Paroles sur la recherche et la pratique de la vérité (Extrait 16)

Les gens comprennent et pratiquent la vérité dans le but de la vivre, de vivre à la ressemblance humaine, et de faire que les vérités qu’ils comprennent et peuvent mettre en pratique deviennent leur vie. Faire qu’elles deviennent sa vie, qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’elles deviennent le fondement et la source de ses actes, de sa vie, de sa conduite et de son existence, qu’elles changent sa façon de vivre. De quoi les gens vivaient-ils auparavant ? Qu’ils aient la foi ou non, ils vivaient en s’appuyant sur les tempéraments sataniques, et ils ne vivaient pas des paroles de Dieu ni de la vérité. Est-ce là la manière dont un être créé devrait vivre ? (Non.) Qu’est-ce que Dieu exige des hommes ? (Que les gens vivent selon Ses paroles.) Vivre selon les paroles de Dieu, n’est-ce pas là le but que ceux qui croient sincèrement en Lui devrait avoir ? (Si.) Un être créé devrait mener une vie qui s’appuie sur les paroles de Dieu. Aux yeux de Dieu, ces personnes sont de vrais êtres créés. Ainsi, tu dois régulièrement te demander, parmi tes paroles, tes actes, les principes de ta conduite, les objectifs de ton existence et ta façon d’aborder le monde, qu’est-ce qui est compatible avec les vérités-principes, compatible avec ce que Dieu exige de l’homme, et qu’est-ce qui n’a aucun lien avec Ses paroles ni avec Ses exigences. Si tu réfléchis souvent à ces choses-là, tu atteindras peu à peu l’entrée. Si tu ne réfléchis pas à ces choses-là, alors il est inutile de simplement faire des efforts superficiels. Faire les choses machinalement, suivre les règlements et se livrer à des rituels ne t’apportera rien en fin de compte. Qu’est-ce donc que la foi en Dieu, exactement ? En réalité, la foi en Dieu, c’est le processus qui consiste à parvenir au salut de Dieu et c’est le processus qui consiste à sortir de la condition d’être humain corrompu par Satan pour devenir ce qu’est, aux yeux de Dieu, un véritable être créé. Lorsqu’une personne demeure tributaire du tempérament et de la nature de Satan pour vivre, est-elle un être créé qualifié aux yeux de Dieu ? (Non.) Tu dis que tu crois en Dieu, que tu reconnais Dieu, que tu reconnais la souveraineté de Dieu et reconnais que Dieu te donne tout, mais vis-tu Ses paroles ? Vis-tu conformément aux exigences de Dieu ? Suis-tu la voie de Dieu ? Un être créé tel que toi est-il capable de venir devant Dieu ? Es-tu capable de vivre avec Dieu ? As-tu un cœur qui craint Dieu ? Ce que tu vis et le chemin que tu suis sont-ils compatibles avec Dieu ? (Non.) Donc, que signifie ta foi en Dieu ? T’es-tu engagé dans le bon chemin ? Ta foi en Dieu n’est qu’en parole et pour la forme. Tu crois en le nom de Dieu et tu reconnais Son nom, et tu reconnais que Dieu est ton Créateur et Souverain, mais tu n’as pas accepté en essence la souveraineté de Dieu ou Ses orchestrations, et tu ne peux pas être totalement compatible avec Dieu. Autrement dit, la signification de ta foi en Dieu ne s’est pas entièrement accomplie. Même si tu crois en Dieu, tu n’as pas abandonné ta corruption et atteint le salut, et tu n’es pas entré dans la vérité-réalité dans laquelle tu aurais dû entrer dans le cadre de ta foi en Dieu. C’est une erreur. Vue sous cet angle, la foi en Dieu n’est pas simple.

Maintenant, pensez-vous, en vos cœurs, qu’il est important de comprendre la parole de Dieu et de pratiquer la vérité ? (Oui.) Vous savez tous qu’il est important de pratiquer la vérité, mais ce n’est pas une tâche aisée, car elle comporte de nombreuses difficultés. Comment pouvez-vous résoudre cela ? Vous devez vous présenter devant Dieu en priant chaque fois que les difficultés surviennent. Vous devez chercher la vérité dans les paroles de Dieu, afin de pouvoir résoudre vos problèmes, résoudre vos faiblesses et les difficultés de l’environnement extérieur, pour ainsi atteindre la pratique de la vérité. En vivant cette expérience, vous aurez l’espoir d’obtenir l’approbation de Dieu. Si tu comprends mieux la vérité et tu te montres également capable de pratiquer la vérité, alors tu pourras être de ceux qui suivent la voie de Dieu et, ce faisant, ta foi obtiendra l’approbation de Dieu. Si tu prétends reconnaître le nom de Dieu et crois qu’Il est le souverain de toutes choses et le Créateur, mais qu’il n’y a pas une once de ta vie qui soit en rapport avec la vérité, avec les exigences de Dieu, ou avec ce qu’un être créé devrait faire, alors ton issue ne sera-t-elle pas, en fin de compte, bouleversée ? Est-ce qu’une personne détachée de toutes ces choses peut venir à Dieu ? Tu dis pouvoir venir à Dieu, mais Dieu approuve-t-Il une foi telle que la tienne ? Non, Il ne l’approuve pas, et qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que Dieu ne reconnaît ni n’a besoin d’un être créé tel que toi. Si Dieu ne reconnaît ni n’approuve ta foi, alors peut-Il t’approuver en tant que personne ? (Non.) C’est la fin : Dieu ne te sauvera pas et l’issue de ta vie aura été décidée ! Est-ce là le résultat que vous souhaitez pour vous-mêmes ? (Non.) Quel genre de résultat souhaitez-vous ? (Obtenir l’approbation de Dieu.) Pour obtenir l’approbation de Dieu, que dois-tu d’abord comprendre ? Dans quoi dois-tu entrer en premier lieu ? Avant tout, tu dois savoir ce que Dieu aime que les gens fassent et ce que Dieu n’aime pas que les gens fassent. Passe d’abord en revue ces choses-là, afin d’en avoir une claire compréhension ; ensuite, lorsque tu devras agir, tu sauras quoi faire. C’est aussi simple que cela. Est-ce facile de passer en revue de telles choses ? C’est très simple. De ceux qui ont fait le mal et ont été éliminés par le passé, passe en revue les choses qu’ils ont fait que Dieu déteste, passe en revue les leçons que nous enseignent leurs échecs et ne commets aucune de ces mauvaises actions. Puis, passe en revue les bonnes conduites de ceux que Dieu a approuvés et imite davantage ces conduites. De cette manière, tu seras capable d’obtenir l’approbation de Dieu. Tu dois comprendre ce qu’il faut faire et pratiquer, afin d’être le plus possible en accord avec la volonté de Dieu, et tu dois comprendre, en ton cœur, quels sont les gens et les choses que Dieu déteste le plus, et quels sont les gens et les choses que Dieu aime le plus. Tu dois savoir comment les distinguer entre eux, et il vaut mieux les classifier et les passer en revue pour en avoir une compréhension claire. Le plus important est de garder ce critère et cette limite dans ton cœur. Avec ce principe, ce critère, cette limite, tu possèderas les principes pour agir, et tu seras capable d’agir selon ces principes. Si tu ne possèdes pas ces principes et ces critères, alors tu n’agiras pas avec certitude, et tu seras incapable de distinguer parmi ce que tu fais quelle chose est mauvaise et quelle chose est bonne. Tu peux avoir l’impression qu’une chose n’est pas mauvaise, alors qu’aux yeux de Dieu, elle l’est ; ou tu peux avoir l’impression qu’une chose est bonne, alors qu’aux yeux de Dieu, elle est mauvaise. Si tu fais toutes ces choses, n’est-ce pas problématique ? Si tu fais obstinément et continuellement ce que Dieu n’approuve pas, et que tu ne fais que certaines des choses que Dieu approuve, tout en pensant que tu en as fait beaucoup, n’es-tu pas confus ? Si la plupart des choses que tu fais sont considérées par Dieu comme mauvaises, peut-Il encore t’approuver ? (Non.) Sachant que Dieu n’approuve pas quelque chose, devrais-tu le faire malgré tout, ou ne le devrais-tu pas ? (Je ne devrais pas le faire.) Ton action est-elle un méfait ou une bonne action ? (Un méfait.) Comment cela s’appelle-t-il quand tu reconnais que c’est un méfait et que tu ne le commettras plus jamais par la suite ? C’est abandonner la violence dans tes mains, ce qui est la manifestation du vrai repentir. Si tu sais que tu as commis un méfait et que tu es certain que Dieu ne l’approuve pas, alors tu dois avoir un cœur repentant. Si tu ne réfléchis pas sur toi-même et que, au contraire, tu défends et rationalises tes méfaits, alors tu as un problème : tu seras sûrement éliminé et tu ne seras plus qualifié pour faire ton devoir. Alors, quel est le principe à maîtriser et le chemin à emprunter afin d’accomplir son devoir ? Quelles intentions doit-on poursuivre pour obtenir l’approbation de Dieu ? (Rechercher la vérité et saisir les intentions de Dieu en toutes choses.) Tout le monde le sait, mais, le sachant, cela peut-il être mis en pratique ? Une fois que tu l’as compris, peux-tu le mettre en pratique ? (Non.) Alors, que peux-tu faire ? Tu dois prier Dieu et te fier à Lui, tu dois souffrir pour la vérité et mettre de côté tes ambitions, tes désirs, tes intentions et le confort de la chair. Si tu ne les mets pas de côté, mais que tu continues à vouloir obtenir la vérité, ne te berces-tu pas d’illusions ? Certains veulent à la fois comprendre et obtenir la vérité ; ils veulent se dépenser pour Dieu, mais ils ne peuvent pas renoncer à quoi que ce soit. Ils ne peuvent pas renoncer à leur avenir, ils ne peuvent pas renoncer au confort de la chair, ils ne peuvent pas renoncer à leur unité familiale, leurs enfants et leurs parents, et ne peuvent pas non plus renoncer à leurs intentions, leurs objectifs ou leurs désirs. Peu importe ce qui leur arrive, ils se font toujours passer eux-mêmes en premier, ainsi que leurs propres affaires et leurs propres désirs égoïstes, et ils relèguent la vérité en dernier ; satisfaire les intérêts de la chair et leurs tempéraments sataniques et corrompus prend la première place, alors que pratiquer la parole de Dieu et satisfaire Dieu devient secondaire et occupe la dernière place. Ces gens peuvent-ils obtenir l’approbation de Dieu ? Pourront-ils jamais entrer dans la vérité-réalité, ou satisfaire la volonté de Dieu ? (Non, jamais.) Est-ce suivre la voie de Dieu si, selon toute vraisemblance, tu as fait ton devoir et n’as pas été paresseux, mais que ton tempérament corrompu n’a pas été corrigé le moins du monde ? (Non.) Vous tous, vous comprenez ces choses, mais quand il s’agit de mettre en pratique la vérité, c’est difficile. Tes souffrances et le prix à payer doivent être consacrés à la pratique de la vérité, et non au respect des règlements et des processus. Cela en vaut la peine, peu importe combien tu souffres pour la vérité. La souffrance que tu endures pour pratiquer la vérité afin de satisfaire la volonté de Dieu Lui est acceptable et Il l’approuve.

Quels sont les problèmes auxquels vous êtes confrontés maintenant ? Le premier est que vous ne comprenez pas les détails de nombreuses vérités et que vous n’avez aucun critère dans votre cœur pour les distinguer ; de plus, il est difficile de mettre en pratique les vérités que vous comprenez. Supposons qu’il soit difficile de pratiquer la vérité au début, mais que plus vous la pratiquez, plus cela devient facile ; plus vous la pratiquez, moins votre tempérament corrompu prévaut ; la vérité prend de plus en plus le dessus, tout comme la volonté de la mettre en pratique ; votre état se normalise toujours plus, et les désirs égoïstes de la chair et vos idées humaines sont de moins en moins dominants. C’est normal et vous pouvez espérer obtenir l’approbation de Dieu. Mais supposons que cela fait longtemps que tu pratiques la vérité et que, pourtant, tes intérêts, tes désirs égoïstes, tes intentions et ton tempérament corrompu prennent toujours le dessus dans chaque aspect et détail de ta vie. Pratiquer la vérité reste un travail très dur pour toi, et même si tu fais ton devoir, la plupart des choses que tu accomplis n’ont aucun rapport avec la pratique de la vérité. Ne trouvez-vous pas cela problématique ? Cela le sera certainement ! Peu importe à quelle église tu appartiens, ou encore quel est ton environnement, ces choses n’importent pas. Ce qui importe, c’est si ta recherche de la vérité s’améliore toujours plus, si ta relation avec Dieu se normalise de plus en plus, si ta conscience, ta raison et ton humanité se normalisent, et si ta loyauté et ta soumission à Dieu augmentent. Si les choses positives en toi augmentent et prédominent, alors tu peux espérer obtenir la vérité. S’il n’y a jamais eu aucun signe de ces choses positives chez toi, alors tu n’as pas progressé le moins du monde et il n’y a pas eu un seul changement dans ton tempérament. Comment peux-tu avoir une entrée dans la vie si tu ne pratiques pas du tout la vérité ? Certains disent : « Je l’ai pratiquée et je me suis exercé. Comment se fait-il que je ne voie aucun résultat ? » Que signifie ce manque de résultats ? Cela signifie que tu n’as pas mis en pratique la vérité. Peu importe combien de fois tu as essayé de la pratiquer, la conséquence ultime est que ton tempérament corrompu et ta nature satanique te surpassent encore, ce qui signifie que tu n’as pas utilisé la vérité-réalité et la parole de Dieu pour vaincre ton tempérament satanique et corrompu. Peut-on le dire ainsi ? (Oui.) Alors, es-tu un vainqueur ou un raté ? (Un raté.) C’est être un raté, pas un vainqueur. Lorsque tu pratiques la vérité, il y a une bataille dans ton cœur. Tu ne peux pas mettre de côté tes intentions, mais tu comprends ce que dit la vérité et ce que Dieu exige. Pendant cette bataille, tu mets la vérité de côté ; tu ne la pratiques pas. En fin de compte, tu satisfais tes propres désirs égoïstes, tu révèles ton tempérament corrompu et ce que tu vis là est ta nature satanique, sans que tu ne pratiques la vérité. Alors, quelle est l’ultime conséquence ? (L’échec.) Supposons que tu ne remportes pas la bataille à la fin et que tu vives selon ton tempérament satanique comme avant : tu choisis de ne pas pratiquer selon les paroles de Dieu, tes intérêts personnels passent en premier, tu satisfais tes désirs et ton égoïsme, mais tu ne satisfais pas Dieu, et tu ne te tiens pas du côté de la vérité. Cela signifie que tu es un raté de la tête aux pieds, et c’est la conséquence d’un type de bataille. Quelle est la conséquence d’un autre type de bataille ? Lorsque des évènements leur arrivent, les gens luttent en eux-mêmes. Ils se sentent mal à l’aise, ils sont affligés et faibles, même leur dignité et leur caractère sont mis en cause et leur vanité ne peut être satisfaite. De plus, ils font face à l’émondage, ou ils sont méprisés par les autres, ou encore humiliés, perdant à la fois leur dignité et leur caractère. Mais face à ce genre de situation, ils peuvent prier Dieu et, ce faisant, leur cœur est fortifié, et ils voient clairement ces choses en recherchant la vérité. Ils pratiqueront la vérité avec une force remarquable et une ferme détermination. « Je ne veux ni image, ni statut, ni vanité. Même si je suis méprisé et incompris par les autres, je choisis actuellement de satisfaire Dieu et de pratiquer la vérité, afin que Dieu m’approuve et soit satisfait de moi dans cette affaire, et que je ne blesse pas le cœur de Dieu. » Finalement, ils mettront de côté leur image et leur vanité, leurs intentions, leurs ambitions et leur égoïsme, et se tiendront alors du côté de Dieu, de la vérité et de la justice. Après avoir pratiqué la vérité, leur cœur est satisfait, en paix et plein de joie. Ils ressentent la bénédiction de Dieu et estiment qu’il est bon de pratiquer la vérité ; en pratiquant la vérité, leur cœur gagne en satisfaction et est mieux nourri, et ils ont le sentiment de vivre comme des êtres humains, plutôt que d’être contrôlés et retenus captifs par leurs tempéraments sataniques et corrompus. Ayant rendu témoignage à Dieu et étant restés fermes dans le témoignage et la position qu’il incombe à un être créé, ils ressentent la paix de l’esprit, la joie et le bonheur dans leur cœur. C’est un autre type de conséquence. Comment est une telle conséquence ? (Elle est bien.) Mais ce « bien » est-il facile à atteindre ? (Non.) Ce « bien » doit être obtenu par une bataille, et il est possible que, pendant la bataille, les gens échouent une ou deux fois. Mais l’échec nous enseigne une leçon : il fait sentir aux gens le poids sur leur conscience le fait de ne pas pratiquer la vérité, qu’ils sont redevables à Dieu et que leur cœur endure la souffrance et la douleur. Plus tard, confrontés à de telles circonstances, les gens deviendront inconsciemment de plus en plus à même de surmonter leurs tempéraments sataniques et corrompus ; progressivement, ils choisiront indéniablement de pratiquer la vérité pour satisfaire le cœur de Dieu. C’est le processus normal pour surmonter un tempérament satanique et corrompu, et pour pratiquer la vérité afin de satisfaire les intentions de Dieu.

Maintenant, trouvez-vous qu’il est difficile de mettre en pratique la vérité ? Ou bien est-ce difficile de faire ce que vous voulez, sans pratiquer la vérité ? (Il est difficile de pratiquer la vérité.) Et faire ce que vous voulez ? (C’est facile.) Cela révèle votre vraie stature : aucun d’entre vous n’a changé le moins du monde et vous êtes toujours incapables de pratiquer la vérité. Comme une telle stature est pitoyable ! Vous pensez tous que pratiquer la vérité est difficile et que faire ce que vous voulez est facile, ce qui prouve que vous êtes toujours incapables de pratiquer la vérité. Pour vous, il est devenu naturel de suivre les inclinations de la chair ; vous vous y êtes habitués comme à une règle, et donc, vous sentez que pratiquer la vérité est trop difficile : vous avez constamment peur d’abîmer votre amour-propre et votre statut, c’est pourquoi vous ne pratiquez pas la vérité, mais vous agissez plutôt selon vos propres idées. En une seule pensée, on devient un lâche, un raté retenu prisonnier de son tempérament satanique et corrompu, et on perd son témoignage ainsi que l’approbation de Dieu. C’est tellement simple. Mais est-il aussi simple de devenir quelqu’un qui pratique la vérité et rend témoignage à Dieu ? Il doit y avoir un processus pour cela. Quand on accepte la vérité, il se déroule toujours une bataille dans son esprit, les choses allant dans un sens à un moment, et dans l’autre au moment suivant. Un combat intérieur constant se déroule et, à la fin, celui-ci atteint une conclusion : ceux qui aiment la vérité la pratiquent, témoignent et deviennent des vainqueurs ; ceux qui n’aiment pas la vérité sont trop obstinés, manquent trop d’humanité, ont un caractère faible et sont méprisables – des gens comme ceux-là choisissent de satisfaire leur propre égoïsme et leurs propres désirs ; ils sont complètement contrôlés par leur tempérament satanique et corrompu. Quand des choses vous arrivent au quotidien, triomphez-vous de votre tempérament satanique et corrompu ? Ou bien êtes-vous retenus captifs et contrôlés par lui ? Dans quel état êtes-vous la plupart du temps ? Sur cette base, tu peux évaluer si tu es ou non une personne qui pratique la vérité. Si tu parviens la plupart du temps à surmonter ton tempérament satanique et corrompu et à devenir quelqu’un qui témoigne, alors tu pratiques et aimes la vérité. Si la plupart du temps, tu satisfais tes propres désirs égoïstes et que tu es incapable de surmonter ton tempérament satanique et corrompu et de te tenir du côté de la vérité, de pratiquer la vérité et de satisfaire Dieu, alors tu ne pratiques pas la vérité et tu n’as pas de vérité-réalité. Il est évident que ceux qui n’ont pas la vérité-réalité croient en Dieu, mais ils n’ont pas d’entrée dans la vie. Alors, évaluez-vous : êtes-vous du côté de la chair, la plupart du temps ? Ou bien êtes-vous du côté de la vérité ? Les petites choses n’impliquant pas la vérité ne comptent pas, mais lorsque des choses importantes surviennent qui t’obligent à choisir, es-tu du côté de la vérité, ou es-tu du côté de la chair ? (Au début, nous nous tenons du côté de la chair ; mais après un combat, nous nous tenons du côté de la vérité, une fois que nous avons compris une partie de la vérité par la prière et la recherche.) Il est exact de dire qu’on peut se tenir du côté de la vérité une fois qu’on a compris la vérité, mais se rebeller contre la chair ne signifie pas nécessairement que tu pratiques la vérité. Ce n’est pas pratiquer la vérité que de te rebeller contre la chair et de ne pas faire ce que tu veux ; il s’agit plutôt, pour pratiquer la vérité, de respecter et mettre en pratique les principes de la vérité. Alors, quelle est votre situation habituelle ? (Ce qu’on appelle se rebeller contre la chair ne consiste pas réellement à pratiquer la vérité ; il s’agit en réalité d’exercer la maîtrise de soi.) Cela semble être le cas pour la plupart des gens, n’est-ce pas ? (Oui.) Alors, dans quel état êtes-vous à l’heure actuelle ? Devez-vous encore entrer dans les vérités-réalités ? (Oui.) Si vous croyez en Dieu sans avoir d’entrée dans la vie, cela signifie que vous n’êtes pas encore entrés dans la vérité-réalité ; c’est l’état dans lequel vous vivez, donc il y a beaucoup de choses que vous ne pouvez pas distinguer. Pourquoi ne parvenez-vous pas à les distinguer ? C’est parce que vous n’avez compris que quelques paroles et quelques doctrines, mais que vous n’avez pas encore compris la vérité ni n’êtes entrés dans la réalité, vous n’avez donc aucune connaissance de la plupart des états dont il est question. Vous n’en avez pas encore l’expérience, vous ne pouvez donc pas les expliquer clairement. C’est comme ça. Quoi qu’il en soit, tu dois en faire l’expérience par toi-même, et une fois que tu en auras fait l’expérience, tu sauras quels en sont les détails. Tes sentiments, tes pensées et le processus de ton expérience présenteront tous des détails, lesquels sont des éléments de la réalité. Sans eux, ta connaissance reste superficielle, alors tu la répètes comme un perroquet. Une connaissance superficielle signifie que tu t’es contenté d’une compréhension littérale, que tu ne l’as pas encore faite tienne et que tu es encore loin d’entrer dans la vérité-réalité. Peut-on le dire de cette façon ? (Oui.) Vous devez pratiquer selon l’échange d’aujourd’hui et vous devez apprendre à réfléchir. Pour pratiquer la vérité, tu dois également réfléchir, et en réfléchissant tout en pratiquant et en pratiquant tout en réfléchissant, tu comprendras toujours plus les détails de la vérité, ta connaissance de la vérité deviendra de plus en plus profonde, et de cette façon, tu pourras vraiment expérimenter ce qu’est la vérité-réalité. Ce n’est qu’une fois que tu l’auras apprise et expérimentée que tu pourras posséder la vérité-réalité.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp