En quoi consiste la poursuite de la vérité (2) (Partie 2)

Croire en Dieu ne consiste pas à gagner la grâce ou la tolérance et la pitié de Dieu. De quoi s’agit-il alors ? Il s’agit d’être sauvé. Alors, quelle est la marque du salut ? Quelles sont les normes requises par Dieu ? Que faut-il pour être sauvé ? La résolution de son tempérament corrompu. C’est le nœud du problème. Donc, au bout du compte, en définitive, quels que soient ce que tu as souffert et le prix que tu as payé et quelle que soit la mesure dans laquelle tu te proclames vrai croyant, si, à la fin, ton tempérament corrompu n’a pas été résolu du tout, cela signifie que tu n’es pas quelqu’un qui poursuit la vérité. Ou bien, on peut dire que parce que tu ne poursuis pas la vérité, ton tempérament corrompu n’a pas été résolu. Cela signifie que tu ne t’es pas du tout engagé sur le chemin du salut. Cela signifie que tout ce que Dieu dit et tout le travail qu’Il fait pour sauver l’homme n’a abouti à rien en toi, cela n’a conduit à aucun témoignage de ta part et cela n’a porté aucun fruit en toi. Dieu dira : « Parce que tu as souffert et payé un prix, Je t’ai donné la grâce, les bénédictions, le soin et la protection que tu méritais dans cette vie et dans ce monde. Mais tu n’as aucune part dans ce que l’homme mérite après avoir été sauvé. Pourquoi donc ? C’est parce que Je t’ai déjà accordé ce que tu mérites dans cette vie et dans ce monde ; quant à ce que l’homme mérite après le salut, il n’y a rien pour toi, parce que tu ne t’es pas engagé sur le chemin de la poursuite de la vérité. » Tu ne fais pas partie de ceux qui seront sauvés, tu n’es pas devenu un véritable être créé et Dieu ne veut pas de toi. Dieu ne veut pas de ceux qui ne font que travailler, courir, souffrir et payer un prix pour Lui, qui croient plus ou moins sincèrement et ont un peu de foi, et rien de plus. On trouve de telles personnes partout au sein des groupes de Ses croyants. En d’autres termes, ils sont très nombreux, ceux qui travaillent pour Dieu et Lui rendent service, leur nombre est incalculable. Si ce sont des personnes que Dieu a prédestinées et choisies, qui ont été ramenées par Dieu dans la maison de Dieu, alors aucune d’elles ne refuserait de travailler pour Lui et de Lui rendre service. Pourquoi donc ? Parce que c’est tellement facile à faire. C’est pourquoi il y a tant de gens qui rendent service et travaillent pour Dieu. Il y a même des antéchrists et des méchants qui sont capables de le faire aussi, comme Paul. N’y a-t-il pas trop de gens comme Paul ? (Si.) Si tu allais dans une Église et que tu prêchais de cette manière : « Tant que tu es disposé à courir partout, à souffrir et à payer un prix pour Dieu, alors une couronne de justice t’attend », ne penses-tu pas que beaucoup de gens répondraient à ton appel ? Énormément de gens le feraient. Mais malheureusement, à la fin, ce ne sont pas ces gens-là que Dieu sauvera ou qui pourront être sauvés. Ces personnes ne font que s’attarder au stade du service rendu : elles sont seulement disposées à rendre service à Dieu. En d’autres termes, ces personnes sont simplement disposées à échanger leur travail contre la bonne fortune de Dieu, contre Sa grâce et Ses bénédictions. Elles ne souhaitent pas changer leurs méthodes de survie, ni leurs modes de vie, ni les fondements sur lesquels elles s’appuient pour survivre : elles ne veulent pas accepter le jugement et le châtiment de Dieu afin de changer leur tempérament corrompu et de poursuivre la vérité pour obtenir le salut. Naturellement, on pourrait aussi dire que ces gens sont seulement prêts à souffrir et à payer un prix, qu’ils sont seulement prêts à abandonner et à offrir tout ce qu’ils ont, qu’ils dépensent tout ce qu’ils peuvent, quel qu’en soit le prix, et qu’ils sont disposés à travailler de toutes les manières possibles, mais que si tu leur demandes de se connaître eux-mêmes, d’accepter la vérité, de résoudre leurs tempéraments corrompus, d’abandonner la chair, de pratiquer la vérité, de mettre fin à leur malfaisance, de revenir vers Dieu, comme l’ont fait les Ninivites, de tenir compte de Ses paroles et de vivre selon Ses paroles, ce serait extrêmement difficile pour eux. N’est-ce pas ? (C’est le cas.) N’est-ce pas tout à fait gênant ? Dieu a tant œuvré et prononcé tant de paroles, alors pourquoi les gens pensent-ils qu’il est si difficile de poursuivre la vérité ? Pourquoi y sont-ils toujours indifférents ? Même après avoir entendu des sermons pendant des années, ils n’ont toujours pas l’intention de changer. Ils ne se sont jamais repentis sincèrement devant Dieu dans les profondeurs de leur cœur et ils n’ont jamais vraiment reconnu ni accepté le fait qu’ils avaient des tempéraments corrompus. Tant dans leur vision des choses que dans leurs actions, ils n’ont jamais abandonné leurs propres perspectives ni cherché la vérité. Ils n’abordent pas chaque sujet avec une attitude consistant à renverser leurs perspectives et à se repentir devant Dieu. Donc, il y a un grand nombre de gens qui ont beaucoup expérimenté et fait beaucoup de travail, qui sont à leurs devoirs depuis un bon moment, mais qui ne peuvent toujours pas produire de témoignage. Ils n’ont encore aucune connaissance ou expérience des paroles de Dieu et lorsqu’ils parlent de leur expérience et de leur connaissance des paroles de Dieu, ils sont très embarrassés et impuissants et se révèlent extrêmement inaptes. La raison en est qu’ils n’ont aucune connaissance de la vérité ou ne s’y intéressent pas. Le labeur, en revanche, est si simple, si facile. Ainsi, les gens sont tous prêts à rendre service à Dieu, mais ils ne choisissent pas de poursuivre la vérité.

Cela dit, que signifie exactement poursuivre la vérité ? Nous en avons beaucoup dit : ne devrions-nous pas définir ce que signifie poursuivre la vérité ? Pouvez-vous le définir ? Cela devrait être une définition assez simple, non ? Cela vous viendra-t-il si vous méditez et ruminez simplement ces paroles et délibérez sur elles ? Certains diront peut-être : « La poursuite de la vérité est un sujet important. Cela ne peut pas être exprimé clairement en quelques phrases. Je ne sais pas quoi dire à ce sujet. Quels mots peuvent le décrire ? Poursuivre la vérité est une grande affaire, et il ne faudrait rien de moins que les mots les plus grandioses pour pouvoir la décrire et la définir de manière appropriée. C’est la seule façon de vraiment impressionner tout le monde ! » Pensez-vous que c’est ainsi que cela doit être ? (Non.) Eh bien, dans ce cas, définissez la poursuite de la vérité dans le langage courant. (Poursuivre la vérité signifie utiliser la vérité pour résoudre notre tempérament corrompu.) Cela peut-il être considéré comme une définition ? Tirez-vous une conclusion avec cela ? La poursuite de la vérité est-elle facile à définir ? La définir n’est pas une tâche facile : vous devez consacrer un effort à méditer cela. Que signifie poursuivre la vérité ? Essayons d’apporter une définition, d’accord ? Le meilleur de tous les langages humains est celui qui est simple, familier et fidèle à la réalité. Nous ne parlerons pas dans une langue étrangère, ni avec de belles paroles. Nous parlerons le langage courant des gens ordinaires, d’une manière fluide, familière et facile à comprendre, afin que les gens puissent comprendre immédiatement ce que nous aurons dit. Hormis les mineurs, ou ceux qui sont trop simples d’esprit ou trop malades mentalement pour le comprendre, tout adulte qui pense normalement sera capable de comprendre, dès qu’il l’entendra, le langage que nous aurons utilisé. Voilà ce que veut dire un langage qui soit familier : c’est ce qu’on appelle le langage courant. Alors, que signifie poursuivre la vérité ? Voir les gens et les choses, se comporter et agir entièrement selon les paroles de Dieu, avec la vérité comme critère, voilà ce que signifie poursuivre la vérité. Voilà à quoi ressemble une définition précise de la poursuite de la vérité. Question : Que signifie poursuivre la vérité ? Réponse : voir les gens et les choses, se comporter et agir entièrement selon les paroles de Dieu, avec la vérité comme critère. Voilà la définition de la poursuite de la vérité. Simple, non ? Certains d’entre vous diront peut-être : « Tu échanges durant tout ce temps sur ce que signifie poursuivre la vérité, alors que la définition tient en une seule phrase. C’est aussi simple que ça ? » Oui, c’est aussi simple que ça. C’est une définition si simple, mais elle touche à tant de sujets connexes, et ces sujets connexes touchent tous au sujet de la poursuite de la vérité. Ces sujets incluent les difficultés de l’homme, ses pensées et ses perspectives, ainsi que toutes les excuses, les justifications, les méthodes et les attitudes que l’homme présente face à la poursuite de la vérité. Il y a aussi la résistance de l’homme à poursuivre la vérité et son refus de le faire, qui sont provoqués par les tempéraments corrompus de l’homme. Bien sûr, les choses dont Je vous ai parlé – les différents chemins et les différentes étapes pour poursuivre la vérité, la manière dont on poursuit la vérité, les résultats qui sont obtenus en poursuivant la vérité et la réalité de la vérité que l’on peut voir chez les gens qui la vivent – ces choses-là touchent également au sujet de la poursuite de la vérité. Le résultat final est le témoignage expérientiel des paroles de Dieu et de l’œuvre de Dieu pour sauver l’homme qui apparaît lorsque les gens poursuivent la vérité et pratiquent et expérimentent Ses paroles. C’est le meilleur résultat. Une des caractéristiques d’un tel témoignage est qu’il témoigne des résultats de l’œuvre de Dieu ; une autre est qu’il témoigne des effets positifs que l’on peut constater chez les personnes qui ont poursuivi la vérité, c’est-à-dire que leurs tempéraments corrompus ont été résolus dans une plus ou moins grande mesure. Par exemple, quelqu’un qui était très arrogant, qui était arbitraire, irréfléchi et suivait sa propre loi dans ses actions, apprend en lisant les paroles de Dieu qu’il s’agit d’un tempérament corrompu, puis il l’accepte et le reconnaît. Peu à peu, il en vient à connaître le mal que ce tempérament corrompu cause aux autres et à lui-même : d’un point de vue plus étroit, cela nuit aux gens, et d’un point de vue plus large, cela perturbe, interrompt et endommage le travail de l’Église. C’est là une partie des résultats : c’est quelque chose que les gens apprennent quand ils comprennent les paroles de Dieu. De plus, sur la base de la révélation des paroles de Dieu, ils reconnaissent leur tempérament corrompu, puis, dans des situations arrangées par Dieu, ils en viennent progressivement à se repentir et ils abandonnent les modes de vie et les visions de leur comportement et de leurs actions qu’ils conservaient autrefois. Ils trouvent des principes et des voies de pratique parmi les paroles de Dieu et ils traitent les questions selon les principes de pratique que Dieu leur a donnés. C’est le vrai repentir et c’est vraiment se reprendre en main. Ils sont capables de se comporter et d’agir sur la base des paroles de Dieu et finalement, ils en viennent à chercher les principes de la vérité chaque fois qu’ils agissent et ils vivent une partie de la réalité en prenant comme base les paroles de Dieu. Voilà un exemple de résolution d’un tempérament arrogant. Le résultat final ainsi obtenu est que cette personne ne vit plus dans l’arrogance. Au lieu de cela, elle a une conscience et une raison, elle est capable de chercher les principes de la vérité et elle se soumet vraiment à la vérité. Ce qu’elle pratique et ce qu’elle vit n’est plus dominé par son tempérament corrompu, elle prend plutôt la vérité comme critère et elle vit la réalité des paroles de Dieu : tel est le résultat. Ce résultat n’est-il pas atteint en poursuivant la vérité ? (Si.) C’est le genre de résultat que la poursuite de la vérité produit chez une personne. Et pour Dieu, vivre de cette manière est un vrai témoignage de Lui et de Son œuvre. C’est un résultat qui est atteint lorsqu’un être créé subit le jugement, le châtiment et l’exposition des paroles de Dieu. C’est un vrai témoignage et c’est une chose glorieuse pour Dieu. Pour l’homme, bien sûr, ce n’est pas une chose glorieuse : on ne peut que l’appeler une chose honorable et fière, et c’est le témoignage qu’un être créé doit avoir et vivre après avoir expérimenté l’œuvre de Dieu. C’est un effet positif qui est obtenu chez une personne qui poursuit la vérité. Dieu considère également cette expérience et cette connaissance, et ce que ces gens vivent, comme des résultats obtenus par Son œuvre. Pour Lui, c’est un témoignage qui riposte à Satan avec une grande force. C’est ce que Dieu aime et ce qu’Il chérit.

Nous venons de définir ce que signifie poursuivre la vérité. Grâce à cette définition, votre vision de ce que signifie poursuivre la vérité s’est-elle rapprochée de la réalité ? (Oui.) Maintenant que nous avons défini la poursuite de la vérité d’une manière que vous comprenez, comment devriez-vous considérer vos anciennes poursuites ? Il est possible que la grande majorité d’entre vous ne soit pas des gens qui poursuivent la vérité. Pour vous, cela peut être un peu déstabilisant à entendre, non ? Relisez encore une fois la définition. (Que signifie poursuivre la vérité ? Réponse : voir les gens et les choses, se comporter et agir entièrement selon les paroles de Dieu, avec la vérité comme critère.) Vous pouvez maintenant le dire avec exactitude. Après réflexion, est-ce correct ? (Oui.) Si vous mesurez vos poursuites et pratiques antérieures en vous basant sur cette définition, quel en sera le résultat ? Vous pourrez savoir si, actuellement, vous possédez ou non la réalité de la vérité, et vous pourrez vérifier si votre conduite actuelle est la poursuite de la vérité. Ce n’est pas une façon abstraite de le dire, n’est-ce pas ? C’est un langage assez familier, n’est-ce pas ? (En effet.) C’est un langage ordinaire que toute personne ordinaire peut comprendre. Bien que cela puisse sembler assez facile à comprendre, les gens ont un problème. De quel problème s’agit-il ? Une fois qu’ils ont compris la définition, ils sont mal à l’aise et déstabilisés. Pourquoi sont-ils déstabilisés ? Parce qu’ils ont le sentiment que leurs souffrances passées et les prix qu’ils ont payés ont été condamnés, qu’ils les ont consentis en vain, ce qui les met mal à l’aise. Certains, ayant entendu cela, diront : « Oh, voilà donc la définition de la poursuite de la vérité. Si nous suivons cette définition, alors tous les prix que nous avons payés et toutes nos dépenses passées n’ont-ils pas été gaspillés ? Si Tu n’avais pas défini ce que signifie poursuivre la vérité, nous aurions continué à penser que tout allait bien dans nos poursuites. Maintenant que Tu as donné cette définition, nos poursuites et les prix que nous avons payés ne sont-ils pas réduits à néant ? Tous nos rêves d’être couronnés et récompensés n’ont-ils pas été ruinés ? Lorsque nous comprenons la vérité, nous devrions être bénis et nos rêves devraient se réaliser, alors pourquoi sommes-nous jugés, maintenant que nous comprenons la vérité ? Pourquoi vivons-nous désespérément dans les ténèbres ? Notre passé et notre présent ont été condamnés et on ne sait pas à quoi ressemblera l’avenir. Il semble que nous n’ayons aucun espoir d’être bénis. » En est-il ainsi ? Que les gens raisonnent de cette façon, est-ce correct ? (Non.) Alors, les gens devraient-ils raisonner de cette façon ? (Non.) Ils ne le devraient pas. Mais il y a une bonne chose à ce sujet : tu peux prier et lire à plusieurs reprises cette définition de la poursuite de la vérité, puis te retourner vers ton passé, regarder ton présent et envisager ton avenir. Tu peux te sentir déstabilisé, mais ce sentiment signifie que tu n’es pas insensible. Tu sais considérer ton passé, ton présent et ton avenir, et tu sais faire des plans pour tes perspectives, y penser, t’en inquiéter et t’agiter à leur sujet. C’est une bonne chose. Cela prouve que tu es encore en vie, que tu es une personne vivante et que ton cœur n’est pas mort. Ce qui est inquiétant, c’est que quelqu’un reste apathique, quoi qu’on lui dise et même si l’on échange avec lui sur le chemin de la poursuite de la vérité. Il se dit : « C’est seulement qui je suis ; qui se soucie de savoir si je suis béni ou si un désastre m’arrive ? Jugez-moi, condamnez-moi, faites ce que vous voulez ! » Quoi qu’on lui dise, il y est insensible. Cela pose des problèmes. Qu’est-ce que J’entends par problèmes ? Cela signifie que quelle que soit la manière dont tu échanges avec lui sur la vérité, il ne la comprendra pas : c’est une personne morte qui n’a pas d’esprit. Il n’a aucune idée de choses comme la croyance en Dieu, la poursuite de la vérité, le salut ou l’œuvre de Dieu pour sauver l’homme, et il ne comprend pas ces choses. C’est comme essayer d’apprendre à chanter à quelqu’un qui n’a pas l’oreille musicale, ou à mélanger les couleurs à un daltonien : ce n’est tout simplement pas faisable. L’échange sur ces choses est dépourvu de toute signification ou valeur pour lui, car quoi que tu puisses dire, que ce soit profond ou superficiel, que ce soit spécifique ou général, cela ne fera aucune différence : il ne ressentira rien dans tous les cas. Il est comme une personne aveugle portant des lunettes, qu’elle porte ces lunettes ou non n’a aucun effet sur sa vision. Certains disent souvent : « quand l’hiver est déjà là, le printemps peut-il être loin ? », « je n’ai pas peur de mourir, alors pourquoi avoir peur de vivre ? » et « j’agite les mains, et je n’emporte même pas un brin de nuage. » Ce sont autant de paroles de morts sans esprit qui se croient très intelligents. Pour le dire en termes spirituels, ils manquent de compréhension spirituelle. Ceux qui manquent de compréhension spirituelle sont des morts, même lorsqu’ils sont vivants. Les morts peuvent-ils comprendre les paroles des vivants ? Ils pensent : « Tout ce discours sur la poursuite de la vérité, et nos opinions sur les gens et les choses, et notre comportement et nos actions, qu’est-ce que cela a à voir avec moi ? Je n’ai pas peur de mourir, alors pourquoi avoir peur de vivre ? » Quiconque suit ce raisonnement est fichu. Il fait partie des morts. Il en est ainsi avec la définition de la poursuite de la vérité. Quels que soient les intentions ou les projets que vous avez pour votre avenir après avoir lu cette définition, ou la façon dont vous allez changer, tout dépend de votre poursuite personnelle. Telles sont les paroles que Je dois dire et le travail que Je dois faire. J’ai dit tout ce que J’avais besoin de dire et J’ai dit tout ce que J’avais à dire. Si vous aimez vraiment la vérité et avez la volonté de la poursuivre, vous feriez bien d’adopter la définition de la poursuite de la vérité que J’ai donnée comme objectif et direction de votre poursuite en ce qui concerne la façon dont vous considérez habituellement les gens et les choses et dont vous vous comportez et agissez, ou adoptez-la comme référence, de sorte que vous puissiez ainsi progressivement entrer dans la réalité des paroles de Dieu et de la vérité. Si tu fais cela, alors dans un avenir proche, tu gagneras certainement quelque chose sur le chemin de la poursuite de la vérité. Certains diront peut-être : « Il n’est jamais trop tard pour poursuivre la vérité. » C’est inexact : si tu ne poursuis pas la vérité avant la fin de l’œuvre de Dieu, il sera trop tard, en effet. Comment expliquer cette idée ? La poursuite de la vérité doit avoir lieu avant la fin de l’œuvre de Dieu. En d’autres termes, cette déclaration est vraie avant que Dieu ait sonné la cloche pour montrer que Son œuvre est arrivée à son terme. Mais quand l’œuvre de Dieu sera terminée et qu’Il dira : « Je ne ferai plus l’œuvre du salut de l’homme et Je ne dirai plus de paroles pour aider les gens à atteindre le salut ou qui impliquent le salut de l’homme. Je ne parlerai plus de telles choses », alors Son œuvre sera vraiment terminée. Si tu attends jusque-là pour poursuivre la vérité, il sera vraiment trop tard. Quoi qu’il en soit, si tu commences à poursuivre la vérité maintenant, il en sera encore temps pour toi : tu as encore une chance d’obtenir le salut. À partir de maintenant, fais absolument tout ton possible pour progressivement voir les gens et les choses et pour te comporter et agir selon les paroles de Dieu, avec la vérité comme critère. Efforce-toi de lire et de comprendre dans un court laps de temps toutes les paroles de Dieu qui exposent les tempéraments corrompus de l’homme, et pratique l’introspection et la connaissance de toi-même. Faire cela est extrêmement avantageux pour ton entrée dans la vie. Prenons, par exemple, parmi les paroles de Dieu qui exposent les tempéraments corrompus de l’humanité, celles qui touchent au tempérament des antéchrists. Ne sont-elles pas les paroles les plus fondamentales ? (Si.) Et que dois-tu faire avec ces paroles comme base ? Te condamner ? Te maudire ? Te déposséder de ton avenir et de ton destin ? Non, tu dois les utiliser pour connaître ton tempérament corrompu. N’essaye pas d’y échapper. C’est un stade par lequel chaque personne doit passer. Que chaque personne doive passer par là, qu’est-ce que cela signifie ? C’est comme lorsque chaque personne naît d’une mère et d’un père, puis grandit, puis vieillit, puis meurt. Ce sont des moments que chaque personne doit traverser un par un. Quelle importance y a-t-il à poursuivre la vérité ? C’est aussi important que la nourriture et la boisson quotidiennes de l’homme. Si tu cessais de manger et de boire chaque jour, ta chair ne pourrait pas survivre ; ta vie ne pourrait pas continuer. « Selon les paroles de Dieu » signifie que tu dois voir les gens et les choses, te comporter et agir entièrement selon les paroles de Dieu, ce qui donne lieu à tes perspectives, à tes méthodes et à tes pratiques. Bien sûr, « selon les paroles de Dieu » est l’équivalent de « avec la vérité comme critère ». Ainsi, dans la définition de la poursuite de la vérité, « selon les paroles de Dieu » est suffisant en soi. Pourquoi faut-il ajouter « avec la vérité comme critère » ? Parce qu’il y a des problèmes spécifiques qui ne sont pas abordés dans les paroles de Dieu. Dans de tels cas, tu dois chercher les principes de la vérité, voir les gens et les choses, te comporter et agir conformément à ces principes. Ce faisant, tu atteindras à coup sûr une exactitude absolue. Avant d’atteindre une exactitude absolue, il faut connaître son tempérament corrompu et reconnaître ses effusions corrompues et son essence corrompue. Après cela, on doit sincèrement se repentir, et donc véritablement se reprendre en main. Chacun des processus de cette série est indispensable, tout comme lorsqu’une personne mange : la nourriture doit être mise dans sa bouche, puis elle doit passer dans l’estomac à travers l’œsophage, après quoi elle est digérée et absorbée. Ce n’est qu’alors qu’elle peut progressivement entrer dans le sang et devenir la nutrition dont le corps a besoin. Les gens poursuivent la vérité et en viennent à la prendre comme critère, ils peuvent alors mettre la vérité en pratique, la vivre et entrer dans sa réalité. Chacun des processus normaux de cette séquence est indispensable : ce sont des étapes obligatoires par lesquelles toute personne qui poursuit la vérité doit passer dans la poursuite de tout élément de la vérité. Certains pourront dire : « Je n’ai pas besoin de ces étapes et de ces processus pour poursuivre la vérité. Je vais simplement chercher la vérité directement, puis la mettre en pratique et en faire ma réalité. » C’est une compréhension simpliste, mais si cela peut donner des résultats, alors bien sûr c’est une meilleure façon. Cela montre que tu as déjà accumulé une certaine quantité de connaissances et de succès tout en apprenant régulièrement à connaître ton tempérament corrompu, de sorte que tu peux te passer des processus d’examen, de connaissance, d’acceptation, de repentir, etc., et t’occuper directement de chercher les principes de la vérité. Pour qu’une personne puisse directement aller chercher les principes de la vérité, il faut qu’elle possède une certaine stature. Que signifie avoir une telle stature ? Cela signifie qu’elle a une véritable connaissance de son tempérament corrompu et que lorsqu’elle ne comprend pas les vérités concernant quelque chose qui lui arrive, elle n’a plus besoin de se connaître, de se repentir ni d’inverser son parcours. Tout ce qu’elle a à faire est d’atteindre directement la compréhension des principes de la vérité, puis de continuer à pratiquer selon ces principes. C’est suffisant. Ce n’est pas la stature d’une personne ordinaire. Une personne d’une telle stature a au moins expérimenté le processus par lequel elle est sévèrement jugée, châtiée, disciplinée et testée par Dieu. Elle s’est soumise à Lui et est déjà sur la voie de la perfection. De telles personnes n’ont pas besoin de processus tels que connaître leur corruption, puis la reconnaître, se repentir et se reprendre en main. Et vous, alors ? La plupart d’entre vous n’ont-ils pas besoin de commencer par se connaître eux-mêmes ? Si tu ne te connais pas toi-même, tu ne seras pas convaincu, il ne te sera pas facile d’accepter la vérité et tu ne seras pas non plus capable d’un vrai repentir. Si tu ne te repens pas vraiment, peux-tu te soumettre à la vérité ? Peux-tu te soumettre à Dieu ? Certainement pas, et dans ce cas, tu n’es pas une personne qui sera sauvée.

Après cet échange, avez-vous maintenant un peu de chemin pour poursuivre la vérité ? Avez-vous l’assurance nécessaire pour la poursuivre ? (Oui.) C’est bien : ce serait inquiétant si vous ne l’aviez pas. Il se peut que certains d’entre vous se sentent négatifs après le sermon. « Oh, non, j’ai un mauvais calibre. J’ai écouté le sermon, mais je n’y comprends rien. Je comprends juste un peu la doctrine. Il semble que je n’aie pas beaucoup de compréhension spirituelle. Je me sens apathique à l’idée de poursuivre la vérité. Dans l’accomplissement de mon devoir, tout ce que je peux faire, c’est travailler un peu. J’ai trop de défauts et je suis plein de tempéraments corrompus. Je suppose que cela ne peut pas être changé. Il en sera ainsi, voilà tout. Être un simple exécutant me suffit. » Quelqu’un qui a ce genre de pensées négatives peut-il s’engager sur le chemin de la poursuite de la vérité ? Cela semble un peu dangereux, car ce sont ces pensées négatives qui constituent une grande barrière à la poursuite de la vérité. Celui qui ne les résout pas ne pourra pas s’engager sur ce chemin, aussi bon soit-il. Certaines personnes ont échoué et sont tombées plusieurs fois sur la voie de la poursuite de la vérité, et elles finissent par se décourager : « C’est bon, je n’ai plus besoin de poursuivre la vérité. Ce n’est pas mon destin d’être béni. Dieu ne l’a-t-Il pas dit Lui-même : “As-tu le visage de quelqu’un qui pourrait gagner des bénédictions ?” Un regard dans le miroir me montre que je suis d’apparence moyenne, avec des yeux sans esprit et des traits mal proportionnés, sans le moindre raffinement. Quelle que soit la façon dont on l’envisage, je ne ressemble tout simplement pas à quelqu’un qui est béni. Si Dieu n’a pas prédestiné qu’il en soit ainsi, les gens peuvent poursuivre autant qu’ils veulent, cela ne servira à rien ! » Regardez la mentalité de ces gens : avec tant de choses hideuses dans leur cœur qui restent à résoudre, comment peuvent-ils s’engager sur la voie de la poursuite de la vérité ? La poursuite de la vérité est la plus grande chose dans la vie, et la pire chose que vous puissiez faire, c’est de toujours la lier à l’obtention de bénédictions. Il faut d’abord résoudre leur intention d’obtenir des bénédictions. Après cela, la poursuite de la vérité sera un peu plus facile. Concernant la poursuite de la vérité, le plus important n’est pas de regarder s’il y a beaucoup de gens sur ce chemin et de ne pas suivre ce que la majorité choisit, mais de se concentrer uniquement sur l’effort pour répondre aux exigences de Dieu, en imitant Pierre. La chose la plus importante est de voir clairement le présent et d’y vivre, de savoir quel est le tempérament corrompu qui se déverse actuellement de toi et de chercher immédiatement et sur-le-champ la vérité pour le résoudre, en l’analysant d’abord et en le connaissant à fond, puis en te repentant devant Dieu. Lorsque tu te repens, mettre la vérité en pratique est de la plus haute importance : c’est le seul moyen d’obtenir de vrais résultats. Si tu dis simplement à Dieu : « Ô Dieu, je suis prêt à me repentir. Je suis désolé. J’ai eu tort. S’il Te plaît, pardonne-moi ! » et que tu penses que c’est tout ce que tu dois faire pour obtenir l’approbation de Dieu, cela marchera-t-il ? (Non.) Si tu es toujours prêt à dire à Dieu : « Ô Dieu, je suis désolé. J’ai eu tort » en espérant, comme tu le fais, que Dieu dira : « Ce n’est pas grave. Continue », si tu vis toujours dans ce genre d’état, tu seras incapable d’entrer dans la vérité. Alors, comment dois-tu prier et te repentir devant Dieu ? Y a-t-il un chemin ? Celui qui en a fait l’expérience peut en parler un peu. Personne ? Il semble que normalement, vous ne fassiez jamais de prières de repentance, ni ne confessiez vos péchés et ne vous repentiez devant Dieu. Alors, comment devriez-vous abandonner vos souhaits et vos propres intentions ? Comment résoudre votre corruption ? Avez-vous un chemin de pratique ? Pour donner un exemple, si tu n’as pas de chemin pour résoudre un tempérament arrogant, tu dois prier Dieu comme ceci : « Ô Dieu, j’ai un tempérament arrogant. Je me crois plus fort que les autres, meilleur que les autres, plus intelligent que les autres, et je veux que les autres fassent ce que je dis. C’est tellement dépourvu de sens. Pourquoi ne puis-je pas lâcher prise, même si je sais que c’est de l’arrogance ? Je Te supplie de me discipliner et de me faire des reproches. Je suis prêt à abandonner mon arrogance et ma propre volonté pour chercher Ta volonté à la place. Je suis prêt à écouter Tes paroles et à les accepter comme ma vie et les principes selon lesquels j’agirai. Je suis prêt à vivre Tes paroles. Je Te supplie de me guider, je Te supplie de m’aider et de me conduire. » Y a-t-il une attitude de soumission dans ces paroles ? Y a-t-il un souhait de se soumettre ? (Oui.) Certains diront peut-être : « Prier une seule fois ne marche pas. Quand quelque chose m’arrive, je vis toujours par mon tempérament corrompu et je veux toujours être aux commandes. » Dans ce cas, continue à prier : « Ô Dieu, je suis si arrogant, si rebelle ! Je Te supplie de me discipliner, d’arrêter ma malfaisance dans son élan et de restreindre mon tempérament arrogant. Je Te supplie de me guider et de me conduire, afin que je puisse vivre Tes paroles et agir et pratiquer selon Tes paroles et Tes exigences. » Présente-toi davantage devant Dieu dans la prière et la supplication, et laisse-Le œuvrer. Plus tes paroles seront sincères et plus ton cœur sera sincère, plus ton désir de renoncer à ta chair et à toi-même sera grand. Lorsque cela submergera ton souhait d’agir selon ta propre volonté, ton cœur se reprendra progressivement en main, et lorsque cela se produira, tu auras l’espoir de pratiquer la vérité et d’agir selon ses principes. Lorsque tu prieras, Dieu ne te dira rien, ne t’indiquera rien et ne te promettra rien, mais Il examinera ton cœur et l’intention derrière tes paroles. Il regardera si ce que tu dis est sincère et vrai, et si tu Le supplies et Le pries avec un cœur honnête. Lorsque Dieu verra que ton cœur est honnête, Il te conduira et te guidera, comme tu le Lui as demandé et L’as prié pour qu’Il le fasse et, bien sûr, Il te réprimandera et te disciplinera également. Lorsque Dieu accomplira ce pour quoi tu L’as supplié, ton cœur sera éclairé et quelque peu changé. Inversement, si tes prières et tes supplications envers Dieu ne sont pas sincères et que tu n’as aucun véritable désir de te repentir, mais que tu essayes simplement d’apaiser Dieu de manière superficielle et de Le tromper avec tes paroles, alors quand Dieu aura examiné ton cœur, Il ne fera rien pour toi, et Il te détestera et te rejettera. Dans ces circonstances, tu ne sentiras pas non plus que Dieu te dit quoi que ce soit ou fait quoi que ce soit, ou entreprend la moindre action, mais Dieu ne fera aucune œuvre en toi, parce que tu es malhonnête de cœur. Et si Dieu n’œuvre pas, que se passera-t-il ? Tout comme tu l’avais prévu, ton cœur n’aura pas le désir de se repentir et il ne se sera pas du tout repris en main. Et donc, dans cet environnement et dans l’événement qui te sera arrivé, ce que tu feras sera toujours dicté par la volonté humaine et les tempéraments corrompus au lieu d’être basé sur les principes de la vérité. Tu agiras et pratiqueras toujours selon ce que tu veux et ce que tu désires. Le résultat de tes prières à Dieu sera le même qu’avant ta prière : il n’y aura pas de changement. Tu feras toujours ce que tu voudras, sans jamais te reprendre en main. Cela signifie que, dans le processus de poursuite de la vérité, les efforts subjectifs des gens sont importants, tout comme leur compréhension de la vérité. En même temps, lorsque les gens comprennent la vérité et souhaitent la mettre en pratique, mais ont du mal à le faire, ils doivent se fier à Dieu et offrir leur cœur et leurs prières sincères. C’est aussi très important : ces choses sont toutes indispensables. Si tout ce que tu fais est de prier Dieu d’une manière superficielle, en disant : « Ô Dieu, j’ai eu tort. Je suis désolé », et si tu es aussi superficiel avec Dieu dans ton cœur que tu l’es dans les paroles de ta prière, alors Dieu ne fera aucune œuvre et Il ne fera pas non plus attention à toi. Si tu dis : « Ô Dieu, je suis désolé. J’ai eu tort », Dieu ne dira certainement pas : « Ce n’est pas grave. » En raison des paroles hâtives et superficielles que tu Lui auras adressées, Dieu te demandera : « En quoi as-tu eu tort ? Que comptes-tu faire ? Veux-tu te repentir ? Vas-tu abandonner ta malfaisance et te reprendre en main ? Vas-tu abandonner ton propre désir, tes intentions et tes intérêts et te hâter de te reprendre en main ? Peux-tu prendre la résolution de te reprendre en main ? » Il se peut que tu n’entendes pas Dieu te demander quoi que ce soit pendant que cela se produit, mais si tu dis à Dieu : « Ô Dieu, je suis désolé. J’ai eu tort », du point de vue de Dieu, Son attitude sera comme Je viens de le dire : Il t’interrogera avec ces paroles. Comment t’interrogera-t-Il ? Il continuera à observer ce que tu fais et les choix que tu fais après avoir dit : « Ô Dieu, je suis désolé. J’ai eu tort. » Il ira voir si tu montres une véritable repentance procédant d’une véritable reconnaissance et d’une véritable haine de ta propre corruption. Dieu ira voir quelle est ton attitude envers Lui, quelle est ton attitude envers la vérité, comment tu considères ton propre tempérament corrompu et quelles opinions tu en as, et si tu as l’intention de renoncer à tes opinions erronées et à tes manières erronées. Il examinera tes choix, Il regardera si tu choisis de suivre la voie de la poursuite de la vérité, comment tu dois agir et les principes que tu dois respecter à l’avenir, si tu peux pratiquer la vérité et te soumettre à Lui. Dieu examinera chacun de tes mouvements, chacune de tes intentions et chacun de tes choix, et ce faisant, Il cherchera à voir si les choses que tu fais après avoir fait ces choix sont vraiment des actions de repentance et si tu te reprends en main. Voilà la question cruciale.

Une fois que les gens ont choisi de se repentir, comment doivent-ils faire pour se reprendre en main ? Vous devez renoncer à vos souhaits, à vos pensées et vos points de vue et à vos anciennes façons de faire les choses pour pratiquer la vérité, et vraiment changer. Voilà ce que signifie vraiment se reprendre en main. Si tu prétends simplement vouloir te reprendre en main, mais qu’au fond, tu t’accroches toujours à tes propres souhaits, que tu abandonnes la vérité et conserves tes anciennes habitudes, alors tu ne te reprendras pas vraiment en main. Si tout ce que tu dis à Dieu lorsque tu pries est : « Ô Dieu, je suis désolé. J’ai eu tort », mais que dans tout ton comportement après cela, tu continues à faire des choix, à agir, à pratiquer et à vivre selon ton propre désir, allant à l’encontre de la vérité dans toutes ces choses, alors du point de vue de Dieu, comment dois-tu être défini ? Tu ne te seras pas repris en main. À tout le moins, Il dira que tu ne veux pas te reprendre en main. Tu peux dire à Dieu : « Ô Dieu, je suis désolé. J’ai eu tort », mais ce ne sont que des paroles superficielles, ce ne sont pas des repentirs et des confessions qui viennent du plus profond de ton cœur. Ils ne reflètent pas une attitude consistant à admettre ta faute et à te repentir : ce ne sont que des paroles creuses. Dieu n’écoute pas ce que tu dis, Il regarde ce que tu penses, planifies et manigances. Et quand Dieu verra que la base et les principes de tes actions sont toujours contraires à la vérité, Il rendra un verdict vrai, réel et précis sur toi. Il te dira : « Tu ne t’es pas repris en main, et tu ne te reprends pas en main. » Et quand Dieu aura dit cela, quand Dieu aura prononcé sur toi ce verdict, Il ne Se préoccupera plus de toi. Et quand Dieu ne Se souciera plus de toi, ton cœur sera sombre dans les jours qui suivront et tu manqueras d’éclairage et d’illumination dans tout ce que tu feras, et tu ne seras pas du tout conscient lorsque tu manifesteras un tempérament corrompu, et tu ne seras pas discipliné pour cela. Tu continueras, insensible et terne, et tu te sentiras creux, et tu auras le sentiment que tu n’as rien sur quoi compter. Pire que tout, tu continueras à te laisser aller à ton comportement arbitraire et irréfléchi, et tu continueras à laisser ton tempérament corrompu enfler et grandir sans contrôle. Voilà ce qui arrivera. Quelle sera la conséquence ultime, pour une personne agissant de cette manière ? Quand une personne renonce à la vérité, la conséquence qu’elle s’attire est que Dieu ne Se soucie plus d’elle. Bien que Dieu ne dise rien et ne t’indique rien de façon claire, tu pourras le ressentir. Sur la base de tes pensées et de tes idées, de tes états réels et de ton attitude vis-à-vis de la vérité, il sera clair que ton état général est un état d’insensibilité, d’ennui, d’intransigeance et autres manifestations de ce genre. Ces choses se reflètent chez les gens. Ainsi, après avoir comparé à cela votre vie réelle et les choses que vous pratiquez, vous voudrez peut-être étudier ou enquêter sur ce qui suit : lorsque tu ne t’es pas du tout retourné vers Dieu, tu peux Lui adresser beaucoup de paroles agréables et mielleuses, mais dans quel état et dans quelle condition te trouves-tu quand tu fais cela ? Et lorsque tu t’es vraiment repris en main, même si tu ne pries pas Dieu avec des mots doux et agréables et que tu parles juste un peu avec ton cœur, dans quel genre d’état et de condition es-tu alors ? Ces deux états sont totalement différents. Dieu peut ne rien indiquer clairement aux gens dans leur vie quotidienne et ne pas leur parler avec des paroles évidentes, mais les gens doivent être capables de ressentir dans leur quotidien l’œuvre du Saint-Esprit, tout ce qu’Il fait et chaque volonté qu’Il souhaite exprimer. Naturellement, les observateurs peuvent également détecter ces choses. Une personne qui était insensible et lente d’esprit peut soudainement devenir intelligente et une personne habituellement intelligente peut soudainement devenir insensible, stupide et vaine. Ces deux conditions ou états peuvent se produire en même temps chez une personne ou chez des personnes différentes : c’est quelque chose qui arrive assez souvent. À partir de là, on peut voir que dans de nombreux cas, être une personne intelligente ou stupide n’est pas une question de cerveau, de pensées ou de calibre : c’est déterminé par Dieu. Est-ce clair ? (Oui.) Tu ne comprendras jamais ces choses tant que tu ne les auras pas expérimentées. Une fois que tu les auras expérimentées, tu sauras : plus ton expérience sera profonde, plus ta compréhension sera complète et plus ton appréciation sera profonde. La volonté de Dieu est dans Ses actions : Il ne t’en donnera pas une indication évidente, ni ne l’abordera avec toi explicitement, ni ne t’en parlera, mais cela ne signifie pas qu’Il n’a aucune position te concernant. Cela ne signifie pas que Dieu n’a aucune opinion sur tes pensées, tes idées, tes états ou tes attitudes. Lorsque quelqu’un a ses intentions et ses plans personnels quand il lui arrive quelque chose, lorsqu’il manifeste clairement un tempérament corrompu, ce sont précisément les moments où il doit réfléchir sur lui-même et poursuivre la vérité, et ce sont aussi des moments critiques où Dieu examine cette personne. Par conséquent, lorsqu’il s’agit de savoir si tu es capable de poursuivre la vérité, d’accepter la vérité et de te repentir vraiment, ce sont les moments qui révèlent le plus ta personne. Dans de tels moments, tu dois admettre que tu as un tempérament corrompu et être disposé à te repentir sincèrement. Tu dois adresser à Dieu une déclaration sincère, plutôt que d’être désinvolte avec Lui en Lui disant : « Ô Dieu, je suis désolé. J’ai eu tort. » Ce que Dieu attend de toi, ce n’est pas ta désinvolture, mais une attitude de repentance sincère. Si tu as des difficultés, Dieu t’aidera, te guidera et te conduira pas à pas dans ta reprise en main, vers le chemin de l’acceptation et de la poursuite de la vérité. Bien sûr, si ton repentir n’existe qu’en paroles ou si tu as l’intention de te repentir et souhaites renoncer à tes intentions et à tes désirs, mais que tu n’es pas sincère à ce sujet et que tu n’as pas la volonté de le faire, Dieu ne va pas te forcer. Quand il s’agit de Dieu, il n’y a pas d’obligations dans Son attitude envers l’homme : Dieu te donne la liberté et Dieu te donne le choix, et Il attend. Qu’est-ce qu’Il attend ? Il attend de voir quel choix tu vas faire et si tu as l’intention de te repentir. Si tu as l’intention de te repentir, quand vas-tu le faire ? Comment ton repentir se manifestera-t-il ? Si tu as l’intention de te repentir et que tu es prêt à le faire, mais que tu essayes toujours de protéger tes propres intérêts lorsque tu agis et que tu désires toujours ne pas perdre ton statut, alors il est clair que tu n’es pas sincèrement repentant, que tu n’es pas sincère à ce sujet. Tu désires juste un peu te repentir, mais tu n’es pas vraiment repentant. Dieu œuvrera-t-Il en toi si tu as simplement l’intention de te repentir, mais que tu ne te repens pas sincèrement ? Non. Il dira : « Eh bien, quand as-tu l’intention de te repentir ? » Tu ne le sauras pas. Dieu te le redemandera-t-Il ? Non. Il te dira : « Donc, tu n’es pas sincèrement repentant. Je vais juste attendre, alors. » Il se peut que tu n’aies pas l’intention de te repentir, que tu ne veuilles pas te repentir ou renoncer à ton statut et à tes intérêts. Très bien. Dieu te donne la liberté et tu peux faire le choix qui te plaît. Dieu ne te forcera pas. Mais il y a un fait que tu dois considérer, comme les Ninivites, si tu ne te reprends pas en main et ne te repens pas, qu’adviendra-t-il ? Tu seras détruit. Si, actuellement, tu as simplement l’intention de te repentir, mais que tu n’as pris aucune mesure réelle pour te repentir, alors Dieu ne Se souciera pas de toi. Pourquoi ne Se souciera-t-Il pas de toi ? Dieu dit : « Tu n’es pas sincère, tu ne déclares pas où tu te positionnes et ton cœur vacille encore. » Après un moment de réflexion, tu peux dire que tu es prêt à te repentir, mais ce n’est qu’une pensée de ta part, une déclaration creuse, sans aucune action ni aucun plan concret. C’est pourquoi Dieu dit : « Je vais simplement écarter les gens comme toi. Tu ne M’intéresses pas. Fais ce que tu veux ! » Quand un jour, tu prendras conscience : « Oh non, je dois me repentir », comment devras-tu t’y prendre ? Dieu ne Se laissera pas berner par tes paroles et n’ira pas œuvrer aveuglément en Se disant : « Il a l’intention de se repentir, alors maintenant Je dois le bénir, n’est-ce pas ? » Dieu ne fera pas cela. Que fera-t-Il ? Il t’examinera. Tu as l’intention de te repentir, tu désires te repentir et ton exigence de repentir est un peu plus forte qu’auparavant, mais qui sait combien de temps il te faudra avant que tu le fasses réellement ? Si tu n’as pas entrepris une démarche concrète et si tu n’as pas de plan concret pour pratiquer la repentance, ce n’est pas une vraie repentance. Tu dois également prendre des mesures concrètes. Une fois que tu auras pris des mesures concrètes, l’œuvre de Dieu suivra. N’y a-t-il pas des principes à l’œuvre de Dieu et à Son traitement des gens ? Lorsque Dieu Se met à œuvrer, la personne gagne l’éclairage, ses yeux brillent, elle est capable de comprendre la vérité et d’entrer dans sa réalité et ses gains sont multipliés par cent, par mille. Une fois que cela se produit, tu es vraiment béni. Alors, sur quelle base les gens doivent-ils s’appuyer pour réaliser ces choses ? (Sur la capacité de vraiment se repentir.) C’est vrai. Lorsque les gens renonceront vraiment à leurs propres intérêts et à leurs désirs, lorsqu’ils se repentiront sincèrement devant Dieu, ce qui signifie qu’ils arrêteront leurs méfaits dans leur élan, abandonneront leur malfaisance, leurs désirs et leurs intentions, se confesseront devant Dieu et accepteront Ses exigences et Ses paroles, alors ils commenceront à entrer dans la réalité de leur reprise en main. Cela seul est la vraie repentance.

Nous venons d’échanger sur des problèmes fréquemment rencontrés au cours de la poursuite de la vérité par l’homme, et sur des problèmes que ceux qui poursuivent la vérité peuvent reconnaître et apprendre à connaître. Ce sont ces mêmes problèmes qui devraient être résolus. Nous n’avons peut-être pas trop expliqué ou disséqué ces problèmes dans le passé, nous n’avons peut-être même pas tiré de conclusions claires à leur sujet, mais concernant chacune des étapes que les hommes expérimentent dans le processus de poursuite de la vérité et les différents comportements et états qu’ils ont au cours de ce processus, Dieu a une œuvre et des paroles connexes, et Il a des moyens et des méthodes pertinents pour les aborder et les résoudre. Les gens peuvent expérimenter et comprendre un peu de toutes ces choses : ils ne doivent pas se méprendre sur Dieu, ni entretenir des notions ou des imaginations sur Dieu qui ne correspondent pas à la réalité. De plus, Dieu donne aux gens une liberté et un libre arbitre suffisants pour faire des choix concernant chaque étape, chaque façon d’agir et chaque façon de pratiquer qui interviennent dans la poursuite de la vérité : Il ne contraint pas les gens. Et bien que ces paroles et ces exigences soient imprimées dans le texte et dites dans un langage clair et précis, il appartient malgré tout à chacun de faire, en toute liberté, son propre choix quant à la manière dont il abordera ces vérités. Dieu ne force pas les gens. Si tu es prêt à poursuivre la vérité, alors tu as l’espoir d’être sauvé. Si tu ne veux pas poursuivre la vérité, si tu ne te soucies pas de ces vérités et que tu les rejettes, si tu n’es pas du tout intéressé par ces façons de pratiquer la poursuite de la vérité, c’est très bien aussi. Dieu ne te forcera pas. C’est bien aussi si tu es simplement disposé à travailler pour Dieu. Tant que tu n’enfreins pas les principes, la maison de Dieu te laissera faire ton propre choix. Bien que la poursuite de la vérité soit inextricablement et étroitement liée à l’obtention du salut, il n’y a cependant pas pénurie de personnes qui ne sont pas intéressées à poursuivre la vérité, qui n’ont aucune pensée à ce sujet ni l’intention de le faire, ni aucun projet de le faire. Ces personnes sont-elles donc condamnées ? Pas exactement. Si ces personnes satisfont aux exigences de la maison de Dieu dans l’accomplissement de leurs devoirs, elles peuvent continuer à les y accomplir. La maison de Dieu ne te privera pas de ton droit d’accomplir un devoir parce que tu ne poursuis pas la vérité. Mais jusqu’à ce jour, accomplir son devoir de cette manière est classé comme un « labeur ». « Labeur » est une belle façon de le dire, c’est le terme que la maison de Dieu utilise, mais en fait, cela pourrait aussi simplement être appelé « accomplir un travail ». Certains d’entre vous disent peut-être : « Quand tu fais un travail, tu perçois un salaire. » Oui, vous pouvez obtenir un salaire pour faire un travail. Alors, quel est ton salaire ? Toutes les grâces que Dieu t’a accordées, voilà ton salaire. Et quant à la poursuite de la vérité, quoi que tu aies l’intention de faire, ou que tu projettes de faire, ou que tu souhaites faire, Je peux te le dire clairement maintenant que tu es libre. Tu peux poursuivre la vérité, c’est bien ; si tu ne le fais pas, c’est bien aussi. Mais la dernière chose que Je vais vous dire, c’est qu’on ne peut être sauvé qu’en poursuivant la vérité. Si vous ne poursuivez pas la vérité, votre espoir d’être sauvés est nul. C’est le fait dont J’aimerais vous informer. Vous devez être informés de ce fait, afin qu’il soit clairement, expressément, précisément et distinctement gravé dans votre cœur : afin que vous sachiez clairement dans votre cœur sur quel fondement repose l’espérance du salut. Si tu te contentes de travailler, en te disant : « Tout va bien si je peux simplement accomplir mon devoir et ne pas être expulsé de la maison de Dieu. Je n’ai pas à m’embêter avec quelque chose d’aussi difficile que de poursuivre la vérité », ce point de vue que tu as est-il viable ? Même si tu crois toujours en Dieu maintenant et même si tu accomplis un devoir, es-tu sûr de pouvoir suivre Dieu jusqu’à la fin ? Quoi qu’il en soit, poursuivre la vérité est une grande affaire dans la vie, c’est plus important que se marier et avoir des enfants, qu’élever ses fils et ses filles, que vivre sa vie et faire fortune. C’est encore plus important que d’accomplir un devoir et de poursuivre un avenir dans la maison de Dieu. En fin de compte, la poursuite de la vérité est la chose la plus importante sur le chemin de vie d’une personne. Si vous n’avez pas encore développé un intérêt pour la poursuite de la vérité, personne ne prononcera un verdict sur vous ni ne dira que vous ne poursuivrez pas la vérité à l’avenir. Moi non plus, Je ne rendrai pas de verdict sur vous ni ne dirai que si vous ne poursuivez pas la vérité maintenant, vous ne le ferez jamais à l’avenir. Ce n’est pas ce qui se passe. Il n’y a pas une telle relation logique. Ce n’est pas la réalité. Quoi qu’il en soit, J’espère que dans un avenir proche, ou même en ce moment même, vous pourrez vous engager sur le chemin de la poursuite de la vérité, devenir des gens qui poursuivent la vérité et compter parmi ceux qui espèrent le salut.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp