L’œuvre et l’entrée (4)

Si l’homme peut vraiment entrer conformément à l’œuvre du Saint-Esprit, sa vie grandira rapidement comme une pousse de bambou après la pluie au printemps. À en juger par la stature actuelle de la grande majorité, les gens n’attachent aucune importance à la vie et accordent plutôt de l’importance à certaines questions qui semblent n’avoir aucune conséquence. Ou bien ils se précipitent çà et là, travaillant sans but, d’une manière aléatoire et sans concentration, sans savoir quelle direction ils devraient, et encore moins pour qui. Ils « se cachent humblement », c’est tout. En vérité, seulement quelques-uns parmi vous connaissent les intentions de Dieu dans les derniers jours. À peine quelques-uns connaissent l’empreinte de Dieu, mais, pire encore, personne ne sait ce que sera l’accomplissement ultime de Dieu. Pourtant, tous, par pur courage et pure endurance, subissent la discipline et le traitement des autres, comme s’ils s’étirent les muscles et se tiennent prêts au combat[1] par anticipation de leur heure de gloire. Je ne proposerai aucun commentaire sur ces « étranges spectacles » parmi l’humanité, mais il y a un point que vous devez tous comprendre. En ce moment, la plupart des gens progressent vers une anomalie[2], les pas de leur entrée conduisant déjà vers une impasse[3]. Il y en a peut-être beaucoup qui pensent que c’est une utopie en dehors du monde humain, une utopie que l’homme désire ardemment, croyant que c’est le domaine de la liberté, mais en fait, ce ne l’est pas. Ou, possiblement, l’on pourrait dire que les gens sont déjà égarés. Mais, peu importe ce que les gens font, Je veux quand même parler de ce en quoi l’homme devrait entrer. Les mérites et les faiblesses des multitudes ne sont pas le thème principal de ce discours. J’espère que vous tous, frères et sœurs, pourrez recevoir Mes paroles de la bonne manière et ne pas vous méprendre sur Mon intention.

Dieu S’est incarné dans la Chine continentale ou, selon les mots des compatriotes de Hong Kong et de Taiwan, dans « l’intérieur ». Quand Dieu est venu du ciel sur la terre, personne dans le ciel ou sur la terre n’en était conscient, car c’est le vrai sens de l’expression, Dieu qui revient en secret. Il a œuvré et vécu longtemps dans la chair, et pourtant personne n’en a été conscient. Même aujourd’hui, personne ne le reconnaît. Cela restera peut-être une énigme éternelle. La venue de Dieu dans la chair cette fois ne peut absolument être connue par aucun être humain. Peu importe l’envergure et la puissance de l’impact de l’œuvre de l’Esprit, Dieu reste toujours impassible, ne révélant jamais rien. On pourrait dire que cette étape de Son œuvre est la même que si elle se déroulait dans le royaume céleste. Même si c’est parfaitement évident pour tous ceux qui ont des yeux, personne ne le reconnaît. Quand Dieu terminera cette étape de Son œuvre, toute l’humanité rompra avec son attitude habituelle[4] et se réveillera de son long sommeil. Je Me souviens qu’une fois Dieu a dit : « Venir dans la chair en ce moment, c’est comme tomber dans l’antre du tigre. » Cela signifie que plus encore qu’auparavant, Dieu est confronté à un danger extrême en venant sur terre cette fois-ci, car dans ce cycle de Son œuvre, Il vient dans la chair et, de plus, Il est né dans la demeure du grand dragon rouge. Il fait face à des couteaux, des fusils, des bâtons et des gourdins ; Il fait face à la tentation ; Il fait face à des foules de gens dont le visage affiche leur dessein meurtrier. Il risque d’être tué à tout moment. Dieu est venu en portant la colère avec Lui. Cependant, Il est venu dans le but de faire l’œuvre de la perfection, c’est-à-dire qu’Il est venu faire la deuxième partie de Son œuvre qui se poursuit après l’œuvre de la rédemption. Dieu a consacré la plus grande pensée et les plus grands soins au succès de cette étape de Son œuvre et Il utilise tous les moyens imaginables pour éviter les assauts de la tentation, se dissimulant Lui-même humblement et n’étalant jamais Son identité. En sauvant l’homme par la croix, Jésus n’accomplissait que l’œuvre de la rédemption ; Il ne faisait pas l’œuvre de la perfection. Ainsi, seule la moitié de l’œuvre de Dieu était accomplie, et la fin de l’œuvre de la rédemption ne constituait que la moitié de Son plan d’ensemble. Comme la nouvelle ère était sur le point de commencer et l’ancienne sur le point de se retirer, Dieu le Père a commencé à élaborer la deuxième partie de Son œuvre et à la préparer. Cette incarnation dans les derniers jours n’a pas été clairement prophétisée dans le passé, établissant ainsi un fondement pour le secret plus profond qui entoure cette autre venue de Dieu dans la chair. À l’orée du jour, à l’insu de toutes les multitudes dans l’humanité, Dieu est venu sur terre et a commencé Sa vie dans la chair. Les gens ignoraient la venue de ce moment. Ils étaient peut-être tous endormis ; beaucoup de ceux qui étaient bien réveillés étaient peut-être en attente, et beaucoup priaient peut-être silencieusement Dieu qui est au ciel. Pourtant, parmi tous ces gens nombreux, pas un seul ne savait que Dieu était déjà arrivé sur la terre. Dieu a travaillé comme cela afin de réaliser plus facilement Son œuvre, d’obtenir de meilleurs résultats et également afin de prévenir plus de tentations. Lorsque l’assoupissement printanier de l’homme aura cessé, l’œuvre de Dieu aura été terminée depuis longtemps et Il partira, mettant un terme à Son itinérance et à Son séjour sur la terre. Parce que l’œuvre de Dieu exige qu’Il agisse et parle en Son propre nom, et parce qu’il n’y a aucun moyen pour l’homme d’intervenir, Dieu a enduré une souffrance extrême afin de venir sur la terre et faire l’œuvre Lui-même. L’homme est incapable de faire l’œuvre de Dieu à Sa place. Pour cette raison, Dieu a bravé des dangers plusieurs milliers de fois supérieurs à ceux de l’ère de la Grâce pour descendre dans le pays où demeure le grand dragon rouge et faire Sa propre œuvre, occupant toute Sa pensée et Ses soins pour racheter ces gens appauvris, ces gens embourbés dans un tas de fumier. Même si personne n’est au courant de l’existence de Dieu, Dieu n’en est pas troublé parce que cela bénéficie grandement Son œuvre. Étant donné que tous sont odieux et mauvais à l’extrême, comment pourraient-ils tolérer l’existence de Dieu ? Voilà pourquoi c’est toujours dans le silence que Dieu vient sur la terre. Peu importe que l’homme ait sombré dans les pires excès de la cruauté, Dieu ne le prend pas à cœur, mais continue seulement à accomplir l’œuvre qu’Il doit faire afin de réaliser la plus grande commission que le Père céleste Lui a confiée. Qui parmi vous a reconnu la beauté de Dieu ? Qui montre plus de considération pour le fardeau de Dieu le Père que le fait Son Fils ? Qui peut comprendre la volonté de Dieu le Père ? L’Esprit de Dieu le Père dans le ciel est souvent troublé, et Son Fils sur la terre prie constamment en raison de la volonté de Dieu le Père, S’inquiétant jusqu’à S’en déchirer le cœur. Quelqu’un connaît-il l’amour de Dieu le Père pour Son Fils ? Est-ce que quelqu’un sait jusqu’à quel point l’amour de Dieu le Père manque au cœur du Fils bien-aimé ? Déchirés entre le ciel et la terre, les deux Se regardent de loin constamment, Se suivant l’un l’autre en Esprit. Ô humanité ! Quand seras-tu attentive au cœur de Dieu ? Quand comprendras-tu le dessein de Dieu ? Le Père et le Fils ont toujours dépendu l’un de l’autre. Pourquoi alors devraient-ils être séparés, l’un au ciel en haut et l’autre sur terre en bas ? Le Père aime Son Fils comme le Fils aime Son Père. Pourquoi alors le Père doit-Il attendre le Fils avec un désir si profond et si douloureux ? Ils n’ont peut-être pas été séparés longtemps, mais qui sait combien de jours et de nuits le Père a été pris d’un désir douloureux et combien de temps Il a langui après le retour rapide de Son Fils bien-aimé ? Il observe, Il S’assoit dans la quiétude et Il attend ; Il ne fait rien qui ne soit pour le retour rapide de Son Fils bien-aimé, le Fils qui a erré jusqu’aux confins de la terre : quand seront-Ils réunis ? Même s’ils seront ensemble pour l’éternité une fois réunis, comment peut-Il supporter les milliers de jours et de nuits de séparation, l’un dans le ciel au-dessus et l’autre sur la terre au-dessous ? Des dizaines d’années sur la terre sont comme des milliers d’années dans le ciel. Comment Dieu le Père pourrait-Il ne pas s’inquiéter ? Quand Dieu vient sur la terre, Il éprouve les innombrables vicissitudes du monde humain tout comme l’homme. Dieu est innocent, alors pourquoi devrait-Il endurer la même souffrance que l’homme ? Il n’est pas étonnant que Dieu le Père désire si urgemment revoir Son Fils. Qui peut comprendre le cœur de Dieu ? Dieu donne trop à l’homme ; comment l’homme peut-il adéquatement rembourser le cœur de Dieu ? Par contre, l’homme donne trop peu à Dieu ; comment alors Dieu pourrait-Il ne pas être inquiet ?

Presque personne parmi les hommes ne comprend l’urgence dans l’état d’esprit de Dieu, parce que le calibre des êtres humains est trop inférieur et leur esprit vraiment terne, et donc ils ne voient ni ne prêtent attention à ce que Dieu fait. Pour cette raison, Dieu est constamment mal à l’aise au sujet de l’homme, comme si la nature bestiale de l’homme pouvait éclater à tout moment. Cela démontre encore plus clairement que la venue de Dieu sur terre est accompagnée des tentations toujours plus grandes. Mais, afin de rendre complet un groupe de gens, Dieu, pleinement chargé de gloire, a révélé tous Ses desseins à l’homme, ne lui cachant rien. Il a fermement décidé de rendre complet ce groupe de gens et, par conséquent, que viennent n’importe quelles difficultés ou tentations, Il tourne les yeux et les ignore. Il accomplit tout simplement Sa propre œuvre tranquillement, croyant fermement que le jour où Dieu aura obtenu Sa gloire, l’homme Le connaîtra, et croyant qu’une fois que l’homme aura été rendu complet par Dieu, il comprendra pleinement le cœur de Dieu. En ce moment, il peut y avoir des gens qui tentent Dieu ou qui comprennent mal Dieu ou qui blâment Dieu ; Dieu ne prend rien de tout cela à cœur. Quand Dieu descendra dans la gloire, tous les gens comprendront que tout ce que Dieu fait est pour le bonheur de l’humanité, et tous comprendront que tout ce que Dieu fait est pour que l’humanité survive. Dieu vient apportant la tentation et Il vient aussi avec majesté et colère. Au moment où Dieu quitte l’homme, Il a déjà acquis Sa gloire depuis longtemps et Il part pleinement chargé de gloire, dans la joie du retour. Le Dieu qui œuvre sur la terre ne prend pas les choses à cœur, peu importe le rejet des gens. Il continue tout simplement à accomplir Son œuvre. La création du monde par Dieu remonte à des milliers d’années. Il est venu sur la terre pour faire une quantité incommensurable de travail et Il a pleinement vécu le rejet et la calomnie du monde humain. Personne n’accueille l’arrivée de Dieu ; Il est accueilli froidement. Au long de ces quelques milliers d’années de labeur ardu, la conduite de l’homme a depuis longtemps blessé à vif le cœur de Dieu. Il ne porte plus attention à la rébellion des gens, et a plutôt établi un autre plan pour transformer et purifier l’homme. La dérision, la calomnie, la persécution, la tribulation, la souffrance de la crucifixion, l’ostracisme de l’homme et ainsi de suite, tout ce que Dieu a connu dans la chair, Dieu l’a suffisamment expérimenté. Dieu qui est venu dans la chair a pleinement souffert des misères du monde humain. Depuis longtemps, l’Esprit de Dieu le Père dans le ciel ne supporte plus de voir ces horreurs et, relevant la tête vers l’arrière et fermant les yeux, Il attend le retour de Son Fils bien-aimé. Il n’a qu’un seul désir : que l’humanité écoute, obéisse et, après avoir ressenti la plus grande honte devant Sa chair, qu’elle cesse de se rebeller contre Lui. Tout ce qu’Il souhaite, c’est que l’humanité croie en l’existence de Dieu. Il y a longtemps, Il a cessé d’exiger davantage de l’homme parce que le prix que Dieu a payé est trop élevé, mais l’homme se repose confortablement[5] et ne prend pas du tout l’œuvre de Dieu à cœur.

Bien que ce dont Je parle aujourd’hui au sujet de l’œuvre de Dieu puisse beaucoup contenir d’« absurdités sans fondement »[6], c’est néanmoins d’une profonde pertinence pour l’entrée de l’homme. Je parle simplement un peu de l’œuvre et ensuite Je parle un peu de l’entrée, mais les deux aspects sont indispensables et, une fois combinés, ils sont encore plus bénéfiques pour la vie de l’homme. Ces deux aspects se complètent l’un l’autre[7] et sont très bénéfiques, permettant aux gens de mieux comprendre la volonté de Dieu et rendant possible la communication entre les gens et Dieu. Par la discussion d’aujourd’hui sur l’œuvre, la relation de l’humanité avec Dieu s’améliore davantage, la compréhension mutuelle est approfondie et l’homme est capable de mieux considérer le fardeau de Dieu et de mieux s’en soucier ; l’homme est amené à ressentir ce que Dieu ressent, à avoir plus confiance d’être changé par Dieu et à attendre la réapparition de Dieu. C’est la seule requête de Dieu à l’homme aujourd’hui : vivre l’image de quelqu’un qui aime Dieu, faisant en sorte que la lumière de la cristallisation de la sagesse de Dieu rayonnera dans l’âge des ténèbres et que la vie de l’homme pourra laisser derrière elle une page rayonnante dans l’œuvre de Dieu, brillant pour toujours à l’est du monde, commandant l’attention du monde et l’admiration de tous. C’est assurément une entrée encore meilleure pour ceux qui aiment Dieu à l’époque actuelle.

Notes de bas de page :

1. « S’étirent les muscles et se tiennent prêts au combat » est employé d’une façon moqueuse.

2. « Anomalie » signifie que l’entrée des personnes est perverse et leurs expériences, unilatérales.

3. « Une impasse » signifie que les gens parcourent un chemin opposé à la volonté de Dieu.

4. « Rompra avec son attitude habituelle » se réfère à la façon dont les notions et les points de vue des gens sur Dieu changent une fois qu’ils connaissent Dieu.

5. « Se repose confortablement » signifie que les gens sont nonchalants de l’œuvre de Dieu et ne la considèrent pas comme importante.

6. « Absurdités sans fondement » signifie que les gens sont fondamentalement incapables de saisir la source des paroles que Dieu dit et n’ont aucune idée de ce dont Il parle. Cette phrase est utilisée ironiquement.

7. « Se complètent l’un l’autre » signifie que « l’œuvre » et « l’entrée » dans les échanges seraient encore plus profitables à notre connaissance de Dieu.

Précédent: L’œuvre et l’entrée (3)

Suivant: L’œuvre et l’entrée (5)

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

L’œuvre et l’entrée (9)

Des traditions ethniques établies et une mentalité ont depuis longtemps jeté une ombre sur l’esprit d’enfant pur de l’homme, et elles ont...

Tout est accompli par la parole de Dieu

Dieu est venu sur terre principalement pour prononcer Ses paroles ; ce à quoi tu collabores ; ce que tu vois, c’est la parole de Dieu ; ce que tu entends, c’est la parole de Dieu ; ce à quoi tu te conformes, c’est la parole de Dieu ; ce que tu expérimentes, c’est la parole de Dieu ; et cette incarnation de Dieu utilise principalement la parole pour perfectionner l’homme. Il ne montre pas des signes et des prodiges et surtout ne fait pas l’œuvre que Jésus a faite dans le passé.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre