Paroles sur l’accomplissement d’un devoir

Extrait 30

Qu’est-ce qu’un devoir ? La commission que Dieu confie à l’homme est le devoir que l’homme doit accomplir. Tout ce qu’Il te confie est le devoir que tu dois accomplir. Pour accomplir ton devoir, tu dois apprendre à garder les pieds sur terre et à ne pas chercher à atteindre ce qui est hors de ta portée. Ne sois pas toujours à penser que l’herbe est plus verte ailleurs et à persister à faire ce qui ne te convient pas. Certains sont aptes à accueillir, mais persistent à vouloir être dirigeants ; d’autres sont faits pour être acteurs, mais veulent être metteurs en scène. Il n’est pas bon de toujours viser des postes plus élevés. Il faut trouver et identifier son propre rôle et sa propre position : c’est ce que fait une personne douée de raison. Ensuite, elle doit bien accomplir son devoir avec une attitude fermement ancrée dans la réalité pour rendre à Dieu Son amour et Le satisfaire. Si quelqu’un a cette attitude dans l’accomplissement de son devoir, son cœur sera stable et en paix, il sera capable d’accepter la vérité dans son devoir et il arrivera progressivement à accomplir son devoir conformément aux exigences de Dieu. Il pourra se débarrasser de ses tempéraments corrompus, se soumettre à tous les arrangements de Dieu et accomplir son devoir de manière adéquate. Voilà le moyen d’obtenir l’approbation de Dieu. Si tu peux vraiment te dépenser pour Dieu et accomplir ton devoir avec le bon état d’esprit, un état d’esprit à L’aimer et à Le satisfaire, tu seras conduit et guidé par l’œuvre du Saint-Esprit, tu seras disposé à pratiquer la vérité et à agir conformément aux principes tout en accomplissant ton devoir et tu deviendras une personne qui craint Dieu et fuit le mal. De cette façon, tu vivras pleinement une vraie ressemblance humaine. La vie des gens se développe progressivement, au fur et à mesure qu’ils accomplissent leurs devoirs. Ceux qui n’accomplissent pas leurs devoirs ne peuvent pas obtenir la vérité et la vie, quel que soit le nombre d’années depuis lequel ils croient, parce qu’il leur manque la bénédiction de Dieu. Dieu ne bénit que ceux qui se dépensent sincèrement pour Lui et accomplissent leurs devoirs au mieux de leurs capacités. Quel que soit le devoir que tu accomplis, quoi que tu puisses faire, considère que c’est ta responsabilité et ton devoir, accepte-le et fais-le bien. Comment le fais-tu bien ? En le faisant exactement comme Dieu l’exige : de tout ton cœur, de tout ton esprit et de toutes tes forces. Tu dois méditer ces paroles et réfléchir à la manière dont tu peux accomplir ton devoir de tout ton cœur. Par exemple, si tu vois quelqu’un faire son devoir sans principes, le faire avec négligence et selon sa propre volonté et que tu te dis : « Je m’en fiche, ce n’est pas ma responsabilité », est-ce faire ton devoir de tout ton cœur ? Non, c’est irresponsable. Si tu es une personne responsable et que tu te retrouves dans une telle situation, tu diras : « Cela ne va pas. Ce problème ne relève peut-être pas de ma supervision, mais je peux le signaler au dirigeant et lui demander de le gérer conformément aux principes. » Après cela, tout le monde verra que c’était approprié, ton cœur sera à l’aise et tu auras assumé ta responsabilité. Alors tu auras fait ton devoir de tout ton cœur. Si, quel que soit le devoir que tu accomplis, tu es toujours inattentif et que tu te dis : « Si je fais ce travail de manière simple et superficielle, je peux m’en sortir en faisant de l’à-peu-près. Après tout, personne ne le vérifiera. J’aurai fait de mon mieux avec mes capacités et mes compétences professionnelles limitées. C’est suffisant pour que je m’en sorte. De plus, personne ne posera de questions à ce sujet, ni ne m’en tiendra rigueur : ce n’est pas si important. » Avoir cette intention et cet état d’esprit, est-ce accomplir ton devoir de tout ton cœur ? Non, c’est être superficiel et c’est la révélation de ton tempérament satanique et corrompu. Pourrais-tu accomplir ton devoir de tout ton cœur en t’appuyant sur ton tempérament satanique ? Non, ce ne serait pas possible. Alors, que signifie faire ton devoir de tout ton cœur ? Tu te diras : « Même si le Supérieur ne s’est pas renseigné sur ce devoir et qu’il ne semble pas très important parmi tout le travail de la maison de Dieu, je le ferai toujours bien ; c’est mon devoir. Qu’une tâche soit importante ou non, c’est une chose ; que je puisse bien m’en acquitter ou non en est une autre. » Qu’est-ce qui est important ? Que tu puisses ou non accomplir ton devoir convenablement et de tout ton cœur et que tu puisses adhérer aux principes et pratiquer conformément à la vérité, voilà ce qui est important. Si tu peux pratiquer la vérité et faire les choses conformément aux principes, alors tu accomplis vraiment ton devoir de tout ton cœur. Si tu as bien accompli un type de devoir, mais que tu n’es toujours pas satisfait, que tu souhaites accomplir un type de devoir encore plus important et que tu es capable de bien l’accomplir, alors c’est faire ton devoir de tout ton cœur à un degré encore plus grand. Donc, si tu es capable de faire ton devoir de tout ton cœur, qu’est-ce que cela implique ? D’une part, cela signifie que tu fais ton devoir conformément aux principes des paroles de Dieu. D’autre part, cela signifie que tu as accepté l’examen minutieux de Dieu et que tu as Dieu dans ton cœur ; cela signifie que tu ne fais pas ton devoir simplement pour le spectacle, ou comme bon te semble, ou selon tes propres préférences : au lieu de cela, tu le considères comme une commission qui t’est confiée par Dieu et tu le fais avec cette responsabilité et ce cœur, non pas selon ta propre volonté, mais entièrement selon les exigences de Dieu. Tu mets tout ton cœur dans ton devoir : c’est accomplir ton devoir de tout ton cœur. Certains ne comprennent pas les vérités sur l’accomplissement des devoirs. Face à la souffrance, ils se plaignent et font toujours toute une histoire de leurs intérêts personnels, de leurs gains et de leurs pertes. Ils pensent : « Si j’exécute bien le travail qui m’a été confié par le dirigeant, cela lui apportera honneur et gloire, mais qui se souviendra de moi ? Personne ne saura que c’est moi qui ai fait le travail, et c’est le dirigeant qui en recevra tout le mérite. Accomplir mon devoir de cette manière ne sert-il pas les autres ? » Quel genre de tempérament est-ce ? C’est de la rébellion : ces gens sont absurdes. Ils ne comprennent pas la commission de Dieu de la bonne manière. Ils veulent toujours occuper des postes d’autorité, s’attribuer le mérite, être récompensés et se faire bien voir. Pourquoi se focalisent-ils toujours sur la réputation et le gain ? Cela montre que leur désir de réputation et de gain est trop fort et qu’ils ne comprennent pas que faire un devoir, c’est satisfaire Dieu, ni que Dieu scrute le fond du cœur de chacun. Ces gens-là n’ont pas la vraie foi en Dieu, alors ils portent des jugements basés sur des faits qu’ils peuvent voir de leurs propres yeux, ce qui les amène à former des opinions erronées. Par conséquent, ils deviennent négatifs et passifs dans leur travail et incapables d’accomplir leurs devoirs de tout leur cœur et de toutes leurs forces. Parce qu’ils manquent de foi véritable et qu’ils ne savent pas que Dieu scrute les profondeurs du cœur des gens, ils se focalisent sur l’accomplissement de leurs devoirs pour que les autres les voient, sur le fait de faire connaître aux autres les souffrances et les difficultés qu’ils endurent, et recherchent les louanges et l’approbation des dirigeants et ouvriers. Ils pensent que l’accomplissement d’un devoir n’en vaut la peine que s’ils le font de cette manière et n’est glorieux que si tout le monde les voit faire. N’est-ce pas vil ? Ils croient en Dieu, or non seulement ils n’ont aucune foi, mais ils n’acceptent ni ne comprennent la vérité à aucun degré. Comment des gens comme cela peuvent-ils bien accomplir un devoir ? N’y a-t-il pas un problème avec leur tempérament ? Si tu essayes de partager la vérité avec eux et qu’ils ne l’acceptent toujours pas, alors ils ont un tempérament malfaisant. Ils ne s’acquittent pas de leurs responsabilités et ne s’acquittent pas de leurs devoirs. Tôt ou tard, ils doivent être éliminés. Ceux qui accomplissent des devoirs doivent être des personnes avec une humanité normale. Ils doivent avoir une bonne raison et être capables de se soumettre à tous les arrangements et à toutes les orchestrations de Dieu. Dieu accorde différents calibres et dons à différentes personnes, et différentes personnes sont les mieux placées pour accomplir différents devoirs. Tu ne dois pas être pointilleux et choisir un devoir en fonction de tes préférences, en choisissant uniquement d’accomplir des devoirs confortables et faciles qui répondent à tes propres souhaits. C’est un tort. Ce n’est pas faire un devoir de tout ton cœur, et ce n’est pas accomplir un devoir. Pour accomplir un devoir, la première chose que tu dois faire est d’y mettre tout ton cœur. Ensuite, quoi que tu fasses, qu’il s’agisse d’une grosse ou d’une petite tâche, sale ou fatigante, d’une tâche qui se fait devant d’autres personnes ou qui se fait à l’abri des regards, d’une tâche importante ou sans importance, tu dois la considérer dans tous les cas comme ton devoir et adhérer au principe de l’accomplir de tout ton cœur, de tout ton esprit et de toutes tes forces. Si, après avoir accompli ton devoir, tu finis par avoir l’impression que ta conscience n’est pas tout a fait tranquille sur une partie du travail que tu as accompli et que même si tu y as mis tout ton cœur, une partie de ton travail n’a pas été bien faite et les résultats de tes efforts ne sont pas très bons, que dois-tu faire ? Certains se disent : « Eh bien, j’ai mis tout mon cœur dans mon devoir, mais les résultats n’ont pas été très bons. Ce n’est pas mon problème. C’est entre les mains de Dieu maintenant. » Quelle sorte de point de vue est-ce là ? Est-ce le bon point de vue ? Ils ne se dépensent pas sincèrement pour Dieu parce qu’ils ne veulent pas chercher la vérité pour résoudre les problèmes ; ils ne veulent pas satisfaire Dieu et ils ont toujours un point de vue superficiel sur leur devoir. Il me semble que ce genre de personne n’a pas de cœur. Quand on parle de faire son devoir de tout son cœur, cela veut dire utiliser tout son cœur, on ne peut pas faire son devoir sans enthousiasme, il faut se dévouer, faire son devoir avec attention, faire preuve de loyauté, adopter une attitude responsable pour s’assurer que les tâches sont bien faites, en atteignant les résultats que l’on doit obtenir. Alors seulement on peut appeler cela accomplir un devoir de tout son cœur. Si tu vois que les résultats de ton travail ne sont pas si bons et que tu penses : « J’ai fait de mon mieux, j’ai sacrifié mon sommeil, sauté des repas et veillé tard, restant parfois en retrait pendant que d’autres sont allés se détendre et se promener, j’ai souffert et je n’ai pas été avide du réconfort de la chair, cela signifie que j’ai fait mon devoir de tout mon cœur », ce point de vue est-il correct ? Tu y as investi ton temps et tu as fourni des efforts. En surface, tu sembles être passé par tous ces gestes, mais les résultats que tu as obtenus ne sont pas bons, tu n’en acceptes pas la responsabilité et tu ne t’en soucies pas. Est-ce faire ton devoir de tout ton cœur ? (Non.) Ce n’est pas faire ton devoir de tout ton cœur. Quand Dieu détermine si une personne fait quelque chose de tout son cœur, que regarde-t-Il ? D’une part, Il regarde si tu abordes cette chose avec une attitude consciencieuse et responsable. D’autre part, Il regarde ce que tu penses pendant que tu le fais, si tu accomplis attentivement le devoir que tu dois accomplir, de façon cohérente conformément aux vérités-principes et si, lorsqu’il t’arrive des difficultés, tu cherches intensément la vérité pour résoudre les problèmes afin de pouvoir bien accomplir ton devoir. Quand les humains font des choses, Dieu observe et scrute. Il observe leur cœur tout le temps. Bien que les gens ne le sachent pas, ils peuvent parfois ressentir Son examen minutieux. Certains sont toujours superficiels dans leurs devoirs et finalement, Dieu organise un environnement pour les révéler. À ce moment-là, ils sentent Son abandon et tout le monde voit qu’ils ne ressemblent pas aux croyants, qu’ils ressemblent aux non-croyants, aux démons et à des Satans. Ces types de personnes sont éliminés durant l’accomplissement de leurs devoirs. Certains réfléchissent souvent sur eux-mêmes dans l’accomplissement de leurs devoirs. Parfois, les résultats qu’ils obtiennent ne sont pas bons, ou un problème surgit, et ils peuvent le sentir dans leur cœur, et ils pensent : « Suis-je de nouveau superficiel ? » Ils se le reprochent. Comment cela se produit-il ? C’est provoqué par Dieu, c’est l’éclairage du Saint-Esprit. Alors, pourquoi Dieu t’éclaire-t-Il ? Sur quelle base t’éclaire-t-Il ? Dans quel contexte te fait-Il des reproches ? Il faut que tu aies le bon état d’esprit et que tu te dises : « Je dois faire mon devoir de tout mon cœur, et cela signifie le faire conformément à la vérité. Ai-je vraiment fait mon devoir de tout mon cœur ? » Si tu y réfléchis toujours, Dieu t’éclairera et te fera comprendre : « Je n’ai pas fait cette tâche de tout mon cœur. Je pensais que je m’en sortais plutôt bien, je me serais noté 99 sur 100. Mais maintenant je vois que ce n’est pas vraiment le cas, j’étais en fait à peine à la hauteur. » Ce n’est qu’alors que tu découvriras le mécontentement de Dieu. C’est Dieu qui t’éclaire et te permet de comprendre avec quelle application tu accomplis réellement ton devoir et combien tu es encore loin de Ses exigences. Si quelqu’un tombe bien en dessous des normes minimales dans l’accomplissement de son devoir, Dieu l’éclairera-t-Il encore ? Probablement pas. Qui Dieu éclaire-t-Il ? Premièrement, ceux qui aiment la vérité ; deuxièmement, ceux qui ont une attitude de soumission ; troisièmement, ceux qui aspirent à la vérité et quatrièmement, ceux qui s’examinent et réfléchissent sur eux-mêmes à tous égards. Voilà le genre de personnes qui peuvent gagner l’éclairage de Dieu. En pratiquant et en expérimentant de cette manière, ton expérience personnelle d’accomplissement de ton devoir de tout ton cœur – cet aspect de la pratique de la vérité et cet aspect de la réalité – se développera plus encore. Progressivement, tu verras clairement qui fait ses devoirs de tout son cœur et qui ne le fait pas, ainsi que les attitudes et les comportements des divers individus envers l’accomplissement des devoirs. Lorsque tu te connaîtras toi-même, tu pourras discerner les autres et tu deviendras de plus en plus méticuleux dans ton devoir. Le moindre cas de négligence ne t’échappera pas et tu pourras chercher la vérité pour le résoudre. Tu seras capable de gérer les choses conformément aux principes tout en accomplissant ton devoir, tu pratiqueras de plus en plus la vérité et ton cœur sera stable et en paix. Si un jour tu sais dans ton cœur que tu as accompli un devoir avec insouciance, que dois-tu faire ? Tu dois y réfléchir, rechercher des informations et demander conseil aux autres, et avant que tu le saches tu acquerras une compréhension de la question. Cela ne t’aidera-t-il pas dans l’accomplissement de ton devoir ? (Si.) Ce sera utile. Ce sera le cas quel que soit le devoir que tu accompliras. Tant que les gens feront leur devoir de tout leur cœur, rechercheront les vérités-principes et persévèreront dans leurs efforts, ils obtiendront finalement des résultats.

Extrait 31

Étant donné que les gens ont des tempéraments corrompus, ils sont souvent superficiels lorsqu’ils accomplissent leurs devoirs. C’est un des problèmes les plus graves entre tous. Si les gens veulent accomplir correctement leurs devoirs, ils doivent d’abord résoudre ce problème de négligence. Tant qu’ils auront une attitude aussi superficielle, ils ne pourront pas accomplir correctement leurs devoirs, ce qui veut dire qu’il est extrêmement important de résoudre le problème de la négligence. Alors, comment doivent-ils pratiquer ? Premièrement, ils doivent résoudre le problème de leur état d’esprit : ils doivent aborder leurs devoirs correctement et faire les choses avec sérieux et avec le sens des responsabilités. Ils ne devraient pas avoir l’intention d’être malhonnêtes ou superficiels. Le devoir de quelqu’un est accompli pour Dieu, pas pour une seule personne ; si l’on est capable d’accepter l’examen minutieux de Dieu, on aura le bon état d’esprit. De plus, après avoir fait quelque chose, on doit l’examiner et y réfléchir, et si l’on se sent un peu mal à l’aise au fond de soi et qu’après une inspection détaillée, on découvre qu’il y a vraiment un problème, alors on doit procéder à des changements ; une fois ces changements effectués, on se sentira serein au fond de soi. Quand on se sent mal à l’aise, c’est la preuve qu’il y a un problème et l’on doit examiner avec diligence ce qu’on a fait, surtout aux étapes clés. C’est là une attitude responsable par rapport à l’accomplissement de son devoir. Là où l’on peut être sérieux, prendre ses responsabilités et y mettre tout son cœur et toutes ses forces, le travail sera fait correctement. Parfois, tu es dans un mauvais état d’esprit et tu ne peux pas trouver ni découvrir une erreur qui est claire comme de l’eau de roche. Si tu étais dans le bon état d’esprit, alors, avec l’illumination et la direction du Saint-Esprit, tu serais en mesure d’identifier le problème. Si le Saint-Esprit t’avait guidé et t’avait donné une conscience, te permettant de sentir la clarté dans ton cœur et de savoir où réside l’erreur, tu serais alors en mesure de corriger l’écart et de chercher à suivre les vérités-principes. Si tu étais dans un mauvais état d’esprit, distrait et négligent, serais-tu capable de remarquer l’erreur ? Tu ne le serais pas. Qu’est-ce que cela montre ? Cela montre que, pour que les gens puissent bien accomplir leur devoir, il est très important qu’ils coopèrent : leur état d’esprit est très important, et ce vers quoi ils dirigent leurs pensées et leurs idées est très important. Dieu examine et observe dans quel état d’esprit les gens sont et quelle énergie ils dépensent quand ils accomplissent leurs devoirs. Il est crucial que les gens mettent tout leur cœur et consacrent toute leur force à ce qu’ils font. Leur coopération est un élément crucial. Ce n’est que lorsque les gens s’efforcent de ne rien regretter concernant les devoirs qu’ils ont accomplis et ce qu’ils ont fait, et qu’ils n’ont pas de dette envers Dieu, qu’ils agissent avec tout leur cœur et toute leur force. Si tu échoues constamment à mettre tout ton cœur et toutes tes forces dans l’accomplissement de ton devoir, si tu es perpétuellement superficiel, que tu causes un tort énorme au travail et que tu es loin d’obtenir les effets requis par Dieu, alors une seule chose peut t’arriver : tu seras éliminé. Et alors, sera-t-il encore temps d’avoir des regrets ? Non. Ces actions deviendront un regret éternel, une souillure ! Être perpétuellement superficiel, c’est une souillure, une transgression grave : oui ou non ? (Oui.) Tu dois t’efforcer de remplir tes obligations et de faire tout ce que tu es censé faire, de tout ton cœur et de toutes tes forces, tu ne dois pas être superficiel ni laisser de regrets. Si tu peux le faire, le devoir que tu accomplis sera commémoré par Dieu. Ces choses commémorées par Dieu sont de bonnes actions. Mais alors, quelles sont les choses qui ne sont pas commémorées par Dieu ? (Ce sont les transgressions et les actions malfaisantes.) Il se peut que tu n’acceptes pas qu’il s’agisse de actions malfaisantes si on les décrivait comme telles aujourd’hui, mais, si un jour, ces choses ont de lourdes conséquences et qu’elles donnent lieu à une influence négative, alors tu auras le sentiment que ces choses ne sont pas simplement des transgressions du comportement, mais d’actions malfaisantes. Lorsque tu t’en rendras compte, tu le regretteras et penseras : « J’aurais dû suivre l’adage selon lequel mieux vaut prévenir que guérir ! Si j’y avais réfléchi un peu plus et consacré davantage d’efforts au départ, cette conséquence aurait pu être évitée. » Rien n’effacera cette éternelle tache de ton cœur, et si elle devait te laisser une dette indélébile, alors, tu auras des ennuis. Donc, aujourd’hui, tu dois t’efforcer de mettre tout ton cœur et toutes tes forces dans la commission que Dieu t’a confiée, d’accomplir chaque devoir avec une conscience claire, sans aucun regret et d’une manière qui soit commémorée par Dieu. Quoi que tu fasses, ne sois pas superficiel. Si tu fais une erreur sur un coup de tête et que c’est une transgression grave, cela deviendra une tache éternelle. Une fois que tu auras des regrets, tu ne pourras pas te racheter et ils deviendront des regrets permanents. Ces deux chemins doivent être vus clairement. Quel est celui que tu devrais choisir, afin de mériter l’approbation de Dieu ? Accomplir ton devoir, de tout ton cœur et de toutes tes forces, et préparer et accumuler de bonnes actions, sans aucun regret. Quoi que tu fasses, ne fais pas le mal qui perturbera l’accomplissement des devoirs des autres, ne fais rien qui aille à l’encontre de la vérité et qui serait en résistance contre Dieu, et n’encoures pas des regrets à vie. Que se passe-t-il quand une personne a commis trop de transgressions ? Elle augmente la colère de Dieu à son égard en Sa présence ! Si tu transgresses toujours plus et que la colère de Dieu envers toi grandit encore, alors tu seras finalement puni.

En apparence, certains ne semblent pas avoir de problèmes sérieux durant l’accomplissement de leurs devoirs. Ils ne font rien qui soit manifestement malfaisant, ne provoquent pas d’interruptions ou de perturbations, et ne suivent pas le chemin des antéchrists. Lorsqu’ils font leurs devoirs, ils ne commettent pas d’erreurs majeures et n’ont pas de problèmes de principe, pourtant, sans s’en rendre compte, au bout de quelques années à peine, ils sont révélés comme n’acceptant pas du tout la vérité, comme faisant partie des incrédules. Pourquoi est-ce ainsi ? Les autres ne voient pas d’enjeu, mais Dieu sonde au plus profond du cœur de ces gens-là et Il voit le problème. Ils sont sans cesse négligents et ne s’en repentent jamais dans l’accomplissement de leurs devoirs. Avec le temps, ils sont naturellement révélés. Que signifie ne toujours pas se repentir ? Cela signifie que, bien qu’ils aient constamment accompli leurs devoirs, ils ont toujours eu la mauvaise attitude à leur égard, une attitude superficielle, une attitude désinvolte, et ils ne sont jamais consciencieux, et ils mettent encore moins tout leur cœur dans leurs devoirs. Ils mettent peut-être un peu d’effort, mais ils n’agissent que pour la forme. Ils ne donnent pas leur maximum dans leurs devoirs, et leurs transgressions sont sans fin. Aux yeux de Dieu, ils ne se sont jamais repentis : ils ont toujours été superficiels, et il n’y a jamais eu chez eux le moindre changement : c’est-à-dire qu’ils ne renoncent pas au mal qui est entre leurs mains ni ne se repentent à Dieu. Dieu ne voit pas en eux une attitude de repentance, et Il ne voit pas de revirement dans leur attitude. Ils persistent à considérer leurs devoirs et les commissions que Dieu leur a confiées avec cette même attitude et cette même méthode. Tout du long, il n’y a pas de changement dans ce tempérament obstiné, intransigeant, et, de plus, ils ne se sont jamais sentis redevables envers Dieu, et ils n’ont jamais ressenti que leur superficialité est une transgression, une action malfaisante. Dans leur cœur, il n’y a pas de sentiment de redevabilité, de culpabilité, de remords, et encore moins y a-t-il d’auto-accusation. Et, au bout d’un certain temps, Dieu voit que ce genre de personne est incurable. Peu importe ce que Dieu dit, et peu importe le nombre de sermons qu’elle entend ou ce qu’elle comprend de la vérité, son cœur n’est pas touché et son attitude ne change pas ni ne lui fait faire demi-tour. Dieu le voit et dit : « Il n’y a pas d’espoir pour cette personne. Rien de ce que Je dis ne touche son cœur, et rien de ce que Je dis ne la transforme. Il n’existe aucun moyen de la changer. Cette personne n’est pas apte à accomplir son devoir, et elle n’est pas apte à rendre service dans Ma maison. » Pourquoi Dieu dit-Il cela ? Cela s’explique par le fait que lorsqu’elle accomplit son devoir et réalise un travail, elle est constamment superficielle. Elle a beau être émondée, et quelles que soient l’indulgence et la patience dont elle bénéficie, cela ne produit aucun effet et ne parvient pas à la faire se repentir ni changer sincèrement. Cela ne la conduit pas à bien faire son devoir, cela ne lui permet pas de s’engager sur le chemin de la poursuite de la vérité. Cette personne est donc incurable. Lorsque Dieu détermine qu’une personne est incurable, continuera-t-Il à garder une forte emprise sur cette personne ? Non, Il ne le fera pas. Dieu la laissera partir. Certains implorent sans arrêt : « Dieu, ménage-moi, ne me fais pas souffrir, ne me corrige pas. Donne-moi de la liberté ! Laisse-moi faire les choses avec un peu de superficialité ! Laisse-moi être un peu débauché ! Laisse-moi être mon propre maître ! » Ils ne veulent pas être restreints. Dieu dit : « Puisque tu ne veux pas suivre le bon chemin, alors Je te laisse partir. Je te donne carte blanche. Va et fais ce que bon te semble. Je ne te sauverai pas, car tu es incurable. » Ceux qui sont incurables ont-ils un quelconque sentiment de conscience ? Ont-ils un quelconque sentiment de redevabilité ? Ressentent-ils une quelconque accusation ? Sont-ils capables de percevoir le reproche, la discipline, le châtiment et le jugement de Dieu ? Ils ne parviennent pas à les ressentir. Ils ne sont pas conscients de toutes ces choses ; elles sont faiblement présentes dans leur cœur, ou même absentes. Quand une personne en arrive à ce stade, Dieu n’étant plus dans son cœur, peut-elle encore atteindre le salut ? C’est difficile à dire. Quand sa foi parvient à un tel point, on est en danger. Savez-vous comment vous devez poursuivre, comment vous devez pratiquer, et quel chemin vous devez choisir pour éviter cette conséquence et vous assurer qu’un tel état n’émergera pas ? Le plus important est de choisir d’abord le bon chemin, et ensuite de se concentrer sur la réalisation correcte du devoir qu’il vous faut réaliser pour l’instant. Voilà la norme minimum, la norme la plus élémentaire. C’est sur cette base que vous devriez chercher la vérité et vous efforcer d’atteindre les normes pour accomplir votre devoir de manière satisfaisante. C’est parce que ce qui reflète de la façon la plus perceptible ce qui te lie à Dieu, c’est la façon dont tu traites les affaires que Dieu te confie, le devoir qu’Il t’assigne et l’attitude que tu adoptes. Ce qui est le plus observable et le plus concret, c’est cet aspect. Dieu attend. Il veut voir ton attitude. À cet instant crucial, tu devrais te dépêcher de faire connaître ta position à Dieu, d’accepter Sa commission et de bien accomplir ton devoir. Quand tu auras saisi ce point crucial et rempli la commission que Dieu t’a donnée, ta relation avec Lui sera normale. Si, quand Dieu te confie une tâche ou te dit d’accomplir un certain devoir, ton attitude est hâtive et apathique et tu ne prends pas cela au sérieux, est-ce qu’au lieu d’y mettre tout ton cœur et toutes tes forces, tu ne fais pas précisément le contraire ? Peux-tu accomplir ton devoir correctement de cette façon ? Certainement pas. Tu n’accompliras pas ton devoir de façon satisfaisante. Lorsque tu accomplis ton devoir, ton attitude est donc de la plus haute importance, tout comme la méthode et le chemin que tu choisis. Peu importe le nombre d’années pendant lesquelles ils ont cru en Dieu, ceux qui ne réussissent pas à accomplir leurs devoirs correctement seront éliminés.

Extrait 32

Beaucoup de gens accomplissent leurs devoirs de manière superficielle, sans jamais les prendre au sérieux, comme s’ils travaillaient pour des non-croyants. Ils font les choses d’une manière sommaire, superficielle, indifférente et négligente, comme si tout n’était que plaisanteries. Pourquoi ? Ce sont des non-croyants qui rendent service, des incrédules qui accomplissent des devoirs. Ces personnes sont particulièrement malicieuses ; elles sont dissolues et débridées, et elles ne sont pas différentes des non-croyants. Quand elles font des choses pour elles-mêmes, elles ne sont certainement pas superficielles. Alors pourquoi ne sont-elles pas du tout sérieuses et diligentes quand il s’agit d’accomplir leurs devoirs ? Quoi qu’elles fassent, quel que soit le devoir qu’elles accomplissent, il y a chez elles une nature joueuse et espiègle. Ces personnes sont toujours superficielles, il y a une forme de malhonnêteté chez elles. De telles personnes ont-elles de l’humanité ? Elles n’en ont certainement pas, et elles n’ont pas non plus le moindre degré de conscience et de raison. Comme des ânes ou des chevaux sauvages, elles ont besoin d’être constamment gérées et supervisées. Elles trompent et dupent la maison de Dieu. Cela signifie-t-il qu’elles possèdent la moindre croyance sincère en Lui ? Se dépensent-elles pour Lui ? Il est clair qu’elles ne sont pas à la hauteur et ne sont pas qualifiées pour rendre service. Si de telles personnes étaient employées par quelqu’un d’autre, elles seraient renvoyées en seulement quelques jours. Dans la maison de Dieu, il est parfaitement exact de dire que ce sont des exécutants et des employés, et ils ne peuvent qu’être éliminés. Beaucoup de gens sont régulièrement superficiels quand ils accomplissent leurs devoirs. Lorsqu’ils doivent être émondés, ils refusent toujours d’accepter la vérité, ils défendent avec entêtement leur point de vue et se plaignent même que la maison de Dieu se montre injuste envers eux, qu’elle manque de miséricorde et de tolérance. N’est-ce pas déraisonnable ? Pour le dire de manière plus objective, il s’agit là d’un tempérament arrogant et ces personnes manquent complètement de conscience et de raison. Ceux qui croient réellement en Dieu doivent au moins être capables d’accepter la vérité et de faire les choses sans violer conscience et raison. Ceux qui sont incapables d’accepter d’être émondés, ou de s’y soumettre, sont trop arrogants, présomptueux et tout simplement déraisonnables. Il n’est pas exagéré de les appeler des bêtes, car ils sont profondément indifférents à tout ce qu’ils font. Ils font les choses exactement comme il leur plaît sans la moindre prise en compte des conséquences ; si un problème survient, cela leur est égal. Ce genre de personne n’est pas qualifiée pour rendre service. Parce que ces gens traitent leurs devoirs ainsi, les autres ne supportent pas de les regarder et ils n’ont pas confiance en eux. Est-ce que Dieu peut alors avoir confiance en eux ? Puisqu’ils n’atteignent même pas ce standard minimum, ils ne sont pas qualifiés pour rendre service et ne peuvent qu’être éliminés. Jusqu’à quel point certaines personnes peuvent-elles pousser l’arrogance ? Elles pensent toujours qu’elles peuvent tout faire ; peu importe ce qui a été arrangé pour elles, elles disent : « C’est facile ; ce n’est rien. Je peux le faire. Je n’ai besoin de personne pour échanger avec moi au sujet des vérités-principes. Je peux me surveiller moi-même. » Parce qu’elles ont toujours ce genre d’attitude, les dirigeants comme les ouvriers ne supportent pas de regarder ces personnes et ils manquent de confiance dans les choses qu’elles font. Ces personnes ne sont-elles pas arrogantes et présomptueuses ? Si quelqu’un est trop arrogant et présomptueux, il a un comportement honteux, et s’il n’y a pas de changement, il n’accomplira jamais ses devoirs de manière adéquate. Quelle attitude devrait-on avoir quand on accomplit ses devoirs ? Au minimum, on devrait avoir une attitude responsable. Peu importe les difficultés et les problèmes qui surviennent, on devrait chercher les vérités-principes, comprendre les standards requis par la maison de Dieu et savoir quels résultats on est censé obtenir en accomplissant ses devoirs. Si on peut saisir ces trois choses, on peut facilement accomplir correctement ses devoirs. Quels que soient les devoirs qu’on accomplit, si l’on commence par comprendre les principes, comprendre les exigences de la maison de Dieu et savoir quel résultat on doit obtenir, n’a-t-on pas un chemin tracé pour accomplir ses devoirs ? Ainsi, l’attitude que l’on a pour accomplir ses devoirs est très importante. Ceux qui n’aiment pas la vérité accomplissent leurs devoirs de manière superficielle ; ils n’ont pas l’attitude correcte, ils ne cherchent jamais les vérités-principes et ils ne pensent pas aux exigences de la maison de Dieu ni aux résultats qu’ils doivent obtenir. Comment peuvent-ils accomplir leurs devoirs correctement ? Si tu crois sincèrement en Dieu, lorsque tu te montres superficiel, tu dois prier Dieu, réfléchir sur toi-même et te connaître. Tu dois te rebeller contre tes tempéraments corrompus, travailler dur sur les vérités-principes et t’efforcer d’atteindre les standards que Dieu exige. En accomplissant ton devoir ainsi, tu satisferas progressivement aux exigences de la maison de Dieu. La vérité est qu’il n’est pas très difficile d’accomplir son devoir correctement. Il s’agit juste d’avoir conscience et raison, d’être droit et diligent. Il y a beaucoup de non-croyants qui travaillent sérieusement et réussissent en conséquence. Ils ne savent rien des vérités-principes, alors comment peuvent-ils faire aussi bien ? C’est parce qu’ils sont réfléchis et diligents, si bien qu’ils peuvent travailler sérieusement, et être méticuleux, et de cette manière, ils font avancer les choses facilement. Aucun des devoirs de la maison de Dieu n’est très difficile. Tant que tu y mets tout ton cœur et que tu fais de ton mieux, tu peux faire du bon travail. Si tu n’es pas droit et que tu n’es pas diligent dans tout ce que tu fais, que tu essayes toujours de t’épargner des ennuis, que tu es toujours superficiel et que tu t’embrouilles dans tout, que tu n’accomplis pas bien ton devoir, que tu fais du gâchis et qu’en conséquence, tu nuis à la maison de Dieu, cela veut dire que tu fais le mal, et cela deviendra une transgression que Dieu détestera. Pendant les moments clés de la diffusion de l’Évangile, si tu n’obtiens pas de bons résultats dans ton devoir et que tu ne joues pas un rôle positif, ou si tu causes des interruptions et des perturbations, naturellement tu seras détesté par Dieu, tu seras éliminé et tu perdras ta chance de salut. Ce sera un regret éternel pour toi ! Que Dieu t’exalte pour avoir fait ton devoir, c’est là ta seule chance de salut. Si tu es irresponsable, que tu traites la chose avec légèreté et que tu es superficiel, c’est l’attitude avec laquelle tu traites la vérité et Dieu. Si tu n’es pas le moins du monde sincère ou soumis, comment peux-tu obtenir le salut de Dieu ? Le temps est très précieux en ce moment : chaque jour et chaque seconde sont cruciaux. Si tu ne cherches pas la vérité, si tu ne te concentres pas sur l’entrée dans la vie, et que tu es superficiel et trompes Dieu dans ton devoir, c’est vraiment déraisonnable et dangereux ! Dès que tu seras détesté et éliminé par Dieu, le Saint-Esprit n’œuvrera plus en toi, et à partir de là il n’y a plus de retour en arrière possible. Parfois, ce que fait une personne en l’espace d’une seule minute peut gâcher sa vie. Parfois, à cause d’un seul mot qui offense le tempérament de Dieu, une personne est révélée et éliminée. N’est-ce pas quelque chose qui peut se produire en seulement quelques minutes ? C’est comme certaines personnes qui, même si elles accomplissent leurs devoirs, agissent constamment de manière irresponsable, se comportent de manière irréfléchie et agissent sans la moindre retenue. Elles sont, au fond, des non-croyants et des incrédules, et quoi qu’elles fassent, elles gâchent tout. Non seulement de telles personnes causent des pertes à la maison de Dieu, mais elles perdent aussi leur chance de salut. Ainsi, leurs qualifications pour accomplir leurs devoirs sont révoquées. Cela signifie qu’elles ont été révélées et éliminées, ce qui est une triste affaire. Certaines d’entre elles veulent se repentir, mais pensez-vous qu’elles en auront l’occasion ? Une fois qu’elles auront été éliminées, elles auront perdu cette occasion. Une fois abandonnées par Dieu, il leur sera presque impossible de se racheter.

Quel genre de personne Dieu sauve-t-Il ? On pourrait dire qu’il s’agit toujours de ceux qui ont une conscience et une raison et peuvent accepter la vérité, car seuls ceux qui ont une conscience et une raison sont capables d’accepter et de chérir la vérité, et tant qu’ils comprennent la vérité, ils peuvent la pratiquer. Les gens qui sont sans conscience et déraisonnables sont ceux qui manquent d’humanité : en langage familier, on dit qu’ils manquent de vertu. Quelle est la nature du manque de vertu ? C’est une nature sans humanité, indigne d’être appelée humaine. Comme le dit le proverbe, une personne peut manquer de tout sauf de vertu : elle n’est alors plus humaine, mais plutôt une bête à forme humaine. Regardez ces démons et ces rois diaboliques qui ne font que résister à Dieu et nuire à Ses élus. Ne manquent-ils pas de vertu ? Si : ils en manquent vraiment. Les personnes qui font trop de choses qui manquent de vertu devront indubitablement faire face à la rétribution. Ceux qui manquent de vertu n’ont pas d’humanité ; comment peuvent-ils accomplir correctement leurs devoirs ? Ils ne sont pas dignes d’accomplir des devoirs parce que ce sont des bêtes. Ceux qui manquent de vertu n’accomplissent correctement aucun devoir. De telles personnes ne sont pas dignes d’être appelées des humains. Ce sont des bêtes, des bêtes à forme humaine. Seuls ceux qui sont dotés de conscience et de raison peuvent gérer les affaires humaines, rester fidèles à leur parole, être dignes de confiance et qualifiés d’« hommes droits ». Le terme « homme droit » n’est pas employé dans la maison de Dieu. Au lieu de cela, la maison de Dieu exige des gens qu’ils soient honnêtes, car c’est là la vérité. Il n’y a que les gens honnêtes qui sont dignes de confiance, qui ont une conscience et une raison, et qui sont dignes d’être appelés humains. Si l’on peut accepter la vérité tout en accomplissant ses devoirs et qu’on peut agir selon les principes et accomplir ses devoirs de manière adéquate, alors on est réellement honnête et on est, en effet, digne de confiance. Et ceux qui peuvent obtenir le salut de Dieu sont des gens honnêtes. Être une personne honnête qui soit digne de confiance ne tient pas à tes aptitudes ou à ton apparence, et encore moins à ton calibre, tes compétences ou tes dons. Tant que tu acceptes la vérité, que tu agis de manière responsable, que tu as une conscience et une raison et que tu peux te soumettre à Dieu, cela suffit. Quelles que soient ses capacités, ce qui est vraiment important, c’est le fait que l’on soit ou non doté de vertu. Dès que l’on est dépourvu de vertu, on ne peut plus être considéré comme humain, mais plutôt comme une bête. Ceux qui sont éliminés de la maison de Dieu le sont à cause de leur absence d’humanité et de vertu. De ce fait, les gens qui croient en Dieu doivent être capables d’accepter la vérité, ils doivent être honnêtes, à minima posséder conscience et raison, être capables d’accomplir leurs devoirs correctement et de remplir la commission de Dieu. Seuls ces personnes peuvent obtenir le salut de Dieu ; ce sont ceux qui croient sincèrement en Dieu et qui se dépensent sincèrement pour Lui. Voilà les gens que Dieu sauve.

Examinez-vous régulièrement votre comportement et vos intentions tandis que vous agissez et accomplissez vos devoirs ? (Rarement.) Si vous vous examinez rarement, êtes-vous à même de reconnaître vos tempéraments corrompus ? Pouvez-vous comprendre votre réel état ? Si vous révélez effectivement des tempéraments corrompus, quelles seront les conséquences ? Vous devez être très clairs sur tout cela. Si l’on ne s’examine pas soi-même, et que l’on agit constamment de manière superficielle et sans le moindre principe, on commettra alors beaucoup de mal, et l’on sera révélé et éliminé. N’est-ce pas une conséquence grave ? Pour résoudre ce problème, il faut s’examiner soi-même. Dites-Moi : sachant que la corruption humaine est profonde, est-il acceptable de ne réfléchir que rarement sur soi-même ? Peut-on accomplir ses devoirs correctement sans chercher la vérité pour résoudre ses tempéraments corrompus ? Si les tempéraments corrompus ne sont pas résolus, il est facile de mal faire les choses, de violer les principes et même de faire le mal. Si vous ne vous examinez jamais, cela est problématique – vous n’êtes pas différents d’un non-croyant. Beaucoup de gens ne sont-ils pas éliminés simplement pour cette raison ? Lorsqu’on poursuit la vérité, comment doit-on procéder pour l’atteindre ? Ce qui est important, c’est de s’examiner fréquemment pendant qu’on accomplit son devoir, de se demander si l’on a violé les principes et révélé de la corruption, et si l’on a des intentions incorrectes. Si vous réfléchissiez sur vous-mêmes en fonction des paroles de Dieu et que vous voyez la manière dont elles s’appliquent à vous, il vous sera facile de vous connaître. Si vous réfléchissez sur vous-mêmes de cette manière, vous allez peu à peu résoudre vos tempéraments corrompus et résoudre aisément vos idées mauvaises ainsi que vos intentions et motivations nocives. Si vous n’examinez qu’après que quelque chose s’est mal passé, ou qu’après avoir commis une erreur, c’est un peu trop tard. Les conséquences sont déjà là et cela constitue une transgression. Si vous faites trop le mal et que vous ne vous examinez vous-mêmes que lorsque vous avez été éliminés, il sera trop tard et tout ce que vous pourrez faire, c’est pleurer et grincer des dents. Ceux qui croient réellement en Dieu peuvent accomplir leurs devoirs ; c’est une exaltation et une bénédiction de Dieu, et c’est une opportunité que vous devriez chérir. De ce fait, il est d’autant plus important de réfléchir souvent sur vous-mêmes pendant que vous accomplissez vos devoirs. On doit examiner souvent, en examinant toutes choses. On doit examiner ses intentions et son état, regardant si l’on vit devant Dieu, si les intentions qui se cachent derrière ses actions sont bonnes, et si sa motivation et la source de ses actions peuvent résister à l’inspection de Dieu et si elles ont été soumises à Son examen. Parfois, les gens ont l’impression que chercher la vérité lorsqu’ils font face à des difficultés dans l’accomplissement de leurs devoirs est quelque chose de contraignant. Ils se disent : « Ça ira. C’est suffisant. » Cela reflète l’attitude d’une personne face à des problèmes ainsi que sa mentalité envers ses devoirs. Cette mentalité est une sorte d’état. Quel est cet état ? N’est-ce pas aborder ses devoirs sans le sens des responsabilités, une sorte d’attitude superficielle ? (Si.) Étant donné l’existence d’un problème aussi grave, il est très dangereux de ne pas s’examiner soi-même. Certaines personnes sont indifférentes à cet état. Elles se disent : « C’est normal d’être un peu superficiel. Les gens sont comme ça, c’est tout. Quel est le problème ? » Ces gens-là ne sont-ils pas confus ? N’est-ce pas trop dangereux de voir les choses de cette manière ? Regardez ceux qui sont éliminés. N’accomplissent-ils pas toujours leurs devoirs de manière superficielle ? C’est ce qui arrive lorsqu’on est superficiel. Un jour ou l’autre, les personnes qui sont facilement superficielles vont se ruiner elles-mêmes, et elles refusent de changer leurs habitudes jusqu’à ce qu’elles se trouvent aux portes de la mort. Le fait d’accomplir ses devoirs de manière superficielle est un problème grave, et si vous ne pouvez pas réfléchir correctement sur vous-mêmes et chercher la vérité pour résoudre les problèmes, c’est en effet très dangereux : vous pourriez être éliminés à tout instant. Si un problème aussi grave existe et que vous ne vous examinez toujours pas et que vous ne cherchez pas la vérité pour le résoudre, vous allez vous faire du mal et vous ruiner, et quand viendra le jour où vous serez éliminés et que vous commencerez à pleurer et à grincer des dents, il sera trop tard.

Extrait 33

Certains ne savent pas faire l’expérience de l’œuvre de Dieu et ignorent comment appliquer Ses paroles dans l’accomplissement de leurs devoirs ou dans la vie réelle. Ils comptent toujours sur le fait d’aller à de nombreuses réunions pour gagner la vérité et grandir dans la vie. Cependant, c’est irréaliste et cet argument ne tient pas la route. On gagne la vie en faisant l’expérience des paroles de Dieu, du jugement et du châtiment. Ceux qui savent comment faire l’expérience de Son œuvre peuvent, quel que soit le devoir qu’ils accomplissent, comprendre et pratiquer la vérité, accepter d’être émondés, entrer dans la vérité-réalité, parvenir à un changement dans leur tempérament et être parfaits par Dieu dans l’accomplissement de leurs devoirs. Ceux qui sont fainéants et avides de confort sont peu disposés à accomplir leurs devoirs et ne font pas l’expérience de l’œuvre de Dieu lorsqu’ils accomplissent leurs devoirs. Ils exigent sans cesse que la maison de Dieu leur propose des réunions, des sermons et des échanges sur la vérité. Par conséquent, au bout de dix ou vingt ans de croyance et après avoir écouté d’innombrables sermons, ils n’ont toujours pas compris la vérité ni gagné la vérité. Ils ne savent pas comment faire l’expérience de l’œuvre de Dieu, ils ne comprennent pas ce qu’est la croyance en Dieu et ils ne savent pas comment faire l’expérience de la parole de Dieu pour se connaître eux-mêmes et gagner la vérité et la vie. Ces personnes désirent ardemment le confort et se dérobent à leurs devoirs. Ils sont donc révélés et éliminés à cause de la manière dont ils accomplissent leurs devoirs. Cependant, tous ceux qui sont satisfaits d’accomplir leurs devoirs et qui accordent de l’importance à la poursuite de la vérité ont une entrée dans la vie quand ils accomplissent leurs devoirs, ils réfléchissent pour se connaître eux-mêmes quand ils révèlent de la corruption et, lorsqu’ils rencontrent des difficultés dans l’accomplissement de leurs devoirs, ils cherchent la vérité et échangent sur la vérité pour résoudre leurs problèmes. Sans le vouloir, après plusieurs années à accomplir leurs devoirs, ils récoltent des récompenses manifestes, ils peuvent faire part de certains témoignages d’expérience et possèdent certaines connaissances sur l’œuvre de Dieu et sur Son tempérament. Ainsi, ils apportent des changements à leur tempérament de vie. Actuellement, des Églises, partout, renvoient des personnes malfaisantes, et celles qui provoquent des interruptions et des perturbations. Les personnes qui restent sont généralement celles qui sont capables de continuer à accomplir leurs devoirs, qui ont un certain degré de loyauté et qui accordent de l’importance à la recherche de la vérité pour résoudre les problèmes. Ce genre de personne peut rester ferme dans son témoignage. Vous devez apprendre à appliquer les paroles de Dieu dans la vie réelle et dans les devoirs que vous accomplissez, en les pratiquant et en les utilisant. Puis, lorsque vous rencontrez des problèmes et des difficultés, vous devez chercher la vérité pour les résoudre. De plus, vous devez apprendre à tenir compte des intentions de Dieu lorsque vous accomplissez vos devoirs et vous devez vous efforcer de pratiquer la vérité et de gérer les choses en fonction des principes en toutes choses. Vous devez apprendre à pratiquer l’amour pour Dieu et, avec un cœur qui aime Dieu, prendre en considération Son fardeau et atteindre le point où vous pouvez Le satisfaire. Seuls ceux qui agissent ainsi aiment sincèrement Dieu. En pratiquant de cette manière, même si tu ne comprends pas pleinement la vérité, tu peux malgré tout accomplir tes devoirs convenablement, et non seulement tu peux résoudre ta négligence, mais tu peux aussi apprendre à pratiquer l’amour pour Dieu, te soumettre à Lui et Le satisfaire quand tu accomplis tes devoirs, voilà la leçon de l’entrée dans la vie. Si tu peux pratiquer la vérité et agir selon les principes de cette manière en toutes choses, alors tu entres dans la vérité-réalité et tu auras une entrée dans la vie. Même si tu es très occupé par l’accomplissement de tes devoirs, lorsque tu récolteras les fruits de l’entrée dans la vie, de la croissance dans la vie, et que tu pourras te soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu, tu prendras alors plaisir à accomplir tes devoirs. Tu ne te sentiras pas fatigué, même si tu es très occupé. Tu auras toujours la paix et la joie dans le cœur, et tu te sentiras particulièrement enrichi et calme. Quelles que soient les difficultés qui surviennent, lorsque tu chercheras la vérité, le Saint-Esprit t’éclairera et te guidera. À ce moment-là, tu recevras la bénédiction de Dieu. De plus, que tu sois occupé ou non lors de l’accomplissement de tes devoirs, il est important de faire de l’exercice de manière appropriée et occasionnelle, ainsi que des activités de remise en forme raisonnables. Cela favorisera ta circulation, t’aidera à conserver un niveau d’énergie élevé, et cela peut être efficace pour ce qui est de prévenir certaines maladies professionnelles. C’est très bénéfique pour ce qui est de bien accomplir tes devoirs. Par conséquent, lorsque tu accomplis tes devoirs, si tu peux en tirer de nombreuses leçons, gagner une compréhension de nombreuses vérités, connaître vraiment Dieu et finalement craindre Dieu et t’éloigner du mal, tu seras alors complètement aligné sur Ses intentions. Si tu peux atteindre l’amour pour Dieu, témoigner de Lui et parvenir à être en unité de cœur et de volonté avec Lui, tu suivras le chemin qui consiste à être parfait par Lui. Voilà une personne qui a gagné la bénédiction de Dieu et c’est une chose incroyablement bénie ! Si tu te dépenses sincèrement pour Dieu, tu recevras certainement d’abondantes bénédictions de Lui. Ceux qui ne se dépensent pas pour Dieu et qui n’accomplissent pas leurs devoirs peuvent-ils gagner la vérité ? Peuvent-ils atteindre le salut ? C’est difficile à dire. Toutes les bénédictions ne peuvent être gagnées que par l’accomplissement des devoirs et en faisant l’expérience de l’œuvre de Dieu. C’est en accomplissant ses devoirs que l’on sait comment faire l’expérience de l’œuvre de Dieu et comment faire l’expérience du jugement et du châtiment, de l’émondage, des épreuves et de l’épurement. Voilà les choses qui méritent le plus d’être bénies. Tant qu’une personne aime la vérité et la poursuit, elle finira par gagner la vérité, par changer sa vie-tempérament, par gagner l’approbation de Dieu et par devenir une personne bénie par Lui.

Certaines personnes ne cherchent pas la vérité quand il leur arrive des choses dans l’accomplissement de leurs devoirs, elles vivent constamment en fonction de leurs propres notions et de leur imagination, elles font les choses en fonction de leurs préférences personnelles et elles agissent aveuglément en fonction de leur propre volonté. Par conséquent, elles font beaucoup d’erreurs et retardent le travail de l’Église. Même lorsqu’elles sont émondées, elles n’acceptent pas la vérité et elles continuent de se comporter de manière obstinée et imprudente. Elles perdent donc l’œuvre du Saint-Esprit, et leur croyance en Dieu devient confuse et se trouve plongée dans l’obscurité. Certaines personnes aiment la gloire et le gain, et elles poursuivent le statut. Elles s’occupent avec ces choses sans prendre en compte les intentions de Dieu ni accepter le moindre échange sur la vérité. Elles finissent par être révélées et éliminées, et tombent dans les ténèbres. Certains croyants reconnaissent l’incarnation de Dieu, mais dans leur cœur, ils croient encore uniquement au Dieu céleste et à l’Esprit de Dieu. Ils ont constamment des notions sur le Dieu concret et leur cœur se méfie de Lui, car ils craignent qu’Il saisisse leur être véritable. Ils évitent Dieu à la moindre occasion et quand ils Le voient, ils Le regardent comme s’il s’agissait d’un inconnu. De ce fait, même après plusieurs années de croyance, ils n’ont rien gagné et n’ont pas la moindre foi en Lui. Ils ne se distinguent pas des incrédules. C’est entièrement dû au fait qu’ils ne poursuivent pas la vérité. Certaines personnes veulent constamment voir le Dieu concret. Elles désirent faire plaisir à Dieu et qu’Il élève leur statut pour qu’elles puissent s’imposer à l’Église. Par conséquent, du fait de leur malhonnêteté, de leur manque de franchise, de leur observation constante de l’attitude de Dieu et de leurs spéculations sur Sa signification, elles sont rejetées par Lui. Dieu ne souhaite plus voir de telles personnes. Quel est le but de la croyance en Dieu de ces personnes ? Si Dieu dit tant de vérité, pourquoi examinent-elles Dieu ? Si elles croient en Dieu, pourquoi ne poursuivent-elles pas la vérité ? Pourquoi sont-elles constamment ambitieuses et désireuses, pourquoi cherchent-elles la gloire, le gain, le statut, les bénéfices et les avantages ? Elles ont des motivations malveillantes pour croire en Dieu et les gens trouvent ces personnes insondables. Tous ces comportements sont ceux des incrédules. À proprement parler, quiconque croit en Dieu, mais ne peut accepter la vérité est un incrédule. Seuls ceux qui poursuivent la vérité, qui s’efforcent de bien accomplir leurs devoirs et qui cherchent à satisfaire Dieu croient sincèrement en Dieu et peuvent gagner Son approbation.

Désormais, tous les jours et toutes les années qui passent au cours de votre vie ont de la valeur. Où réside cette valeur ? Quand une personne vient devant le Créateur, quand elle accomplit ses devoirs en tant qu’être créé et gagne la vérité de la part Créateur, elle devient utile aux yeux de Dieu. Contribuer par tes humbles efforts au plan de gestion de Dieu n’est-il pas ce qui rend précieux chaque jour de ta vie ? (Si, en effet.) Voilà la valeur de chaque jour de la vie et c’est une chose précieuse ! Si chaque jour de ta vie a une telle valeur, qu’est-ce qu’un peu de souffrance et quelques maladies lors de l’accomplissement de tes devoirs ? Les gens ne devraient pas se plaindre. Ils ont tant gagné en se trouvant en présence de Dieu. Ils profitent de la grâce, des bénédictions et de la protection invisibles qui surpassent tout ce qu’ils peuvent imaginer et voir. Les gens ont tant reçu. Quelle est l’importance d’une quelconque maladie bénigne ? N’est-ce pas la leçon que les gens devraient en tirer ? Si, par le biais de la maladie, une personne peut comprendre la vérité, parvenir à la soumission à Dieu et Le satisfaire, n’est-ce pas là une autre bénédiction de Sa part ? Parmi ceux qui gagnent leur vie dans le monde, qui ne fait pas l’expérience de maladies physiques ? Qui se soucie que ces gens soient malades ? Personne ne s’en soucie, personne ne pose la question et personne ne leur donne de garanties. Vous qui accomplissez des devoirs dans la maison de Dieu, avez-vous reçu des garanties ? (Oui.) Tous ceux qui se dépensent sincèrement pour Dieu reçoivent des garanties et Ses bénédictions. Quel genre de garanties voyez-vous et reconnaissez-vous ? (Je ne suis plus influencé ou empoisonné par les tendances malfaisantes du monde. Je me suis éloigné des brimades et du mal perpétrés par les non-croyants et je jouis de la protection et des bénédictions de Dieu en toutes choses. Je ne serai plus capturé ou persécuté par le grand dragon rouge. Je vivrai dans la maison de Dieu, j’interagirai avec d’autres frères et sœurs, et mon cœur sera paisible, joyeux et calme. Chaque jour, je mangerai et je boirai la parole de Dieu et échangerai sur la vérité, et mon cœur s’éclaircira de plus en plus. Quand j’aurai compris la vérité, mon cœur sera particulièrement joyeux, mon esprit gagnera la liberté et la libération, et je ne serai plus trompé ou blessé par les gens malfaisants et malhonnêtes. De plus, après avoir été témoin de la protection et des bénédictions de Dieu, je n’aurai plus peur quand des désastres s’abattront sur moi. Mon cœur sera calme et en paix. J’ai mis de côté mes inquiétudes à propos de certaines choses. Par exemple, je ne me demande plus si mes besoins fondamentaux seront satisfaits à l’avenir et si quelqu’un subviendra à mes besoins quand je serai vieux. Vivre en présence de Dieu est une véritable bénédiction et une joie !) Ce à quoi vous goûtez à présent est limité, mais après le grand désastre, vous comprendrez et verrez de nombreuses choses clairement. Tout cela est la protection de Dieu et Sa bénédiction. Actuellement, même si vous faites parfois l’expérience de l’émondage, et si vous traversez des épreuves et un épurement, même si vous faites parfois l’expérience du jugement et du châtiment de Dieu et que vous souffrez à cause de Ses paroles, il s’agit de la souffrance liée à l’atteinte du salut et au fait d’être rendu parfait. Ce n’est pas la même souffrance que celle des non-croyants. Le plus important, c’est qu’en accomplissant tes devoirs dans la maison de Dieu, tu deviennes un être créé utile et que tu vives une vie pleine de valeur et de sens. Au lieu de vivre pour la chair et pour Satan, tu vis pour la poursuite de la vérité et pour satisfaire Dieu. Au cours de l’accomplissement de tes devoirs, tu gagnes une compréhension de nombreuses vérités et des intentions de Dieu. C’est la chose la plus précieuse. Quand tu auras compris la vérité, que tu seras entré dans la vérité-réalité et que tu auras gagné la vérité comme ta vie, tu vivras en présence de Dieu et dans la lumière. À présent, tu accomplis tes devoirs tous les jours et chaque jour que tu vis apporte ses récompenses et a sa valeur. Tu as aussi gagné la vérité et tu vis en présence de Dieu. Est-ce avoir des garanties ? (Oui.) Quelles sont ces garanties ? (De ne pas être capturé par Satan.) Mis à part le fait de ne pas être capturé par Satan, quelle chose est encore plus essentielle ? Dieu t’a créé en tant qu’être humain et à présent, tu peux accomplir ton devoir, comprendre Ses intentions, avoir la vérité-réalité, suivre Son chemin et vivre conformément à Ses intentions. Dieu t’approuve, c’est ton assurance et ta garantie que tu ne seras pas détruit par Lui. N’est-ce pas là le capital de ta vie ? Sans ces choses, es-tu qualifié pour continuer à vivre ? (Non.) Comment acquière-t-on cette qualification ? N’est-ce pas en étant capable d’accomplir les devoirs d’un être créé, en satisfaisant les intentions de Dieu, en suivant Son chemin, ainsi qu’en gagnant la vérité-réalité et en traitant la parole de Dieu comme sa vie ? (Oui.) À cause de ces choses, tu peux adorer Dieu et à Ses yeux, tu es un être créé adéquat. Comment pourrait-Il ne pas t’apprécier ? Quelles sont les personnes que Dieu veut détruire ? Quel genre d’êtres créés sont-elles ? (Des malfaiteurs.) Quiconque fait le mal résiste à Dieu et Lui est hostile. Ces gens sont les ennemis de Dieu et ils seront les premiers à être détruits. Les antéchrists qui rivalisent avec Dieu pour obtenir un statut, les incrédules, ceux qui ont de l’aversion pour la vérité, qui sont hostiles à Dieu, qui ne poursuivent pas la vérité et qui s’opposent à Lui jusqu’au bout, et ceux qui ne peuvent accomplir leur devoir en tant qu’êtres créés dans aucune mesure, sont les gens que Dieu veut détruire. Certaines personnes qui n’accomplissent pas leurs devoirs sont des incrédules. D’autres, même si elles accomplissent leurs devoirs, sont constamment superficielles. Elles sont capables de faire le mal et de provoquer des interruptions, de résister à Dieu et de s’opposer à Lui. De telles personnes peuvent-elles être considérées comme des êtres créés adéquats aux yeux de Dieu ? (Non.) Que finira-t-il par arriver aux êtres créés qui sont jugés inadéquats ? (Dieu les éliminera et les détruira.) La vie des êtres créés qui sont jugés inadéquats a-t-elle de la valeur ? (Non.) Il se peut que ces individus pensent : « Ma vie a de la valeur. Je veux vivre. Je peux faire de bonnes choses dans ma vie ! » Mais aux yeux de Dieu, ils ne peuvent même pas accomplir leur devoir fondamental en tant qu’êtres créés. S’ils ne peuvent pas accomplir leur devoir de manière adéquate, leur vie vaut-elle la peine d’être vécue ? Leur existence a-t-elle de la valeur ? Si leur existence n’a pas de valeur, alors Dieu veut-Il encore d’eux ? (Non.) Que fera Dieu ? Il les éliminera. Les cas moins graves seront mis de côté et remis à des diables impurs et à des esprits malfaisants, tandis que les cas graves recevront une punition et les cas encore plus graves iront jusqu’à la destruction.

Extrait 34

Il y a des gens qui ne veulent pas souffrir du tout dans leurs devoirs, se plaignent toujours chaque fois qu’ils rencontrent un problème et refusent d’en payer le prix. Quel genre d’attitude est-ce là ? C’est une attitude négligente. Si tu accomplis ton devoir de façon négligente et que tu l’abordes avec une attitude irrévérencieuse, quel sera le résultat ? Tu accompliras mal ton devoir, alors que tu as la capacité de l’accomplir correctement : le résultat ne sera pas à la hauteur, et Dieu sera très insatisfait de l’attitude que tu as vis-à-vis de ton devoir. Si tu avais pu prier Dieu, rechercher la vérité et y mettre tout ton cœur et ton esprit, si tu avais pu coopérer de cette manière, alors Dieu aurait tout préparé pour toi à l’avance, si bien que lorsque tu t’occuperais d’affaires, tout se mettrait en place et les résultats seraient bons. Tu n’aurais pas besoin d’employer une grande quantité d’énergie : quand tu aurais fait de ton mieux pour coopérer, Dieu aurait déjà tout arrangé pour toi. Si tu es fuyant et que tu te relâches, que tu ne t’occupes pas correctement de ton devoir et que tu suis toujours le mauvais chemin, Dieu n’agira pas sur toi : tu auras perdu cette chance et Dieu dira : « Tu n’es pas bon, Je ne peux pas t’utiliser. Écarte-toi. Tu aimes être rusé et te relâcher, n’est-ce pas ? Tu aimes être paresseux et être détendu, n’est-ce pas ? Eh bien sois détendu pour toujours ! » Dieu donnera cette grâce et cette chance à quelqu’un d’autre. Qu’en pensez-vous : est-ce une perte ou un gain ? (Une perte.) C’est une perte énorme !

Dieu perfectionne ceux qui L’aiment sincèrement et tous ceux qui poursuivent la vérité, dans une variété d’environnements différents. Il permet aux gens d’expérimenter Ses paroles à travers différents environnements ou épreuves, d’acquérir ainsi une compréhension de la vérité, une vraie connaissance de Lui et finalement, de gagner la vérité. Si tu fais l’expérience de l’œuvre de Dieu de cette manière, ton tempérament de vie changera et tu pourras gagner la vérité et la vie. Qu’avez-vous gagné au cours de ces années d’expérience ? (Beaucoup.) Alors, endurer un peu de souffrance et payer un petit prix dans l’accomplissement de ton devoir n’en vaut-il pas la peine ? Qu’as-tu gagné en retour ? Tu as compris tellement de la vérité ! C’est un trésor inestimable ! Qu’est-ce que les gens veulent gagner en croyant en Dieu ? N’est-ce pas pour gagner la vérité et la vie ? Penses-tu que tu puisses gagner la vérité sans faire l’expérience de ces environnements ? Tu ne le peux absolument pas. Si, lorsqu’il t’arrive des difficultés particulières ou que tu rencontres des environnements particuliers, ton attitude est toujours de les éviter ou de les fuir, d’essayer désespérément de les rejeter et de t’en débarrasser – si tu ne veux pas te mettre à la merci des orchestrations de Dieu, que tu n’es pas disposé à te soumettre à Ses orchestrations et arrangements et que tu ne veux pas laisser la vérité prendre ton contrôle – si tu veux toujours prendre les devants et contrôler tout ce qui te concerne, conformément à ton tempérament satanique, alors les conséquences seront qu’à coup sûr, tôt ou tard, Dieu te mettra de côté ou te livrera à Satan. Si les gens comprennent cette question, ils doivent rapidement faire volte-face et suivre leur chemin de vie selon le chemin correct que Dieu exige. Ce chemin est le bon et quand le chemin est le bon, cela signifie que la direction est la bonne. Il peut y avoir des cahots sur la route et des difficultés pendant cette période, ils peuvent trébucher ou parfois être un peu mécontents et devenir négatifs pendant plusieurs jours. Tant qu’ils peuvent persister dans l’accomplissement de leurs devoirs et ne pas retarder les choses, ces problèmes seront tous insignifiants, mais ils doivent rapidement réfléchir sur eux-mêmes, chercher la vérité pour résoudre ces problèmes, et ils ne doivent absolument pas s’atermoyer, jeter l’éponge, ni renoncer à leurs devoirs. C’est crucial. Si tu te dis : « Être négatif et faible n’est pas un gros problème. C’est une question interne. Dieu ne le sait pas. Et compte tenu de la façon dont j’ai souffert dans le passé et du prix que j’ai payé, Il sera sûrement indulgent envers moi », et si cette faiblesse et cette négativité continuent et que tu ne cherches pas la vérité ou que tu n’apprends pas de leçons dans les environnements que Dieu a orchestrés pour toi, tu perdras encore et encore tes chances et par conséquent, tu manqueras, tu saboteras et tu ruineras toutes les opportunités dans lesquelles Dieu avait l’intention de te perfectionner. Quelle en sera la conséquence ? Ton cœur deviendra de plus en plus sombre, tu ne sentiras plus Dieu dans tes prières et tu deviendras négatif à tel point que tes pensées seront remplies de mal et de trahison. Ensuite, tu seras pris au piège d’une misère extrême, te sentant complètement impuissant et profondément bouleversé. Tu auras le sentiment que tu n’as ni chemin ni direction et que tu ne peux voir aucune lumière ni trouver aucun espoir. N’est-il pas fatigant de vivre ainsi ? (Si.) Ceux qui ne suivent pas le chemin lumineux de la poursuite de la vérité vivront pour toujours sous le pouvoir de Satan, dans le péché et les ténèbres perpétuels et sans espoir. Pouvez-vous comprendre le sens de ces paroles ? (Je dois poursuivre la vérité et accomplir mon devoir de tout mon cœur et de tout mon esprit.) Lorsqu’un devoir t’incombe et t’est confié, ne cherche pas à éviter de faire face aux difficultés : si quelque chose est difficile à gérer, ne le mets pas de côté et ne l’ignore pas. Tu dois t’y confronter. Tu dois à tout moment te rappeler que Dieu est avec les gens, qu’il leur suffit de Le prier et de Le rechercher en cas de difficultés et qu’avec Dieu rien n’est difficile. Il faut que tu aies cette foi. Puisque tu crois que Dieu est le Souverain de toutes choses, pourquoi as-tu quand même peur quand il t’arrive quelque chose et sens que tu n’as rien sur quoi t’appuyer ? Cela prouve que tu ne comptes pas sur Dieu. Si tu ne Le prends pas comme soutien et comme Dieu, alors Il n’est pas ton Dieu. Dans la vraie vie, quelles que soient les situations que tu rencontres, tu dois à tout moment te présenter devant Dieu pour prier et chercher la vérité. Même si tu comprends la vérité et que tu gagnes quelque chose sur un seul sujet chaque jour, cela n’aura pas été du temps perdu ! Pendant combien de temps dans une journée êtes-vous capable de vous présenter devant Dieu en ce moment ? Combien de fois par jour te présentes-tu devant Dieu ? As-tu atteint un quelconque résultat ? Si une personne se présente rarement devant Dieu, son esprit sera desséché et très sombre. Quand tout va bien, les gens s’éloignent de Dieu et L’ignorent, ne Le recherchant que lorsque des difficultés surgissent. Est-ce croire en Dieu ? Est-ce là l’expérience de l’œuvre de Dieu ? Ce sont les manifestations des incrédules. Avec ce genre de croyance en Dieu, il est impossible de gagner la vérité et la vie.

Quand les gens ne comprennent pas ou ne pratiquent pas la vérité, ils vivent souvent au milieu des tempéraments corrompus de Satan. Ils vivent dans divers pièges sataniques, réfléchissant à leur avenir, leur fierté, leur statut et leurs autres intérêts personnels et se creusant les méninges sur ces choses. Mais si tu adoptes cette attitude dans ton devoir, dans ta quête et ta poursuite de la vérité, tu peux gagner la vérité. Par exemple, tu te creuses les méninges pour un gain personnel insignifiant, tu y réfléchis soigneusement et méticuleusement, en planifiant tout à la perfection, en y mettant beaucoup de réflexion et d’énergie. Si tu mettais cette même énergie à accomplir ton devoir et à rechercher la vérité pour résoudre les problèmes, tu verrais que Dieu aurait une attitude différente envers toi. Les gens se plaignent constamment de Dieu : « Pourquoi est-Il bon pour les autres mais pas pour moi ? Pourquoi ne m’éclaire-t-Il jamais ? Pourquoi suis-je toujours faible ? Pourquoi ne suis-je pas aussi bon qu’eux ? » Pourquoi cela ? Dieu ne fait pas de favoritisme. Si tu ne te présentes pas devant Dieu et que tu veux toujours résoudre par toi-même les choses qui t’arrivent, Il ne t’éclairera pas. Il attendra que tu viennes Le prier et Le supplier, puis Il te l’accordera. Quel genre de personnes Dieu aime-t-Il ? Qu’est-ce que Dieu attend que les gens Lui demandent ? Veut-Il qu’Ils demandent de l’argent, du confort, de la réputation, du gain et du plaisir, comme ces gens sans scrupule ? Dieu n’aime pas que les gens Lui demandent de telles choses. Ceux qui recherchent ces choses auprès de Dieu sont sans scrupule, ils sont les plus vils de tous les hommes et Dieu ne les veut pas. Il veut des gens qui soient capables de se réveiller du péché, et de chercher et d’accepter de Lui la vérité : voilà le genre de personnes qu’Il trouve acceptables. Tu dois prier comme ceci : « Ô mon Dieu, j’ai été profondément corrompu par Satan et je vis souvent au milieu de mes tempéraments corrompus. Je suis incapable de surmonter les diverses tentations de la réputation et du statut, et je ne sais pas comment les gérer. Je manque de compréhension des vérités-principes. Je Te supplie de m’éclairer et de me guider » et « Je suis prêt à accomplir mon devoir, mais je sens que je ne suis pas à la hauteur : d’une part, ma stature est trop petite et d’autre part, je manque de compréhension dans ce domaine. J’ai peur de ne pas bien faire les choses. Je Te supplie de me guider et de m’aider. » Dieu attend que tu viennes chercher la vérité. Lorsque tu te présenteras devant Dieu en cherchant avec un cœur honnête, Il t’éclairera et t’illuminera, et alors tu auras un chemin et tu sauras comment accomplir ton devoir. Si tu fais toujours des efforts pour la vérité, que tu présentes ton véritable état devant Dieu dans la prière et que tu Lui demandes Sa guidance et Sa grâce, alors de cette façon tu en viendras progressivement à comprendre et pratiquer la vérité et ce que tu vis aura une ressemblance humaine, une humanité normale et la vérité-réalité. Si tu ne tiens pas compte des intentions de Dieu, que tu ne poursuis pas la vérité et que souvent, tu planifies, envisages, réfléchis et travailles dur – et même, donnes ta vie – pour tes divers intérêts, faisant tout mon possible pour eux, alors tu pourras gagner le respect des gens ainsi que différents avantages et différentes formes de fierté, mais qu’est-ce qui est le plus important, ces choses, ou la vérité ? (La vérité.) Les gens comprennent cette doctrine, mais ils ne poursuivent pas la vérité, ils n’accordent de la valeur qu’à leurs propres intérêts et à leur statut. Alors, le comprennent-ils vraiment, ou est-ce une incompréhension ? (C’est une incompréhension.) En réalité, ils sont stupides. Ils ne voient pas clairement la question. Quand ils seront capables de voir cela clairement, ils auront gagné un peu de stature. Pour cela, il faut qu’ils poursuivent la vérité, qu’ils consacrent des efforts à la parole de Dieu : ils ne peuvent pas être confus et insouciants. Si tu ne poursuis pas la vérité et que vient le jour où Dieu dira : « Dieu a fini de prononcer Ses paroles, Il ne veut plus rien dire à cette l’humanité et plus rien faire, et le temps est venu d’inspecter le travail de l’homme », alors tu es destiné à être éliminé. Peu importe à quel point tes soutiens sont puissants, le nombre de dons et de talents que tu possèdes, ton niveau d’études, ton prestige et l’importance de ta position dans ce monde, aucune de ces choses ne servira à quoi que ce soit. À ce moment-là, tu te rendras compte de la valeur et de l’importance de la vérité, tu comprendras que si tu n’as pas obtenu la vérité, tu n’as rien à faire avec Dieu et tu sauras combien il est pitoyable et tragique de croire en Dieu sans gagner la vérité. De nos jours, beaucoup de gens en ont déjà un vague sentiment dans leur cœur, mais ce sentiment n’a pas encore éveillé en eux la détermination à poursuivre la vérité. Ils n’ont pas ressenti le caractère précieux et l’importance de la vérité au plus profond de leur cœur. Un peu de conscience ne suffit pas : il faut vraiment voir clairement l’essence de cette question. Lorsque tu le feras, tu sauras quel aspect de la vérité utiliser pour résoudre ce problème. Seule la vérité peut résoudre les diverses difficultés auxquelles les gens sont confrontés et résoudre leurs diverses pensées déformées, leurs visions étroites, leurs tempéraments dépravés, ainsi que divers problèmes liés à la corruption. En poursuivant simplement la vérité et en utilisant continuellement la vérité pour résoudre les problèmes, vous serez en mesure de vous débarrasser de vos tempéraments corrompus et de parvenir à la soumission à Dieu. Si vous ne comptez que sur les méthodes humaines et la retenue humaine pour résoudre les problèmes qui vous arrivent, vous ne pourrez jamais résoudre ces difficultés et ces tempéraments corrompus. Certains disent : « Si je lis davantage les paroles de Dieu et que je passe plusieurs heures chaque jour à les lire, serais-je capable à coup sûr d’obtenir un changement de tempérament ? » Cela dépend de la façon dont tu lis les paroles de Dieu et si tu peux comprendre la vérité et la mettre en pratique. Si tu fais les choses que pour la forme en lisant Ses paroles et ne poursuis pas la vérité, alors tu n’obtiendras pas la vérité et si tu n’obtiens pas la vérité, ton tempérament de vie ne changera absolument pas. En résumé, on doit absolument poursuivre la vérité, et l’on doit poursuivre la vérité et la pratiquer afin de parvenir à un changement de tempérament. Lire simplement les paroles de Dieu sans pratiquer la vérité ne suffira jamais. Être comme les pharisiens, dont la spécialité était de prêcher aux autres la parole de Dieu et de leur dire comment la mettre en pratique, mais qui ne le faisaient pas eux-mêmes, c’est le mauvais chemin. Dieu exige que les gens lisent davantage Sa parole afin qu’ils puissent comprendre la vérité, pratiquer la vérité et vivre la vérité-réalité. Quand Dieu demande aux gens d’entrer dans la vérité-réalité, de suivre Sa voie et de suivre le bon chemin dans la vie de poursuite de la vérité, c’est directement lié à Son exigence de voir les gens pratiquer en consacrant tout leur cœur et toutes leurs forces à l’accomplissement de leurs devoirs. En suivant Dieu, les gens doivent faire l’expérience de Son œuvre à travers l’accomplissement de leurs devoirs afin d’être en mesure d’obtenir le salut et d’être perfectionnés.

Extrait 35

À présent, les choses qui t’arrivent et qui ne concordent pas avec tes notions peuvent-elles affecter l’accomplissement de ton devoir ? Par exemple, il arrive que la charge de travail devienne importante, et que cela exige d’endurer des souffrances et de payer un certain prix pour bien accomplir ses devoirs. Certains développent alors des notions dans leur esprit et de la résistance émerge en eux, et il se peut qu’ils deviennent négatifs et se relâchent dans leur travail. Il arrive aussi qu’il y ait moins de travail, et que les devoirs deviennent plus faciles à accomplir, alors certains se sentent heureux et pensent : « Ce serait formidable si accomplir mon devoir était toujours aussi simple. » Quel genre de personnes sont ces gens ? Ce sont des individus paresseux qui sont avides des conforts de la chair. Ces gens-là sont-ils loyaux dans l’accomplissement de leurs devoirs ? (Non.) Ces gens-là prétendent vouloir se soumettre à Dieu, mais leur soumission est assortie de conditions : ils ne se soumettent que si les choses correspondent à leurs propres notions et ne leur causent aucune souffrance. S’ils sont confrontés à l’adversité et doivent endurer des souffrances, ils se plaignent beaucoup, et même, ils se rebellent contre Dieu et s’opposent à Lui. Quel genre de personnes sont ces gens ? Ce sont des gens qui n’aiment pas la vérité. Quand les actes de Dieu concordent avec leurs propres notions et désirs, et qu’ils n’ont pas à endurer de souffrances ni à payer un prix, ils sont capables de se soumettre. Mais si l’œuvre de Dieu n’est pas en phase avec leurs notions et leurs préférences, et qu’elle exige qu’ils endurent des souffrances et paient un prix, ils sont incapables de se soumettre. Même s’ils ne s’y opposent pas ouvertement, dans leur cœur, ils résistent et sont contrariés. Ils considèrent qu’ils endurent de grandes souffrances et dans leur cœur, ils nourrissent des plaintes. De quel genre de problème s’agit-il ? Cela montre qu’ils n’aiment pas la vérité. La prière, les serments ou les résolutions peuvent-ils résoudre ce problème ? (Non.) Alors, comment ce problème doit-il être résolu ? Tout d’abord, tu dois comprendre les intentions de Dieu et Ses exigences, et comprendre ce qu’est la vraie soumission. Tu dois savoir ce que sont la rébellion et l’opposition, réfléchir aux tempéraments corrompus qui t’empêchent de te soumettre à Dieu, et de percevoir ces choses. Si tu aimes la vérité, tu seras capable de te rebeller contre la chair, en particulier tes préférences charnelles, de pratiquer alors la soumission à Dieu, et d’agir selon Ses exigences. De cette manière, tu seras en mesure de résoudre ta corruption et ta rébellion et de parvenir à la soumission à Dieu. Si tu ne comprends pas la vérité, tu seras incapable de percevoir ces choses, incapable de discerner tes états intérieurs, et incapable de percevoir les choses qui empêchent ta soumission à Dieu. Par conséquent, il te sera impossible de te rebeller contre la chair et de pratiquer la soumission à Dieu. Si une personne ne peut même pas se rebeller contre ses préférences charnelles, il lui sera très difficile de parvenir à la loyauté dans l’accomplissement de son devoir. Peut-on considérer que ce genre de personne se soumet à Dieu ? Sans loyauté, les gens peuvent-ils accomplir leurs devoirs de façon satisfaisante ? Peuvent-ils satisfaire aux exigences de Dieu ? Certainement pas. Si une personne veut accomplir son devoir de façon satisfaisante, elle doit, à tout le moins, être capable de pratiquer la vérité et de se soumettre vraiment à Dieu. Si quelqu’un ne peut pas se rebeller contre ses préférences charnelles, alors il ne peut pas mettre la vérité en pratique. Si tu agis constamment selon ta propre volonté, alors tu ne te soumets pas à Dieu. Même si, occasionnellement, tu te soumets à Lui, c’est conditionnel : tu ne peux te soumettre que lorsque les choses concordent avec tes propres notions et lorsque tu es de bonne humeur. Si les actes de Dieu ne concordent pas avec tes notions, si le devoir que Dieu arrange et les environnements qu’Il orchestre pour toi t’occasionnent de grandes difficultés, une forte gêne, ou un fort sentiment de mécontentement, seras-tu encore capable de te soumettre ? Il te sera difficile de te soumettre ; tu trouveras de nombreuses raisons pour te rebeller contre Dieu et t’opposer à Lui. Même après une introspection ultérieure, il ne sera pas facile pour toi de te rebeller contre la chair, car se rebeller contre la chair n’est pas chose facile. Comment se rebeller contre la chair ? Naturellement, on doit chercher la vérité. On doit également reconnaître son essence corrompue et sa laideur corrompue, au point de se haïr, et de haïr ses préférences charnelles et l’essence de la chair. C’est seulement alors que l’on aura la volonté de se rebeller contre la chair. Si l’on ne comprend pas la vérité, on ne sera pas capable de haïr les choses charnelles, et sans haine, il est impossible de se rebeller contre la chair. Par conséquent, il est nécessaire de prier Dieu et de s’en remettre à Lui pour avoir un chemin à suivre. Sans la vérité, les gens manquent de force et ne peuvent pas la mettre en pratique, même s’ils le souhaitent. On doit absolument prier Dieu et s’en remettre à Lui.

Certains ne poursuivent pas la vérité ; ils ne sont avides que des conforts de la chair, et ne sont pas disposés à endurer des souffrances pour atteindre la vérité. Chaque fois qu’ils font face à des difficultés, même mineures, ils se plaignent et blâment Dieu, et ils ne cherchent pas la vérité pour les résoudre. Ils prient aussi Dieu en disant : « Ô Dieu, Ton identité et Ton essence sont si nobles. Je ne suis pas digne de T’aimer, mais je désire me soumettre à Toi. Quelle que soit la situation, je désire me soumettre à Toi. Puisses-Tu me guider, m’illuminer et m’éclairer. Si je ne parviens pas à T’aimer et à me soumettre à Toi véritablement, je Te prie de scruter et de me punir. Que Ton jugement vienne sur moi. » Après avoir prié de cette manière, ils se sentent plutôt bien par rapport à cette question, mais cela n’est-il pas simplement un tas de paroles creuses ? Les problèmes peuvent-ils être résolus par des prières constantes faites des paroles creuses et par la récitation continue de quelques formules et doctrines ? (Non.) Lorsqu’une personne prie en employant des paroles creuses, de quel genre de problème s’agit-il ? N’y a-t-il pas là une nature un peu trompeuse ? Est-ce utile de prier ainsi devant Dieu ? N’est-ce pas duper Dieu que d’être paresseux et incapable d’endurer la souffrance, tout en étant avide des conforts de la chair, de connaître la vérité mais d’être incapable de s’y soumettre, de connaître son devoir mais d’y manquer, et de parler de son désir d’aimer Dieu tout en sachant que l’on n’a pas donné tout son cœur et toutes ses forces ? Il n’y a rien que Dieu a plus en horreur que les prières de cérémonie religieuse. Dieu n’accepte les prières que lorsqu’elles sont sincères. Si tu n’as rien de sincère à dire, alors garde le silence ; ne viens pas constamment devant Dieu en prononçant de fausses paroles ou en faisant aveuglément des serments pour Le tromper. N’évoque pas à quel point tu L’aimes, à quel point tu désires Lui être loyal. Si tu es incapable de réaliser tes souhaits, s’il te manque cette détermination et cette stature, tu ne dois absolument pas venir devant Dieu et prier ainsi. C’est ridiculiser Dieu. Qu’est-ce que ridiculiser signifie ? Ridiculiser signifie se moquer de quelqu’un, jouer avec lui. Quand les gens viennent devant Dieu pour prier avec ce genre de tempérament, alors il s’agit là, à tout le moins, de tromperie. Dans le pire des cas, si tu fais cela souvent, alors tu as un caractère profondément vil. Si Dieu devait te condamner, Il appellerait cela du blasphème ! Les gens n’ont pas un cœur qui craint Dieu, ils ne savent pas comment craindre Dieu, ou comment L’aimer et Le satisfaire. Si la vérité n’est pas claire pour eux, ou s’ils ont des tempéraments corrompus, Dieu fermera les yeux. Mais ils viennent devant Dieu tout en vivant dans leurs tempéraments corrompus et ils traitent Dieu avec les méthodes des non-croyants consistant à duper les autres, et ils s’agenouillent « solennellement » devant Lui en prière, usant de ces paroles pour essayer de duper Dieu. Quand ils ont fini de prier, non seulement ils n’éprouvent pas de culpabilité, mais ils n’ont pas non plus conscience de la gravité de leurs actes. Dans ces conditions, Dieu est-Il avec eux ? Dieu n’est pas avec eux. Si quelqu’un est totalement dépourvu de la présence de Dieu, peut-il obtenir Son éclairage et Son illumination ? Peut-il être éclairé au sujet de la vérité ? (Non.) Alors il est en difficulté. Avez-vous prié ainsi de nombreuses fois ? Ne le faites-vous pas souvent ? (Si.) Quand les gens demeurent trop longtemps dans le monde séculier, ils empestent la puanteur de la société, leur nature méprisable devient trop importante, et ils deviennent imprégnés de poisons et de philosophies sataniques ; ce qui sort de leur bouche sont des paroles hypocrites et trompeuses, et leurs prières sont pleines de paroles creuses et de formules et doctrines, dépourvues de tout discours émanant du cœur ou parlant de leurs difficultés réelles. Ils font sans arrêt appel à Dieu pour leurs préférences personnelles et ils recherchent Ses bénédictions. Leur cœur cherche rarement la vérité, et ils ne prient pas avec un cœur soumis à Dieu. De telles prières ne font que révéler tromperie et hypocrisie. Ces gens ont des tempéraments gravement corrompus, ils sont simplement devenus des démons vivants. Quand ils viennent devant Dieu dans la prière, ils ne parlent pas avec des paroles humaines ou qui viennent du cœur. Au lieu de cela, ils apportent la tromperie et l’hypocrisie de Satan devant Dieu. Cela n’offense-t-il pas le tempérament de Dieu ? Dieu peut-Il écouter de telles prières ? Dieu a de l’aversion pour de tels individus et Il ne les aime certainement pas. On peut dire que de telles prières sont des tentatives pour tromper et duper Dieu. Ces gens-là ne cherchent pas du tout la vérité, ni ne parlent avec leur cœur ou se confient à Dieu. Leurs prières sont incompatibles avec les intentions et les exigences de Dieu. La source de cela tient davantage à la nature humaine qu’à une révélation momentanée de corruption. Ces gens-là pensent : « Eh bien, je ne vois pas ni ne sens pas Dieu, et je ne sais pas où est Dieu. Je vais simplement dire à Dieu quelques paroles au hasard, qui sait, même, s’Il écoute. » Ils prient Dieu l’esprit empreint de scepticisme et avec l’idée de Le tester : quel genre de sentiment éprouveront-ils après avoir prié de cette façon ? N’est-ce pas encore de la vacuité ? Être entièrement dépourvu de sentiments n’est-il pas problématique ? La prière est bâtie sur le fondement de la foi. C’est prier Dieu dans son cœur, parler à Dieu avec son cœur, Lui ouvrir son cœur et chercher la vérité auprès de Lui. Quand une personne prie de cette manière, elle ressent une paix intérieure et la présence de Dieu. C’est Dieu qui l’écoute, invisible. À chaque fois qu’une personne prie Dieu avec son cœur comme cela, elle a l’impression de L’avoir personnellement rencontré. Sa foi sera renforcée, sa relation à Dieu deviendra plus intime et elle se rapprochera de Lui. Elle éprouvera un sentiment de satisfaction et sera particulièrement inébranlable dans son cœur. Voilà les véritables sentiments qui naissent après la prière. En psalmodiant des prières religieuses, les gens ne font qu’agir machinalement. Ils répètent les mêmes phrases au quotidien, au point de ne plus avoir envie de les dire. Après de telles prières, ils ne ressentent rien et absolument aucun résultat n’est atteint. Ces gens-là peuvent-ils avoir la vraie foi ? C’est impossible.

Certains ne sont pas loyaux dans l’accomplissement de leurs devoirs. Ils sont en permanence superficiels, ou ils ont l’impression que leurs devoirs sont trop difficiles et fatigants. Ils ne veulent pas se soumettre, ils désirent constamment y échapper et les refuser, et ils veulent toujours accomplir des devoirs qui sont plus faciles, qui ne les exposent pas aux éléments, qui ne comportent aucun risque, et qui leur permettent les conforts charnels. Dans leur cœur, ils savent qu’ils sont paresseux, avides des conforts de la chair et incapables d’endurer des souffrances. Cependant, ils n’expriment jamais à quiconque leurs véritables pensées, craignant qu’on se moque d’eux. Ils disent tout haut : « Je dois accomplir mon devoir correctement et être loyal envers Dieu », et quand ils ne font rien de bien, ils disent à tout le monde : « Il n’y a aucune humanité ni aucune loyauté dans l’accomplissement de mon devoir. » Pourtant, dans la réalité, ce n’est pas du tout ce qu’ils pensent. Quand une personne est dans un tel état, comment peut-elle prier avec raison ? Le Seigneur Jésus a dit qu’il faut adorer Dieu avec son cœur et honnêtement. Quand tu te présentes devant Dieu, ton cœur doit être honnête et dépourvu d’hypocrisie. Ne dis pas une chose devant les autres alors que tu penses différemment dans ton cœur. Si tu te présentes devant Dieu en affichant une façade, en débitant de belles et agréables paroles comme si tu essayais d’écrire un essai, n’est-ce pas là tromper Dieu ? En conséquence, Dieu verra que tu ne L’adores pas avec ton cœur et honnêtement. Il verra que ton cœur n’est pas honnête, qu’il est extrêmement sinistre et malveillant, et que tu as de mauvaises intentions, et Il t’abandonnera. Donc, comment les gens doivent-ils prier au sujet des choses qui leur arrivent fréquemment et des problèmes qu’ils rencontrent souvent dans leur vie quotidienne ? Ils doivent apprendre à parler à Dieu avec leur cœur. Tu dis : « Ô Dieu, je trouve ce devoir si épuisant. Je suis avide des conforts de la chair, paresseux et hostile au dur labeur. Je ne peux pas offrir ma loyauté au devoir que Tu m’as confié, et je ne peux même pas l’accomplir de toutes mes forces. Je veux toujours y échapper et le refuser, et je suis toujours superficiel. Je Te prie de me discipliner. » Ne s’agit-il pas là de paroles vraies ? (Oui.) Oses-tu parler de la sorte ? Tu as peur de ce qui pourrait se passer si Dieu te disciplinait vraiment un jour après avoir tenu ces propos, et tu deviens craintif, tu es toujours à cran et paranoïaque. Quand les gens accomplissent leurs devoirs, ils veulent toujours éviter les difficultés. Ils sont avides des conforts de la chair et veulent se rétracter quand ils sont confrontés à des difficultés mineures, quand il faut faire des efforts, ou quand ils se sentent un peu fatigués. Ils ne font que ce qu’ils ont envie de faire, et quand ils éprouvent un peu de souffrance, ils se demandent : « Dieu le sait-Il ? S’en souviendra-t-Il ? Après avoir enduré de si grandes souffrances, est-ce que je recevrai une quelconque récompense à l’avenir ? » Ces gens-là cherchent toujours un résultat. Ces problèmes doivent tous être résolus. Dans le passé, J’ai chargé quelqu’un de transmettre un message et quand il est revenu pour M’en rendre compte, il a d’abord parlé de ses exploits. Il a expliqué comment il avait résolu le problème, en évoquant à quel point il s’en était inquiété et avait dû en parler, à quel point il avait été difficile de gérer cette personne, et la quantité de belles paroles qu’il avait dû employer avec elle, pour enfin finir la tâche. Il ne cessait de s’en attribuer le mérite et d’en parler. Quelle en est l’implication sous-jacente ? « Tu dois me louer, me faire une promesse et me dire quelles récompenses j’obtiendrai dans le futur. » Il cherchait ouvertement une récompense. Dites-Moi, cette petite tâche mérite-t-elle des éloges ? Quel est ce tempérament qui consiste à rechercher constamment les éloges pour avoir accompli un peu de son devoir ? N’est-ce pas là la nature de Satan ? Il s’attendait à des éloges et à des récompenses pour cette petite tâche. Cela ne signifie-t-il pas que s’il devait entreprendre des tâches importantes ou accomplir un grand travail, son comportement serait encore pire ? S’il ne pouvait pas obtenir l’approbation et la bénédiction de Dieu, se rebellerait-il ? Monterait-il au troisième ciel pour argumenter avec Dieu ? Alors, quel chemin suit-il dans sa croyance en Dieu ? (Le chemin des antéchrists.) Le chemin des antéchrists, tout comme Paul. Paul a toujours cherché des récompenses et un statut auprès de Dieu. Si Dieu ne l’accordait pas, il devenait négatif et il se relâchait dans son travail, s’opposant au Seigneur et Le trahissant. Dites-Moi, quel genre de personne veut une récompense après avoir enduré un peu de difficultés dans son devoir ? (Une personne malfaisante) Son humanité est très malfaisante. Les gens ordinaires ont-ils en eux ces états ? Chaque personne a ces états. La nature-essence est la même pour tous, c’est juste que certaines personnes ne la montrent pas aussi fortement. Elles possèdent la rationalité et savent que de telles actions et pensées sont mauvaises, et qu’elles ne peuvent pas solliciter de Dieu des récompenses. Mais que faire d’un tel état ? Il faut chercher la vérité pour le résoudre. Quel aspect de la vérité peut résoudre cet état ? Il est crucial pour une personne de savoir qui elle est, dans quelle position elle devrait se trouver, quel chemin elle devrait suivre et quel genre de personne elle devrait être. On devrait, au minimum, savoir ces choses-là. Si une personne ne connaît même pas ces choses, elle est loin de comprendre la vérité, de pratiquer la vérité ou de poursuivre le salut.

Lorsqu’il s’agit d’accomplir des devoirs particuliers ou des devoirs plus pénibles et fatigants, les gens doivent, d’une part, toujours réfléchir à la façon d’accomplir ces devoirs, aux difficultés qu’ils doivent endurer et à la façon dont ils doivent s’en tenir à leurs devoirs et se soumettre. D’autre part, les gens doivent également examiner les adultérations qui se trouvent dans leurs intentions et la manière dont elles font obstacle à l’accomplissement de leurs devoirs. Les gens naissent avec une aversion pour les difficultés ; pas un seul individu ne tire de l’enthousiasme ou de la joie de la souffrance. De telles personnes n’existent pas. C’est dans la nature de la chair de l’homme de se sentir inquiet et affligé dès que sa chair endure des difficultés. Mais combien de difficultés devez-vous endurer à présent dans le devoir que vous accomplissez ? Vous devez seulement endurer de vous sentir un peu fatigué et de travailler un peu plus dur. Si tu ne peux même pas endurer ces quelques difficultés, peux-tu être considéré comme étant déterminé ? Peux-tu être considéré comme quelqu’un qui croit sincèrement en Dieu ? (Non.) Cela ne fera pas l’affaire. Lorsque tu accomplis ton devoir dans la maison de Dieu, personne ne te supervise. Tout dépend de ta prise d’initiative. Dans la maison de Dieu, il y a des arrangements de travail et des systèmes, et c’est aux individus de compter sur leur foi, sur leur conscience et leur raison. Seul Dieu scrute si tu fais bien ou non ton devoir. Si en accomplissant leur devoir, en interagissant avec les autres, les évènements et les choses qui les entourent, les gens n’ont pas conscience du tempérament corrompu qu’ils révèlent et n’en ressentent aucune culpabilité, est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? (C’est une mauvaise chose.) Pourquoi est-ce considéré comme une mauvaise chose ? La conscience et la raison de l’homme ont un standard minimum. Si tu es dépourvu de conscience et ne peux pas t’empêcher de faire de mauvaises choses, ou de restreindre ton comportement, si tu agis d’une manière qui viole les décrets administratifs et les principes, et qui manque d’humanité, mais que ton cœur est dépourvu de culpabilité, cela ne manque-t-il pas d’une base morale ? N’est-ce pas être dépourvu de conscience ? (Si.) Quand vous faites quelque chose de mal, ou violez les principes, ou quand vous n’êtes pas loyaux dans l’accomplissement de votre devoir sur une longue période, en avez-vous habituellement conscience ? (Oui.) Alors, ta conscience peut-elle te restreindre et te faire faire des choses selon ta conscience et ta raison, et conformément aux vérités-principes ? Si tu es quelqu’un qui comprend la vérité, peux-tu passer d’agir en fonction de ta conscience à agir conformément aux vérités-principes ? Si tu en es capable, tu peux être sauvé. Être capable d’endurer des souffrances dans l’accomplissement de son devoir n’est pas une tâche facile, pas plus qu’il n’est facile de bien accomplir un travail particulier. Il est certain que la vérité des paroles de Dieu est à l’œuvre dans les gens qui peuvent faire ces choses. Ce n’est pas qu’ils soient nés sans la crainte des difficultés et sans fatigue. Où pourrait-on trouver une telle personne ? Ces gens ont tous une certaine motivation, et ils ont un peu de la vérité des paroles de Dieu comme fondement. Lorsqu’ils prennent leurs devoirs, leurs perspectives et leurs points de vue changent : il leur devient plus facile d’accomplir leurs devoirs, et les difficultés charnelles et la fatigue qu’ils endurent commencent à leur sembler insignifiantes. Ceux qui ne comprennent pas la vérité et dont les perspectives sur les choses n’ont pas changé vivent selon les idées et les notions humaines, les désirs égoïstes et les préférences personnelles, de sorte qu’ils sont réticents et peu disposés à accomplir leurs devoirs. Par exemple, lorsqu’il s’agit de faire un travail sale et fatigant, certains disent : « Je vais obéir aux arrangements de la maison de Dieu. Quel que soit le devoir que l’Église me confie, je l’accomplirai, qu’il soit sale ou fatigant, impressionnant ou banal. Je n’ai pas d’exigences, et je l’accepterai comme étant mon devoir. C’est la commission que Dieu m’a confiée, et un peu de saleté et de fatigue sont les difficultés que je dois endurer. » Par conséquent, lorsqu’ils sont engagés dans leur travail, ils ne se sentent pas du tout éprouvés. Alors que d’autres peuvent trouver le travail sale et fatigant, ils le trouvent facile, parce que leur cœur est calme et n’est pas perturbé. Ils le font pour Dieu, donc ils n’ont pas l’impression que c’est difficile. Certains individus considèrent le travail sale, fatigant ou banal comme une insulte à leur statut et à leur caractère. Ils pensent que cela veut dire que les autres ne les respectent pas, les malmènent ou les méprisent. En conséquence, même lorsqu’ils sont confrontés aux mêmes tâches et à la même charge de travail, ils trouvent que c’est pénible. Quoi qu’ils fassent, ils éprouvent du ressentiment dans leur cœur, et ils sentent que les choses ne sont pas comme ils voudraient qu’elles soient ou qu’elles ne sont pas satisfaisantes. À l’intérieur, ils sont emplis de négativité et de résistance. Pourquoi sont-ils négatifs et résistants ? Quelle en est la source ? Le plus souvent, c’est parce que l’accomplissement de leurs devoirs ne leur rapporte pas de salaire ; ils ont l’impression de travailler gratuitement. S’il y avait des récompenses, cela pourrait être acceptable pour eux, mais ils ne savent pas s’ils les obtiendront ou non. Par conséquent, les gens estiment qu’il ne vaut pas la peine d’accomplir des devoirs, car cela équivaut à travailler pour rien. Ils deviennent alors souvent négatifs et résistants lorsqu’il s’agit d’accomplir des devoirs. N’est-ce pas le cas ? Pour parler franchement, ces gens sont réticents à accomplir des devoirs. Puisque personne ne les force, pourquoi continuent-il à venir pour accomplir leurs devoirs ? C’est parce qu’ils se forcent : à cause de leur désir d’obtenir des bénédictions et d’entrer dans le royaume des cieux, ils n’ont d’autre choix que d’accomplir leurs devoirs. Cela manifeste à quel point ils sont bloqués. C’est leur état d’esprit qui les pousse à essayer de conclure un accord avec Dieu. Certains se demandent comment ces gens-là peuvent résoudre le problème de la négativité et de la résistance dans leur cœur. Ce problème ne peut être résolu qu’en échangeant sur la vérité. S’ils n’aiment pas la vérité, peu importe la façon dont on échange sur la vérité avec eux, ils seront incapables de l’accepter. Dans ce cas, ce sont des incrédules, et ils ont été révélés. Parce qu’ils veulent conclure des accords et ne feront rien à moins que cela ne leur profite, si Dieu leur promet des récompenses et l’entrée dans le royaume des cieux, et qu’Il leur écrit une garantie, ils accompliront certainement leurs devoirs avec enthousiasme. En réalité, la promesse de Dieu est ouverte, et ceux qui poursuivent la vérité peuvent l’obtenir, mais ceux qui ne poursuivent pas la vérité en sont incapables. Ce n’est pas qu’ils ignorent la promesse de Dieu ; c’est juste que, dans leur cœur, elle semble intangible et incertaine. Pour eux, la promesse de Dieu est comme un chèque en bois : ils ne sont pas capables d’y croire, ils n’ont pas vraiment foi en elle, et il n’y a rien qui puisse être fait à ce sujet. Ils désirent des choses tangibles, et si vous deviez leur verser un salaire, ils seraient sûrement stimulés. Cependant, ceux qui n’ont ni conscience ni raison ne sont pas nécessairement stimulés ; ils sont très misérables. S’ils étaient employés dans le monde séculier, ils ne travailleraient pas avec diligence, ils seraient fuyants et tire-au-flanc, et certainement licenciés. C’est simplement un problème de nature. Pour ceux qui sont constamment superficiels dans l’accomplissement de leurs devoirs, la seule solution est de les exclure et de les éliminer. Il n’y a pas d’autre moyen pour ceux qui n’acceptent pas la vérité. Leurs excuses et leurs justifications sont toutes déraisonnables, et il n’est pas nécessaire de discuter de la qualité de leur humanité.

De nos jours, la plupart des gens ont commencé à accomplir des devoirs. Comprenez-vous ce que sont les devoirs, comment ils surviennent, et qui les donne ? (Les devoirs sont des mandats que Dieu confie aux gens.) C’est cela. Si tu crois en Dieu et viens à Sa maison, si tu es en mesure d’accepter le mandat de Dieu, alors tu es un membre de Sa maison. Les tâches que la maison de Dieu arrange pour toi, le chemin que Dieu te dit de suivre et les mandats que Dieu te confie sont tes devoirs et ils sont ce que Dieu t’a donné. Lorsque tu manges et bois les paroles de Dieu, que tu saisis Ses intentions, écoutes et comprends les arrangements de la maison de Dieu, lorsque tu sais dans ton cœur quel devoir tu dois accomplir et les responsabilités dont tu es capable de t’acquitter, et lorsque tu acceptes le mandat de Dieu et que tu commences à accomplir ton devoir, tu deviens un membre de la maison de Dieu et une partie de l’expansion de l’Évangile. Dieu te considère comme un membre de Sa maison et comme une partie de l’expansion de Son œuvre. À ce stade, tu as le devoir que tu dois accomplir. Tout ce que tu es capable de faire, tout ce que tu es capable d’accomplir relève de tes responsabilités et de ton devoir. On peut dire que c’est le mandat de Dieu, ta mission, et ton devoir impérieux. Les devoirs viennent de Dieu : ils sont les responsabilités et les commissions que Dieu confie à l’homme. Comment, alors, l’homme devrait-il les comprendre ? « Puisque c’est mon devoir et la commission que Dieu m’a confiée, c’est mon obligation et c’est ma responsabilité. Il est juste que je l’accepte comme étant mon devoir impérieux. Je ne peux pas le décliner ou le refuser ; je ne peux pas sélectionner, choisir. Ce qui m’incombe est certainement ce que je dois faire. Ce n’est pas que je n’aie pas le droit de faire un choix, c’est que je ne devrais pas faire de choix. C’est là la raison que doit avoir un être créé. » C’est une attitude de soumission. Certaines personnes font constamment une sélection quand elles accomplissent leurs devoirs, elles ne veulent qu’un travail facile et qu’elles apprécient, incapables qu’elles sont de se soumettre aux arrangements de la maison de Dieu. Cela montre que leur stature est trop petite, et qu’elles ne possèdent pas la raison humaine normale. S’il s’agit de quelqu’un de jeune, et qu’il a été choyé et gâté chez lui sans éprouver de difficultés, il est compréhensible qu’il soit un peu têtu. Tant qu’il peut accepter la vérité, cela changera progressivement. Cependant, si un adulte dans la trentaine ou la quarantaine se comporte de cette manière révoltante, alors c’est un problème de paresse. La maladie de la paresse est congénitale et la plus difficile à traiter. C’est un problème de nature, et ce n’est qu’en étant privé d’autres choix dans des situations ou des environnements particuliers que de telles personnes peuvent endurer un peu de difficultés et de fatigue. C’est exactement comme avec certains mendiants : ils sont bien conscients qu’être mendiant invite au dédain et à la discrimination, mais en raison de leur paresse et de leur réticence à travailler, ils n’ont d’autre choix que de recourir à la mendicité, sinon, ils devraient mourir de faim. En somme, si une personne ne peut pas accomplir son devoir consciencieusement et de manière responsable, tôt ou tard, elle sera éliminée. La plus grande transgression est de croire en Dieu mais de ne pas se soumettre à Lui. Si tu refuses d’accomplir ton devoir ou si tu es systématiquement hostile aux difficultés et que tu crains toujours l’effort, alors tu es dépourvu de conscience et de raison. Tu es inapte à accomplir des devoirs, et tu peux partir. Un jour, quand tu comprendras que ne pas accomplir ton devoir équivaut à refuser le mandat que le Créateur t’a confié, et que tu te rebelles contre Dieu, sans conscience ni raison, quand tu te rendras compte que ceux qui croient en Dieu doivent bien accomplir leurs devoirs et que c’est nécessaire, alors tu devras bien te comporter et bien accomplir ton devoir. C’est la soumission. Si une personne est rebelle ou négative dans son devoir, c’est-à-dire si elle montre un manque total de soumission à Dieu, une telle personne ne se dépense pas sincèrement pour Lui. Bien accomplir son devoir volontairement est l’expression minimale de la soumission à Dieu. Alors, comment les devoirs surviennent-ils ? (Les devoirs viennent de Dieu ; ce sont des responsabilités que Dieu donne aux gens.) Les devoirs sont des responsabilités que Dieu donne aux gens. Donc, les non-croyants ont-ils des devoirs ? (Non.) Pourquoi dites-vous qu’ils n’en ont pas ? (Ils ne font pas partie de la maison de Dieu.) C’est vrai, les non-croyants ne s’occupent que de leur vie charnelle, et leurs actes ne sont pas dignes d’être appelés devoirs. Les non-croyants appartiennent au monde et à Satan. Dieu ne fait qu’arranger leur destinée de vie : le moment de leur naissance, la famille dans laquelle ils sont nés, le travail qu’ils font quand ils grandissent et le moment de leur mort. Il ne les choisit pas, ni ne les sauve. Ceux qui croient en Dieu sont différents. À petite échelle, tout le travail qu’ils font dans la maison de Dieu sont des devoirs qu’ils doivent accomplir. À une échelle plus large, au sein de l’ensemble du plan de gestion de Dieu, le devoir accompli par chaque être créé est de coopérer avec l’œuvre de Dieu. Pour dire les choses simplement, ils rendent service au plan de gestion de Dieu. Que tu rendes service avec loyauté ou non, tu es loin d’être une personne qui suit la volonté de Dieu. En fait, une personne ne peut être considérée comme appartenant au peuple de Dieu et comme un être créé adéquat que lorsqu’elle peut vraiment accomplir son devoir, parvenir à témoigner de Dieu et obtenir Son approbation. Si tu accomplis correctement chaque devoir que Dieu te confie, en satisfaisant aux standards requis, alors tu es un membre de la maison de Dieu, et Dieu te reconnaît comme étant un membre de Sa maison.

Extrait 36

Les paroles de la chanson « Quelle joie d’être une personne honnête » sont toutes assez concrètes et j’en ai choisi quelques lignes sur lesquelles échanger. Échangeons d’abord sur la ligne : « Je respecte mon devoir de tout mon cœur et de tout mon esprit et je ne me préoccupe pas de la chair. » Quel état est-ce là ? Quel genre de personne peut assurer son devoir de tout son cœur et de tout son esprit ? Cette personne a-t-elle une conscience ? A-t-elle rempli sa responsabilité en tant qu’être créé ? A-t-elle rendu à Dieu de quelque manière que ce soit ? (Oui.) Le fait que cette personne respecte son devoir de tout son cœur et de tout son esprit signifie qu’elle le fait avec sérieux, de manière responsable, sans être superficielle, sans se montrer sournoise ni se relâcher, et sans fuir ses responsabilités. Elle a la bonne attitude et son état et sa mentalité sont normaux. Elle a de la raison et une conscience, elle a de la considération pour Dieu et elle est loyale et dévouée à son devoir. Que signifie « ne pas se préoccuper de la chair » ? Il y a des états là aussi. Cela signifie tout d’abord que cette personne n’est pas préoccupée par l’avenir de sa chair et ne fait pas de projets concernant son avenir. Cela signifie qu’elle ne se préoccupe pas de ce qu’elle fera plus tard quand elle sera âgée, de qui prendra soin d’elle ou de comment elle vivra à ce moment-là. Elle ne se préoccupe pas de ces choses et se soumet plutôt aux orchestrations et aux arrangements de Dieu en toutes choses. Sa tâche première est de remplir son devoir correctement ; respecter son devoir et respecter la commission de Dieu sont les choses les plus importantes. Lorsque les gens peuvent accomplir leurs devoirs correctement en tant qu’êtres créés, n’ont-ils pas une certaine ressemblance humaine ? C’est bien avoir une ressemblance humaine. Les gens doivent au moins remplir leur devoir correctement, être loyaux et y mettre tout leur cœur et tout leur esprit. Que signifie le fait de « respecter son devoir » ? Cela signifie que, quelles que soient les difficultés que rencontrent les gens, ils ne baissent pas les bras, ne désertent pas et ne fuient pas leurs responsabilités. Ils font tout ce qu’ils peuvent. Voilà ce que signifie respecter son devoir. Imaginons par exemple que tu doives faire quelque chose et que personne n’est là pour te surveiller, te superviser ou te pousser à le faire. En quoi respecter ton devoir consisterait-il ? (Accepter l’examen de Dieu et vivre dans Sa présence.) Accepter l’examen de Dieu est la première étape ; cela en constitue une partie. L’autre partie, c’est de faire ton devoir avec tout ton cœur et ton esprit. Que dois-tu faire pour pouvoir le faire de tout ton cœur et de tout ton esprit ? Tu dois accepter la vérité et la mettre en pratique ; c’est-à-dire que tu dois accepter toutes les exigences de Dieu, quelles qu’elles soient, et t’y soumettre ; tu dois gérer ton devoir comme tu gérerais tes affaires personnelles, sans avoir besoin de quelqu’un pour te surveiller, pour te superviser, pour vérifier que tu fais bien les choses, pour garder un œil sur toi, pour contrôler ce que tu fais ou même pour t’émonder. Tu dois te dire : « Il est de ma responsabilité d’accomplir ce devoir. C’est ma part, et comme on m’a confié ce devoir, qu’on m’a enseigné les principes et que je les ai compris, je vais continuer à le faire avec détermination. Je ferai tout ce que je peux pour que ce soit bien fait. » Il faut persévérer dans l’accomplissement de son devoir et ne pas être contraint par quelque personne, évènement ou chose que ce soit. Voilà ce que signifie respecter ton devoir de tout ton cœur et de tout ton esprit, et c’est à cela que les gens devraient ressembler. Alors de quoi les gens doivent-ils être équipés pour respecter leur devoir de tout leur cœur et de tout leur esprit ? Ils doivent d’abord avoir la conscience que doivent posséder les êtres créés. C’est le minimum. Au-delà de ça, ils doivent aussi être loyaux. En tant qu’humain, pour accepter la commission de Dieu, il faut être loyal. Il faut être entièrement loyal à Dieu seul et on ne peut pas être tiède ou manquer d’assumer ses responsabilités ; agir sur la base de ses propres intérêts ou humeurs est mal ; ce n’est pas être loyal. Que signifie être loyal ? Cela signifie que tu accomplis tes devoirs, et que tu n’es pas influencé ou restreint par ton humeur, ton environnement, ni par les autres, les évènements ou les choses. Tu dois te dire : « J’ai accepté cette commission de Dieu ; Il me l’a donnée. Voilà ce que je suis censé faire, alors je vais m’en occuper de la même façon que je le ferais pour mes propres affaires, de la manière qui apportera les meilleurs résultats, en insistant sur l’importance de satisfaire Dieu. » Quand tu es dans cet état, non seulement ta conscience a le contrôle, mais la loyauté est aussi présente en toi. Si tu te satisfais de simplement faire ta tâche, que tu n’aspires pas à être efficace ou à obtenir des résultats et que tu as l’impression qu’il suffit de mettre tous tes efforts dans ta tâche, alors tu es seulement en train d’atteindre le niveau de conscience des gens et ça ne peut pas être considéré comme de la loyauté. Être loyal à Dieu représente une exigence et un standard plus élevés que le standard de conscience. Il ne s’agit pas seulement d’y mettre tous tes efforts ; il faut aussi y mettre tout ton cœur. Dans ton cœur, tu dois toujours considérer ton devoir comme le travail que tu dois accomplir, te charger de cette tâche, endurer les reproches si tu fais la plus petite erreur ou si tu es dans un état où tu es négligent, et tu dois ressentir que tu ne peux pas te comporter ainsi parce que tu deviens alors si redevable à Dieu. Ceux qui ont sincèrement une conscience et de la raison accomplissent leur devoir comme si c’était leur propre travail, sans se soucier de savoir si quelqu’un est là pour les surveiller ou les superviser. Peu importe que Dieu soit content d’eux et la manière dont Il les traite, ils s’obligent à bien accomplir leurs devoirs et à mener à bien la commission que Dieu leur a confiée. C’est de la loyauté. N’est-ce pas un standard supérieur au standard de conscience ? Lorsqu’ils agissent selon le standard de conscience, les gens sont souvent influencés par des choses extérieures ou bien ils pensent que c’est suffisant de simplement mettre tous leurs efforts dans leur devoir ; le niveau de pureté n’est pas si élevé. Cependant, quand on parle de loyauté et d’être capable de respecter loyalement son devoir, le niveau de pureté est plus élevé. Il ne s’agit pas seulement de déployer des efforts ; il faut que tu mettes tout ton cœur, ton esprit et ton corps au service de ton devoir. Pour bien accomplir ton devoir, tu dois parfois supporter un peu d’adversité physique. Tu dois payer un prix et dévouer toutes tes pensées à l’accomplissement de ton devoir. Quelles que soient les circonstances auxquelles tu fais face, elles n’affectent pas ton devoir ni ne te retardent dans l’accomplissement de ton devoir, et tu es à même de satisfaire Dieu. Pour ce faire, tu dois être capable de payer un prix. Tu dois abandonner ta famille de chair, tes problèmes et tes intérêts personnels. Tu dois lâcher et abandonner ta vanité, ton orgueil, tes sentiments, les plaisirs physiques et même des choses comme les meilleures années de ta jeunesse, ton mariage, ton avenir et ton destin, et tu dois accomplir ton devoir correctement et de bonne grâce. Ainsi tu auras atteint la loyauté, et en vivant comme cela, tu auras une ressemblance humaine. Non seulement ce genre de personne a une conscience, mais elle utilise le standard de conscience comme un fondement à partir duquel elle exige d’elle-même la loyauté que Dieu exige des hommes et elle se sert de cette loyauté comme un moyen de s’évaluer elle-même. Elle s’efforce avec diligence d’atteindre cet objectif. Ce genre de personne est rare sur la terre. Il n’en existe qu’une parmi les mille ou dix mille élus de Dieu. Ce genre de personne mène-t-elle une vie de valeur ? Dieu chérit-Il une telle personne ? Bien sûr qu’elle vit une vie de valeur et que Dieu chérit ces personnes-là.

La ligne suivante dans la chanson dit : « Bien que mon calibre soit bas, j’ai un cœur honnête. » Ces paroles semblent très réelles et parlent de quelque chose que Dieu exige des gens. Quelle est cette exigence ? Que si les gens manquent de calibre, ce n’est pas la fin du monde, mais ils doivent posséder un cœur honnête, et si tel est le cas, ils seront capables de recevoir l’approbation de Dieu. Quel que soit ta situation ou ton environnement, tu dois être honnête, t’exprimer avec honnêteté, agir avec honnêteté, être capable d’accomplir ton devoir de tout ton cœur et de tout ton esprit, être loyal envers ton devoir, ne pas chercher de raccourcis, ne pas être fuyant ou malhonnête, ne pas mentir ou tromper et ne pas tourner autour du pot. Tu dois agir selon la vérité et poursuivre la vérité. Beaucoup de gens pensent qu’ils sont de faible calibre et qu’ils ne remplissent jamais leur devoir correctement ou selon le standard. Ils donnent le meilleur d’eux-mêmes dans ce qu’ils font, mais ils n’arrivent jamais à saisir les principes et ils ne parviennent toujours pas à produire de très bons résultats. Au bout du compte, ils ne font que se plaindre d’être de trop faible calibre et ils deviennent négatifs. N’y a-t-il donc aucune manière d’avancer lorsqu’une personne est de faible calibre ? Être de faible calibre n’est pas une maladie mortelle et Dieu n’a jamais dit qu’Il ne sauverait pas les personnes de faible calibre. Comme Dieu l’a dit précédemment, Il est attristé par ceux qui sont honnêtes mais ignorants. L’ignorance découle souvent d’un faible calibre. Lorsque les gens sont de faible calibre, ils ont une compréhension superficielle de la vérité. Celle-ci n’est pas suffisamment spécifique ou concrète, et elle est souvent limitée à une compréhension de surface ou littérale : elle est limitée à la doctrine et aux règlements. C’est la raison pour laquelle ils n’arrivent pas à donner du sens à de nombreux problèmes et ils ne peuvent jamais saisir les principes tandis qu’ils accomplissent leur devoir, ni faire leur devoir correctement. Alors Dieu ne veut-Il pas des personnes de faible calibre ? (Si.) Quel chemin et quelle direction Dieu donne-t-Il aux gens ? (Être une personne honnête.) Peux-tu être une personne honnête simplement en l’affirmant ? (Non, on doit montrer qu’on est une personne honnête.) Quelles sont les manifestations d’une personne honnête ? Premièrement, c’est de ne pas douter des paroles de Dieu. C’est l’une des manifestations d’une personne honnête. En dehors de cela, la manifestation la plus importante, c’est de chercher et de pratiquer la vérité en toutes choses ; c’est ce qu’il y a de plus crucial. Tu prétends être honnête, mais tu relègues tout le temps les paroles de Dieu dans un coin de ton esprit et tu fais tout ce que tu veux. Est-ce la manifestation d’une personne honnête ? Tu dis : « Bien que mon calibre soit faible, j’ai un cœur honnête. » Et cependant, lorsqu’un devoir t’incombe, tu as peur de souffrir et de devoir en assumer la responsabilité si tu ne l’accomplis pas bien, donc tu présentes des excuses pour t’exonérer de ton devoir et tu suggères que quelqu’un d’autre le fasse. Est-ce la manifestation d’une personne honnête ? Clairement, non. Alors, comment doit se comporter une personne honnête ? Elle doit se soumettre aux arrangements de Dieu, être loyale envers le devoir qu’elle est censée accomplir et s’efforcer de satisfaire les intentions de Dieu. Cela se manifeste de plusieurs manières. D’une part, tu dois accepter ton devoir avec un cœur honnête, ne pas considérer tes intérêts charnels, ne pas être hésitant et ne pas manigancer pour ton propre profit. Ce sont les manifestations de l’honnêteté. Une autre manifestation consiste à accomplir ton devoir correctement, de tout ton cœur et de toutes tes forces, de bien faire les choses, de mettre ton cœur et ton amour dans l’accomplissement de ton devoir afin de satisfaire Dieu. Telles sont les manifestations qu’une personne honnête doit présenter en accomplissant son devoir. Si tu ne réalises pas ce que tu sais et comprends, et si tu n’investis que 50 à 60 % de tes efforts, alors tu n’y mets pas tout ton cœur ni toutes tes forces. Au lieu de cela, tu es sournois et tu te relâches. Les gens qui accomplissent leurs devoirs de cette manière sont-ils honnêtes ? Absolument pas. Dieu n’a que faire de ces gens fuyants et trompeurs : ils doivent être éliminés. Dieu n’utilise que des gens honnêtes pour accomplir des devoirs. Même les exécutants loyaux doivent être honnêtes. Les gens qui sont perpétuellement superficiels et sournois, et qui cherchent toujours des moyens de se relâcher, sont tous malhonnêtes, et ils sont tous des démons. Aucun d’eux ne croit vraiment en Dieu et ils seront tous éliminés. Certains pensent : « Être une personne honnête, c’est simplement dire la vérité et ne pas raconter de mensonges. Il est vraiment facile d’être une personne honnête. » Que penses-tu de ce sentiment ? La définition de l’honnêteté a-t-elle vraiment une portée aussi limitée ? Absolument pas. Tu dois mettre ton cœur à nu et l’offrir à Dieu ; voilà l’attitude qu’une personne honnête devrait avoir. Voilà pourquoi un cœur honnête est très précieux. Qu’est-ce que ça implique ? Qu’un cœur honnête peut contrôler ton comportement et changer ton état. Il peut te conduire à faire les bons choix, à te soumettre à Dieu et à gagner Son approbation. Un tel cœur est réellement précieux. Si tu as un cœur honnête comme celui-là, alors c’est l’état dans lequel tu devrais vivre, c’est comme ça que tu devrais te comporter et c’est comme ça que tu devrais donner de toi-même. Tu devrais réfléchir sérieusement à ces paroles. Aucune phrase n’est aussi simple que son sens littéral, et tu auras gagné quelque chose si tu comprends réellement ces paroles après y avoir réfléchi.

Regardons une autre ligne des paroles de cette chanson : « En toutes choses, satisfais les intentions de Dieu avec toute ta loyauté. » Il existe un chemin à mettre en pratique dans ces paroles. Certaines personnes deviennent négatives lorsqu’elles font face à des difficultés pendant qu’elles font leur devoir et ça les rend réticentes à faire leur devoir. Il y a quelque chose qui ne va pas chez ces personnes. Se dépensent-elles même sincèrement pour Dieu ? Elles devraient réfléchir à ce qui les pousse à devenir négatives lorsqu’elles font face à des difficultés et se demander pourquoi elles ne peuvent pas chercher la vérité pour résoudre les problèmes. Si elles peuvent réfléchir sur elles-mêmes et chercher la vérité, alors elles seront capables de voir les problèmes qu’elles ont. En réalité, la plus grosse difficulté qu’ont les gens c’est principalement d’avoir un tempérament corrompu. Si tu peux chercher la vérité, alors ton tempérament corrompu sera facile à corriger. Dès que tu auras corrigé ton tempérament corrompu, tu seras capable de consacrer toute ta loyauté en toutes choses pour satisfaire les intentions de Dieu. « Toutes choses » signifie que quoi qu’il arrive, qu’il s’agisse de quelque chose que Dieu t’a donné, quelque chose qu’un dirigeant ou un ouvrier a arrangé pour toi ou quelque chose sur lequel tu es tombé par accident, dès l’instant où c’est ce que tu es censé faire et que tu peux assumer ta responsabilité, tu y mets toute ta loyauté, tu assumes tes responsabilités et le devoir que tu as à faire, et tu fais de la satisfaction des intentions de Dieu ton principe. Ce principe paraît un peu imposant et un peu difficile pour que les gens arrivent à en être à la hauteur. Pour le formuler plus concrètement, cela signifie remplir ton devoir correctement. Ce n’est pas chose facile que de respecter son devoir et de bien le remplir. Qu’il s’agisse d’être dirigeant ou ouvrier, ou d’un autre devoir, il te faut comprendre certaines vérités. Peux-tu remplir ton devoir correctement sans comprendre la vérité ? Peux-tu le faire bien sans respecter les vérités-principes ? Si tu comprends tous les aspects de la vérité et que tu peux agir selon les vérités-principes, alors tu auras bien fait ton devoir, tu auras respecté ton devoir, tu seras entré dans la vérité-réalité et tu pourras satisfaire les intentions de Dieu. Voilà un chemin à pratiquer. Est-ce facile à faire ? Si le devoir que tu accomplis est quelque chose pour lequel tu es doué et que tu aimes, alors, tu as le sentiment que c’est de ta responsabilité et une obligation pour toi et qu’il est parfaitement naturel et justifié que tu le fasses. Tu te sens joyeux, content et à l’aise. C’est quelque chose que tu es prêt à faire. Tu peux y consacrer toute ta loyauté et tu sens que tu satisfais Dieu. Mais lorsqu’un jour tu te retrouveras face à un devoir qui ne te plaît pas ou que tu n’as jamais accompli auparavant, seras-tu capable d’y consacrer toute ta loyauté ? Cela sera un test pour savoir si tu pratiques la vérité. Par exemple, si ton devoir est de participer au groupe d’hymnes, que tu sais chanter et que c’est quelque chose que tu aimes faire, alors tu accomplis ce devoir volontiers. Si on te donne un autre devoir où on te demande de répandre l’Évangile et que ce travail est un peu difficile, seras-tu capable d’obéir ? Tu y réfléchis et tu dis : « J’aime chanter. » Qu’est-ce que ça signifie ? Ça signifie que tu ne veux pas répandre l’Évangile. C’est clairement ce que ça signifie. Tu continues simplement à dire : « J’aime chanter. » Si un dirigeant ou un ouvrier tente de te raisonner en disant « Pourquoi ne te formes-tu pas à répandre l’Évangile et ne t’équipes-tu pas de plus de vérités ? Ça sera plus bénéfique à ta croissance dans la vie » et que tu continues d’insister et réponds « J’aime chanter et j’aime danser. », alors tu ne veux pas aller répandre l’Évangile, quoi qu’on te dise. Pourquoi ne veux-tu pas y aller ? (Par manque d’intérêt.) Ça ne t’intéresse pas, donc tu ne veux pas y aller. Quel est le problème ici ? C’est que tu choisis ton devoir en fonction de tes préférences et de tes goûts personnels, et tu ne te soumets pas. Tu ne montres aucune soumission et c’est un problème. Si tu ne cherches pas la vérité pour résoudre ce problème, alors tu ne fais pas preuve de beaucoup de vraie soumission. Que dois-tu faire dans cette situation pour faire preuve de vraie soumission ? Que peux-tu faire pour satisfaire les intentions de Dieu ? C’est là que tu as besoin de réfléchir et d’échanger sur cet aspect de la vérité. Si tu souhaites consacrer toute ta loyauté en toutes choses pour satisfaire les intentions de Dieu, tu ne peux pas le faire en te contentant d’accomplir un devoir ; tu dois accepter n’importe quelle commission que Dieu te confie. Que ce soit à ton goût et en lien avec tes intérêts, ou que ce soit quelque chose que tu n’apprécies pas, que tu n’as jamais fait auparavant ou qui est difficile, tu dois quand même l’accepter et te soumettre. Non seulement tu dois l’accepter, mais tu dois aussi coopérer de manière proactive et apprendre sur le sujet pendant que tu en fais l’expérience et que tu y entres. Même si tu endures des difficultés, que tu es fatigué, humilié ou ostracisé, tu dois tout de même y consacrer toute ta loyauté. Ce n’est qu’en pratiquant les choses de cette manière que tu pourras consacrer toute ta loyauté en toutes choses et satisfaire les intentions de Dieu. Tu dois le considérer comme un devoir à accomplir et non comme une affaire personnelle. Comment dois-tu considérer les devoirs ? Comme quelque chose que le Créateur – Dieu – donne à faire à quelqu’un ; c’est comme ça que les devoirs de chacun arrivent. La commission que Dieu te donne est ton devoir et il est parfaitement naturel et justifié que tu accomplisses ton devoir tel que l’exige Dieu. S’il est clair à tes yeux que ce devoir est la commission de Dieu, et que c’est l’amour de Dieu et Sa bénédiction qui descendent sur toi, alors tu seras capable d’accepter ton devoir avec un cœur qui aime Dieu, tu pourras faire preuve de considération envers les intentions de Dieu pendant que tu accompliras ton devoir et tu seras capable de surmonter toutes les difficultés pour satisfaire Dieu. Ceux qui se dépensent réellement pour Dieu ne pourraient jamais refuser la commission de Dieu ; ils ne pourraient jamais refuser le moindre devoir. Quel que soit le devoir que Dieu te confie, peu importe les difficultés qu’il comporte, tu ne dois pas le refuser, tu dois l’accepter. C’est le chemin de pratique qui consiste à mettre la vérité en pratique et à consacrer toute ta loyauté en toutes choses dans le but de satisfaire Dieu. Sur quoi est mis l’accent ici ? Il est mis sur les mots « en toutes choses ». « Toutes choses » ne signifie pas forcément les choses que tu aimes ou pour lesquelles tu es doué, et encore moins les choses que tu connais bien. Parfois, il s’agira de choses pour lesquelles tu n’es pas doué, des choses que tu devras apprendre, des choses difficiles, ou des choses pour lesquelles tu devras souffrir. Cependant, peu importe de quoi il s’agit, à partir du moment où Dieu te l’a confié, tu dois l’accepter de Sa part. Tu dois l’accepter et accomplir ton devoir correctement, y consacrer toute ta loyauté et satisfaire les intentions de Dieu. C’est le chemin de pratique. Quoi qu’il arrive, tu dois toujours chercher la vérité, et une fois que tu es certain du type de pratique qui est conforme aux intentions de Dieu, c’est ainsi que tu dois pratiquer. Ce n’est qu’en faisant cela que tu pratiques la vérité, et ce n’est que comme ça que tu peux entrer dans la vérité-réalité.

Il y a une autre ligne de la chanson qui dit : « Je suis ouvert et droit, dépourvu de tromperie, je vis dans la lumière. » Qui donne ce chemin à l’homme ? (Dieu.) Si quelqu’un est ouvert et droit, il s’agit d’une personne honnête. Il a complètement ouvert son cœur et son esprit à Dieu, il n’a rien à cacher et n’a à se cacher de rien. Il a livré son cœur à Dieu, et le Lui a montré, ce qui signifie qu’il s’est entièrement donné à Lui. Donc, peut-il encore être éloigné de Dieu ? Non, il ne le peut pas, et par conséquent, il lui est facile de se soumettre à Dieu. Si Dieu dit qu’il est malhonnête, il l’admet. Si Dieu dit qu’il est arrogant et suffisant, il l’admet aussi, et il ne se contente pas d’admettre ces choses et d’en rester là : il est capable de se repentir, de lutter pour les vérités-principes, de les rectifier quand il se rend compte qu’ils sont mauvais et de corriger ses erreurs. Sans le savoir, il aura vite corrigé bon nombre de ses manières erronées, et il deviendra de moins en moins malhonnête, trompeur et superficiel. Plus longtemps il vivra ainsi, plus il deviendra ouvert et honorable et plus il se rapprochera de l’objectif de devenir une personne honnête. Voilà ce que signifie vivre dans la lumière. Toute cette gloire revient à Dieu ! Lorsque les gens vivent dans la lumière, c’est l’action de Dieu : ce n’est pas quelque chose dont ils peuvent se vanter. Lorsque les gens vivent dans la lumière, ils comprennent chaque vérité, ils ont un cœur qui craint Dieu, ils savent rechercher et pratiquer la vérité dans chaque problème qu’ils rencontrent, et ils vivent avec conscience et raison. Bien qu’on ne puisse pas les qualifier de « justes », aux yeux de Dieu, ils ont une certaine ressemblance humaine, et à tout le moins, leurs paroles et leurs actes ne rivalisent pas avec Dieu, ils peuvent rechercher la vérité quand il leur arrive quelque chose, et ils ont un cœur soumis à Dieu. Par conséquent, ils sont relativement en sécurité et ne pourraient pas trahir Dieu. Même s’ils n’ont pas une compréhension très profonde de la vérité, ils sont capables d’obéir et de se soumettre, ils ont un cœur qui craint Dieu, et ils peuvent fuir le mal. Lorsqu’on leur confie une tâche ou un devoir, ils sont capables de le faire de tout leur cœur et avec tout leur esprit, et au mieux de leurs capacités. Ces personnes sont dignes de confiance et Dieu Se fie à elles : de telles personnes vivent dans la lumière. Ceux qui vivent dans la lumière sont-ils capables d’accepter l’examen minutieux de Dieu ? Pourraient-ils encore cacher leur cœur à Dieu ? Ont-ils encore des secrets qu’ils ne peuvent pas dire à Dieu ? Ont-ils encore des tours louches dans leur sac ? Non. Ils ont complètement ouvert leur cœur à Dieu et il n’y a rien qu’ils cachent encore ou qu’ils aient dissimulé. Ils peuvent se confier franchement à Dieu, échanger avec Lui à propos de n’importe quoi et Lui faire tout savoir. Il n’y a rien qu’ils ne diront à Dieu et rien qu’ils ne lui montreront. Lorsque les gens sont capables d’atteindre ce standard, leur vie devient facile, libre et libérée.

Extrait 37

Quels sont les principaux principes sur lesquels repose l’accomplissement de ses devoirs ? Il faut agir selon les standards, les principes et les exigences de la maison de Dieu, pratiquer selon la vérité, et bien accomplir ses propres devoirs de tout son cœur et de toutes ses forces en utilisant les paroles de Dieu, la vérité, et en protégeant l’œuvre et les intérêts de la maison de Dieu comme principes. Alors, comment les gens agissent-ils généralement pour eux-mêmes ? Ils font ce qu’ils veulent, priorisant leurs intérêts dans leurs actions et les plaçant au-dessus de tout. Ils font tout ce qui est dans leur propre intérêt, agissant entièrement pour satisfaire leurs désirs charnels égoïstes et ne considérant pas la justice, la conscience et la raison le moins du monde ; de telles choses ne sont pas dans leurs cœurs. Ils ne font que suivre un tempérament satanique et agir selon les préférences de l’homme, complotant à droite et à gauche et vivant selon les philosophies sataniques. Quelle est cette façon de vivre ? C’est la façon de vivre de Satan. En suivant Dieu et en accomplissant ses devoirs, il faut agir selon les vérités-principes, et à tout le moins il faut avoir une conscience et une raison. C’est le strict minimum. Certains disent : « Je suis de mauvaise humeur aujourd’hui, alors je veux être superficiel dans cette affaire. » Est-ce une façon de faire les choses en conscience ? (Non.) Dans les moments où vous voulez être superficiels, êtes-vous conscients de cela ? (Oui.) Y a-t-il des moments où vous n’en êtes pas conscients ? (Oui.) Alors, êtes-vous capables de vous examiner et de détecter cela après le fait ? (Quelque peu.) Après avoir détecté que vous avez été superficiels, la prochaine fois que vous aurez ainsi dans l’idée d’être superficiels, serez-vous en mesure de vous rebeller contre cela et de le résoudre ? (Quand j’ai conscience de ces idées, je peux me rebeller contre elles, en quelque sorte.) Chaque fois que tu te rebelles contre tes propres pensées et tes propres souhaits, une bataille a lieu, et si tes désirs égoïstes prévalent à la fin de cette bataille, alors tu te seras intentionnellement opposé à Dieu et tu seras en danger. Disons que tu crois en Dieu pendant 10 ans, et pendant les trois premières années, tu te débrouilles tant bien que mal et tu es quelque peu fervent. Mais trois ans plus tard, tu réalises que lorsqu’on croit en Dieu, on doit pratiquer la vérité, entrer dans la vérité-réalité et se rebeller contre sa chair. Puis, peu à peu, tu commences à reconnaître ta propre corruption, ta malice, et ta propre nature malveillante et arrogante, et à ce moment-là, tu te connais vraiment toi-même, tu connais ta propre essence corrompue. Tu sens qu’accepter la vérité est extrêmement nécessaire et qu’il est crucial de résoudre tes tempéraments corrompus, et ce n’est qu’à ce moment-là que tu sens que ne pas avoir la vérité-réalité est tout à fait pitoyable. Bien qu’une bataille se livre dans son cœur à chaque fois que sa corruption est révélée, dans chacune de ces batailles, on est incapable de vaincre ses propres désirs égoïstes et l’on continue d’agir selon ses propres préférences. En fait, on ne le sait que trop bien dans son cœur, le tempérament de Satan est toujours aux commandes, et il est donc difficile de mettre la vérité en pratique. Cela prouve que l’on n’a aucune vérité-réalité, et il est très difficile de dire si oui ou non on sera en mesure d’atteindre le salut à la fin. Si tu as vraiment la volonté, tu dois mettre en pratique les vérités que tu comprends, et peu importe quels tempéraments corrompus te gênent lorsque tu pratiques ces vérités, tu dois toujours prier et compter sur Dieu, rechercher la vérité pour résoudre les tempéraments corrompus, oser lutter contre eux, et oser te rebeller contre ta chair. Si tu as ce genre de foi, alors tu peux mettre la vérité en pratique. Il y aura beau avoir parfois des moments où tu échoueras, tu ne te décourageras pas et tu seras toujours en mesure de compter sur la prière à Dieu et de regarder vers Lui pour triompher de Satan. Luttant ainsi pendant plusieurs années, les moments où tu triompheras de ta chair et pratiqueras la vérité se feront plus fréquents, et ceux où tu échoueras se feront progressivement moins nombreux, et même si tu échoues occasionnellement, tu ne deviendras pas négatif et tu continueras à prier et à regarder vers Dieu jusqu’à ce que tu sois capable de mettre la vérité en pratique. Cela signifiera qu’il y a de l’espoir pour toi, que les nuages se sont dissipés et que tu peux voir le ciel bleu. Tant qu’il y a des moments où tu réussis quand tu pratiques la vérité, cela prouve que tu es quelqu’un qui a de la volonté et qui a l’espoir de pouvoir atteindre le salut. Les gens qui poursuivent la vérité n’entrent finalement dans la vérité-réalité qu’après avoir subi de nombreux échecs en la pratiquant. Peu importe combien de fois ils échouent et peu importe à quel point ils sont négatifs, tant qu’ils peuvent compter sur Dieu et regarder vers Lui, ils réussiront toujours à un moment ou à un autre. Peu importe s’ils échouent encore et encore, il y aura toujours de l’espoir pour eux tant qu’ils ne renonceront pas. Quand viendra le jour où ils découvriront vraiment qu’ils peuvent pratiquer la vérité, agir selon les principes, ne pas faire de compromis avec Satan sur des questions clés, particulièrement en ce qui concerne l’accomplissement de leurs devoirs, et ne pas abandonner leurs devoirs tout en restant fermes dans leur témoignage, alors ils ont l’espoir absolu d’être sauvés.

Chaque fois que vous pratiquez la vérité, vous traverserez une bataille intérieure. L’un d’entre vous n’a-t-il connu aucune bataille dans sa pratique de la vérité ? Absolument pas. Ce n’est que si une personne est déjà entrée dans la vérité-réalité et qu’elle ne révèle pratiquement pas de tempéraments corrompus qu’elle pourrait, fondamentalement, ne pas avoir de batailles majeures. Cependant, dans des circonstances spéciales et dans certains contextes, elle se battrait encore un peu. C’est-à-dire que plus on comprend la vérité, moins on se bat, et moins on comprend la vérité, plus on a de batailles. C’est particulièrement le cas avec les nouveaux croyants : chaque fois qu’ils pratiquent la vérité, les batailles dans leurs cœurs doivent toutes être extrêmement féroces. Pourquoi sont-elles féroces ? Parce que les gens n’ont pas seulement leurs propres préférences et leurs propres choix charnels, ils ont aussi des difficultés réelles, en plus des tempéraments corrompus qui les retiennent. Pour chaque aspect de la vérité que tu comprends, tu dois lutter contre ces quatre aspects qui te gênent, ce qui signifie que tu dois au moins passer par ces trois ou quatre obstacles avant de pouvoir mettre la vérité en pratique. Connaissez-vous cette expérience qui est de lutter continuellement contre vos tempéraments corrompus ? Lorsque vous avez besoin de pratiquer la vérité et de protéger les intérêts de la maison de Dieu, êtes-vous capables de surmonter la contrainte exercée par vos tempéraments corrompus et de vous tenir du côté de la vérité ? Par exemple, tu es associé avec quelqu’un pour accomplir le travail de purification de l’Église, mais il échange toujours avec les frères et sœurs sur le fait que Dieu sauve les gens dans la plus grande mesure possible, et que nous devons traiter les gens avec amour et leur donner des occasions de se repentir. Tu te rends compte que quelque chose ne va pas dans son échange, et bien que les mots qu’il emploie semblent tout à fait corrects, tu découvres après analyse détaillée qu’il a des intentions et des objectifs, qu’il n’est pas prêt à offenser quiconque, et qu’il ne veut pas mener à bien les arrangements de travail. Lorsqu’il échangera comme cela, les gens qui sont de petite stature et manquent de discernement seront troublés par cette personne, manifesteront leur amour de manière inconsidérée et dépourvue de principes, ne feront pas cas quant au fait de discerner les autres, et n’exposeront ni ne signaleront les antéchrists, les personnes malfaisantes et les incrédules. C’est une obstruction au travail de purification de l’Église. Si les antéchrists, les personnes malfaisantes et les incrédules ne peuvent pas être purgés en temps opportun, cela affectera le fait que les élus mangent et boivent normalement de Ses paroles ainsi que l’accomplissement normal de leurs devoirs, et cela interrompra et perturbera surtout le travail de l’Église tout en nuisant aux intérêts de la maison de Dieu. Dans un moment comme celui-ci, comment dois-tu pratiquer ? Lorsque tu remarques le problème, tu dois te lever et exposer cette personne ; tu dois l’arrêter et protéger le travail de l’Église. Il se peut que tu te dises : « Nous sommes des partenaires de travail. Si je l’expose directement et qu’il ne l’accepte pas, n’allons-nous pas alors nous disputer ? Non, je ne peux pas simplement m’exprimer, je dois faire preuve d’un peu plus de tact. » Donc, tu lui fais un simple rappel et lui exprimes quelques paroles d’exhortation. Après avoir entendu ce que tu as dit, il ne l’accepte pas, et il énumère aussi un tas de raisons pour te réfuter. S’il ne l’accepte pas, le travail de la maison de Dieu subira des pertes. Que dois-tu faire ? Tu pries Dieu en disant : « Dieu, je Te prie d’arranger et d’orchestrer cela. Discipline-le, car il n’y a rien que je puisse faire. » Tu penses que tu ne peux pas l’arrêter et tu le laisses donc aller sans qu’il ait été contrôlé. Est-ce un comportement responsable ? Pratiques-tu la vérité ? Si tu ne peux pas l’arrêter, pourquoi ne signales-tu pas cela aux dirigeants et aux ouvriers ? Pourquoi n’abordes-tu pas cette question lors d’une réunion et ne laisses-tu pas tout le monde échanger et discuter à ce sujet ? Si tu ne fais pas cela, ne te le reprocheras-tu pas ensuite ? Si tu te dis « Je ne peux pas gérer cela, alors je vais simplement l’ignorer. J’ai la conscience tranquille », alors quel genre de cœur as-tu ? Est-ce un cœur qui aime vraiment ou est-ce un cœur qui nuit aux autres ? Ton cœur est très vicieux, car quand quelque chose t’arrive, tu as peur d’offenser les gens et tu n’adhères pas aux principes. En réalité, tu sais très bien que cette personne a son propre but lorsqu’elle agit de la sorte et que tu ne peux pas l’écouter à ce sujet. Toutefois, tu es incapable d’adhérer aux principes et de l’empêcher de fourvoyer les autres, et cela nuit finalement aux intérêts de la maison de Dieu. Te reprocherais-tu quoi que ce soit après cela ? (Oui.) Te faire des reproches te permet-il de réparer les pertes ? Elles sont irrémédiables. Par la suite, tu réfléchis à nouveau : « J’ai quand même assumé mes responsabilités, et Dieu sait. Dieu scrute le fond du cœur des gens. » Quel genre de paroles est-ce là ? Ce sont des paroles fallacieuses et diaboliques qui dupent à la fois l’homme et Dieu. Tu ne t’es pas acquitté de tes responsabilités, et tu cherches toujours des raisons et des excuses pour t’y soustraire. C’est malhonnête et intransigeant. Une personne de ce genre a-t-elle une quelconque sincérité envers Dieu ? A-t-elle un sens de la justice ? (Non.) C’est une personne qui n’accepte absolument pas la vérité, une personne qui est du même acabit que Satan. Quand quelque chose t’arrive, tu vis selon les philosophies des relations mondaines et tu ne pratiques pas la vérité. Tu as toujours peur d’offenser les autres, mais pas d’offenser Dieu, et tu sacrifieras même les intérêts de la maison de Dieu pour protéger tes relations interpersonnelles. Quelles sont les conséquences lorsqu’on agit ainsi ? Tu auras bien protégé tes relations interpersonnelles, mais tu auras offensé Dieu et Il te détestera, t’abandonnera et sera en colère contre toi. Tout bien considéré, qu’est-ce qui est préférable ? Si tu ne peux pas le dire, alors tu es complètement confus : cela prouve que tu n’as pas la moindre compréhension de la vérité. Si tu continues ainsi sans jamais t’en rendre compte, le danger est vraiment grand, et si tu es incapable d’obtenir la vérité, à la fin, c’est toi qui auras subi une perte. Si tu ne cherches pas la vérité dans cette histoire et que tu échoues, seras-tu capable de chercher la vérité à l’avenir ? Si tu ne le peux toujours pas, ce n’est plus de subir une perte qu’il sera question : tu seras finalement éliminé. Si tu as les motivations et le point de vue d’une personne complaisante, alors, dans tous les domaines, tu seras incapable de pratiquer la vérité et de respecter les principes, et tu échoueras et tomberas toujours. Si tu ne t’éveilles pas et ne cherches jamais la vérité, alors tu es un incrédule et tu n’obtiendras jamais la vérité et la vie. Que devrais-tu faire alors dans ces situations ? Lorsque de telles choses surviennent, tu dois prier Dieu et L’invoquer, implorer le salut et Lui demander qu’Il te donne plus de foi et de force, et te permette de te conformer aux principes, de faire ce que tu dois faire, de gérer les choses conformément aux principes, de tenir ferme dans la position que tu dois tenir, de protéger les intérêts de la maison de Dieu et d’empêcher tout mal de survenir dans le travail de la maison de Dieu. Si tu es capable de te rebeller contre tes intérêts personnels, à ton orgueil et à ton point de vue de personne complaisante, et si tu fais ce que tu dois faire avec un cœur honnête et sans partage, alors tu auras vaincu Satan et gagné cet aspect de la vérité. Si tu persistes à toujours vivre selon la philosophie de Satan, que tu protèges tes relations avec les autres, ne pratiquant jamais la vérité et n’osant pas respecter les principes, seras-tu alors capable de pratiquer la vérité dans d’autres domaines ? Tu n’auras toujours pas la foi ni la force. Si tu n’es jamais capable de rechercher ni d’accepter la vérité, alors une telle foi en Dieu te permettra-t-elle d’obtenir la vérité ? (Non.) Et si tu ne peux pas obtenir la vérité, peux-tu être sauvé ? Tu ne le peux pas. Si tu vis toujours selon la philosophie de Satan, totalement dépourvu de la vérité-réalité, alors tu ne pourras jamais être sauvé. Il devrait être clair pour toi que l’obtention de la vérité est une condition nécessaire pour le salut. Comment, alors, peux-tu obtenir la vérité ? Si tu es capable de pratiquer la vérité, si tu peux vivre selon la vérité et que la vérité devient la base de ta vie, alors tu obtiendras la vérité et tu auras la vie, et ainsi tu feras partie de ceux qui seront sauvés.

Extrait 38

Que se passe-t-il lorsque certains sont trop dépourvus de connaissances professionnelles pour accomplir leurs devoirs et qu’ils ont beaucoup de difficultés à apprendre quoi que ce soit ? La raison en est qu’ils sont de calibre médiocre. La vérité est hors d’atteinte pour les personnes de calibre excessivement faible, et elles n’apprennent pas facilement. La plupart d’entre elles ont des lacunes fatales ; non seulement elles n’ont pas de conscience ou de raison, mais elles n’ont pas non plus de place pour Dieu dans leur cœur. Leurs yeux sont sans vie et ternes, et elles sont dans la stupeur, tout comme les animaux. Elles ne savent que manger, boire et s’amuser, et elles n’étudient pas et n’ont aucune compétence. Elles n’apprennent les choses qu’à un niveau superficiel et pensent qu’elles ont compris alors qu’elles n’ont fait qu’effleurer la surface. Lorsque d’autres essaient de fournir plus d’explications, elles refusent d’écouter, estimant que ce n’est pas nécessaire. Elles n’écoutent ni n’acceptent rien de ce que les autres disent, et par conséquent, elles ne peuvent rien accomplir et sont fondamentalement inutiles. Le fait d’être de calibre médiocre est, en soi, fatal. Si l’on a également un mauvais tempérament, qu’on manque de moralité, qu’on n’écoute pas les conseils, qu’on ne peut pas accepter les choses positives et qu’on n’est pas disposé à apprendre et à accepter de nouvelles choses, on est alors inutile ! Ceux qui accomplissent leurs devoirs doivent avoir une conscience et une raison, connaître leur propre mesure et leurs propres défauts, et comprendre ce qui leur manque et ce qu’ils doivent améliorer. Ils doivent toujours sentir qu’il leur manque beaucoup de choses, et que s’ils n’étudient pas et n’acceptent pas de nouvelles choses, ils risquent d’être éliminés. S’ils ont le sentiment d’une crise imminente dans leur cœur, cela leur donne la motivation et la volonté d’apprendre des choses. D’un côté, il faut s’équiper de vérités, et de l’autre, il faut acquérir des connaissances professionnelles liées à l’accomplissement de ses devoirs. En pratiquant de cette façon, ils peuvent faire des progrès, et l’accomplissement de leurs devoirs donnera de bons résultats. Ce n’est qu’en accomplissant bien ses devoirs et en vivant à la ressemblance humaine que sa vie peut avoir de la valeur. Ainsi, l’accomplissement de ses devoirs est la chose la plus significative. Certains ont un mauvais tempérament, et ils sont non seulement ignorants, mais également arrogants. Ils pensent toujours que les autres les mépriseront et qu’ils perdront la face s’ils recherchent en toutes choses et écoutent toujours les autres, et que se comporter de cette manière manque de dignité. En réalité, c’est le contraire. Être arrogant et suffisant, ne rien apprendre, être à la traîne et être dépassé en tout, et manquer de connaissances, de perspicacité et d’idées, c’est ce qui est vraiment embarrassant, et c’est à ce moment-là que l’on perd son intégrité et sa dignité. Certaines personnes ne peuvent rien faire de bien, ont une compréhension rudimentaire de tout ce qu’elles apprennent, se contentent de comprendre seulement quelques doctrines et pensent qu’elles sont compétentes. Mais elles ne parviennent toujours pas à accomplir quoi que ce soit, et elles n’ont pas de résultats tangibles. Si tu leur dis qu’elles ne comprennent rien et qu’elles n’ont rien accompli, elles ne sont pas convaincues et défendent en permanence leur point de vue. Mais quand elles font des choses, elles les font mal, et elles manquent de sens commun. N’est-on pas inutile si l’on ne parvient à bien gérer aucune tâche ? N’est-on pas bon à rien ? Les personnes d’un calibre excessivement faible ne peuvent même pas gérer les tâches les plus simples. Elles sont bonnes à rien et leur vie n’a aucune valeur. Certains disent : « J’ai grandi à la campagne, sans instruction ni savoir, et mon calibre est médiocre, contrairement à vous, gens de la ville, qui êtes éduqués et instruits, et pouvez donc exceller en tout. » Cette déclaration est-elle correcte ? (Non.) En quoi est-elle incorrecte ? (Le fait qu’une personne puisse réussir des choses n’a rien à voir avec son environnement. Cela dépend principalement de sa capacité à faire des efforts pour apprendre et s’améliorer.) La manière dont Dieu traite les gens ne dépend pas de leur niveau d’instruction, ni du type d’environnement dans lequel ils sont nés, ni de leurs talents. Au contraire, Il traite les gens en fonction de leur attitude vis-à-vis de la vérité. À quoi cette attitude est-elle liée ? Elle est liée à leur humanité, et aussi à leurs tempéraments. Si l’on croit en Dieu, il faut être capable de manier correctement la vérité. Si tu as une attitude d’humilité et d’acceptation de la vérité, alors, même si tu es d’un calibre légèrement médiocre, Dieu t’éclairera et te permettra de gagner quelque chose. Si tu es d’un bon calibre mais que tu es toujours arrogant et présomptueux, que tu penses constamment que tout ce que tu dis est juste et que tout ce que les autres disent est faux, que tu refuses toutes les suggestions des autres, et même, que tu n’acceptes pas la vérité, et que tu lui résistes en permanence, quelle que soit la manière dont elle est partagée, alors une personne comme toi peut-elle gagner l’approbation de Dieu ? Le Saint-Esprit œuvrera-t-Il sur une personne comme toi ? Non. Dieu dira que tu as un mauvais tempérament et que tu n’es pas digne de recevoir Son éclairage, et si tu ne te repens pas, Il t’enlèvera même ce que tu avais autrefois. Voilà ce que c’est que d’être révélé. Les gens comme ça mènent des vies pathétiques. À l’évidence, ils ne sont rien et sont inaptes dans tous les domaines, pourtant ils continuent de penser qu’ils sont plutôt bons, et qu’ils sont meilleurs que tous les autres à tous égards. Ils ne parlent jamais de leurs défauts ni de leurs lacunes devant les autres, ni de leurs faiblesses et négativité. Ils feignent toujours d’être compétents et donnent toujours aux autres une impression fausse, leur faisant croire qu’ils sont habiles en tout, dépourvus de points faibles, qu’ils n’ont pas besoin d’aide, qu’ils n’ont pas besoin d’écouter les opinions des autres et qu’ils n’ont pas besoin d’apprendre de leurs points forts pour compenser leurs propres lacunes, et qu’ils seront toujours meilleurs que quiconque. De quel tempérament s’agit-il ? (De l’arrogance.) D’une telle arrogance ! Ces gens-là mènent une vie pathétique ! Sont-ils réellement capables ? Peuvent-ils réellement accomplir des choses ? Ils ont fait beaucoup d’erreurs dans le passé, et pourtant, ils continuent de penser qu’ils peuvent tout faire. N’est-ce pas vraiment déraisonnable ? Quand les gens sont dépourvus de raison à ce point, ils sont des gens à l’esprit confus. Ces gens-là n’apprennent pas de nouvelles choses et n’acceptent pas de nouvelles choses. Intérieurement, ils sont asséchés, étroits d’esprit et appauvris, et quelle que soit la situation, ils ne parviennent pas à concevoir et saisir les principes ni à comprendre les intentions de Dieu, et ils ne savent que s’en tenir aux règlements, prononcer des paroles et des doctrines, et se vanter devant les autres. Il en résulte qu’ils ne comprennent aucune vérité et ne possèdent pas la moindre parcelle de vérité-réalité, et pourtant ils continuent d’être très arrogants. Ils sont simplement des gens à l’esprit confus et sont profondément imperméables à la raison, et ils ne peuvent qu’être éliminés.

Lorsque vous coopérez avec d’autres pour accomplir vos devoirs, pouvez-vous être ouverts aux opinions divergentes ? Êtes-vous capable de laisser parler les autres ? (Je le suis un peu. Avant, la plupart du temps, je n’écoutais pas les suggestions des frères et sœurs et j’insistais pour faire les choses à ma manière. Ce n’est que plus tard, lorsque les faits ont prouvé que j’avais tort, que j’ai vu que la plupart de leurs suggestions étaient correctes, que c’était la solution dont tout le monde discutait qui était en fait appropriée, qu’en me fiant à mes propres opinions j’avais été incapable de voir clairement les choses et que j’avais été déficient. Après avoir vécu cela, je me suis rendu compte à quel point une coopération harmonieuse était importante.) Et que pouvez-vous constater à partir de cela ? En faisant cette expérience, avez-vous bénéficié de certains avantages et compris la vérité ? Croyez-vous qu’il existe quelqu’un de parfait ? Aussi forts, capables ou talentueux que soient les êtres humains, ils ne sont pas parfaits. Il faut l’admettre, c’est un fait, et c’est l’attitude que les gens devraient avoir pour aborder correctement leurs propres mérites et forces ou leurs propres défauts ; voilà la rationalité que l’on devrait posséder. Avec une telle rationalité, tu peux composer correctement avec tes points forts et tes points faibles tout comme avec ceux des autres, et cela te permettra de travailler harmonieusement à leurs côtés. Si tu as compris cet aspect de la vérité et si tu parviens à entrer dans cet aspect de vérité-réalité, tu arriveras à vivre en harmonie avec tes frères et sœurs, tirant parti de leurs points forts pour compenser les quelconques faiblesses que tu peux avoir. De cette manière, quel que soit le devoir ou la tâche que tu accomplis, tu les feras toujours de mieux en mieux et tu auras la bénédiction de Dieu. Si tu penses toujours que tu es bon et que les autres ne sont pas aussi bons que toi, et si tu veux toujours avoir le dernier mot, ce sera problématique. C’est un problème de tempérament. Ces gens-là ne sont-ils pas arrogants et suffisants ? Imagine que quelqu’un te donne de bons conseils, mais que tu penses que si tu les acceptes, il pourrait te regarder de haut et penser que tu n’es pas aussi bon que lui. Donc tu décides simplement de ne pas l’écouter. Au lieu de cela, tu essaies de lui faire de l’ombre avec de nobles et belles paroles pour qu’il te tienne en haute estime. Si tu interagis toujours avec les gens de cette façon, peux-tu coopérer avec eux harmonieusement ? Non seulement tu échoueras à atteindre l’harmonie, mais il y aura aussi des conséquences négatives. Au fil du temps, tous te percevront comme étant quelqu’un de trop malhonnête et malin, quelqu’un qu’ils ne peuvent pas comprendre. Tu ne pratiques pas la vérité, et tu n’es pas honnête, donc les autres sont rebutés par toi. Si tous sont rebutés par toi, est-ce que ça ne signifie pas qu’on te rejette ? Dites-Moi, comment Dieu traiterait-Il quelqu’un que tout le monde rejette ? Dieu détesterait aussi ce genre de personne. Pourquoi Dieu déteste-t-Il ces gens-là ? Même si leurs intentions dans l’accomplissement de leurs devoirs sont authentiques, Dieu déteste leurs méthodes. Le tempérament qu’ils révèlent et chacune de leurs pensées, de leurs idées et de leurs intentions sont malveillantes aux yeux de Dieu, et ce sont des choses que Dieu déteste et qui Le dégoûtent. Quand les gens utilisent en permanence des stratagèmes méprisables dans leurs paroles et dans leurs actes afin d’être tenus en haute estime, il s’agit là d’un comportement que Dieu déteste.

Quand les gens font leur devoir ou tout autre travail devant Dieu, leur cœur doit être pur : il doit être comme un bol d’eau fraîche – clair comme de l’eau de roche, sans impureté. Donc quel genre d’attitude est correct ? Quoi que tu fasses, tu es capable d’échanger avec les autres de tout ce qu’il y a dans ton cœur, peu importent les idées que tu peux avoir. Si quelqu’un dit que ta manière de faire les choses ne fonctionnera pas et qu’il propose une autre idée, et si tu as l’impression que c’est une idée plutôt bonne, alors tu renonces à ta propre façon de faire et tu fais les choses conformément à ce qu’il pense. Ce faisant, tout le monde voit que tu es capable d’accepter les suggestions des autres, de choisir le bon chemin, d’agir selon les principes, et avec transparence et clarté. Il n’y a pas de zone sombre dans ton cœur et tu agis et parles avec sincérité, en t’en tenant à une attitude d’honnêteté. Tu appelles un chat un chat. Si c’est ça, c’est ça, et si ce n’est pas ça, ce n’est pas ça. Pas de stratagème, pas de secret, juste une personne très transparente. N’est-ce pas là un type d’attitude ? C’est une attitude envers les gens, les évènements et les choses, et c’est représentatif du tempérament d’une personne. Au contraire, les gens ne s’ouvriront peut-être jamais aux autres et ne communiqueront peut-être jamais avec eux au sujet de ce qu’ils pensent. Quoi qu’ils fassent, ils ne consultent pas les autres. Au lieu de cela, ils gardent leur cœur fermé aux autres, paraissant être constamment sur leurs gardes vis-à-vis des autres, à chaque instant. Ils dissimulent autant qu’il est possible de le faire. N’est-ce pas là une personne malhonnête ? Ils ont une idée qui leur paraît ingénieuse, par exemple, et se disent : « Je vais la garder pour moi pour l’instant. Si je la partage, vous pourriez l’utiliser et me voler la vedette, et ça ne ferait pas l’affaire. Je vais la taire. » Ou s’il y a quelque chose qu’ils ne comprennent pas très bien, ils vont se dire : « Je ne vais pas m’exprimer maintenant. Si je le fais, et que quelqu’un dit quelque chose de plus subtil, est-ce que je ne passerai pas pour un idiot ? Tout le monde verra clair en moi et verra ma faiblesse dans ce domaine. Je ne dois rien dire. » Ainsi, indépendamment des considérations, indépendamment de la motivation sous-jacente, ils craignent que tout le monde les perce à jour. Vis-à-vis de leur devoir, des gens, des évènements et des choses, ils adoptent toujours ce type de point de vue et d’attitude. Quel genre de tempérament est-ce là ? Un tempérament tortueux, malhonnête et malveillant. En apparence, ils semblent avoir dit tout ce qu’ils croyaient pouvoir dire aux autres, mais sous la surface, ils retiennent certaines choses. Que retiennent-ils ? Ils ne disent jamais les choses qui touchent à leur réputation et à leurs intérêts, ils pensent que ces choses sont privées et ils n’en parlent jamais à personne, pas même à leurs parents. Ils ne disent jamais ces choses-là. C’est ça le problème ! Tu penses que si tu ne dis pas ces choses, Dieu n’en saura rien ? Les gens disent que Dieu sait, mais peuvent-ils avoir la certitude dans leur cœur que Dieu sait ? Les gens ne se rendent jamais compte que « Dieu sait tout, que ce que je pense dans mon cœur, même si je ne l’ai pas révélé, Dieu scrute en secret, Dieu sait absolument. Je ne peux rien cacher à Dieu, je dois donc en parler, échanger ouvertement avec mes frères et sœurs. Peu importe si mes pensées et mes idées sont bonnes ou mauvaises, je dois en parler honnêtement. Je ne peux pas être malhonnête, trompeur, égoïste ou méprisable. Je dois être une personne honnête. » Si les gens peuvent penser de cette manière, c’est la bonne attitude. Au lieu de chercher la vérité, la plupart des gens ont leurs propres intentions mesquines. Leurs propres intérêts, leur image et la place ou la position qu’ils occupent dans l’esprit des autres sont pour eux d’une grande importance. Ce sont les seules choses qu’ils chérissent. Ils s’y accrochent de toutes leurs forces et les considèrent comme leur propre vie. Et la manière dont Dieu les voit et les traite revêt une importance secondaire. Pour le moment, ils l’ignorent. Pour le moment, ils se demandent seulement s’ils sont le chef du groupe, si on les respecte et si leurs paroles ont du poids. Leur premier souci est d’occuper cette position. Presque tous les individus, lorsqu’ils sont dans un groupe, recherchent ce genre de position, ce genre d’opportunités. Quand ils sont très talentueux, ils veulent, bien sûr, être les meilleurs. Si leurs capacités sont dans la moyenne, ils voudront toujours occuper une position plus élevée au sein du groupe. Et même s’ils occupent une position inférieure dans le groupe, étant de calibre et de capacités moyens, ils voudront eux aussi que les autres les admirent, ils ne voudront pas que les autres les méprisent. Leur image et leur dignité, voilà où ils tracent la limite : ils doivent s’accrocher à ces choses. Ils pourraient n’avoir aucune intégrité et ne pas avoir l’approbation ni l’acceptation de Dieu, mais dans un groupe, ils ne peuvent absolument pas perdre le respect, le statut ou l’estime pour lesquels ils ont lutté : c’est là le tempérament de Satan. Mais les gens n’en ont pas conscience. Leur conviction est qu’ils doivent s’accrocher jusqu’au bout à cette image insignifiante. Ils ne se rendent pas compte que ce n’est que lorsque ces choses vaines et superficielles seront complètement abandonnées et mises de côté qu’ils deviendront de vraies personnes. Si une personne conserve comme étant la vie ces choses qui devraient être écartées, leur vie est perdue. Ils ne savent pas ce qui est en jeu. Et donc, quand ils agissent, ils retiennent toujours quelque chose, ils essaient toujours de protéger leur propre image et leur propre statut, ils les mettent en premier, ne parlant que pour leurs propres fins, pour leur propre défense fallacieuse. Tout ce qu’ils font, c’est pour eux-mêmes. Ils se précipitent vers tout ce qui brille, faisant savoir à tout le monde qu’ils y ont contribué. En réalité, ils n’y sont pour rien, mais ils ne veulent jamais être laissés pour compte, ils ont toujours peur que les autres les méprisent, ils ont toujours peur que les autres disent qu’ils ne sont rien, qu’ils sont incapables de quoi que ce soit, qu’ils n’ont aucune compétence. Tout cela n’est-il pas dirigé par leurs tempéraments sataniques ? Lorsque tu pourras te débarrasser des choses comme l’image et le statut, tu seras beaucoup plus détendu et libéré ; tu auras pris le chemin de l’honnêteté. Mais pour beaucoup, ce n’est pas facile à réaliser. Lorsque la caméra apparaît, par exemple, les gens se précipitent sur le devant de la scène. Ils aiment avoir leur visage devant la caméra : plus on les voit, mieux c’est. Ils ont peur de ne pas obtenir une couverture suffisante et ils paieront n’importe quel prix pour avoir la chance de l’obtenir. Et tout cela n’est-il pas dirigé par leurs tempéraments sataniques ? Ce sont leurs tempéraments sataniques. Donc, tu obtiens une couverture, et alors ? Les gens ont une haute opinion de toi, et alors ? Ils t’idolâtrent, et alors ? Est-ce que tout cela prouve que tu as la vérité-réalité ? Rien de tout cela n’a de valeur. Quand tu pourras surmonter ces choses, quand tu deviendras indifférent à elles et que tu cesseras de les trouver importantes, quand le souci de l’image, la vanité, le statut et l’admiration des autres ne contrôleront plus tes pensées ni ton comportement, et encore moins ta façon d’accomplir ton devoir, alors ta façon d’accomplir ton devoir deviendra de plus en plus efficace et de plus en plus pure.

Extrait 39

Certaines personnes ne se conduisent jamais bien quand il s’agit de leurs devoirs. Au contraire, elles cherchent constamment de nouvelles façons de se distinguer des autres et débitent des idées prétentieuses. Est-ce une bonne chose ? Sont-elles capables de collaborer harmonieusement avec les autres ? (Non, elles en sont incapables.) Si quelqu’un débite des idées prétentieuses, de quel genre de tempérament s’agit-il ? (Il s’agit d’arrogance et de suffisance.) C’est de l’arrogance et de la suffisance. Quelle est la nature des actes de ces personnes ? (Elles cherchent à établir leur indépendance, à brandir leur propre pavillon et à mettre sur pied leur propre faction.) Mettre sur pied leur propre faction veut dire obliger les autres à leur obéir et ne pas aborder les problèmes conformément aux vérités-principes. Leur intention et leur but consistent à établir leur indépendance et brandir leur propre pavillon, si bien que leurs actes reviennent à troubler l’ordre des choses. Que signifie troubler l’ordre des choses ? Cela signifie provoquer la destruction, et la nature de tout cela, c’est l’interruption et la perturbation. Habituellement, la majorité des problèmes peuvent être résolus par le biais d’échanges et de discussions de groupe, la plupart des décisions étant prises selon les vérités-principes, de manière à la fois correcte et précise. Cependant, certaines personnes résistent obstinément à ce consensus. Non seulement elles évitent de chercher la vérité, mais elles ignorent les intérêts de la maison de Dieu. Elles énoncent d’étranges théories pour se démarquer et gagner l’estime des autres. Elles veulent contredire les décisions correctes qui ont été prises et réfuter les choix faits par tout le monde. Voilà ce que signifie troubler l’ordre des choses et provoquer la destruction, créer des interruptions et des perturbations. Voilà l’essence du comportement qui consiste à débiter des idées prétentieuses. Alors, quel problème pose ce genre de comportements ? D’abord, ces comportements révèlent un tempérament corrompu et un manque total de soumission. De plus, ces personnes obstinées veulent sans cesse se démarquer et gagner l’estime des autres, et par conséquent, elles interrompent et perturbent le travail de l’Église. Sans la vérité, elles sont incapables de voir les choses clairement, pourtant, elles s’obstinent à débiter des idées prétentieuses pour se mettre en valeur, sans chercher la vérité le moins du monde. N’est-ce pas là un comportement arbitraire et imprudent ? Pour bien accomplir son devoir, apprendre à collaborer avec les autres est essentiel. Une discussion entre deux individus débouche toujours sur une perspective plus complète et plus précise. Si quelqu’un veut sans cesse agir de façon non conformiste ou débiter régulièrement des idées prétentieuses pour amener les autres à le suivre, c’est dangereux, c’est suivre son propre chemin. On doit discuter de tout ce que l’on fait avec les autres. Écoute d’abord ce que tous les autres ont à en dire. Si l’opinion de la majorité est juste et en accord avec la vérité, tu dois l’accepter et y obéir. Quoi que tu fasses, ne débite pas d’idées prétentieuses. Ce n’est jamais une bonne chose, au sein de quelque groupe que ce soit. Quand tu prêches une idée prétentieuse et que cette idée respecte les vérités-principes et reçoit l’approbation de la majorité, elle peut sans doute être considérée comme acceptable. Cependant, si elle contredit les vérités-principes et nuit au travail de l’Église, tu dois en assumer la responsabilité et faire face aux conséquences de tes actes. En outre, débiter des idées prétentieuses est un problème de tempérament. Cela prouve que tu n’as pas la vérité-réalité et que, au contraire, tu vis sur la base de ton tempérament corrompu. Quand tu débites des idées prétentieuses, tu essaies de diriger les autres, de commander, et tu essaies aussi de brandir ton propre pavillon et de mettre en place ton propre domaine. Tu veux obliger tous les élus de Dieu à t’écouter, à te suivre et à t’obéir. C’est suivre le chemin d’un antéchrist. Es-tu certain de pouvoir aider les élus de Dieu à entrer dans les vérités-réalités ? Peux-tu les guider jusqu’au royaume de Dieu ? Toi-même, tu n’as pas la vérité et tu es capable de faire des choses qui résistent à Dieu et qui Le trahissent. Si tu veux malgré tout guider les élus de Dieu sur ce chemin, n’es-tu pas alors devenu le premier des pécheurs ? Paul est devenu le premier des pécheurs et subit encore la punition de Dieu. Si tu suis le chemin d’un antéchrist, tu suis le chemin de Paul, et ta fin ultime et ton aboutissement ne seront pas différents des siens. Par conséquent, ceux qui croient en Dieu et qui Le suivent ne doivent pas débiter des idées prétentieuses. Ils doivent plutôt apprendre à chercher la vérité, à l’accepter, et à se soumettre à la fois à la vérité et à Dieu. Ce n’est qu’en faisant cela qu’ils peuvent s’assurer de ne pas suivre leur propre chemin et qu’ils peuvent suivre Dieu sans dériver dans une direction ou une autre. La maison de Dieu exige que les gens coopèrent harmonieusement dans l’accomplissement de leurs devoirs. Cela a du sens et c’est également le bon chemin de la pratique. Au sein de l’Église, l’éclairage et la direction du Saint-Esprit peuvent toucher quiconque comprend la vérité et a cette capacité de compréhension. Tu dois te saisir de l’éclairage et de l’illumination du Saint-Esprit, les suivre de près et coopérer de façon intime avec eux. En agissant ainsi, tu suivras le chemin le plus correct : le chemin sur lequel te guidera le Saint-Esprit. Prête particulièrement attention à la manière dont le Saint-Esprit façonne et guide ceux sur lesquels Il œuvre. Tu dois échanger souvent avec les autres, faire des suggestions et exprimer tes propres opinions, c’est là ton devoir et ta liberté. Mais en fin de compte, quand une décision doit être prise, si c’est toi seul qui rends le verdict final et qui amènes tous les autres à faire ce que tu leur dis de faire et à suivre ta volonté, alors tu enfreins les principes. Tu dois faire le bon choix en te basant sur ce que pense la majorité, puis prendre la décision. Si les suggestions de la majorité ne sont pas en accord avec les vérités-principes, tu dois t’accrocher à la vérité. Seul cela est en accord avec les vérités-principes. Si tu débites constamment des idées prétentieuses, que tu essaies d’exposer des théories sophistiquées pour impressionner les autres, mais qu’en réalité, tu sens dans ton cœur que c’est faux, alors ne te mets pas de force sous le feu des projecteurs. Est-ce là le devoir que tu devrais accomplir ? Quel est ton devoir ? (C’est faire tout ce qui est en mon pouvoir pour accomplir le devoir qui m’est confié, et ne parler que de ce que je comprends. Si je n’ai pas d’opinion propre, je dois apprendre à écouter davantage les suggestions de tous les autres, à discerner les choses avec sagesse, jusqu’à parvenir à coopérer harmonieusement avec tout le monde.) Si rien n’est clair pour toi et que tu n’as aucune opinion, apprends à écouter et à obéir, et à chercher la vérité. Voilà le devoir que tu devrais accomplir, voilà la bonne attitude. Si tu n’as aucune opinion propre et que tu crains constamment de paraître stupide, de ne pas être capable de te distinguer et d’être humilié, si tu crains d’être méprisé par les autres et de n’avoir aucune place dans leur cœur, et que tu t’efforces alors sans cesse de te mettre sous le feu des projecteurs, et que tu veux sans cesse débiter des idées prétentieuses, avancer des affirmations absurdes qui ne correspondent pas à la réalité, mais que tu voudrais que les autres acceptent, es-tu en train d’accomplir ton devoir ? (Non.) Qu’es-tu en train de faire, alors ? Tu te montres destructeur. Quand vous remarquez qu’une personne agit constamment de cette manière, vous devez lui fixer des limites. Et comment doit-on fixer ces limites ? Il n’est pas nécessaire que vous réduisiez totalement au silence cette personne, ni que vous la priviez de toute occasion de parler. Vous pouvez la laisser échanger, et elle ne devrait pas être exclue, mais tout le monde autour d’elle doit faire preuve de discernement. Voilà le principe. Par exemple, si quelqu’un avance un point de vue incorrect qui s’aligne complètement sur les notions et l’imagination de l’homme, et que la majorité soutient cette personne et est d’accord avec elle, mais que quelques individus qui ont un peu de discernement peuvent déceler que son point de vue est altéré par sa volonté, ses ambitions et ses désirs, alors ces individus doivent exposer cette personne et l’amener à réfléchir sur elle-même et à se connaître. Voilà la façon correcte d’aborder les choses. Si personne ne fait preuve de discernement ou n’exprime son opinion, et que tout le monde se contente d’agir comme des béni-oui-oui, tous ces gens finiront inévitablement par lécher les bottes de cette personne, par l’approuver et la soutenir, alimentant ainsi ses ambitions et ses désirs. Cette personne commencera alors à vraiment gagner du pouvoir au sein de l’Église. C’est alors que la situation devient dangereuse, car cette personne pourrait s’allier à ceux qui la soutiennent, et constituer une force à part entière qui fera le mal et perturbera le travail de l’Église. Ainsi, cette personne se sera engagée sur le chemin des antéchrists. Une fois qu’elle aura pris le contrôle de l’Église, elle deviendra un antéchrist et commencera à établir son propre royaume indépendant.

Extrait 41

Dans la maison de Dieu, tous ceux qui poursuivent la vérité sont unis devant Dieu, et non divisés. Ils s’efforcent tous d’atteindre un même objectif : ils veulent remplir leur devoir, faire le travail qui leur incombe, agir conformément aux vérités-principes, faire ce que Dieu leur demande de faire, et satisfaire Ses intentions. Si ton objectif ne sert pas cela, mais qu’il sert tes propres intérêts, la satisfaction de tes désirs égoïstes, alors il s’agit là de la révélation d’un tempérament satanique corrompu. Dans la maison de Dieu, les devoirs sont faits conformément aux vérités-principes, alors que les actes des non-croyants sont gouvernés par leurs tempéraments sataniques. Il s’agit là de deux chemins très différents. Les non-croyants n’écoutent qu’eux-mêmes, ils ont chacun leurs propres buts et leurs propres projets, tous vivent pour leurs propres intérêts. C’est la raison pour laquelle ils se démènent pour leur propre intérêt et qu’ils sont réticents à renoncer à la moindre parcelle de ce qu’ils gagnent. Ils sont divisés, et non unis, parce qu’ils ne poursuivent pas un objectif commun. L’intention et la nature derrière ce qu’ils font sont les mêmes. Ils ne pensent qu’à eux. Aucune vérité ne règne dans tout cela. Ce qui règne, et ce qui domine dans tout cela, c’est un tempérament satanique corrompu. Ils sont contrôlés par leur tempérament satanique corrompu et ne peuvent pas s’en empêcher, et ils s’enfoncent alors de plus en plus profondément dans le péché. Dans la maison de Dieu, si les principes, les méthodes, les motivations et les points de départ de vos actes n’étaient pas différents de ceux des non-croyants, si vous étiez également utilisés, contrôlés et manipulés par un tempérament satanique corrompu, et si le point de départ de vos actes était vos propres intérêts, votre réputation, votre fierté et votre statut, alors vous n’accompliriez pas votre devoir différemment de la façon dont les non-croyants agissent. Si vous poursuivez la vérité, vous devez changer votre façon de faire. Vous devez abandonner vos propres intérêts, ainsi que vos intentions et vos désirs personnels. Vous devez d’abord échanger avec les autres sur la vérité quand vous faites quelque chose, et comprendre les intentions et les exigences de Dieu avant de vous répartir le travail, en vous demandant qui est bon et qui est mauvais dans tel ou tel domaine. Vous devez prendre en charge ce que vous êtes capables de faire et rester fidèles à votre devoir. Ne luttez pas et n’essayez pas de vous emparer des choses. Vous devez apprendre à faire des compromis et à être tolérants. Si une personne vient tout juste de commencer à accomplir un devoir ou qu’elle vient seulement d’acquérir les compétences nécessaires dans un domaine, mais qu’elle n’est pas à la hauteur de certaines tâches, tu ne dois pas la forcer. Tu dois lui confier des tâches un peu plus faciles. Elle obtiendra ainsi plus facilement des résultats dans l’accomplissement de son devoir. C’est cela être tolérant, patient et avoir des principes. Cela fait partie de ce que l’humanité normale devrait posséder, c’est ce que Dieu demande aux gens et c’est ce que les gens devraient pratiquer. Si tu es assez compétent dans un domaine et que tu travailles dans ce domaine depuis plus longtemps que la plupart des gens, alors on devrait te confier les tâches les plus difficiles. Tu dois accepter cela comme venant de Dieu et te soumettre. Ne sois pas difficile et ne te plains pas, en disant : « Pourquoi s’en prend-on à moi ? On donne les tâches faciles aux autres et on me donne les tâches difficiles. Essaie-t-on de me rendre la vie difficile ? » « Essayer de te rendre la vie difficile » ? Que veux-tu dire par là ? Les arrangements de travail sont adaptés à chaque personne. Ceux qui sont plus compétents en font davantage. Si tu as appris beaucoup de choses et que tu as beaucoup reçu de Dieu, tu dois recevoir un fardeau plus lourd ; non pour te rendre la vie difficile, mais parce que cela te convient parfaitement. C’est ton devoir, alors n’essaie pas de faire le difficile, ou de refuser, ou d’essayer d’y échapper. Pourquoi penses-tu que c’est dur ? Le fait est que si tu y mettais ton cœur, tu serais tout à fait à la hauteur de la tâche. Que tu penses que c’est dur, qu’on te traite de façon partiale, qu’on s’en prend à toi délibérément, c’est là la révélation d’un tempérament corrompu. C’est un refus de faire ton devoir, c’est ne pas l’accepter comme venant de Dieu. Ce n’est pas pratiquer la vérité. Quand tu fais le difficile dans l’accomplissement de ton devoir, en faisant tout ce qui est rapide et facile, en ne faisant que ce qui te met en valeur, c’est là un tempérament satanique corrompu. Que tu ne puisses pas accepter ton devoir ou te soumettre prouve que tu es encore rebelle vis-à-vis de Dieu, que tu t’opposes à Lui, que tu Le refuses et que tu L’évites. Il s’agit là d’un tempérament corrompu. Quand tu en viens à savoir qu’il s’agit là d’un tempérament corrompu, que dois-tu faire ? Si tu as le sentiment que les tâches confiées aux autres peuvent être terminées facilement, alors que celles qu’on te donne t’accaparent pendant longtemps et te demandent de faire des efforts de recherche, et que cela te rend malheureux, est-il juste que tu te sentes malheureux ? Certainement pas. Alors, que dois-tu faire quand tu perçois que ce n’est pas juste ? Si tu te montres résistant et que tu dis : « Chaque fois qu’on assigne des tâches, on me donne celles qui sont difficiles, salissantes et éprouvantes, et on donne aux autres celles qui sont rapides, faciles et très en vue. Pense-t-on que je suis simplement quelqu’un qu’on peut malmener ? Ce n’est pas une manière équitable de répartir les tâches ! » Si tu penses comme cela, tu as tort. Qu’il y ait ou non des déviations dans la répartition des tâches, et que ces tâches soient ou non réparties de façon raisonnable, qu’est-ce que Dieu scrute ? Ce qu’Il scrute, c’est le cœur d’une personne. Il examine si cette personne a de la soumission dans le cœur, si elle peut assumer des fardeaux pour Dieu et si elle aime Dieu. Évaluées à l’aune des exigences de Dieu, tes excuses ne sont pas valables, l’accomplissement de ton devoir n’est pas à la hauteur des attentes et la vérité-réalité te fait défaut. Tu ne fais preuve d’absolument aucune soumission et tu te plains dès que tu fais quelques tâches éprouvantes ou salissantes. Quel est le problème, ici ? Tout d’abord, ta mentalité est erronée. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que ton attitude vis-à-vis de ton devoir est erronée. Si tu penses constamment à ta propre fierté et à tes propres intérêts, si tu ne tiens pas compte des intentions de Dieu et si tu ne fais preuve d’absolument aucune soumission, alors ce n’est pas là avoir l’attitude correcte que tu devrais avoir vis-à-vis de ton devoir. Si tu te dépensais sincèrement pour Dieu et si tu avais un cœur qui aime Dieu, comment traiterais-tu les tâches qui sont salissantes, éprouvantes ou difficiles ? Tu aurais une mentalité différente : tu choisirais de faire tout ce qui est difficile à faire et tu chercherais à porter de lourds fardeaux. Tu prendrais en charge ce que les autres sont réticents à faire, et tu le ferais uniquement pour aimer Dieu et pour Le satisfaire. Faire cela te remplirait de joie et tu le ferais sans la moindre récrimination. Ce qui est salissant, éprouvant et difficile révèle les gens tels qu’ils sont. En quoi es-tu différent des gens qui ne prennent en charge que des tâches rapides et très en vue ? Tu ne vaux guère mieux qu’eux. N’en est-il pas ainsi ? C’est comme cela que tu dois considérer ces choses. Et donc, ce qui révèle le plus les gens tels qu’ils sont, c’est l’accomplissement de leur devoir. Certains disent des choses formidables la plupart du temps, ils affirment qu’ils sont prêts à aimer Dieu et à se soumettre à Lui, mais dès qu’ils rencontrent une difficulté dans l’accomplissement de leur devoir, ils donnent libre cours à toutes sortes de récriminations et de paroles négatives. Il est évident qu’ils sont hypocrites. Si une personne aime la vérité, alors, quand elle fait face à une difficulté dans l’accomplissement de son devoir, elle prie Dieu et cherche la vérité, tout en traitant son devoir sérieusement, même si celui-ci n’a pas été arrangé convenablement. Elle ne se plaindra pas, même si elle est confrontée à des tâches lourdes, salissantes ou difficiles, et elle pourra bien accomplir ses tâches et son devoir avec un cœur soumis à Dieu. Elle prend beaucoup de plaisir à le faire et Dieu est réconforté en voyant cela. Voilà le genre de personne qui reçoit l’approbation de Dieu. Si une personne devient susceptible et irritable dès qu’elle fait face à des tâches salissantes, difficiles ou éprouvantes, et qu’elle ne laisse personne la critiquer, une telle personne n’est pas quelqu’un qui se dépense sincèrement d’elle-même pour Dieu. Elle ne peut qu’être révélée et éliminée. Normalement, quand vous êtes dans ces états, êtes-vous capables de percevoir la gravité du problème ? (En partie.) Si vous percevez cela en partie, pouvez-vous renverser la situation par vos propres forces, votre propre foi et votre propre stature ? Tu dois inverser cette attitude. Tu dois d’abord penser : « Cette attitude est erronée. N’est-ce pas choisir à ma guise dans l’accomplissement de mon devoir ? Il ne s’agit pas là de soumission. Accomplir mon devoir devrait être quelque chose de joyeux, quelque chose qui est fait volontairement et avec plaisir. Pourquoi ne suis-je pas heureux et pourquoi suis-je contrarié ? Je sais très bien ce qu’est mon devoir et je sais que c’est ce que je devrais faire, pourquoi ne puis-je tout simplement pas me soumettre ? Je dois venir devant Dieu et prier, et arriver à connaître la révélation de ces tempéraments corrompus au fond de mon cœur. » Puis, en faisant cela, tu devrais prier : « Mon Dieu, je me suis habitué à être obstiné, je refuse d’écouter qui que ce soit. Mon attitude est erronée et je ne fais preuve d’aucune soumission. S’il Te plaît, discipline-moi et rends-moi soumis. Je ne veux pas être contrarié. Je ne veux plus me rebeller contre Toi. S’il Te plaît, émeus-moi et rends-moi capable de bien faire ce devoir. Je ne suis pas disposé à vivre pour Satan, je suis prêt à vivre pour la vérité et à la pratiquer. » Quand tu prieras comme cela, ton état intérieur s’améliorera et quand cet état s’améliorera, tu seras capable de te soumettre. Tu penseras : « Ce n’est pas grand-chose, en réalité. C’est seulement que j’en fais plus quand les autres en font moins, c’est ne pas me divertir quand eux se divertissent, ou bavarder oisivement quand ils le font. Dieu m’a donné un fardeau supplémentaire, un lourd fardeau, c’est Son estime à mon égard, Sa préférence vis-à-vis de moi, et cela prouve que je peux porter ce lourd fardeau. Dieu est si bon avec moi, et je dois être soumis. » Alors, ton attitude aura changé, sans que tu t’en rendes compte. Tu avais une mauvaise attitude quand tu as accepté ton devoir pour la première fois. Tu as été incapable de te soumettre, mais tu as vite pu renverser la situation et vite accepter l’examen et la discipline de Dieu. Tu as été capable de venir rapidement devant Dieu avec une attitude obéissante, une attitude d’acceptation et de pratique de la vérité, jusqu’à ce que tu sois capable d’accepter ton devoir dans son intégralité de Dieu et de l’accomplir de tout cœur. Il y a un processus de lutte dans tout cela. Ce processus de lutte est le processus de ton changement, le processus de ton acceptation de la vérité. Que les gens soient disposés et contents, qu’ils se soumettent sans hésiter à tout ce qui se présente à eux serait impossible. Si les gens pouvaient faire cela, cela signifierait qu’ils n’ont aucun tempérament corrompu, et ils n’auraient alors aucun besoin que Dieu exprime la vérité pour les sauver. Les gens se font des idées, ils n’ont pas les bonnes attitudes, ils sont dans des états erronés et négatifs. Tous ces problèmes sont bien réels, ils existent. Mais quand ces états négatifs et défavorables, ces émotions négatives et ces tempéraments corrompus prendront l’ascendant sur toi et contrôleront ton comportement, tes pensées et ton attitude, ce que tu feras, ta manière de pratiquer et le chemin que tu finiras par choisir dépendront de ton attitude vis-à-vis de la vérité. Tu éprouveras peut-être des émotions et tu seras peut-être dans un état négatif ou rebelle, mais quand ces choses apparaîtront au cours de l’accomplissement de ton devoir, elles seront rapidement inversées, parce que tu viendras devant Dieu, parce que tu comprendras la vérité, parce que tu chercheras Dieu et parce que ton attitude sera une attitude de soumission et d’acceptation de la vérité. Tu n’auras alors aucune difficulté à bien accomplir ton devoir et tu pourras vaincre la contrainte et le contrôle que ce tempérament satanique corrompu exerce sur toi. Finalement, tu réussiras à accomplir ton devoir et la commission de Dieu, et à obtenir la vérité et la vie. Le processus par lequel les gens accomplissent leur devoir et gagnent la vérité est aussi celui du changement de tempérament. C’est entièrement dans l’accomplissement de leurs devoirs que les gens reçoivent l’éclairage et l’illumination du Saint-Esprit et qu’ils comprennent la vérité et entrent dans la réalité. C’est aussi entièrement quand ils rencontrent des difficultés dans l’accomplissement de leurs devoirs qu’ils viennent souvent devant Dieu pour prier, pour chercher et pour saisir Ses intentions afin de résoudre ces difficultés, de sorte qu’ils puissent accomplir leurs devoirs normalement. C’est entièrement dans l’accomplissement de leurs devoirs que les gens sont disciplinés par Dieu et qu’ils vivent sous la direction du Saint-Esprit, qu’ils apprennent peu à peu à faire les choses conformément aux vérités-principes et qu’ils en viennent à accomplir leur devoir de manière satisfaisante. C’est alors la vérité qui prend les choses en main et qui gouverne dans ton cœur.

Pour certains hommes, peu importe le problème qu’ils pourraient rencontrer en accomplissant leurs devoirs, ils ne cherchent pas la vérité et agissent toujours en fonction de leurs propres pensées, de leurs notions, de leur imagination et de leurs désirs. Ils assouvissent constamment leurs propres désirs égoïstes et leurs tempéraments corrompus ont toujours le contrôle sur leurs actions. Ils peuvent sembler avoir toujours rempli leurs devoirs, mais parce qu’ils n’ont jamais accepté la vérité et sont incapables de faire les choses selon les vérités-principes, en fin de compte, ils ne parviennent pas à gagner la vérité et la vie et deviennent des exécutants dignes de ce nom. Alors, à quoi ces gens-là se fient-ils quand ils accomplissent leurs devoirs ? Ils ne se fient ni à la vérité ni à Dieu. Cette parcelle de vérité qu’ils comprennent n’a pas pris le contrôle de leur cœur ; ils se fient à leurs propres dons et talents, à toute connaissance qu’ils ont acquise ainsi qu’à leur propre volonté ou à leurs bonnes intentions, pour accomplir ces devoirs. Et dans ce cas, seront-ils en mesure d’accomplir leurs devoirs selon des normes acceptables ? Lorsque les gens comptent sur leur naturel, sur leurs notions et leur imagination, sur leur expertise et sur leur apprentissage pour accomplir leurs devoirs, bien qu’il puisse sembler qu’ils accomplissent leurs devoirs et ne commettent pas de mal, ils ne pratiquent pas la vérité et n’ont rien fait qui soit satisfaisant pour Dieu. Il y a aussi un autre problème qui ne peut être ignoré : pendant le processus d’accomplissement de ton devoir, si tes notions, ton imagination et tes désirs personnels ne changent nullement et ne sont jamais remplacés par la vérité, et si tes faits et gestes ne sont jamais conformes aux vérités-principes, alors quel en sera le résultat final ? Tu n’auras pas d’entrée dans la vie, tu deviendras un exécutant, ce qui accomplit les paroles du Seigneur Jésus : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7:22-23). Pourquoi Dieu appelle-t-Il ces gens qui font des efforts et qui rendent service des malfaiteurs ? Il y a un point dont nous pouvons être sûrs, c’est que, quels que soient les devoirs ou le travail que font ces gens-là, leurs motivations, leur élan, leurs intentions et leurs pensées résultent entièrement de leurs désirs égoïstes, et ils visent entièrement à protéger leurs propres intérêts et leurs perspectives, et à satisfaire leurs propres fierté, vanité et statut. Tout est centré autour de ces considérations et calculs, il n’y a pas de vérité dans leur cœur, ils n’ont pas un cœur qui craint Dieu et se soumet à Lui : c’est la racine du problème. Qu’est-ce qu’il est crucial pour vous, aujourd’hui, de poursuivre ? En toutes choses, vous devez rechercher la vérité et vous devez accomplir votre devoir correctement selon les intentions de Dieu et ce que Dieu demande. Si vous le faites, vous recevrez l’approbation de Dieu. Alors, qu’est-ce qui est spécifiquement impliqué dans l’accomplissement de votre devoir selon ce que Dieu demande ? Dans tout ce que vous faites, vous devez apprendre à prier Dieu, vous devez réfléchir aux intentions que vous avez, aux pensées que vous avez, et vous demander si ces intentions et pensées sont conformes à la vérité ; si ce n’est pas le cas, elles doivent être mises de côté, après quoi vous devez agir selon les vérités-principes et accepter l’examen de Dieu. Cela garantira que vous mettrez la vérité en pratique. Si vous avez vos propres intentions et objectifs et que vous êtes bien conscients qu’ils vont à l’encontre de la vérité et sont en contradiction avec les intentions de Dieu, mais que vous ne priez toujours pas Dieu et ne cherchez pas la vérité pour trouver une solution, alors c’est dangereux, il vous est facile de commettre le mal et de faire des choses qui s’opposent à Dieu. Si vous commettez le mal une ou deux fois et que vous vous repentez, alors vous avez encore l’espoir d’être sauvés. Si vous continuez à faire le mal, alors vous commettez toutes sortes d’actes malfaisants. Si vous ne pouvez toujours pas vous repentir à ce stade, alors vous avez un problème : Dieu vous rejettera ou vous abandonnera, ce qui signifie que vous risquez d’être éliminés. Les gens qui commettent toutes sortes d’actes malfaisants seront sûrement punis et éliminés.

Précédent: Paroles sur la connaissance de l’incarnation de Dieu

Suivant: Paroles sur la connaissance de soi

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp