« Succès ou échec dépendent du chemin que l’homme emprunte » | Extrait 476

Pierre était un homme qui fut perfectionné. Ce n'est qu'après avoir connu le châtiment et le jugement, et bénéficié ainsi d'un amour pur de Dieu, qu'il a été totalement perfectionné ; le chemin qu'il avait emprunté était le chemin qui allait l'amener à être perfectionné. Ce qui veut dire que, dès le début, le chemin que Pierre avait emprunté était le bon, et il avait une bonne motivation pour croire en Dieu, et par conséquent, il est devenu quelqu'un de perfectionné. Il a foulé un nouveau chemin sur lequel l'homme n'avait jamais marché auparavant, alors que le chemin que Paul avait emprunté depuis le début était le chemin de l'opposition au Christ, et c'est seulement parce que le Saint-Esprit avait voulu l'utiliser, et mettre à profit ses dons et tous ses mérites pour Son travail, qu'il a travaillé pour le Christ pendant plusieurs décennies. C'était simplement quelqu'un qui était utilisé par le Saint-Esprit, et il n'était pas utilisé parce que Jésus avait favorablement apprécié son humanité, mais pour ses dons. Il a pu travailler pour Jésus parce qu'il avait été frappé, non pas parce qu'il était content de le faire. Il a pu accomplir ce travail grâce à l'éclairage et le conseil du Saint-Esprit, et le travail qu'il a réalisé ne représente en aucun cas sa quête ou son humanité. Le travail de Paul représente le travail d'un serviteur, ce qui veut dire qu'il a fait le travail d'un apôtre. Pierre, pourtant était différent : Il a également fait un travail, mais qui n'était pas tout aussi grand que celui de Paul ; il a travaillé à chercher sa propre entrée, et son travail était différent du travail de Paul. Le travail de Pierre était l'accomplissement du devoir d'une créature de Dieu. Il n'a pas travaillé dans le rôle d'un apôtre, mais dans la course de sa quête pour un amour de Dieu. La course du travail de Paul renfermait également sa quête personnelle : sa quête ne visait rien d'autre que ses espérances pour l'avenir, et son désir pour une bonne destination. Il n'a pas accepté le raffinement au cours de son travail, de même qu'il n'a pas accepté l'émondage et le traitement. Il croyait que tant que le travail qu'il faisait répondait à la volonté de Dieu, et que tout ce qu'il faisait était agréable à Dieu, alors il avait droit à une récompense en fin de compte. Son travail n'était fondé sur aucune expérience personnelle – c'était pour son propre bien, et il ne s'inscrivait pas dans le cadre de la recherche du changement. Tout dans son travail était transaction, il ne comportait aucune tâche ou soumission reconnue à une créature de Dieu. Pendant qu'il accomplissait son travail, il ne s'est opéré aucun changement dans le tempérament de Paul. Son travail était simplement consacré à servir les autres, et ne pouvait pas opérer des changements dans son tempérament. Paul accomplissait son travail directement, sans avoir été perfectionné ou traité et était motivé par la récompense. Pierre était différent : c'était quelqu'un qui avait subi l'émondage, avait été traité et subi le raffinement. Le but et la motivation du travail de Pierre étaient fondamentalement différents de ceux de Paul. Bien que Pierre n'ait pas accompli un grand nombre de travail son tempérament a subi de nombreux changements, et ce qu'il cherchait c'était la vérité, et un véritable changement. Son travail n'était pas effectué pour le simple fait du travail lui-même. Bien que Paul ait accompli un immense travail, tout était le travail de l'Esprit-Saint, et même si Paul a collaboré à ce travail, il n'en a pas fait l'expérience. Que Pierre ait accompli beaucoup moins de travail c'était seulement parce que le Saint-Esprit n'avait pas beaucoup travaillé en lui. La quantité de leurs efforts ne détermina pas s'ils avaient été rendus parfaits ; l'un continuait pour recevoir des récompenses, alors que l'autre continuait pour parvenir à l'amour ultime de Dieu, et remplir son devoir en tant que créature de Dieu, jusqu'à ce qu'il puisse avoir une belle image de façon à satisfaire les désirs de Dieu. Extérieurement ils étaient différents, et leurs essences étaient également différentes. On ne saurait déterminer lequel des deux étaient perfectionnés sur la base de l'immensité du travail accompli. Pierre cherchait à vivre en donnant l'image de quelqu'un qui aime Dieu, qui obéissait à Dieu, quelqu'un qui a accepté le traitement et l'émondage et quelqu'un qui a rempli son devoir en tant que créature de Dieu. Il a pu se consacrer à Dieu, se confier totalement entre les mains de Dieu et Lui obéir jusqu'à la mort. Voilà ce qu'il s'était résolu à faire et, en outre, c'est ce qu'il a accompli. C'est ce qui justifie fondamentalement pourquoi en fin de compte sa fin fut différente de celle de Paul. Le travail que l'Esprit Saint fit en Pierre c'était de le perfectionner, et le travail que l'Esprit Saint fit en Paul était de l'utiliser. C'est parce que leurs natures et leurs points de vues par rapport à la quête étaient différents. Ils ont tous deux accompli le travail du Saint-Esprit. Pierre s'est appliqué ce travail à lui-même, et l'a également fourni à d'autres ; Paul, quant à lui, a réalisé l'intégralité de l'œuvre du Saint-Esprit sur d'autres personnes, et n'a rien gagné lui-même. De cette façon, après avoir fait l'expérience du travail du Saint-Esprit des années durant, les changements en Paul étaient presque inexistants. Il est resté pratiquement dans son état naturel, et était toujours le Paul d'auparavant. C'est simplement qu'après avoir enduré les difficultés de nombreuses années de travail, il avait appris à « travailler », et avait appris l'endurance, mais son ancienne nature – sa nature de quelqu'un de très intéressé et aimant extrêmement la compétition – a subsisté. Après avoir travaillé pendant tant d'années, il ne connaissait pas son tempérament de corrompu, de même qu'il ne s'était pas débarrassé de son ancien tempérament, et ceci se faisait voir clairement à travers son travail. En lui, il y avait simplement plus d'expérience, mais une si petite expérience seule ne pouvait pas le changer, et ne pouvait pas non plus changer les motivations qu'il avait sur l'existence ou l'importance de sa quête. Bien qu'il ait travaillé pour le Christ durant de nombreuses années, et qu'il n'ait plus jamais persécuté le Seigneur Jésus, dans son cœur, la connaissance qu'il avait de Dieu n'avait pas changé. Ce qui signifie qu'il n'a pas travaillé dans le but de se consacrer à Dieu, mais a été plutôt contraint à travailler pour sa destination future. Car, au début, il a persécuté le Christ, et ne s'est pas soumis au Christ ; c'était en soi un rebelle qui s'était délibérément opposé au Christ, et quelqu'un qui ne savait rien du travail du Saint-Esprit. Au terme de son travail, il ne savait toujours rien du travail du Saint-Esprit, et agissait simplement de son propre gré en vertu de sa propre nature, sans prêter la moindre attention à la volonté du Saint-Esprit. Et sa nature était donc en inimitié envers Christ et n'a pas obéi à la vérité. Une telle personne, qui avait été abandonnée par le travail du Saint-Esprit, qui ne connaissait pas le travail du Saint-Esprit, et qui s'était aussi opposée à Christ – comment une telle personne pourrait-elle être sauvée ? Que l'homme puisse être sauvé ou pas ne dépend pas de l'immensité du travail qu'il fait, ou de sa dévotion, mais reste plutôt déterminé par le fait pour lui de connaître ou pas le travail du Saint-Esprit, de pouvoir mettre en pratique ou pas la vérité et si ses points de vue par rapport à la quête sont conformes ou pas à la vérité.

Extrait de « Succès ou échec dépendent du chemin que l'homme emprunte »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe