Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La Parole apparaît dans la chair

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

Pratique (2)

Dans le passé, les gens se formaient pour « être avec Dieu et vivre dans l’esprit à chaque moment », ce qui, comparé à la pratique d’aujourd’hui, n’est qu’une simple formation spirituelle. Une telle pratique précède l’entrée des gens dans la bonne voie de la vie et est la plus superficielle et la plus simple de toutes les méthodes de pratique. C’est la pratique des premières étapes de la croyance des gens en Dieu. Si les gens vivent toujours par cette pratique, ils auront trop de sentiments et seront incapables d’entrer dans des expériences profondes et vraies. Ils seront simplement capables de former leur esprit en gardant leur cœur capable de se rapprocher de Dieu et ils auront toujours une joie profonde d’être avec Dieu. Ils seront limités à un petit monde de solidarité avec Dieu, incapable de saisir ce qui se trouve au plus profond des profondeurs. Les gens qui ne vivent que dans ces limites sont incapables de faire de grands progrès. À tout moment, ils sont susceptibles de crier : « Ah ! Seigneur Jésus. Amen ! » Quand ils mangent, ils crient : « Oh Dieu ! Je mange et Tu manges… » Et c’est comme cela presque tous les jours. C’est la pratique des temps passés, c’est la pratique de vivre dans l’esprit à chaque moment. N’est-ce pas vulgaire ? Aujourd’hui, quand c’est le temps de méditer les paroles de Dieu, tu devrais les méditer, quand c’est le temps de mettre la vérité en pratique, tu devrais la mettre en pratique et, quand c’est le temps d’accomplir ton devoir, tu devrais l’accomplir. Pratiquer comme cela est tellement libre, ça te libère. Ce n’est pas la façon de prier et de rendre grâce des anciens. Bien sûr, avant, c’est ainsi que les gens qui croyaient en Dieu étaient censés pratiquer, mais toujours pratiquer de cette façon est trop arriéré. La pratique du passé est la base de la pratique d’aujourd’hui. S’il y avait un chemin pour la pratique des temps passés, la pratique d’aujourd’hui sera beaucoup plus facile. Aujourd’hui donc, quand on parle d’« amener Dieu dans la vraie vie », à quel aspect de la pratique se réfère-t-on ? La « vraie vie » exige principalement que les gens possèdent l’humanité normale ; ce que les gens devraient posséder, c’est ce que Dieu leur demande aujourd’hui. Amener les paroles de Dieu dans la vraie vie est la signification réelle d’« amener Dieu dans la vraie vie ». Aujourd’hui, les gens devraient se munir principalement de ce qui suit : d’une part, ils doivent améliorer leur qualité, se faire instruire, augmenter leur vocabulaire et améliorer leur compétence en lecture ; et d’autre part, ils doivent mener la vie de gens normaux. Tu es juste de retour devant Dieu en quittant le monde et tu dois former ton esprit, former ton cœur pour être en paix devant Dieu. C’est ce qui est le plus fondamental et c’est aussi la première étape dans la réalisation de changements. Certaines gens sont capables de s’adapter dans leur pratique ; ils méditent la vérité tout en lavant leurs vêtements, en discernant les vérités qu’ils doivent comprendre et les principes qu’ils devraient mettre en pratique dans la réalité. D’une part, tu dois avoir une vie humaine normale, et d’autre part, il faut une entrée dans la vérité. C’est la meilleure pratique pour la vie réelle.

Dans le passé, les gens ont enduré beaucoup de difficultés, mais une partie était inutile, car une partie était des choses qui n’avaient pas besoin d’être pratiquées par l’homme. Quand ils amènent Dieu dans leur vraie vie, Dieu exige surtout que les gens adorent Dieu, poursuivent la connaissance de Dieu et accomplissent le devoir d’une créature de Dieu au milieu de l’humanité normale. Ils n’ont pas à prier Dieu dès qu’ils commencent à balayer le sol, se sentant redevables à Lui s’ils ne le font pas. La pratique d’aujourd’hui n’est pas comme cela ; elle est relaxe et facile ! On ne demande pas aux gens de se conformer à la doctrine. Chacun devrait agir selon sa stature individuelle : si ton mari ne croit pas, traite-le comme un incroyant et, s’il croit, traite-le comme un croyant. Ne te concentre pas sur l’amour et la patience, mais sur la sagesse. Certains sortent pour acheter des légumes et, en marchant, ils murmurent : oh, Dieu ! Quels légumes me permets-Tu d’acheter aujourd’hui ? Je demande Ton aide. Devrais-je choisir pendant que je fais les courses ? Ensuite, ils pensent : je ne choisirai pas ; Dieu demande que je Le glorifie, que je glorifie Son nom en toutes choses et que tous les gens témoignent, alors si le vendeur me donne quelque chose de vieux et sec, je rendrai quand même grâce à Dieu. Je supporterai ! Nous qui croyons en Dieu ne choisissons pas quels légumes acheter. Tu penses que faire cela est témoigner de Dieu, et après avoir dépensé un yuan pour acheter un vieux légume moisi, tu pries encore et dis : oh, Dieu ! Je mangerai quand même ce légume pourri ; tant que Tu m’acceptes, je le mangerai. Une telle pratique n’est-elle pas absurde ? N’est-ce pas suivre une doctrine ? Auparavant, les gens formaient leur esprit et vivaient dans l’esprit à chaque moment, et cela appartient à l’œuvre accomplie à l’ère de la Grâce. La piété, l’humilité, l’amour, la patience, l’action de grâces pour toutes choses : c’était ce qu’on demandait à tous les croyants à l’ère de la Grâce. En ce temps-là, les gens priaient Dieu en toutes choses ; ils priaient quand ils achetaient des vêtements et, lorsqu’ils étaient informés d’une assemblée, ils priaient aussi et disaient : oh, Dieu ! Me permets-Tu d’y aller ou non ? Si Tu me permets d’y aller, alors prépare un chemin aisé pour moi, que tout se passe en douceur. Et si Tu ne me permets pas d’y aller, s’il Te plaît, fais-moi manquer. Pendant qu’ils priaient, ils suppliaient Dieu. Après avoir prié, ils se sentaient mal à l’aise et n’y allaient pas. Il y avait aussi des sœurs qui, parce qu’elles craignaient d’être battues par leur mari incroyant quand il reviendrait, se sentaient mal à l’aise quand elles priaient et, parce qu’elles se sentaient mal à l’aise, elles n’allaient pas à l’assemblée. Elles croyaient que c’était la volonté de Dieu, alors qu’en fait, si elles y étaient allées, rien ne se serait passé. Le résultat est qu’elles manquaient une assemblée. Tout cela a été causé par l’ignorance propre des gens. Les gens qui pratiquent de cette manière vivent par leurs propres sentiments. Cette manière de pratiquer est erronée et absurde, elle est vague et contient trop de sentiments et pensées personnels. Si on t’informe d’une assemblée, alors vas-y et, si tu n’es pas informé, alors n’y va pas ; quand on t’informe, il n’est pas nécessaire de prier Dieu. N’est-ce pas simple ? Si, aujourd’hui, tu dois acheter un vêtement, alors vas-y et fais-le. Ne prie pas Dieu en disant : oh, Dieu ! Aujourd’hui, je dois acheter un vêtement, me permets-Tu d’y aller ou non ? Quel genre de vêtements devrais-je acheter ? Et s’il arrive qu’une des sœurs passe chez moi quand je suis partie ? Priant et méditant, tu te dis : « Je ne veux pas y aller aujourd’hui, une sœur passera peut-être. » Mais le résultat est que, le soir venu, personne n’est passé et tu as beaucoup manqué. Même à l’ère de la Grâce, cette façon de pratiquer était erronée et incorrecte. Et donc, si les gens pratiquent comme dans les temps passés, il n’y aura pas de changement dans leur vie. Ils seront simplement soumis et ne feront pas attention à la différenciation, et ne feront qu’obéir et endurer aveuglément. En ce temps-là, les gens se concentraient sur la glorification de Dieu, mais Dieu ne gagnait aucune gloire d’eux, car ils n’avaient rien manifesté et n’avaient pas changé. Ils se sont simplement subjugués et se sont limités selon leurs propres conceptions et même de nombreuses années de pratique n’ont apporté aucun changement dans leur vie ; ils ne savaient qu’endurer, être humbles, aimer, pardonner et n’étaient pas éclairés du tout par le Saint-Esprit. Comment pourraient-ils connaître Dieu ?

Les gens n’entreront sur la bonne voie de la croyance en Dieu que s’ils invitent Dieu dans leur vraie vie et dans leur vie humaine normale. Aujourd’hui, les paroles de Dieu vous guident et il n’est pas nécessaire de chercher et de tâtonner comme dans le passé. Quand tu pourras pratiquer selon ces paroles, et que tu pourras t’examiner et t’évaluer selon les états que j’ai signalés, alors tu pourras changer. Cela n’est pas une doctrine, mais ce que Dieu demande à l’homme. Aujourd’hui, Je te dis l’essentiel : ne te préoccupe que d’agir selon Mes paroles. Mes exigences à ton égard sont conformes aux besoins des gens normaux et Je te l’ai déjà dit ; si tu te concentres uniquement à pratiquer de cette manière, tu pourras être selon le cœur de Dieu. Aujourd’hui, c’est le temps de vivre dans les paroles de Dieu : les paroles de Dieu ont tout expliqué, tout a été rendu clair et, tant que tu vis selon les paroles de Dieu, tu mèneras une vie totalement libre et émancipée. Auparavant, quand tu emmenais Dieu dans ta vraie vie, tu expérimentais trop de doctrine et de cérémonie, tu priais Dieu même pour les plus petits problèmes, tu mettais de côté les paroles explicites, ne les lisais pas et consacrais tous tes efforts à chercher, avec pour résultat qu’il n’y avait aucun effet. Considère ce que tu portais, par exemple : lorsque tu priais, tu plaçais ce fait dans les mains de Dieu, demandant à Dieu de choisir un vêtement approprié pour toi. Dieu a entendu ces paroles et a dit : « Tu demandes que Je Me préoccupe de détails aussi insignifiants ? Où sont allées l’humanité et la rationalité normales que J’ai créées pour toi ? » Parfois, des hommes font une erreur dans leurs actions, ils croient qu’ils ont offensé Dieu et ils commencent à être enchaînés. Les états de certains hommes sont très bons, mais quand ils font quelque chose incorrectement, ils croient que Dieu les châtie. En fait, ce n’est pas l’œuvre de Dieu, mais de l’esprit même des gens. Parfois, il n’y a rien de mal dans ta façon d’expérimenter, mais d’autres disent que tu n’expérimentes pas correctement et donc, tu deviens piégé — tu deviens négatif et sombre à l’intérieur. Souvent, quand les gens sont passifs de cette manière, ils croient qu’ils sont châtiés par Dieu, mais Dieu dit : « Je ne fais pas l’œuvre du châtiment en toi, comment pourrais-tu Me blâmer ainsi ? » Les gens sont trop négatifs. Ils sont souvent trop sensibles et se plaignent souvent de Dieu. Dieu n’exige pas que tu souffres, mais tu te laisses tomber dans cet état. Il n’y a pas de valeur dans une souffrance comme celle-là. Parce que les gens ne connaissent pas l’œuvre accomplie par Dieu, en beaucoup de choses ils sont ignorants et incapables de voir clairement. En ces temps-là, ils sont pris au piège dans leur propre imagination, emmêlés de plus en plus. Certains disent que toutes choses et toutes affaires sont entre les mains de Dieu, alors Dieu pourrait-Il ne pas savoir quand les gens sont négatifs ? Bien sûr que Dieu le sait. Lorsque tu es pris au piège dans les conceptions humaines, le Saint-Esprit n’a aucun moyen d’œuvrer en toi. Plusieurs fois, certains sont pris au piège dans un état négatif, mais Je continue Mon œuvre. Que tu sois négatif ou proactif, tu ne Me retardes pas, mais tu devrais savoir que les nombreuses paroles que Je prononce et la grande quantité de travail que Je fais deviennent drues en fonction de l’état des gens. Quand tu es négatif, cela n’obstrue pas l’œuvre du Saint-Esprit. Au temps de châtiment et de mort, les gens étaient tous pris dans un état négatif, mais cela n’a pas arrêté Mon œuvre ; quand tu étais négatif, le Saint-Esprit a continué à faire dans les autres ce qui devait être fait. Tu peux t’arrêter pendant un mois, mais Je continue d’œuvrer ; quoi que tu fasses dans le futur ou au présent, cela ne peut pas arrêter l’œuvre du Saint-Esprit. Certains états négatifs viennent de la faiblesse humaine ; quand les gens sont vraiment incapables de faire quelque chose ou de le comprendre, ils deviennent négatifs. Par exemple, pendant les temps de châtiment, les paroles de Dieu ont parlé d’aimer Dieu à un certain point pendant le châtiment, mais tu t’en croyais incapable. Au cours de cet état, les gens se sentaient particulièrement chagrinés et se lamentaient ; ils se sentaient désolés que leur chair ait été sérieusement corrompue par Satan et que leur qualité soit si médiocre ; ils sentaient que c’était tellement dommage qu’ils soient nés dans cet environnement. Certains pensaient qu’il était trop tard pour croire en Dieu et connaître Dieu et qu’ils n’étaient pas dignes d’être rendus parfaits. Tous ces états sont normaux.

La chair de l’homme est de Satan, elle est pleine de tempéraments désobéissants, elle est déplorablement souillée, c’est quelque chose d’impur. Les gens convoitent trop la jouissance de la chair, il y a trop de manifestations de la chair et donc, Dieu méprise la chair jusqu’à un certain point. Lorsque les gens quittent les choses souillées et corrompues de Satan, ils gagnent le salut de Dieu. Mais s’ils restent incapables de se dépouiller de la souillure et de la corruption, alors ils seront encore sous le domaine de Satan. La connivence, la tromperie et la malhonnêteté des gens sont des choses de Satan ; en te sauvant, Dieu te sépare de ces choses et l’œuvre de Dieu ne peut pas mal tourner et elle est tout orientée à sauver les gens de l’obscurité. Lorsque tu as cru à un certain point et que tu peux te départir de la corruption de la chair, et que tu n’es plus enchaîné par cette corruption, n’as-tu pas été sauvé ? Quand tu vis sous le domaine de Satan, tu es incapable de manifester Dieu, tu es quelque chose de souillé et tu ne recevras pas l’héritage de Dieu. Une fois que tu as été purifié et rendu parfait, tu seras saint, tu seras normal et tu seras béni par Dieu et agréable à Dieu. L’œuvre accomplie par Dieu aujourd’hui, c’est le salut, et en plus, c’est le jugement, le châtiment et la malédiction. Elle a plusieurs aspects. Certaines des paroles de Dieu ne sont-elles pas le jugement et le châtiment, mais aussi la malédiction ? Je parle afin d’obtenir un effet, de faire en sorte que les gens se connaissent eux-mêmes, et non pour mettre les gens à mort ; Mon cœur est pour vous. Parler est l’une des méthodes par lesquelles J’œuvre. J’utilise des paroles pour exprimer le tempérament de Dieu et pour te permettre de comprendre la volonté de Dieu. Ta chair peut mourir, mais tu as un esprit et une âme. Si les gens n’avaient que la chair, alors il n’y aurait aucun sens à leur croyance en Dieu et il n’y aurait aucun sens non plus à toute cette œuvre que J’ai accomplie. Aujourd’hui, Je parle d’une chose et puis d’une autre. À un moment, Je suis extrêmement odieux envers les gens, et à un autre, Je suis extrêmement aimable ; Je fais cela pour changer ton tempérament et pour transformer tes conceptions.

Les derniers jours sont arrivés et les nations du monde sont en émoi ; il y a des désarrois politiques, des famines, des pestes, des inondations et des sécheresses qui apparaissent partout ; il y a une catastrophe dans le monde de l’homme et le ciel a envoyé le désastre. Ce sont des signes des derniers jours. Mais pour les gens, cela semble être un monde de gaieté et de splendeur, un monde qui le devient de plus en plus. Lorsque les gens regardent le monde, leur cœur y est attiré et plusieurs sont incapables de s’en tirer ; un grand nombre seront trompés par ceux qui se livrent à la tromperie et à la sorcellerie. Si tu ne t’efforces pas de progresser et que tu n’as pas d’idéaux, tu seras emporté par cette vague de péché. La Chine est le plus arriéré de tous les pays, c’est le pays où le grand dragon rouge gît enroulé sur lui-même ; il a le plus de gens qui adorent des idoles et qui se livrent à la sorcellerie, le plus de temples, et c’est l’endroit où résident des démons souillés. Il t’a donné naissance. Tu jouis de ses avantages et tu es corrompu et torturé par lui, mais, après une introspection, tu lui tournes le dos et tu es complètement gagné par Dieu. C’est la gloire de Dieu, et cette étape de l’œuvre a une grande signification. Dieu a fait une œuvre d’une si grande ampleur, a prononcé tant de paroles, et Il va finalement vous gagner complètement. C’est une partie de l’œuvre de la gestion de Dieu et le « butin » de la bataille avec Satan. Plus ces gens s’améliorent et plus la vie de l’Église est forte, plus le grand dragon rouge est écrasé. Ce sont des questions du monde spirituel, elles sont les batailles du monde spirituel et, quand Dieu sera victorieux, Satan sera couvert de honte et s’écroulera. Cette étape de l’œuvre de Dieu a une signification profonde. Une œuvre d’une telle ampleur sauve complètement ce groupe de gens ; tu échappes à l’influence de Satan, tu vis en terre sainte, tu vis dans la lumière de Dieu, et il y a le leadership et les conseils dans la lumière, et ensuite il y a un sens à ta vie. Ce que vous mangez et portez est différent d’eux ; vous jouissez des paroles de Dieu et vous menez une vie significative. Et de quoi jouissent-ils ? Ils ne jouissent que de l’héritage de leurs ancêtres et de « l’esprit national ». Ils n’ont pas la moindre trace d’humanité ! Vos vêtements, vos paroles et vos actions sont tous différents des leurs. Finalement, vous quitterez complètement la souillure, ne serez plus captivés par la tentation de Satan et gagnerez le soutien quotidien de Dieu. Vous devez toujours être prudents. Bien que vous viviez dans un endroit sale, vous n’êtes pas sales et vous pouvez vivre à côté de Dieu, recevant Son immense protection. Vous avez été choisis parmi tous sur cette terre jaune. N’êtes-vous pas les personnes les plus bénies ? En tant qu’être créé, tu devrais évidemment adorer Dieu et mener une vie qui a du sens. Si tu n’adores pas Dieu et que tu vis dans la chair impure, alors n’es-tu pas simplement une bête habillée en homme ? En tant qu’être humain, tu dois te sacrifier pour Dieu et supporter toute souffrance. Tu devrais accepter volontiers et avec assurance les petites souffrances auxquelles tu es soumis aujourd’hui et vivre une vie significative, comme Job, comme Pierre. Dans ce monde, l’homme porte les vêtements du diable, mange de la nourriture donnée par le diable, et travaille et sert sous le joug du diable, se pétrifiant dans sa saleté. Si tu ne saisis pas le sens de la vie ou du vrai chemin, alors quel est l’importance de ta vie ? Vous êtes des gens qui poursuivent le bon chemin, ceux qui cherchent à s’améliorer. Vous êtes des gens qui se lèvent dans la nation du grand dragon rouge, ceux que Dieu appelle justes. N’est-ce pas la vie qui a le plus de sens ?

Précédent:Pratique (1)

Suivant:Le mystère de l’incarnation (1)

Vous aimerez peut-être également