« Ceux qui n’apprennent pas et ne savent rien, ne sont-ils pas des bêtes ? » | Extrait 331

Depuis longtemps, vous reléguez dans un coin de votre esprit Mes enseignements répétés. Vous les envisagez même comme quelque jouet agréable pour votre temps libre, et vous les considérez toujours comme votre propre « amulette protectrice ». Quand Satan vous accuse, vous priez ; quand vous n'avez pas le moral, vous sommeillez ; quand vous êtes contents, vous allez et venez ; quand Je vous fais des reproches, vous hochez la tête et vous vous inclinez ; et quand vous Me quittez, vous éclatez de rire. Dans une foule, personne n'est au-dessus de toi, mais tu ne te figures jamais que tu es le plus arrogant de tous. Toujours, tu es hautain, suffisant et prétentieux. Comment de tels « jeunes hommes », « jeunes femmes », « messieurs âgés » et « dames âgées » si ignorants et qui n'apprennent rien pourraient-ils considérer Mes paroles comme un précieux trésor ? Alors, Je te demande à nouveau : qu'as-tu appris de Mes paroles et de Mon œuvre depuis toutes ces années ? Tu es devenu plus habile dans ta façon de tromper ? Plus raffiné dans ta chair ? Plus insouciant dans ton attitude vis-à-vis de Moi ? Je te le dis tout net : J'ai tellement œuvré, et pourtant, cela a accru ton courage, un courage qui était comparable à celui d'une souris. Ton appréhension vis-à-vis de Moi diminue, car Je suis trop bon et Je n'ai jamais sanctionné ta chair en étant violent : tu penses peut-être que Je ne fais que des remarques insolentes, mais plus souvent Je te souris et Je ne te blâme pratiquement jamais en pleine face, car Je te pardonne toujours ta faiblesse, et c'est seulement à cause de cela que tu Me traites aujourd'hui comme le serpent traite le bon paysan. Comme J'admire l'habileté, l'accomplissement des facultés d'observation des hommes ! Pour te dire la vérité, aujourd'hui il importe peu que ton cœur soit sans révérence. Je ne suis ni anxieux ni inquiet. Mais Je dois aussi te dire ceci : toi, la « personne de talent » ignorante et inculte, qui n'apprend pas, tu finiras par t'égarer dans l'ingéniosité insignifiante de ta propre valorisation. C'est toi qui souffriras et qui seras châtié. Je ne serais pas assez stupide pour t'accompagner alors que tu continues de souffrir en enfer, car Je ne suis pas de la même espèce que toi. N'oublie pas que tu es un être créé que J'ai maudit et que J'ai cependant instruit et sauvé. Il n'y a rien chez toi dont Je ne veuille Me départir. Dès que J'œuvre, Je ne suis contraint par personne, aucun événement, aucun objet. Mes attitudes et Mes opinions vis-à-vis du genre humain sont toujours restées les mêmes : Je ne t'aime pas beaucoup, car tu es une annexe de Ma gestion et tu ne présentes rien de plus exceptionnel que n'importe quoi d'autre. Voici le conseil que Je te donne : à tout moment, souviens-toi que tu n'es rien de plus qu'une créature de Dieu ! Tu peux vivre avec Moi, mais il faut que tu connaisses ton identité : n'aie pas une trop haute opinion de toi-même. Même si Je ne te fais pas de reproche, si Je traite avec toi ou si Je te souris, cela ne prouve pas que tu sois de la même espèce que Moi : il faut que tu saches que si tu es de ceux qui poursuivent la vérité, tu n'es pas la vérité elle-même ! Tu ne dois jamais cesser d'évoluer avec Mes paroles. Tu ne peux pas y échapper. Je te conseille d'essayer d'apprendre quelque chose pendant ce moment formidable, en cette rare opportunité. Ne te moque pas de Moi : Je n'ai pas besoin que tu recoures à la flatterie pour tenter de Me tromper. Quand tu Me cherches, ce n'est pas pour Moi, mais pour toi-même !

Extrait de « Ceux qui n’apprennent pas et restent ignorants ne sont-ils pas des bêtes ? »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe