Comment poursuivre la vérité (9) Partie 3

Puisque nous parlons du mariage, nous devons regarder ce que sont la définition et le concept corrects et précis du mariage. Puisque nous parlons de la définition et du concept corrects et précis du mariage, nous devons chercher la réponse dans les paroles de Dieu pour donner la définition et les concepts corrects du mariage en nous basant sur tout ce que Dieu a dit et fait sur le sujet, afin de clarifier le réel état du mariage et de clarifier l’intention originelle derrière la création et l’existence du mariage. Si l’on veut clairement voir la définition et le concept du mariage, alors on doit d’abord commencer par regarder les ancêtres des humains. Pourquoi commencer par se pencher sur les ancêtres des humains ? Les humains ont pu survivre jusqu’à présent grâce au mariage de leurs ancêtres ; c’est-à-dire que la raison première pour laquelle il y a autant de gens aujourd’hui, c’est le mariage entre les personnes que Dieu a créées au début. Alors si l’on veut comprendre la définition et le concept précis du mariage, on doit commencer par se pencher sur le mariage des ancêtres des humains. Quand le mariage a-t-il commencé chez les ancêtres des humains ? Il a commencé avec la création de l’homme par Dieu. Cela est rapporté dès le livre de la Genèse, nous devons donc ouvrir La Bible et voir ce que disent ces passages. Ce sujet intéresse-t-il la majorité des gens ? Ceux qui sont déjà mariés pensent peut-être qu’il n’y a rien à discuter, que ce sujet est très banal, mais les jeunes célibataires sont particulièrement intéressés par ce sujet, parce qu’ils pensent que le mariage est mystérieux et qu’il y a beaucoup de choses qu’ils ne savent pas sur ce sujet. Alors, commençons la discussion par les racines. Que quelqu’un lise Genèse 2:18. (« L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. ») Maintenant, Genèse 2:21-24. (« Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. ») Maintenant, Genèse 3:16-19. (« Il dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs. C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. ») Nous nous arrêterons là. Il y a cinq versets dans le chapitre deux et quatre versets dans le chapitre trois, neuf versets de l’écriture au total. Neuf versets dans la Genèse qui décrivent une chose : comment le mariage des ancêtres de l’humanité est né. Cela n’est-il pas le cas ? (Si.) Est-ce que tu comprends maintenant ? Est-ce que tu comprends un peu mieux le sens général et es-tu capable de t’en souvenir ? Quel est le sujet principal dont on parle ici ? (La manière dont le mariage de l’ancêtre de l’humanité est né.) Alors, comment est-il effectivement né ? (Dieu l’a préparé.) C’est exact, c’est là la véritable situation. Dieu l’a préparé pour l’homme. Dieu a créé Adam puis Il a créé une partenaire pour lui, une épouse pour l’aider et l’accompagner, pour vivre avec lui. Voilà l’origine du mariage de l’ancêtre de l’humanité, la source du mariage humain. Cela n’est-il pas le cas ? (Si.) Nous connaissons la source du mariage humain : il a été ordonné par Dieu. Dieu a préparé une partenaire pour l’ancêtre de l’humanité, qui pourrait aussi être appelée une épouse, et qui l’aiderait et l’accompagnerait tout au long de la vie. C’est là l’origine et la source du mariage humain. Ayant donc examiné l’origine et la source du mariage humain, comment devrions-nous comprendre correctement le mariage ? Diriez-vous que le mariage est sacré ? (Oui.) Est-il sacré ? A-t-il quelque chose à voir avec la sainteté ? Non. On ne peut pas dire qu’il est sacré. Le mariage est arrangé et ordonné par Dieu. Il a son origine et sa source dans la création de Dieu. Dieu a créé le premier homme qui avait besoin d’une partenaire pour l’aider et l’accompagner, pour vivre avec lui, et donc Dieu a créé une partenaire pour lui, et c’est comme ça que le mariage humain est né. C’est tout. C’est aussi simple que cela. Voilà la compréhension rudimentaire du mariage que tu devrais avoir. Le mariage vient de Dieu ; il est arrangé et ordonné par Lui. À tout le moins, on peut dire que ce n’est pas quelque chose de négatif, c’est plutôt quelque chose de positif. On peut aussi dire sans se tromper que le mariage est approprié, que c’est une étape appropriée au cours de la vie humaine et dans le processus de l’existence des gens. Le mariage n’est pas mauvais et ce n’est pas non plus un outil ou un moyen pour corrompre l’humanité ; le mariage est approprié et positif, parce qu’il a été créé et ordonné par Dieu et, bien sûr, c’est Lui qui l’a arrangé. Le mariage humain trouve son origine dans la création de Dieu et c’est quelque chose qu’Il a personnellement arrangé et ordonné, alors, en le regardant sous cet angle, la seule perspective qu’on doit avoir en ce qui concerne le mariage, c’est qu’il vient de Dieu, que c’est quelque chose d’approprié et de positif, que ce n’est pas négatif, mauvais, égoïste ou sombre. Le mariage ne vient pas de l’homme, ni de Satan, et il s’est encore moins développé de manière biologique au sein de la nature ; au contraire, Dieu l’a créé, arrangé et ordonné de Ses propres mains. Cela est absolument certain. C’est la définition et le concept du mariage les plus originels et précis.

Maintenant que tu comprends la définition et le concept précis du mariage que les gens doivent avoir, regardons autre chose : quelle signification se cache derrière l’ordination et l’arrangement de Dieu du mariage ? Cela est mentionné dans les versets bibliques que nous venons de lire, à savoir, pourquoi les humains se marient, quels étaient les pensées de Dieu à ce sujet, quelles étaient la situation et les circonstances à ce moment-là, dans quelles circonstances Dieu a donné le mariage à l’homme. L’Éternel Dieu l’a dit ainsi : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. » Ces mots disent deux choses. Tout d’abord, Dieu a vu que cet homme était trop seul sans personne, sans partenaire, sans quelqu’un à qui parler ou une compagne pour partager sa joie et ses pensées. Il a vu que sa vie serait sèche, insipide et inintéressante, alors une pensée Lui est venue : Un seul homme est un peu seul, alors Je lui ferai une partenaire. Cette partenaire sera son épouse qui l’accompagnera partout et l’aidera à tout faire ; elle sera sa partenaire et son épouse. Le but d’une partenaire est de l’accompagner à travers la vie, d’avancer avec lui sur le chemin de la vie. Que ce soit pour dix, vingt, cent ou deux cents ans, cette partenaire sera celle qui sera à ses côtés, celle qui sera avec lui partout, qui parlera avec lui, partagera avec lui sa joie, sa douleur et toutes ses émotions, et en même temps, elle l’accompagnera et fera en sorte qu’il ne soit pas seul ou isolé. Ces pensées et ces idées qui sont venues à l’esprit de Dieu sont les circonstances de la source du mariage humain. Dans ces circonstances, Dieu a fait autre chose. Regardons ce que rapporte la Bible : « Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. » Dieu a pris une côte de l’homme, Il a pris de l’argile et S’est servi de la côte pour fabriquer une autre personne. Cette personne a été formée de la côte de l’homme, créée à partir de sa côte. Pour parler de manière familière, cette personne, la partenaire d’Adam, a été créée de la chair et de l’os prélevé sur son corps, alors ne pourrait-on pas dire que tout en étant sa partenaire, elle était aussi une partie de son corps ? (Si.) En d’autres termes, elle vient de lui. Après sa création, comment Adam l’a-t-il appelée ? « Femme. » Adam était un homme, elle était une femme ; ils étaient deux personnes de sexes différents. Dieu a d’abord créé une personne avec les caractéristiques physiologiques masculines, ensuite, Il a pris une côte du mâle et a créé une personne avec des caractéristiques physiologiques féminines. Ces deux personnes vivaient ensemble comme une seule, ce qui constitue un mariage, c’est donc ainsi que le mariage est né. Alors, peu importe par quel type de parents quelqu’un est élevé, au bout du compte, tout le monde doit se marier et être lié avec sa moitié sous l’ordination et les arrangements de Dieu, puis ils doivent cheminer ensemble jusqu’à la fin. C’est l’ordination de Dieu. D’une part, si l’on regarde les choses objectivement, les gens ont besoin de partenaires ; d’autre part, d’un point de vue plus subjectif, puisque le mariage est ordonné de Dieu, le mari et la femme doivent être un, une seule personne qui ne peut pas être divisée. C’est à la fois un fait subjectif et objectif. Donc, chacun doit quitter sa famille de naissance, entrer dans le mariage et fonder une famille avec sa moitié. C’est inévitable. Pourquoi ? Parce que c’est ordonné par Dieu et c’est quelque chose qu’Il a arrangé depuis le début de l’humanité. Qu’est-ce que cela dit aux gens ? Peu importe comment tu imagines ta moitié, qu’elle soit ou non la personne dont tu as subjectivement besoin et que tu espères, peu importe quel est son milieu, la personne que tu vas épouser, avec laquelle tu vas fonder une famille et passer cette vie, est certainement celle déjà arrangée et ordonnée pour toi par Dieu. Cela n’est-il pas le cas ? (Si.) Quelle en est la raison ? (L’ordination de Dieu.) La raison en est l’ordination de Dieu. Si on regarde cela depuis le contexte des vies passées, ou du point de vue de Dieu, un mari et une femme qui entrent dans le mariage sont en réalité une seule personne, donc l’arrangement de Dieu, c’est que tu te maries et que tu passes ta vie avec la personne avec laquelle tu ne formes qu’un. Pour le dire simplement, il en est ainsi. Peu importe si la personne que tu épouses est l’amant de tes rêves, si elle est ton prince charmant, si elle est la personne que tu espérais, si tu l’aimes ou si elle t’aime, si vous êtes très naturellement mariés par chance et par hasard, ou dans d’autres circonstances, votre mariage est ordonné par Dieu. Vous êtes les partenaires que Dieu a ordonnés l’un pour l’autre, les personnes que Dieu a ordonnées pour vous accompagner l’un l’autre, qu’Il a ordonnées pour passer cette vie ensemble et cheminer jusqu’à la fin, main dans la main. Cela n’est-il pas le cas ? (Si.) Pensez-vous que cette compréhension soit prétentieuse ou déformée ? (Non.) Elle n’est ni prétentieuse ni déformée. Certains disent : « Tu te trompes peut-être en disant cela. Si ces mariages sont réellement ordonnés par Dieu, alors pourquoi certains mariages se terminent-ils encore par un divorce ? » C’est parce que l’humanité de ces personnes a des problèmes, ce qui est une autre question. Cela a trait au sujet de la poursuite de la vérité, sur lequel nous échangerons plus tard. Pour le moment, en ce qui concerne la définition, la compréhension et le concept précis du mariage, le fait est que cela est bien le cas. Certains disent : « Puisque Tu dis qu’un mari et une femme ne forment qu’un, alors n’est-ce pas comme le disent les incroyants : “Si ça doit se faire, alors ça se fera, et si ça ne doit pas se faire, alors ça ne se fera pas.” » Et comme le disent les gens de certaines nations[a] : “Il faut cent ans de bon karma pour avoir la chance de partager un trajet en bateau avec quelqu’un et mille ans de bon karma pour partager un lit conjugal” ? » Pensez-vous que le mariage, ainsi que nous en parlons maintenant, a quelque chose à voir avec ces expressions ? (Non.) Elles n’ont aucun rapport avec le mariage. Le mariage n’a pas été amené à l’existence, il a été ordonné par Dieu. Lorsque Dieu ordonne deux personnes pour qu’ils deviennent mari et femme, pour qu’ils deviennent partenaires, ils n’ont pas besoin de se cultiver eux-mêmes. Que pourraient-ils cultiver ? Leur fibre morale ? Leur humanité ? Ils n’ont pas besoin de se cultiver eux-mêmes. C’est une manière bouddhiste de parler, ce qui n’est pas la vérité et n’a rien à voir avec la vérité. Le mariage humain est arrangé et ordonné par Dieu. Que ce soit sur la forme ou littéralement, en termes de définition ou de concept, le mariage doit être compris ainsi. À travers les paroles rapportées dans la Bible, à travers cet échange, avez-vous une définition et un concept précis du mariage, en accord avec la vérité ? (Oui.) Ce concept, cette définition ne sont pas déformés ; ce n’est pas une perspective vue à travers des lunettes colorées, et c’est encore moins compris et défini par des émotions humaines. Au contraire, cette définition et ce concept ont une base ; ils sont basés sur les paroles et les actions de Dieu, et ils sont basés sur Ses arrangements et Ses ordinations. Arrivé à ce point, est-ce que tout le monde comprend la vision et la définition basique du mariage ? (Oui.) Maintenant que tu le comprends, tu ne t’attacheras plus à des fantasmes non objectifs concernant le mariage, ou tes plaintes au sujet du mariage diminueront, n’est-ce pas ? Il y en a peut-être qui disent : « Le mariage est ordonné par Dieu, il n’y a pas de discussion à avoir, mais il y a des mariages qui se brisent. Pourquoi ? » Il y a de nombreuses raisons à cela. L’humanité corrompue a des tempéraments corrompus, les hommes ne peuvent pas percevoir l’essence des problèmes, ils poursuivent la satisfaction de leurs propres désirs et préférences, au point d’aller jusqu’à défendre la méchanceté, alors leur mariage se brise. Il s’agit là d’un sujet différent dont nous ne parlerons pas plus longuement.

Parlons du fait de s’aider et de s’accompagner l’un l’autre au sein du mariage. Dieu a dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. » Ceux qui sont mariés savent que le mariage procure de nombreux bénéfices à une famille et à la vie d’une personne, bénéfices qu’ils n’auraient pas imaginés. Les gens sont d’abord très isolés et solitaires quand ils vivent seuls, sans personne à qui se confier, personne à qui parler, sans aucune compagnie ; la vie est particulièrement aride et impuissante. Une fois qu’ils sont mariés, ils n’ont plus à souffrir d’isolement et de solitude. Ils ont quelqu’un à qui se confier. Parfois, ils racontent leurs malheurs à leur partenaire, et parfois, ils partagent leurs émotions et leurs joies, ou ils évacuent même leur colère. Parfois, ils se déversent mutuellement ce qu’ils ont sur le cœur et la vie paraît joyeuse et heureuse. Ils sont des confidents l’un pour l’autre, et ils croient l’un dans l’autre, alors, en plus de ne plus être seuls, ils font l’expérience de nombreux autres délices et ils profitent du bonheur d’avoir un partenaire. En plus des différents sentiments, humeurs et émotions, ainsi que des diverses pensées qu’ils ont besoin d’exprimer, les gens doivent faire face, au cours de leur existence, à de nombreux problèmes pratiques dans leur vie quotidienne tels que les nécessités du quotidien : les vêtements, la nourriture et le logement. Disons par exemple que deux personnes veulent vivre ensemble et elles ont besoin de construire un petit entrepôt. L’homme doit être maçon, il doit poser les briques pour construire un mur, et la femme peut l’aider, en lui passant les briques et en préparant le mortier, ou en essuyant sa sueur et en lui donnant de l’eau. Ils parlent et rient ensemble, et l’homme a une aide, ce qui est une bonne chose. Avant même qu’il ne fasse nuit, le travail est terminé. C’est comme le décrit l’ancien opéra chinois, « Le couple fée » : « Je puise l’eau et tu arroses le jardin. » Quoi d’autre ? (« Tu laboures les champs et je tisse l’étoffe. ») C’est exact. L’une tisse l’étoffe tandis que l’autre laboure le champ ; l’une est maîtresse à l’intérieur, l’autre est maître à l’extérieur. C’est plutôt bien de vivre ainsi. On pourrait qualifier cela de complémentarité harmonieuse ou de coexistence en harmonie. De cette manière, dans la vie, les compétences de l’homme sont mises en lumière, et les domaines dans lesquels il est déficient ou incompétent sont compensés par la femme ; là où la femme est faible, l’homme lui pardonne, l’aide et l’assiste, et les forces de la femme sont également mises en lumière, au bénéfice de l’homme dans la famille. Le mari et la femme font chacun leur devoir, ils apprennent à travers les forces de l’autre à compenser leurs propres faiblesses et à travailler ensemble pour préserver l’harmonie du foyer, ainsi que la vie et la survie de toute la famille. Bien sûr, ce qui est encore plus important que la compagnie qu’ils s’apportent, c’est qu’ils se soutiennent et s’aident mutuellement dans la vie, passant leurs journées correctement, que ce soit dans la pauvreté ou dans la richesse. Bref, comme l’a dit Dieu, il n’est pas bon que l’homme soit seul, alors Il a arrangé le mariage pour l’homme. L’homme est là pour couper du bois et s’occuper du jardin, la femme pour cuisiner, faire le ménage, réparer les vêtements et servir toute la famille. Chacun effectue bien son travail, accomplissant ce qu’il a à faire dans la vie, et leurs jours s’écoulent dans le bonheur. La vie humaine s’est peu à peu développée et épanouie depuis ce point de départ singulier, les humains se propageant et se multipliant jusqu’à nos jours. Le mariage est donc indispensable à l’humanité tout entière. Il est indispensable à son développement et il est indispensable à chaque individu. La vraie signification du mariage, ce n’est pas seulement la multiplication de la race humaine, mais c’est surtout la manière dont Dieu arrange un partenaire pour chaque homme et femme, qui l’accompagnera dans toutes les étapes de sa vie, qu’elles soient difficiles et douloureuses, ou faciles, pleines de joie et de bonheur. À travers tout cela, ils ont quelqu’un à qui se confier, quelqu’un avec qui ils peuvent être un dans leur cœur et leur esprit, et quelqu’un avec qui ils peuvent partager leur peine, leur douleur, leur bonheur et leur joie. Voilà ce que signifie la manière dont Dieu a arrangé le mariage pour les gens, et c’est le besoin subjectif de chaque individu. Lorsque Dieu a créé les humains, Il n’a pas voulu qu’ils soient seuls, alors Il a arrangé le mariage pour eux. Dans le mariage, les hommes et les femmes se chargent chacun de rôles différents, et le plus important, c’est qu’ils s’accompagnent et se soutiennent mutuellement, vivent bien chaque jour et avancent bien sur le chemin de la vie. D’une part, ils peuvent s’accompagner l’un l’autre, et d’autre part, ils peuvent se soutenir mutuellement. Voilà la signification du mariage et la nécessité de son existence. Bien sûr, c’est aussi la compréhension et l’attitude que devraient avoir les gens à l’égard du mariage, et ce sont les responsabilités et obligations qu’ils doivent remplir dans le mariage.

Revenons en arrière et regardons Genèse 3:16. Dieu a dit à la femme : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. » Voilà la charge que Dieu a donnée aux personnes du sexe féminin qui est, bien entendu, aussi un commandement, dans lequel Il ordonne le rôle que la femme jouera dans le mariage et les responsabilités qu’elle endossera. La femme doit donner naissance, ce qui, d’une part, était une punition pour la transgression qu’elle avait commise, et d’autre part, était la responsabilité et l’obligation qu’elle était censée accepter au sein du mariage en tant que femme. Elle devait être enceinte et donner naissance, et de plus, elle devait enfanter dans la douleur. Par conséquent, après être entrées dans le mariage, les femmes ne devraient pas rejeter l’idée d’avoir des enfants parce qu’elles craignent de souffrir. C’est une erreur. Porter des enfants est une responsabilité que tu dois prendre. Par conséquent, si tu veux avoir quelqu’un pour t’accompagner, pour t’aider dans la vie, alors tu dois prendre en compte la première responsabilité et obligation que tu assumes en entrant dans le mariage. S’il y a une femme qui dit « Je ne veux pas porter d’enfants », alors les hommes diront « Tu ne veux pas porter d’enfants, alors je ne veux pas de toi. » Et si tu ne veux pas endurer les douleurs de l’accouchement, alors tu ne dois pas te marier. Tu ne dois pas entrer dans le mariage, tu n’en es pas digne. Lorsque tu entres dans le mariage, la première chose que tu dois faire en tant que femme, c’est d’avoir des enfants et, en outre, de souffrir. Si tu ne peux pas faire cela, alors tu ne devrais pas entrer dans le mariage. Bien qu’on ne puisse pas dire que tu n’es pas digne d’être une femme, à tout le moins, tu as échoué à bien remplir ta responsabilité en tant que femme. Concevoir et porter des enfants est la première exigence pour une femme. La deuxième exigence est : « Tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. » Être la moitié d’un homme, en tant que femme, épouser un homme prouve que tu es sa moitié, et pour parler de manière plutôt dogmatique, que tu es donc une partie de lui, ce qui veut dire que le désir de ton cœur doit être dirigé vers lui, c’est-à-dire qu’il doit être dans ton cœur. Ce n’est que lorsqu’il est dans ton cœur que tu peux prendre soin de lui et l’accompagner avec joie. Alors seulement, même lorsque ton mari est malade, lorsqu’il rencontre des difficultés ou des revers, ou qu’il vit des échecs, trébuche ou traverse des moments de détresse, soit parmi les autres ou dans sa propre vie, tu peux remplir tes responsabilités et tes obligations en tant que femme, t’occuper de lui, le chérir, prendre soin de lui, le raisonner, le réconforter, le conseiller et l’encourager de manière féminine. C’est là une compagnie qui est réelle, qui est meilleure. Ce n’est que comme cela que ton mariage sera heureux et ce n’est qu’à ce moment-là que tu seras capable de bien remplir ta responsabilité de femme. Bien sûr, cette responsabilité ne t’est pas confiée par tes parents, mais par Dieu. C’est là la responsabilité et l’obligation qu’une femme doit assumer. En tant que femme, c’est ainsi que tu dois être. C’est ainsi que tu dois traiter ton mari et prendre soin de lui ; c’est ta responsabilité et ton obligation. Si une femme ne peut pas faire cela, ce n’est pas une femme bien et, bien sûr, ce n’est pas une femme acceptable parce qu’elle a échoué à répondre même au strict minimum des exigences de Dieu envers les femmes : « Tes désirs se porteront vers ton mari. » Est-ce que tu comprends ? (Oui.) En tant que moitié de l’homme, tu es capable d’adorer et de prendre soin de ton mari quand les choses se passent bien, quand il a de l’argent et du pouvoir, quand il est obéissant et qu’il prend soin de toi, quand il te rend heureuse et te satisfait en toute chose. Mais lorsqu’il est confronté à des difficultés, la maladie, des frustrations, des échecs, des découragements ou des déceptions, lorsque les choses ne vont pas dans son sens, alors tu es incapable d’assumer les responsabilités et obligations qui reviennent à une femme, incapable de le réconforter de cœur à cœur, de le raisonner, de l’encourager ou de le soutenir. Dans ce cas, tu n’es pas une femme bien, parce que tu n’as pas bien accompli les responsabilités d’une femme et tu n’es pas une bonne partenaire pour un homme. Alors pourrait-on dire qu’une telle femme est une mauvaise femme ? « Mauvaise » est hors de question ; mais à tout le moins, tu n’as pas la conscience et la raison qu’exige Dieu, que doivent avoir les femmes qui ont une humanité normale, tu es une femme sans humanité. Cela n’est-il pas le cas ? (Si.) Nous avons terminé de parler des exigences envers les femmes. Dieu a énoncé la responsabilité de la femme envers son mari qui est : « Tes désirs se porteront vers ton mari. » Le terme « désir » ne désigne pas l’amour ou l’affection ; il signifie plutôt que ton mari doit être dans ton cœur. Il doit t’être cher ; tu dois le traiter comme ton bien-aimé, ta moitié. Il est celui que tu dois chérir, accompagner, dont tu dois t’occuper, celui avec lequel vous devez veiller l’un de l’autre jusqu’à la fin de votre vie. Tu dois prendre soin de lui et le chérir de tout ton cœur. C’est ta responsabilité, c’est ce qui est appelé ici « désirs ». Bien sûr, lorsque Dieu dit que « tes désirs se porteront vers ton mari », cette expression « tes désirs te porteront » est un enseignement donné aux gens. En tant que femme qui a de l’humanité, en tant que femme acceptable, tes désirs devraient se porter sur ton mari. De plus, Dieu ne t’a pas dit de désirer à la fois ton mari et d’autres hommes. Dieu a-t-Il dit cela ? (Il n’a pas dit cela.) Dieu exige que la femme soit fidèle à son mari et que la seule personne dans son cœur, la seule personne vers qui ses désirs se tournent, soit son mari. Il ne veut pas qu’elle soit changeante en ce qui concerne la personne vers qui son affection est dirigée, qu’elle ait des mœurs légères, qu’elle soit infidèle à son mari, ou qu’elle désire quelqu’un d’autre en dehors de son mariage. Il veut plutôt qu’elle désire la personne qu’elle a épousée et avec laquelle elle va passer le reste de sa vie. C’est l’homme vers lequel tes vrais désirs devraient être dirigés, celui pour qui tu devrais passer toute ta vie à fournir d’inlassables efforts pour prendre soin de lui, le chérir, t’occuper de lui, l’accompagner, l’aider et le soutenir. Est-ce que tu comprends ? (Oui.) N’est-ce pas une bonne chose ? (Si.) Ce genre de bonne chose est présent parmi les oiseaux et les volailles, et parmi le reste du règne animal, mais il est quasiment inexistant parmi les humains. Tu peux voir à quel point Satan a corrompu l’humanité ! Nous avons clairement échangé sur les obligations les plus basiques que doit remplir la femme dans le mariage, ainsi que sur les principes selon lesquels elle doit traiter son mari. De plus, il y a autre chose ici, à savoir que le mariage ordonné et arrangé par Dieu est monogame. À quel endroit dans la Bible trouvons-nous une base pour dire cela ? Dieu a pris une côte dans le corps de l’homme pour créer une femme, Il n’a pas pris deux côtes ou plus dans le corps de l’homme pour créer plusieurs femmes. Il n’a créé qu’une femme. C’est-à-dire que Dieu a créé la seule femme pour le seul homme qu’Il avait créé. Cela signifie qu’il n’y avait qu’une partenaire pour l’homme. L’homme n’avait qu’une seule autre moitié, et la femme n’avait qu’une seule autre moitié. En outre, au même moment, Dieu a mis en garde la femme : « Tes désirs se porteront vers ton mari. » Qui est ton mari ? C’est celui avec qui tu es entrée dans le mariage, et personne d’autre. Ce n’est pas ton amant secret, ni l’idole célèbre que tu adores, ni le prince charmant de tes rêves. C’est ton mari et tu n’en as qu’un seul. C’est le mariage que Dieu a ordonné : la monogamie. Est-ce incarné dans les paroles de Dieu ? (Oui.) Dieu a dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. » Dieu n’a pas dit qu’Il lui ferait quelques aides ni plusieurs aides, ce n’était pas nécessaire. Une seule était suffisante. Dieu n’a pas non plus dit que la femme devait épouser plusieurs maris, ou que l’homme devait prendre plusieurs femmes. Dieu n’a pas fait plusieurs épouses pour l’homme et Il n’a pas non plus pris les côtes de plusieurs hommes différents pour faire plusieurs femmes, donc l’épouse d’un homme ne peut être que la femme faite à partir de sa propre côte. Cela n’est-il pas un fait ? (Si.) Alors, plus tard dans le développement de l’humanité, la polygynie est apparue ainsi que la polyandrie. De tels mariages sont anormaux et ce ne sont même pas des mariages. Ce n’est que de la fornication. Il existe des exceptions pour quelques circonstances uniques, comme lorsqu’un homme meurt et que sa femme se remarie. Cela est ordonné et arrangé par Dieu, ce qui est permis. En bref, le mariage est toujours resté monogame. Cela n’est-il pas le cas ? (Si.) Regarde le monde naturel. L’oie sauvage est monogame. Si un humain tue une de ces oies, l’autre oie ne se « remariera » jamais. Elle deviendra une oie solitaire. On dit que lorsqu’un groupe d’oies vole, celle qui les conduit est généralement une oie solitaire. La vie est difficile pour une oie solitaire. Elle doit faire les choses que les autres oies de son groupe ne veulent pas faire. Quand les autres oies mangent ou se reposent, elle doit assurer la sécurité du reste du groupe. Elle ne peut ni dormir ni manger ; elle doit s’occuper de la sécurité des alentours pour protéger le groupe. Il y a beaucoup de choses qu’elle ne peut pas faire. Elle ne peut que rester solitaire, elle ne peut pas prendre un nouvel amoureux. Elle ne peut pas prendre un autre partenaire jusqu’à la fin de sa vie. Les oies sauvages suivent toujours les règles que Dieu a ordonnées pour elles, elles ne changent jamais, même jusqu’à aujourd’hui, mais les humains sont sens dessus dessous. Pourquoi les humains sont-ils sens dessus dessous ? Parce que les humains sont ceux que Satan a corrompus et parce qu’ils vivent dans la méchanceté et la promiscuité, ils ne peuvent pas rester monogames, et ils ne peuvent pas respecter leurs rôles conjugaux ou assumer les responsabilités et les obligations qui leur reviennent. N’est-ce pas la vérité ? (Si.)

Notes de bas de page :

a. Le texte original ne contient pas la phrase : « Et comme le disent les gens de certaines nations. »

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp