Chapitre 12

Lorsque tous les hommes deviennent attentifs, lorsque toutes les choses sont renouvelées et ranimées, lorsque chaque personne se soumet à Dieu sans réticence et est prête à assumer la lourde responsabilité du fardeau de Dieu, c’est à ce moment que l’Éclair Oriental paraît, illuminant tout de l’est à l’ouest, terrifiant toute la terre avec l’arrivée de cette lumière, et à ce moment-là, encore une fois, Dieu commence une nouvelle vie. Cela veut dire qu’à ce moment-là Dieu commence la nouvelle œuvre sur la terre, proclamant aux hommes de tout l’univers : « Lorsque l’éclair part de l’orient – ce qui correspond aussi exactement au moment où Je commence à parler –, au moment où l’éclair jaillit, tout l’empyrée est illuminé et une transformation se produit dans toutes les étoiles. » Donc, quand l’éclair paraît-il à l’est ? Quand les cieux s’assombrissent et la terre blêmit, c’est quand Dieu voile Sa face du monde et c’est le moment même où tout sous les cieux est sur le point d’être assailli par une puissante tempête. À ce moment-là, tous les hommes sont frappés de panique, effrayés par le tonnerre, apeurés par l’éclat de l’éclair, voire même plus terrifiés par l’assaut du déluge, de sorte que la plupart d’entre eux ferment les yeux et attendent que Dieu déchaîne Sa colère et les terrasse. Et alors qu’il se produit divers états, l’Éclair Oriental paraît immédiatement. Cela signifie qu’à l’est du monde, depuis le moment où le témoignage à Dieu Lui-même commence jusqu’au moment où Il se met à l’œuvre, jusqu’au moment où la divinité se met à déployer Sa souveraineté à travers la terre, c’est l’éclatant rayon de lumière de l’Éclair Oriental qui a jamais brillé sur tout l’univers. C’est au moment où les pays de la terre deviennent le royaume de Christ que tout l’univers est illuminé. C’est alors le moment où l’Éclair Oriental paraît. Dieu incarné se met à l’œuvre et, en outre, parle directement en tant que divinité. On peut dire que c’est lorsque Dieu se met à parler sur la terre que l’Éclair Oriental paraît. Plus précisément, c’est quand l’eau vive coule du trône, quand les déclarations du trône commencent que précisément les déclarations des sept esprits commencent officiellement. À ce moment-là, l’Éclair Oriental commence à apparaître et, en raison de sa durée, le degré de l’illumination varie aussi, et il y a aussi une limite à la portée de son éclat. Mais avec le progrès de l’œuvre de Dieu, avec les changements de Son plan, avec les variations de l’œuvre dans les fils et le peuple de Dieu, l’éclair accomplit de plus en plus son devoir inhérent de sorte que tout dans l’ensemble de l’univers est illuminé et il ne reste ni drêche ni scorie. C’est la cristallisation du plan de gestion de 6 000 ans de Dieu, et le véritable fruit dont Dieu prend plaisir. « Les étoiles » ne se réfère pas aux étoiles dans les cieux, mais à tous les fils et le peuple de Dieu qui travaillent pour Lui. Parce qu’ils portent témoignage à Dieu dans le royaume de Dieu, et Le représentent dans Son royaume, et parce qu’ils sont des créatures, ils sont appelés « les étoiles. » « Transformer » se réfère à une transformation d’identité et de statut : les gens changent d’hommes de la terre en hommes du royaume et, en outre, Dieu est avec eux et la gloire de Dieu est en eux. En conséquence, ils exercent un pouvoir souverain à la place de Dieu, et le venin et les impuretés en eux sont purgés par l’œuvre de Dieu, les rendant en fin de compte aptes à être utilisés par Dieu et conformes au cœur de Dieu. C’est un aspect de la signification de ces paroles. Lorsque le rayon de la lumière venant de Dieu illumine toute la terre, toutes les choses dans les cieux et sur la terre changeront à divers degrés et les étoiles dans le ciel changeront pareillement, le soleil et la lune seront renouvelés, et les gens sur terre seront ensuite renouvelés, ce qui est l’œuvre de Dieu entre le ciel et la terre, et sans surprise aucune.

Quand Dieu sauve les hommes, ce qui ne comprend pas ceux qui ne sont pas choisis naturellement, c’est seulement quand Il purifie et juge les hommes, et tous pleurent amèrement, sont accablés sur leurs lits ou sont terrassés et plongés dans l’enfer de la mort à cause des paroles de Dieu. Grâce aux déclarations de Dieu, les gens commencent à se connaître. Si telles n’étaient pas les choses, ils auraient des yeux de crapauds, fixés vers le haut, aucun n’étant convaincu, aucun d’entre eux ne se connaissant eux-mêmes, ignorant combien de kilos ils pèsent. Les gens sont vraiment corrompus par Satan dans une large mesure. C’est précisément à cause de l’omnipotence de Dieu que la face hideuse de l’homme est dépeinte en détails si vifs, poussant l’homme, après les avoir lues, à la comparer avec son propre vrai visage. Tous les hommes savent que pour Dieu le nombre de cellules cérébrales qu’ils disposent dans la tête semble être clair comme du cristal, sans parler de Sa connaissance de leur visage laid ou de leurs pensées profondes. Dans les paroles : « La race humaine tout entière semble avoir été triée. Sous la lueur de ce rayon de lumière de l’orient, toute l’humanité est exposée dans sa forme originale, les yeux éblouis, incertaine de ce qu’il faut faire », on peut voir qu’un jour, lorsque l’œuvre de Dieu sera achevée, toute l’humanité sera jugée par Dieu. Personne ne pourra échapper ; Dieu S’occupera des hommes dans toute l’humanité un à un, sans négliger un seul d’entre eux, et alors seulement le cœur de Dieu sera satisfait. Ainsi, Dieu dit : « Ils ressemblent aussi aux animaux qui fuient Ma lumière et se réfugient dans des grottes de montagne ; pourtant, pas un seul parmi eux ne peut être supprimé de Ma lumière. » Les hommes sont de faibles animaux inférieurs. Vivant entre les mains de Satan, c’est comme s’ils avaient trouvé refuge dans les forêts anciennes au plus profond des montagnes, mais parce rien ne peut échapper à l’incinération des flammes de Dieu, même sous la « protection » des forces de Satan, comment pourraient-ils être oubliés par Dieu ? Quand les gens acceptent la venue des paroles de Dieu, les diverses formes bizarres et les états grotesques de tous les hommes sont dépeints par la plume de Dieu ; Dieu parle comme il sied aux besoins et à la mentalité de l’homme. Ainsi, pour les hommes, Dieu apparaît bien versé en psychologie. C’est comme si Dieu était un psychologue, mais aussi comme si Dieu était un spécialiste en médecine interne ; ce n’est pas étonnant qu’Il ait une telle compréhension de l’homme, qui est « complexe ». Plus les hommes pensent cela, plus grand est leur sens de la préciosité de Dieu et plus ils pensent que Dieu est profond et insondable. C’est comme si, entre l’homme et Dieu, il y a une frontière céleste infranchissable, mais aussi comme si les deux se regardaient des rives opposées de la rivière Chu[a], incapables de faire autre chose que de se regarder l’un l’autre. C’est-à-dire, les hommes sur la terre ne regardent Dieu que de leurs yeux ; ils n’ont jamais eu la chance de L’étudier de près et tout ce qu’ils ont pour Lui n’est qu’un sentiment d’attachement. Dans leur cœur, il y a toujours le sentiment que Dieu est bon, mais parce que Dieu manque tellement « de cœur et de sentiment, » ils n’ont jamais eu la chance de parler de l’angoisse dans leur cœur devant Lui. Ils sont comme une belle jeune femme devant son mari, qui, à cause de la probité de son mari, n’a jamais eu l’occasion de lui révéler ses vrais sentiments. Les hommes sont des misérables qui se méprisent eux-mêmes et ainsi, en raison de leur fragilité, en raison de leur manque de respect de soi, Ma haine de l’homme augmente quelque peu en intensité, inconsciemment, et la fureur dans Mon cœur explose. Dans Mon esprit, c’est comme si J’ai souffert d’un traumatisme. J’ai depuis longtemps perdu espoir dans l’homme, mais parce que, « Encore une fois, Mon jour se fait pressant pour la race humaine, une fois encore réveillant la race humaine, lui offrant un repère pour un nouveau départ. », J’éveille Mon courage pour conquérir toute l’humanité, pour capturer et vaincre le grand dragon rouge. L’intention originelle de Dieu était la suivante : ne rien faire de plus que de conquérir la descendance du grand dragon rouge en Chine ; cela seul pourrait être considéré comme la défaite du grand dragon rouge, la conquête du grand dragon rouge. Cela seul serait suffisant pour prouver que Dieu règne comme Roi sur toute la terre, pour prouver l’accomplissement de la grande entreprise de Dieu et que Dieu a un nouveau départ sur la terre et est glorifié sur la terre. En raison de la belle scène de la fin, Dieu ne peut pas s’empêcher d’exprimer la passion dans Son cœur : « Mon cœur bat et, en suivant le rythme des battements de Mon cœur, les montagnes bondissent de joie, les eaux dansent de joie et les vagues battent la mesure sur les récifs rocheux. Il est difficile d’exprimer ce que Je ressens dans Mon cœur. » De cela, on peut voir que ce que Dieu a prévu, Il l’a déjà accompli ; c’était prédéterminé par Dieu et c’est précisément ce que Dieu fait expérimenter et voir aux hommes. La perspective du royaume est belle ; le Roi du royaume est le vainqueur, sans jamais avoir eu, de la tête aux pieds, aucune trace de chair et de sang, composé entièrement d’éléments divins. Son corps entier brille d’une gloire sacrée, entièrement intact de toute idée humaine ; Son corps tout entier, de haut en bas, déborde de justice et de l’aura céleste, et exhale un parfum captivant. À l’instar du bien-aimé du Cantique des Cantiques, Il est même plus beau que tous les saints, plus exalté que les saints d’autrefois ; Il est l’exemple parmi tous les hommes et incomparable à l’homme ; les hommes ne sont pas aptes à Le regarder directement. Personne ne peut égaler l’apparence glorieuse de Dieu, le visage de Dieu ou l’image de Dieu ; personne ne peut leur faire concurrence et personne ne peut aisément les louer de sa bouche.

Les paroles de Dieu n’ont pas de fin ; comme l’eau jaillissant d’une fontaine, elles ne tarissent jamais, et donc personne ne peut sonder les mystères du plan de gestion de Dieu. Cependant, pour Dieu, ces mystères sont infinis. Utilisant différents moyens et un différent langage, Dieu a parlé à de nombreuses reprises de Son renouveau et de Sa profonde transformation de tout l’univers, chaque fois plus en profondeur que précédemment : « Je veux réduire en cendres, sous Mon regard, toutes choses impures ; Je veux faire disparaître de devant Mes yeux tous les fils de la désobéissance, qu’ils ne s’attardent plus dans l’existence. » Pourquoi Dieu dit-Il sans cesse ces choses ? Ne craint-Il pas que les gens finissent par s’en lasser ? Les gens tâtonnent simplement au milieu des paroles de Dieu, voulant connaître Dieu de cette façon, mais ne se souvenant jamais de s’examiner eux-mêmes. Ainsi, Dieu emploie cette méthode pour leur rappeler, pour faire en sorte qu’ils se connaissent eux-mêmes, de sorte que d’eux-mêmes ils puissent en venir à connaître la désobéissance de l’homme et à éradiquer ainsi leur désobéissance devant Dieu. En lisant que Dieu veut effectuer « le tri », les gens deviennent immédiatement d’une humeur anxieuse et leurs muscles aussi semblent s’arrêter de bouger. Ils retournent immédiatement devant Dieu pour une autocritique, et en arrivent donc à connaître Dieu. Après cela, après qu’ils se sont décidés, Dieu saisit l’occasion pour leur montrer l’essence du grand dragon rouge ; ainsi, les gens s’engagent dans le domaine spirituel directement, et en raison du rôle joué par leur détermination, leur esprit commence aussi à jouer un rôle, renforçant le sentiment entre l’homme et Dieu, ce qui est d’un plus grand avantage pour l’œuvre de Dieu dans la chair. De cette façon, les gens sont d’humeur à regarder en arrière à une époque révolue : dans le passé, durant des années les gens ont cru en un Dieu vague ; durant des années, ils n’ont jamais été libérés dans leur cœur, incapables de jouir abondamment et, bien qu’ils aient cru en Dieu, il n’y avait pas d’ordre dans leur vie. C’était apparemment pareil à ce que c’était avant qu’ils ne croient ; leur vie leur semblait toujours vide et sans espoir, et leur foi à cette époque ressemblait à une sorte d’imbroglio, pas mieux que l’incroyance. Depuis qu’ils ont vu le Dieu concret Lui-même de ce jour, c’est comme si le ciel et la terre ont été renouvelés ; leur vie est devenue rayonnante, ils ne sont plus sans espoir, et à cause de l’arrivée du Dieu concret, ils se sentent fermes dans leur cœur et paisibles dans leur esprit. Ils ne courent plus après le vent ni ne cherchent à s’accrocher à des ombrages dans tout ce qu’ils font ; leur poursuite n’est plus sans but et ils ne s’agitent plus dans tous les sens. La vie d’aujourd’hui est même plus belle, les gens sont entrés inopinément dans le royaume et sont devenus membres du peuple de Dieu, et ensuite… Dans leur cœur, plus les gens y pensent, plus grande est la douceur ; plus ils y pensent, plus ils sont heureux et plus ils sont inspirés d’aimer Dieu. Ainsi, sans qu’ils s’en rendent compte, l’amitié entre Dieu et l’homme est renforcée. Les gens aiment Dieu davantage et connaissent Dieu davantage et l’œuvre de Dieu dans l’homme devient de plus en plus facile, et elle ne force plus les gens ni ne leur est imposée, mais elle suit le cours de la nature, et les gens accomplissent leur propre fonction unique ; c’est seulement de cette façon que les gens seront graduellement capables de connaître Dieu. Cela seul est la sagesse de Dieu ; elle n’implique pas le moindre effort et elle s’exerce tel qu’il sied à la nature de l’homme. Dieu dit donc, à ce moment-là : « Durant Mon incarnation dans le monde des humains, sous Ma direction, l’humanité est parvenue à ce jour sans le savoir, en est arrivée à Me connaître sans le savoir. Mais, en ce qui concerne la manière de marcher sur le chemin qui reste à parcourir, personne n’en a la moindre idée, personne n’en est conscient, et encore moins quelqu’un a-t-il un indice sur la direction dans laquelle ce chemin le conduira. Ce n’est que sous le regard du Tout-Puissant que quelqu’un pourra emprunter le chemin jusqu’à la fin ; ce n’est que guidé par l’éclair de l’orient que quelqu’un pourra franchir le seuil conduisant à Mon royaume. » N’est-ce pas exactement un résumé de ce que J’ai décrit ci-haut au sujet du cœur de l’homme ? C’est en ceci que réside le secret des paroles de Dieu : ce que l’homme pense dans son cœur est précisément ce qu’exprime Dieu par Sa bouche, et ce qu’Il exprime par Sa bouche est précisément ce à quoi l’homme aspire. C’est précisément là où Dieu est le plus apte en exposant le cœur de l’homme ; sinon, comment tous pourraient-ils être sincèrement convaincus ? N’est-ce pas l’effet que Dieu veut atteindre en conquérant le grand dragon rouge ?

En fait, il y a de nombreuses paroles pour lesquelles l’intention de Dieu n’est pas d’indiquer leur sens superficiel. Dans beaucoup de Ses paroles, Dieu a simplement l’intention de changer délibérément les notions des gens et de détourner leur attention. Dieu n’attache aucune importance à ces paroles, et donc beaucoup de paroles ne méritent aucune explication. Lorsque l’homme a été conquis par les paroles de Dieu à la mesure où ils en sont aujourd’hui, la force de l’homme a atteint un certain point, et donc Dieu déclare subséquemment plus de paroles d’avertissement – la constitution qu’Il énonce au peuple de Dieu : « Bien que les êtres humains qui peuplent la terre soient aussi nombreux que les étoiles, Je les connais tous aussi distinctement que Je vois la paume de Ma main. Et, bien que les êtres humains qui M’“aiment” soient aussi innombrables que les grains de sable dans la mer, seuls quelques-uns sont choisis par Moi : seuls ceux qui sont en quête de l’éclatante lumière, qui ne sont pas les mêmes que ceux qui M’“aiment”. » En effet, beaucoup disent qu’ils aiment Dieu, mais peu L’aiment dans leur cœur. Il semblerait que cela pourrait être discerné clairement même avec les yeux fermés. Tel est réellement l’ensemble du monde de ceux qui croient en Dieu. En cela, nous voyons que Dieu S’est tourné vers l’œuvre de « classification des gens », ce qui montre que ce que Dieu veut et ce qui satisfait Dieu n’est pas l’Église d’aujourd’hui, mais le royaume après la classification. En ce moment, Il donne un autre avertissement à toutes les « marchandises dangereuses » : à moins que Dieu n’agisse pas, dès que Dieu commence à agir, ces personnes seront éliminées du royaume. Dieu ne fait jamais les choses pour la forme. Il agit toujours conformément au principe selon lequel « un est un et deux est deux » et, s’il y en a qu’Il ne veut pas voir, Il fait tout Son possible pour les éliminer afin de les empêcher de causer des ennuis à l’avenir. C’est ce qui s’appelle « sortir la poubelle et nettoyer à fond ». Au moment même où Dieu annonce les décrets administratifs à l’homme, c’est le moment où Il présente Ses actions miraculeuses et tout ce qui est en Son sein et donc, Il dit subséquemment : « Il y a nombre incalculable de bêtes sauvages dans les montagnes, mais elles sont toutes aussi dociles que des brebis devant Moi ; sous les vagues, il y a des mystères insondables, mais devant Moi ils se présentent aussi clairement que toutes les choses à la surface de la terre ; dans l’empyrée au-dessus, il y a des domaines que l’homme ne peut jamais atteindre, pourtant Je marche librement dans ces royaumes inaccessibles. » Le sens selon Dieu est le suivant : bien que le cœur de l’homme soit trompeur par-dessus tout et apparemment aussi infiniment mystérieux que l’enfer des notions humaines, Dieu connaît parfaitement bien les états réels de l’homme. Parmi toutes choses, l’homme est un animal plus féroce et brutal qu’une bête sauvage, cependant Dieu a vaincu l’homme au point que nul n’ose se lever et résister. En fait, selon l’entendement de Dieu, ce que les gens pensent dans leur cœur est plus complexe que toutes choses dans leur ensemble ; c’est impénétrable, mais Dieu n’a aucun égard pour le cœur de l’homme, Il le traite simplement comme un petit ver devant Ses yeux. Avec une parole de Sa bouche, Il le conquiert ; à tout moment qu’Il le souhaite, Il le terrasse ; au moindre mouvement de Sa main, Il le châtie ; Il le condamne à volonté.

Aujourd’hui, tous les hommes vivent dans les ténèbres, mais à cause de l’arrivée de Dieu, ils parviennent finalement à connaître l’essence de la lumière parce qu’ils L’ont vu. À travers le monde, c’est comme si une grande marmite noire a été renversée sur la terre et personne n’arrive à respirer ; ils veulent tous inverser la situation, cependant personne n’a jamais soulevé la marmite. Ce n’est qu’à cause de l’incarnation de Dieu que les yeux des hommes se sont soudainement ouverts, et ils ont contemplé le Dieu concret. Donc, Dieu leur demande avec un ton interrogateur : « L’homme ne M’a jamais reconnu dans la lumière, mais ne M’a vu que dans le monde des ténèbres. N’êtes-vous pas exactement dans la même situation aujourd’hui ? C’est à l’apogée des saccages du grand dragon rouge que J’ai officiellement assumé la chair pour accomplir Mon œuvre. » Dieu ne cache pas les circonstances réelles du domaine spirituel ni ne cache l’état réel du cœur de l’homme, et ainsi Il ne cesse de rappeler aux hommes : « Je ne permets pas seulement à Mon peuple de connaître le Dieu incarné, mais Je le purifie également. Compte tenu de la sévérité de Mes décrets administratifs, une grande majorité de gens courent toujours le risque d’être éliminés par Moi. À moins que vous ne fassiez tous les efforts pour vous traiter vous-mêmes, pour maîtriser votre propre corps, à moins que vous ne le fassiez, vous deviendrez certainement un objet que Je méprise et rejette, qui doit être jeté en enfer, exactement comme Paul a reçu le châtiment directement de Mes mains, duquel il n’y avait aucune échappatoire. » Quand Dieu répète ces paroles, alors seulement les gens surveillent davantage leurs pas et deviennent plus craintifs face aux décrets administratifs de Dieu ; et c’est alors seulement que l’autorité de Dieu peut s’exercer et Sa Majesté être rendue manifeste. Ici, Paul est mentionné une fois de plus afin que les gens comprennent la volonté de Dieu : ils ne doivent pas être ceux qui sont châtiés par Dieu, mais ceux qui sont conscients de la volonté de Dieu. Cela seul peut pousser les gens, au milieu de leur peur, à se remémorer l’incapacité de leur détermination du passé devant Dieu de Le satisfaire complètement, ce qui leur donne encore plus de regret et de connaissances du Dieu concret. Ainsi, c’est alors seulement qu’ils peuvent n’avoir aucun doute sur les paroles de Dieu.

« Ce n’est pas simplement que l’homme ne Me connaît pas dans Ma chair ; plus que cela, il n’a pas réussi à se comprendre lui-même, lui qui habite dans un corps charnel. Pendant tellement d’années, les êtres humains M’ont trompé, Me traitant comme un étranger. Si souvent… » Ce « Si souvent » fait la liste des réalités de l’opposition de l’homme à Dieu, montrant aux gens des exemples réels de châtiment ; c’est une preuve de péché, et personne ne peut le réfuter à nouveau. Tous les hommes utilisent Dieu comme un objet ordinaire, comme s’Il était un ustensile de ménage qu’ils peuvent utiliser comme ils le souhaitent. Personne ne chérit Dieu, personne n’a essayé de connaître la beauté de Dieu, ni Son visage glorieux, et encore moins quelqu’un a-t-il l’intention de se soumettre à Dieu. Et personne non plus n’a jamais considéré Dieu comme quelque chose de bien-aimé dans son cœur ; tous Le font sortir en Le traînant quand ils ont besoin de Lui, et Le balancent d’un côté et L’ignorent quand ils n’en ont pas besoin. C’est comme si, pour l’homme, Dieu est une marionnette que l’homme peut manipuler à volonté, et faire des exigences de quelque manière qu’il souhaite ou désire. Mais Dieu dit : « Si, au cours de la période de Mon incarnation, Je n’avais eu aucune compassion pour la fragilité de l’homme, alors l’humanité tout entière, seulement sur la base de Mon incarnation, aurait eu une peur bleue, et par conséquent, serait tombée dans le séjour des morts. » Cela montre justement à quel point l’incarnation de Dieu est importante : Il est venu conquérir l’humanité dans la chair, au lieu de détruire toute l’humanité depuis le domaine spirituel. Ainsi, quand la Parole est devenue chair, personne ne l’a su. Si Dieu n’avait pas eu souci de la fragilité de l’homme, si le ciel et la terre avaient été bouleversés quand Il est devenu chair, tous les hommes auraient été annihilés. Parce qu’il est dans la nature des gens d’aimer ce qui est nouveau et de haïr ce qui est ancien, et qu’ils oublient souvent les mauvais moments quand les choses vont bien, et que personne parmi eux ne réalise combien ils sont bénis, Dieu ne cesse de leur rappeler qu’ils doivent chérir à quel point aujourd’hui a été difficile à gagner ; pour le bien de demain, ils doivent encore plus chérir aujourd’hui et ne doivent pas, comme un animal, se hisser plus haut sans reconnaître le maître, et ne pas être ignorants des bénédictions parmi lesquelles ils vivent. Ainsi, les gens deviennent sages, cessent d’être vantards ou arrogants, et ils en arrivent à savoir qu’il ne s’agit pas de la bonne nature de l’homme, mais que la miséricorde et l’amour de Dieu ont été déversés sur l’homme ; tous craignent le châtiment et donc n’osent rien faire de plus.

Note de bas de page :

a. En chinois, « rivière Chu » fait référence à la frontière entre des puissances opposées.

Précédent: Addendum : Chapitre 2

Suivant: Chapitre 13

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Hymne du royaume

Les peuples M’acclament, les peuples Me louent ; toutes les bouches prononcent le nom du seul vrai Dieu, tous les peuples lèvent les yeux...

Trois admonitions

En tant que croyant en Dieu, il faut être loyal à nul autre que Lui en toutes choses et être capable de se conformer à Sa volonté en toutes...

Le chemin… (4)

Que les hommes puissent découvrir la bonté de Dieu, chercher le chemin de l’amour de Dieu dans cette ère et qu’ils acceptent la formation...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre