Comment poursuivre la vérité (8) Partie 3

Nous avons clarifié la question concernant la façon de traiter correctement les centres d’intérêt et les passe-temps. Alors, à quoi fait référence le fait de vraiment lâcher prise ? Nous ne critiquons pas ni ne condamnons les centres d’intérêt et les passe-temps. Nous disséquons plutôt les poursuites, les idéaux et les désirs que les gens établissent en ayant comme fondement et comme capital des centres d’intérêt et des passe-temps. Par conséquent, ce sont ces poursuites, ces idéaux et ces désirs qui doivent être véritablement abandonnés. Précédemment, nous avons échangé sur le fait de laisser tes centres d’intérêt et tes passe-temps jouer un rôle positif et produire un effet positif : c’est là une méthode de pratique active pour ce qui est d’abandonner les poursuites, les idéaux et les désirs des gens. Par ailleurs, les gens ne devraient pas poursuivre leurs propres idéaux et désirs parce qu’ils ont des centres d’intérêt et des passe-temps, c’est là une forme d’abandon plus concrète. En d’autres termes, un aspect concerne le fait de bien te servir de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps, tandis qu’un autre aspect concerne le fait que tu ne devrais pas poursuivre des idéaux et des désirs établis du fait de tes propres centres d’intérêt et passe-temps. Autrement dit, ne poursuis pas les objectifs de vie que tu as à cause de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps. Alors, comment peux-tu déterminer que tu utilises des centres d’intérêt et des passe-temps normalement et que tu ne poursuis pas des idéaux et des désirs ? Si tu as un centre d’intérêt ou un passe-temps, et que tu mets correctement en application ce centre d’intérêt ou ce passe-temps dans ton travail, dans l’accomplissement de ton devoir et dans ta vie quotidienne, si l’objectif de ta poursuite n’est pas de te mettre en valeur ou de chanter tes propres louanges, et certainement pas d’accroître ta popularité ou de gagner l’estime, les éloges et l’admiration des autres, et bien entendu, plus particulièrement, si cet objectif n’est pas d’amener les gens à avoir une place pour toi dans leur cœur du fait de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps, et par là même qu’ils t’établissent et te suivent, alors tu auras mené à bien une mise en application positive, correcte, appropriée et rationnelle de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps, qui est alignée sur l’humanité normale et en accord avec les intentions de Dieu, et tu utiliseras ces centres d’intérêt et ces passe-temps conformément aux vérités-principes. Mais si, quand tu utilises ou quand tu mets en application tes centres d’intérêt et tes passe-temps, tu forces les autres à t’admirer et à t’accepter, dans le but particulièrement marqué de te mettre en valeur, si tu amènes les autres, sans scrupules et de manière éhontée et énergique, à t’écouter et à t’accepter, satisfaisant ainsi la vanité que tu tires de la mise en valeur de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps, quels que soient les sentiments des autres, et que tu utilises en fin de compte tes centres d’intérêt et tes passe-temps comme un capital pour contrôler les autres, pour gagner une place dans leur cœur et établir ton prestige parmi les gens et si, finalement, tu obtiens la gloire et le profit grâce à tes centres d’intérêt et à tes passe-temps, alors il ne s’agit là ni d’une utilisation légitime des centres d’intérêt et des passe-temps, ni d’un emploi normal de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps. De tels actes devraient être condamnés, ils devraient être discernés et rejetés par les autres et, bien entendu, ils devraient également être abandonnés par les gens. Quand tu utilises des occasions d’accomplir tes devoirs, ou que tu prends comme prétexte le fait d’être dirigeant, d’être une personne aux commandes, ou quelqu’un qui a un talent exceptionnel, afin de montrer aux autres que tu as certains talents et certaines compétences, et afin de leur montrer que tes centres d’intérêt et tes passe-temps sont supérieurs aux leurs, cette façon de procéder est inappropriée. Elle implique de prendre comme prétexte l’emploi de tes centres d’intérêt et de tes passe-temps pour établir ton prestige parmi les gens et satisfaire tes propres ambitions et désirs. Pour dire les choses avec précision, ce processus ou cette ligne de conduite reviennent à exploiter tes centres d’intérêt et tes passe-temps, ainsi que l’admiration que les gens portent à ces centres d’intérêt et à ces passe-temps, pour réaliser tes poursuites, tes idéaux et tes désirs. Voilà ce que tu devrais abandonner. Certains disent : « Après avoir entendu ça, je ne sais toujours pas comment lâcher prise. » En réalité, est-il facile de lâcher prise ? Quand tu as certains centres d’intérêt et certains passe-temps uniques, si tu ne fais rien, ces centres d’intérêt et ces passe-temps restent dans les limites de ton humanité et ils n’ont rien à voir avec le chemin que tu prends. Cependant, quand tu mets constamment en valeur tes centres d’intérêt et tes passe-temps, en essayant de gagner la gloire parmi les gens ou d’accroître ta popularité, de te faire connaître de plus de gens et d’attirer davantage l’attention, ce processus et cette ligne de conduite ne sont pas simplement des façons de faire les choses. Quand tous ces actes et tous ces comportements se trouvent combinés, ils forment le chemin qu’une personne prend. Alors, quel est ce chemin ? C’est un effort qui vise à poursuivre la réalisation de ses idéaux et de ses désirs au sein de la maison de Dieu, à poursuivre l’admiration des autres et à obtenir la satisfaction de ses propres ambitions et désirs. Une fois que tu entames ce genre de poursuite, le chemin sur lequel tu te trouves devient un chemin sans retour, un chemin qui mène à la destruction. Ne devrais-tu pas faire rapidement demi-tour, inverser ces actes, et abandonner ces actes, ces ambitions et ces désirs ? Certains diront peut-être : « Je ne sais toujours pas comment lâcher prise. » Alors, ne le fais pas. Que signifie « ne le fais pas » ? Cela veut dire que tu devrais cacher tes centres d’intérêt et tes passe-temps, et faire de ton mieux pour ne pas les mettre en valeur. Certains demanderont peut-être : « Mais si l’accomplissement de mes devoirs l’exige, devrais-je montrer ces centres d’intérêt et ces passe-temps ? » Quand tu devrais les montrer, quand tu dois les montrer, tu devrais le faire, c’est le bon moment pour cela. Cependant, si tu es actuellement sur un chemin qui consiste à poursuivre tes idéaux et tes désirs, alors ne les révèle pas. Quand tu as l’envie irrépressible de les mettre en avant, tu devrais prier Dieu, prendre une décision ferme, réfréner ces désirs et, en même temps, accepter l’examen et la discipline par Dieu, contrôler ton cœur et confiner tes ambitions et tes désirs à leur berceau, les faire disparaître et ne jamais les laisser devenir une réalité. Est-ce là une bonne chose ? (Oui.) Est-ce facile à faire ? Ce n’est pas facile, n’est-ce pas ? Qui a un peu de talent et ne veut pas s’en vanter ? Ne parle même pas de ceux qui ont certaines compétences particulières. Certaines personnes savent cuisiner et préparer des repas, et elles veulent s’en vanter partout où elles vont. Elles s’appellent même « la beauté du tofu » ou « la reine des plats de nouilles ». Ces compétences mineures valent-elles la peine d’être mises en valeur ? Si ces gens possédaient des dons exceptionnels, à quel point leur arrogance deviendrait-elle excessive ? Ils finiraient sans aucun doute sur un chemin sans retour. Bien entendu, mis à part le fait que les gens prennent le mauvais chemin, ou un chemin sans retour, à cause de leurs centres d’intérêt et de leurs passe-temps, la majorité d’entre eux ont souvent des pensées actives du fait de leurs centres d’intérêt et de leurs passe-temps au cours du processus de la croyance en Dieu. Tout en croyant en Dieu et en faisant leurs devoirs, dans leur esprit, ils ressassent constamment les idéaux et les désirs qu’ils ont établis, ou ils peuvent continuellement se rappeler leurs idéaux et leurs désirs non réalisés, ils peuvent constamment se dire dans leur cœur qu’ils ont encore ces idéaux et ces désirs qui n’ont jamais été réalisés. Même s’ils n’ont jamais payé le moindre prix spécifique ou adopté la moindre pratique spécifique vis-à-vis de ces choses, ces idéaux et ces désirs ont pris racine au fond de leur cœur et ces gens ne les ont jamais abandonnés.

Précédemment, nous avons échangé sur le fait que poursuivre la réalisation des idéaux et des désirs, de même que suivre le chemin de ce monde, était un chemin sans retour, une route qui menait à la destruction, et nous l’avons également disséqué. Tout cela – et la poursuite de la vérité – forme comme deux lignes parallèles : il n’y aura jamais un point où ces lignes se croiseront et, bien entendu, ces deux lignes ne se croiseront jamais l’une l’autre. Si tu crois en Dieu et que tu souhaites poursuivre la vérité et atteindre le salut, alors tu dois complètement abandonner tous les idéaux et tous les désirs que tu avais précédemment dans ton cœur. Ne les préserve pas et ne les chéris pas, ils devraient être rejetés. Poursuivre la réalisation de tes idéaux et de tes désirs, et poursuivre la vérité, c’est comme suivre des chemins d’huile et d’eau. Si tu as des idéaux et des désirs et que tu souhaites les réaliser, tu seras incapable de poursuivre la vérité. Si, grâce à une compréhension de la vérité et à de nombreuses années d’expérience, tu souhaites concentrer ton esprit sur la poursuite de la vérité de manière terre à terre, alors tu devrais abandonner tes idéaux et désirs passés, les éliminer complètement de ta conscience ou des profondeurs de ton âme. Si tu souhaites poursuivre la vérité, alors tes idéaux et tes désirs ne porteront jamais leurs fruits. Au contraire, ils perturberont ta poursuite de la vérité et ton entrée dans la vérité-réalité, tout en te démoralisant et en rendant ardu et éprouvant ton chemin qui vise la poursuite de la vérité. Comme tu sais que tu seras incapable de réaliser tes idéaux et tes désirs, il vaut mieux couper les liens avec eux de manière décisive et les abandonner complètement. N’y pense plus et ne t’accroche à aucune illusion à leur sujet. Si tu dis : « Je ne m’intéresse toujours pas vraiment au chemin qui consiste à poursuivre la vérité et à atteindre le salut. Je ne sais toujours pas si je peux poursuivre la vérité, si je suis quelqu’un qui poursuit la vérité. Je ne comprends toujours pas clairement ce chemin qui consiste à atteindre le salut. Par contre, j’ai un chemin très concret qui mène à la poursuite des idéaux et des désirs mondains, et j’ai un projet et une stratégie qui sont très concrets. » Si c’est le cas, alors tu peux abandonner le chemin qui consiste à poursuivre la vérité et à faire tes devoirs pour aller réaliser tes idéaux et tes désirs. Bien sûr, si tu hésites entre poursuivre tes propres idéaux et désirs et poursuivre la vérité, Je te conseille de calmer ton esprit pendant un certain temps. Tu peux peut-être rester encore un ou deux ans dans la maison de Dieu : plus tu mangeras et boiras les paroles de Dieu, plus les environnements dont tu feras l’expérience seront nombreux, plus ton point de vue et ton approche concernant ta façon de voir les choses mûriront, et plus ton humeur et ton état s’amélioreront, ce qui sera, sans aucun doute, une immense bénédiction pour toi. Peut-être qu’au bout de deux ans, tu en viendras à comprendre certaines vérités et tu gagneras ainsi une connaissance profonde du monde et de l’humanité, puis tu seras capable d’abandonner complètement tes idéaux et tes désirs, et tu suivras volontiers Dieu pendant le restant de ta vie, en acceptant Ses orchestrations. Quelles que soient les difficultés que tu rencontreras peut-être dans la maison de Dieu, tu seras capable de continuer à accomplir tes devoirs et à achever ta mission. Et surtout, tu auras résolu avec fermeté tes idéaux et tes désirs antérieurs et tu auras fermement décidé de les abandonner, ce qui te permettra de poursuivre la vérité d’une manière terre à terre sans vaciller. En revanche, si tu es incapable d’avoir des certitudes maintenant et que tu souhaites réévaluer la situation dans un ou deux ans, pour voir si tu peux poursuivre la vérité, la maison de Dieu ne te contraindra pas et ne dira pas : « Tu es distrait et instable. » Au bout d’un an ou deux, en lisant davantage de paroles de Dieu, en écoutant davantage de sermons, en comprenant un peu la vérité, et ton humanité mûrissant, ton point de vue sur ta façon de voir les choses, ta vision de la vie et ta vision du monde changeront. À ce moment-là, tes choix seront quelque peu plus précis qu’ils ne le sont actuellement ou, pour utiliser une expression des non-croyants, à ce moment-là, tu sauras ce dont tu as toi-même besoin, quel chemin tu dois prendre et quel genre de personne tu dois être. Voilà un premier aspect. Suppose que croire en Dieu ne t’intéresse vraiment pas et que tu ne croies en Dieu que parce que tes parents ou tes collègues t’ont présenté l’Évangile et que tu as accepté pour sauver la face ou par politesse. Tu assistes aux réunions et tu fais tes devoirs dans la maison de Dieu en rechignant, tout en pensant que les frères et sœurs de l’Église ne sont pas de mauvaises personnes et que, au minimum, ils ne tyrannisent pas les gens, que la maison de Dieu est un lieu de raison, où la vérité détient l’autorité, où les gens ne sont pas soumis à l’oppression ou à la tyrannie exercées par les autres, et tu estimes que la maison de Dieu vaut mieux que le monde des non-croyants. Mais tes idéaux et tes désirs n’ont jamais été abandonnés ou n’ont jamais changé, et au contraire, ces idéaux et ces désirs que tu avais précédemment sont devenus plus forts et plus clairs dans les profondeurs de ton cœur, de ton esprit et de ton âme. Et tandis que ces idéaux et ces désirs deviennent plus prononcés, tu trouves que, en matière de foi en Dieu, la vérité sur laquelle portent les échanges, ainsi que tes paroles quotidiennes, tes actes quotidiens, ton mode de vie, et ainsi de suite, deviennent de plus en plus ternes et austères, tu te sens mal à l’aise, poursuivre la vérité est inenvisageable pour toi, tu ne t’intéresses absolument pas à la poursuite de la vérité, et tu n’as aucune bonne opinion à l’esprit sur le fait de suivre le chemin correct dans la vie, sur la façon de se conduire correctement, ou sur ce qui constitue des choses positives. Si tu es quelqu’un de ce genre, alors Je te le dis, dépêche-toi d’aller poursuivre tes propres idéaux et désirs ! Il y a une place pour toi dans ce monde, une place au milieu des courants complexes et chaotiques du mal. Tu réaliseras sans aucun doute tes idéaux et tes désirs exactement comme tu l’avais espéré, et tu obtiendras les choses que tu souhaites. La maison de Dieu ne te convient pas et tu ne peux pas y rester, ce n’est pas un lieu idéal pour toi et le chemin qui consiste à poursuivre la vérité n’est certainement pas celui que tu veux prendre, et ce n’est surtout pas celui dont tu as besoin. Profites-en dès maintenant, tant que tes idéaux et tes désirs prennent forme, et tant que tu es encore jeune et que tu as encore l’énergie ou les ressources nécessaires pour aller faire des efforts dans le monde, dépêche-toi de quitter la maison de Dieu, va réaliser tes idéaux et tes désirs. La maison de Dieu ne t’en empêchera pas. N’attends pas jusqu’au jour où tu auras perdu l’espoir de recevoir des bénédictions et où tu n’auras rien à dire au sujet de ton témoignage d’expérience, où tu n’auras pas fini d’accomplir tes devoirs correctement et où tu te réveilleras finalement, à l’âge de cinquante, soixante, soixante-dix ou quatre-vingts ans, pour souhaiter poursuivre la vérité : il sera alors trop tard. Si tu ne souhaites pas rester dans la maison de Dieu, alors tu t’abandonneras à la destruction. Les gens comme toi n’ont nul besoin d’aller à l’encontre de leur volonté et d’abandonner leurs poursuites, leurs idéaux et leurs désirs. Parce que le postulat dont J’ai parlé, qui concerne l’abandon des poursuites, des idéaux et des désirs par les gens, est que tu es une personne qui poursuit la vérité ou que, même si, à l’heure actuelle, tu n’as pas encore commencé à poursuivre la vérité, il te tient à cœur de devenir une personne qui poursuit la vérité, et tu ne quitteras pas la maison de Dieu, que tu atteignes le salut ou non, que tu vives ou que tu meurs. Je m’adresse aux gens qui sont comme ça. Bien entendu, Je devrais ajouter un avertissement : quand J’ai échangé aujourd’hui sur le sujet de « l’abandon des poursuites, des idéaux et des désirs par les gens », c’est en posant comme postulat que les gens sont disposés à poursuivre la vérité et à atteindre le salut. Ce postulat vise spécifiquement les gens qui sont disposés à poursuivre la vérité et à atteindre le salut. En dehors de ces gens, ceux qui ne sont pas soucieux du chemin, de la direction, du fait d’être disposé, ou de la détermination, en ce qui concerne la poursuite de la vérité et l’obtention du salut, n’ont pas à écouter le sujet d’aujourd’hui. Voilà l’avertissement que J’ajoute. Cet avertissement est nécessaire, n’est-ce pas ? (En effet.) Nous accordons la liberté aux gens, nous ne contraignons personne. Toute vérité-principe, tout enseignement, tout approvisionnement, tout soutien ou toute aide sont donnés aux gens sur la base de la rationalité, et à la condition qu’ils soient d’accord. Si tu n’es pas disposé à écouter, tu peux te boucher les oreilles, ne pas écouter et ne pas l’accepter, ou tu peux aussi partir : les deux sont acceptables. L’échange de la vérité dans la maison de Dieu n’est imposé à personne et nul n’est forcé de l’accepter. Dieu accorde la liberté aux gens et Il ne contraint personne. Dis-Moi, est-ce là une bonne chose ? (Oui.) Est-il besoin de forcer les gens ? (Non.) Il n’y a aucun besoin de forcer les gens. La vérité apporte la vie, la vie éternelle. Si tu es disposé à recevoir la vérité, si tu l’acceptes et que tu t’y soumets, alors tu la recevras. Si tu ne l’acceptes pas, que tu la rejettes et que tu y résistes, alors tu ne l’atteindras pas. Que tu puisses l’atteindre ou non, tu dois en accepter les conséquences. N’est-ce pas ? (En effet.)

Nous échangeons sur la nécessité d’abandonner certaines choses en poursuivant la vérité parce que poursuivre la vérité et atteindre le salut, c’est comme participer à un marathon. Les concurrents qui participent à un marathon ne sont pas tenus d’avoir une force physique extraordinaire ou des compétences exceptionnelles, mais on leur demande de posséder une certaine endurance et de faire preuve d’une certaine persévérance, et on exige d’eux qu’ils aient la foi, ainsi que la détermination nécessaire pour persévérer. Bien entendu, quand les gens participent à un marathon, ces aspects spirituels mis à part, ils sont également tenus d’abandonner progressivement certains fardeaux pour pouvoir atteindre leur destination plus facilement, plus librement, ou d’une façon plus conforme à leurs souhaits. Dans un marathon, en tant que sport, l’important n’est pas le classement des participants qui atteignent leur destination. En fait, l’important, c’est la performance des individus au cours de l’épreuve sportive, leur persévérance, leur endurance et tout ce qu’ils subissent au cours du processus. N’en est-il pas ainsi ? (Si.) En matière de croyance en Dieu, poursuivre la vérité et, en fin de compte, atteindre le salut, ressemble à un marathon. Cela nécessite un processus très long, et au cours de ce processus, il faut également abandonner de nombreuses choses qui sont sans lien avec la poursuite de la vérité. Ces choses ne sont pas simplement sans lien avec la vérité, plus important encore, elles peuvent faire obstacle à ta poursuite de la vérité. Par conséquent, au cours du processus d’abandon et de résolution de ces choses, les gens peuvent faire l’expérience inévitable de la souffrance et devoir abandonner certaines choses et faire des choix corrects. La poursuite de la vérité nécessite que les gens abandonnent de nombreuses choses parce que ces choses s’écartent du chemin qui consiste à poursuivre la vérité et s’opposent aux objectifs et à la direction de vie corrects vers lesquels Dieu guide les gens. Tout ce qui va à l’encontre de la vérité et empêche une personne de poursuivre la vérité et de prendre le chemin correct dans la vie est une chose négative, qui ne vise que la poursuite de la gloire et du profit, ou l’obtention de résultats tels que l’accumulation de biens et d’argent. Ce chemin qui consiste à poursuivre la réalisation de ses propres idéaux et désirs dépend des capacités des gens, ainsi que de leurs connaissances, de leurs pensées et points de vue fallacieux, de leurs diverses philosophies des relations mondaines, et de leurs diverses méthodes, ruses et manigances. Plus les gens poursuivent la réalisation de leurs propres idéaux et désirs, plus ils s’éloignent de la vérité, des paroles de Dieu et du bon chemin que Dieu leur a indiqué. Les soi-disant idéaux et désirs dans le cœur des gens sont en réalité des choses vides de sens, qui ne peuvent pas t’apprendre à te comporter, à adorer et à comprendre Dieu, ou à te soumettre à Dieu, à la volonté de Dieu et au Souverain, entre autres choses positives comme celles-ci. Quand tu poursuivras tes idéaux et tes désirs, tu ne gagneras pas la moindre de ces choses positives et de valeur qui sont conformes à la vérité. Tout chemin de vie axé sur les poursuites, les idéaux et les désirs des gens a le même objectif ultime, la même essence et la même nature : tous ces chemins s’opposent à la vérité. Cependant, le chemin qui consiste à poursuivre la vérité est différent. Il guidera correctement ton chemin de vie, pour parler en termes quelque peu généraux. Plus spécifiquement, il exposera tes pensées et points de vue incorrects et déformés concernant ta façon de traiter diverses personnes, divers événements et diverses choses. En même temps, il t’informera, te guidera, il te fournira et t’enseignera des pensées et points de vue corrects et précis. Bien entendu, il t’indiquera aussi quel genre de pensées et de points de vue avoir quand tu considères les gens et les choses, quand tu te comportes de telle ou telle façon et quand tu agis. Ce chemin qui consiste à poursuivre la vérité t’indique comment te comporter, comment vivre dans les limites de l’humanité normale et comment te comporter conformément aux vérités-principes. Au minimum, tu ne devrais pas descendre en dessous de la norme de la conscience et de la raison, tu devrais vivre comme un être humain et en tant qu’être humain. En outre, ce chemin t’informe plus spécifiquement sur les pensées, les points de vue, les perspectives et les positions que tu devrais avoir quand tu considères chaque question et quand tu fais chaque chose. Ces pensées, points de vue, perspectives et positions corrects sont, en même temps, les critères et principes de comportement et d’action corrects que l’on devrait faire respecter. Quand une personne parvient à la réalité qui consiste à voir les gens et les choses, et se comporter et agir, entièrement selon les paroles de Dieu, avec la vérité comme critère, ou que cette personne entre dans cette réalité, elle a été sauvée. Une fois qu’une personne est sauvée et qu’elle gagne la vérité, son point de vue sur les choses se transformera complètement, il s’alignera parfaitement sur les paroles de Dieu et sera en accord avec Dieu. Quand ce stade sera atteint, la personne ne se rebellera plus contre Dieu et Dieu ne la châtiera et ne la jugera plus, et Il ne la détestera pas non plus. La raison en est que cette personne n’est plus l’ennemie de Dieu, qu’elle ne s’oppose plus à Dieu et que Dieu est vraiment et légitimement devenu le Créateur de Ses êtres créés. Les gens sont revenus sous la domination de Dieu et Dieu aime l’adoration, la soumission et la crainte que les gens devraient Lui offrir. Tout trouve naturellement sa place. Toutes choses créées par Dieu sont pour l’humanité et l’humanité, pour sa part, gère toutes choses sous la souveraineté de Dieu. Toutes choses sont sous la gestion de l’humanité, tout suit les règles et les lois établies par Dieu, en progressant et en allant de l’avant de manière ordonnée. L’humanité jouit de toutes les choses que Dieu a créées et toutes choses existent d’une manière ordonnée sous la gestion de l’humanité. Toutes choses sont pour l’humanité et l’humanité est pour toutes choses. Tout cela est vraiment très harmonieux et ordonné, tout cela vient de la souveraineté de Dieu et de Son salut de l’humanité. C’est vraiment une chose tellement merveilleuse. C’est là l’une des significations ultimes de l’abandon des poursuites, des idéaux et des désirs. Tu vois, même si tu abandonnes tes idéaux et tes désirs temporaires maintenant, en fin de compte, ce que tu gagnes, c’est la vérité, c’est la vie, c’est la chose la plus précieuse. Comparées aux idéaux et aux désirs sans valeur que tu abandonnes, ces choses sont des milliers, ou même des dizaines de milliers de fois plus précieuses, qui sait. Elles sont pratiquement incomparables. N’en est-il pas ainsi ? (Si.) Bien entendu, une chose doit être claire : les gens devraient comprendre que poursuivre des idéaux et des désirs ne t’enseignera jamais à te comporter. Depuis le jour où tu es né, tes parents t’ont dit : « Tu dois apprendre à mentir, apprendre à te protéger, et tu ne dois pas laisser les autres te tyranniser. Quand quelqu’un te tyrannise, tu dois être fort, ne sois pas faible, ne laisse pas les autres penser que tu es facile à tyranniser. De plus, tu dois acquérir des connaissances et te renforcer, pour pouvoir rester ferme dans la société. Tu dois poursuivre la gloire et le profit, les femmes devraient être indépendantes et les hommes devraient porter le poids du monde. » Dès ton plus jeune âge, tes parents t’ont élevé de cette façon, comme s’ils t’apprenaient à te comporter. Mais en réalité, ils se donnaient du mal, ils faisaient tout ce qu’il fallait, et semblaient même mettre leur vie en jeu afin de te pousser dans ce monde, dans ces tendances malfaisantes, pour te maintenir dans l’ignorance de ce qui est positif et de ce qui est négatif, pour que tu ignores comment faire la distinction entre la justice et le mal, comment discerner les choses positives des choses négatives. En même temps, tes parents t’ont aussi enseigné : « Fais tout ce qu’il faut, ne sois pas trop poli avec les autres. Être tolérant avec autrui, c’est être cruel avec soi-même. » Ils t’ont élevé de cette façon depuis que tu as commencé à comprendre les choses, puis, à l’école, et dans la société, tout le monde t’a enseigné les mêmes choses. On ne t’a pas enseigné cela pour que tu te comportes comme un être humain, mais pour que tu deviennes un démon, pour que tu mentes, pour que tu fasses le mal et que tu périsses. Ce n’est que lorsque tu crois en Dieu que tu en viens à savoir que l’on doit se comporter comme une personne honnête et dire la vérité et les faits. Tu rassembles ton courage et tu parviens finalement à dire la vérité, tu t’accroches à ta conscience et à tes limites morales afin de dire la vérité et tu le fais une fois, mais tu es détesté et abandonné par la société, blâmé par ta famille et même ridiculisé par tes amis. Et en fin de compte, que se passe-t-il ? Tu es durement touché, tu es incapable de le supporter et tu ne sais plus comment te comporter. Tu as le sentiment que te comporter comme un être humain est trop difficile et qu’être un démon est plus facile. Tu n’as qu’à être un démon et suivre les tendances malfaisantes de cette société, personne ne dira rien. Personne, au sein de toute l’humanité, ne t’apprend à te comporter. Quand tu crois en Dieu, tu entends que toutes les paroles que Dieu prononce et que tout ce que Dieu fait sont destinés à t’apprendre à te comporter, à pratiquer la vérité pour que tu puisses devenir un véritable être humain. C’est uniquement dans les paroles de Dieu que tu peux trouver la réponse correcte quant à ce qu’est la vraie vie humaine. Par conséquent, la façon de voir les gens et les choses, la façon de se comporter et d’agir, tout cela doit être entièrement basé sur les paroles de Dieu, avec la vérité comme critère. C’est ce que l’on appelle agir comme une personne. Quand tu comprendras la base du comportement conforme aux paroles de Dieu et que tu comprendras et entreras dans les vérités-principes, alors tu sauras comment te comporter et tu deviendras un véritable être humain. C’est là le fondement du comportement et seule la vie d’une personne qui se comporte ainsi en vaut la peine, seule une telle personne mérite de vivre et ne devrait pas mourir. À l’inverse, en ce qui concerne ceux qui agissent comme des démons, ces cadavres ambulants revêtus d’une peau humaine, ces gens ne méritent pas de vivre. Pourquoi ? Parce que tout ce que Dieu a créé est préparé pour l’humanité, pour les êtres créés de Dieu, et non pour le genre démoniaque. Alors, pourquoi ces gens peuvent-ils encore rester en vie aujourd’hui ? Ne profitent-ils pas des avantages dont bénéficient les individus que Dieu avait l’intention de sauver ? Sans l’œuvre de salut de Dieu à ce stade, qui se sert des démons et des Satans pour qu’ils rendent service, qui permet aux élus de Dieu de discerner les choses négatives, et qui ne se laisse pas abuser par l’essence des démons, Dieu aurait détruit ces gens depuis longtemps, parce qu’ils sont indignes de profiter de toutes les choses qu’Il a créées, et parce qu’ils gaspillent et détruisent les choses qu’Il a faites. Comment crois-tu que Dieu Se sentira quand Il verra cela ? Sera-t-Il de bonne humeur ? (Non.) Par conséquent, Dieu veut sauver de toute urgence un groupe de personnes dotées d’une humanité normale qui sont de vrais êtres humains, et leur apprendre à se comporter. Quand ces gens atteindront le salut, qu’ils seront qualifiés pour rester et ne pas être détruits, alors la grande œuvre de Dieu sera accomplie. Autrement dit, que ces choses atteignent ou non le niveau nécessaire pour être exactes et correctes, quand les lois de survie de ces gens, leur vision de la vie, les chemins qu’ils prennent, ainsi que leurs poursuites, et les attitudes avec lesquelles ils traitent Dieu, la vérité et les choses positive, au minimum ne s’opposeront pas à la vérité, et n’iront certainement pas jusqu’à offenser le tempérament de Dieu, quand ces gens ne seront pas détruits, parce qu’ils sont capables de se soumettre à Dieu d’une manière élémentaire, alors la grande œuvre de Dieu sera accomplie. Quelle est la signification du fait que cette grande œuvre sera accomplie ? Cela signifie que ceux que Dieu a sauvés pourront exister à jamais, qu’ils pourront continuer à vivre à jamais. Pour dire les choses dans un langage humain, cela signifie que ce genre humain aura des successeurs, que les ancêtres des êtres humains créés par Dieu auront des successeurs, et qu’il y aura des êtres humains capables de gérer toutes choses. Alors, Dieu Se sentira serein, puis Il Se reposera, et Il n’aura plus à Se soucier des choses. Toutes les choses ont leurs propres règles et leurs propres lois, déjà établies par Dieu, et Dieu n’a pas besoin de leur accorder la moindre pensée, la moindre idée ou le moindre projet. Toutes les choses existent dans les limites de leurs règles et de leurs lois respectives, les êtres humains n’ont qu’à les préserver et les gérer. Avec un tel genre d’êtres humains, penses-tu que Dieu aura encore à S’inquiéter ? Aura-t-Il encore à être préoccupé ? Dieu Se reposera, et quand Il Se reposera, le moment sera venu pour Sa grande œuvre de s’accomplir. Bien entendu, ce sera aussi un moment à célébrer pour les êtres humains. Autrement dit, les êtres humains atteindront en fin de compte le salut sur le fondement du chemin qui consiste à poursuivre la vérité, sans plus se rebeller contre Dieu, mais en s’alignant sur Ses intentions. Les êtres humains auront été gagnés par Dieu et ils n’auront plus à goûter à la mort : ils auront alors déjà reçu le salut. N’est-ce pas là quelque chose qui mérite d’être célébré ? (Si.) Alors, comme il y aura des avantages aussi formidables, et que tu sais que les intentions de Dieu sont celles-là, cela ne vaut-il pas la peine que les gens abandonnent les petits idéaux et les petits désirs qu’ils avaient précédemment ? (Si.) C’est approprié, quelle que soit la façon dont on considère la situation. Alors, puisque c’est approprié, ne devrais-tu pas lâcher prise ? (Si.) En théorie, toute personne sait qu’elle devrait lâcher prise, mais comment fait-on, précisément ? En réalité, c’est assez simple. Cela signifie que tu n’agis plus, que tu ne fais plus le moindre effort, ou que tu ne paies plus le moindre prix par souci de tes idéaux et de tes désirs. Tu ne les laisses plus occuper ton esprit ou tu ne fais plus le moindre sacrifice pour eux. Au contraire, tu reviens à Dieu, tu abandonnes tes désirs et tes idéaux personnels, tu cesses d’être obsédé par eux et tu cesses même de rêver d’eux quand tu rêves. À la place, petit à petit, dans ton cœur, tu réorientes ta direction et tes penchants vers le chemin qui consiste à poursuivre la vérité et à atteindre le salut. Jour après jour, tout ce que tu fais, les pensées, l’énergie et le prix que tu paies, tout cela est accompli dans l’intérêt de la poursuite de la vérité et de l’obtention du salut : voilà comment tu lâches prise peu à peu.

Pour ce qui est de l’échange d’aujourd’hui concernant « l’abandon des poursuites, des idéaux et des désirs par les gens », ai-Je échangé sur cette question de manière compréhensible ? Sais-tu comment lâcher prise ? Certains pourraient dire : « Oh, j’ai déjà commencé à lâcher prise avant même que Tu en parles. » Mais ce n’est pas nécessairement vrai. En fait, ce n’est que par le processus qui consiste à poursuivre la vérité que les gens, peu à peu, percent à jour les tendances malfaisantes du monde, et également qu’ils percent à jour, peu à peu, le chemin qui consiste à poursuivre la gloire et le profit, et qu’ils abandonnent ce chemin pris par les non-croyants. Si tu n’as pas encore commencé à poursuivre la vérité et que tu te contentes de penser à lâcher prise dans ton cœur, ce n’est pas du tout la même chose que de lâcher prise véritablement. Te préparer à lâcher prise et véritablement lâcher prise sont deux situations distinctes, il y a une différence entre les deux, malgré tout. Par conséquent, la chose la plus importante est de commencer à poursuivre la vérité et cela ne devrait pas changer, quel que soit le moment, c’est la chose la plus importante. Une fois que tu commences à poursuivre la vérité, abandonner les idéaux et les désirs devient plus facile. Si tu n’acceptes pas la vérité et que tu dis : « Je veux vraiment abandonner ces idéaux et ces désirs. Je ne veux pas recevoir de coloration dans la vaste cuve de teinture ou être broyé dans le hachoir à viande », et si tu veux malgré tout survivre, Je te dis que ce n’est pas possible. C’est hors de question, tu ne feras pas une aussi bonne affaire ! Si tu ne souhaites pas poursuivre la vérité, mais que tu veux quand même abandonner les idéaux et les désirs, c’est impossible. Tous les gens normaux ont des idéaux et des désirs, surtout ceux qui ont quelques dons ou talents. Où trouve-t-on des personnes qui sont contentes d’être seules et qui se résignent volontiers à mener une vie banale ? On ne trouve des personnes comme ça nulle part. Tout le monde veut sortir du lot, faire quelque chose de son existence, avoir une certaine aura et rendre sa vie plus confortable. Si tu veux abandonner les idéaux et les désirs personnels, atteindre le salut et mener une vie pleine de sens, alors tu dois accepter la vérité, poursuivre la vérité et te soumettre à l’œuvre de Dieu. Ainsi, tu auras de l’espoir. Écouter les paroles de Dieu et suivre Dieu est la seule possibilité. Par conséquent, malgré tous les changements apparents, une seule chose reste fondamentalement la même : la poursuite de la vérité. Voilà le sujet le plus important, n’est-ce pas ? (En effet.) Bien, mettons fin maintenant à l’échange d’aujourd’hui sur notre sujet. Au revoir !

Le 17 décembre 2022

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp