oui.) Alors, comment gérez-vous ces situations quand vous y êtes confrontés ? Êtes-vous capables d’utiliser la vérité pour les résoudre ? Vous vous accrochez à un plan de secours quand vous êtes promus, vous vous souciez de votre avenir et de votre destination, vous comprenez mal Dieu et vous Le tenez pour responsable, ou vous faites étalage de vos compétences quand vous êtes démis de votre poste… avez-vous ces problèmes ? (Oui.) Comment gérez-vous et résolvez-vous ces situations quand vous les rencontrez ? Suis-tu tes désirs égoïstes, ou parviens-tu à t’en tenir aux vérités-principes, à te rebeller contre la chair et à te rebeller contre ton tempérament corrompu afin de pratiquer la vérité ? (Dieu, chaque fois que je rencontre ces situations, je comprends doctrinalement que je ne devrais pas agir selon les préférences de ma chair ou de mon tempérament corrompu. J’ai parfois des cas de conscience et j’éprouve un sentiment de culpabilité. J’opère alors des changements dans mon comportement. Mais ce n’est pas parce que mes points de vue sur ces questions ont changé ou que je suis capable de pratiquer la vérité. Parfois, lorsque mes désirs égoïstes sont relativement forts et que je sens que cette difficulté est trop grande, même si j’ai un regain d’énergie, je ne peux toujours pas la pratiquer. Alors, je suis mon tempérament corrompu, et même mon bon comportement extérieur ne perdure pas.) Quel est ce genre de situation ? Finis-tu par pratiquer la vérité et tenir ferme dans ton témoignage, ou est-ce un échec ? (C’est un échec.) Réfléchis-tu après coup et éprouves-tu des remords ? Arrives-tu à t’améliorer quand une situation similaire se présente à nouveau ? (Après avoir échoué, je n’ai pas la conscience tout à fait tranquille, et quand je mange et bois les paroles de Dieu, je peux m’identifier à elles, mais la fois d’après où je rencontre ces situations, le même tempérament corrompu se révèle encore. Il y a relativement peu de progrès.) La plupart des gens ne se trouvent-ils pas dans cet état ? Quel est votre avis sur cette question ? Chaque fois qu’une situation similaire se présente, dans la façon dont les gens la gèrent, à part le fait que leur comportement s’améliore sous l’effet de leur conscience, ou que leur comportement est parfois relativement noble et parfois relativement ignoble selon leur situation et leur état du moment, et selon leurs différentes humeurs, à part cela, donc, leur pratique n’a rien à voir avec la vérité. Quel est le problème ici ? Concerne-t-il la stature d’une personne ? De quel genre de stature s’agit-il ? S’agit-il d’une petite stature, ou bien s’agit-il d’une faiblesse, d’une déficience dans son humanité, ou bien la manifestation d’une absence de pratique de la vérité ? De quoi s’agit-il ? (D’une petite stature.) Quand la stature d’une personne est petite, celle-ci ne peut pas pratiquer la vérité, et parce qu’elle ne peut pas pratiquer la vérité, sa stature est petite. À quel point est-elle petite ? Cela veut dire que tu n’as pas encore obtenu la vérité dans ce domaine. Qu’est-ce que cela signifie que tu n’as pas encore obtenu la vérité ? Cela signifie que les paroles de Dieu ne sont pas encore devenues ta vie. À tes yeux, les paroles de Dieu sont encore une espèce de texte, une doctrine ou un argument. Elles ne se sont pas encore enracinées en toi, elles ne sont pas encore devenues ta vie. Par conséquent, ces prétendues vérités que tu comprends ne sont qu’une sorte de doctrine ou de slogan. Pourquoi dis-Je cela ? Parce que tu ne peux pas faire de cette doctrine ta réalité. Quand, dans la vie de tous les jours, tu es confronté à des choses, tu ne les gères pas selon la vérité. Tu les gères encore selon le tempérament corrompu de Satan et sous l’influence de la conscience. Il est donc évident qu’à tout le moins, tu ne détiens pas la vérité en la matière et que tu n’as pas obtenu la vie. Ne pas avoir obtenu la vie signifie ne pas avoir de vie. Ne pas avoir de vie signifie qu’en la matière, tu n’as pas du tout été sauvé et tu continues de vivre sous l’emprise de Satan. Que ce qui est pratiqué sous l’influence de la conscience soit un bon comportement ou une sorte de manifestation, cela ne représente pas la vie. Ce n’est rien d’autre que la manifestation d’une humanité normale. Si cette manifestation est influencée par la conscience, il s’agit au mieux d’une sorte de bon comportement. Si le facteur déterminant n’est pas la conscience, mais plutôt le tempérament corrompu de la personne, alors ce comportement ne peut pas être considéré comme un bon comportement. C’est le tempérament corrompu qui se révèle. Alors, dans quels domaines avez-vous déjà fait de la vérité une réalité et obtenu la vie ? Dans quels domaines n’avez-vous pas encore gagné la vérité et fait d’elle votre vie et n’avez-vous pas encore fait de la vérité votre réalité ? Autrement dit, dans quels domaines vis-tu les paroles de Dieu et les prends-tu comme critères et dans quels domaines ne l’as-tu pas encore fait ? Compte-les. Si tu les as tous additionnés et que, malheureusement, il ne s’en trouve pas un seul dans lequel tu as agi ou vécu en te basant sur les paroles de Dieu, mais qu’au contraire tu as agi au gré de ton impétuosité, de tes notions, des préférences ou des désirs de la chair ou de ton tempérament corrompu, alors quel sera le résultat final ? Le résultat sera mauvais, n’est-ce pas ? (Oui.) À ce jour, cela fait de nombreuses années que vous écoutez des sermons, vous avez quitté votre famille, abandonné votre carrière, enduré des souffrances et vous en avez payé le prix. Si tel est le résultat, faut-il s’en réjouir et le célébrer ou faut-il s’en attrister et s’en inquiéter ? (S’en attrister et s’en inquiéter.) Une personne qui ne fait pas de la vérité une réalité, qui ne fait pas des paroles de Dieu sa vie, quel genre de personne est-elle ? N’est-ce pas une personne qui vit totalement sous l’emprise du tempérament corrompu de Satan, une personne incapable de voir l’espoir du salut ? (Si.) Avez-vous déjà pensé à ces questions quand vous lisez normalement les paroles de Dieu et que vous vous examinez ? La plupart des gens n’y ont pas pensé, n’est-ce pas ? La plupart des gens se disent simplement : « J’ai commencé à croire en Dieu à l’âge de dix-sept ans et j’en ai maintenant quarante-sept. Cela fait tellement d’années que je crois en Dieu, et j’ai été poursuivi plusieurs fois, mais Dieu m’a assuré la sécurité et m’a aidé à en réchapper. J’ai vécu dans des grottes et des cahutes de chaume, j’ai passé des jours et des nuits sans manger et tellement d’heures sans dormir. J’ai enduré tellement de souffrances et parcouru tellement de kilomètres, tout cela pour faire mon devoir, faire mon travail et remplir ma mission. L’espoir que j’ai d’être sauvé est tellement grand que j’ai déjà commencé à marcher sur le chemin du salut. J’ai beaucoup de chance ! Je remercie vraiment Dieu. Telle est Sa grâce ! Je ne valais rien aux yeux du monde séculier, personne ne m’estimait beaucoup et je ne me suis jamais considéré comme quelqu’un de spécial, mais grâce à l’élévation de Dieu, parce qu’Il m’a tiré – moi, l’indigent – du tas de fumier, j’ai été placé sur le chemin du salut, Il m’a accordé l’honneur de faire mon devoir dans Sa maison. Il m’a élevé et Il m’aime ! Je comprends désormais tellement de vérités et j’ai travaillé pendant tant d’années. Je ne doute aucunement de recevoir un jour ma récompense. Qui pourrait me l’enlever ?» Si ce sont les seules pensées qui vous viennent quand vous vous examinez, n’est-ce pas problématique ? (Si.) Dites-Moi, vous croyez en Dieu depuis de nombreuses années, vous avez énormément souffert, parcouru de longues distances et fait tellement de travail. Pourquoi, après avoir cru si longtemps, certains ont-ils été relégués dans le groupe B ? Pourquoi de nombreux dirigeants et ouvriers doivent-ils dorénavant rembourser les offrandes et porter le fardeau des dettes ? Que se passe-t-il ? N’ont-ils pas déjà été sauvés ? N’ont-ils pas déjà la vérité et n’ont-ils pas obtenu la vie ? Certains se considéraient comme les piliers et les pierres angulaires de la maison de Dieu, comme des talents rares. Qu’en est-il à présent ? Si ces nombreuses années passées à souffrir et à en payer le prix leur avaient permis de recevoir la vie et d’avoir la vérité-réalité, de se soumettre aux paroles de Dieu, d’avoir une véritable crainte de Dieu et de faire leurs devoirs loyalement, ces gens-là auraient-ils été renvoyés ou relégués dans le groupe B ? Auraient-ils été accablés de dettes, auraient-ils fait l’objet d’un démérite majeur ? Ces problèmes se seraient-ils produits ? C’est assez embarrassant, n’est-ce pas ? (Oui.) Vous êtes-vous déjà demandé quel était le problème ? La souffrance qu’une personne peut endurer ou le prix qu’elle paie pour sa croyance en Dieu n’est pas un signe de salut ou d’entrée dans la vérité-réalité ni le signe qu’elle a la vie. Alors, quel signe indique qu’elle a la vie et la vérité-réalité ? D’une manière générale, il s’agit de savoir si elle peut pratiquer la vérité et gérer les affaires conformément aux principes. Plus précisément, il s’agit de savoir si elle considère les gens et les choses et se comporte et agit selon les vérités-principes, si elle peut agir selon les vérités-principes. Si, dans l’accomplissement de tes devoirs, tu peux surmonter ton ego, endurer la souffrance et en payer le prix dans tout ce que tu fais, mais que, malheureusement, tu n’arrives pas à atteindre le point le plus crucial, c’est-à-dire que tu n’arrives pas à t’en tenir aux vérités-principes, si, quoi que tu fasses, tu tiens toujours compte de tes intérêts personnels, tu te réserves systématiquement une porte de sortie, tu veux sans arrêt te préserver et si tu ne t’en tiens jamais aux vérités-principes et que les paroles de Dieu ne sont pour toi que de la doctrine, alors n’évoque même pas la question de savoir si tu as de la valeur ou si ta vie a de la valeur ou non : au sens le plus fondamental du terme, tu n’as pas la vie. Il n’est rien de plus pitoyable qu’une personne sans la vie. Croire en Dieu sans entrer dans la vérité-réalité et ne pas obtenir la vie… rien n’est plus pitoyable que ce genre de personne et c’est la chose la plus lamentable qui soit. N’est-ce pas ? (Oui.) Je ne vous demande pas d’être capables de pratiquer en toutes choses selon les vérités-principes, mais à tout le moins, dans l’accomplissement des devoirs significatifs qui sont les vôtres et dans les aspects importants de votre vie quotidienne qui impliquent des principes, vous devriez être en mesure d’agir conformément aux vérités-principes. Tu dois à tout le moins satisfaire à cette norme afin de voir en toi l’espoir du salut. Mais pour l’heure, vous ne répondez même pas à l’exigence la plus fondamentale, vous n’avez rien accompli de tout cela. C’est là une chose tout à fait lamentable et profondément préoccupante.

Les trois premières années où les gens croient en Dieu, ils sont dans le bonheur et la joie. Ils pensent tous les jours aux bénédictions qu’ils reçoivent et à la merveilleuse destination qui les attend. Ils ont la conviction que les bons comportements extérieurs, comme souffrir pour Dieu, courir çà et là et aider davantage les autres, réaliser plus de bonnes actions et faire don de plus grosses sommes d’argent, sont des choses que ceux qui croient en Dieu sont censés faire. Après avoir cru en Dieu pendant trois à cinq ans, même s’ils comprennent certaines doctrines, les gens continuent à croire en Dieu selon leurs notions et leur imaginaire. Ils vivent en fonction de leurs bons comportements, de leur conscience et de leur bonne humanité, plutôt que de vivre conformément aux vérités-principes ou de faire des paroles de Dieu leur vie et le critère selon lequel ils considèrent les gens et les choses et selon lequel ils se comportent et agissent. Quel chemin ces gens-là suivent-ils ? N’est-ce pas le chemin que Paul a suivi ? (Si.) Et vous, ne vous trouvez-vous pas actuellement dans cet état ? Si tu te trouves dans cet état la plupart du temps, alors est-il utile d’écouter autant de sermons ? Quel que soit le genre de sermons que tu écoutes, tu ne les écoutes pas pour comprendre la vérité ni pour considérer les gens et les choses et te comporter et agir conformément aux vérités-principes dans ta vie de tous les jours, mais pour enrichir ton univers spirituel et tes expériences humaines. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de les écouter, si ? Certains diront : « Ce n’est pas bien de ne pas écouter de sermons. Si je n’écoute pas de sermons, c’est que je manque d’entrain dans ma croyance en Dieu, et je n’ai pas d’enthousiasme ou de motivation quand vient le moment d’accomplir mon devoir. En écoutant un sermon de temps en temps, j’ai un peu d’ardeur dans ma croyance, je me sens un peu plus comblé et enrichi, et quand je rencontre ensuite des difficultés ou de la négativité dans mon devoir, j’ai un peu de motivation et je ne deviens pas négatif la plupart du temps.» Est-ce l’effet recherché en écoutant des sermons ? La plupart de ceux qui ont écouté des sermons au fil des ans ne quittent pas l’Église, quelle que soit la manière dont ils sont émondés, disciplinés ou châtiés. Il existe un certain rapport entre produire cet effet et écouter des sermons, mais ce que Je veux voir, ce n’est pas simplement le feu qui vacille dans votre cœur se raviver après chaque sermon que vous écoutez. Il ne s’agit pas seulement de cela. L’enthousiasme en soi ne sert à rien. Il ne devrait pas être utilisé pour faire le mal ou pour enfreindre les vérités-principes. Il est là pour te faire poursuivre la vérité avec un objectif et une direction plus clairs : tu dois viser les vérités-principes et les pratiquer. Or, écouter des sermons peut-il produire cet effet ? Après chaque sermon, c’est comme si un feu s’était allumé dans ton cœur, c’est comme si tu avais été chargé d’électricité ou gonflé d’air. Tu te sens à nouveau plein d’enthousiasme, tu sais à quel domaine tu dois t’attaquer ensuite, sans jamais te relâcher ou être négatif, et en ne cédant que rarement à la faiblesse. Ces manifestations ne constituent toutefois pas les conditions pour atteindre le salut. Il y a plusieurs conditions pour atteindre le salut. Premièrement, tu dois être disposé à lire les paroles de Dieu et à écouter des sermons. Deuxièmement, et c’est là la condition la plus importante, quelles que soient les questions, grandes ou petites, que tu rencontres dans ta vie de tous les jours, en particulier les questions liées à l’accomplissement de ton devoir et au travail majeur de la maison de Dieu, tu dois être capable de rechercher les vérités-principes, plutôt que d’agir sur la base de tes propres idées, de faire tout ce que tu veux ou de te montrer arbitraire et imprudent. Si J’échange inlassablement avec vous au sujet de la vérité et si J’explique les principes de diverses questions ainsi, ce n’est pas pour vous faire faire l’impossible ou vous forcer au-delà de vos capacités, et ce n’est pas simplement pour faire naître en vous l’enthousiasme. C’est plutôt pour vous faire comprendre les intentions de Dieu plus précisément, pour que vous compreniez les principes et les fondements qui conduisent à faire diverses choses et pour que vous compreniez comment les gens devraient agir pour satisfaire les intentions de Dieu, en n’agissant pas à partir de leurs tempéraments corrompus, de leurs pensées, de leurs points de vue et de leurs connaissances quand ils sont confrontés à des questions, mais en remplaçant toutes ces choses par les vérités-principes. C’est l’un des principaux moyens par lesquels Dieu sauve les êtres humains. C’est pour que tu puisses prendre les paroles de Dieu comme fondement et principes dans tout ce que tu rencontres et pour que Ses paroles règnent en toutes choses. Autrement dit, c’est pour que tu sois capable de gérer et de résoudre chaque question en te basant sur les paroles de Dieu, plutôt qu’en t’appuyant sur l’intellect et les préférences humaines, ou en les abordant selon les goûts, les ambitions et les désirs humains. Grâce à cette manière de prêcher et d’échanger sur la vérité, les paroles de Dieu et la vérité sont gravées dans le cœur des gens, ce qui leur permet d’avoir une vie dans laquelle la vérité est leur réalité. C’est la marque du salut. Quelles que soient les choses auxquelles tu es confronté, tu dois consacrer plus d’efforts aux vérités-principes et aux paroles de Dieu. Tel est le genre de personne qui poursuit le salut et qui fait preuve de sagesse. Ceux qui ne relâchent jamais leurs efforts pour entretenir des comportements extérieurs, des formalités, des doctrines et des slogans sont des gens insensés. Ils ne font pas partie de ceux qui poursuivent le salut. Vous n’avez jamais pris ces choses en considération auparavant, ou rarement, si bien que lorsqu’il est question de pratiquer les vérités-principes, en somme, rien ne vous vient à l’esprit. Vous ne pensez pas que cette question est importante, donc chaque fois que vous êtes confrontés à des situations qui impliquent les vérités-principes, surtout quand il s’agit de certaines situations majeures, quand vous êtes confrontés à des antéchrists ou à des personnes malfaisantes qui interrompent et perturbent le travail de l’Église, vous restez systématiquement très passifs. Vous ne savez pas comment gérer ces questions et vous les abordez en vous basant sur vos propres motifs égoïstes et vos propres sentiments. Vous êtes incapables de vous lever pour défendre le travail de l’Église et, au bout du compte, vous finissez toujours par échouer et par clore au plus vite l’affaire avec négligence. Si aucune enquête n’est menée sur l’affaire en question, tu pourras t’en tirer à bon compte. Si des investigations sont menées pour trouver les responsables, il se peut que tu sois démis de tes fonctions ou réaffecté à un autre devoir, ou pire, il se peut que tu sois relégué dans le groupe B, ou que certaines personnes soient exclues. Ces résultats sont-ils ceux que vous souhaitez voir ? (Non.) Si un jour vous êtes vraiment démis de vos fonctions ou contraints d’arrêter de faire votre devoir ou encore, dans un cas plus grave, si vous êtes envoyés dans une église ordinaire ou relégués dans le groupe B, vous livrerez-vous à une introspection ? « Est-ce simplement pour en arriver là que j’ai cru en Dieu ? Ai-je renoncé à mon travail, à mes perspectives, à ma famille et à tant d’autres choses uniquement pour être relégué dans le groupe B ou exclu ? Est-ce pour m’opposer à Lui que j’ai cru en Dieu ? Non, ce n’est certainement pas pour cela que je crois en Dieu… Mais alors, pourquoi est-ce que je crois en Dieu ? Ne devrais-je pas me pencher sur la question ? En mettant de côté pour le moment le fait de croire en Dieu pour satisfaire Ses intentions, à tout le moins, je devrais obtenir la vie et entrer dans la vérité-réalité. À tout le moins, je devrais être capable de sentir quel aspect des paroles de Dieu et de la vérité est devenu ma vie. Je devrais être capable de m’appuyer sur la vérité pour vivre et de triompher de Satan et de mes propres tempéraments corrompus, et je devrais être capable de me rebeller contre ma propre chair et d’abandonner mes propres notions. Quand il m’arrive des choses, je dois impérativement m’en tenir aux vérités-principes. Je ne dois pas agir selon mes tempéraments corrompus, je dois être capable d’agir en douceur et naturellement, conformément aux paroles de Dieu, sans aucune difficulté, sans aucun obstacle. Je dois sentir profondément que les paroles de Dieu et la vérité se sont déjà enracinées en moi, qu’elles sont devenues ma vie et qu’elles font partie de mon humanité. C’est une chose dont il faut se réjouir et qui mérite d’être célébrée. » Éprouvez-vous normalement ce sentiment ? Quand vous ferez le bilan des souffrances que vous avez endurées et du prix que vous avez payé dans votre croyance en Dieu au fil des ans, vous éprouverez une sensation merveilleuse dans votre cœur, vous sentirez qu’il y a de l’espoir pour votre salut et que vous avez goûté à la douceur qu’il y a à comprendre la vérité et à vous dépenser pour Dieu. Avez-vous perçu ou expérimenté pareilles choses ? Si ce n’est pas le cas, que faire ? (Se mettre sérieusement à poursuivre la vérité dès maintenant.) Se mettre sérieusement à la poursuivre dès maintenant, mais comment la poursuivre ? Il faut réfléchir aux questions qui te poussent souvent dans la rébellion contre Dieu. Encore et encore, Dieu t’a arrangé des circonstances pour t’apprendre une leçon, te changer à travers ces questions, graver Ses paroles dans ton cœur, te faire entrer dans un aspect de la vérité-réalité et t’empêcher, dans ces domaines, de vivre selon le tempérament corrompu de Satan, afin qu’au contraire, tu vives conformément aux paroles de Dieu et que Ses paroles s’enracinent en toi et deviennent ta vie. Or, dans ces domaines, tu te rebelles souvent contre Dieu en ne te soumettant pas à Dieu et en n’acceptant pas la vérité, en ne prenant pas Ses paroles comme des principes à suivre et en ne vivant pas Ses paroles. Cela blesse Dieu et, à chaque fois, tu perds la possibilité d’être sauvé. Alors, comment faire pour te remettre dans la bonne direction ? À partir d’aujourd’hui, dans les domaines que tu peux reconnaître grâce à la réflexion et que tu perçois clairement, tu dois te soumettre à l’orchestration de Dieu, accepter Ses paroles comme la vérité-réalité, accepter Ses paroles comme la vie et changer ta façon de vivre. Quand tu rencontres pareilles situations, tu dois te rebeller contre ta chair et tes préférences et agir selon les vérités-principes. N’est-ce pas le chemin de pratique ? (Si.) Si tu te contentes d’avoir l’intention sincère de te lancer dans cette poursuite à l’avenir, mais qu’il te manque un chemin de pratique spécifique, cela ne va pas. Si tu disposes de ce chemin de pratique spécifique et que tu es prêt à te rebeller contre ta chair et à repartir ainsi de zéro, alors pour toi, tout espoir n’est pas perdu. Si tu ne veux pas pratiquer dans cette voie, et que tu préfères t’en tenir aux mêmes vieux chemins, à de vieilles idées, en vivant selon tes tempéraments corrompus, alors nous n’avons rien à ajouter. Si tu te satisfais d’être un simple exécutant, que dire de plus ? La question du salut n’a rien à voir avec toi et tu ne t’y intéresses pas, alors la discussion est close. Si tu veux vraiment poursuivre la vérité et le salut, la première étape consiste à te détacher d’abord de tes tempéraments corrompus, de tes diverses pensées, notions et actions fallacieuses. Accepte les environnements que Dieu a arrangés dans ta vie de tous les jours, consens à être examiné, testé, châtié et jugé par Lui, efforce-toi de pratiquer progressivement selon les vérités-principes quand il t’arrive des choses, fais petit à petit des paroles de Dieu les principes et les critères à partir desquels tu te comportes et agis au quotidien et fais d’elles ta vie. Voilà ce qui devrait se manifester chez une personne qui poursuit la vérité et voilà ce qui devrait se manifester chez une personne qui poursuit le salut. Cela semble aisé, les étapes sont simples et il n’y a pas besoin de longues explications, pourtant, mettre tout cela en pratique n’est pas si facile. C’est parce qu’il y a trop de choses corrompues chez les gens : leur mesquinerie, leurs petites combines, leur égoïsme et leur bassesse, leurs tempéraments corrompus et toutes sortes de ruses. En plus de cela, certains possèdent des connaissances, ont appris des philosophies des relations mondaines et des tactiques de manipulation dans la société et présentent des défauts et des insuffisances dans leur humanité. À titre d’exemple, certains sont gloutons et paresseux, d’autres ont la langue bien pendue, certains ont une nature tout à fait abjecte, d’autres agissent de façon vaniteuse ou irréfléchie et impulsive, sans parler de bien d’autres travers encore. Il y a beaucoup de déficiences et de problèmes que les gens doivent surmonter dans leur humanité. Cependant, si tu souhaites atteindre le salut, si tu souhaites pratiquer et expérimenter les paroles de Dieu et gagner la vérité et la vie, tu dois lire davantage les paroles de Dieu, atteindre une compréhension de la vérité, être capable de pratiquer les paroles de Dieu et de t’y soumettre et commencer par pratiquer la vérité et t’en tenir aux vérités-principes. Ce ne sont là que quelques phrases simples, pourtant les gens ne savent pas comment les pratiquer ou en faire l’expérience. Quel que soit ton calibre ou ton niveau d’étude et quel que soit ton âge ou tes années de foi, dans tous les cas, si tu es sur le bon chemin de la pratique de la vérité, avec des objectifs et une direction corrects, et si ce que tu poursuis et les efforts que tu fournis servent uniquement à pratiquer la vérité, ce que tu gagneras au bout du compte sera sans aucun doute la vérité-réalité et les paroles de Dieu devenant ta vie. Détermine d’abord ton objectif, puis pratique progressivement conformément à ce chemin, et tu en retireras forcément quelque chose à la fin. Croyez-vous en cela ? (Oui.)

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp