« Les paroles de Dieu à l’univers entier : Chapitre 5 » | Extrait 238

L'œuvre que J'ai planifiée continue d'avancer sans un instant de sursis. Ayant pénétré dans l'ère du royaume et vous ayant porté dans Mon royaume comme Mon peuple, J'aurai d'autres exigences pour vous ; c'est-à-dire que Je commencerai à promulguer devant vous la constitution avec laquelle Je gouvernerai cette époque.

Puisque tu es appelé Mon peuple, tu dois être capable de glorifier Mon nom, c'est-à-dire de témoigner au milieu de l'épreuve. Si quelqu'un essaye de Me tromper et de Me cacher la vérité, ou de se livrer à de mauvaises affaires derrière Mon dos, ils seront chassés sans exception, renvoyés de Ma maison pour attendre réponse expéditive. Ceux qui M'ont été infidèles et désobéissants dans le passé et aujourd'hui se lèvent de nouveau pour Me juger ouvertement, ils seront aussi chassés de Ma maison. Ceux qui sont Mon peuple doivent constamment s'occuper de Mes fardeaux ainsi que chercher à connaître Mes paroles. Je vais éclairer seulement des gens comme ceux-là et ils vivront sûrement sous Ma direction et Mon illumination, ne recevant jamais le châtiment. Ceux qui, ne s'occupant pas de Mes fardeaux, se concentrent sur la planification de leur propre avenir, c'est-à-dire ceux qui ne visent pas à satisfaire Mon cœur par leurs actes, mais plutôt à quémander une aumône, ces hommes qui sont semblables à des mendiants, Je refuse absolument de les utiliser, parce que depuis le moment où ils sont nés, ils ne savent rien de ce que signifie se préoccuper de Mes fardeaux. Ce sont des gens dont le sens est anormal ; des gens comme cela souffrent de « malnutrition » du cerveau, et ont besoin de rentrer chez eux pour de la « nourriture ». Les gens de ce genre ne Me sont d'aucune utilité. Au sein de Mon peuple, tout le monde sera tenu de considérer Me connaître comme un devoir obligatoire à accomplir jusqu'à la fin, comme manger, s'habiller et dormir, quelque chose que l'on n'oublie jamais pour un moment, de sorte que finalement, Me connaître deviendra une habileté familière comme manger, quelque chose que tu fais sans effort, avec une main exercée. Quant aux paroles que Je dis, chacune doit être prise avec la plus grande certitude et entièrement assimilée ; il ne peut y avoir de demi-mesures superficielles. Quiconque ne fera pas attention à Mes paroles sera considéré comme s'opposant directement à Moi ; quiconque ne mangera pas Mes paroles ou ne cherchera pas à les connaître, sera considéré comme ne Me donnant pas d'attention et sera directement balayé hors de la porte de Ma maison. Car, comme Je l'ai dit par le passé, ce que Je désire n'est pas un grand nombre de personnes, mais quelques-unes de qualité. Sur une centaine de personnes, si une seule personne est capable de Me connaître par Mes paroles, alors Je jetterai volontiers toutes les autres pour Me concentrer à éclairer et illuminer celle-là seulement. De ce que tu peux voir, ce n'est pas forcément vrai qu'un plus grand nombre seul peut Me manifester, Me vivre. Ce que Je veux, c'est le blé (même si les grains ne sont pas pleins) et non pas l'ivraie (même si les grains sont assez pleins pour commander de l'admiration). Quant à ceux qui ne se soucient pas de chercher, mais plutôt se comportent de façon lâche, ils devraient partir d'eux-mêmes ; Je ne veux plus les voir, pour éviter qu'ils n'attirent la disgrâce sur Mon nom.

Extrait de « Chapitre 5 » des Paroles de Dieu à l'univers entier

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe