Sur les décrets administratifs de Dieu à l’ère du Règne

Tout d’abord, parlons de ce que sont les décrets administratifs et de la définition de ces décrets administratifs. C’est quelque chose qui doit être compris. Quand certains entendent parler de « décrets administratifs », ils se demandent : « Quel est le sens de ces décrets administratifs ? S’agit-il de statuts juridiques ? S’agit-il de règles ? S’agit-il d’un système ? D’un certain ensemble d’interdictions imposées au sein d’un clan ? S’agit-il de commandements ? De quoi s’agit-il, au juste ? » Les gens manquent de compréhension. Personne ne comprend exactement ce que sont ces décrets administratifs, ou comment ils fonctionnent. Les gens disent souvent : « Dieu a Ses décrets administratifs. Si tu es désobéissant, Dieu Se servira de ces décrets pour te contrôler et te punir », ils parlent à tort et à travers de « décrets administratifs » sans en comprendre la signification essentielle. Alors, que sont exactement les décrets administratifs ? Il s’agit d’une catégorie de paroles établie par Dieu, lesquelles paroles sont destinées à traiter la nature et le tempérament corrompu des gens afin de les contrôler. Les décrets administratifs ne sont ni des lois ni des statuts juridiques, et encore moins sont-ils comparables aux constitutions du monde humain. Il s’agit d’une série de paramètres définis par Dieu dans le but de garder le comportement des gens sous contrôle. Les détails des décrets administratifs abordent des questions telles que : comment craindre Dieu, comment Le vénérer, comment Lui obéir, comment agir en tant qu’être créé, comment agir en tant que personne, comment témoigner de Dieu et éviter de faire honte à Son nom. Les détails des décrets administratifs de Dieu abordent bien des choses. Certaines personnes disent : « L’Esprit de Dieu peut faire des choses. Il peut punir les gens et rendre à chacun ce qu’il mérite. Dieu a également dit la vérité pour instruire tout le monde. Pourquoi faudrait-il qu’il y ait des décrets administratifs ? » La vérité concerne l’entrée dans la vie des gens et la compréhension des tempéraments corrompus par les gens. Les décrets administratifs sont des stipulations clairement définies. Quel que soit ton état, quel que soit le genre de personne que tu es, si tu crois en Dieu, tu dois te conformer à tout ce qui est stipulé par les décrets administratifs au sein de la maison de Dieu. Si tu n’en es pas capable, ton nom sera barré et aux yeux de Dieu, tu deviendras quelqu’un à détester et à rejeter. En vérité, les décrets administratifs sont le strict minimum requis de ceux qui croient en Dieu, exactement comme lorsque les Israélites vénéraient l’Éternel en faisant des sacrifices et en observant le sabbat. À l’ère de la Loi, l’Éternel a accompli une certaine œuvre, Il a prononcé de nombreuses paroles et établi de nombreuses lois. Ces lois incluaient naturellement une grande partie de ce que les hommes devaient faire : comment ils devaient vénérer l’Éternel, par exemple, ou comment Lui faire des sacrifices, comment payer la dîme, faire des offrandes, et ainsi de suite. À l’époque, on parlait de lois à propos de tout cela, et au moment de l’ère de la Grâce, les stipulations équivalentes s’appelaient des commandements, et tout le monde devait y obéir. Maintenant, à l’ère du Règne, à cette étape de l’œuvre des derniers jours, les commandements d’une nouvelle ère ont été exprimés, et on les appelle désormais des décrets administratifs. À l’ère du Règne, ces commandements font partie des décrets administratifs. Cependant, les commandements de l’ère de la Grâce ne peuvent pas servir aujourd’hui de décrets administratifs, parce que ce que Dieu exige des hommes est différent à chaque ère.

Chaque ère a ses commandements, à chaque ère Dieu a des exigences et des critères différents vis-à-vis des hommes, des critères qui changent en fonction des changements d’ère et des exigences de l’œuvre de Dieu. Il serait inapproprié d’utiliser aujourd’hui certaines lois datant de l’ère de la Loi, même si, bien entendu, certaines conviennent encore. Quant aux commandements dont Jésus parlait à l’ère de la Grâce, la plupart conviennent à l’époque actuelle, mais pas tous. Certaines personnes disent : « Honorez votre père et votre mère, ne péchez pas, ne commettez pas l’adultère, ne vénérez pas des idoles : comment ces commandements pourraient-ils ne pas convenir ? » Je ne parle que de quelques-uns d’entre eux. Pour les commandements tels que « honorez votre père et votre mère », cela dépend des circonstances, alors ne vous y trompez pas. Certaines personnes absurdes disent : « Dieu a déclaré que les lois et les commandements antérieurs ont tous été abolis et que très peu d’entre eux peuvent encore être utilisés. » Tu ne dois pas transmettre cette compréhension. Répandre un tel message est une erreur et provoque des perturbations. C’est une interprétation erronée des paroles de Dieu. Ceux qui interprètent mal les paroles de Dieu offensent Son tempérament, et ceux qui offensent Son tempérament sont des démons. Quelle que soit l’époque, tu dois respecter le minimum requis pour avoir la décence d’un saint. Cela, à tout le moins, est nécessaire pour avoir la moindre ressemblance humaine. Ces lois et ces commandements ont tous été créés en fonction de l’ère et du contexte de l’époque et en fonction de l’œuvre et des besoins de l’homme de l’époque. À l’ère actuelle, Dieu a prononcé davantage de paroles et donné de nouvelles règles aux gens pour pouvoir les contrôler. C’est-à-dire qu’Il leur a donné des critères tels que : comment croire en Dieu, ce qu’ils doivent et ne doivent pas faire dans le cadre de leur foi en Dieu, et ainsi de suite. À l’ère de la Grâce, Jésus a dit : « Je ne suis pas venu pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. » Pourtant, par la suite, Il a aboli de nombreuses lois. Ces lois n’étaient pas adaptées à cette ère, elles ne convenaient pas à l’œuvre de cette époque et elles n’étaient pas appropriées pour l’environnement de cette époque, alors Il les a abolies. Aujourd’hui, bien entendu, elles ont encore plus besoin d’être abolies. De même, à la nouvelle ère, certains commandements du Nouveau Testament ont besoin d’être abolis, et certains doivent perdurer, parce que l’environnement de l’œuvre d’aujourd’hui est différent et que ce dont les gens ont besoin est différent. Chaque étape de l’œuvre est plus élevée que la précédente. Certaines personnes absurdes disent : « Le Seigneur Jésus a déclaré qu’Il était venu pour accomplir la loi, alors pourquoi en a-t-Il aboli et éliminé une si grande partie ? Pourquoi Ses actes ont-ils violé la loi ? » Son abolition était en fait un accomplissement. C’est parce que l’œuvre qu’Il a accomplie a produit ce genre de résultat, de sorte qu’il n’était plus nécessaire de respecter ces lois. Exactement de la même manière, après que Jésus a servi d’offrande expiatoire, il n’a plus été nécessaire de faire des offrandes expiatoires selon cette loi, parce que l’œuvre de Dieu ne suit aucune règle. Certaines lois et certains commandements peuvent être abolis et une nouvelle œuvre peut être utilisée à leur place. Si vous répandiez le message : « Tous les commandements antérieurs ont été abolis. Ils ne sont plus utiles », ce serait absurde. Aujourd’hui, Dieu a émis des décrets administratifs adaptés aux états et aux besoins de l’humanité. Certains se demandent : « Pourquoi Dieu émettrait-Il des décrets administratifs à chaque ère ? Cela a déjà été fait par le passé, les gens sont au courant et nous faisons ce qui nous est demandé. Cela devrait être terminé. Pourquoi continuer à en émettre de nouveaux ? » Dites-Moi, les hommes étant corrompus comme ils le sont maintenant, serait-il possible de ne pas émettre des décrets administratifs ? Les gens ont tous des tempéraments corrompus. Peuvent-ils obéir à Dieu alors qu’ils sont contrôlés par leur nature corrompue ? On ne peut pas soutenir qu’une fois qu’ils ont gagné la foi en Dieu et qu’ils sont capables de mettre à exécution les commandements et d’y obéir, ils deviennent saints et justes. Ce n’est pas ainsi que cela marche. Les gens ont des tempéraments corrompus et ils vivent sans cesse parmi ces tempéraments corrompus, si bien que des décrets administratifs adaptés restent toujours nécessaires pour garder leur conduite sous contrôle. Quand les gens violent pour de bon ces décrets administratifs, ils peuvent être disciplinés, soumis à des restrictions, ou ils peuvent être bannis et expulsés. Les conséquences sont de toutes sortes. À l’ère de la Loi et à l’ère de la Grâce, il y avait des lois et des commandements. Maintenant, à l’ère du Règne, en plus des commandements, il doit y avoir des décrets administratifs. Alors, quels sont les principaux décrets administratifs de l’ère du Règne ? Aujourd’hui, dix décrets doivent être émis.

1. L’homme ne doit pas se magnifier ni s’exalter. Il doit adorer et exalter Dieu.

« L’homme ne doit pas se magnifier ni s’exalter. Il doit adorer et exalter Dieu. » Ces quatre choses ne parlent en fait que d’un seul problème : quand les gens parlent, ils doivent prendre position en tant qu’êtres humains et ils ne doivent pas se vanter. Ne te vante pas d’avoir bien dirigé telle Église, ne te vante pas en disant qu’elle t’appartient et ne te vante pas que Dieu t’utilise et qu’Il Se montre particulièrement bon envers toi. Ne raconte pas des choses comme : « Dieu a mangé avec nous et bavardé avec nous. » Ces choses que tu dis ne sont pas en accord avec la réalité. Dieu traite tous Ses élus de la même façon. Tant qu’une personne n’a pas été exposée et bannie, Dieu a la même attitude envers tout le monde. Si Dieu a échangé sur la vérité avec toi, cela ne prouve pas que tu vaux mieux que les autres, mais plutôt qu’il s’est simplement trouvé que tu en as eu l’occasion. Alors, qu’est-il raisonnable de dire ? Si tu ne peux pas échanger sur la vérité et si tu es incapable d’apporter la vie à tes frères et sœurs, alors tu dois pratiquer l’introspection et te connaître toi-même, te disséquer toi-même, être capable de dire ce qui est dans ton cœur, t’ouvrir et te mettre à nu devant tout le monde. Mettre cela en pratique produira des résultats. S’ouvrir ne signifie pas se justifier. Cela veut dire présenter les motivations et les pensées incorrectes qui sont en toi pour qu’elles soient disséquées, afin que tout le monde, ensemble, en vienne à les connaître, ce qui permet aux autres également d’en tirer un bénéfice. En faisant cela, tu ne t’exaltes pas. Si tu te traites toi-même comme il convient et que tu occupes la place qui te revient, c’est-à-dire si tu peux mettre de côté et analyser tes propres motivations, mettre à nu les choses sales qu’il y a en toi et, ce faisant, si tu peux t’exposer toi-même, cela montre que tu es à l’endroit qui convient. J’ai constaté que de nombreux dirigeants ne sont capables que de sermonner les gens et de prêcher aux autres du haut de leur supériorité, et qu’ils ne peuvent pas communiquer avec eux sur un pied d’égalité. Ils ne sont pas capables d’interagir normalement avec les gens. Quand certaines personnes parlent, c’est toujours comme si elles faisaient un discours ou présentaient un rapport. Leurs paroles ne sont jamais dirigées que vers les états des autres, et elles ne s’ouvrent jamais à propos d’elles-mêmes. Elles ne dissèquent jamais leurs propres tempéraments corrompus, mais seulement les problèmes des autres, en les prenant comme exemples, grâce auxquels elles accordent la connaissance à tout le monde. Pourquoi font-elles cela ? Pourquoi prêchent-elles de tels sermons et disent-elles de telles choses ? C’est la preuve qu’elles n’ont absolument aucune connaissance d’elles-mêmes, qu’elles sont vraiment dépourvues de raison, qu’elles sont très arrogantes et satisfaites d’elles-mêmes. Elles pensent que leur capacité à reconnaître les tempéraments corrompus des autres prouve qu’elles sont au-dessus d’eux, qu’elles discernent mieux que les autres les gens et les choses, et qu’elles sont moins corrompues que les autres. Elles sont capables de disséquer et de sermonner les autres, mais incapables de se mettre à nu, de s’exposer ou de disséquer leurs propres tempéraments corrompus, de montrer leur vrai visage, ou de dire quoi que ce soit de leurs propres motivations. Elles ne font que sermonner les autres parce qu’ils se sont comportés de façon inappropriée. C’est se magnifier et s’exalter soi-même. Comment peux-tu être dirigeant et pourtant aussi déraisonnablement difficile ? Pourquoi, après avoir été nommé dirigeant d’une Église, réprimandes-tu les autres avec désinvolture, pourquoi te conduis-tu de façon arbitraire et agis-tu comme bon te semble ? Pourquoi ne tiens-tu jamais compte des conséquences de tes paroles, pourquoi ne considères-tu jamais ta propre identité ? Pourquoi agis-tu ainsi ? C’est parce que, même si tu es dirigeant, tu ne connais pas ton propre statut ou ta propre identité. S’arranger pour que tu sois dirigeant, c’est simplement t’élever et te donner l’occasion de pratiquer. Ce n’est pas parce que tu possèdes davantage de réalité que les autres ou parce que tu es meilleur que les autres. En fait, tu es comme tous les autres. Aucun d’entre vous ne possède la réalité et, à certains égards, tu es peut-être même plus corrompu que les autres. Alors, pourquoi crées-tu des problèmes de façon déraisonnable et pourquoi sermonnes-tu, réprimandes-tu et contrains-tu les autres arbitrairement ? Pourquoi forcer les autres à t’écouter, même quand tu as tort ? Qu’est-ce que cela prouve ? Cela prouve que tu n’es pas à l’endroit qui convient. Tu ne travailles pas depuis le point de vue d’un être humain, tu fais ton travail en adoptant la position de Dieu, en adoptant la position de quelqu’un qui se croit supérieur aux autres. Si ce que tu dis est correct et en accord avec la vérité, les autres peuvent t’écouter. Dans ce cas, c’est acceptable. Mais quand tu as tort, pourquoi forces-tu les autres à t’écouter ? En as-tu l’autorité ? Es-tu suprême ? Es-tu la vérité ? Quand certaines personnes vont quelque part pour prêcher l’Évangile et qu’elles voient que les gens et leurs conditions de vie à cet endroit ne sont pas à leur goût, elles finissent par prendre l’endroit en grippe et veulent aller ailleurs. Quelqu’un d’autre leur dira peut-être : « On a besoin de quelqu’un ici pour prêcher l’Évangile. Tu vas retarder le travail si tu pars. » Mais elles n’écoutent pas et insistent pour partir, en disant : « Alors, pourquoi ne restes-tu pas, toi ? Moi, il faut que je parte ! Vous devriez m’écouter et apprendre à obéir. » Elles préfèrent retarder le travail de l’Église pour pouvoir faire ce qu’elles veulent et choisir un endroit qui leur plaise. Elles font comme ça leur chante et exigent que les autres fassent tout ce qu’elles leur disent. Ne se magnifient-elles pas ? Ne s’exaltent-elles pas ? Ces gens ne sont-ils pas arrogants ? Dans leur devoir, ils suivent le plus possible leurs propres préférences, sans pratiquer la vérité le moins du monde. Donc, quand ils dirigent des gens, ils ne demandent pas à ceux qu’ils dirigent de pratiquer la vérité. Au lieu de ça, ils exigent que les autres écoutent ce qu’ils disent et suivent leurs façons de faire. Cela ne revient-il pas à leur demander qu’ils les traitent comme s’ils étaient Dieu et qu’ils leur obéissent comme s’ils étaient Dieu ? Possèdent-ils la vérité ? Ils sont dépourvus de vérité, pleins du tempérament de Satan et ils sont démoniaques. Alors pourquoi demandent-ils encore aux gens de leur obéir ? Est-ce que de telles personnes ne se magnifient pas ? Ne s’exaltent-elles pas ? De tels individus peuvent-ils amener les gens devant Dieu ? Peuvent-ils amener les gens à adorer Dieu ? Ils sont ceux à qui ils veulent que les gens obéissent. Quand ils agissent de la sorte, amènent-ils vraiment les gens à entrer dans les vérités-réalités ? Font-ils vraiment le travail qui leur a été confié par Dieu ? Non, ils essaient d’établir leur propre royaume. Ils veulent être Dieu, et ils veulent que les gens les traitent comme s’ils étaient Dieu et leur obéissent comme s’ils étaient Dieu. Ne sont-ils pas des antéchrists ? La voie des antéchrists a toujours été ainsi. Quel que soit le retard que ces antéchrists occasionnent dans le travail de la maison de Dieu et quelle que soit la mesure dans laquelle ils font obstacle ou nuisent à l’entrée dans la vie des élus de Dieu, tout le monde doit leur obéir et les écouter. N’est-ce pas la nature des démons ? N’est-ce pas le tempérament de Satan ? De tels gens sont des démons vivants sous une apparence humaine. Ils ont peut-être un visage humain, mais tout en eux est démoniaque. Tout ce qu’ils disent et font est démoniaque. Rien de ce qu’ils font n’est conforme à la vérité, rien de tout cela n’est ce que font les gens sensés, il ne fait donc aucun doute que ce sont les actions de démons, de Satan et d’antéchrists. Vous devez pouvoir le discerner clairement. Donc, quand vous agissez, quand vous parlez et interagissez avec les autres, et dans tout ce que vous faites dans la vie, vous devriez garder ce décret dans votre cœur : « L’homme ne doit pas se magnifier ni s’exalter. Il doit adorer et exalter Dieu. » Ainsi, des limitations sont imposées aux gens, qui n’iront pas jusqu’à offenser le tempérament de Dieu. Ce décret administratif est crucial, et vous devez tous bien réfléchir à ce qu’il signifie, à la raison pour laquelle Dieu exige cela de l’humanité, et à ce qu’Il veut obtenir. Examinez tout cela avec soin. Ne le laissez pas simplement entrer par une oreille et sortir par l’autre. Cela vous sera vraiment bénéfique.

2. Fais tout ce qui est bénéfique à l’œuvre de Dieu, et rien qui soit néfaste aux intérêts de l’œuvre de Dieu. Défends le nom de Dieu, le témoignage de Dieu et l’œuvre de Dieu.

Tu dois assumer la responsabilité de tout ce qui est lié aux intérêts de la maison de Dieu ou concerne le travail de la maison de Dieu et le nom de Dieu. Chacun de vous a cette responsabilité et cette obligation, et c’est là ce que vous devez faire.

3. L’argent, les objets matériels et tous les biens de la maison de Dieu sont les offrandes qui doivent être données par l’homme. Seuls le sacrificateur et Dieu peuvent jouir de ces offrandes, car les offrandes de l’homme sont pour la jouissance de Dieu. Dieu ne partage ces offrandes qu’avec le sacrificateur, et personne d’autre n’est qualifié ou n’a le droit de jouir d’aucune partie d’entre elles. Toutes les offrandes de l’homme (y compris l’argent et les biens matériels dont on peut jouir) sont données à Dieu, non à l’homme, et donc, l’homme ne doit pas jouir de ces choses ; si l’homme devait en jouir, alors il volerait des offrandes. Quiconque fait cela est un Judas, car, en plus d’être un traître, Judas s’est aussi servi de l’argent qui était mis dans la bourse.

Je dois expliquer ces paroles, sinon certaines personnes sont si éhontées et insensibles qu’elles en voleront des offrandes. À l’heure actuelle, dirigeants et ouvriers, à tous les niveaux de l’Église, sont en période d’essai temporaire. Ceux qui conviennent continueront à être utilisés, mais ceux qui ne conviennent pas seront renvoyés ou bannis. Ces postes ne sont pas définitifs. Ne croyez pas qu’être dirigeant ou ouvrier signifie que votre poste est définitif et que vous ne serez jamais renvoyé ou banni. Ne croyez pas naïvement cela. C’est un désir extravagant. Le prêtre n’est pas un dirigeant ordinaire. Il a le droit de servir Dieu directement, et les qualifications nécessaires pour le faire. Naturellement, c’est Dieu qui lui donne ce droit et ces qualifications. C’est exactement comme les prêtres de l’ère de la Loi. Ils pouvaient entrer dans le temple, mais personne d’autre ne le pouvait, et ils pouvaient manger les offrandes sacrificielles, alors que personne d’autre ne le pouvait. Aujourd’hui, à l’ère du Règne, quel genre de personne est ce prêtre ? Une personne qui, autrefois, aurait été connue sous le nom de prêtre est maintenant qualifiée de personne qui est utilisée par le Saint-Esprit. Alors, est-ce que cela vous décrit ? Vous n’êtes pas du tout des prêtres ! Ce prêtre est quelqu’un qui est utilisé par le Saint-Esprit, et aucune autre personne à part celle-ci ne peut profiter des offrandes. Nul autre n’en est digne. Si tu déclares que tu en es digne, tu fais cette déclaration de ton propre chef. Tu ne seras pas autorisé à profiter des offrandes. Elles ne te sont pas destinées.

Je vais parler davantage de votre situation. Pour les gens comme vous, dirigeants et ouvriers, qui font un travail spécifique dans les Églises, l’Église peut t’octroyer des frais de déplacement, mais l’Église n’est pas responsable de vos besoins quotidiens. Tu crois en Dieu, et se dépenser pour Dieu est volontaire. Si tu dis : « Je ne fais pas cela volontairement, c’est la maison de Dieu qui l’a arrangé », alors tu peux partir. Certains disent : « Dieu m’a appelé, Dieu voulait m’utiliser, alors je suis venu. Je ne suis pas venu volontairement. » Si tel est le cas, alors Je n’ai pas besoin de toi maintenant. Tu peux partir. Je ne force jamais les gens. Même si tu es ici volontairement, que tu sois retenu ou non dépend de tes qualifications. Si tu n’es pas qualifié, tu ne seras pas utilisé. On peut trouver quelqu’un d’autre pour te remplacer. Voilà le principe selon lequel la maison de Dieu utilise les gens. Aucune dérogation spéciale n’est accordée. L’argent de la maison de Dieu est dépensé pour son travail, il n’est pas destiné à subventionner la vie individuelle de chacun et il n’est pas non plus destiné au plaisir personnel des gens.

4. L’homme a un tempérament corrompu et, de plus, il possède des émotions. En tant que tel, il est absolument interdit à deux membres du sexe opposé de travailler ensemble sans être accompagnés quand ils servent Dieu. Quiconque est découvert le faisant sera expulsé, sans exception.

Certains frères ne veulent échanger qu’avec des sœurs, et même le faire seuls. Ils s’ouvrent aux sœurs quand ils échangent avec elles, mais refusent de le faire avec n’importe qui d’autre. Ces gens-là sont mauvais ! Certaines sœurs n’échangent pas avec les autres sœurs, ne s’ouvrent jamais à elles et cherchent exclusivement des frères avec qui échanger. Quel genre de personnes sont-elles donc ? Est-ce qu’aucune sœur ne pourrait vous soutenir ? Est-ce que pas une seule sœur n’échangerait avec vous ? Est-ce que toutes vous méprisent, est-ce qu’aucune ne peut s’entendre avec vous ? Ne pouvez-vous vous entendre qu’avec des frères ? Je pense que vous avez d’autres motivations ! Il y a des gens qui flirtent sans cesse avec le sexe opposé. C’est dangereux. Vous devez faire preuve de retenue, avoir de la perspicacité et user de raison. Les gens ont des tempéraments corrompus, alors ne vous livrez pas au plaisir de façon obscène. Vous devez faire l’objet d’une certaine retenue, et de cette façon, votre comportement s’améliorera. Sans retenue et sans crainte de Dieu, les gens deviennent follement dissolus. Une fois qu’ils violent les décrets administratifs, les conséquences sont graves, donc ils ne doivent jamais perdre de vue ce décret administratif.

5. Ne juge pas Dieu ni ne discute légèrement de choses relatives à Dieu. Fais ce que l’homme doit faire et parle comme l’homme doit parler, et ne dépasse pas les limites et ne les transgresse pas non plus. Veille sur ta langue et fais attention où tu mets les pieds afin d’éviter de faire quelque chose qui offense le tempérament de Dieu.

6. Fais ce qui doit être fait par l’homme, remplis tes obligations, assume tes responsabilités et sois fidèle à ton devoir. Puisque tu crois en Dieu, tu dois apporter ta contribution à l’œuvre de Dieu ; si tu ne le fais pas, alors tu es inapte à manger et boire les paroles de Dieu, et à vivre dans la maison de Dieu.

Le décret Six concerne les devoirs des êtres humains. Quelle que soit la manière dont tu es entré dans la vie antérieurement, quelle que soit la façon dont ta poursuite personnelle s’est déroulée et quels que soient ton calibre et ton humanité, tant que le travail de l’Église t’oblige à faire quelque chose, alors, quelles que soient les souffrances ou les difficultés, tu dois le faire. Si tu ne le fais pas, tu es inapte à rester dans la maison de Dieu. La maison de Dieu ne fournit pas gratuitement le gîte et le couvert, et n’abrite pas les bons à rien ! Si quelqu’un ne poursuit pas la vérité, il doit au moins pouvoir être un exécutant. S’il ne veut pas offrir le moindre service, ou s’il ne fait qu’un effort minime pour avoir de quoi manger, il doit être exclu, ses livres des paroles de Dieu doivent être repris et il doit être traité comme on traite les non-croyants. Au strict minimum, les gens doivent sincèrement croire en Dieu, avoir une certaine crainte de Dieu dans leur cœur et montrer certaines manifestations d’adoration de Dieu pour être dignes de rester dans la maison de Dieu. La maison de Dieu ne demande pas grand-chose aux gens. Tant que quelqu’un a une conscience et de la raison, qu’il peut comprendre et accepter la vérité, et être raisonnable dans son devoir, c’est suffisant. À tout le moins, ta conduite et ta façon d’agir doivent être acceptables. Tu dois avoir un minimum de crainte de Dieu dans le cœur et tu dois faire preuve d’une certaine obéissance à Son égard. Si tu ne peux même pas faire cela, alors tu devrais rentrer chez toi dès que possible et ne pas tergiverser dans la maison de Dieu. Si tu refuses de faire même le plus petit devoir et que tu veux seulement vivre aux crochets de la maison de Dieu, es-tu quelqu’un qui croit en Dieu sincèrement ? À Mon avis, un tel individu est un non-croyant, il n’est pas différent d’un incroyant. C’est écœurant à voir ! Si tu souhaites croire en Dieu, fais-le correctement, ou ne le fais pas du tout. La croyance en Dieu est volontaire. Personne ne te force. Si tu ne peux pas comprendre ce sujet minime, que dire de plus sur la croyance en Dieu ? La maison de Dieu ne veut pas de rebuts. L’Église n’est pas un dépotoir. Ceux qui n’ont même pas la plus simple acceptation de la vérité seront bannis et exclus ! La vérité règne dans la maison de Dieu. Si quiconque essaie de faire n’importe quoi ou provoque la moindre interruption ou la moindre perturbation, il doit être exclu et complètement banni.

7. En ce qui concerne le travail et les affaires de l’Église, en dehors de l’obéissance à Dieu, suis en tout les instructions de l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit. Même la moindre infraction est inacceptable. Sois absolu dans ta conformité et n’analyse pas le bien ou le mal ; ce qui est bien ou mal n’a rien à voir avec toi. Tu ne dois te préoccuper que de l’obéissance totale.

Tu dois écouter et obéir à l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit, quoi qu’il dise ou fasse. Fais ce qu’il t’a dit de faire, de la façon dont il t’a dit de le faire. Ne dis pas : « Dieu est-Il au courant ? Je dois demander à Dieu. » Tu n’as pas à demander, fais simplement ce que l’homme utilisé par le Saint-Esprit t’a dit de faire. Comprends-tu ? Il n’y a pas besoin de s’appesantir davantage là-dessus. Vous devez déjà comprendre tout cela clairement.

8. Les gens qui croient en Dieu doivent obéir à Dieu et L’adorer. N’exalte pas, n’admire pas qui que ce soit ; ne donne pas la première place à Dieu, la deuxième aux personnes que tu admires et la troisième à toi-même. Personne ne doit occuper une place dans ton cœur, et tu ne dois pas considérer les gens – en particulier ceux que tu vénères – comme étant à égalité avec Dieu ou comme s’ils étaient Ses égaux. C’est intolérable pour Dieu.

Certaines personnes se montrent particulièrement capables de prendre les trains en marche et de lécher les bottes des autres. Quand elles voient que Je complimente quelqu’un, que Je traite bien quelqu’un ou que Je passe souvent du temps à échanger avec quelqu’un, elles mettent un point d’honneur à lui lécher les bottes. Une notion a pris forme dans leur esprit : désormais, après Dieu, vient ce frère en particulier, et après eux, vient cette sœur en particulier. Tu ne dois pas avoir de gradations dans ta tête : Dieu vient en premier, quelqu’un en second, en troisième ou en quatrième… De tels classements servent-ils à quoi que ce soit ? N’est-ce pas exactement comme dans une cour impériale, où l’empereur vient en premier, le premier ministre en second, et un autre personnage officiel en troisième ? Pareils rangs n’existent pas dans la maison de Dieu, il n’y a que Dieu et les élus de Dieu, et les élus de Dieu ne doivent obéir qu’à Dieu et n’adorer que Lui ! En vérité, vous êtes tous égaux. Que vous ayez accepté Dieu en premier, ou par la suite, et quels que soient votre sexe, votre âge ou votre calibre, vous êtes tous égaux devant Dieu. N’adorez pas les gens et n’ayez pas une trop haute opinion de vous-mêmes. Ne créez pas de rangs ou de gradations. Si tu le fais, cela prouve que ce qui est dans ton cœur a été contaminé par de nombreuses notions humaines et par l’imagination humaine, et que tu es donc susceptible de violer les décrets.

9. Garde tes pensées tournées vers le travail de l’Église. Mets de côté les perspectives de ta propre chair, sois décisif sur les questions familiales, consacre-toi entièrement à l’œuvre de Dieu et mets l’œuvre de Dieu en premier et ta propre vie en second lieu. C’est la décence d’un saint.

10. Ceux de ta famille qui n’ont pas la foi (tes enfants, ton mari ou ton épouse, tes sœurs ou tes parents, etc.) ne doivent pas être forcés à se joindre à l’Église. La maison de Dieu ne manque pas de membres et il n’est pas nécessaire d’ajouter à son nombre des gens qui ne sont d’aucune utilité. Tous ceux qui ne croient pas volontiers ne doivent pas être conduits à l’Église. Ce décret s’adresse à tous. Vous devez vous observer les uns les autres, vous surveiller et vous rappeler ce décret ; personne ne peut le violer. Même quand les parents qui n’ont pas la foi se joignent à l’Église à contrecœur, il ne faut pas leur donner de livres ni un nouveau nom ; ces gens ne sont pas de la maison de Dieu, et leur entrée dans l’Église doit être entravée par tous les moyens nécessaires. S’il survient du trouble dans l’Église en raison de l’invasion des démons, alors tu seras toi-même expulsé ou des restrictions seront placées sur toi. En bref, tout le monde a une responsabilité à ce sujet, mais tu ne dois pas être imprudent ni l’utiliser pour régler des problèmes personnels.

Voilà les dix décrets administratifs de Dieu que les élus de Dieu doivent suivre à l’ère du Règne. Souvenez-vous de tous ces décrets.

Fin 1995

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

Contactez-nous par WhatsApp