Paroles de Dieu quotidiennes | « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme » | Extrait 174

29 juillet 2020

Le travail de l'homme signifie son expérience et son humanité. Ce que l'homme apporte et le travail qu'il accomplit le représentent. L'idée de l'homme, le raisonnement de l'homme, la logique de l'homme et sa riche imagination sont tous inclus dans son travail. L'expérience de l'homme est particulièrement apte à signifier son travail, et les expériences d'une personne deviennent les composantes de son travail. Le travail de l'homme peut exprimer son expérience. Quand certaines gens font une expérience d'une manière négative, la majeure partie du langage de leur échange se composera d'éléments négatifs. Si leur expérience, sur une période donnée, est positive et qu'ils empruntent particulièrement un chemin en étant positifs, leur échange est très encourageant et les gens sont en mesure d'en tirer des éléments positifs. Si un ouvrier devient négatif pendant un certain temps, son échange comportera toujours des éléments négatifs. Ce genre d'échange est déprimant et les autres seront inconsciemment déprimés après son échange. L'état des disciples change en fonction de l'état du guide. Un ouvrier exprime ce qui l'habite à l'intérieur, et l'œuvre du Saint-Esprit change souvent avec l'état de l'homme. Il œuvre en accord avec l'expérience des gens et ne les force pas, mais impose des exigences aux gens selon le cours normal de leur expérience. Ce qui revient à dire que l'échange de l'homme diffère de la parole de Dieu. Ce sur quoi les gens échangent transmet les idées et l'expérience de chacun, exprimant leurs idées et leur expérience en fonction de l'œuvre de Dieu. Leur responsabilité est de découvrir, après que Dieu a œuvré ou parlé, ce qu'ils devraient pratiquer de Son œuvre et de Ses paroles, dans quelles parties ils devraient entrer, puis de le livrer aux disciples. Par conséquent, le travail de l'homme représente son entrée et sa pratique. Bien sûr, un tel travail est mélangé avec des leçons humaines et avec l'expérience ou certaines pensées humaines. Quelle que soit la façon dont le Saint-Esprit œuvre, en l'homme ou en Dieu incarné, les ouvriers expriment toujours ce qu'ils sont. Bien que ce soit le Saint-Esprit qui œuvre, l'œuvre est fondée sur ce que l'homme est par nature, parce que le Saint-Esprit ne travaille pas sans fondement. En d'autres termes, l'œuvre ne vient pas de rien, mais est toujours faite conformément à des circonstances véritables et à des conditions réelles. C'est seulement de cette manière que le tempérament de l'homme peut être transformé, que ses vieilles notions et ses vieilles pensées peuvent être changées. Ce que l'homme exprime est ce qu'il voit, ce qu'il expérimente et ce qu'il peut imaginer, et c'est atteignable par la pensée de l'homme même si ce sont des doctrines et des notions. Le travail de l'homme ne peut pas dépasser la portée de l'expérience de l'homme, ni ce que l'homme voit, ni ce qu'il peut imaginer ou concevoir, peu importe la quantité de ce travail. Ce que Dieu exprime est ce qu'Il est Lui-même, et c'est inatteignable par l'homme, c'est-à-dire que c'est au-delà de la portée de la pensée de l'homme. Il exprime Son œuvre de direction de toute l'humanité, et cela n'a aucun rapport avec les détails de l'expérience humaine, mais concerne plutôt Sa propre gestion. Ce que l'homme exprime, c'est son expérience, alors que ce que Dieu exprime, c'est Son être qui est Son tempérament inhérent et est inaccessible à l'homme. L'expérience de l'homme se compose de ses idées et de ses connaissances acquises à partir de l'expression par Dieu de Son être. De telles idées et de telles connaissances sont appelées l'être de l'homme et leur expression est basée sur le tempérament et le calibre inhérents de l'homme ; c'est pourquoi elles sont aussi appelées l'être de l'homme. L'homme peut échanger sur ce qu'il expérimente et ce qu'il voit. Personne ne peut échanger sur ce qu'il n'a pas expérimenté, n'a pas vu ou sur ce qui est inaccessible à son esprit, ces choses n'étant pas à l'intérieur de lui. Si ce que l'homme exprime ne vient pas de son expérience, c'est alors son imagination ou de la doctrine. En termes simples, il n'y a aucune réalité dans ses paroles. Si tu n'entrais jamais en contact avec les choses de la société, tu ne seras pas en mesure de bien échanger sur les relations complexes dans la société. Si tu n'avais pas de famille et que d'autres personnes parlaient de problèmes familiaux, tu ne comprendrais pas la majorité de ce qu'ils disent. Alors, ce sur quoi l'homme échange et le travail qu'il fait représentent son être intérieur. Si quelqu'un échangeait sur sa compréhension du châtiment et du jugement, mais que tu n'en avais aucune expérience, tu n'oserais pas nier sa connaissance, encore moins oserais-tu y accorder ta confiance à cent pour cent. Cela s'explique par le fait que tu n'as jamais expérimenté, n'as jamais connu et ne peux pas imaginer le sujet de son échange. De sa connaissance, tu ne peux que retenir pour l'avenir une manière de subir le châtiment et le jugement. Mais cela ne peut être qu'une compréhension doctrinale et ne peut pas remplacer ta propre compréhension, encore moins ton expérience. Peut-être penses-tu que ce qu'il dit est tout à fait correct, mais selon ta propre expérience, tu découvres que c'est impraticable de nombreuses façons. Peut-être sens-tu que quelque chose de ce que tu entends est complètement impraticable ; tu en tires des notions au moment de l'écoute, et même si tu les acceptes, tu le fais seulement avec réticence. Mais dans ta propre expérience, la connaissance de laquelle tu as tiré des notions devient ton mode de pratique et plus tu pratiques, plus tu comprends la valeur réelle et le sens réel des paroles que tu as entendues. Après avoir vécu ta propre expérience, tu peux alors parler de la connaissance que tu devrais avoir sur les choses que tu as expérimentées. En outre, tu peux également faire la distinction entre ceux dont la connaissance est réelle et pratique et ceux dont la connaissance est basée sur la doctrine et sans valeur. Donc, que les connaissances que tu professes s'accordent avec la vérité ou non dépend en grande partie de l'expérience pratique que tu en as. Lorsqu'il y a de la vérité dans ton expérience, ta connaissance sera pratique et précieuse. Par ton expérience, tu peux aussi acquérir un discernement et une perspicacité, approfondir tes connaissances, et augmenter ta sagesse et ton bon sens au sujet de la manière dont tu devrais te comporter. La connaissance exprimée par des gens qui ne possèdent pas la vérité est de la doctrine, aussi élevée soit-elle. Des gens de ce genre peuvent être très intelligents quand il est question de la chair, mais sont incapables de distinction quand il est question de sujets spirituels. Ces gens en effet n'ont aucune expérience des sujets spirituels. Ces gens ne sont pas éclairés en ce qui concerne les sujets spirituels et ne comprennent pas les sujets spirituels. Peu importe le genre de connaissance que tu exprimes, aussi longtemps qu'il s'agisse de ton être, alors c'est de ton expérience personnelle et de ta connaissance réelle qu'il s'agit. Quant aux gens qui ne parlent que de la doctrine, c'est-à-dire ceux qui ne possèdent ni la vérité ni la réalité, on peut dire que ce dont ils discutent peut aussi être appelé leur être, car leur doctrine est le fruit de leur contemplation profonde et est le résultat de leur profonde rumination. Mais ce n'est que de la doctrine, rien de plus que l'imagination !

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Montrer plus

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Laisser un commentaire

Partager

Annuler