« Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu » | Extrait 302

La source de la révélation du tempérament corrompu de l'homme n'est rien de plus que sa conscience engourdie, sa nature malveillante et sa raison malsaine ; si la conscience et la raison de l'homme sont capables de retourner à la normale, alors il deviendra apte à être utilisé par Dieu. C'est simplement parce que la conscience de l'homme a toujours été engourdie, que la raison de l'homme n'a jamais été saine et qu'elle est de plus en plus engourdie que l'homme est de plus en plus rebelle envers Dieu, de sorte qu'il a même cloué Jésus à la croix et a refusé au Dieu incarné des derniers jours l'accès à sa maison et il condamne la chair de Dieu, et voit la chair de Dieu comme vile et humble. Si l'homme n'avait qu'un peu d'humanité, il ne serait pas si cruel dans son traitement de la chair incarnée de Dieu ; s'il n'avait qu'un peu de raison, il ne serait pas si vicieux dans son traitement de la chair de Dieu incarné ; s'il n'avait qu'un peu de conscience, il ne serait pas si « reconnaissant » à Dieu incarné de cette manière. L'homme vit à l'ère de Dieu devenu chair, mais il est incapable de remercier Dieu de lui avoir donné une si bonne occasion, et plutôt maudit la venue de Dieu, ou ignore complètement le fait de l'incarnation de Dieu, et est apparemment contre elle et en est lassé. Indépendamment de la façon dont l'homme traite la venue de Dieu, en bref, Dieu a malgré tout toujours continué à faire Son œuvre, même si l'homme ne Lui a pas le moins du monde réservé bon accueil et Lui fait aveuglément des demandes. Le tempérament de l'homme est devenu extrêmement vicieux, sa raison est devenue extrêmement engourdie, sa conscience a été complètement bafouée par le malin et a depuis longtemps cessé d'être la conscience originelle de l'homme. L'homme n'est pas seulement ingrat envers Dieu incarné pour avoir accordé tant de vie et de grâce à l'humanité, mais il est même devenu aigri envers Dieu pour lui avoir donné la vérité ; c'est parce que l'homme n'a pas le moindre intérêt pour la vérité qu'il est aigri envers Dieu. Non seulement l'homme est incapable de donner sa vie pour Dieu incarné, mais il essaie aussi d'en soutirer des faveurs et revendique un intérêt qui est des dizaines de fois plus grand que ce que l'homme a donné à Dieu. Les gens d'une telle conscience et d'une telle raison tiennent tout cela pour acquis et croient toujours qu'ils se sont tellement dépensés pour Dieu et que Dieu leur a donné trop peu. Il y a des gens qui M'ont donné un bol d'eau, mais M'ont tendu la main et ont exigé l'équivalent de deux bols de lait, ou qui M'ont donné une chambre pour une nuit, mais ont essayé de Me facturer beaucoup plus en frais d'hébergement. Avec une telle humanité et une telle conscience, comment pourriez-vous encore vouloir gagner la vie ? Quels misérables indignes vous êtes ! C'est à cause de cette humanité et de cette conscience de l'homme que Dieu incarné erre à travers la terre, sans aucun endroit où S'abriter. Ceux qui sont dotés de conscience et d'humanité doivent adorer et servir Dieu incarné de tout cœur, non à cause de la quantité de travail qu'Il a accompli, mais même s'Il ne faisait pas du tout de travail. C'est ce qui devrait être fait par ceux qui sont sains de raison, et c'est le devoir de l'homme. La plupart des gens parlent même de conditions dans leur service à Dieu : ils ne se soucient pas qu'Il soit Dieu ou un homme, et ils ne parlent que de leurs propres conditions et poursuivent seulement la réalisation de leurs propres désirs. Quand vous cuisinez pour Moi, vous exigez des honoraires de chef, quand vous vous affairez pour Moi, vous demandez des honoraires d'affaires, quand vous travaillez pour Moi vous exigez des honoraires de travail, quand vous lavez Mes vêtements vous exigez des honoraires de blanchissage, quand vous faites des prestations pour l'Église vous exigez des coûts de recouvrement, quand vous donnez une conférence vous exigez des honoraires de conférencier, lorsque vous distribuez des livres vous exigez des frais de distribution, et lorsque vous écrivez vous exigez des frais d'écriture. Ceux avec qui J'ai traité M'exigent même des récompenses, tandis que ceux qui ont été renvoyés chez eux exigent des réparations pour les dommages contre leur nom ; ceux qui sont célibataires exigent une dot ou une compensation pour leur jeunesse perdue ; ceux qui tuent un poulet exigent des honoraires de boucher, ceux qui font frire la nourriture exigent des honoraires de friture et ceux qui font la soupe demandent un paiement pour cela aussi… C'est votre noble et grande humanité et ce sont les actions dictées par votre conscience enthousiaste. Où est votre raison ? Où est votre humanité ? Laissez-Moi vous dire ! Si vous continuez ainsi, Je cesserai de travailler parmi vous. Je ne travaillerai pas parmi un troupeau de bêtes en tenue humaine, Je ne souffrirai pas ainsi pour un tel groupe de gens dont la belle face cache un cœur féroce, Je ne supporterai pas pour une telle bande d'animaux qui n'a pas la moindre chance de salut. Le jour où Je vous tournerai le dos est le jour où vous mourrez, c'est le jour où les ténèbres viendront sur vous, et le jour où vous serez abandonnés par la lumière ! Laissez-Moi vous dire ! Je ne serai jamais bienveillant envers un groupe comme le vôtre, un groupe qui est même inférieur aux animaux ! Il y a des limites à Mes paroles et actions, et avec votre humanité et votre conscience telles qu'elles sont, Je ne ferai plus de travail, car vous manquez de conscience, vous M'avez causé trop de douleur et votre méprisable comportement Me dégoûte trop ! Les gens qui manquent tant d'humanité et de conscience n'auront jamais la chance du salut ; Je ne sauverais jamais de tels hommes sans cœur et ingrats. Quand Mon jour viendra, Je ferai pleuvoir Mes flammes brûlantes pour toute l'éternité sur les enfants de la désobéissance qui une fois ont provoqué Ma colère ardente ; J'imposerai Ma punition éternelle sur ces animaux qui une fois ont lancé des invectives contre Moi et M'ont abandonné, Je brulerai pour toujours dans les feux de Ma colère les fils de la désobéissance qui une fois ont mangé et vécu avec Moi, mais n'ont pas cru en Moi et M'ont insulté et trahi. Je soumettrai à Ma punition tous ceux qui ont provoqué Ma colère, Je ferai pleuvoir toute Ma colère sur ces bêtes qui une fois ont souhaité se tenir côte à côte avec Moi, mais ne M'ont pas adoré et ne M'ont pas obéi. La verge avec laquelle Je frappe l'homme tombera sur ces animaux qui une fois ont joui de Mes soins et des mystères dont J'ai parlé et qui ont essayé de soutirer de Moi des jouissances matérielles. Je ne pardonnerai à personne qui essaie de prendre Ma place ; Je n'épargnerai aucun de ceux qui tentent de Me retirer de la nourriture et des vêtements. Pour l'instant, vous êtes à l'abri des troubles et, continuez à être trop ambitieux dans les exigences que vous Me faites. Quand le jour de la colère arrivera, vous ne Me ferez plus d'exigences ; à ce moment-là, Je vous laisserai « jouir » de tout votre cœur, Je forcerai votre visage contre terre et vous ne pourrez jamais plus vous relever ! Tôt ou tard, Je vous rembourserai cette dette, et J'espère que vous attendez patiemment l'arrivée de ce jour.

Extrait de « Avoir un tempérament inchangé, c'est être en inimitié envers Dieu »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe