Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Suite de la Parole apparaît dans la chair

Recital-latest-expression
Suite de la Parole apparaît dans la chair

Catégories

Recital-kingdom-selection
Déclarations du Christ des derniers jours (Sélections)

N’aie aucune appréhension sur les épreuves de Dieu

Après avoir reçu le témoignage de Job à la fin de ses épreuves, Dieu a résolu de gagner un groupe — ou plus qu’un groupe — de gens comme Job, mais Il a résolu de ne plus jamais permettre à Satan d’attaquer ou d’abuser quelqu’un d’autre en utilisant le moyen par lequel il avait tenté et attaqué Job et avait abusé de lui, en pariant avec Dieu ; Dieu n’a pas permis à Satan de faire encore de telles choses à l’homme qui est faible, insensé et ignorant ; il suffisait que Satan ait tenté Job ! Ne pas permettre à Satan d’abuser des gens comme il le souhaite est la miséricorde de Dieu. Pour Dieu, il suffisait que Job ait subi la tentation et l’abus de Satan. Dieu n’a pas permis à Satan de faire encore de telles choses, car la vie et le tout des gens qui suivent Dieu sont gouvernés et orchestrés par Dieu, et Satan n’est pas autorisé à manipuler les élus de Dieu à volonté. Vous devriez être au clair à propos de ce point ! Dieu se soucie de la faiblesse de l’homme et comprend sa folie et son ignorance. Pourtant, afin que l’homme puisse être complètement sauvé, Dieu doit le livrer à Satan. Dieu ne veut pas voir Satan jouer avec l’homme comme un jouet ni que l’homme soit abusé par Satan, et Il ne veut pas voir l’homme souffrir toujours. L’homme a été créé par Dieu et il est parfaitement justifié que Dieu règne et arrange tout au sujet de l’homme ; c’est la responsabilité de Dieu et l’autorité avec laquelle Dieu règne sur toutes choses ! Dieu ne permet pas à Satan d’abuser et de maltraiter l’homme à volonté, Il ne permet pas à Satan d’employer divers moyens pour égarer l’homme et, de plus, Il ne permet pas à Satan d’intervenir dans la souveraineté de Dieu sur l’homme. Il ne laisse pas non plus Satan piétiner et détruire les lois par lesquelles Dieu règne sur toutes choses, sans parler de la grande œuvre de Dieu de la gestion et du salut de l’humanité ! Ceux que Dieu souhaite sauver et ceux qui sont capables de rendre témoignage à Dieu sont le noyau et la cristallisation de l’œuvre du plan de gestion de six mille ans de Dieu, ainsi que le prix de Ses efforts durant Ses six mille ans d’œuvre. Comment Dieu pourrait-Il sans hésitation donner ces gens à Satan ?

Les gens s’inquiètent souvent et ont peur des épreuves de Dieu, mais ils vivent toujours dans le piège de Satan et vivent dans un territoire périlleux où ils sont attaqués et abusés par Satan, pourtant ils ne connaissent pas la peur et ne sont pas perturbés. Qu’est-ce qui se passe ? La foi de l’homme en Dieu est seulement limitée aux choses qu’il peut voir. Il n’a pas la moindre appréciation de l’amour et du souci de Dieu pour l’homme ni de Sa tendresse et de Sa considération envers l’homme. Sauf pour un peu d’appréhension et de crainte à propos des épreuves de Dieu, du jugement et du châtiment, de la majesté et de la colère, l’homme n’a pas la moindre compréhension des bonnes intentions de Dieu. À la mention des épreuves, les gens ont l’impression que Dieu a des arrière-pensées et certains croient même que Dieu nourrit de mauvais desseins, ignorant ce que Dieu leur fera réellement ; ainsi, en même temps que l’obéissance à la souveraineté et aux arrangements de Dieu, ils font tout ce qu’ils peuvent pour s’opposer à la souveraineté de Dieu sur l’homme et sur les arrangements pour l’homme, car ils croient que s’ils ne font pas attention ils seront égarés par Dieu, que s’ils ne contrôlent pas leur propre destin, alors tout ce qu’ils ont pourrait être enlevé par Dieu, et leur vie pourrait même cesser. L’homme est dans le camp de Satan, mais il ne s’inquiète jamais d’être abusé par Satan, et il est abusé par Satan, mais ne craint jamais d’être pris en captivité par Satan. Il continue à dire qu’il accepte le salut de Dieu, mais n’a jamais fait confiance à Dieu ni n’a cru que Dieu sauvera vraiment l’homme des griffes de Satan. Si, comme Job, l’homme est capable de se soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu et peut donner tout son être aux mains de Dieu, alors la fin de l’homme ne sera-t-elle pas la même que celle de Job — recevoir les bénédictions de Dieu ? Si l’homme est capable d’accepter le règne de Dieu et de s’y soumettre, qu’y a-t-il à perdre ? Et donc, Je suggère que vous soyez prudents dans vos actions et prudents envers tout ce qui est sur le point de vous advenir. Ne sois pas téméraire ou impulsif, et ne traite pas Dieu et les personnes, les choses et les objets qu’Il a arrangés pour toi en fonction de ton sang chaud ou de ton naturel, ou selon tes imaginations et tes conceptions ; vous devez être prudent dans vos actions et vous devez prier et chercher plus, pour éviter d’inciter la colère de Dieu. Souviens-toi de cela !

Maintenant, nous verrons comment était Job après ses épreuves.

5. Job après ses épreuves

(Job 42:7-9) Après que l’Éternel eut adressé ces paroles à Job, il dit à Éliphaz de Théman: Ma colère est enflammée contre toi et contre tes deux amis, parce que vous n’avez pas parlé de moi avec droiture comme l’a fait mon serviteur Job. Prenez maintenant sept taureaux et sept béliers, allez auprès de mon serviteur Job, et offrez pour vous un holocauste. Job, mon serviteur, priera pour vous, et c’est par égard pour lui seul que je ne vous traiterai pas selon votre folie ; car vous n’avez pas parlé de moi avec droiture, comme l’a fait mon serviteur Job. Éliphaz de Théman, Bildad de Schuach, et Tsophar de Naama allèrent et firent comme l’Éternel leur avait dit: et l’Éternel eut égard à la prière de Job.

(Job 42:10) L’Éternel rétablit Job dans son premier état, quand Job eut prié pour ses amis ; et l’Éternel lui accorda le double de tout ce qu’il avait possédé.

(Job 42:12) Pendant ses dernières années, Job reçut de l’Éternel plus de bénédictions qu’il n’en avait reçu dans les premières. Il posséda quatorze mille brebis, six mille chameaux, mille paires de boeufs, et mille ânesses.

(Job 42:17) Et Job mourut âgé et rassasié de jours.

Dieu regarde avec affection ceux qui craignent Dieu et qui s’éloignent du mal, tandis que Dieu considère comme abjects ceux qui sont insensés

En Job 42, 7-9, Dieu dit que Job est Son serviteur. Son utilisation du terme « serviteur » pour se référer à Job démontre l’importance de Job dans Son cœur ; bien que Dieu n’ait pas appelé Job quelque chose de plus respectueux, cette appellation n’avait aucune incidence sur l’importance de Job dans le cœur de Dieu. « Serviteur » ici est le surnom que Dieu donne à Job. Les nombreuses références de Dieu à « mon serviteur Job » montrent à quel point Il était satisfait de Job, et bien que Dieu n’ait pas parlé de la signification du mot « serviteur », on peut voir la définition de Dieu du mot « serviteur » à partir de Ses paroles dans ce passage de l’Écriture. Dieu a d’abord dit à Éliphaz de Théman : « Ma colère est enflammée contre toi et contre tes deux amis, parce que vous n’avez pas parlé de moi avec droiture comme l’a fait mon serviteur Job. » Par ces paroles, c’est la première fois que Dieu a ouvertement dit aux gens qu’Il acceptait tout ce qui avait été dit et fait par Job après que Dieu l’a éprouvé, et c’est la première fois qu’Il confirmait ouvertement l’exactitude et la justesse de tout ce que Job avait fait et dit. Dieu était en colère contre Éliphaz et les autres à cause de leur discours incorrect et absurde, car, comme Job, ils ne pouvaient pas voir l’apparition de Dieu ou entendre les paroles qu’Il prononçait dans leur vie, mais Job avait une connaissance si précise de Dieu, tandis qu’eux ne pouvaient que deviner aveuglément au sujet de Dieu, en violant la volonté de Dieu et en éprouvant Sa patience dans tout ce qu’ils faisaient. Par conséquent, en même temps qu’Il acceptait tout ce qui était fait et dit par Job, Dieu devenait courroucé envers les autres, car non seulement était-Il incapable de voir toute réalité de la crainte de Dieu en eux, mais Il n’entendait rien de la crainte de Dieu dans ce qu’ils disaient. Et donc Dieu leur a ensuite présenté les exigences suivantes : « Prenez maintenant sept taureaux et sept béliers, allez auprès de mon serviteur Job, et offrez pour vous un holocauste. Job, mon serviteur, priera pour vous, et c’est par égard pour lui seul que je ne vous traiterai pas selon votre folie ». Dans ce passage, Dieu dit à Éliphaz et aux autres de faire quelque chose qui rachètera leurs péchés, car leur folie était un péché contre l’Éternel Dieu, et donc ils devaient offrir des holocaustes pour remédier à leurs erreurs. Des holocaustes sont souvent offerts à Dieu, mais ce qui est inhabituel à propos de ces holocaustes, c’est qu’ils ont été offerts à Job. Job a été accepté par Dieu parce qu’il a rendu témoignage à Dieu pendant ses épreuves. Pendant ce temps, ces amis de Job furent exposés au temps de ses épreuves ; à cause de leur folie, ils furent condamnés par Dieu, ils excitèrent la colère de Dieu et ils devraient être punis par Dieu, punis en offrant des holocaustes devant Job, après quoi Job pria pour eux afin d’écarter le châtiment et la colère de Dieu. L’intention de Dieu était de les couvrir de honte, car ils n’étaient pas des gens qui craignaient Dieu et s’éloignaient du mal et ils avaient condamné l’intégrité de Job. D’une part, Dieu leur disait qu’Il n’acceptait pas leurs actions, mais acceptait grandement Job et prenait plaisir en lui ; d’autre part, Dieu leur disait qu’être accepté par Dieu élève l’homme devant Dieu, que Dieu déteste l’homme à cause de sa folie, que l’homme offense Dieu à cause de cela, et qu’il est faible et vil aux yeux de Dieu. Voilà les définitions données par Dieu de deux types de gens. Voilà les attitudes de Dieu envers ces deux types de gens et l’articulation de Dieu de la valeur et du standing de ces deux types de gens. Même si Dieu a appelé Job Son serviteur, aux yeux de Dieu, ce serviteur était aimé et il avait reçu l’autorité de prier pour les autres et de leur pardonner leurs erreurs. Ce serviteur pouvait parler directement à Dieu et se présenter directement devant Dieu, son statut était plus élevé et plus honorable que celui des autres. C’est le vrai sens du mot « serviteur » prononcé par Dieu. Job a reçu cet honneur spécial à cause de sa crainte de Dieu et de son éloignement du mal, et la raison pour laquelle les autres n’ont pas été appelés serviteurs par Dieu est qu’ils ne craignaient pas Dieu et ne s’éloignaient pas du mal. Ces deux attitudes distinctes de Dieu sont ses attitudes envers deux types de gens : ceux qui craignent Dieu et s’éloignent du mal sont acceptés par Dieu et considérés comme précieux à Ses yeux, tandis que ceux qui sont insensés ne craignent pas Dieu et sont incapables de s’éloigner du mal et ne peuvent recevoir la faveur de Dieu ; souvent, Dieu les déteste et condamne et ils sont abjects aux yeux de Dieu.

Dieu confère de l’autorité à Job

Job pria pour ses amis et ensuite, à cause des prières de Job, Dieu ne les a pas traités comme il convenait selon leur folie ; il ne les a pas punis ni ne leur a imposé aucune rétribution. Et pourquoi ? Parce que les prières du serviteur de Dieu, Job, pour eux étaient parvenues à Ses oreilles ; Dieu leur a pardonné parce qu’Il a accepté les prières de Job. Et que voyons-nous en cela ? Quand Dieu bénit des hommes, Il leur donne beaucoup de récompenses, et pas seulement matérielles non plus : Dieu leur donne aussi l’autorité et le droit de prier pour les autres, et Dieu oublie et ignore les transgressions de ces hommes parce qu’Il entend ces prières. Telle est l’autorité même que Dieu a donnée à Job. Par la prière de Job pour mettre fin à leur condamnation, l’Éternel a couvert ces hommes stupides de honte, ce qui, bien sûr, était Sa punition spéciale pour Éliphaz et les autres.

Job est béni une fois de plus par Dieu et n’est plus jamais accusé par Satan

Parmi les déclarations de l’Éternel Dieu, il y a les paroles : « vous n’avez pas parlé de moi avec droiture, comme l’a fait mon serviteur Job. » Qu’est-ce que Job avait dit ? C’est ce dont nous avons parlé précédemment, ainsi que des nombreuses pages de paroles du livre de Job, contenant les paroles de Job. Dans toutes ces nombreuses pages de paroles, pas une seule fois Job a-t-il des plaintes ou des appréhensions au sujet de Dieu. Il attend simplement le résultat. C’est cette attente qui est son attitude d’obéissance, grâce à laquelle et grâce aux paroles qu’il a dites à Dieu, Job a été accepté par Dieu. Quand il a enduré des épreuves et souffert des difficultés, Dieu était à ses côtés, et bien que ses difficultés n’aient pas été atténuées par la présence de Dieu, Dieu a vu ce qu’Il souhaitait voir et a entendu ce qu’Il souhaitait entendre. Chacune des actions et des paroles de Job a atteint les yeux et les oreilles de Dieu ; Dieu a entendu et Il a vu, c’est un fait. La connaissance que Job avait de Dieu et ses pensées au sujet de Dieu dans son cœur en ce temps-là, pendant cette période, en fait n’étaient pas aussi spécifiques que celles des gens d’aujourd’hui, mais dans le contexte de l’époque, Dieu a quand même reconnu tout ce qu’il a dit, parce que son comportement et les pensées dans son cœur, et ce qu’il a exprimé et révélé, suffisaient pour satisfaire Ses exigences. Pendant que Job était soumis à des épreuves, ce qu’il pensait dans son cœur et résolvait de faire démontrait à Dieu un résultat satisfaisant pour Dieu et, ensuite, Dieu mit fin aux épreuves de Job, Job émergea de ses ennuis et ses épreuves étaient disparues et ne lui sont plus jamais arrivées. Parce que Job avait déjà été soumis à des épreuves et avait tenu bon pendant ces épreuves et complètement triomphé de Satan, Dieu lui a donné les bénédictions qu’il méritait si justement. Comme rapporté en Job 42, 10, 12, Job a été béni une fois de plus, et a été béni davantage que la première fois. À ce moment-là, Satan se retira et ne dit ni ne fit plus rien et, depuis lors, Satan n’interféra plus avec Job ni ne l’attaqua, et Satan ne fit plus d’accusations contre les bénédictions de Dieu pour Job.

Job passe la dernière moitié de sa vie dans les bénédictions de Dieu

Bien que Ses bénédictions de ce temps-là se soient limitées aux brebis, au bétail, aux chameaux, aux biens matériels, etc., les bénédictions que Dieu souhaitait accorder à Job dans Son cœur étaient beaucoup plus grandes. À ce moment-là, avait-on mentionné le genre de promesses éternelles que Dieu souhaitait accorder à Job ? Dans Ses bénédictions de Job, Dieu n’a pas mentionné ou fait allusion à sa fin, et peu importe l’importance ou la place que Job occupait dans le cœur de Dieu, en somme Dieu exerçait du discernement dans Ses bénédictions. Dieu n’a pas annoncé la fin de Job. Qu’est-ce que cela signifie ? En ce temps-là, alors que le plan de Dieu n’avait pas encore atteint le stade de la proclamation de la fin de l’homme, le plan n’était pas encore entré dans la phase finale de Son œuvre. Dieu ne mentionna pas la fin, accordant simplement des bénédictions matérielles à l’homme. Ce que cela signifie, c’est que la seconde moitié de la vie de Job fut vécue parmi les bénédictions de Dieu, ce qui le rendait différent des autres, mais, comme eux, il vieillit et, comme toute personne normale, le jour vint où il fit ses adieux au monde. Ainsi, il est rapporté que : « Et Job mourut âgé et rassasié de jours » (Job 42:17). Quel est le sens de : « mourut […] rassasié de jours » ici ? Dans l’ère avant que Dieu proclame la fin pour les gens, Dieu a fixé une espérance de vie pour Job et quand cet âge fut atteint, Il a permis à Job de quitter naturellement ce monde. De la deuxième bénédiction de Job jusqu’à sa mort, Dieu n’a pas ajouté d’autres difficultés. Pour Dieu, la mort de Job était naturelle et aussi nécessaire, elle était quelque chose de très normal, et ni un jugement ni une condamnation. Pendant qu’il était vivant, Job adorait et craignait Dieu ; en ce qui concerne sa fin après sa mort, Dieu n’a rien dit et n’a fait aucun commentaire à ce sujet. Dieu est judicieux dans ce qu’Il dit et fait, et le contenu et les principes de Ses paroles et de Ses actions sont conformes avec l’étape de Son œuvre et avec la période dans laquelle Il œuvre. Quel genre de fin quelqu’un comme Job avait-il dans le cœur de Dieu ? Est-ce que Dieu avait pris une quelconque décision dans Son cœur ? Bien sûr ! Seulement, c’était inconnu de l’homme ; Dieu ne voulait pas le dire à l’homme et Il n’avait aucune intention de le dire à l’homme. Et ainsi, parlant superficiellement, Job mourut rassasié de jours et telle fut la vie de Job.

La valeur vécue par Job au cours de sa vie

La vie de Job avait-elle une valeur ? Où était la valeur ? Pourquoi dit-on qu’il a vécu une vie de valeur ? Pour l’homme, quelle était sa valeur ? Du point de vue de l’homme, il représente l’humanité que Dieu souhaite sauver, en portant un témoignage retentissant pour Dieu devant Satan et les gens du monde. Il a accompli le devoir censé être accompli par une créature de Dieu, et a donné l’exemple et a servi de modèle pour tous ceux que Dieu souhaite sauver, permettant aux gens de voir qu’il est tout à fait possible de triompher de Satan en se fiant à Dieu. Et pour Dieu, quelle était sa valeur ? Pour Dieu, la valeur de la vie de Job se trouve dans sa capacité à craindre Dieu, à adorer Dieu, à témoigner des actes de Dieu et à louer les actes de Dieu, apportant à Dieu du réconfort et quelque chose duquel jouir ; pour Dieu, la valeur de la vie de Job était aussi dans la façon dont, avant sa mort, Job a subi des épreuves, a triomphé de Satan et a rendu un témoignage retentissant à Dieu devant Satan et les gens du monde, glorifiant Dieu parmi les hommes, réconfortant le cœur de Dieu et permettant au cœur désireux de Dieu d’observer un résultat et de voir de l’espoir. Son témoignage a établi un précédent concernant la capacité de tenir bon dans son témoignage pour Dieu et le pouvoir de couvrir Satan de honte au nom de Dieu dans l’œuvre de gestion de l’humanité par Dieu. N’est-ce pas la valeur de la vie de Job ? Job a apporté du réconfort au cœur de Dieu, il a donné à Dieu un avant-goût du plaisir d’être glorifié et a fourni un merveilleux début au plan de gestion de Dieu. Et dès lors, le nom de Job est devenu un symbole pour la glorification de Dieu et un signe que l’humanité a triomphé de Satan. Ce que Job a vécu au cours de sa vie et son triomphe remarquable de Satan sera toujours chéri par Dieu, et son intégrité, sa droiture et sa crainte de Dieu seront vénérées et imitées par les générations à venir. Il sera toujours chéri par Dieu comme une perle impeccable et lumineuse, et il est aussi digne d’être chéri par l’homme !

Maintenant, regardons l’œuvre de Dieu pendant l’ère de la Loi.

D. Les règles de l’ère de la Loi

1. Les dix commandements

2. Les principes pour construire des autels

3. Les règles sur le traitement des serviteurs

4. Les règles sur le vol et la compensation

5. L’observation de l’Année sabbatique et des trois fêtes

6. Les règles sur le jour du sabbat

7. Les règles pour les offrandes

a. Les holocaustes

b. Les offrandes de gâteau

c. Les offrandes d’action de grâces

d. Le sacrifice d’expiation

e. Le sacrifice de culpabilité

f. Les règles pour les offrandes des prêtres (Aaron et ses fils reçoivent l’ordre de se conformer)

1) Les holocaustes des sacrificateurs

2) Les offrandes de gâteau des sacrificateurs

3) Les sacrifices d’expiation des sacrificateurs

4) Le sacrifice de culpabilité des sacrificateurs

5) Les offrandes d’action de grâces des sacrificateurs

8. Les règles sur la consommation des offrandes par les sacrificateurs

9. Les animaux purs et impurs (ceux qui peuvent et ne peuvent pas être mangés)

10. Les règles sur la purification des femmes après l’enfantement

11. Les normes pour l’examen de la lèpre

12. Les règles pour ceux qui ont été guéris de la lèpre

13. Les règles pour le nettoyage des maisons infectées

14. Les règles pour ceux qui souffrent de décharges anormales

15. Le Jour de l’Expiation qui doit être observé une fois par an

16. Les règles pour l’immolation du bétail et des agneaux

17. L’interdiction de suivre des pratiques détestables des païens (ne pas commettre l’inceste, etc.)

18. Les règles qui doivent être suivies par le peuple (« Vous serez saints pour moi, car je suis saint, moi, l’Éternel. »)

19. L’exécution de ceux qui sacrifient leurs enfants à Moloc

20. Les règles sur le châtiment pour le crime d’adultère

21. Les règles qui devraient être observées par les sacrificateurs (les règles pour leur comportement quotidien, les règles pour la consommation de choses saintes, les règles pour faire des offrandes, etc.)

22. Les fêtes qui devraient être observées (le jour du sabbat, la Pâque, la Pentecôte, le Jour d’Expiation, etc.)

23. Autres règles (brûler les lampes, l’année du jubilé, la rédemption de la terre, faire des vœux, l’offrande de la dîme, etc.)

Les règles de l’ère de la Loi sont la preuve réelle de la direction de toute l’humanité par Dieu

Donc, vous avez lu ces règles et ces principes de l’ère de la Loi, oui ? Les règles englobent-elles une large gamme ? D’abord, elles couvrent les dix commandements, après quoi viennent les règles sur la construction des autels, etc. Ces dernières sont suivies par des règles pour observer le sabbat et observer les trois fêtes, après quoi viennent les règles pour les offrandes. Avez-vous vu combien de types d’offrandes il y a ? Il y a des holocaustes, des offrandes de gâteau, des offrandes d’action de grâces, des offrandes d’expiation, etc., qui sont suivis de règles pour les offrandes des sacrificateurs, y compris des holocaustes et des offrandes de gâteau des sacrificateurs et d’autres sortes d’offrandes. Les huitièmes règles concernent la consommation des offrandes par les sacrificateurs, et puis il y a des règles sur ce que les gens devraient observer durant leur vie. Il y a des stipulations pour de nombreux aspects de la vie des gens, comme les règles sur ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas manger, sur la purification des femmes après l’enfantement et sur ceux qui ont été guéris de la lèpre. Dans ces règles, Dieu va jusqu’à parler de la maladie, et il y a même des règles pour l’immolation des agneaux et du bétail, etc. Les agneaux et le bétail ont été créés par Dieu, et tu devrais les immoler comme Dieu te le dit ; les paroles de Dieu ont une raison, sans aucun doute, il est indubitablement juste d’agir comme Dieu l’a décrété, et c’est sûrement bénéfique aux gens ! Il y a aussi des fêtes et des règles à observer, comme le jour du sabbat, la Pâque, et plus encore. Dieu a parlé de tout cela. Regardons les dernières : d’autres règles — brûler les lampes, l’année du Jubilé, la rédemption du pays, les vœux, l’offrande de la dîme, etc. Est-ce que tout cela englobe une large gamme ? La première chose dont on parle est la question des offrandes des gens, puis il y a des règles sur le vol et la compensation, et l’observation du jour du sabbat… ; chacun des détails de la vie est impliqué. C’est-à-dire, lorsque Dieu a commencé l’œuvre officielle de Son plan de gestion, Il a établi beaucoup de règles que l’homme devrait suivre. Ces règles avaient le but de permettre à l’homme de mener la vie normale d’un homme sur terre, une vie normale d’un homme qui est inséparable de Dieu et de Sa direction. Dieu a d’abord dit à l’homme comment construire des autels, comment installer les autels. Après cela, Il a dit à l’homme comment faire des offrandes et a établi comment l’homme devait vivre — ce à quoi il devait prêter attention dans la vie, ce qu’il devait respecter, ce qu’il devait et ne devait pas faire. Ce que Dieu a établi pour l’homme était global, et avec ces coutumes, ces règles et ces principes, Il établit les normes pour le comportement des gens, guida leur vie, guida leur initiation aux lois de Dieu, les guida à se présenter devant l’autel de Dieu, les guida dans leur vie, parmi toutes les choses que Dieu avait faites pour l’homme, afin qu’elle ait de l’ordre, de la régularité et de la modération. Dieu a d’abord utilisé ces règles et principes simples pour fixer des limites à l’homme, de sorte que sur terre l’homme aurait une vie normale d’adoration de Dieu, aurait la vie normale d’un homme ; tel est le contenu spécifique du début de Son plan de gestion de six mille ans. Les règles et les lois couvrent un contenu très large, elles sont les spécificités de la direction de l’humanité par Dieu à l’ère de la Loi, elles devaient être acceptées et honorées par les gens qui sont venus avant l’ère de la Loi, elles sont un compte-rendu de l’œuvre faite par Dieu pendant l’ère de la Loi, et elles sont une preuve réelle de la direction et des conseils de Dieu pour toute l’humanité.

L’humanité est éternellement inséparable des enseignements et des apports de Dieu

Dans ces règles, nous voyons que l’attitude de Dieu envers Son œuvre, envers Sa gestion et envers l’humanité est sérieuse, consciencieuse, rigoureuse et responsable. Il fait l’œuvre qu’Il doit faire parmi les hommes selon Ses étapes, sans la moindre incohérence, disant les paroles qu’Il doit dire à l’humanité sans la moindre erreur ou omission, permettant à l’homme de voir qu’il est inséparable de la direction de Dieu et lui montrant à quel point tout ce que Dieu fait et dit est important pour l’humanité. Peu importe à quoi ressemble l’homme à l’ère suivante, en bref, au tout début — pendant l’ère de la Loi —, Dieu a fait ces choses simples. Pour Dieu, les concepts que les gens avaient de Dieu, du monde et de l’humanité dans cette ère étaient abstraits et opaques, et même s’ils avaient des idées et des intentions conscientes, toutes étaient obscures et incorrectes, et donc les hommes étaient inséparables des enseignements et des apports de Dieu pour eux. L’humanité au tout début ne savait rien, et donc Dieu a dû commencer à enseigner aux hommes selon les principes de survie les plus superficiels et les plus élémentaires et selon les règles nécessaires à la vie, imprégnant petit à petit le cœur de l’homme de ces choses et donnant à l’homme une appréciation et une compréhension graduelles de la direction de Dieu, et un concept de base de la relation entre l’homme et Dieu à travers ces règles et à travers ces lois qui étaient formées de paroles. Après avoir acquis cet effet, seulement alors Dieu put, petit à petit, faire l’œuvre qu’Il ferait plus tard, et ainsi ces règles et l’œuvre accomplie par Dieu pendant l’ère de la Loi sont le fondement de Son œuvre pour sauver l’humanité, et la première étape de l’œuvre dans le plan de gestion de Dieu. Bien que Dieu ait parlé à Adam, à Ève et à leurs descendants avant l’œuvre de l’ère de la Loi, ces ordres et ces enseignements n’étaient pas si systématiques ou spécifiques pour être donnés un par un à l’homme, ils n’étaient pas écrits et ils ne sont pas devenus des règles. C’est parce qu’à ce moment-là, le plan de Dieu n’était pas allé aussi loin que cela ; ce n’est que lorsque Dieu aurait conduit l’homme à cette étape qu’Il pourrait commencer à parler de ces règles de l’ère de la Loi et commencer à faire en sorte que l’homme les accomplisse. C’était un processus nécessaire et le résultat était inévitable. Ces simples règles et coutumes montrent à l’homme les étapes de l’œuvre de gestion de Dieu et la sagesse de Dieu révélées dans Son plan de gestion. Dieu sait quel contenu et quels moyens employer pour commencer, quels moyens employer pour continuer et quels moyens employer pour finir afin qu’Il puisse gagner un groupe d’hommes qui témoignent de Lui, gagner un groupe d’hommes qui soient d’accord avec Lui. Il sait ce qu’il y a dans l’homme et Il sait ce qui manque à l’homme. Il sait ce qu’Il doit fournir et comment Il devrait conduire l’homme, et Il sait aussi ce que l’homme devrait et ne devrait pas faire. L’homme est comme une marionnette : même s’il n’avait aucune compréhension de la volonté de Dieu, il ne pourrait s’empêcher d’être conduit par l’œuvre de gestion de Dieu, étape par étape, jusqu’à aujourd’hui. Le cœur de Dieu n’était pas brumeux à propos de ce qu’Il devait faire ; il y avait dans Son cœur un plan très clair et très exact, et Il accomplissait l’œuvre qu’Il souhaitait faire selon Ses étapes et Son plan, progressant du superficiel au profond. Même s’Il n’a pas indiqué l’œuvre qu’Il devait faire plus tard, Son œuvre subséquente continua à être accomplie et à progresser en stricte conformité à Son plan, ce qui est une manifestation de ce que Dieu a et est, et est aussi l’autorité de Dieu. Peu importe quelle étape de Son plan de gestion Il réalise, Son tempérament et Son essence Le représentent. Cela est absolument vrai. Indépendamment de l’ère ou de l’étape de l’œuvre, du genre de personnes que Dieu aime, du genre de personnes qu’Il déteste, Son tempérament et tout ce qu’il a et est ne changeront jamais. Même si ces règles et ces principes que Dieu a établis durant l’œuvre de l’ère de la Loi semblent très simples et superficiels aux gens d’aujourd’hui, et même s’ils sont faciles à comprendre et à réaliser, il y a toujours la sagesse de Dieu en eux et il y a toujours le tempérament de Dieu et ce qu’Il a et est. Car dans ces règles apparemment simples sont exprimées la responsabilité et l’attention de Dieu envers l’humanité et l’essence exquise de Ses pensées, permettant à l’homme de vraiment réaliser le fait que Dieu règne sur toutes choses et que toutes choses sont contrôlées par Sa main. Peu importe combien de connaissances que l’humanité maîtrise ou le nombre de théories ou de mystères qu’elle comprenne, rien de tout cela ne peut remplacer Son apport à l’humanité et Sa direction de l’humanité ; l’humanité sera toujours inséparable de la direction de Dieu et de l’œuvre personnelle de Dieu. Telle est la relation inséparable entre l’homme et Dieu. Peu importe que Dieu te donne un commandement ou une règle, ou qu’Il te fournisse la vérité pour comprendre Sa volonté, peu importe ce qu’Il fasse, le but de Dieu est de guider l’homme vers un beau lendemain. Les paroles prononcées par Dieu et l’œuvre qu’Il accomplit sont à la fois la révélation d’un aspect de Son essence et la révélation d’un aspect de Son tempérament et de Sa sagesse, elles sont une étape indispensable de Son plan de gestion. Cela ne doit pas être négligé ! La volonté de Dieu est dans tout ce qu’Il fait ; Dieu ne craint pas les remarques déplacées, Il n’a pas peur des conceptions ou des pensées de l’homme à Son égard. Il fait simplement Son œuvre et continue Sa gestion conformément à Son plan de gestion, sans contrainte de toute personne, affaire ou objet.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. À la prochaine !

Le 13 juin 2014

00:00
00:00

0résultats de recherche