L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I

Aujourd’hui, notre communication porte sur un thème important. Ce thème fait l’objet de débats depuis le commencement de l’œuvre de Dieu et est d’une très grande importance pour chacun. En d’autres termes, c’est une question que tout croyant en Dieu rencontrera sur son parcours et qui doit être abordée. C’est une question cruciale, inévitable, dont l’humanité ne peut faire l’économie. D’ailleurs, quelle est la chose la plus importante pour tout croyant en Dieu ? Certains pensent que le plus important, c’est de comprendre la volonté de Dieu ou qu’il est plus important de manger et de boire davantage Ses paroles. D’autres estiment que le plus important, c’est de se connaître et d’autres encore sont d’avis que le plus important, c’est de savoir comment trouver le salut en Dieu, comment Le suivre et comment accomplir Sa volonté. Nous allons mettre toutes ces questions de côté aujourd’hui. De quoi allons-nous donc discuter alors ? Nous allons discuter de Dieu. Est-ce le thème le plus important pour chacun ? Qu’est-ce que ce sujet implique ? Bien sûr, il ne peut absolument pas être traité séparément du tempérament de Dieu, de Son essence et de Son œuvre. Aujourd’hui, notre sujet de discussion est donc : « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même ».

Depuis que les hommes ont commencé à croire en Dieu, ils ont abordé des thèmes tels que l’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même. Pour ce qui est de l’œuvre de Dieu, certaines personnes diront : « L’œuvre de Dieu s’accomplit sur nous ; nous en faisons l’expérience tous les jours, donc nous la connaissons plus ou moins. » En parlant du tempérament de Dieu, certaines personnes diront : « Le tempérament de Dieu est un thème que nous étudions, que nous explorons et sur lequel nous nous concentrons toute notre vie, donc nous devrions le connaître. » Quant à Dieu Lui-même, certains diront : « Dieu Lui-même, c’est Celui que nous suivons, en qui nous croyons et que nous cherchons. Nous ne sommes donc pas non plus mal informés sur Lui. » Dieu n’a jamais cessé Son œuvre depuis la création. À travers elle, Il a continué à exprimer Son tempérament et a exprimé Sa parole par divers moyens. En même temps, Il n’a jamais cessé de S’exprimer Lui-même et d’exprimer Son essence à l’humanité, Sa volonté envers l’homme et ce qu’Il exige de lui. D’un point de vue littéral, ces thèmes ne devraient donc pas être étrangers à qui que ce soit. Pour les gens qui suivent Dieu aujourd’hui, cependant, l’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même demeurent en fait largement inconnus. Pourquoi cela ? Quand les hommes font l’expérience de l’œuvre de Dieu, ils entrent également en contact avec Lui, ce qui leur donne l’impression de comprendre Son tempérament ou de le connaître en partie. En conséquence, les hommes ne pensent pas que l’œuvre de Dieu ou Son tempérament leur soient étrangers. Au contraire, ils estiment bien connaître Dieu et comprendre beaucoup de choses à Son sujet. Mais pour le moment, cette compréhension que beaucoup ont de Dieu se restreint à ce qu’ils ont lu dans des livres, se limite à leurs expériences personnelles, est contenue par leur imagination et, surtout, réduite aux faits qu’ils peuvent voir de leurs propres yeux. Tout cela est très éloigné du vrai Dieu Lui-même. Quand nous disons « éloigné », encore faut-il savoir à quel degré. L’homme lui-même n’en est peut-être pas sûr ou peut-être en a-t-il une certaine notion, une petite idée. Or, quand il s’agit de Dieu Lui-même, la compréhension qu’En a l’homme est bien trop éloignée de l’essence du vrai Dieu Lui-même. C’est pour cela que nous devons nécessairement échanger de façon concrète et systématique sur « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même ».

En fait, le tempérament de Dieu est ouvert à tous et n’est pas caché, car Il n’a jamais délibérément évité quiconque et n’a jamais cherché délibérément à Se cacher pour empêcher les gens de Le connaître ou de Le comprendre. Le tempérament de Dieu a toujours été d’être ouvert et de regarder chacun en face de manière franche. Dans Sa gestion, Dieu réalise Son œuvre au su de tous et Son œuvre se fait en chaque personne. En faisant cette œuvre, Il révèle continuellement Son tempérament, Il emploie continuellement Son essence, ainsi que ce qu’Il a et est, pour guider chaque personne et lui fournir ce dont elle a besoin. Quelle que soit l’ère ou l’étape, que les circonstances soient bonnes ou mauvaises, le tempérament de Dieu est toujours ouvert à chaque individu, et Ses possessions et Son être sont toujours perceptibles par chacun, de même que Sa vie soutient l’humanité et lui fournit ce dont elle a besoin, constamment et incessamment. Malgré tout cela, le tempérament de Dieu demeure caché pour certains. Pourquoi ? Parce que même si ces gens vivent dans l’œuvre de Dieu et Le suivent, ils n’ont jamais cherché à comprendre Dieu ni voulu apprendre à Le connaître, et encore moins à se rapprocher de Lui. Pour ces gens, comprendre le tempérament de Dieu signifie que leur fin est proche, qu’ils sont sur le point d’être jugés et condamnés par Son tempérament. Par conséquent, ils n’ont jamais voulu comprendre Dieu ni Son tempérament et n’ont jamais aspiré à approfondir leur compréhension ni leur connaissance de Sa volonté. Ils ne cherchent pas à comprendre la volonté de Dieu par une coopération consciente. Ils ne font que les choses qu’ils veulent faire : ils en profitent toujours et ne s’en lassent jamais, tout simplement. Ils croient au Dieu auquel ils veulent croire, qui n’existe que dans leur imagination, qui n’existe que dans leurs notions. Ils croient en un Dieu qui ne peut pas être séparé d’eux dans leur vie quotidienne. Quant au vrai Dieu Lui-même, ils Le dédaignent entièrement, ils n’ont aucun désir de Le comprendre, de Lui prêter attention et encore moins de se rapprocher de Lui. Ils n’utilisent les mots que Dieu exprime que pour se mettre en valeur, pour exagérer leurs mérites. Selon eux, cela fait déjà d’eux des croyants remarquables et des gens qui ont la foi en Dieu dans leur cœur. Dans leur cœur, ils sont guidés par leur imagination, par leurs notions et même par leurs définitions personnelles de Dieu. Le vrai Dieu Lui-même, en revanche, n’a absolument rien à voir avec eux. Car, s’ils comprenaient le vrai Dieu Lui-même, Son vrai tempérament et ce qu’Il a et est, alors cela signifierait que leurs actions, leur foi et leurs quêtes seraient condamnées. C’est pour cela qu’ils refusent de comprendre l’essence de Dieu, qu’ils sont réticents et peu disposés à chercher activement ou à prier pour mieux Le comprendre, mieux connaître Sa volonté et mieux saisir Son tempérament. Ils préféreraient que Dieu soit une pure invention, creuse et vague. Ils préféreraient que Dieu soit exactement comme ils L’ont imaginé, quelqu’un qui soit à leur entière disposition, qui soit une réserve inépuisable et qui soit toujours disponible. Quand ils veulent bénéficier de la grâce de Dieu, ils Lui demandent d’être cette grâce. Quand ils ont besoin de Sa bénédiction, ils Lui demandent d’être cette bénédiction. Quand ils sont confrontés à l’adversité, ils Lui demandent de les rendre plus hardis, d’être leur filet de sécurité. Leur connaissance de Dieu est confinée à la grâce et à la bénédiction. Leur compréhension de Son œuvre, de Son tempérament et de Dieu Lui-même se limite également à leur imagination et aux lettres et doctrines. Mais il y a des gens qui sont résolus à comprendre le tempérament de Dieu, qui veulent véritablement voir Dieu Lui-même et qui comprennent vraiment Son tempérament et ce qu’Il a et est. Ces gens sont à la recherche de la réalité de la vérité et du salut de Dieu. Ils cherchent à recevoir la conquête, le salut et la perfection de Dieu. C’est avec leur cœur que ces gens lisent la parole de Dieu, c’est avec leur cœur qu’ils apprécient chaque situation, chaque personne, chaque événement et chaque chose que Dieu a arrangés pour eux. Ils prient et cherchent avec sincérité. Ils veulent avant tout connaître la volonté de Dieu et comprendre Son vrai tempérament et Sa véritable essence, afin de ne plus L’offenser et, par leurs expériences, de mieux voir Sa beauté et Son véritable aspect. Ils cherchent également ainsi à ce qu’un Dieu vraiment réel existe dans leur cœur et à ce que Dieu ait une place dans leur cœur, afin qu’ils ne vivent plus dans l’imagination, les notions ou l’imprécision. Ces gens ont un désir pressant de comprendre le tempérament de Dieu et Son essence parce que ce sont des choses dont l’homme pourrait avoir besoin à tout moment dans ses expériences, des choses qui lui apportent la vie pendant toute son existence. Une fois qu’ils comprendront le tempérament de Dieu, ils seront en mesure de mieux Le vénérer, de mieux coopérer avec Son œuvre, de mieux tenir compte de Sa volonté et d’accomplir leur devoir de leur mieux. Les gens adoptent deux types d’attitudes à l’égard du tempérament de Dieu. Ceux du premier type ne veulent pas comprendre le tempérament de Dieu. Même s’ils disent vouloir comprendre Son tempérament, apprendre à connaître Dieu Lui-même, voir ce qu’Il a et est, ainsi que véritablement apprécier Sa volonté, au fond, ils préféreraient que Dieu n’existe pas. Car ce type de gens désobéit et résiste toujours à Dieu. Ils se battent avec Dieu pour une place dans leur propre cœur et, souvent, doutent de Son existence ou même la nient. Ils ne veulent pas laisser Son tempérament ni le vrai Dieu Lui-même occuper leur cœur. Ils veulent seulement satisfaire leurs propres désirs, imaginations et ambitions. Ces gens croient donc peut-être en Dieu, Le suivent et renoncent à leur famille et à leur emploi pour Lui, mais ils ne mettent pas fin à leur inconduite. Certains volent même des offrandes, les dépensent ou maudissent Dieu en privé, tandis que d’autres peuvent utiliser leur statut pour se rendre témoignage, pour se glorifier et pour rivaliser avec Dieu pour les personnes et le statut. Par divers moyens et mesures, ils font en sorte que les gens les adorent, essayant constamment de les gagner et de les diriger. Certains trompent même les gens intentionnellement, les incitant à les prendre pour Dieu afin d’être traités comme tel. Ils ne diraient jamais aux gens qu’ils ont été corrompus, qu’ils sont trop corrompus et arrogants, qu’il ne faut pas les adorer, que, peu importe leur réussite, elle est entièrement due à l’exaltation de Dieu et qu’ils ne font que ce qui leur incombe de toute façon. Pourquoi ne disent-ils pas tout cela ? Parce qu’ils ont profondément peur de perdre leur place dans le cœur des gens. C’est la raison pour laquelle ces gens ne louent jamais Dieu et ne Lui rendent jamais témoignage, car ils n’ont jamais essayé de Le comprendre. Peuvent-ils Le connaître sans Le comprendre ? Impossible ! Ainsi, alors que les mots du thème « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même » peuvent être simples, leur signification est différente pour chaque personne. Pour quelqu’un qui désobéit souvent à Dieu, Lui résiste et Lui est hostile, ces mots annoncent la condamnation. En revanche, pour quelqu’un qui poursuit la réalité de la vérité et se présente souvent devant Dieu pour chercher Sa volonté, ces mots lui paraîtront aller de soi. Certains parmi vous sont donc pris de maux de tête, ont le cœur rempli de résistance et se sentent extrêmement mal à l’aise quand ils entendent parler du tempérament de Dieu et de Son œuvre. Mais d’autres parmi vous pensent : « Ce thème est exactement ce dont j’ai besoin, car il m’est très profitable. Il ne peut pas être absent de mon expérience de vie. C’est le point central, le fondement de la foi en Dieu, quelque chose que l’humanité ne peut pas se permettre d’abandonner. » Pour vous tous, ce thème peut sembler à la fois proche et lointain, inconnu et pourtant familier. Quoi qu’il en soit, c’est un thème que tout le monde doit écouter, connaître et comprendre. Peu importe la façon dont tu le traites, le considères ou le reçois, l’importance de ce thème ne peut pas être ignorée.

Dieu fait Son œuvre depuis la création de l’humanité. Au début, c’était une œuvre très simple, mais malgré sa simplicité, elle contenait des expressions de l’essence et du tempérament de Dieu. Alors que Son œuvre est maintenant élevée, que cette œuvre en chaque personne qui Le suit est devenue phénoménale et concrète et qu’Il a exprimé un grand nombre de paroles, la personne de Dieu a toujours été cachée à l’humanité. Bien qu’Il Se soit incarné à deux reprises entre le temps des récits bibliques et aujourd’hui, qui a déjà vu la vraie personne de Dieu ? En vous fondant sur votre compréhension, quelqu’un a-t-il déjà vu la vraie personne de Dieu ? Non, personne n’a vu la vraie personne de Dieu, ce qui signifie que personne n’a jamais vu Son être véritable. Tout le monde est d’accord sur ce point. Autrement dit, la vraie personne de Dieu, l’Esprit de Dieu, est cachée à toute l’humanité, y compris à Adam et Ève qu’Il a créés et à Job le juste qu’Il a accepté. Aucun d’eux n’a vu la vraie personne de Dieu. Mais pourquoi Dieu masque-t-Il sciemment Sa vraie personne ? Certains disent : « Dieu a peur d’effrayer les gens. » D’autres disent : « Dieu cache Sa vraie personne parce que l’homme est trop petit et Lui est trop grand. Les humains ne sont pas autorisés à Le voir ou ils mourront. » Il y a aussi ceux qui disent : « Dieu est occupé à gérer Son œuvre tous les jours. Peut-être n’a-t-Il pas le temps d’apparaître pour laisser les gens Le voir. » Peu importe ce que vous croyez, J’ai là une conclusion. Quelle est-elle ? Dieu ne veut simplement pas que les gens voient Sa vraie personne. Il Se cache délibérément à l’humanité. En d’autres termes, Il n’a pas l’intention que les gens voient Sa vraie personne. Cela devrait être clair pour tous maintenant. Si Dieu n’a jamais montré Sa personne à qui que ce soit, alors pensez-vous que la personne de Dieu existe ? (Oui.) Bien sûr qu’elle existe. L’existence de la personne de Dieu est incontestable. Mais l’humanité doit-elle enquêter sur la grandeur de la personne de Dieu ou sur ce à quoi Il ressemble ? Non. La réponse est négative. Si la personne de Dieu n’est pas un thème que nous devrions explorer, alors que devrions-nous étudier ? (Le tempérament de Dieu.) (L’œuvre de Dieu.) Cependant, avant de commencer à échanger sur le thème officiel, revenons sur le sujet dont nous discutions à l’instant : pourquoi Dieu n’a-t-Il jamais révélé Sa personne à l’humanité ? Pourquoi Dieu cache-t-Il intentionnellement Sa personne à l’humanité ? Il n’y a qu’une seule raison : bien que l’homme, créé par Dieu, fasse l’expérience de Son œuvre depuis des milliers d’années, pas une seule personne ne connaît Son œuvre, Son tempérament, ni Son essence. Aux yeux de Dieu, de telles personnes s’opposent à Lui et Il ne Se montrerait pas à des gens qui Lui sont hostiles. C’est la seule raison pour laquelle Dieu n’a jamais révélé Sa personne à l’humanité et la lui cache délibérément. À présent, comprenez-vous clairement l’importance qu’il y a à connaître le tempérament de Dieu ?

Depuis le début du plan de gestion de Dieu, Il S’est toujours entièrement consacré à la réalisation de Son œuvre. Bien qu’Il dissimule Sa personne aux hommes, Il a toujours été à leurs côtés, œuvrant en eux, exprimant Son tempérament et guidant toute l’humanité par Son essence. Il œuvre en chacun grâce à Sa puissance, à Sa sagesse et à Son autorité, déclenchant ainsi l’ère de la Loi, l’ère de la Grâce et, maintenant, l’ère du Règne. Bien que Dieu cache Sa personne à l’homme, Son tempérament, Son être, Ses possessions et Sa volonté envers l’humanité sont révélés à l’homme sans réserve afin qu’il les voie et en fasse l’expérience. En d’autres termes, bien que les êtres humains ne puissent pas Le voir ni Le toucher, le tempérament et l’essence de Dieu avec lesquels l’humanité a été en contact sont absolument des expressions de Dieu Lui-même. N’est-ce pas la vérité ? Peu importe la méthode ou l’angle d’approche que Dieu choisit pour faire Son œuvre, Il présente toujours Sa véritable identité aux gens, réalisant l’œuvre qui Lui incombe et disant ce qu’Il est censé dire. Quelle que soit la position depuis laquelle Dieu parle (Il pourrait être dans le troisième ciel, dans la chair ou même une personne ordinaire), Il S’adresse toujours à l’homme de tout Son cœur et avec tout Son esprit, sans aucune tromperie ni dissimulation. Quand Il réalise Son œuvre, Dieu exprime Sa parole, Son tempérament, ainsi que ce qu’Il a et est, sans la moindre réserve. Il guide l’humanité par Sa vie, Son être et Ses possessions. Voilà comment l’homme a vécu à l’ère de la Loi – l’ère du berceau de l’humanité – sous la direction du Dieu « invisible et intangible ».

Dieu est devenu chair pour la première fois après l’ère de la Loi, une incarnation qui a duré trente-trois ans et demi. Est-ce long, trente-trois ans et demi, pour un être humain ? (Non.) Puisque l’espérance de vie d’un homme est habituellement beaucoup plus longue que trente et quelques années, cela ne fait pas très long pour lui. Mais pour Dieu incarné, ces trente-trois années et demie étaient très longues. Il est devenu une personne, une personne ordinaire qui a assumé l’œuvre et le mandat de Dieu. Cela signifie qu’Il devait assumer une œuvre qu’une personne ordinaire ne peut pas supporter, tout en endurant une souffrance que les gens ordinaires ne peuvent pas tolérer. Les gens d’aujourd’hui n’ont peut-être pas vu en personne la somme des souffrances endurées par le Seigneur Jésus durant l’ère de la Grâce, du début de Son œuvre jusqu’au moment où Il a été cloué sur la croix, mais pouvez-vous au moins vous en faire une petite idée grâce aux récits de la Bible ? Indépendamment du nombre de détails inclus dans ces faits rapportés, dans l’ensemble, l’œuvre de Dieu au cours de cette période a été remplie de difficultés et de souffrances. Pour un être humain corrompu, trente-trois ans et demi, ce n’est pas très long et souffrir un peu, ce n’est pas très grave. Mais, pour le Dieu saint et irréprochable qui a dû assumer tous les péchés de l’humanité, ainsi que manger, dormir et vivre avec les pécheurs, cette douleur est incroyablement forte. Il est le Créateur, le Maître de toutes choses et le Souverain de tout. Pourtant, quand Il est venu dans le monde, Il a dû supporter l’oppression et la cruauté des humains corrompus. Afin d’achever Son œuvre et de sauver l’humanité de la misère, Il a dû être condamné par l’homme et supporter les péchés de l’humanité tout entière. L’ampleur de la souffrance qu’Il a endurée ne peut pas du tout être comprise ni mesurée par des gens ordinaires. Que représente cette souffrance ? Elle représente la dévotion de Dieu envers l’humanité. Elle représente l’humiliation qu’Il a subie et le prix qu’Il a payé pour le salut des hommes, pour racheter leurs péchés et pour finaliser cette étape de Son œuvre. Elle signifie aussi que l’homme serait racheté de la croix par Dieu. C’est là un prix payé par le sang, par la vie, un prix qu’aucun être créé ne peut payer. Il a pu endurer cette souffrance et réaliser cette œuvre parce qu’Il possède l’essence de Dieu et qu’Il est équipé de ce que Dieu a et est. Aucun être créé par Lui n’aurait pu le faire à Sa place. C’est là l’œuvre de Dieu au cours de l’ère de la Grâce et une révélation de Son tempérament. Cela révèle-t-il quelque chose sur ce que Dieu a et est ? Cela vaut-il la peine que l’humanité le connaisse ?

À cette ère, même si les hommes n’ont pas vu la personne de Dieu, ils ont reçu Son sacrifice d’expiation et ont été rachetés de la croix par Lui. L’œuvre que Dieu a faite au cours de l’ère de la Grâce n’est peut-être pas inconnue à l’humanité, mais la volonté et le tempérament exprimés par Dieu pendant cette période-là sont-ils connus de quiconque ? L’homme connaît simplement les détails de l’œuvre que Dieu a réalisée au cours des différentes ères par divers moyens ou connaît des récits qui Lui sont liés et ont eu lieu en même temps qu’Il accomplissait Son œuvre. Ces détails et ces récits ne sont, tout au plus, que des informations ou des légendes au sujet de Dieu et n’ont rien à voir avec Son tempérament ni Son essence. Alors, qu’importe le nombre de récits que les gens connaissent à Son sujet, cela ne signifie pas qu’ils ont une compréhension et une connaissance profondes de Son tempérament ni de Son essence. Comme ce fut le cas à l’ère de la Loi, les gens avaient une connaissance du tempérament et de l’essence de Dieu pratiquement inexistante à l’ère de la Grâce, bien qu’ils eussent fait l’expérience de la proximité et de l’intimité avec Dieu dans la chair.

À l’ère du Règne, Dieu est redevenu chair, de la même manière qu’Il l’avait fait la première fois. Au cours de cette phase de Son œuvre, Dieu exprime encore Sa parole sans réserve, réalise l’œuvre qui Lui incombe et exprime ce qu’Il a et est. En même temps, Il continue d’endurer et de tolérer la désobéissance et l’ignorance de l’homme. Dieu ne révèle-t-Il pas Son tempérament et n’exprime-t-Il pas Sa volonté continuellement aussi au cours de cette phase de Son œuvre ? Par conséquent, entre la création de l’homme et maintenant, le tempérament de Dieu, Son être, Ses possessions et Sa volonté ont toujours été ouverts à toute personne. Dieu n’a jamais délibérément caché Son essence, Son tempérament, ni Sa volonté. L’humanité ne se soucie tout simplement pas de ce que Dieu est en train de faire ni de Sa volonté. C’est pourquoi l’homme a une compréhension aussi pitoyable de Dieu. En d’autres termes, alors que Dieu cache Sa personne, Il Se tient également aux côtés de l’humanité à tout instant, démontrant ouvertement Sa volonté, Son tempérament et Son essence à tout moment. En un sens, la personne de Dieu est également ouverte aux gens, mais ceux-ci restent incapables de voir Sa manifestation, à cause de leur aveuglement et de leur désobéissance. Si tel est le cas, alors comprendre le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même ne devrait-il pas être facile pour tout le monde ? Il est très difficile de répondre à cette question, n’est-ce pas ? Vous pouvez dire que c’est facile, mais certaines personnes cherchent à connaître Dieu, sans pouvoir vraiment apprendre à Le connaître ni à Le comprendre clairement : cela reste flou et vague. Mais si vous dites que ce n’est pas facile, cela n’est pas correct non plus. Après avoir fait l’objet de l’œuvre de Dieu pendant si longtemps, tous devraient, par leurs expériences, avoir vraiment échangé avec Dieu. Ils devraient au moins avoir senti Dieu dans leur cœur dans une certaine mesure ou être déjà entrés en contact avec Lui sur le plan spirituel, et donc avoir au moins une certaine conscience lucide de Son tempérament ou avoir acquis une certaine compréhension de Lui. Depuis le moment où l’homme a commencé à suivre Dieu, l’humanité a beaucoup trop reçu, mais pour toutes sortes de raisons (piètre qualité de l’homme, ignorance, rébellion et diverses intentions), elle a également beaucoup trop perdu. Dieu n’a-t-Il pas déjà suffisamment donné à l’humanité ? Bien qu’Il cache Sa personne aux hommes, Il leur fournit ce qu’Il a et est, ainsi que Sa vie. La connaissance que l’humanité a de Dieu ne devrait pas être seulement ce qu’elle est maintenant. C’est pourquoi Je pense qu’il est nécessaire de poursuivre avec vous l’échange sur le thème de l’œuvre de Dieu, du tempérament de Dieu et de Dieu Lui-même. Le but est que les milliers d’années d’attention et de pensées que Dieu a investies dans l’homme ne se terminent pas en vain et que l’humanité comprenne et apprécie véritablement la volonté de Dieu à son égard. L’objectif est que les gens puissent franchir une nouvelle étape dans leur connaissance de Dieu. Cela ramènera aussi Dieu à Sa juste place dans le cœur des gens, c’est-à-dire que cela Lui rendra justice.

Pour comprendre le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même, vous devez commencer modestement. Mais par où devriez-vous commencer ? Tout d’abord, J’ai repéré quelques chapitres de la Bible. Vous retrouverez ci-dessous des versets bibliques qui sont tous liés au thème de l’œuvre de Dieu, du tempérament de Dieu et de Dieu Lui-même. J’ai spécifiquement rassemblé ces extraits comme document de référence pour vous aider à connaître l’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même. Je vais les partager avec vous pour que nous voyions quel genre de tempérament Dieu a révélé à travers Son œuvre passée et quels aspects de Son essence sont inconnus de l’homme. Ces chapitres sont peut-être anciens, mais le thème sur lequel nous échangeons est quelque chose de nouveau, que les gens n’ont pas et dont ils n’ont jamais entendu parler. Certains d’entre vous pourront trouver cela inconcevable. Parler d’Adam et Ève et remonter jusqu’à Noé, n’est-ce pas retracer encore les mêmes étapes ? Peu importe ce que vous pensez, ces chapitres sont très bénéfiques pour échanger sur ce thème et peuvent servir de support d’enseignement ou de première main pour l’échange d’aujourd’hui. Quand J’aurai terminé cet échange, vous comprendrez Mes intentions dans le choix de ces chapitres. Ceux qui ont déjà lu la Bible ont peut-être vu ces quelques versets, mais ne les comprennent pas nécessairement de façon véritable. Passons-les d’abord rapidement en revue avant de les étudier un par un plus en détail au cours de notre échange.

Adam et Ève sont les ancêtres de l’humanité. Si nous voulons parler des personnages de la Bible, nous devons commencer par ces deux-là. Vient ensuite Noé, le deuxième ancêtre de l’humanité. Qui est le troisième personnage ? (Abraham.) Connaissez-vous tous l’histoire d’Abraham ? Certains d’entre vous la connaissent peut-être, mais, pour d’autres, elle n’est pas forcément très claire. Qui est le quatrième personnage ? Qui est mentionné dans l’histoire de la destruction de Sodome ? (Lot.) Mais on ne fait pas référence à Lot ici. À qui fait-on référence ? (À Abraham.) La chose principale mentionnée dans l’histoire d’Abraham est ce que l’Éternel Dieu avait dit. Le voyez-vous ? Qui est le cinquième personnage ? (Job.) Dieu ne mentionne-t-Il pas souvent l’histoire de Job au cours de cette étape de Son œuvre ? Cette histoire vous tient-elle beaucoup à cœur, alors ? Si oui, l’avez-vous lue attentivement dans la Bible ? Savez-vous ce que Job a dit, ce qu’il a fait ? Ceux qui ont lu l’histoire le plus, combien de fois l’avez-vous lue ? La lisez-vous souvent ? Sœurs de Hong Kong, dites-le-nous, s’il vous plaît. (Je l’ai lue quelques fois auparavant, quand nous étions à l’ère de la Grâce.) Ne l’avez-vous pas relue depuis ? C’est lamentable. Je vais vous le dire : au cours de cette étape de l’œuvre de Dieu, Il a mentionné Job à de nombreuses reprises, ce qui reflète Ses intentions. Qu’il l’ait mentionné de nombreuses fois sans que cela n’éveille votre attention témoigne d’un fait : être des gens bien qui craignent Dieu et s’éloignent du mal ne vous intéresse pas, car vous vous contentez d’une idée approximative de l’histoire de Job citée par Dieu. Vous vous contentez de simplement comprendre l’histoire elle-même, sans vous soucier ni essayer de comprendre les détails de l’être de Job et de ce que Dieu cherche à faire en mentionnant Job autant. Si vous n’êtes pas intéressés par une telle personne dont Dieu a fait l’éloge, alors à quoi exactement prêtez-vous attention ? Si vous ne vous souciez pas et n’essayez pas de comprendre une personne si importante que Dieu a mentionnée, alors qu’est-ce que cela pourrait bien révéler de votre attitude envers la parole de Dieu ? N’est-ce pas déplorable ? Cela ne prouve-t-il pas que la plupart d’entre vous négligent les choses pratiques et ne recherchent pas la vérité ? Si tu poursuis la vérité, tu porteras l’attention nécessaire aux gens que Dieu approuve et aux histoires des personnages qu’Il mentionne. Peu importe que tu puisses ou non être à la hauteur ou trouver leurs histoires tangibles, tu t’empresseras d’aller les lire, d’essayer de les comprendre, de trouver des façons de suivre leur exemple et de faire ce que tu peux de ton mieux. Tel devrait être le comportement de quelqu’un qui languit après la vérité. Mais le fait est que la plupart d’entre vous ici présents n’ont jamais lu l’histoire de Job. C’est assez révélateur.

Revenons au thème dont Je discutais à l’instant. Dans cette partie des Écritures, qui traite de l’ère de la Loi de l’Ancien Testament, J’ai choisi de me concentrer sur des histoires de personnages très représentatifs que connaîtront la majorité des gens qui ont lu la Bible. Quiconque lit leurs histoires sera en mesure de sentir que l’œuvre que Dieu a faite en eux et les paroles qu’Il leur a adressées sont également tangibles et accessibles aux gens d’aujourd’hui. Quand tu liras ces histoires, les récits de la Bible, tu seras à même de mieux comprendre comment Dieu réalisait Son œuvre et traitait les gens à ces époques de l’histoire. Mais si J’ai décidé de discuter de ces chapitres aujourd’hui, ce n’est pas pour que tu essaies de te concentrer sur les histoires en soi ou sur leurs personnages. Au contraire, c’est pour que tu puisses, à travers les histoires de ces personnages, voir les actes de Dieu et Son tempérament. Il te sera ainsi plus facile d’apprendre à connaître et à comprendre Dieu, de voir Son vrai aspect. Cela réfutera tes conceptions et tes notions sur Lui et t’aidera à t’éloigner de la foi minée par l’imprécision. À moins de posséder une fondation solide, tu peux souvent te sentir impuissant, incapable et ne pas savoir par où commencer si tu essaies de donner un sens au tempérament de Dieu et d’apprendre à connaître Dieu Lui-même. C’est pourquoi J’ai eu l’idée de mettre au point une méthode et une approche qui te permettront de mieux comprendre Dieu, d’apprécier plus authentiquement Sa volonté, d’apprendre à connaître Son tempérament et Dieu Lui-même, de véritablement sentir Son existence et d’apprécier Sa volonté vis-à-vis de l’humanité. Cela ne sera-t-il pas entièrement bénéfique pour vous ? Maintenant, que ressentez-vous dans votre cœur quand vous relisez ces histoires et ces passages des Écritures ? Pensez-vous que les passages que J’ai choisis sont inutiles ? Je dois souligner à nouveau ce que Je viens de vous dire : en vous faisant lire les histoires de ces personnages, le but est de vous aider à percevoir la façon dont Dieu réalise Son œuvre dans les gens et à mieux comprendre Son attitude envers l’humanité. Qu’est-ce qui vous aidera à comprendre cela ? Vous découvrirez diverses choses sur Dieu en comprenant l’œuvre qu’Il a faite dans le passé et celle qu’Il est en train de faire en ce moment. Ces diverses choses sont réelles et doivent être connues et appréciées par ceux qui souhaitent apprendre à connaître Dieu.

Commençons par l’histoire d’Adam et Ève en lisant tout d’abord un passage des Écritures.

1. Adam et Ève

1) Le commandement de Dieu à Adam

Genèse 2:15-17 : « L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. »

Que comprenez-vous de ces versets ? Quel sentiment vous évoque cette partie des Écritures ? Pourquoi ai-Je décidé de parler du commandement de Dieu à Adam ? Avez-vous tous maintenant un aperçu de Dieu et d’Adam dans votre esprit ? Vous pouvez essayer d’imaginer : si vous étiez la personne apparaissant dans cette scène, comment serait Dieu, selon vous ? Quelles émotions cette image vous fait-elle ressentir ? C’est une image touchante et réconfortante. Bien qu’elle ne contienne que Dieu et l’homme, leur intimité vous remplit d’admiration : l’amour abondant de Dieu est accordé gratuitement à l’homme et l’entoure. L’homme est naïf et innocent, libre et insouciant, vivant sereinement sous le regard de Dieu. Dieu montre qu’Il Se soucie de l’homme, tandis que celui-ci vit sous Sa protection et Sa bénédiction. Chaque chose que l’homme fait et dit est étroitement liée à Dieu et ne peut être séparée de Lui.

On peut appeler cela le premier commandement que Dieu a donné à l’homme après l’avoir créé. Qu’est-ce que ce commandement traduit ? Il traduit la volonté de Dieu, mais aussi Son souci de l’humanité. C’est Son premier commandement et c’est aussi la première fois qu’Il exprime Son souci de l’homme. Autrement dit, Dieu a ressenti une responsabilité envers l’homme depuis le moment où Il l’a créé. Quelle est Sa responsabilité ? Il doit protéger l’homme et veiller sur lui. Il espère que l’homme pourra faire confiance à Ses paroles et leur obéir. C’est également la première attente que Dieu a de l’homme, et c’est avec celle-ci qu’Il dit ce qui suit : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Ces simples paroles représentent la volonté de Dieu. Elles révèlent également que Dieu a déjà commencé à Se soucier de l’homme dans Son cœur. Seul Adam, parmi toutes choses, a été fait à l’image de Dieu. Il était la seule chose vivante possédant Son souffle de vie. Il pouvait marcher avec Lui, converser avec Lui. C’est pour cela que Dieu lui a donné ce commandement, dans lequel Il a très clairement indiqué ce que l’homme pouvait et ne pouvait pas faire.

Dans ces simples paroles, nous voyons le cœur de Dieu. Mais quel genre de cœur se manifeste ? Y a-t-il de l’amour dans le cœur de Dieu ? Y a-t-il du souci ? Dans ces versets, Son amour et Son souci ne peuvent pas être seulement appréciés par les gens, ils peuvent aussi être ressentis intimement. N’êtes-vous pas d’accord ? Maintenant que J’ai dit ces choses, pensez-vous encore que ce ne soient que des paroles simples ? Elles ne sont pas si simples, après tout, n’est-ce pas ? En aviez-vous conscience avant ? Si Dieu t’adressait personnellement ces paroles, que ressentirais-tu ? Si tu n’étais pas compatissant, si ton cœur était de glace, alors tu ne ressentirais rien, tu n’apprécierais pas l’amour de Dieu et tu n’essaierais pas de comprendre Son cœur. Mais ayant une conscience et de l’humanité, tu aurais un ressenti différent. Tu sentirais de la convivialité, tu te sentirais choyé et aimé et tu serais heureux. N’est-ce pas ? Si tu ressentais cela, comment agirais-tu envers Dieu ? Te sentirais-tu attaché à Dieu ? L’aimerais-tu et Le respecterais-tu du fond du cœur ? Ton cœur se rapprocherait-il de Dieu ? Tu peux voir à partir de cela à quel point l’amour de Dieu est important pour l’homme. Mais il est encore plus crucial que l’homme apprécie et comprenne l’amour de Dieu. En réalité, Dieu ne dit-Il pas beaucoup de choses semblables durant cette étape de Son œuvre ? Y a-t-il des gens aujourd’hui qui apprécient Son cœur ? Pouvez-vous comprendre la volonté de Dieu dont Je viens de parler ? Vous ne pouvez pas vraiment apprécier la volonté de Dieu quand elle est concrète, tangible et réelle. C’est pourquoi Je dis que vous n’avez pas de vraie connaissance ni de vraie compréhension de Dieu. Cela n’est-il pas vrai ? Mais restons-en là pour le moment.

2) Dieu crée Ève

Genèse 2:18-20 : « L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme. Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui. »

Genèse 2:22-23 : « L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. »

Il y a une phrase clé dans cette partie de l’Écriture : « comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme. » Alors, qui a nommé toutes les créatures vivantes ? C’est Adam, pas Dieu. Ce verset montre à l’humanité que Dieu a donné l’intelligence à l’homme quand Il l’a créé. Autrement dit, l’intelligence de l’homme vient de Dieu. C’est là une certitude. Mais pourquoi ? Après que Dieu a créé Adam, Adam est-il allé à l’école ? Savait-il lire ? Après que Dieu a fait diverses créatures vivantes, Adam les a-t-il toutes reconnues ? Dieu lui a-t-Il dit quels étaient leurs noms ? Bien sûr, Dieu ne lui a pas non plus appris à inventer les noms de ces créatures. C’est la vérité ! Alors, comment a-t-il su nommer ces créatures vivantes et quel genre de noms leur donner ? Cela est lié à la question de ce que Dieu a ajouté à Adam quand Il l’a créé. Les faits prouvent que, quand Dieu a créé l’homme, Il lui a ajouté Son intelligence. C’est là un point clé, alors écoutez bien. Il y a un autre point clé que vous devez comprendre : après qu’Adam a nommé chacune de ces créatures vivantes, leurs noms ont intégré le vocabulaire de Dieu. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Parce que c’est aussi en rapport avec le tempérament de Dieu et que Je dois l’expliquer plus en détail.

Dieu a créé l’homme, a insufflé la vie en lui et lui a aussi donné une partie de Son intelligence, de Ses capacités et de ce qu’Il a et est. Après que Dieu a donné toutes ces choses à l’homme, l’homme a pu agir de façon indépendante et réfléchir par lui-même. Si ce que l’homme invente et réalise est bien aux yeux de Dieu, alors Dieu l’accepte et n’intervient pas. Si ce que l’homme réalise est bien, alors Dieu le laisse simplement faire. Alors, que montre le passage « comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme » ? Il montre que Dieu n’a pas jugé bon de modifier le nom des différentes créatures vivantes. Quel que soit le nom qu’Adam leur donnait, Dieu disait « Qu’il en soit ainsi », validant le nom de la créature. Dieu a-t-Il exprimé la moindre opinion sur le sujet ? Non, cela est certain. Alors, qu’en déduisez-vous ? Dieu a donné l’intelligence à l’homme, qui l’a utilisée pour faire des choses. Si ce que l’homme réalise est positif aux yeux de Dieu, alors c’est validé, reconnu et accepté par Dieu sans aucun jugement ni critique. Aucune personne, aucun esprit malin ni Satan ne peut faire cela. Voyez-vous une révélation du tempérament de Dieu ici ? Est-ce qu’un être humain, une personne corrompue ou Satan accepterait que des choses soient faites en leur nom juste sous leur nez ? Bien sûr que non ! Se battraient-ils avec cette autre personne ou cette autre force, différente d’eux, pour garder leur position ? Bien sûr ! Si quelqu’un de corrompu ou Satan avait été avec lui à ce moment-là, il aurait certainement rejeté ce qu’Adam faisait. Pour prouver qu’il avait la capacité de penser de façon indépendante et qu’il avait son propre point de vue unique, il aurait absolument dénigré tout ce qu’Adam faisait : « Tu veux nommer ça comme cela ? Eh bien, je ne vais pas le nommer comme cela, je vais le nommer comme ceci. Tu l’as nommé Albert, mais je vais le nommer Henri. Je dois étaler mon génie. » Quel est ce genre de nature ? N’est-elle pas follement arrogante ? Et Dieu ? A-t-Il un tel tempérament ? Dieu avait-Il des objections étranges contre ce qu’Adam faisait ? La réponse est non, sans équivoque ! Dans le tempérament que Dieu révèle, il n’y a pas la moindre trace de controverse, d’arrogance, ni de suffisance. C’est très clair ici. Cela peut paraître mineur, mais si tu ne comprends pas l’essence de Dieu, si ton cœur ne cherche pas à cerner la façon dont Il agit et quelle est Son attitude, alors tu ne connaîtras pas le tempérament de Dieu et tu ne verras pas l’expression et la révélation de Son tempérament. N’est-ce pas ? Êtes-vous d’accord avec ce que Je viens de vous expliquer ? Dieu n’a pas fortement proclamé, en réponse aux actions d’Adam : « Tu as bien fait. C’est très bien. Je suis d’accord. » Dans Son cœur, cependant, Il approuvait, appréciait et applaudissait ce qu’Adam faisait. C’était la première chose depuis la création que l’homme faisait pour Dieu suivant Son instruction. C’était quelque chose que l’homme avait fait à la place de Dieu et en Son nom. Aux yeux de Dieu, cela découlait de l’intelligence qu’Il avait accordée à l’homme. Dieu l’a vu comme une bonne chose, une chose positive. Ce qu’Adam a fait à ce moment-là a été la première manifestation de l’intelligence de Dieu en l’homme. Cela a été une belle manifestation, du point de vue de Dieu. Ce que Je veux vous dire ici, c’est que Dieu a ajouté dans l’homme une partie de ce qu’Il a et est et de Son intelligence afin qu’il soit la créature vivante qui Le manifeste. Dieu désirait précisément voir une telle créature vivante accomplir des choses en Son nom.

3) Dieu fabrique des habits en peau de bête pour Adam et Ève

Genèse 3:20-21 : « Adam donna à sa femme le nom d’Ève : car elle a été la mère de tous les vivants. L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. »

Étudions ce troisième passage, qui affirme que le nom qu’Adam a donné à Ève a bel et bien un sens. Cela montre qu’Adam avait ses propres pensées et comprenait beaucoup de choses après avoir été créé. Mais pour l’instant, nous n’allons pas étudier ou explorer ce qu’il comprenait ou dans quelle mesure il comprenait, parce que cela n’est pas la raison principale pour laquelle Je veux discuter de ce troisième passage. Alors, quel est le point principal que Je veux souligner ? Prenons la phrase suivante : « L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. » Si nous ne parlons pas de ce verset dans notre échange d’aujourd’hui, vous ne saisirez peut-être jamais ce que sous-entendent ces mots au fond. D’abord, Je vais vous donner quelques indices. Imaginez, si vous le voulez bien, le jardin d’Éden, où vivent Adam et Ève. Dieu va leur rendre visite, mais ils se cachent parce qu’ils sont nus. Dieu ne les voit pas et, après qu’Il les a appelés, ils répondent : « Nous n’osons pas Te voir parce que nos corps sont nus. » Ils n’osent pas voir Dieu parce qu’ils sont nus. Alors, qu’est-ce que l’Éternel Dieu fait pour eux ? Le texte original dit : « L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. » Maintenant, savez-vous ce que Dieu a utilisé pour faire leurs vêtements ? Dieu a utilisé des peaux de bêtes. Autrement dit, Dieu a fabriqué des habits de fourrure pour l’homme. C’était les premiers vêtements que Dieu faisait pour lui. Selon les critères actuels, un manteau de fourrure est un article haut de gamme, quelque chose que tout le monde n’a pas les moyens de porter. Si quelqu’un te demande : « Quel a été le premier vêtement porté par nos ancêtres ? » Tu peux répondre : « Un manteau de fourrure. » « Qui a fait ce manteau de fourrure ? » Tu peux répondre encore : « Dieu ! » C’est là le point le plus important : cet habit a été fabriqué par Dieu. N’est-ce pas quelque chose qui mérite qu’on en discute ? Maintenant que vous avez entendu Ma description, une image est-elle apparue dans votre esprit ? Vous devriez au moins en avoir une idée générale. Je ne vous dis pas cela aujourd’hui pour que vous sachiez quel a été le premier vêtement de l’homme. Pourquoi, alors ? L’intérêt de cette discussion n’est pas l’habit de fourrure, mais plutôt la manière qu’ont les hommes d’arriver à connaître Son tempérament, ce qu’Il a et ce qu’Il est, que Dieu a révélés par ces actes.

« L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. » Dans cette scène, quel genre de rôle voyons-nous Dieu jouer quand Il est avec Adam et Ève ? Comment Se manifeste-t-Il dans ce monde qui n’a que deux êtres humains ? Se manifeste-t-Il dans le rôle de Dieu ? Frères et sœurs de Hong Kong, s’il vous plaît, répondez. (Dans le rôle d’un parent.) Frères et sœurs de Corée du Sud, quel genre de rôle Dieu prend-Il selon vous ? (Chef de famille.) Frères et sœurs de Taiwan, qu’en pensez-vous ? (Le rôle de quelqu’un de la famille d’Adam et Ève, le rôle d’un membre de la famille.) Certains d’entre vous pensent que Dieu apparaît comme un membre de la famille d’Adam et Ève, tandis que d’autres disent qu’Il apparaît comme le chef de la famille et d’autres, comme un parent. Toutes ces réponses sont très pertinentes. Mais voyez-vous où Je veux en venir ? Dieu a créé ces deux personnes et les a traitées comme Ses compagnons. Étant leur seule famille, Dieu a veillé sur leur vie et S’est chargé de leurs besoins en nourriture, en vêtements et en logement. Ici, Dieu apparaît comme un parent d’Adam et Ève. Pendant que Dieu fait cela, l’homme ne voit pas à quel point Dieu est élevé, ni Sa suprématie, Son mystère et encore moins Sa colère ou Sa majesté. Tout ce qu’il voit, c’est l’humilité de Dieu, Son affection, Son souci de l’homme, Sa responsabilité et Son attention envers lui. Dieu a traité Adam et Ève avec une attitude et d’une manière semblables à la façon dont les parents se soucient de leurs enfants. Elles ressemblent aussi à la façon dont les parents aiment leurs fils et leurs filles, veillent sur eux et prennent soin d’eux, de manière réelle, visible et tangible. Au lieu de Se placer dans une position supérieure, Dieu en personne S’est servi de peaux pour faire des vêtements à l’homme. Il importe peu que ces habits de fourrure aient été utilisés pour couvrir leur modestie ou pour les protéger du froid. Ce qui importe, c’est que ce vêtement couvrant le corps de l’homme a été personnellement fait par Dieu, de Ses propres mains. Plutôt que de créer les vêtements simplement par la pensée ou par des méthodes miraculeuses, comme les gens s’y attendraient de la part de Dieu, Il a légitimement fait quelque chose qu’Il ne pouvait et ne devait pas faire selon l’homme. Cela peut paraître trivial – certains ne le jugeraient même pas digne de le mentionner –, mais cela permet à tous ceux qui suivent Dieu en étant pleins d’idées vagues à Son sujet d’avoir un aperçu de Son authenticité et de Sa beauté, ainsi que de voir Sa fidélité et Son humilité. Grâce à cet acte, les gens insupportablement arrogants, qui se croient supérieurs, baissent leur regard vaniteux dans la honte face à l’authenticité et à l’humilité de Dieu. Ici, Son authenticité et Son humilité permettent en outre aux gens de voir comme Il est aimable. Par contre, le Dieu « immense », « aimable » et « omnipotent » dans le cœur des gens est devenu insignifiant, laid et incapable de résister au moindre contact. Lorsque tu lis ce verset et que tu entends cette histoire, est-ce que tu regardes Dieu de haut pour ce qu’Il a fait ? Certaines personnes le feraient, mais d’autres auraient la réaction opposée. Elles penseraient que Dieu est authentique et aimable, et c’est précisément Son authenticité et Sa beauté qui les touchent. Plus elles voient le vrai côté de Dieu, plus elles peuvent apprécier la véritable existence de Son amour, Son importance dans leur cœur et la manière dont Il Se tient à leurs côtés à tout moment.

Désormais, nous devrions faire le lien entre notre discussion et le présent. Si Dieu a pu faire ces diverses petites choses pour les hommes qu’Il a créés au commencement, même celles auxquelles ils n’auraient jamais osé penser ou qu’ils n’auraient jamais espérées, alors pourrait-Il les faire pour les gens d’aujourd’hui ? Certaines personnes disent : « Oui ! » Pourquoi ? Parce que l’essence et la beauté de Dieu ne sont pas fausses. L’essence de Dieu existe vraiment et n’a pas été ajoutée par d’autres. Elle ne se modifie certainement pas selon l’époque, le lieu, ni les ères. L’authenticité et la beauté de Dieu ne peuvent vraiment être mises en évidence que par quelque chose que les gens considèrent comme banal et insignifiant, quelque chose de si dérisoire qu’ils ne pensent même pas qu’Il le ferait. Dieu n’est pas prétentieux. Il n’y a pas d’exagération, de mascarade, d’orgueil ou d’arrogance dans Son tempérament et Son essence. Il ne Se vante jamais, mais plutôt, Il aime les hommes qu’Il a créés, Il Se soucie d’eux avec fidélité et sincérité, veille sur eux et les guide. Même s’ils n’apprécient, ne sentent ou ne voient que peu ce que Dieu fait, Il le fait incontestablement. Savoir que Dieu possède une telle essence affecterait-il l’amour des gens pour Lui ? Cela influencerait-il leur crainte de Dieu ? Quand tu comprendras le vrai côté de Dieu, J’espère que tu te rapprocheras davantage de Lui et que tu seras capable de vraiment apprécier Son amour et Sa bienveillance pour l’humanité, tout en Lui donnant ton cœur sans nourrir de soupçon ni de doute envers Lui. Dieu fait tout pour l’homme discrètement, Il accomplit tout en silence par Sa sincérité, Sa fidélité et Son amour. Mais jamais Il n’a d’appréhension ou de regret vis-à-vis de ce qu’Il fait, ni besoin qu’on Lui rende de quelque façon que ce soit, ni l’intention d’obtenir quoi que ce soit de l’humanité. Tout ce qu’Il a jamais fait a uniquement pour but de recevoir la vraie foi et l’amour de l’humanité. Arrêtons-nous là pour le premier thème.

Ces discussions vous ont-elles aidés ? Que vous ont-elles apporté ? (Plus de compréhension et de connaissance de l’amour de Dieu.) (Cette méthode d’échange peut nous aider à l’avenir à mieux apprécier la parole de Dieu, à comprendre les émotions qu’Il ressentait et le sens de Ses paroles dans le contexte où Il les a dites, ainsi qu’à entrevoir ce qu’Il ressentait à l’époque.) Est-ce que certains d’entre vous ont plus vivement conscience de l’existence concrète de Dieu après avoir lu ces paroles ? Sentez-vous que Son existence n’est plus vide ni vague ? Une fois que vous ressentez cela, sentez-vous que Dieu est juste à côté de vous ? Peut-être que ce sentiment n’est pas évident pour le moment ou peut-être que vous n’êtes toujours pas en mesure de l’éprouver. Mais un jour, quand vous aurez vraiment une profonde appréciation et une connaissance réelle du tempérament et de l’essence de Dieu dans votre cœur, tu sentiras qu’Il est juste à côté de toi. Tu n’avais tout bonnement jamais véritablement accepté Dieu dans ton cœur. Et c’est la vérité !

Que pensez-vous de cette méthode d’échange ? Arrivez-vous à suivre ? Trouvez-vous que ce type d’échange sur le thème de l’œuvre et du tempérament de Dieu est très dur ? Comment vous sentez-vous ? (Très bien, enthousiasmés.) Qu’est-ce qui vous a fait vous sentir bien ? Pourquoi étiez-vous enthousiasmés ? (C’était comme un retour au jardin d’Éden, comme retourner à côté de Dieu.) « Le tempérament de Dieu » est en fait un sujet que les gens connaissent assez mal. En effet, ce que tu imagines généralement, ce que tu lis dans les livres ou entends dans les échanges te fait souvent te sentir comme un aveugle qui touche un éléphant : tu tâtonnes seulement avec tes mains, sans vraiment visualiser quoi que ce soit. Toucher avec la main ne peut tout simplement pas te donner une compréhension approximative de Dieu et encore moins un concept clair. Cela attise seulement ton imagination, t’empêchant de définir précisément ce que sont le tempérament et l’essence de Dieu. Ces incertitudes découlant de ton imagination rempliront invariablement ton cœur de doute. Lorsque tu ne peux pas être certain de quelque chose, mais que tu essaies quand même de le comprendre, il y aura toujours dans ton cœur des contradictions et des conflits, voire un trouble, qui te feront te sentir perdu et désorienté. N’est-ce pas atroce de vouloir chercher Dieu, de Le connaître et de Le voir clairement, mais de ne jamais pouvoir trouver de réponses ? Bien sûr, ces paroles ne visent que ceux qui désirent chercher à vénérer et à satisfaire Dieu avec crainte. Pour ceux qui ne prêtent tout simplement pas attention à ces choses-là, cela n’a en fait pas d’importance, parce qu’ils espèrent surtout que la réalité et l’existence de Dieu ne soient qu’une légende ou un fantasme. Ils pourraient alors faire ce qu’ils veulent, être les plus grands et les plus importants, commettre de mauvaises actions sans égard aux conséquences, ne pas avoir à connaître le châtiment ni à supporter aucune responsabilité. Ainsi, même ce que Dieu dit sur les scélérats ne s’appliquerait pas à eux. Ces gens ne sont pas prêts à comprendre Son tempérament. Ils en ont assez d’essayer de connaître Dieu et de tout savoir à Son sujet. Ils préféreraient qu’Il n’existe pas. Ces gens s’opposent à Dieu et font partie de ceux qui seront éliminés.

Maintenant, nous allons discuter de l’histoire de Noé et de comment elle se rapporte au thème de l’œuvre de Dieu, de Son tempérament et de Dieu Lui-même.

Que voyez-vous Dieu faire à Noé dans cette partie des Écritures ? Peut-être que tous les gens ici présents en savent quelque chose après l’avoir lu dans les Écritures : Dieu fit construire l’arche par Noé, puis Il utilisa un déluge pour détruire le monde. Dieu a fait en sorte que Noé construise l’arche pour sauver sa famille de huit personnes, leur permettant ainsi de survivre et de devenir les ancêtres de la génération suivante de l’humanité. Maintenant, lisons les Écritures.

2. Noé

1) Dieu veut détruire le monde par un déluge et charge Noé de construire une arche

Genèse 6:9-14 : « Voici la postérité de Noé. Noé était un homme juste et intègre dans son temps ; Noé marchait avec Dieu. Noé engendra trois fils : Sem, Cham et Japhet. La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. Alors Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est arrêtée par-devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. Fais-toi une arche de bois de gopher ; tu disposeras cette arche en cellules, et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors. »

Genèse 6:18-22 : « Mais j’établis mon alliance avec toi ; tu entreras dans l’arche, toi et tes fils, ta femme et les femmes de tes fils avec toi. De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi : il y aura un mâle et une femelle. Des oiseaux selon leur espèce, du bétail selon son espèce, et de tous les reptiles de la terre selon leur espèce, deux de chaque espèce viendront vers toi, pour que tu leur conserves la vie. Et toi, prends de tous les aliments que l’on mange, et fais-en une provision auprès de toi, afin qu’ils te servent de nourriture ainsi qu’à eux. C’est ce que fit Noé : il exécuta tout ce que Dieu lui avait ordonné. »

Avez-vous maintenant une compréhension générale de Noé après avoir lu ces passages ? Quel genre de personne est-il ? Le texte original dit : « Noé était un homme juste et intègre dans son temps ». Selon la compréhension des gens d’aujourd’hui, quel genre de personne était un « homme juste » à cette époque ? Un homme juste doit être un homme parfait. Savez-vous si cet homme parfait était parfait aux yeux de l’homme ou aux yeux de Dieu ? Sans aucun doute, cet homme parfait l’était aux yeux de Dieu et non aux yeux de l’homme. C’est certain ! Car l’homme est aveugle et ne peut pas voir, et seul Dieu contemple la terre entière et chaque personne. Seul Dieu savait que Noé était un homme parfait. Par conséquent, le plan de Dieu, selon lequel Il détruirait le monde par un déluge, a été lancé dès qu’Il a appelé Noé.

À cette ère, Dieu allait appeler Noé pour faire une chose très importante. Pourquoi cette tâche devait-elle être faite ? Parce que Dieu avait un plan dans Son cœur à ce moment-là. Son plan consistait à détruire le monde par un déluge. Pourquoi détruire le monde ? Il est dit ici : « La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. » Que comprenez-vous de l’expression : « la terre était pleine de violence » ? Cela renvoie à un phénomène sur terre, où le monde et ses habitants étaient devenus corrompus à l’extrême, donnant ainsi lieu à l’expression « la terre était pleine de violence ». Dans le langage d’aujourd’hui, « pleine de violence » signifie que tout est en désordre. Pour l’homme, cela voulait dire qu’il n’y avait plus d’ordre dans tous les aspects de la vie et que tout était chaotique et ingérable. Aux yeux de Dieu, cela voulait dire que les habitants du monde étaient devenus trop corrompus. Mais corrompus à quel point ? Au point que Dieu ne supportait plus de les regarder et ne pouvait plus Se montrer patient avec eux. Au point que Dieu voulait les détruire. Quand Dieu a résolu de détruire le monde, Il a prévu de trouver quelqu’un pour construire une arche. Dieu a choisi Noé pour réaliser cette tâche, c’est-à-dire qu’Il a fait en sorte que Noé construise une arche. Pourquoi a-t-Il choisi Noé ? Aux yeux de Dieu, Noé était un homme juste. Peu importe ce que Dieu lui ordonnait de faire, il faisait ce qui lui était demandé. Autrement dit, il était prêt à faire tout ce que Dieu lui disait de faire. Dieu voulait trouver quelqu’un comme cela pour travailler avec Lui, pour terminer ce qu’Il avait confié, pour terminer Son œuvre sur terre. À cette époque, quelqu’un d’autre que Noé pouvait-il accomplir une telle tâche ? Absolument pas ! Noé était le seul candidat, la seule personne qui pouvait terminer ce que Dieu avait confié, donc Il l’a choisi. Mais Dieu sauvait-Il les gens selon les mêmes limites et les mêmes critères à l’époque qu’aujourd’hui ? La réponse est qu’il y a bel et bien une différence ! Pourquoi est-ce que Je pose cette question ? Noé était le seul homme juste aux yeux de Dieu à cette époque. Par conséquent, sa femme, ses fils et ses belles-filles n’étaient pas des personnes justes, mais Dieu les a quand même épargnées pour Noé. Dieu n’a rien exigé d’eux, comme Il le fait aux gens aujourd’hui. À la place, Il a préservé la vie des huit membres de la famille de Noé. Ils ont reçu la bénédiction de Dieu parce que Noé était un homme juste. Sans lui, aucun d’entre eux n’aurait pu achever ce que Dieu avait confié. Par conséquent, Noé était la seule personne qui devait survivre à cette destruction du monde et les autres n’ont été que des bénéficiaires collatéraux. Cela montre que dans l’ère avant que Dieu ne commence officiellement Son œuvre de gestion, les principes et les normes selon lesquels Il traitait les hommes et leur faisait des demandes étaient relativement assouplis. Pour les gens d’aujourd’hui, la façon dont Dieu a traité la famille de Noé semble manquer d’« équité ». Mais à côté de l’ampleur de l’œuvre qu’Il réalise aujourd’hui sur les hommes et du nombre de paroles qu’Il transmet, Son traitement de la famille de Noé était simplement un principe de Son œuvre, compte tenu de son contexte à l’époque. En comparaison, qui a reçu davantage de Dieu, la famille de Noé ou les hommes d’aujourd’hui ?

Que Noé ait été appelé est un fait simple, mais le point central de notre discussion – le tempérament de Dieu, Sa volonté et Son essence dans ce récit – ne l’est pas autant. Pour comprendre ces différents aspects de Dieu, nous devons d’abord comprendre le genre de personne qu’Il désire appeler, et ainsi nous comprendrons Son tempérament, Sa volonté et Son essence. C’est crucial. Aux yeux de Dieu, quel genre de personne est donc cet homme qu’Il appelle ? Il doit être une personne qui peut écouter Ses paroles et suivre Ses instructions. En même temps, il doit aussi être une personne ayant un sens des responsabilités, quelqu’un qui réalisera la parole de Dieu en la traitant comme la responsabilité et le devoir qu’il est tenu de remplir. Alors, cette personne a-t-elle besoin d’être quelqu’un qui connaît Dieu ? Non. À cette époque, Noé n’avait pas entendu beaucoup d’enseignements de Dieu ni fait l’expérience de Son œuvre. Par conséquent, il avait une connaissance minime de Dieu. Bien qu’il soit rapporté ici que Noé marchait avec Lui, a-t-il jamais vu la personne de Dieu ? La réponse est non, sans équivoque ! Parce que seuls les messagers de Dieu venaient vers les gens, à l’époque. Même s’ils pouvaient représenter Dieu par leurs faits et dires, ils ne faisaient que transmettre Sa volonté et Ses intentions. La personne de Dieu ne S’était pas révélée à l’homme. Dans ce passage des Écritures, tout ce que nous voyons, en somme, est ce que Noé devait faire et les instructions de Dieu pour lui. Alors, quelle était l’essence exprimée par Dieu ici ? Tout ce qu’Il fait est prévu avec précision. Quand Il voit une chose ou un problème se produire, Il a une norme pour les mesurer selon Sa perspective, et cette norme détermine s’Il lance un plan pour S’en occuper ou l’approche qu’Il doit adopter pour le faire. Il n’est pas indifférent ou entièrement exempt de sentiment. C’est en fait tout le contraire. Il y a un verset ici rapportant ce que Dieu a dit à Noé : « La fin de toute chair est arrêtée par-devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. » En disant cela, Dieu voulait-Il dire qu’Il détruirait seulement les humains ? Non ! Il a dit qu’Il détruirait tous les êtres vivants faits de chair. Pourquoi Dieu voulait-Il la destruction ? On voit ici une autre révélation du tempérament de Dieu. À Ses yeux, il y a une limite à Sa patience devant la corruption de l’homme, devant la souillure, la violence et la désobéissance de toute chair. Quelle est-elle ? Comme Dieu l’a dit : « Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. » Que signifie le passage « car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre » ? Il désigne toute chose vivante, y compris ceux qui ont suivi Dieu, ceux qui ont invoqué Son nom, ceux qui jadis Lui ont offert des holocaustes et ceux qui L’ont verbalement reconnu et même loué. Une fois que leur comportement serait plein de corruption et serait parvenu jusqu’à Dieu, Il lui faudrait les détruire. Telle était la limite de Dieu. Dans quelle mesure Dieu est-Il donc resté patient avec l’homme et la corruption de toute chair ? Il a été patient jusqu’à ce que tous les gens, qu’ils soient Ses disciples ou des non-croyants, n’empruntent plus le droit chemin. Il a été patient jusqu’à ce que les hommes ne soient plus seulement moralement corrompus et remplis de méchanceté, mais qu’aucun d’entre eux ne croie en Son existence et qu’il n’y ait personne croyant qu’Il gouvernait le monde et pouvait amener les gens à la lumière ainsi qu’au droit chemin. Il a été patient jusqu’à ce que l’homme méprise Son existence et ne Lui permette pas d’exister. Une fois que la corruption de l’homme a atteint ce point, Dieu n’a plus été en mesure de la supporter. Par quoi serait-elle remplacée ? La venue de la colère et de la punition de Dieu. Cela n’est-il pas une révélation partielle de Son tempérament ? À l’ère actuelle, y a-t-il encore un homme juste aux yeux de Dieu ? Y a-t-il encore un homme parfait aux yeux de Dieu ? Est-ce une ère où le comportement de toute chair sur la terre est corrompu aux yeux de Dieu ? De nos jours et à l’ère actuelle, en dehors de ceux que Dieu veut rendre complets et de ceux qui peuvent Le suivre et accepter Son salut, tous les gens de chair ne jouent-ils pas avec la limite de la patience de Dieu ? Tout ce qui se passe près de vous – ce que vous voyez de vos yeux et entendez avec vos oreilles, ainsi que ce que vous éprouvez au quotidien dans ce monde – n’est-il pas plein de violence ? Aux yeux de Dieu, ne faut-il pas mettre un terme à un tel monde, à une telle ère ? Bien que le contexte de l’ère actuelle soit complètement différent de celui du temps de Noé, les sentiments et la colère de Dieu vis-à-vis de la corruption de l’homme restent exactement les mêmes. Dieu est capable d’être patient grâce à Son œuvre, mais compte tenu des circonstances et des conditions, ce monde devrait avoir été détruit depuis longtemps aux yeux de Dieu. Les circonstances dépassent largement celle du temps où le monde a été détruit par un déluge. Mais quelle est la différence ? Cela est aussi ce qui attriste le plus le cœur de Dieu, et peut-être quelque chose qu’aucun d’entre vous ne peut apprécier.

Quand Il a détruit le monde par un déluge, Dieu a pu faire appel à Noé pour construire une arche et abattre une partie du travail de préparation. Dieu pouvait faire appel à un homme, Noé, pour faire ces choses pour Lui. Mais à l’ère actuelle, Dieu n’a personne à qui faire appel. Pourquoi ? Chaque personne ici présente comprend et connaît probablement très bien la raison. Avez-vous besoin que Je vous l’explique ? Le dire à haute voix pourrait être humiliant pour vous et faire de la peine à tout le monde. Certains disent peut-être : « Même si nous ne sommes pas des justes ni des gens parfaits aux yeux de Dieu, s’Il nous ordonnait de faire quelque chose, nous serions quand même capables de le faire. Plus tôt, quand Il a dit qu’un désastre catastrophique se produirait, nous avons commencé à faire des réserves de nourriture et de biens qui nous seraient nécessaires en cas de catastrophe. Tout cela n’était-il pas conforme aux exigences de Dieu ? Ne coopérions-nous pas vraiment avec Son œuvre ? Ce que nous avons fait n’est-il pas comparable à ce que Noé a fait ? N’était-ce pas de la véritable obéissance ? Ne suivions-nous pas les instructions de Dieu ? N’avons-nous pas fait ce qu’Il a dit parce que nous croyons en Ses paroles ? Alors pourquoi Dieu est-Il toujours triste ? Pourquoi dit-Il qu’Il n’a personne à appeler ? » Y a-t-il une différence entre vos actions et celles de Noé ? Quelle est-elle ? (Faire des réserves de nourriture aujourd’hui en vue de la catastrophe relevait de notre propre intention.) (Nos actions ne peuvent pas être qualifiées de « justes », alors que Noé était un homme juste aux yeux de Dieu.) Vos réponses ne sont pas trop loin du compte. Ce que Noé a fait est considérablement différent de ce que les gens font maintenant. Quand Noé a fait ce que Dieu avait ordonné, il ne savait pas quelles étaient Ses intentions. Il ne savait pas ce qu’Il voulait accomplir. Dieu lui avait seulement donné un ordre et l’avait chargé de faire quelque chose, sans lui fournir beaucoup d’explications, mais Noé l’a simplement fait. Il n’a pas essayé de cerner les intentions de Dieu en secret, ne Lui a pas résisté et n’a pas fait preuve d’un manque de sincérité. Il l’a tout simplement fait avec un cœur pur et simple. Quel que soit ce que Dieu lui faisait faire, il le faisait. La conviction avec laquelle il agissait était fondée sur l’obéissance et l’écoute de la parole de Dieu. C’est ainsi qu’il s’est occupé de ce que Dieu lui avait confié, franchement et simplement. Son essence – l’essence de ses actions – était l’obéissance et non la remise en question, la résistance et encore moins la considération de ses intérêts personnels ou de ses pertes et profits. En outre, quand Dieu a dit qu’Il détruirait le monde par un déluge, Noé n’a pas demandé quand ni ce qu’il adviendrait des choses et il ne Lui a certainement pas demandé comment Il détruirait le monde. Il a tout simplement fait comme Dieu le lui avait indiqué. Noé faisait exactement ce que Dieu demandait, avec les matériaux qu’Il voulait et sans tarder. Il a agi conformément aux instructions de Dieu avec une attitude désirant satisfaire Dieu. L’a-t-il fait pour éviter la catastrophe ? Non. A-t-il demandé à Dieu dans combien de temps le monde serait détruit ? Non. A-t-il demandé à Dieu ou savait-il combien de temps il lui faudrait pour construire l’arche ? Non plus. Il a tout simplement obéi, écouté et a agi en conséquence. Les gens d’aujourd’hui ne sont pas pareils : dès que la parole de Dieu divulgue une quelconque information, dès que les gens sentent la moindre perturbation, ils passent immédiatement à l’action, quoi qu’il arrive et quel qu’en soit le prix, afin de préparer ce qu’ils vont manger, boire et utiliser par la suite, prévoyant même leur plan d’évasion pour la catastrophe. Ce qui est encore plus intéressant, c’est qu’à ce moment clé, le cerveau des hommes est très « efficace ». En des circonstances où Dieu n’a pas donné d’instructions, l’homme peut tout prévoir très convenablement. Vous pourriez qualifier leurs plans de « parfaits ». En revanche, personne ne se soucie ni ne cherche à apprécier ce que Dieu dit, Ses intentions ou ce qu’Il veut. N’est-ce pas la plus grande différence entre les gens d’aujourd’hui et Noé ?

Dans ce récit de l’histoire de Noé, voyez-vous une partie du tempérament de Dieu ? Il y a une limite à la patience de Dieu envers la corruption, la souillure et la violence de l’homme. Quand Il atteindra cette limite, Il ne sera plus patient et lancera plutôt Sa nouvelle gestion et Son nouveau plan. Il commencera à faire ce qu’Il doit faire, à révéler Ses actes et l’autre côté de Son tempérament. Cette action ne vise pas à démontrer qu’Il ne doit jamais être offensé par l’homme ou qu’Il est plein d’autorité et de colère, pas plus qu’elle ne cherche à montrer qu’Il peut détruire l’humanité. Son tempérament et Sa sainte essence n’ont plus la patience pour permettre à ce genre d’humanité de vivre devant Lui, de vivre sous Sa domination. Autrement dit, quand l’humanité tout entière sera contre Lui, quand il n’y aura personne qu’Il pourra sauver sur toute la terre, Il n’aura plus de patience pour une telle humanité, et, sans la moindre appréhension, mènera à bien Son plan consistant à détruire ce genre d’humanité. Un tel acte de Dieu est déterminé par Son tempérament. C’est une conséquence nécessaire et que chaque être créé sous la domination de Dieu doit assumer. Cela ne montre-t-il pas qu’à l’ère actuelle, Dieu est impatient de finaliser Son plan et de sauver ceux qu’Il veut sauver ? Dans ces conditions, quelle est la principale préoccupation de Dieu ? Ce n’est pas la manière dont Le traitent ou Lui résistent ceux qui ne Le suivent pas du tout ou s’opposent à Lui ni la manière dont l’humanité Le calomnie. Il ne Se soucie que de savoir si ceux qui Le suivent, les bénéficiaires de Son salut selon Son plan de gestion, ont été rendus complets par Lui, s’ils sont devenus dignes de Sa satisfaction. En ce qui concerne les hommes autres que ceux qui Le suivent, Il les punit juste un peu, de temps en temps, pour exprimer Sa colère, avec par exemple des tsunamis, des tremblements de terre ou des éruptions volcaniques. En même temps, Il protège fermement ceux qui Le suivent et qu’Il est sur le point de sauver et Il veille sur eux. Le tempérament de Dieu est ainsi : d’un côté, Il peut faire preuve d’une patience et d’une tolérance extrêmes envers les hommes qu’Il a l’intention de rendre complets et les attendre aussi longtemps que cela Lui est possible ; d’un autre côté, Dieu hait profondément et a en horreur les hommes de la trempe de Satan qui ne Le suivent pas et s’opposent à Lui. Même s’Il Lui importe peu d’être suivi ou vénéré par ces hommes-là, Il les déteste quand même, tout en ayant de la patience pour eux dans Son cœur et alors qu’Il détermine leur fin, Il attend également l’arrivée des étapes de Son plan de gestion.

Passons au prochain passage suivant.

2) La bénédiction de Dieu pour Noé après le déluge

Genèse 9:1-6 : « Dieu bénit Noé et ses fils, et leur dit : Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre. Vous serez un sujet de crainte et d’effroi pour tout animal de la terre, pour tout oiseau du ciel, pour tout ce qui se meut sur la terre, et pour tous les poissons de la mer : ils sont livrés entre vos mains. Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture : je vous donne tout cela comme l’herbe verte. Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang. Sachez-le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal ; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme, à l’homme qui est son frère. Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l’homme à son image. »

Que voyez-vous dans ce passage ? Pourquoi ai-Je choisi ces versets ? Pourquoi n’ai-Je pas pris un extrait sur la vie de Noé et sa famille sur l’arche ? Parce que ces informations n’ont pas grand-chose à voir avec le thème sur lequel nous communiquons aujourd’hui. Nous nous concentrons sur le tempérament de Dieu. Si vous voulez connaître ces détails, alors vous pouvez prendre la Bible et la lire vous-mêmes. Nous n’en parlerons pas ici. Notre question centrale aujourd’hui est : comment connaître les actions de Dieu ?

Après que Noé a accepté les instructions de Dieu, construit l’arche et surmonté les jours pendant lesquels Dieu a détruit le monde par un déluge, les huit membres de sa famille ont survécu. En dehors de la famille de Noé, comptant huit personnes, l’humanité tout entière a été détruite et tous les êtres vivants sur la terre ont été détruits. À Noé, Dieu a donné des bénédictions et lui a dit des choses, ainsi qu’à ses fils. Ces choses étaient ce que Dieu lui accordait et aussi la bénédiction de Dieu sur lui. C’est la bénédiction et la promesse que Dieu accorde à quelqu’un qui peut L’écouter et accepter Ses instructions, et c’est aussi la façon dont Dieu récompense les gens. Autrement dit, indépendamment du fait que Noé était un homme parfait ou un homme juste aux yeux de Dieu, et peu importe combien il en savait au sujet de Dieu, bref, Noé et ses trois fils ont tous écouté les paroles de Dieu, ont coopéré à l’œuvre de Dieu et ont fait ce qu’ils étaient censés faire, conformément aux instructions de Dieu. En conséquence, ils ont préservé la vie des hommes et de toutes sortes d’êtres vivants pour Dieu après la destruction du monde par le déluge, contribuant considérablement à l’étape suivante de Son plan de gestion. En raison de tout ce qu’il avait fait, Dieu l’a béni. Peut-être que pour les gens d’aujourd’hui, ce que Noé a fait n’était même pas digne d’être mentionné. Certains pensent peut-être même : Noé n’a rien fait ; Dieu avait pris la décision de le protéger, alors il allait certainement être protégé. Sa survie ne découlait pas de ses propres réussites. C’est ce que Dieu voulait accomplir, parce que l’homme est passif. Mais ce n’est pas ce que Dieu pensait. Pour Dieu, peu importe que les gens soient grands ou insignifiants, tant qu’ils peuvent L’écouter, obéir à Ses instructions et à ce qu’Il confie, ainsi que coopérer à Son œuvre, à Sa volonté et à Son plan, de sorte que Sa volonté et Son plan puissent être réalisés en douceur. Ce comportement-là mérite qu’Il S’en souvienne et est digne de recevoir Sa bénédiction. Dieu valorise de telles personnes et Il chérit leurs actions, leur amour et leur affection pour Lui. Telle est l’attitude de Dieu. Alors, pourquoi Dieu a-t-Il béni Noé ? Car c’est ainsi que Dieu traite de telles actions et l’obéissance de l’homme.

En ce qui concerne la bénédiction de Dieu sur Noé, certains diront : « Si l’homme écoute Dieu et Le satisfait, alors Il devrait bénir l’homme. Cela ne va-t-il pas sans dire ? » Peut-on dire cela ? Certaines personnes disent : « Non ! » Pourquoi ne pouvons-nous pas dire cela ? Certains disent : « L’homme n’est pas digne de jouir de la bénédiction de Dieu. » Cela n’est pas tout à fait exact. Car quand une personne accepte ce que Dieu lui confie, Dieu a un critère pour juger si les actions de la personne sont bonnes ou mauvaises, si la personne a obéi, si la personne a satisfait à la volonté de Dieu et si ce qu’elle fait répond à ce critère. Dieu Se soucie du cœur de la personne, et non pas de ses actions en surface. Il serait faux de croire que Dieu doit bénir les gens tant qu’ils font quelque chose, de quelque manière que ce soit. C’est une conception erronée qu’ont les gens à propos de Dieu. Dieu ne regarde pas seulement les résultats finaux des choses, mais met davantage l’accent sur le cœur des gens et leur attitude au cours du développement des choses. Il regarde s’il y a de l’obéissance, de la considération et le désir de Le satisfaire dans leur cœur. Que savait Noé au sujet de Dieu à l’époque ? Autant que les doctrines que vous connaissez maintenant ? En ce qui concerne les aspects de la vérité tels que les concepts et la connaissance de Dieu, a-t-il reçu autant d’abreuvage et a-t-il pu paître autant que vous ? Certainement pas ! Mais un fait est indéniable : dans la conscience, les esprits et même le tréfonds du cœur des gens d’aujourd’hui, les concepts qu’ils ont de Dieu et leur attitude envers Dieu sont flous et ambigus. On pourrait même dire qu’une partie des gens ont une attitude négative envers Son existence. Mais dans le cœur de Noé et dans sa conscience, l’existence de Dieu était absolue et ne faisait pas le moindre doute, et donc son obéissance envers Dieu était inaltérée et capable de résister à l’épreuve. Son cœur était pur et ouvert à Dieu. Il n’avait pas besoin de bien connaître les doctrines pour se convaincre de suivre toute parole de Dieu ni n’avait besoin de beaucoup de faits pour prouver l’existence de Dieu, de sorte qu’il pouvait accepter ce que Dieu lui avait confié et était capable de faire tout ce que Dieu lui donnait à faire. Telle est la différence essentielle entre Noé et les gens d’aujourd’hui. C’est aussi précisément la véritable définition de ce qu’est un homme parfait aux yeux de Dieu. Dieu veut des gens comme Noé. Il est le type de personne que Dieu loue et aussi précisément le genre de personne que Dieu bénit. Avez-vous reçu le moindre éclairage de tout cela ? Les hommes observent les gens de l’extérieur, alors que ce que Dieu regarde, c’est le cœur des gens et leur essence. Dieu ne permet à personne de ne pas être convaincu ou d’avoir des doutes à Son sujet, ni ne permet aux gens de Le soupçonner ou de Le tester en aucune façon. Donc, même si les gens d’aujourd’hui sont face-à-face avec la parole de Dieu, ou l’on pourrait même dire face-à-face avec Dieu, ils sont empêchés de croire véritablement en Lui et de Lui obéir à cause de quelque chose au fond de leur cœur, de l’existence de leur essence corrompue et de leur attitude hostile envers Lui. Pour cette raison, il leur est très difficile d’obtenir la même bénédiction que celle accordée par Dieu à Noé.

3) Dieu symbolise Son alliance avec l’homme par un arc-en-ciel

Genèse 9:11-13 : « J’établis mon alliance avec vous : aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n’y aura plus de déluge pour détruire la terre. Et Dieu dit : C’est ici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à toujours : j’ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d’alliance entre moi et la terre. »

À présent, penchons-nous sur cette partie des Écritures, qui parle de la façon dont Dieu a symbolisé Son alliance avec l’homme par un arc-en-ciel.

La plupart des gens savent ce qu’est un arc-en-ciel et ont entendu des histoires à leur sujet. Quant à celle figurant dans la Bible, certains y croient, d’autres font comme si c’était une légende et d’autres encore n’y croient pas du tout. Quoi qu’il en soit, tous les événements en lien avec l’arc-en-ciel relevaient de l’œuvre de Dieu et ont eu lieu pendant le processus de Sa gestion de l’homme. Ces événements ont été rapportés avec exactitude dans la Bible. Ces récits ne nous donnent pas l’humeur de Dieu à ce moment-là ou les intentions qu’il y avait derrière Ses paroles. En outre, personne ne peut apprécier ce qu’Il ressentait quand Il les a prononcées. Cependant, Son état d’esprit concernant tout cela apparaît entre les lignes. C’est comme si Ses pensées à ce moment-là sortaient de la page, grâce à chaque mot et à chaque phrase de Sa parole.

Les gens devraient se soucier des pensées de Dieu, qui constituent ce qu’ils devraient essayer de connaître le plus. En effet, elles sont étroitement liées à la compréhension que l’homme a de Dieu ; or la compréhension que l’homme a de Dieu est un aspect indispensable de son entrée dans la vie. Alors, que pensait Dieu au moment où ces événements se sont produits ?

À l’origine, Dieu a créé une humanité qui, à Ses yeux, était très bonne et proche de Lui, mais elle a été détruite par un déluge après s’être rebellée contre Lui. Dieu a-t-Il été blessé par la disparition instantanée d’une telle humanité ? Bien sûr que oui ! Alors, comment a-t-Il exprimé cette peine ? Comment la Bible la rapporte-t-elle ? Elle a été rapportée dans la Bible ainsi : « J’établis mon alliance avec vous : aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n’y aura plus de déluge pour détruire la terre. » Cette simple phrase révèle les pensées de Dieu. Cette destruction du monde Lui a causé une grande peine. Pour utiliser les mots de l’homme, Il était très triste. Nous pouvons imaginer : à quoi la terre, qui était auparavant pleine de vie, ressemblait-elle après avoir été détruite par le déluge ? À quoi la terre, qui était auparavant remplie d’êtres humains, ressemblait-elle à cette époque ? Aucune habitation humaine, aucune créature vivante, de l’eau partout et un chaos absolu à la surface de l’eau. Une telle scène faisait-elle partie de l’intention originelle de Dieu quand Il a créé le monde ? Bien sûr que non ! Son intention originelle était de voir la vie sur toute la terre, de voir les êtres humains qu’Il avait créés L’adorer, et non pas que Noé soit le seul à L’adorer ou à pouvoir répondre à Son appel lui demandant de terminer ce qui lui avait été confié. Quand l’humanité a disparu, Dieu n’a pas vu ce qu’Il avait prévu à l’origine, mais tout le contraire. Comment Son cœur aurait-il pu ne pas souffrir ? Quand Il a révélé Son tempérament et exprimé Ses émotions, Dieu a donc pris une décision. Quel genre de décision a-t-Il prise ? Celle de placer un arc dans la nue (c’est-à-dire, l’arc-en-ciel que nous voyons) en guise d’alliance avec l’homme, de promesse qu’Il ne détruirait pas l’humanité de nouveau par un déluge. En même temps, c’était aussi pour dire aux hommes qu’Il avait détruit le monde par un déluge, afin que l’humanité n’oublie jamais pourquoi Il avait fait une chose pareille.

À l’époque, Dieu voulait-Il la destruction du monde ? Ce n’était certainement pas ce que Dieu voulait. Nous pouvons certes imaginer une petite partie du spectacle pitoyable qu’était la terre après la destruction du monde, mais nous ne pouvons pas commencer à imaginer ce que la scène était aux yeux de Dieu à l’époque. Nous pouvons dire que personne, que ce soit parmi les gens d’aujourd’hui ou de jadis, ne peut imaginer ni comprendre ce que Dieu a ressenti en voyant cette scène, cette image du monde après sa destruction par un déluge. Dieu a été contraint de détruire le monde par un déluge à cause de la désobéissance de l’homme, mais la douleur que le cœur de Dieu a subie à cause de cette destruction du monde par un déluge est une réalité que personne ne peut concevoir ou comprendre. C’est pourquoi Dieu a conclu une alliance avec l’humanité, pour que les gens se souviennent que Dieu a fait jadis quelque chose comme cela et pour leur jurer qu’Il ne détruirait plus jamais le monde de cette façon. Dans cette alliance, nous voyons le cœur de Dieu, nous voyons que le cœur de Dieu était dans la douleur quand Il a détruit cette humanité. Dans le langage de l’homme, quand Dieu a détruit l’humanité et a vu l’humanité disparaître, Son cœur pleurait et saignait. N’est-ce pas la meilleure manière de décrire cela ? Ces mots sont utilisés par les humains pour illustrer les émotions humaines, mais comme la langue de l’homme est trop déficiente, les utiliser pour décrire les sentiments et les émotions de Dieu ne Me semble pas si mal, et ils ne sont pas exagérés non plus. Au moins, ils vous donnent une compréhension très nette et très juste de l’humeur de Dieu à l’époque. À quoi penserez-vous la prochaine fois que vous verrez un arc-en-ciel ? Au moins, vous vous souviendrez que Dieu a un jour été peiné à cause de la destruction du monde par un déluge. Vous vous souviendrez que, même si Dieu détestait ce monde et méprisait cette humanité, Son cœur souffrait, avait du mal à lâcher prise, se sentait réticent et supportait difficilement de détruire les êtres humains qu’Il avait créés de Ses propres mains. Sa seule consolation était les huit membres de la famille de Noé. Les efforts laborieux qu’Il avait consacrés à la création de toutes choses en ont valu la peine grâce à la coopération de Noé. Alors que Dieu souffrait, c’est la seule chose qui pouvait remédier à Sa douleur. À partir de ce moment-là, Dieu a placé toutes Ses attentes concernant l’humanité dans la famille de Noé, espérant qu’ils pourraient vivre sous Ses bénédictions et non pas Sa malédiction, espérant qu’ils ne verraient jamais Dieu détruire de nouveau le monde par un déluge et espérant aussi qu’ils ne seraient pas détruits.

Quelle partie du tempérament de Dieu devrions-nous découvrir à partir de cela ? Dieu avait méprisé l’homme parce que celui-ci était en inimitié avec Lui, mais Sa bienveillance, Son souci et Sa miséricorde envers l’humanité restaient inchangés dans Son cœur. Même quand Il a détruit l’humanité, Son cœur est resté inchangé. Quand l’humanité était pleine de corruption et désobéissante envers Dieu de façon sérieuse, Dieu a dû détruire cette humanité à cause de Son tempérament et de Son essence, et conformément à Ses principes. Mais à cause de l’essence de Dieu, Il a encore eu de la pitié pour l’humanité et a même voulu utiliser diverses manières pour racheter l’humanité afin qu’elle puisse continuer à vivre. L’homme, cependant, s’est opposé à Dieu, a continué à désobéir à Dieu et a refusé d’accepter le salut de Dieu, c’est-à-dire qu’il a refusé d’accepter Ses bonnes intentions. Même si Dieu a fait appel à eux, leur a fait des rappels, les a approvisionnés, les a aidés et les a tolérés, les hommes ne l’ont pas compris ou ne l’ont pas apprécié, pas plus qu’ils n’ont prêté attention. Malgré Sa douleur, Dieu n’a toujours pas oublié de donner à l’homme Sa tolérance maximale, attendant que l’homme se convertisse. Après avoir atteint Sa limite, Il a fait ce qu’Il avait à faire sans aucune hésitation. En d’autres termes, il y a eu une période et un processus spécifiques entre le moment où Dieu a prévu de détruire l’humanité et le début officiel de Son œuvre de destruction de l’humanité. Ce processus a existé dans le but de permettre à l’homme de se convertir et c’était la dernière chance que Dieu donnait à l’homme. Alors, qu’est-ce que Dieu a fait dans cette période avant de détruire l’humanité ? Dieu a fait une œuvre assez grande de rappel et d’exhortation. Peu importe combien de douleur et de tristesse subissait le cœur de Dieu, Il continuait à exercer Sa bienveillance, Sa préoccupation et Son abondante miséricorde envers l’humanité. Que voyons-nous à partir de cela ? Sans aucun doute, nous voyons que l’amour de Dieu pour l’humanité est réel et pas seulement quelque chose auquel Il apporte un soutien de façade. Il est réel, tangible et perceptible, et non pas faux, frelaté, trompeur ou prétentieux. Dieu n’utilise jamais aucune tromperie ni ne crée de fausses images pour que les gens voient qu’Il est aimable. Il n’utilise jamais de faux témoignage pour montrer Sa beauté aux gens ou pour faire étalage de Sa beauté et de Sa sainteté. Ces aspects du tempérament de Dieu ne sont-ils pas dignes de l’amour de l’homme ? Ne sont-ils pas dignes d’être vénérés ? Ne sont-ils pas dignes d’être chéris ? À ce stade, Je veux vous demander : après avoir entendu ces paroles, pensez-vous que la grandeur de Dieu n’est qu’une suite de mots creux sur une feuille de papier ? La beauté de Dieu n’est-elle que des mots vides ? Non ! Certainement pas ! Entre la suprématie, la grandeur, la sainteté, la tolérance, l’amour de Dieu et ainsi de suite, chaque détail de chacun des divers aspects de Son tempérament et de Son essence trouve une expression concrète chaque fois qu’Il réalise Son œuvre, est matérialisé par Sa volonté envers l’homme et est aussi accompli et reflété en chacun. Que tu l’aies déjà ressenti ou non, Dieu prend soin de chaque personne de toutes les manières possibles, par Son cœur sincère, Sa sagesse et diverses méthodes pour réchauffer le cœur de chaque personne et éveiller l’esprit de chaque personne. C’est là un fait incontestable. Peu importe combien de gens sont ici présents, chacun a eu des expériences différentes de la tolérance, de la patience et de la beauté de Dieu, ainsi que des sentiments différents à leur égard. Ces expériences de Dieu, ces sentiments envers Lui ou cette perception de Lui sont, en somme, tous des choses positives venant de Lui. Ainsi, en intégrant les expériences et la connaissance de Dieu de chacun et en les combinant aux passages de la Bible que nous avons lus aujourd’hui, avez-vous maintenant une compréhension plus réelle et juste de Dieu ?

Après avoir lu cette histoire et compris une partie du tempérament de Dieu révélé par cet événement, quel genre de nouvelle appréciation avez-vous de Lui ? Cette histoire vous a-t-elle donné une compréhension plus profonde de Dieu et de Son cœur ? Vous sentez-vous différents maintenant lorsque vous relisez l’histoire de Noé ? D’après vous, était-il nécessaire d’échanger sur ces versets de la Bible ? Maintenant que nous avons échangé sur ces versets, pensez-vous que c’était inutile ? C’était absolument nécessaire ! Même si ce que nous lisons est une histoire, c’est un vrai récit de l’œuvre que Dieu a réalisée jadis. Mon but n’était pas de vous faire comprendre les détails de ces histoires ou de ce personnage, ni que vous étudiiez ce dernier, et certainement pas que vous retourniez étudier la Bible. Comprenez-vous ? Donc, ces histoires ont-elles contribué à votre connaissance de Dieu ? Qu’a apporté cette histoire à votre compréhension de Dieu ? Dites-nous, frères et sœurs de Hong Kong. (Nous avons vu que l’amour de Dieu était quelque chose qu’aucun de nous, humains corrompus, ne possède.) Dites-nous, frères et sœurs de Corée du Sud. (L’amour de Dieu pour l’homme est réel. Il comprend Son tempérament, Sa grandeur, Sa sainteté, Sa suprématie et Sa tolérance. Il vaut la peine que nous essayions de le comprendre plus en profondeur.) (Grâce à ce dernier échange, je peux d’une part voir le tempérament juste et saint de Dieu, et d’autre part Son souci pour l’humanité et Sa miséricorde envers elle. Je peux voir que tout ce qu’Il fait, ainsi que chacune de Ses pensées et de Ses idées révèlent Son amour et Son souci envers l’humanité.) (Avant, je comprenais que Dieu avait détruit le monde par un déluge parce que l’humanité était devenue gravement mauvaise. C’était comme s’Il l’avait fait parce qu’Il la détestait. Ce n’est qu’après que Dieu a parlé de l’histoire de Noé aujourd’hui et dit que Son cœur saignait que je me suis rendu compte qu’Il était en fait réticent à se séparer de cette humanité. C’est seulement parce que l’humanité était trop désobéissante que Dieu n’avait pas d’autre choix que de la détruire. En réalité, Son cœur était très triste à ce moment-là. À partir de cela, je peux voir Sa bienveillance et Son souci de l’humanité dans Son tempérament. C’est quelque chose que je ne savais pas auparavant.) Très bien ! Allez-y, vous pouvez parler. (Écouter l’échange m’a beaucoup touché. J’avais lu la Bible dans le passé, mais je n’ai jamais eu d’expérience comme aujourd’hui, où Dieu décortique directement ces choses-là pour que nous puissions Le connaître. En nous guidant ainsi pour lire la Bible, Dieu m’a permis de voir que Son essence avant la corruption de l’homme était amour et bienveillance pour l’humanité. Entre le moment où l’homme est devenu corrompu et ces jours-ci, même si Dieu a un tempérament juste, Son amour et Sa bienveillance restent inchangés. Cela montre que l’essence de Son amour depuis la création n’a jamais changé, que l’homme soit corrompu ou non.) (Aujourd’hui, j’ai vu que l’essence de Dieu ne changera pas parce que l’époque ou le lieu de Son œuvre change. J’ai vu aussi que, peu importe que Dieu crée le monde ou le détruise après que l’homme est devenu corrompu, tout ce qu’Il fait a un sens et comprend Son tempérament. J’ai donc constaté que Son amour était infini et incommensurable, et j’ai aussi vu, comme l’ont mentionné les autres frères et sœurs, Sa bienveillance et Sa miséricorde envers l’humanité quand Il a détruit le monde.) (Ce sont en effet des choses que je ne savais pas auparavant. Après avoir écouté l’échange d’aujourd’hui, je sens que Dieu est vraiment fiable, digne de confiance et de notre foi et qu’en effet, Il existe. Je me rends sincèrement compte dans mon cœur que le tempérament et l’amour de Dieu sont bel et bien aussi concrets. Voilà ce que je ressens après avoir écouté l’échange d’aujourd’hui.) Excellent ! Il semble que vous ayez tous pris à cœur ce que vous avez entendu.

Avez-vous remarqué quelque chose de particulier dans les versets de la Bible, y compris les histoires sur lesquelles nous avons échangé aujourd’hui ? Dieu a-t-Il jamais utilisé Son propre langage pour exprimer Ses propres pensées ou expliquer Son amour et Sa bienveillance envers l’humanité ? Y a-t-il un récit écrit montrant qu’Il aurait indiqué avec un langage simple combien Il Se préoccupe de l’humanité ou combien Il l’aime ? Non, n’est-ce pas ? Il y en a tellement parmi vous qui ont lu la Bible ou d’autres livres que la Bible. L’un d’entre vous a-t-il déjà vu pareils mots ? La réponse est clairement non ! Autrement dit, dans les récits de la Bible, y compris les paroles de Dieu ou la documentation de Son œuvre, Il n’a jamais, à aucune époque, décrit Ses sentiments ni exprimé Son amour et Sa bienveillance envers l’humanité selon Ses propres méthodes. Il n’a jamais transmis Ses sentiments et Ses émotions par le discours ni par aucune action. Cela n’est-il pas un fait ? Pourquoi dis-Je cela ? Pourquoi dois-Je le mentionner ? C’est parce que cela représente également la beauté de Dieu et Son tempérament.

Dieu a créé l’humanité. Qu’elle ait été corrompue ou non, qu’elle Le suive ou non, Il traite les hommes comme Ses êtres les plus chers ou, selon des termes humains, comme les gens qui Lui sont les plus chers, et non comme Ses jouets. Même si Dieu dit qu’Il est le Créateur et que l’homme est Sa création, ce qui peut donner l’impression qu’il existe une légère différence de rang, en réalité, tout ce que Dieu a fait pour l’humanité dépasse largement une relation de cette nature. Dieu aime l’humanité, prend soin d’elle et Se soucie d’elle, de même qu’Il la soutient continuellement, sans interruption. Il ne sent jamais dans Son cœur qu’il s’agit d’une œuvre supplémentaire ou de quelque chose qui mérite beaucoup d’éloges. Il n’a pas non plus le sentiment que sauver l’humanité, l’approvisionner et tout lui accorder apporte une énorme contribution à l’humanité. Il soutient simplement l’humanité discrètement et en silence, à Sa manière, ainsi que par Son essence et ce qu’Il a et est. Peu importe le soutien et l’aide que l’humanité reçoit de Lui, Dieu ne pense jamais à S’en attribuer le mérite et n’essaie jamais de le faire. Cela est déterminé par Son essence et c’est aussi précisément une véritable expression de Son tempérament. C’est pourquoi, que ce soit dans la Bible ou dans d’autres livres, nous ne voyons jamais Dieu exprimer Ses pensées, décrire ni déclarer à l’homme pourquoi Il fait ces choses ou pourquoi Il Se soucie tellement de l’humanité, comme s’Il voulait qu’elle Lui soit reconnaissante et Le loue. Même quand Il est blessé, quand Son cœur est extrêmement peiné, Il n’oublie jamais Sa responsabilité envers l’humanité ni Son souci pour elle, tout en supportant cette peine et cette douleur tout seul, en silence. Au contraire, Dieu continue de soutenir l’humanité comme Il le fait depuis toujours. Même si l’humanité Le loue ou témoigne souvent de Lui, Dieu n’exige aucun de ces comportements. Car Il n’a jamais l’intention que les bonnes choses qu’Il fait pour l’humanité Lui soient échangées contre de la gratitude ou Lui soient rendues. D’autre part, ceux qui peuvent craindre Dieu, fuir le mal, Le suivre vraiment, L’écouter, Lui être loyaux et Lui obéir sont les gens qui recevront souvent Ses bénédictions et Il les leur accordera sans réserve. En outre, les bénédictions que les gens reçoivent de Dieu dépassent souvent leur imagination et tout ce que les êtres humains peuvent justifier par ce qu’ils ont fait ou le prix qu’ils ont payé. Lorsque l’humanité profite des bénédictions de Dieu, quelqu’un se soucie-t-il de ce qu’Il fait ? Quelqu’un se préoccupe-t-il un tant soit peu de ce qu’Il ressent ? Quelqu’un essaie-t-il de mesurer Sa douleur ? La réponse est un non catégorique ! Y a-t-il un seul être humain, y compris Noé, qui puisse mesurer la douleur que Dieu ressentait à ce moment-là ? Quelqu’un peut-il comprendre pourquoi Il établirait une telle alliance ? Non ! L’humanité ne mesure pas Sa douleur, non pas parce qu’elle ne peut pas la comprendre, ni à cause de l’écart entre elle et Lui, ni du fait de leur différence de statut. C’est plutôt parce que l’humanité ne se soucie pas du tout de ce que ressent Dieu. Elle pense qu’Il est indépendant, qu’Il n’a pas besoin qu’on se soucie de Lui, qu’on Le comprenne ou qu’on fasse preuve de considération à Son égard. Dieu est Dieu, donc Il n’éprouve pas de douleur, pas d’émotions. Il ne sera pas triste, Il ne connaît pas la peine, Il ne pleure même pas. Dieu est Dieu, donc Il n’a pas besoin qu’on Lui exprime de l’émotion ni qu’on Lui apporte un réconfort émotionnel. S’Il en a besoin dans certaines circonstances, alors Il y fera face seul et n’aura besoin d’aucune aide de l’humanité. À l’inverse, ce sont les hommes « faibles » et « immatures » qui ont besoin d’être consolés, soutenus et encouragés par Dieu. C’est même Lui qui doit les réconforter dans leurs émotions en tout temps et en tous lieux. De telles pensées se cachent au plus profond du cœur des gens : ce sont les hommes qui sont faibles, ils ont besoin que Dieu prenne soin d’eux de toutes les manières, ils méritent tous les soins qu’ils reçoivent de Lui et doivent exiger de Lui tout ce qui, selon eux, devrait leur appartenir. Dieu est Celui qui est fort : Il a tout et devrait être le gardien de l’humanité et le dispensateur des bénédictions. Puisqu’Il est déjà Dieu, Il est omnipotent et n’a jamais besoin de quoi que ce soit de la part de l’humanité.

Comme l’homme ne prête attention à aucune révélation de Dieu, il n’a jamais ressenti Sa peine, Sa douleur, ni Sa joie. Mais à l’inverse, Dieu connaît parfaitement toutes les expressions de l’homme. Il pourvoit aux besoins de chacun en tout temps et en tous lieux, observant les pensées changeantes de chacun pour le réconforter, l’exhorter, le guider et l’illuminer. Concernant toutes les choses que Dieu a faites pour l’humanité et tous les prix qu’Il a payés à cause d’elle, les gens peuvent-ils trouver un passage dans la Bible ou une parole parmi celles qu’Il a prononcées qui indique clairement qu’Il exige quelque chose de l’homme ? Non ! Au contraire, peu importe que les gens ignorent les pensées de Dieu, Il guide l’humanité, la soutient et l’aide sans cesse pour qu’elle puisse suivre Sa voie afin d’atteindre la belle destination qu’Il lui a préparée. Tout ce que Dieu a et est, Sa grâce, Sa miséricorde et toutes Ses récompenses seront accordés sans réserve à ceux qui L’aiment et Le suivent. Mais Il ne révèle jamais à personne la douleur qu’Il a connue ni Son état d’esprit. Il ne Se plaint jamais que l’on ne soit pas attentionné envers Lui ou ne connaisse pas Sa volonté. Il assume simplement tout cela en silence, attendant le jour où l’humanité sera en mesure de comprendre.

Pourquoi dis-Je ces choses-là ? Que comprenez-vous de ce que Je vous ai dit ? Il y a quelque chose dans l’essence et le tempérament de Dieu qui est beaucoup trop facile à négliger, quelque chose que seul Lui possède et personne d’autre, même ceux qui sont considérés comme des gens formidables, des gens bien ou le Dieu de leur imagination. De quoi s’agit-il ? De l’altruisme de Dieu. À ce propos, tu pourrais te croire également très altruiste, car tu ne négocies jamais avec tes enfants et te montres généreux envers eux, ou tu te penses très altruiste avec tes parents. Peu importe ce que tu penses, tu as au moins une notion du mot « altruisme » : tu le considères comme positif et tu considères qu’une personne altruiste est très noble. Lorsque tu es altruiste, tu as une haute estime de toi-même. Mais personne ne voit l’altruisme de Dieu chez les gens, dans les événements, les objets, Son œuvre et toutes choses. Pourquoi cela ? Parce que l’homme est trop égoïste ! Pourquoi dis-Je cela ? L’humanité vit dans un monde matériel. Tu suis peut-être Dieu, mais tu ne vois jamais ni n’apprécies la façon dont Il te soutient, t’aime et Se soucie de toi. Alors, que vois-tu ? Tu vois tes parents de sang qui t’aiment à la folie. Tu vois les choses qui sont bénéfiques pour ta chair, tu te soucies des gens et des choses que tu aimes. Tel est le prétendu altruisme de l’homme. Ces gens « altruistes », cependant, ne sont jamais préoccupés par le Dieu qui leur donne la vie. Contrairement à celui de Dieu, l’altruisme de l’homme devient égoïste et méprisable. L’homme croit à un altruisme vide, irréaliste, frelaté, incompatible avec Dieu et sans rapport avec Lui. L’altruisme de l’homme est pour lui-même, tandis que l’altruisme de Dieu est une véritable révélation de Son essence. C’est précisément grâce à l’altruisme de Dieu que l’homme est constamment soutenu par Lui. Vous n’êtes peut-être pas touchés très profondément par le sujet dont Je parle aujourd’hui et hochez la tête simplement en signe d’approbation. Mais quand tu essaieras d’apprécier intérieurement le cœur de Dieu, tu découvriras involontairement ceci : de tous les gens, toutes les questions et toutes les choses que tu peux sentir en ce monde, seul l’altruisme de Dieu est réel et concret, parce que seul Son amour pour toi est inconditionnel et irréprochable. Le prétendu altruisme de toute autre personne mis à part Dieu est entièrement faux, superficiel et hypocrite. Il a un but, certaines intentions. Il contient un échange et ne résiste pas à l’épreuve. On pourrait même dire qu’il est infâme et méprisable. Êtes-vous d’accord avec ces propos ?

Je sais que ces thèmes vous sont très peu familiers et que vous avez besoin d’un peu de temps pour les absorber avant de vraiment comprendre. Moins ces thèmes et ces questions vous sont familiers, plus cela prouve qu’ils sont absents de votre cœur. Si Je ne les avais jamais mentionnés, l’un d’entre vous les aurait-il un tant soit peu connus ? Je crois que vous ne les connaîtriez jamais. C’est certain. Peu importe ce que vous saisissez ou comprenez, les thèmes dont Je parle sont, en somme, ce qui manque le plus aux gens et ce qu’ils devraient connaître le mieux. Ces thèmes sont très importants pour tout le monde. Ils sont précieux et ils sont la vie. Ce sont des choses que vous devez posséder pour le chemin qu’il vous reste à parcourir. Sans ces mots pour te guider, sans ta compréhension du tempérament et de l’essence de Dieu, tu garderas toujours un point d’interrogation en ce qui Le concerne. Comment peux-tu croire correctement en Lui si tu ne Le comprends même pas ? Tu ne sais rien de Ses émotions, de Sa volonté, de Son état d’esprit, de ce qu’Il pense, de ce qui Le rend triste, ni de ce qui Le rend heureux, alors comment peux-tu te montrer attentif envers le cœur de Dieu ?

Chaque fois que Dieu est triste, Il fait face à une humanité qui ne Lui prête pas du tout attention, qui Le suit et qui prétend L’aimer, mais qui néglige complètement Ses sentiments. Comment Son cœur pourrait-il ne pas souffrir ? Dans l’œuvre de gestion de Dieu, Il réalise sincèrement Son œuvre dans les gens, leur parle et leur fait face sans réserve ni dissimulation. À l’inverse, toutes les personnes qui Le suivent se montrent fermées devant Lui et personne n’est prêt à se rapprocher activement de Lui, à comprendre Son cœur ni à prêter attention à Ses sentiments. Même ceux qui veulent devenir les confidents de Dieu ne veulent pas se rapprocher de Lui, montrer de la compassion envers Son cœur, ni essayer de Le comprendre. Quand Dieu est joyeux et heureux, il n’y a personne pour partager Son bonheur. Quand Dieu est mal compris par les gens, il n’y a personne pour réconforter Son cœur blessé. Quand Son cœur est souffrant, absolument personne n’est prêt à écouter Ses confidences. Personne, au cours des milliers d’années du déroulement de Son œuvre de gestion, n’a compris Ses émotions, personne ne les a saisies ni reconnues et, surtout, personne n’a pu se tenir à Ses côtés pour partager Ses joies et Ses peines. Dieu Se sent seul. Il Se sent seul ! Dieu Se sent seul, pas seulement parce que l’humanité corrompue s’oppose à Lui, mais surtout parce que ceux qui veulent être spirituels, qui cherchent à Le connaître, à Le comprendre et sont même prêts à Lui consacrer toute leur vie ne connaissent pas Ses pensées et ne comprennent pas non plus Son tempérament ni Ses émotions.

À la fin de l’histoire de Noé, nous voyons que Dieu a employé à ce moment-là une méthode inhabituelle pour exprimer Ses sentiments. Cette méthode était très spéciale : Il a établi une alliance avec l’homme, marquant la fin de Sa destruction du monde par un déluge. De l’extérieur, conclure une alliance semble être très ordinaire. Cela consiste seulement à lier deux parties par des mots pour les empêcher d’enfreindre leur accord, afin de protéger leurs intérêts. Du point de vue de la forme, c’est très ordinaire, mais compte tenu des motivations et du sens que Dieu donne à cette chose, cela révèle véritablement Son tempérament et Son état d’esprit. Si tu mets simplement ces mots de côté et les ignores, si Je ne te dis jamais la vérité sur ces choses-là, alors l’humanité ne connaîtra vraiment jamais la pensée de Dieu. Peut-être que, dans ton imagination, Dieu souriait quand Il a établi cette alliance ou peut-être que Son expression était grave. Mais qu’importe l’expression très ordinaire que les gens Lui imaginent, personne n’aurait été capable de voir Son cœur ni Sa douleur et encore moins Sa solitude. Personne ne peut faire en sorte que Dieu lui fasse confiance, ni être digne de Sa confiance, ni être quelqu’un à qui Il peut exprimer Ses pensées ou confier Sa douleur. C’est pourquoi Dieu n’avait pas d’autre choix que de faire une telle chose. En surface, il a été facile pour Dieu de faire Ses adieux à cette humanité, de régler le passé et de conclure parfaitement Sa destruction du monde par un déluge. Cependant, Dieu avait enfoui la douleur de ce moment au fond de Son cœur. Alors qu’Il n’avait personne à qui Se confier, Il a établi une alliance avec l’humanité, lui disant qu’Il ne détruirait plus le monde par un déluge. Quand un arc-en-ciel apparaissait, c’était pour lui rappeler qu’une telle chose était déjà arrivée une fois et l’avertir de ne pas faire le mal. Même dans un état aussi douloureux, Dieu n’a pas oublié l’humanité et S’est quand même montré très préoccupé pour elle. Cela ne démontre-t-il pas Son amour et Sa générosité ? Mais à quoi les gens pensent-ils quand ils souffrent ? N’est-ce pas le moment où ils ont le plus besoin de Dieu ? Dans des moments comme celui-là, les gens Le tirent toujours vers eux afin qu’Il les réconforte. À aucun moment, Dieu ne laissera tomber les gens et Il leur permettra toujours de se sortir de leurs difficultés et de vivre dans la lumière. Même s’Il soutient autant l’humanité, dans le cœur de l’homme, Il n’est rien de plus qu’une pilule apaisante, un tonique réconfortant. Quand Dieu souffre, quand Son cœur est blessé, avoir un être créé ou n’importe quelle personne pour rester avec Lui ou Le réconforter ne serait indubitablement qu’un souhait extravagant pour Lui. L’homme ne prête jamais attention aux sentiments de Dieu, alors Il ne demande jamais s’il y a quelqu’un qui peut Le réconforter ni ne S’y attend. Il exprime simplement Son humeur par Ses propres moyens. Les gens ne pensent pas que ce soit très grave que Dieu souffre, mais ce n’est que quand tu essaieras vraiment de Le comprendre et que tu pourras véritablement reconnaître Ses intentions sincères en tout ce qu’Il fait que tu sentiras Sa grandeur et Son altruisme. Même si Dieu a conclu une alliance avec l’humanité par l’arc-en-ciel, Il n’a jamais dit à personne pourquoi Il l’a fait, pourquoi Il a établi cette alliance, ce qui signifie qu’Il n’a jamais confié Ses pensées réelles à quiconque. En effet, personne ne peut comprendre la profondeur de Son amour pour l’humanité qu’Il a créée de Ses propres mains, ni mesurer la souffrance que Son cœur a connue quand Il a détruit l’humanité. Par conséquent, même s’Il disait aux gens ce qu’Il ressentait, ils ne pourraient pas assumer cette confiance. Malgré Sa douleur, Il poursuit Son œuvre avec l’étape suivante. Dieu présente toujours le meilleur de Lui-même et les meilleures choses à l’humanité tandis qu’Il endure Lui-même en silence toute la souffrance. Dieu ne révèle jamais ouvertement ces souffrances. À la place, Il les endure et attend en silence. L’endurance de Dieu n’est pas froide, insensible ou impuissante, ni un signe de faiblesse. C’est plutôt que l’amour et l’essence de Dieu ont toujours été altruistes. C’est là une révélation naturelle de Son essence et de Son tempérament, et une véritable incarnation de Son identité en tant que vrai Créateur.

Cela dit, certains pourraient mal interpréter ce que Je veux dire. « La description aussi détaillée des sentiments de Dieu, avec autant de sensationnalisme, visait-elle à éveiller une pitié pour Lui chez les gens ? » Était-ce l’intention ? (Non !) Quand Je vous dis cela, Mon seul but est que vous connaissiez mieux Dieu, compreniez Ses nombreux aspects, compreniez Ses émotions, reconnaissiez que Son essence et Son tempérament sont exprimés concrètement et progressivement par Son œuvre, par opposition à la représentation que l’homme en fait avec ses mots vides, ses lettres, ses doctrines ou son imagination. Autrement dit, Dieu et Son essence existent réellement. Ils ne sont pas des peintures, des idées, des constructions humaines et encore moins des inventions de l’homme. Reconnaissez-vous cela maintenant ? Si oui, alors Mes paroles, aujourd’hui, ont atteint leur but.

Nous avons discuté de trois thèmes aujourd’hui. J’espère que tout le monde a pu tirer grandement profit de notre échange sur ces trois thèmes. Je peux dire avec certitude que les pensées de Dieu que J’ai décrites, Son tempérament et Son essence que J’ai mentionnés à travers ces trois thèmes ont transformé les idées et la compréhension que les gens avaient de Dieu. Ils ont même transformé la croyance de tout le monde en Lui et ont, en plus, métamorphosé l’image du Dieu que tous admiraient dans leur cœur. Quoi qu’il en soit, J’espère que ce que vous avez appris sur le tempérament de Dieu dans ces trois passages de la Bible vous est bénéfique et que vous essaierez d’y réfléchir davantage en repartant. Notre réunion s’arrête là pour aujourd’hui. Au revoir !

Le 4 novembre 2013

Précédent: Comment connaître le tempérament de Dieu et les fruits que Son œuvre portera

Suivant: L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

L’œuvre et l’entrée (3)

Dieu a beaucoup confié aux humains et a également abordé leur entrée d’innombrables manières. Mais parce que le calibre des gens est...

L’œuvre et l’entrée (9)

Des traditions ethniques établies et une mentalité ont depuis longtemps jeté une ombre sur l’esprit d’enfant pur de l’homme, et elles ont...

Dieu Lui-même, l’Unique III

L’autorité de Dieu (II)Aujourd’hui, nous allons poursuivre notre échange sur le thème de « Dieu Lui-même, l’Unique ». Nous avons déjà eu...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre