7. Comment les trois étapes de l’œuvre de Dieu s’approfondissent-elles progressivement, de sorte que les gens soient sauvés et amenés à la perfection ?

Paroles de Dieu concernées :

Toute la gestion de Dieu est divisée en trois étapes, et à chaque étape, des exigences appropriées sont présentées à l’homme. En outre, pendant que les ères passent et progressent, les exigences de Dieu envers l’humanité deviennent de plus en plus élevées. Ainsi, étape par étape, cette œuvre de gestion de Dieu atteint son point culminant, jusqu’à ce que l’homme reconnaisse « l’apparition de la Parole dans la chair », et alors les exigences envers l’homme deviennent encore plus élevées, ainsi que les exigences de rendre témoignage. Plus l’homme est capable de véritablement coopérer avec Dieu, plus il glorifie Dieu. La coopération de l’homme est le témoignage qui est exigé de l’homme, et le témoignage qu’il porte est la pratique de l’homme. Par conséquent, que l’œuvre de Dieu produise l’effet attendu ou non et qu’il y ait un vrai témoignage ou non, cela est inextricablement lié à la coopération et au témoignage de l’homme. Lorsque l’œuvre sera terminée, c’est-à-dire quand toute la gestion de Dieu aura atteint sa fin, il sera exigé de l’homme qu’il rende un témoignage plus élevé, et quand l’œuvre de Dieu arrivera à son terme, la pratique et l’entrée de l’homme atteindront leur zénith. Dans le passé, l’homme était tenu de se conformer à la loi et aux commandements et il devait être patient et humble. Aujourd’hui, l’homme est tenu d’obéir à tous les arrangements de Dieu et d’avoir un amour suprême pour Dieu, et finalement il est tenu de toujours aimer Dieu, même dans la tribulation. Ces trois étapes sont les exigences que Dieu présente à l’homme, étape par étape, tout au long de Sa gestion. Chaque étape de l’œuvre de Dieu va plus loin que la précédente, et à chaque étape les exigences envers l’homme sont plus profondes que la précédente, et de cette façon, toute la gestion de Dieu prend forme progressivement. C’est précisément parce que les exigences envers l’homme sont toujours plus élevées que le tempérament de l’homme est toujours plus conforme aux normes requises par Dieu, et c’est alors seulement que l’ensemble de l’humanité s’éloigne progressivement de l’influence de Satan jusqu’au temps où l’œuvre de Dieu arrive à sa fin et que l’ensemble de l’humanité est sauvée de l’influence de Satan.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre de gestion de Dieu a commencé à la création du monde et l’homme est au cœur de cette œuvre. On peut dire que Dieu a créé toutes choses pour le bien de l’homme. Parce que l’œuvre de Sa gestion s’étend sur des milliers d’années et ne s’est pas faite en l’espace de seulement quelques minutes ou quelques secondes, en un clin d’œil ou en l’espace d’un an ou deux, Il a dû créer d’autres choses nécessaires à la survie de l’homme, comme le soleil, la lune, toutes sortes de créatures vivantes, la nourriture et un environnement hospitalier pour l’humanité. C’était le début de la gestion de Dieu.

Après cela, Dieu a livré l’humanité à Satan, et l’homme a vécu sous le domaine de Satan, ce qui a graduellement conduit à l’œuvre de Dieu de la première ère : l’histoire de l’ère de la Loi… Pendant plusieurs milliers d’années de l’ère de la Loi, les hommes se sont habitués aux orientations de l’ère de la Loi et les ont considérées comme allant de soi. Graduellement, l’homme a abandonné la protection de Dieu. Et ainsi, tout en suivant la loi, ils ont aussi adoré des idoles et commis de mauvais actes. Ils n’étaient pas sous la protection de l’Éternel et vivaient simplement leur vie devant l’autel dans le temple. En fait, l’œuvre de Dieu les avait abandonnés depuis longtemps, et même si les Israélites étaient encore attachés à la loi et prononçaient le nom de l’Éternel, et même s’ils croyaient fièrement qu’ils étaient l’unique peuple de l’Éternel et étaient les élus de l’Éternel, la gloire de Dieu les avait abandonnés discrètement…

[…]

Comme cela a toujours été le cas, après l’œuvre de l’Éternel à l’ère de la Loi, Dieu a commencé Sa nouvelle œuvre de la deuxième étape : assumer la chair – être incarné en tant qu’homme pendant dix, vingt ans – et parler et réaliser Son œuvre parmi les croyants. Pourtant, sans exception, personne ne le savait, et seul un petit nombre de personnes a reconnu qu’Il était Dieu fait chair après que le Seigneur Jésus a été cloué sur la croix et est ressuscité. […] Dès que la seconde étape de l’œuvre de Dieu fut achevée – après la crucifixion –, l’œuvre de Dieu consistant à libérer l’homme du péché (c’est-à-dire, libérer l’homme des mains de Satan) a été accomplie. Ainsi, à partir de ce moment-là, l’humanité n’avait qu’à accepter le Seigneur Jésus comme étant le Sauveur et ses péchés étaient pardonnés. Concrètement, les péchés de l’homme n’étaient plus une barrière pour atteindre le salut et se présenter devant Dieu et n’étaient plus le levier utilisé par Satan pour accuser l’homme. C’est parce que Dieu Lui-même avait accompli une œuvre réelle, était devenu à la ressemblance et l’avant-goût de la chair pécheresse, et Dieu Lui-même était le sacrifice d’expiation. De cette manière, l’homme est descendu de la croix, a été racheté et sauvé par la chair de Dieu, la ressemblance de cette chair pécheresse. Et ainsi, après avoir été capturé par Satan, l’homme s’est rapproché d’un pas de l’acceptation de Son salut devant Dieu. Bien sûr, cette étape de l’œuvre était plus profonde et plus évoluée que la gestion de Dieu durant l’ère de la Loi.

[…]

Et ensuite est venue l’ère du Règne qui est une étape plus concrète de l’œuvre et, cependant, est aussi la plus difficile à accepter pour l’homme. C’est parce que plus l’homme se rapproche de Dieu, plus la verge de Dieu s’approche de l’homme et plus le visage de Dieu est nettement révélé à l’homme. Après la rédemption de l’humanité, l’homme réintègre officiellement la famille de Dieu. L’homme pensait que le moment des réjouissances était maintenant arrivé, pourtant il doit directement faire face à l’assaut de Dieu, un assaut tel que personne n’aurait jamais pu imaginer : il s’avère que c’est un baptême que le peuple de Dieu doit « apprécier ». Devant un tel traitement, les gens n’ont d’autre choix que de s’arrêter et de penser en eux-mêmes : « Je suis la brebis égarée depuis de nombreuses années pour laquelle Dieu a tant dépensé pour la racheter, alors pourquoi Dieu me traite-t-Il de la sorte ? Est-ce une façon pour Dieu de se moquer de moi et de m’exposer ? […] » Après que des années se sont écoulées, l’homme s’est endurci, ayant connu les souffrances de l’épurement et du châtiment. Bien que l’homme ait perdu la « gloire » et le « charme » des temps passés, il a inconsciemment réussi à comprendre les principes du comportement humain, et a réussi à apprécier les années que Dieu a consacrées à sauver l’humanité. L’homme commence petit à petit à haïr sa propre barbarie. Il commence à détester son degré de sauvagerie et tous ses malentendus envers Dieu, et les exigences déraisonnables qu’il Lui a formulées. On ne peut pas remonter le temps. Les événements passés deviennent de regrettables souvenirs pour l’homme, et les paroles et l’amour de Dieu deviennent la force motrice dans la nouvelle vie de l’homme. Les blessures de l’homme se cicatrisent de jour en jour, ses forces reviennent, et il se lève et regarde le visage du Tout-Puissant […] seulement pour découvrir qu’Il a toujours été à mes côtés, et que Son sourire et Sa belle expression sont encore si émouvants. Dans Son cœur, Il reste toujours soucieux de l’humanité qu’Il a créée, et Ses mains sont toujours aussi chaudes et puissantes qu’au commencement. C’est comme si l’homme était retourné au jardin d’Éden, pourtant, cette fois-ci, l’homme ne se soumet plus aux tentations du serpent et ne se détourne plus de la face de l’Éternel. L’homme s’agenouille devant Dieu, lève les yeux vers le visage souriant de Dieu et offre son sacrifice le plus précieux. Ô ! Mon Seigneur, mon Dieu !

Extrait de « L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre accomplie par Jésus était simplement supérieure d’un niveau à l’Ancien Testament ; elle a été utilisée pour commencer une ère et pour mener cette ère. Pourquoi a-t-Il dit : « Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir » ? Pourtant, dans Son œuvre, beaucoup de choses différaient des lois pratiquées et des commandements observés par les Israélites de l’Ancien Testament, car Il n’était pas venu obéir à la loi, mais l’accomplir. Le processus de l’accomplissement de la loi inclut beaucoup de choses concrètes : Son œuvre était plus concrète et réelle, et, en outre, elle était plus vivante, et n’était pas une adhésion aveugle à des règles. Les Israélites n’observaient-ils pas le sabbat ? Quand Jésus est venu, Il n’a pas observé le sabbat, car Il a dit que le Fils de l’homme était le Seigneur du sabbat, et quand le Seigneur du sabbat arriverait, Il agirait comme Il le voudrait. Il était venu pour accomplir les lois de l’Ancien Testament et pour changer les lois. Tout ce qui est fait aujourd’hui est basé sur le présent, mais repose toujours sur le fondement de l’œuvre de l’Éternel à l’ère de la Loi et ne transgresse pas cette perspective. Faire attention à ce que vous dites et ne pas commettre l’adultère, par exemple, ces lois ne sont-elles pas de l’Ancien Testament ? Aujourd’hui, ce qui est exigé de vous n’est pas limité aux dix commandements, mais ce sont des commandements et des lois qui sont supérieurs à ceux qui ont précédé. Pourtant, cela ne signifie pas que ce qui est venu avant a été aboli, car chaque étape de l’œuvre de Dieu est réalisée sur le fondement de l’étape qui la précède. Concernant ce que l’Éternel a présenté à Israël, comme exiger des gens qu’ils offrent des sacrifices, qu’ils honorent leurs parents, qu’ils n’adorent pas des idoles, qu’ils n’agressent pas et ne maudissent pas les autres, qu’ils ne commettent pas l’adultère, qu’ils ne fument pas et ne boivent pas, et qu’ils ne mangent pas de choses mortes et ne boivent pas de sang : n’est-ce pas là le fondement de votre comportement encore aujourd’hui ? C’est sur le fondement du passé que l’œuvre a été effectuée jusqu’à aujourd’hui. Bien que les lois du passé ne soient plus mentionnées et que tu aies reçu de nouvelles exigences, ces lois, loin d’être abolies, ont été portées à un statut plus élevé. Dire qu’elles ont été supprimées signifie que l’ère précédente a été dépassée, or, il y a quelques commandements que tu dois honorer pour toute l’éternité. Les commandements du passé ont déjà été mis en pratique, sont déjà devenus l’être de l’homme et il n’y a aucun besoin de mettre spécialement l’accent sur des commandements comme « Ne pas fumer », « Ne pas boire », et ainsi de suite. Sur cette fondation, de nouveaux commandements sont établis en fonction de vos besoins actuels, en fonction de votre stature et en fonction du travail d’aujourd’hui. Décréter des commandements pour la nouvelle ère ne signifie pas abolir des commandements de l’ère ancienne, mais les élever en les fondant sur l’ère ancienne, pour rendre les actions de l’homme complètes et plus conformes à la réalité. Si, aujourd’hui, on exigeait que vous observiez les commandements et respectiez les lois de l’Ancien Testament de la même manière que les Israélites, et si on exigeait que vous mémorisiez les lois établies par l’Éternel, vous n’auriez aucune possibilité de changer. Si vous n’aviez qu’à respecter ces quelques commandements limités ou qu’à mémoriser un grand nombre de lois, votre vieille nature resterait profondément ancrée et il n’y aurait aucun moyen de la déraciner. Ainsi, vous deviendriez plus dépravés et aucun d’entre vous ne deviendrait obéissant. Cela revient à dire que quelques simples commandements ou un grand nombre de lois sont incapables de vous aider à connaître les actions de l’Éternel. Vous n’êtes pas comme les Israélites : en suivant les lois et en mémorisant les commandements, ils ont pu être témoins des actes de l’Éternel et Lui consacrer, à Lui seul, leur dévouement indéfectible. Mais vous êtes incapables d’atteindre cet objectif, et quelques commandements de l’Ancien Testament non seulement n’ont pas le pouvoir de vous protéger ou de vous amener à donner votre cœur, mais vous rendront négligents et vous feront chuter dans l’Hadès. En effet, Mon œuvre est l’œuvre de la conquête et elle vise votre désobéissance et votre vieille nature. Les aimables paroles de l’Éternel et de Jésus sont bien loin des paroles sévères de jugement aujourd’hui. Sans ces paroles sévères, il serait impossible de vous conquérir, « experts » que vous êtes, désobéissants depuis des milliers d’années. Les lois de l’Ancien Testament ont perdu leur pouvoir sur vous il y a longtemps et le jugement d’aujourd’hui est beaucoup plus redoutable que les vieilles lois. Ce qui est le plus approprié pour vous, c’est le jugement, et non les restrictions insignifiantes des lois, car vous n’êtes pas l’humanité du commencement, mais une humanité qui a été corrompue pendant des milliers d’années. Ce que l’homme doit réaliser maintenant est en phase avec l’état réel de l’homme d’aujourd’hui, en fonction du calibre et de la stature réelle de l’homme d’aujourd’hui, et il n’est pas requis que tu suives des règles. Il en est ainsi afin que des changements puissent être réalisés dans ta vieille nature et afin que tu puisses mettre tes notions de côté.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Bien que le chemin sur lequel l’homme marche aujourd’hui soit aussi le chemin de la croix et de la souffrance, ce que l’homme pratique, mange, boit et dont il se délecte aujourd’hui est très différent de ce que l’homme a expérimenté sous la loi et à l’ère de la Grâce. Ce qui est exigé de l’homme aujourd’hui est différent de ce qui était exigé dans le passé et encore plus différent de ce qui était exigé de l’homme à l’ère de la Loi. Or, qu’est-ce qui était exigé de l’homme sous la loi lorsque Dieu accomplissait Son œuvre en Israël ? On ne lui demandait rien de plus que d’observer le sabbat et les lois de l’Éternel. Personne ne devait travailler le jour du sabbat ou transgresser les lois de l’Éternel. Mais ce n’est pas ainsi maintenant. Le jour du sabbat, l’homme travaille, se rassemble et prie comme d’habitude, et aucune restriction ne lui est imposée. Durant l’ère de la Grâce, les hommes devaient être baptisés, et en plus, on leur demandait de jeûner, de rompre le pain, de boire du vin, de se couvrir la tête et de laver les pieds des autres. Maintenant, ces règles ont été abolies, mais de plus grandes exigences sont faites à l’homme, car l’œuvre de Dieu s’approfondit continuellement et l’entrée de l’homme atteint des hauteurs toujours plus élevées. Dans le passé, Jésus imposait les mains sur les hommes et priait, mais, maintenant que tout a été dit, quelle est l’utilisation de l’imposition des mains ? Les paroles seules peuvent obtenir des résultats. Quand Il imposait les mains sur les hommes dans le passé, c’était pour bénir les hommes et aussi pour les guérir de leurs maladies. Le Saint-Esprit travaillait de cette manière en ce temps-là, mais plus maintenant. Aujourd’hui, le Saint-Esprit utilise des paroles dans Son œuvre pour obtenir des résultats. Ses paroles vous ont été exprimées clairement et vous devriez les mettre en pratique tout comme on vous l’a dit. Ses paroles sont Sa volonté ; elles sont l’œuvre qu’Il veut faire. Par Ses paroles, tu comprendras Sa volonté et ce qu’Il te demande d’atteindre. Tout simplement, tu mets Ses paroles en pratique directement, sans la nécessité de l’imposition des mains. Certains peuvent dire : « Impose-moi les mains ! Impose-moi les mains afin que je puisse recevoir Ta bénédiction et que j’aie part avec Toi. » Ce sont toutes des pratiques dépassées, désuètes maintenant, car l’ère a changé. Le Saint-Esprit œuvre en fonction de l’ère, pas seulement au hasard ni conformément à des règles établies. L’ère a changé et une nouvelle ère apporte nécessairement une nouvelle œuvre. C’est vrai pour toutes les étapes de l’œuvre et donc Son œuvre ne se répète jamais. À l’ère de la Grâce, une grande partie de l’œuvre de Jésus était de guérir les malades, de chasser les démons, d’imposer les mains sur l’homme pour prier pour lui et de bénir l’homme. Cependant, continuer à faire la même chose ne servirait à rien aujourd’hui. Le Saint-Esprit a fait Son œuvre de cette façon en ce temps-là, car c’était l’ère de la Grâce, et il y avait suffisamment de grâce pour que l’homme en bénéficie. L’homme n’avait aucun prix à payer et pouvait recevoir la grâce tant qu’il avait la foi. Tous furent traités très aimablement. Maintenant, l’ère a changé et l’œuvre de Dieu a encore progressé. C’est par le châtiment et le jugement que la rébellion de l’homme et les choses impures à l’intérieur de l’homme seront chassées. Comme c’était l’étape de la rédemption, il incombait à Dieu d’œuvrer de cette manière, accordant assez de grâce pour que les hommes en profitent, afin que les hommes soient rachetés du péché et que, par la grâce, leurs péchés soient pardonnés. La raison d’être de l’étape actuelle, c’est de révéler les iniquités au sein de l’homme par le châtiment, le jugement, la correction verbale, ainsi que par la discipline et la révélation des paroles, afin que l’humanité puisse ensuite être sauvée. Cette œuvre est plus en profondeur que la rédemption. À l’ère de la Grâce, l’homme a suffisamment tiré profit de la grâce ; maintenant que l’homme a déjà expérimenté cette grâce, il n’a plus besoin d’en tirer profit. Cette œuvre est maintenant dépassée et ne doit plus être faite. Maintenant, l’homme doit être sauvé par le jugement de la parole. Après que l’homme est jugé, châtié et épuré, son tempérament se trouve modifié. N’est-ce pas grâce aux paroles que J’ai dites ? Chaque étape de l’œuvre est faite en conformité avec le progrès de l’humanité tout entière et avec l’ère. Toute l’œuvre a une signification ; elle est faite entièrement pour le salut final, afin qu’à l’avenir, l’humanité ait une bonne destination, et pour que les hommes soient divisés en fonction de leur genre à la fin.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Dans l’œuvre des derniers jours, la parole est plus puissante que la manifestation des signes et des prodiges, et l’autorité de la parole surpasse celle des signes et des prodiges. La parole révèle tous les tempéraments corrompus profondément enfouis dans le cœur de l’homme. Tu es incapable de les reconnaître par toi-même. Quand ils te seront exposés par la parole, tu les découvriras naturellement ; tu ne pourras pas les nier et tu seras tout à fait convaincu. N’est-ce pas l’autorité de la parole ? C’est le résultat de l’œuvre de la parole aujourd’hui. Par conséquent, les hommes ne peuvent pas être complètement sauvés de leurs péchés par la guérison de la maladie et l’expulsion des démons, et ne peuvent pas non plus être rendus entièrement complets par la manifestation de signes et de prodiges. L’autorité de guérir et de chasser les démons ne donne aux hommes que la grâce, mais la chair des hommes appartient toujours à Satan et le tempérament satanique corrompu reste encore dans l’homme. En d’autres termes, ce qui n’a pas été purifié se rattache encore au péché et à l’infamie. Ce n’est qu’après avoir été purifié par le biais des paroles que l’homme peut être gagné par Dieu et être sanctifié. Quand les démons étaient chassés des hommes et les hommes rachetés, cela signifie seulement que les hommes étaient tirés des mains de Satan et remis à Dieu. Cependant, sans avoir été purifiés ou transformés par Dieu, ils restent en tant qu’hommes corrompus. La saleté, l’opposition et la rébellion existent toujours dans les hommes ; les hommes ne sont retournés à Dieu que par Sa rédemption, mais ils n’ont pas la moindre connaissance de Dieu et sont encore capables de s’opposer à Lui et de Le trahir. Avant que les hommes aient été rachetés, Satan les avait déjà remplis de ses poisons et, après des milliers d’années de corruption par Satan, les hommes ont en eux une nature établie qui s’oppose à Dieu. Par conséquent, lorsque les hommes ont été rachetés, ce ne fut rien de plus qu’un cas de rédemption payant un prix élevé pour racheter l’homme alors que sa nature empoisonnée à l’intérieur n’était pas éliminée. L’homme qui est tellement souillé doit subir une transformation avant d’être digne de servir Dieu. Grâce à cette œuvre de jugement et de châtiment, les hommes prendront pleinement conscience de l’essence souillée et corrompue en eux-mêmes et ils pourront changer complètement et être purifiés. L’homme peut être digne de retourner devant le trône de Dieu seulement de cette manière. Toute l’œuvre effectuée aujourd’hui vise la purification et la transformation des hommes ; grâce au jugement et au châtiment par la parole, ainsi que grâce à l’épurement, l’homme peut rejeter sa corruption et être purifié. Plutôt que de considérer cette étape de l’œuvre comme celle du salut, il serait plus approprié de dire que c’est l’œuvre de la purification. En vérité, cette étape est celle de la conquête, ainsi que la deuxième étape dans l’œuvre du salut. L’homme est gagné par Dieu grâce au jugement et au châtiment par la parole. Par l’utilisation de la parole pour épurer, juger et dévoiler, toutes les impuretés, les notions, les motifs, et les espoirs individuels dans le cœur de l’homme sont complètement révélés. Même si l’homme a été racheté et si ses péchés ont été pardonnés, c’est seulement considéré comme si Dieu avait oublié les transgressions de l’homme et n’avait pas traité l’homme en conformité avec ses transgressions. Toutefois, lorsque l’homme vit dans un corps charnel et qu’il n’a pas été libéré du péché, il ne peut que continuer à pécher, révélant sans cesse son tempérament satanique corrompu. C’est la vie que l’homme mène, un cycle sans fin de péché et de pardon accordé. La majorité de l’humanité pèche dans la journée pour simplement se confesser dans la soirée. Ainsi, même si le sacrifice d’expiation est toujours efficace pour l’homme, il ne peut pas sauver l’homme du péché. Seulement la moitié de l’œuvre du salut a été achevée, car l’homme a encore un tempérament corrompu. Par exemple, quand les gens ont su qu’ils descendaient de Moab, ils ont proféré des paroles de plainte, n’ont plus cherché la vie et sont devenus complètement négatifs. Cela ne montre-t-il pas que l’humanité est encore incapable de se soumettre entièrement à la domination de Dieu ? N’est-ce pas là précisément son tempérament satanique corrompu ? Lorsque tu n’étais pas soumis au châtiment, tes mains étaient élevées au-dessus de toutes les autres, même de celles de Jésus. Et tu as crié d’une voix forte : « Sois un fils bien-aimé de Dieu ! Sois un ami intime de Dieu ! Nous préférerions mourir plutôt que de nous prosterner devant Satan ! Révolte-toi contre l’ancien Satan ! Révolte-toi contre le grand dragon rouge ! Que le grand dragon rouge perde misérablement le pouvoir ! Que Dieu nous rende complets ! » Tes cris étaient plus forts que tous les autres. Mais vint ensuite le temps du châtiment et, encore une fois, a été révélé le tempérament corrompu des gens. Puis, leurs cris ont cessé, et ils n’avaient plus aucune résolution. C’est la corruption de l’homme ; plus profonde que le péché, elle est plantée par Satan et profondément enracinée dans l’homme. Il est difficile à l’homme de prendre conscience de ses péchés ; il est incapable de reconnaître sa propre nature profondément enracinée et il doit compter sur le jugement par la parole pour obtenir ce résultat. L’homme peut dorénavant être progressivement transformé seulement de cette manière.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Il y a trois étapes dans l’œuvre de salut de l’homme, ce qui veut dire que le combat contre Satan a été divisé en trois étapes afin de vaincre Satan une fois pour toutes. Pourtant, la vérité intérieure de toute l’œuvre du combat contre Satan, c’est que ses objectifs sont atteints à travers plusieurs étapes de l’œuvre : en donnant la grâce à l’homme et en devenant le sacrifice d’expiation de l’homme, en pardonnant les péchés de l’homme, en conquérant l’homme et en perfectionnant l’homme. En fait, le combat contre Satan n’est pas la prise d’armes contre Satan, mais le salut de l’homme, la transformation de la vie de l’homme et le changement du tempérament de l’homme afin qu’il puisse rendre témoignage à Dieu. C’est de cette façon que Satan est vaincu. Satan est vaincu en changeant le tempérament corrompu de l’homme. Quand Satan est vaincu, c’est-à-dire, quand l’homme est complètement sauvé, alors le Satan humilié sera complètement asservi, et de cette façon, l’homme aura été complètement sauvé. Ainsi, l’essence du salut de l’homme est la guerre contre Satan, et cette guerre contre Satan est principalement reflétée dans le salut de l’homme. L’étape des derniers jours, dans laquelle l’homme doit être conquis, est la dernière étape dans le combat contre Satan, et c’est aussi l’œuvre consistant à sauver complètement l’homme du domaine de Satan. Le sens profond de la conquête de l’homme est le retour de l’incarnation de Satan – l’homme qui a été corrompu par Satan – au Créateur suite à sa conquête, à travers laquelle il abandonnera Satan et reviendra complètement à Dieu. De cette façon, l’homme aura été complètement sauvé. Et ainsi, l’œuvre de conquête est la dernière œuvre dans le combat contre Satan et la dernière étape dans la gestion de Dieu consistant à vaincre Satan. Sans cette œuvre, le salut total de l’homme serait finalement impossible, la défaite totale de Satan serait également impossible et l’humanité ne serait jamais à même d’accéder à la merveilleuse destination, ou de se libérer de l’influence de Satan. Par conséquent, l’œuvre du salut de l’homme ne peut pas être achevée avant que le combat contre Satan ne soit achevé, car l’essentiel de l’œuvre de gestion de Dieu vise le salut de l’humanité. Au tout début, l’humanité était entre les mains de Dieu, mais à cause de la tentation et de la corruption de Satan, l’homme s’est donné corps et âme à Satan et est tombé dans les mains du malin. Ainsi, Satan est devenu l’objet à éliminer dans l’œuvre de gestion de Dieu. Parce que Satan a possédé l’homme, et parce que l’homme est le capital que Dieu utilise pour accomplir toute la gestion, si l’homme doit être sauvé, alors il doit être arraché des mains de Satan, ce qui veut dire que l’homme doit être récupéré après avoir été captif de Satan. Ainsi, Satan doit être vaincu à travers des changements opérés sur l’ancien tempérament de l’homme, changements qui restaurent le bon sens originel de l’homme. De cette façon, l’homme, qui a été emmené captif, peut être arraché des mains de Satan. Si l’homme est libéré de l’influence et de la servitude de Satan, alors Satan sera humilié, l’homme sera finalement récupéré et Satan sera vaincu. Et parce que l’homme a été libéré de la lugubre influence de Satan, l’homme deviendra le butin de tout ce combat, et Satan deviendra celui qu’il faudra punir une fois que le combat sera terminé, après quoi la totalité de l’œuvre du salut de l’humanité aura été accomplie.

Extrait de « Restaurer la vie normale de l’homme et l’emmener vers une merveilleuse destination », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 6. Le rapport entre chacune des trois étapes de l’œuvre de Dieu

Suivant: 8. Il convient de savoir que seules les trois étapes de l’œuvre de Dieu constituent Son œuvre complète pour sauver l’humanité

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Question (2) : Nous croyons, en ayant la foi et en suivant le Seigneur, nous pouvons obtenir la vie éternelle. La parole du Seigneur confirme ceci : Jésus lui dit : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (Jean 11:25-26). « Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jean 4:14). Ces versets sont la promesse du Seigneur Jésus. Le Seigneur Jésus peut nous accorder la vie éternelle, le chemin du Seigneur Jésus est le chemin vers la vie éternelle. Et la Bible dit aussi, « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3:36). Le Seigneur Jésus, pas le Fils de l’homme, n’est-Il pas Christ ? En croyant en le Seigneur Jésus, Mais tu certifies que le Christ des derniers jours nous amènera sur le chemin vers la vie éternelle. Je ne comprends pas bien ceci, nous suivons tous le Seigneur Jésus-Christ. Pourquoi n’est-ce pas suffisant pour obtenir le chemin vers la vie éternelle ? Pourquoi donc devons-nous aussi accepter les paroles et l’œuvre de Christ des derniers jours ?

Réponse :Le Seigneur Jésus est Dieu fait chair, est l’apparition de Dieu. Le Seigneur Jésus a dit, « Et quiconque vit et croit en moi ne...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre