Comment poursuivre la vérité (8) Partie 1

Précédemment, nous avons échangé sur le premier aspect principal concernant la façon de poursuivre la vérité, qui est l’abandon. Pour ce qui est de l’abandon, nous avons échangé sur un premier aspect de la pratique, qui consiste à abandonner diverses émotions négatives. Notre but, en échangeant sur les diverses émotions négatives des gens, et en les disséquant, est principalement d’aborder les idées et points de vue incorrects et déformés qui se cachent derrière ces émotions négatives. N’est-ce pas exact ? (Si.) Autrement dit, en résolvant les émotions négatives dans le cœur des gens, nous avons pour but d’aborder les idées et points de vue négatifs que ces gens ont profondément dans le cœur quant à diverses personnes, divers événements et diverses choses. Bien entendu, c’est aussi en exposant et en disséquant diverses émotions négatives, et en proposant aux gens des pensées, des points de vue et une compréhension corrects que les diverses émotions négatives de ces gens peuvent se trouver résolues. Le but est que les gens ne soient pas perturbés ou entravés par des idées et des points de vue erronés et déformés dès qu’il leur arrive quelque chose, que ce soit dans leur vie quotidienne ou sur le chemin de leur vie, et qu’à la place, ils puissent faire face à chaque journée, et aux gens, aux événements et aux choses qu’ils rencontrent au cours de chaque journée, avec des idées et des points de vue positifs, corrects, qui sont en accord avec la vérité. Ainsi, quand ils rencontreront des personnes, des événements et des choses dans la vie réelle, ils ne réagiront pas impulsivement, mais vivront dans les limites du champ de la conscience et de la raison humaines normales, et ils pourront aborder et gérer rationnellement toutes les situations auxquelles ils font face ou dont ils font l’expérience dans leur vie et sur le chemin de la vie, en utilisant les moyens précis et corrects que Dieu a enseignés. Un aspect de cette démarche vise à ce que les gens vivent sous la direction et l’influence d’idées et de points de vue corrects. L’autre aspect vise à ce qu’ils puissent gérer toute situation correctement, sous la direction et l’influence de ces idées et points de vue positifs. La capacité à gérer chaque situation correctement n’est pas l’objectif ultime, bien entendu. Le but ultime est d’accomplir ce que ceux qui croient en Dieu devraient accomplir, c’est-à-dire craindre Dieu et se tenir à distance du mal, se soumettre à Dieu, à Ses arrangements et à Ses orchestrations, se soumettre à tous les environnements qu’Il a instaurés et, bien entendu, se soumettre à sa destinée, sur laquelle Il est souverain, et vivre rationnellement au milieu de toutes les personnes, de tous les événements et de toutes les choses, dans tous les environnements. En résumé, que nous échangions sur les émotions négatives des gens, et que nous les disséquions, ou que nous échangions sur leurs idées et leurs points de vue négatifs, et que nous les disséquions, tout cela est lié au chemin qu’un être créé devrait suivre, au chemin de vie que Dieu exige d’une personne normale. Et bien sûr, tout cela est également lié aux principes qu’un être créé devrait suivre, pour ce qui est de la façon dont il voit les gens et les choses, de la façon dont il se comporte et dont il agit. En apparence, abandonner diverses émotions négatives concerne la résolution des émotions négatives des gens et le fait d’aborder les idées et points de vue négatifs et fallacieux dissimulés sous ces émotions négatives. Mais en fait, on pourrait également dire que, fondamentalement, cela concerne le fait de guider les gens, de subvenir à leurs besoins et de les aider, ou que cela concerne le fait d’apprendre aux gens à se comporter, à être des personnes sincères et normales, des personnes rationnelles, les personnes que Dieu leur demande d’être, des personnes qu’Il aime et des personnes qui Le satisfont, quand ces gens rencontrent divers environnements, divers individus, divers événements et diverses choses. Il en va de même des autres aspects des vérités-principes, en ce sens qu’ils sont tous liés au comportement des personnes. En apparence, le sujet de l’abandon de diverses émotions négatives semble impliquer des émotions complètement mondaines, ou des états dans lesquels les gens vivent à ce moment-là. Mais en réalité, ces émotions et ces états simples sont liés au chemin que les gens suivent et aux principes selon lesquels ils se comportent. Envisagés du point de vue d’une personne, ces émotions et ces états peuvent sembler insignifiants et ne pas valoir la peine d’être mentionnés. Cependant, comme ils sont liés aux points de vue que les gens ont et aux perspectives et positions qu’ils adoptent quand ils rencontrent divers individus, divers événements et diverses choses, ils ont à voir avec le comportement des gens. Plus spécifiquement, ils impliquent la façon de considérer les gens et les choses, la façon de se comporter et d’agir. Comme ces émotions négatives et ces idées et points de vue négatifs impliquent la façon de considérer les gens et les choses, de se comporter et d’agir, ils doivent être constamment examinés et analysés dans la vie quotidienne des gens. Bien sûr, il est également nécessaire que les gens soient capables de se corriger rapidement chaque fois qu’ils découvrent, au cours de leur réflexion, qu’ils ont des émotions négatives ou des idées et points de vue négatifs et fallacieux, et qu’ils soient capables de remplacer rapidement ces émotions négatives et ces idées et points de vue fallacieux par des pensées et des points de vue positifs et corrects qui sont en accord avec les vérités-principes. Cela leur permet de considérer les gens et les choses, et de se comporter et d’agir, avec les paroles de Dieu comme fondement et avec la vérité comme critère. Cela permet également aux tempéraments des gens d’être transformés, de sorte que ces gens s’alignent sur Dieu, qu’ils parviennent à craindre Dieu et à se tenir à distance du mal. Les choses qui précèdent, sur lesquelles nous avons échangé, sont essentiellement les détails clés du premier aspect, « l’abandon », dans « Comment poursuivre la vérité ». Bien entendu, parmi les diverses émotions humaines, il y a aussi certaines choses négatives qui sont spécifiques et mineures, ou certaines émotions négatives particulières qui ne sont pas du tout représentatives, et qui sont également liées à certaines pensées et à certains points de vue négatifs et fallacieux. On peut dire que ces émotions négatives ou ces pensées et points de vue fallacieux ont des effets minimes sur les gens, de sorte que nous n’échangerons pas à leur sujet individuellement avec davantage de précision.

Toutes les émotions négatives sur lesquelles nous avons échangé précédemment peuvent essentiellement représenter les problèmes qui se posent dans la vie réelle des gens ou sur le chemin de leur vie. Ces émotions impliquent divers points de vue sur la façon de considérer les gens et les choses, et sur la façon de se comporter et d’agir. Ces diverses pensées négatives et ces divers points de vue négatifs sur la façon de considérer les gens et les choses et sur la façon de se comporter et d’agir sont liés à des directions plus vastes, à des grands principes et à la poursuite de la vérité par les gens. Ce sont donc des choses que les gens devraient abandonner et aborder dans leurs pensées et leurs points de vue. Certaines questions particulières, non représentatives, ou plus personnalisées, qui demeurent, comme la nourriture, l’habillement, la vie personnelle, et ainsi de suite, n’impliquent pas les grands principes concernant la façon dont on considère les gens et les choses et la façon dont on se comporte et dont on agit, et on pourrait dire qu’elles n’impliquent pas le fait de faire une distinction entre les choses positives et les choses négatives. Par conséquent, elles n’entrent pas dans le champ du sujet sur lequel nous échangeons. Par exemple, quand quelqu’un dit : « J’aime les choses qui sont noires », cela relève de sa liberté, de ses goûts personnels et de ses préférences personnelles. Cela implique-t-il le moindre principe ? (Non.) Cela n’implique pas la façon dont on considère les gens et les choses, et encore moins la façon dont on se comporte et dont on agit. Par exemple, quelqu’un qui porte des lunettes parce qu’il est myope dira : « J’aime les montures de lunettes dorées. » Et quelqu’un d’autre dira : « Les montures dorées sont vraiment démodées. Je préfère les lunettes sans montures. » Cela implique-t-il des principes concernant la façon de considérer les gens et les choses, et la façon de se comporter et d’agir ? (Non.) Cela n’implique pas de principes sur la façon de considérer les gens et les choses, et sur la façon de se comporter et d’agir. D’autres diront : « J’ai des sentiments négatifs concernant les corvées ménagères et le nettoyage quotidiens. J’ai toujours le sentiment que ces choses-là sont problématiques et qu’elles rendent ma vie épuisante. Même manger est un souci pour moi. Il faut plus d’une heure pour préparer un repas et, après avoir mangé, il faut encore que je fasse la vaisselle, que je récure les casseroles et que je range la cuisine, et ces choses sont également particulièrement énervantes. » D’autres encore diront : « La vie est vraiment problématique. Il faut changer de vêtements à chaque saison et pourtant, il fait trop chaud l’été, quelle que soit la légèreté de vos habits, et il fait trop froid l’hiver, quelle que soit l’épaisseur de vos vêtements. Ce corps physique est vraiment pénible ! » Quand leurs cheveux sont sales, ils ne veulent pas les laver, mais s’ils ne les lavent pas, cela les démange. Ils ont l’air léthargiques et négligés. Ils ne peuvent pas se permettre de ne pas se laver les cheveux, mais cela les énerve quand ils les lavent, et ils pensent : « Ne serait-ce pas formidable d’être chauve ? C’est tellement énervant d’avoir à se couper les cheveux et d’avoir à les laver sans arrêt ! » S’agit-il là d’émotions négatives ? (Oui.) Ces émotions négatives devraient-elles être résolues ? Font-elles partie des diverses émotions négatives qui devraient être abandonnées ? (Non.) Pourquoi n’en font-elles pas partie ? (Il s’agit là simplement de certaines habitudes et de certains problèmes liés à la vie physique du corps.) Les femmes, en particulier les femmes adultes, sont capables de gérer ces questions quotidiennes sans importance, comme la vaisselle, le rangement et le nettoyage de ce qu’elles ont sali. Les hommes sont un peu moins bien lotis. Ils ont tendance à considérer que faire la cuisine, la lessive et des corvées ménagères est problématique. Ils ont particulièrement du mal à faire la lessive. Devraient-ils la faire ? Ils n’en ont pas envie. Devraient-ils ne pas la faire ? Le linge est vraiment sale et ils ont peur qu’on se moque d’eux, alors ils se contentent de le passer sous l’eau rapidement. Les hommes et les femmes ont des approches et des attitudes légèrement différentes en ce qui concerne ces problèmes quotidiens sans importance. Les femmes ont tendance à se montrer plus méticuleuses et précises, elles font attention à la propreté et aux apparences, alors que les hommes peuvent se montrer assez frustes quand ils s’occupent de ces questions. Mais il n’y a aucun mal à cela. Il n’est pas bon d’être trop désordonné. En particulier quand tu vis avec d’autres personnes, tu exposeras un trop grand nombre de tes défauts et cela amènera les autres à avoir de l’aversion pour toi. Ces défauts sont des imperfections dans ton humanité et tu devrais surmonter ceux qui ont besoin d’être surmontés, et résoudre ceux qui doivent être résolus. Sois un peu plus appliqué, organise les choses dans ton espace de vie, plie tes vêtements et tes couvertures correctement, et nettoie et organise ton environnement de travail un jour sur deux, ou au bout de quelques jours, pour ne pas embêter les autres, c’est vraiment aussi simple que cela. Tu n’as aucune raison de te sentir remis en cause, n’est-ce pas ? (En effet.) Quant à savoir à quelle fréquence tu te laves ou changes de vêtements, tout va bien tant que cela n’affecte pas l’humeur des autres. Voilà la norme. Si tu ne prends pas de bain, ne te laves pas les cheveux ou ne te changes pas pendant longtemps, tu commenceras à sentir mauvais et personne ne voudra t’approcher. Ce n’est pas acceptable. Tu dois te laver et avoir l’air présentable, au moins pour ne pas affecter l’humeur des autres. Ils ne devraient pas avoir à se boucher le nez quand ils te parlent ni à être embarrassés à cause de toi. Si les autres te traitent ainsi et que ça ne te dérange pas ou que tu t’en moques, alors tu peux continuer à vivre de la sorte. Personne n’a eu d’exigences excessives à ton égard. Tant que tu es capable de l’accepter. Mais si cela t’embarrasse, fais de ton mieux pour gérer ton environnement de vie personnel et ton hygiène personnelle afin qu’ils n’importunent pas les autres. L’objectif est de ne pas imposer un fardeau ou un stress excessifs à ta propre vie, et que tu tiennes compte des sentiments d’autrui. Ne fais pas pression sur les autres ou ne leur impose pas ton influence. Voilà l’exigence minimum, en ce qui concerne la conscience et la raison humaines normales. Si tu ne possèdes même pas cela, comment peux-tu te comporter décemment ? Par conséquent, ces choses qu’une personne dotée d’une humanité normale devrait être capable d’atteindre ne nécessitent guère d’explications. La maison de Dieu n’a pas à te confier des missions spécifiques ou à te donner des ordres spécifiques. Tu devrais être capable de gérer tout cela toi-même. Les questions personnelles que J’ai évoquées précédemment n’impliquent pas de principes ou de critères concernant la façon de considérer les gens et les choses, la façon de se comporter et d’agir. Par conséquent, tu peux te fier à la conscience et à la raison humaines les plus élémentaires pour gérer tout cela. Une personne dotée d’une conscience et d’une raison humaines normales devrait posséder ce degré d’intelligence. Il n’y a pas à en faire toute une histoire, et qui plus est, ces questions sans importance ne devraient pas être traitées comme des problèmes qui nécessitent une compréhension ou une résolution par le biais de la poursuite de la vérité, parce qu’il s’agit là de choses que toute personne dotée d’une humanité normale peut accomplir. Même un petit chien comprend ce que signifie être décent. Si les êtres humains ne comprennent pas ça, alors ils ne sont pas à la hauteur des normes concernant le fait d’être humain, n’est-ce pas ? (En effet.) J’ai un chien de compagnie. Ce chien est particulièrement beau, avec de grands yeux, une gueule large et une truffe joliment façonnée. Un jour, il s’est battu avec son propre chiot pour de la nourriture, et le chiot l’a mordu à la truffe. Après ça, il a eu une petite plaie au milieu de la truffe, ce qui a gâché son allure. J’ai vite appliqué une pommade sur la plaie et J’ai dit : « Qu’allons-nous faire, maintenant ? Si un aussi beau chien se retrouvait avec une cicatrice, ce serait triste à voir ! » J’ai dit au chien : « À partir de maintenant, ne nous suis plus quand nous sortons. Si les gens voient une cicatrice sur ta truffe, ils penseront que tu es laid. » Après avoir entendu ça, le chien a poussé un gémissement, en semblant d’accord, il est resté le regard vide un moment, et il a écarquillé les yeux. J’ai poursuivi : « Tu es blessé. Tu as une plaie vraiment importante à la truffe, les gens pourraient se moquer de toi s’ils la voyaient. Tu dois te reposer et cicatriser. Tu ne dois pas nous suivre quand nous sortons, jusqu’à ce que tu sois complètement rétabli. » Après avoir entendu Mes paroles, le chien n’a plus fait un bruit, et il n’a pas persisté à vouloir sortir. Je me suis dit que même un chien comprenait de quoi il retournait. Au bout d’un moment, la plaie a cicatrisé et s’est beaucoup améliorée, alors Je suis sorti avec le chien. Une sœur a vu ce petit chien et elle lui a demandé : « Hé, qu’est-il arrivé à ta truffe ? » Après avoir entendu ça, le chien a tourné la tête et s’est enfui droit à la voiture, sans regarder en arrière, et il a refusé de revenir. Quand la sœur avait commencé à lui parler, il s’était bien conduit, il avait bu l’eau qu’elle lui proposait. Il ne s’était pas enfui. Mais dès qu’elle a demandé : « Qu’est-il arrivé à ta truffe ? », le chien a tourné la tête et s’est enfui sans se retourner. Quand nous sommes rentrés à la maison, J’ai demandé au chien : « Tu as été blessé à la truffe, pourquoi t’es-tu enfui quand la sœur t’a posé des questions à ce sujet ? Es-tu timide ? » Le chien M’a regardé avec un air intimidé, en baissant constamment la tête, semblant trop embarrassé pour Me regarder. Il s’est blotti dans Mes bras, et M’a laissé le caresser et le tenir. Je lui ai dit : « Tu ne dois plus te battre avec ton chiot. Si, de nouveau, tu étais blessé et que cela laissait des cicatrices, cela risquerait de t’enlaidir. Les gens se moqueraient de toi. Où te cacherais-tu ? » Écoutez, même un petit chien de cinq ans sait ce que c’est de se sentir intimidé. Il sait se cacher pour échapper aux gens parce qu’il est blessé à la truffe et qu’il a peur qu’on se moque de lui. Si un petit chien possède ce degré d’intelligence, les êtres humains ne devraient-ils pas le posséder également ? (Si.) Les êtres humains devraient le posséder, autrement dit, ce devrait être quelque chose qu’ils possèdent dans le champ de leur raison. Que signifie « être décent » ? Que signifie être édifié et ne pas être détesté ou répugné par les autres ? Tu devrais avoir cette norme en toi. C’est la question la plus simple de la vie quotidienne, et avec une conscience et une raison humaines normales, tu peux faire face aux choses avec précision, sans avoir besoin d’échanger sur des vérités telles que la résolution du tempérament corrompu des gens ou la résolution des émotions négatives. Bien entendu, si tu vis dans une maison qui t’appartient, tu peux te permettre d’être un peu désordonné, les normes ne sont pas aussi strictes. Cependant, si tu vis avec des frères et sœurs, tu dois t’assurer que ton humanité normale est bien préservée. Même si nous n’avons aucune exigence spécifique ou norme stricte concernant cela, en tant qu’être humain normal, tu dois avoir le sens de ces questions. Il s’agit là de choses que les gens dotés d’une humanité normale devraient faire et posséder. Elles n’impliquent pas de pensées, de points de vue, de perspectives ou de positions sur la façon de considérer les gens et les choses, de se comporter et d’agir, et elles n’impliquent certainement pas un chemin de vie, une direction ou un objectif plus vastes. En conséquence, le mieux pour toi serait que tu résolves ces questions conformément aux exigences de la conscience et de la raison humaines normales, pour que les autres ne jasent pas à ton sujet ou ne se sentent pas dégoûtés par toi à cause de ces choses. Pour ce qui est des habitudes, des passe-temps, des différences de personnalité ou des choix individuels concernant les questions sans rapport avec les principes, toutes choses qui n’impliquent pas de pensées et de points de vue, tu es libre de choisir et de garder tes propres particularités de comportement. La maison de Dieu ne s’en mêlera pas. Dieu a donné aux gens le libre arbitre et une conscience et une raison normales élémentaires, ce qui permet aux individus de choisir leurs propres centres d’intérêt, leurs propres passe-temps et leurs propres habitudes, ou les modes de vie adaptés à leur personnalité. Personne n’a le droit de te contraindre, de te lier ou de t’accuser. Pour ce qui est des questions qui n’impliquent pas les vérités-principes ou les exigences de Dieu dans Ses paroles, et plus particulièrement des questions qui n’impliquent pas la façon de considérer les gens et les choses, de se comporter et d’agir, les gens ont le droit de choisir librement leur propre mode de vie sans aucune ingérence de la part des autres. Si un dirigeant, un chef de groupe ou un superviseur te critiquent ou se mêlent de tes affaires en ce qui concerne des questions personnelles, tu as le droit de les repousser. En résumé, ces questions relevant de l’humanité normale n’ont rien à voir avec les exigences des paroles de Dieu ou les vérités-principes. Tant que tu te sens à l’aise et adéquat, et que ton comportement n’a aucun impact sur les autres ou ne les perturbe pas, c’est acceptable. Par exemple, si tu aimes bien t’habiller et être soigné, tant que tu n’affectes pas les autres, ce n’est pas un problème. Mais s’il est tard le soir, que les autres doivent aller se coucher à onze heures, et que tu es encore en train de faire la lessive ou de nettoyer, ce n’est pas acceptable. Si tu es dans ta propre maison et que tu n’affectes pas la vie des autres, tu peux rester debout jusqu’à quatre ou cinq heures du matin si tu veux. C’est là ta liberté. Cependant, maintenant que tu vis avec des frères et sœurs, tes actes auront un impact sur leur train-train quotidien et sur leur emploi du temps. Ce n’est pas une bonne chose. En agissant ainsi, tu n’exerces pas tes droits et ta liberté correctement. Au contraire, tu te montres capricieux, c’est ce que l’on appelle manquer d’humanité. Dans l’intérêt de ta propre liberté et pour satisfaire les préférences et les désirs de ta propre chair, tu perturbes la vie des autres et tu sacrifies même leur temps de repos. Ce comportement ne s’aligne pas sur la conscience et la raison humaines normales. Il doit changer. Ceci est lié aux principes de comportement. Il ne s’agit pas de savoir si quelque chose cloche dans ton mode de vie personnel ou dans tes habitudes en matière de propreté. Il s’agit d’un problème relevant des principes qui concernent la façon dont tu te comportes. Tu ne tiens pas compte des sentiments, de l’humeur, ou des intérêts des autres. Tu protèges et préserves tes propres intérêts aux dépens de ceux des autres. Cette façon de se comporter n’est pas conforme aux exigences de Dieu en matière de comportement ou aux principes de comportement exigés par Dieu. Par conséquent, toutes les préférences, tous les intérêts, les choix de mode de vie, toutes les habitudes, les libertés, tous les droits, et ainsi de suite, de l’humanité normale doivent rester dans le champ de la conscience et de la raison d’une personne afin d’être considérés comme relevant d’une humanité normale. Si cela dépasse les limites de la conscience et de la raison humaines normales, alors il ne s’agit pas là d’humanité normale, n’est-ce pas ? (Non.) Dans les limites de la conscience et de la raison humaines normales, tu te comportes comme une personne normale. Si tu franchis les limites de la conscience et de la raison humaines normales et que tu mets encore l’accent sur ta liberté, alors tu n’agis pas comme une personne normale, tu es non-humain. C’est là quelque chose qui doit être changé, il faut que cela soit clair. Qu’est-ce qui doit être clair ? Il doit être clair que ces questions personnelles devraient être gérées dans les limites de la conscience et de la raison humaines normales, et qu’il s’agit là d’un principe de comportement. Tes habitudes personnelles, tes exigences personnelles, tes choix de mode de vie personnels, et ainsi de suite, dépendent tous de toi, tant qu’ils ne franchissent pas les limites de la conscience et de la raison humaines normales. Il n’y a aucune exigence spécifique en ce qui concerne ces questions.

Dans la première partie de « Comment poursuivre la vérité », nous avons évoqué l’abandon en ce qui concerne le fait d’abandonner diverses émotions négatives, comme le sentiment d’infériorité, la haine, la colère, la dépression, le désarroi, l’inquiétude, l’angoisse et la répression. Il s’agit là essentiellement de grands problèmes de direction et de problèmes impliquant les principes, sur lesquels nous devons échanger. Pour ce qui est des problèmes secondaires mineurs qui n’impliquent pas les principes ou les directions, nous avons échangé précédemment à leur sujet de manière compréhensible. Quant à la réticence, à l’insatisfaction, au mécontentement, et ainsi de suite, que tu éprouves vis-à-vis de tes propres problèmes personnels, tant que ces choses n’impliquent pas de véritables pensées et points de vue, et qu’elles ne touchent pas aux principes selon lesquels on considère les gens et les choses, ou à la façon de se comporter et d’agir, ce sont tes problèmes personnels. Tu dois les corriger et les régler dans le cadre de ta conscience et de ta raison. Par exemple, tu as faim et tu n’as pas envie de cuisiner, mais tu es trop faible pour travailler le ventre vide, et quand tu cuisines effectivement, cela t’énerve. Il se pourrait que tu te demandes : « S’agit-il là d’une émotion négative ? » Il ne s’agit pas là d’une émotion négative. Il s’agit de ta paresse physique et de ton aversion pour la cuisine. Cela concerne ta chair corrompue. Si ta situation financière te le permet, tu peux embaucher quelqu’un, pour que cette personne t’aide à cuisiner. Si tu n’en as pas les moyens, alors tu ne peux que résoudre ce problème toi-même. Les autres ne sont pas dans l’obligation de résoudre ces problèmes de vie pour toi, cela relève de ta propre responsabilité. Les tâches mondaines, comme manger, s’habiller, se brosser les cheveux et se laver font partie de la vie humaine. Elles sont inhérentes à l’existence de l’homme. Les êtres humains sont différents des chats et des chiens. Quand tu adoptes un chaton ou un chiot, tu es responsable de leur nourriture et de leur boisson. Quand ils ont faim, tu dois les nourrir. Mais cela ne marche pas avec les êtres humains. Les êtres humains doivent s’occuper de ces aspects de la vie eux-mêmes, et les assumer. Ce n’est pas un fardeau. Apprendre à gérer correctement ces aspects de la vie est quelque chose que les gens qui ont une humanité normale peuvent accomplir. Simplement, certaines personnes peuvent se dire qu’elles n’ont jamais fait ces choses auparavant, en particulier certains hommes, qui ont été tellement assistés dans leur organisation et dorlotés par leurs parents ou les membres de leur famille qu’ils n’ont jamais appris à cuisiner, à laver leurs vêtements ou à s’occuper des choses dans leur propre vie. C’est là un résultat de l’environnement familial. Cependant, quand ces gens quittent leurs parents et commencent à vivre de façon indépendante, ils sont capables de tout faire eux-mêmes, y compris laver leurs vêtements et faire leur lit. En fait, ce sont là des choses qu’une humanité normale peut accomplir. Ce ne sont pas des tâches difficiles, pour aucun adulte, et elles ne sont assurément pas écrasantes. Ces problèmes sont faciles à résoudre. Si tu as des normes plus élevées en ce qui concerne ta qualité de vie, alors tu peux faire mieux. Si tu as des attentes moins strictes ou moins importantes en ce qui concerne ta qualité de vie, alors tu peux être plus désinvolte à ce sujet. Toutes ces questions sont des questions qui n’impliquent pas les principes.

Pour ce qui est du premier grand sujet concernant la façon de poursuivre la vérité – en abandonnant diverses émotions négatives –, concluons notre échange ici, car il est pratiquement terminé. Ensuite, dans le processus de la poursuite de la vérité, outre abandonner les émotions négatives, on devrait également abandonner les poursuites, les idéaux et les désirs personnels. Voilà le deuxième grand aspect de « l’abandon » dans la pratique qui vise à poursuivre la vérité, aspect sur lequel nous allons échanger aujourd’hui. L’abandon des poursuites, des idéaux et des désirs des gens : comprenez-vous de quoi il s’agit ? (Oui, nous le comprenons.) Je viens d’évoquer les objets de cette pratique spécifique de « l’abandon » et vous en avez également pris note. Maintenant, examinons ce sujet : qu’est-ce qui vient à l’esprit quand nous parlons d’abandonner les poursuites, les idéaux et les désirs des gens ? À quels exemples pouvez-vous penser ? (Je pense aux idéaux que les gens ont, sur lesquels Dieu a échangé précédemment, comme les idéaux des gens qui ont un talent particulier, pour la comédie, par exemple, et qui aspirent à devenir des célébrités ou des superstars. Ou aux idéaux d’autres gens, qui possèdent des capacités d’écriture et un peu de talent littéraire, et qui peuvent aspirer à accomplir des devoirs textuels dans la maison de Dieu et à devenir écrivains. Voilà certains des idéaux qui émergent chez les gens.) Autre chose ? (Les gens poursuivent la réussite, ainsi que leurs propres perspectives et leurs propres espoirs, et leur désir de recevoir des bénédictions.) Réfléchissez davantage, y a-t-il autre chose encore ? Sur quoi devrait-on insister, ici ? Sur les poursuites, les idéaux et les désirs que les gens devraient abandonner. Outre les désirs luxurieux des gens et les espoirs qu’ils mettent dans leurs perspectives et leur destinée, quoi d’autre est impliqué par les poursuites, les idéaux et les désirs que les gens devraient abandonner, dans le contexte de leur vie réelle, dans les circonstances nécessaires de l’existence humaine ? Quelles sont les questions importantes dans la vie qui peuvent affecter ta foi en Dieu et ta poursuite de la vérité ? (Quand les gens sont en âge de se marier, ils peuvent être soumis aux contraintes du mariage. De plus, quand la carrière d’une personne est en conflit avec sa foi en Dieu, la personne peut choisir de poursuivre sa carrière. Voilà deux aspects qui doivent également être abandonnés.) Bien dit. Ta foi en Dieu, au cours des dernières années, t’a permis d’obtenir des résultats et une appréciation. Tu as correctement évoqué deux aspects significatifs : le mariage et la carrière. Ces deux grands éléments font partie des problèmes qui ont à voir avec des questions perpétuelles sur le chemin de la vie humaine. Le mariage est une question significative pour tout le monde, et la carrière d’une personne est également une préoccupation majeure, qui est inéluctable et inévitable. Y a-t-il d’autres grands sujets, en dehors de ces deux-là ? (Il y a également un aspect qui concerne le fait de gérer la famille, les parents et les enfants. Quand ces questions sont en conflit avec la foi en Dieu et la poursuite de la vérité, les gens ont du mal à les abandonner.) Quand vous en exposez les grandes lignes, vous ne devriez pas employer des phrases aussi longues. Précédemment, nous avons évoqué le mariage et la carrière. Alors, comment devrait-on appeler ce sujet ? (La famille.) C’est exact, la famille est également un aspect majeur. Cela concerne-t-il tous les individus ? (Oui.) Cela concerne tous les individus, voilà qui est suffisamment spécifique et représentatif. Le mariage, la famille et la carrière sont tous des sujets majeurs qui concernent le thème principal des poursuites, des idéaux et des désirs des gens. Au total, il y a quatre grands sujets liés à l’abandon des poursuites, des idéaux et des désirs des gens. Vous avez identifié correctement trois d’entre eux, c’est formidable. Il semble que ce sujet de l’abandon de poursuites, des idéaux et des désirs personnels nécessite un échange détaillé, c’est un sujet que vous avez déjà à l’esprit, et il est assez étroitement lié à votre vie ou à votre stature, et à votre expérience. Il y a également un autre sujet, qui est en fait assez simple. Quel est-il ? Il s’agit des centres d’intérêt et des passe-temps d’une personne. N’est-ce pas simple ? (Si.) Pourquoi dis-Je « les centres d’intérêt et les passe-temps d’une personne » ? Examinez de plus près ce sujet et regardez si les centres d’intérêt et les passe-temps sont liés aux poursuites, aux idéaux et aux désirs des gens dont nous devons discuter. (C’est le cas.) Le mariage est-il lié à ces derniers ? (Oui.) La famille est-elle liée à ces derniers ? (Oui.) La carrière est-elle liée à ces derniers ? Elle l’est également. Chacun de ces quatre aspects est lié aux poursuites, aux idéaux et aux désirs personnels d’une personne. Chaque aspect concerne son imagination et ses exigences spécifiques à ce sujet au fond de son cœur, et les choses qu’elle souhaite obtenir dans sa chair et dans ses sentiments. Chaque aspect renferme des éléments spécifiques et des poursuites concrètes, et concerne également les efforts qu’une personne y consacre et le prix qu’elle paie. Chaque aspect concerne et influence les pensées et les opinions d’une personne, tout au long de sa vie, et peut affecter sa poursuite d’objectifs corrects. Bien entendu, chaque aspect a également un impact sur la façon dont les individus considèrent les gens et les choses, et sur la façon dont ces individus se conduisent et agissent. Si Je devais parler en termes généraux, vous pourriez trouver tout cela peu clair et difficile à comprendre. Alors, échangeons sur tous ces aspects, les uns après les autres, examinons-les soigneusement et vous pourrez gagner peu à peu une compréhension claire des problèmes. Une fois que ces problèmes seront clairs, les gens pourront chercher ici les principes qu’ils devraient mettre en œuvre et respecter.

D’abord, parlons des centres d’intérêt et des passe-temps. Ces centres d’intérêt et ces passe-temps, bien entendu, ne concernent pas ce que les gens font à l’occasion, pour s’amuser, ni leurs passe-temps ou leur domaine d’études momentanés : ils n’ont rien à voir avec des choses temporaires. Ici, les centres d’intérêt et les passe-temps font référence à l’envie et à la poursuite sincères qui résident dans l’être spirituel d’une personne et au fond de son âme. En ce qui concerne ces choses, les gens iront jusqu’à passer à l’action et à faire des projets, et plus encore, ils feront des efforts concrets et se donneront du mal pour satisfaire ou développer davantage ces centres d’intérêt et ces passe-temps, ou pour faire un travail qui s’aligne sur leurs propres centres d’intérêt et passe-temps. Dans ce contexte, les centres d’intérêt et les passe-temps impliquent que les individus ont des objectifs et des idéaux établis, et qu’ils ont même payé un prix, dépensé leur énergie ou agi de façon spécifique. Par exemple, ils sont partis étudier des connaissances pertinentes pour les besoins de leurs centres d’intérêt et de leurs passe-temps, consacrant la majorité de leur vie quotidienne à l’étude de ces connaissances, faisant l’expérience concrète et obtenant une appréciation pratique de ces connaissances. Par exemple, certains individus ont la peinture comme centre d’intérêt et comme passe-temps spécifiques, et il ne s’agit pas là simplement de faire des portraits ou de dessiner des paysages. Cela va plus loin que des centres d’intérêt et des passe-temps aussi simples. Ces individus étudient diverses techniques de peinture, comme l’esquisse, le paysage et le portrait, et certains étudient même la peinture à l’huile et à l’encre. La raison pour laquelle ils étudient ainsi ne résulte pas uniquement de leurs centres d’intérêt et de leurs passe-temps, mais plutôt des idéaux qu’ils ont développés et établis, et des désirs qui les animent, du fait de leur intérêt pour la peinture. Ils souhaitent même consacrer toute l’énergie de leur vie à la peinture, devenir des peintres accomplis et poursuivre la peinture en tant que profession. Avant de se lancer dans ce métier, une préparation et une organisation importantes sont nécessaires. Il faut, par exemple, aller dans des écoles spécialisées pour s’instruire et se former davantage, étudier divers aspects de la peinture, réaliser des croquis sur le vif, demander conseil à des experts et à des grands artistes et participer à des concours, entre autres choses. Toutes ces activités tournent autour de leurs poursuites, de leurs idéaux et de leurs désirs. Bien sûr, toutes ces poursuites, tous ces idéaux et tous ces désirs sont basés sur leurs centres d’intérêt et leurs passe-temps. C’est du fait de ces centres d’intérêt et de ces passe-temps qu’ils ont développé les poursuites, les idéaux et les désirs de leur vie. Certains ont une grande passion pour l’étude de l’histoire, notamment l’histoire ancienne et moderne, l’histoire nationale et étrangère. Tandis que leur intérêt devient plus fort, ils se mettent à se considérer comme des individus talentueux dans ce domaine et ils se sentent obligés de poursuivre une carrière liée à ce domaine. Ils continuent d’apprendre et d’approfondir leur éducation. Au cours de ce processus, bien entendu, leurs poursuites, leurs idéaux et leurs désirs continuent de prendre forme et de se consolider, et ces individus finissent par aspirer à devenir historiens. Avant qu’ils ne deviennent historiens, la majeure partie de leur temps et de leur énergie tourne autour de ce centre d’intérêt et de ce passe-temps. Il y a aussi des gens qui ont un intérêt particulier pour l’économie, qui aiment travailler avec des chiffres et étudier des choses liées au domaine de l’économie. Ils espèrent devenir un jour des personnalités exceptionnelles ou accomplies dans le secteur financier. En bref, eux aussi développent une poursuite basée sur leurs centres d’intérêt et leurs passe-temps, et ils ont des idéaux et des désirs liés à ces centres d’intérêt et à ces passe-temps. Simultanément, ils investissent aussi leur temps, ils passent à l’action, paient un prix et dépensent de l’énergie pour apprendre, faire des recherches, parfaire leur éducation et acquérir des connaissances exhaustives liées à leurs centres d’intérêt et à leurs passe-temps. D’autres sont passionnés par les arts, comme les arts du spectacle, la danse, le chant ou la mise en scène. Après avoir développé de tels centres d’intérêt et de tels passe-temps, sous l’impulsion de ces centres d’intérêt et de ces passe-temps, leurs idéaux et leurs désirs prennent forme et se consolident progressivement. Tandis que leurs idéaux et leurs désirs deviennent peu à peu leurs objectifs de vie, ils consacrent également leurs efforts, leur dur labeur et leurs actes à la poursuite de ces objectifs. Certains individus aiment travailler dans le domaine de l’éducation. Ils étudient divers aspects de l’éducation, comme la psychologie et d’autres connaissances pertinentes, afin de poursuivre une carrière liée à leurs centres d’intérêt et à leurs passe-temps. Certains individus aiment la conception, l’ingénierie, la technologie, l’électronique, ou ils aiment faire des recherches sur les insectes, les microorganismes et les divers comportements des animaux, leurs modes de survie, leurs origines, et ainsi de suite. Certains individus aiment travailler dans les médias et aspirent à être employés dans le secteur des médias en tant qu’animateurs, présentateurs, journalistes, etc. Motivés par leurs divers centres d’intérêt et passe-temps, ces gens continuent d’apprendre et d’explorer en profondeur, et ils gagnent peu à peu en compréhension. Leurs poursuites, leurs idéaux et leurs désirs s’approfondissent dans leur cœur et continuent à prendre forme. Bien entendu, tout au long du processus au cours duquel leurs poursuites, leurs idéaux et leurs désirs prennent forme progressivement, ces individus s’efforcent également d’atteindre leurs idéaux et leurs désirs, et ils progressent vers ces idéaux et ces désirs. Chaque fois qu’ils agissent de manière spécifique, ils investissent leur énergie, leur temps, leur jeunesse et même leurs émotions et leurs efforts dans ces choses.

Quels que soient le domaine ou l’industrie concernés par les centres d’intérêt et les passe-temps des gens, quelle que soit la catégorie impliquée par ces centres d’intérêt et ces passe-temps, une fois que ces gens entament une poursuite et établissent des idéaux et des désirs correspondants, leurs objectifs de vie et leur direction de vie se trouvent également fixés. Quand leurs idéaux et leurs désirs deviennent leurs objectifs de vie, leur chemin futur dans ce monde se trouve fondamentalement défini. Pourquoi dis-Je que ce chemin est défini ? Quel est le problème abordé ici ? C’est qu’une fois que tu as déterminé quels idéaux et désirs résultaient de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps, tu dois également faire des efforts et lutter dans cette direction, au point même d’avoir un esprit et une mentalité inébranlables et déterminés, et en étant prêt à payer par toute une vie d’énergie, de temps et de prix. Ta vie, ta destinée, tes perspectives, et même ta destination ultime, seront inévitablement influencées par les objectifs de vie que tu as déjà établis, pour ne pas dire qu’elles seront liées à ces objectifs de vie. Quel est le point principal sur lequel Je veux insister ici ? Une fois qu’une personne a établi ses poursuites, ses idéaux et ses désirs en se basant sur un centre d’intérêt ou sur un passe-temps particuliers, elle ne restera plus désœuvrée et inactive. Du fait de ces centres d’intérêt et de ces passe-temps spécifiques, des actes concrets commenceront à prendre forme. Simultanément, sous la direction de ces actes spécifiques, tu établiras tes idéaux et tes désirs. À partir de cet instant, ton cœur ne cessera pas de battre et tes pieds ne tiendront plus en place. Tu es destiné à vivre ta vie pour tes idéaux et tes désirs. Tu ne te contenteras jamais d’acquérir simplement quelques connaissances et de t’en tenir là. Comme tu as de tels talents, un tel potentiel et de tels dons, tu chercheras sans aucun doute un poste qui te convient, ou tu feras des efforts incessants pour atteindre le sommet et devenir extraordinaire dans ce monde et au milieu de la foule, sans avoir le moindre regret. Tu poursuivras tes idéaux et tes désirs en croyant fermement à la victoire, tu seras même disposé à payer n’importe quel prix et à faire face à n’importe quelles difficultés, n’importe quels dangers et n’importe quelles souffrances afin de satisfaire ces idéaux et ces désirs. Pourquoi les gens sont-ils capables de faire cela ? Pourquoi, après avoir développé des idéaux et des désirs en se basant sur leurs centres d’intérêt et leurs passe-temps, peuvent-ils se comporter d’une telle façon ? (Ils le font pour réaliser leurs idéaux, pour poursuivre des choses supérieures et pour être au-dessus des autres. Par conséquent, ils ne battent pas en retraite face aux difficultés, quelles qu’elles soient, mais continuent à poursuivre leurs idéaux et leurs désirs.) Les gens ont en eux un instinct naturel. S’ils ne savent jamais quels sont leurs points forts, quels sont leurs centres d’intérêt et leurs passe-temps, ils ont l’impression de ne pas avoir leur place, ils sont incapables de concrétiser leur propre valeur et ils éprouvent un sentiment d’inutilité. Ils sont incapables de faire la preuve de leur valeur. Par contre, une fois qu’une personne a découvert ses centres d’intérêt et ses passe-temps, elle les transformera en passerelles ou en tremplins pour concrétiser sa propre valeur. Elle est prête à payer le prix nécessaire pour poursuivre ses idéaux, pour vivre une vie qui a davantage de valeur, pour devenir quelqu’un d’utile, pour se distinguer de la foule et être vue, admirée, validée, et pour devenir quelqu’un d’extraordinaire. Ainsi, elle peut avoir une vie gratifiante, une carrière couronnée de succès dans ce monde, et voir ses idéaux et ses désirs satisfaits, vivant ainsi une vie de valeur. Quand elle regarde autour d’elle les foules animées, seuls quelques individus sont naturellement aussi doués qu’elle, seuls quelques individus se sont fixé des idéaux et des désirs ambitieux et ont, en fin de compte, réalisé ces choses grâce à leurs efforts incessants. Ils ont bâti leur carrière en faisant ce qu’ils aimaient faire, ils ont obtenu la gloire, le profit et le prestige qu’ils désiraient, ils ont fait la démonstration de leur valeur et concrétisé leur valeur personnelle. Voilà la poursuite des gens. Chaque personne, motivée par ses centres d’intérêt et ses passe-temps uniques a ses propres poursuites, ses propres idéaux et ses propres désirs. Bien entendu, après avoir établi ses propres poursuites, idéaux et désirs, une personne peut ne pas être capable de réaliser ces idéaux et ces désirs. Cependant, une fois que des individus ont établi leurs idéaux et leurs désirs, une fois qu’ils ont ces poursuites, ils ne se permettront certainement pas de rester ordinaires. Comme dit le proverbe, tout le monde aime faire valoir ses talents, les gens veulent que les autres pensent qu’ils sont uniques. Personne ne veut être quelqu’un d’ordinaire qui dit : « Voilà ce que va être ma vie. Je pourrais être gardien de troupeaux, paysan, je pourrais être un maçon ordinaire ou un agent d’entretien. Je pourrais même être livreur ou transporter des plats à emporter. » Personne n’a ce genre d’idéal. Supposons que vous disiez : « Est-ce avoir un genre d’idéal que de vouloir être un livreur épanoui ? » Tout le monde répondrait : « Non, ce n’est pas un idéal du tout ! Devenir le propriétaire d’une entreprise de livraison, un patron mondialement connu, voilà un idéal et un désir ! » Personne n’accepte volontiers un rôle de personne ordinaire. Une fois qu’une personne a vent du moindre centre d’intérêt ou du moindre passe-temps, s’il y a une chance sur un million de devenir une personnalité éminente dans la société ou d’avoir un peu de succès, elle ne renoncera pas. Elle se donnera à cent vingt pour cent et paiera n’importe quel prix pour cela, n’est-ce pas ? (En effet.) Les gens ne renoncent jamais.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp