Paroles sur d’autres sujets (Extrait 82)

(Réponses aux questions des frères et sœurs)

(Quand j’accomplis mon devoir, je suis encore bridé par mon affection pour ma famille. Elle me manque souvent, et cela affecte l’accomplissement de mon devoir. Récemment, mon état s’est un peu amélioré, mais parfois, je crains encore que le grand dragon rouge arrête des membres de ma famille pour me menacer, et j’ai alors peur de ne pas réussir à tenir ferme.) Ces craintes sont infondées. Quand tu penses à ces choses, il te faut chercher la vérité pour parvenir à une résolution. Tu dois comprendre que, quelles que soient les circonstances auxquelles tu es confronté, c’est Dieu qui les a orchestrées et arrangées. Tu dois apprendre à te soumettre à Dieu, à être capable de poursuivre la vérité et de tenir ferme lorsque tu es confronté à des situations. Cette leçon, les gens doivent l’apprendre. Tu devrais souvent réfléchir : comment vis-tu l’abreuvage et l’orientation de Dieu en ce moment ? Quelle est ta stature réelle ? Comment devrais-tu accomplir ton devoir d’être créé ? Il faut que tu comprennes ces choses ! Si tu es en mesure de penser aux menaces du grand dragon rouge, alors pourquoi ne te demandes-tu pas comment entrer dans la vérité ? Pourquoi ne réfléchis-tu pas à la vérité ? (Quand ces pensées m’arrivent, je prie Dieu et je m’engage, si un jour je suis vraiment face à ces circonstances, à Lui rester fidèle jusqu’à la mort. Mais j’ai peur de ne pas y arriver avec ma faible stature.) Alors, c’est ainsi que tu pries : « Dieu, j’ai peur de ne pas y arriver avec ma faible stature. Je suis mort de peur. S’il Te plaît, ne fais pas ça. Tu pourras le faire quand j’aurai la stature. » Est-ce une bonne façon de prier ? (Non.) Tu devrais prier comme ceci : « Dieu, en ce moment, je suis faible en stature et en foi, j’ai peur d’être confronté à quelque chose ; en fait, je ne crois pas vraiment que toutes les questions et toutes les choses sont entre Tes mains. Je ne me suis pas placé entre Tes mains ; quel acte de rébellion ! Je veux me soumettre à Tes arrangements et orchestrations. Quoi que Tu fasses, mon cœur est prêt à témoigner pour Toi. Je suis prêt à tenir ferme dans mon témoignage sans Te déshonorer. Fais selon Ta volonté. » Il te faut placer tes aspirations et ce que tu veux dire devant Dieu – c’est ainsi que tu produiras la vraie foi. Si déjà tu hésites à prier ainsi, que ta foi doit être faible ! Tu dois souvent prier comme ceci. Même si tu pries ainsi, Dieu ne te répondra pas forcément. Dieu n’inflige à personne plus que ce qu’il peut supporter, mais si ton attitude et ta détermination sont claires, Dieu sera satisfait. Lorsque Dieu sera satisfait, ton cœur ne sera plus perturbé et entravé par cette question. « Conjoint, enfants, famille, propriété : toutes ces choses sont entre les mains de Dieu. Elles ne veulent rien dire. L’univers tout entier est entre les mains de Dieu ; n’est-ce pas aussi le cas de ma famille ? À quoi bon me soucier d’elle ? Je n’ai pas mon mot à dire, je ne suis pas capable et je ne peux pas la protéger. Son destin et tout ce qui la concerne sont entre les mains de Dieu ! » Il faut que tu aies la foi de venir devant Dieu pour prier, avec la ferme intention et détermination de te soumettre aux arrangements de Dieu. Dès lors, ton état intérieur va changer. Tu n’auras plus d’inquiétudes, et tu ne te sentiras plus préoccupé. Tu ne seras plus vigilant à outrance ni submergé par l’appréhension dans toutes tes actions. Pendant que tout le monde avance, tu restes en arrière, toujours désireux de t’éloigner ; n’est-ce pas ce que font les lâches ? Quand le peuple de Dieu accomplit son devoir dans le royaume et que les êtres créés accomplissent leur devoir devant le Créateur, ils devraient avancer calmement, avec un cœur qui craint Dieu. Ils ne devraient pas tâtonner, reculer ou marcher sur des œufs. Si tu sais que cet état est mauvais et que tu t’en inquiètes en permanence au lieu de le résoudre en cherchant la vérité, alors il te bride et te lie, et tu ne seras pas capable d’accomplir ton devoir. Tu veux accomplir ton devoir d’être créé de tout ton cœur, de tout ton esprit et de toutes tes forces, mais en seras-tu capable ? Tu ne parviens pas à atteindre le point où tu peux donner tout ton cœur parce qu’il n’est pas à ton devoir ; au mieux, tu as engagé un dixième de ton cœur. Sans la totalité de ton cœur, comment pourrais-tu donner tout ton esprit et toutes tes forces ? Ton cœur n’est pas à ton devoir, et tout ce dont tu disposes, c’est d’un peu de volonté pour l’accomplir. Peux-tu vraiment bien accomplir ton devoir de tout ton cœur et de tout ton esprit ? Tu n’es pas déterminé à pratiquer la vérité, donc tu vas forcément être contraint par ta famille et ton affection pour elle. Elle te liera les pieds et les poings ; elle contrôlera tes pensées et ton cœur, et tu ne seras pas à la hauteur de la vérité et des exigences de Dieu. Tu seras de bonne volonté, mais il te manquera des forces. Il te faut donc prier Dieu pour, d’une part, comprendre les intentions de Dieu et, d’autre part, savoir quelle est ta place d’être créé. Tu dois trouver la résolution et l’attitude qui doivent être les tiennes et les placer devant Dieu. Voilà l’attitude que tu dois avoir. Pourquoi les autres n’ont-ils pas ces inquiétudes ? Tu crois que les autres n’ont pas de famille ou de difficultés comme celles-ci ? De fait, tout le monde a certains attachements charnels et familiaux, mais certains sont capables de les résoudre en priant Dieu et en recherchant la vérité. Après une période de recherche, ils voient au travers de ces liens d’affection de la chair et les laissent quitter leur cœur. Alors ces choses ne sont plus pour eux des difficultés, et elles ne peuvent plus les contrôler ou les gêner. Elles n’affectent plus l’accomplissement de leur devoir et ils sont libérés. Il y a un passage dans la Bible qui dit : « Quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple » (Luc 14:33). Qu’est-ce que cela veut dire, renoncer à tout ce qu’on possède ? Que veut dire « tout » ? Le statut, la gloire et les avantages, la famille, les amis et la propriété : toutes ces choses sont comprises dans le mot « tout ». Alors, quelles sont les choses qui prennent une place importante dans ton cœur ? Pour certains, il s’agit de leurs enfants, pour d’autres, de leurs parents, ou pour d’autres encore, de leur richesse, ou encore de leur statut, de la gloire et des avantages. Si tu chéris ces choses, alors elles te contrôleront. Si tu ne les chéris pas et que tu les laisses complètement partir, alors elles ne pourront pas te contrôler. Cela dépend simplement de ton attitude envers ces choses et de la façon dont tu les gères.

Vous devez comprendre que, quel que soit le moment ou l’étape de l’œuvre de Dieu, Il a toujours besoin qu’une partie des gens travaillent avec Lui. C’est Lui qui prédestine ces gens à coopérer à Son œuvre, ou coopérer à propager l’évangile. Alors Dieu a-t-Il un mandat pour chaque personne qu’Il a prédestinée ? Tout le monde a une mission et une responsabilité ; tout le monde a un mandat. Quand Dieu te donne un mandat, il devient ta responsabilité. C’est à toi d’assumer cette responsabilité ; c’est ton devoir. Qu’est-ce que le devoir ? C’est la mission que Dieu t’a donnée. Qu’est-ce qu’une mission ? (Le mandat de Dieu est la mission de l’homme. On devrait vivre sa vie pour le mandat de Dieu. Ce mandat est la seule chose dans le cœur des hommes, et ils ne devraient vivre pour rien d’autre.) Le mandat de Dieu est la mission de l’homme ; c’est ce qu’il faut comprendre. Les gens qui croient en Dieu ont été mis sur terre pour mener à bien le mandat de Dieu. Si ton seul but dans la vie est de gravir les échelons de la société, d’amasser des richesses, de mener une belle vie, d’apprécier la proximité avec ta famille et de savourer la célébrité, les avantages et le statut –, si tu améliores ton statut social, ta famille devient importante et tous les membres de ta famille sont sains et saufs – mais que tu ignores la mission que Dieu t’a confiée, cette vie que tu mènes a-t-elle une quelconque valeur ? Qu’auras-tu à répondre devant Dieu à ta mort ? Tu seras incapable de répondre, et c’est le plus grand acte de rébellion ; c’est le plus grand péché ! En ce moment même, qui parmi vous accomplit son devoir dans la maison de Dieu par accident ? Quel que soit le milieu d’où vous venez pour accomplir votre devoir, rien n’est dû au hasard. Ce devoir ne peut être accompli simplement en trouvant quelques croyants par-ci par-là. Il a été prédestiné par Dieu avant le début des temps. Que quelque chose soit prédestiné, qu’est-ce que cela signifie ? Précisément ? Cela signifie que dans le cadre de Son plan de gestion, Dieu a prévu depuis longtemps combien de fois tu viendrais sur terre, dans quelle lignée et quelle famille tu naîtrais au cours des derniers jours, les spécificités de cette famille, si tu serais un homme ou une femme, quelles seraient tes forces, le niveau d’éducation que tu atteindrais, comment tu t’exprimerais, quel serait ton calibre, et à quoi tu ressemblerais. Il a prévu à quel âge tu te présenterais dans la maison de Dieu et commencerais à accomplir ton devoir et quel devoir tu accomplirais à quel moment. Très tôt, Dieu a prédestiné chaque étape te concernant. Avant ta naissance, quand tu es venu sur terre lors de tes dernières vies, Dieu avait déjà organisé le devoir que tu allais accomplir pour cette étape finale de l’œuvre. Cela n’a rien d’une plaisanterie ! Le fait que tu puisses entendre un sermon ici a été prédéterminé par Dieu. Ce n’est pas à prendre à la légère ! De plus, ta taille, ton apparence, l’aspect de tes yeux, ta silhouette, ton état de santé, tes expériences de vie, les devoirs que tu es capable d’endosser à un âge donné, et le type de calibre et de capacités que tu possèdes, tout cela a été prédestiné par Dieu il y a longtemps et n’est certainement pas en train d’être arrangé maintenant. Dieu te les a prédestinés il y a longtemps, ce qui veut dire que s’Il a décidé de Se servir de toi, Il t’a déjà préparé avant de te donner ce mandat et cette mission. Alors, est-ce acceptable pour toi de les fuir ? Est-ce acceptable pour toi d’être tiède à ce sujet ? Aucun des deux n’est acceptable ; ce serait laisser tomber Dieu ! Délaisser son devoir est la pire forme de rébellion. C’est un acte odieux. Depuis la nuit des temps, Dieu a œuvré de manière réfléchie et sérieuse à te prédestiner pour que tu arrives à aujourd’hui et reçoives cette mission. Alors, cette mission n’est-elle pas ta responsabilité ? N’est-ce pas cela qui donne à ta vie de la valeur ? Si tu ne mènes pas à bien cette mission que Dieu t’a donnée, tu perds la valeur et le sens de la vie ; c’est comme si tu avais vécu en vain. Dieu a arrangé les bonnes conditions, le bon environnement et le bon milieu pour toi. Il t’a conféré ce calibre et cette aptitude, Il t’a préparé pour vivre jusqu’à cet âge et pour que tu aies toutes les qualifications nécessaires afin d’accomplir ton devoir. Il a arrangé tout ceci pour toi, et pourtant, tu n’accomplis pas ce devoir assidûment. Tu ne peux pas résister à la tentation et tu choisis de fuir, toujours dans l’optique de vivre une vie agréable, à la recherche de choses terrestres. Avec les dons et capacités que Dieu t’a donnés, tu sers Satan, tu vis pour Satan. Comment Dieu Se sent-Il à cause de cela ? Ses espoirs pour toi ainsi déçus, n’aurait-Il pas des raisons de te détester ? De te haïr ? Il déchaînerait Son grand courroux sur toi. Et alors, cette question serait-elle close ? Est-ce aussi simple que ce que tu imagines ? Crois-tu que si tu ne mènes pas à bien ta mission dans cette vie, tout s’achève avec ta mort ? Ce n’est pas la fin ; ton âme sera alors en péril. Tu n’as pas accompli ton devoir, tu n’as pas accepté le mandat de Dieu, et tu as fui la présence de Dieu. La situation est grave. Où peux-tu fuir ? Peux-tu t’échapper des mains de Dieu ? Comment Dieu classe-t-Il ce genre de personne ? (Ce sont des personnes qui L’ont trahi.) Comment Dieu définit-Il les gens qui L’ont trahi ? Comment Dieu classe-t-Il les gens qui ont fui Son trône du jugement ? Ces gens se retrouveront en perdition et seront détruits. Il n’y aura pas de nouvelle vie, pas de renaissance pour toi, et Dieu ne te confiera probablement pas d’autre mandat. Tu n’as plus de mission à accomplir et tu n’as aucune chance de recevoir le salut. C’est un problème grave ! Dieu dira : « Cette personne a déjà fui Mon regard, fui Mon trône du jugement et Ma présence. Elle n’a pas rempli sa mission ni mené à bien son mandat. Sa vie s’arrête ici. Elle est terminée ; elle est arrivée à son terme. » Quelle tragédie ! Vous êtes capables d’accomplir votre devoir dans la maison de Dieu aujourd’hui, qu’il soit petit ou grand, physique ou mental, et qu’il s’agisse de traiter des problèmes externes ou internes, et aucun de vous n’accomplit son devoir par accident. Comment cela pourrait-il être votre choix ? Tout cela est guidé par Dieu. C’est uniquement parce que Dieu t’a mandaté que tu es ému ainsi, que tu as ce sens de ta mission et de tes responsabilités, et que tu peux accomplir ce devoir. Il y a beaucoup de non-croyants qui sont beaux, cultivés ou talentueux, mais ont-ils la faveur de Dieu ? Non. Dieu ne les a pas choisis, et vous êtes les seuls à bénéficier de Sa faveur. Il fait en sorte que tous, vous entrepreniez toutes sortes de rôles, que vous remplissiez toutes sortes de devoirs et que vous endossiez différentes sortes de responsabilités dans Son œuvre de gestion. Quand le plan de gestion de Dieu arrivera finalement à son terme et sera achevé, quelle gloire et quel privilège ! Alors, quand les gens souffrent un peu aujourd’hui en accomplissant leur devoir, quand ils doivent abandonner certaines choses, se dépenser un peu, et payer un certain prix, quand ils perdent leur statut, leur gloire et leurs avantages dans ce monde, et quand toutes ces choses ont disparu, il semble que ce soit Dieu qui ait tout pris. Mais ils ont gagné quelque chose de plus précieux et de plus grande valeur. Qu’est-ce que ces gens ont gagné de Dieu ? Ils ont gagné la vérité et la vie en accomplissant leur devoir. Ce n’est que lorsque tu as bien accompli ton devoir, que tu as mené à bien le mandat de Dieu, que tu vis ta vie entière pour ta mission et le mandat que Dieu t’a donné, que tu as un beau témoignage, que ta vie a de la valeur. Ce n’est qu’à ce moment-là que tu es une personne réelle ! Et pourquoi est-ce que Je dis que tu es une personne réelle ? Parce que Dieu t’a choisi et a fait en sorte que tu accomplisses ton devoir d’être créé au sein de Sa gestion. C’est la plus grande valeur et la plus grande signification de ta vie.

Dieu n’en demande pas beaucoup aux gens. Quand Dieu te donne un mandat et une responsabilité, si tu dis que tu n’as que peu de foi et que c’est l’effort maximum que tu puisses fournir, que c’est le maximum que tu puisses offrir, et que tu peux entreprendre tant, alors Dieu ne te forcera pas. S’Il te demande cent pour cent et que tu lui en donnes quatre-vingt-quinze, ce n’est pas comme s’Il allait être mécontent, ne te laisserait pas partir, te bousculerait et t’exhorterait en permanence afin que tu arrives aux cent pour cent qu’Il a demandés. Dieu n’agit pas ainsi. Au lieu de cela, Il te fera progresser petit à petit, pas à pas, en fonction de ta stature, de ton énergie et de ce dont tu es capable. Dieu est juste et raisonnable dans Son œuvre. Il ne force personne ; Il te permet de te sentir détendu et à l’aise, Il te permet de sentir qu’Il peut être compréhensif et prévenant envers toi dans tout ce que tu fais. Il faut que les gens aient conscience des efforts méticuleux de Dieu ainsi que de Sa miséricorde, de Sa tendre bonté et de Sa tolérance pour l’humanité. Que devraient faire les gens alors, et comment devraient-ils coopérer ? Ils devraient coopérer ainsi : « Je dois m’efforcer de satisfaire les intentions de Dieu. Dieu veut cent pour cent de ma personne ; je ne donnerai pas que trente pour cent si je suis capable d’en donner soixante. Je vais donner toutes mes forces. Je ne serai pas fuyant, je ne prendrai pas de raccourci, et je ne compterai pas sur la chance. » Voilà ce qui marchera. Dieu regarde le cœur de l’homme. Ses exigences ne sont pas uniformes pour toutes les personnes ; tu n’as pas à abandonner tes enfants, ta famille ou ton travail parce que quelqu’un d’autre l’a fait. Dieu n’a pas une approche uniforme, Ses exigences à ton égard sont selon ta stature et ce que tu peux accomplir. Alors, tu n’as aucune raison de t’inquiéter ou de ressentir une quelconque pression. Tu n’as qu’à prier devant Dieu en te basant sur ce que tu es capable d’accomplir. Quelles que soient tes épreuves ou tes contraintes, ne les évite pas. Ne les laisse pas t’affecter. Voilà le bon chemin. Une fois que tu es affecté par elles, tu ne cesseras de penser : « Je ne m’en sors pas très bien. Dieu doit être mécontent de moi. Je dois faire très attention, ne pas pousser trop fort. Je dois me laisser un peu de marge de manœuvre. » C’est faux ; c’est mécomprendre Dieu. Chaque étape de ce type d’expérience amène les gens à penser de plus en plus que leur foi est trop petite, jusqu’au point même de douter de Dieu en raison de leurs notions et de leur imagination, tout comme le dit l’expression : « Juge le noble selon les standards de l’ignoble ». Ils croient en Dieu, mais ils ont peur de compter sur Lui ; ils croient en la souveraineté de Dieu, mais ils ont peur de Lui remettre tout. Les gens disent souvent « Dieu exerce Sa souveraineté sur toute chose » et « Toute chose est entre les mains de Dieu », mais quand ils sont confrontés à une situation, ils pensent : « Est-ce que Dieu peut réellement exercer Sa souveraineté sur cela ? Est-ce qu’on peut réellement compter sur Lui ? Je ferais mieux de compter sur d’autres personnes, et si ça ne fonctionne pas, je trouverai quelque chose de mon côté. » Puis, ils se rendent compte à quel point ils sont immatures, ridicules et de petite stature. Ils font demi-tour, désireux de compter sur Dieu, mais ne trouvent toujours pas le chemin. Au fond, pourtant, ils savent bien que Dieu est fidèle et qu’on peut compter sur Lui ; c’est juste qu’ils ont très peu de foi et sont toujours très sceptiques. Comment régler ce problème ? Tu dois t’appuyer sur ton expérience, et sur ta quête et ta compréhension de la vérité ; ce n’est qu’à ce moment-là que tu pourras produire une vraie foi. Plus tu expérimentes et plus tu comptes sur Dieu, plus tu sentiras que tu peux compter sur Lui. À mesure que tu feras l’expérience de davantage de questions, tu verras la façon dont Dieu te protège encore et encore, t’aidant à dépasser les difficultés et à éviter le danger, et tu développeras inconsciemment une foi et une confiance sincères en Dieu. Tu sentiras que Dieu est fiable et digne de confiance. Il faut d’abord que tu aies cette foi dans ton cœur.

Chaque personne a sa propre destinée et tout cela est prédestiné par Dieu ; personne ne peut prendre en charge le destin de quelqu’un d’autre. Tu dois arrêter de t’angoisser pour ta famille et apprendre à lâcher prise et à renoncer à tout. Comment ? Une façon de faire est de prier Dieu. Tu dois aussi considérer comment tes proches qui ne croient pas en Dieu sont en quête de choses terrestres, de richesse et de confort matériel. Ils appartiennent à Satan, et à une catégorie de personnes différentes de toi. Tu vivras une vie de souffrances si tu n’accomplis pas ton devoir et que tu vis parmi eux. Puisque tu vois les questions différemment d’eux, vous ne vous entendrez pas bien, et tu seras même tourmenté. Il n’y aura que des souffrances, et pas de bonheur. L’affection peut-elle t’apporter la paix et la joie ? Satisfaire la chair ne t’apportera rien, sinon de la souffrance, du vide et une vie de regrets. Il faut que tu comprennes bien cela. Ainsi, si ta famille te manque, c’est unilatéral ; c’est être exagérément sentimental ! Tu avances sur un chemin différent du sien. Ta vision de la vie, du monde, ton chemin de vie et tes objectifs sont tous différents. En ce moment, tu n’es pas avec ta famille, mais à cause des liens du sang, tu te sens toujours proche d’elle, et tu sens que vous êtes une famille. Cependant, quand tu vis effectivement avec les gens de ta famille, après seulement quelques jours à traiter avec eux, tu es complètement agacé. Ils ne font que mentir ; ce qu’ils disent est faux, enjôleur et mensonger. Leur comportement et leur rapport au monde sont tous basés sur la philosophie et des maximes de vie sataniques. Leurs pensées et points de vue sont tous faux et absurdes, et ils sont simplement insupportables à entendre. Alors, tu te diras : « Avant, je les avais tout le temps en tête, et j’avais peur en permanence qu’ils vivent mal. Mais vivre avec ces gens à présent m’est vraiment insupportable ! » Ils te paraîtront repoussants. Tu n’as pas encore compris le genre de personnes qu’ils sont, donc tu penses encore que les liens familiaux sont plus importants et plus réels que tout le reste. Tu es encore contraint par l’affection. Essaie d’abandonner ces choses de l’affection par tous les moyens. Si tu n’en es pas capable, alors fais de ton devoir ta priorité. Le mandat de Dieu et ta mission sont plus importants. Accomplir ton devoir est plus important que tout le reste et, pour l’instant, ne t’occupe pas de ces histoires de proches dans la chair. Quand ton mandat et ta mission seront bien accomplis, la vérité t’apparaîtra de plus en plus claire, ta relation avec Dieu deviendra de plus en plus normale, tu auras de plus en plus un cœur de soumission à Dieu, et tu auras de plus en plus, et de manière plus évidente, un cœur qui craint Dieu, et alors ton état intérieur changera. Une fois que ton état aura changé, tes points de vue et tes liens d’affection terrestres s’effaceront, tu ne chercheras plus ces choses, et ton cœur voudra seulement chercher comment aimer Dieu, comment Le satisfaire, comment vivre d’une manière qui Le satisfait, et comment vivre avec la vérité. Une fois que ton cœur avancera dans cette direction, ce qui a à voir avec les liens d’affection de la chair va lentement s’effacer, et cela ne pourra plus te lier ou te contrôler.

Certaines personnes disent : « Je ne suis pas entravé par mon affection pour ma famille quand j’accomplis mes devoirs, mais dès que j’ai un moment libre, elle commence à me manquer. » Eh bien, quelles sont les conséquences quand ta famille te manque ? Cela peut t’amener à devenir négatif et réticent à accomplir tes devoirs, et alors tu dois chercher la vérité pour corriger cela. Une fois que tu auras réglé le problème, ta famille ne te manquera pas continuellement dès que tu auras un moment libre, et cela n’aura pas de conséquences. Donc, quel que soit le problème, tu devrais toujours chercher la vérité pour le résoudre ; c’est ça le plus important. Que ta famille te manque, ce n’est pas inquiétant ; la clef est que tu dois réfléchir aux conséquences engendrées par la nostalgie que tu éprouves pour ta famille et à la façon de régler ce problème. Tu devrais te demander : « Comment cet état est-il apparu chez moi ? Pourquoi est-ce que ma famille me manque tout le temps ? Quelles parties de la vérité ne sont pas claires pour moi ? Dans quelles vérités devrais-je entrer ? » Pratique ainsi et tu auras rapidement une entrée dans la vérité. Tu dois toujours contempler la vérité dans ton esprit ; plus tu le feras, plus ta compréhension de la vérité sera claire et plus tu auras des chemins de pratique en tête. Ceci t’amènera à vraiment comprendre la vérité, au lieu d’en avoir seulement une vague connaissance. À ce stade, tu voudras trouver des personnes avec lesquelles échanger. Quel est le but de l’échange ? C’est d’obtenir une confirmation, de comprendre la vérité plus précisément, sans aucun écart. De cette manière, tu n’auras plus de difficultés, ton esprit atteindra la délivrance et la liberté, et ne sera plus sous l’emprise d’aucune contrainte. Ta famille ne te manquera plus en permanence et tu seras capable de te libérer des enchevêtrements terrestres. Ton état sera de plus en plus normal. Vous devez tous apprendre à contempler la vérité. Comment faire ? Disons par exemple que tu as fait quelque chose aujourd’hui qui ne te paraît pas très correct et qui semble aller à l’encontre des principes, mais tu ne sais pas où est le cœur du problème. C’est là que tu dois prier Dieu et chercher la vérité, en te demandant : « À quelle vérité ce problème est-il relié ? À quel principe est-il lié ? » Tu devrais chercher quelqu’un avec qui échanger sur la vérité, regarder en arrière et réfléchir. Quand tu auras enfin découvert la source du problème et que tu l’auras réglé en poursuivant la vérité, tu auras plus foi en Dieu, et tu sentiras que tu as fait plus de progrès par rapport à la vérité. Tu seras capable de voir à travers certains problèmes et de comprendre certaines paroles spirituelles ; ou tu seras capable de comprendre le sens réel d’une doctrine ou d’un slogan fréquemment répétés. C’est cela, avoir une certaine compréhension de la vérité et savoir comment la pratiquer. Alors, tu continueras et tu échangeras avec d’autres, tu échangeras sur ce slogan jusqu’à ce qu’il soit compris clairement, et cela deviendra un chemin de pratique. N’est-ce pas une bonne chose ? C’est une autre voie à suivre. Parfois, tu verras quelqu’un dans un certain état, et tu te demanderas peut-être : « Pourquoi cette personne est-elle dans ce type d’état ? Comment son état est-il survenu ? Pourquoi n’ai-je pas ce type d’état ? Elle a dit une chose qui représente un certain état et une certaine mentalité. Comment sa mentalité s’est-elle développée ? D’où est venu le problème ? À quel aspect de la vérité est-ce lié ? Ne devrais-je pas, moi aussi, chercher la vérité ? » En échangeant et en cherchant, tu trouves le problème et tu réalises que son état est quelque chose que tu as toi aussi. Tu as fait correspondre sa situation à la tienne, n’est-ce pas ? Cet effort n’en valait-il pas la peine ? (Si.) Après avoir découvert le problème, tu cherches quelqu’un avec qui échanger. Quand, enfin, tu trouves la solution et que tu comprends le problème, le problème se résout. Il est facile de résoudre un problème quand on est capable de le découvrir. Si tu n’es pas capable de le découvrir, le problème ne peut jamais être résolu. Quand ton esprit s’est apaisé, c’est parfois le meilleur moment pour contempler la vérité et les paroles de Dieu. Quoi que tu fasses, ne gâche pas cette opportunité de nourrir des connexions émotionnelles en ne pensant qu’à retrouver ta famille ; c’est problématique. Si tu es sans arrêt inquiet pour ta famille et que tu saisis la moindre occasion de te connecter émotionnellement avec elle, ton esprit sera toujours plein de ces enchevêtrements émotionnels. Tu seras incapable de couper ces liens et incapable de lâcher prise. Tu devrais prier davantage, lire davantage de paroles de Dieu et échanger souvent avec tes frères et sœurs. Quand tu comprendras la vérité, au moins tu ne seras pas contraint par la famille, la chair ou l’affection. Ces choses seront faciles à abandonner ; c’est le chemin à suivre. En réalité, bien des personnes font ce genre d’expériences. Résoudre des problèmes émotionnels nécessite toujours une période d’expérience ; une fois que tu comprends la vérité, résoudre les problèmes devient facile.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp