Comment poursuivre la vérité (1) Partie 3

Quant à savoir comment tu dois exactement abandonner cette haine et cette colère passées dont nous avons discuté, un aspect est de voir clairement ces soi-disant non-humains, de voir clairement que leur nature-essence est celle des démons et de Satan, que leur l’essence est nuisible aux gens, que leur essence est identique à celle des démons, de Satan et du grand dragon rouge et qu’elle partage la même source, qu’ils te piègent, qu’ils te causent du mal, tout comme Satan corrompt l’humanité. Une fois que tu as compris ce point, n’abandonnes-tu pas quelque peu tes émotions de haine et de colère ? (Si.) Certaines personnes disent : « Il ne suffit pas de comprendre ces choses. Parfois, rien que d’y penser, je deviens triste ! » Que devrais-tu faire lorsque tu te sens triste ? Peux-tu être sans aucune tristesse du tout ? Les cicatrices laissent toujours leurs marques, mais avoir ces marques n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Ce sont précisément ces phénomènes d’injustice dans la société, et ces personnes, ces événements et ces choses qui font surgir en toi la haine et la colère, qui te permettent de ressentir l’injustice dans la société, qui te permettent de ressentir la malveillance, la méchanceté et le mal de l’humanité, et qui te permettent de ressentir l’injustice et la désolation du monde, provoquant ainsi le désir d’aspirer à la lumière et l’envie profonde que le Sauveur te sauve de toutes ces souffrances qui surgissent en toi. Alors, y a-t-il un contexte à ce désir ? (Oui.) Ce désir vient-il facilement ? (Non.) Si tu n’avais jamais été blessé parmi l’humanité ou dans la société, tu penserais qu’il y a beaucoup de bonnes personnes aux alentours. Si tu sors et trébuches et que quelqu’un vient t’aider à te relever, ou si tu fais des courses mais que tu n’as pas assez d’argent et que la personne qui est à côté de toi t’aide, ou si tu perds ton sac à main et que quelqu’un le trouve et te le rend, tu penseras qu’il y a beaucoup de bonnes personnes aux alentours. Dans cet état d’esprit et avec cette compréhension que tu as de la société, quelle compréhension auras-tu envers la signification du salut de l’humanité par Dieu ou la nécessité pour Dieu de faire l’œuvre du salut ? Dans quelle mesure ton désir que le Sauveur vienne te sauver de cet océan de souffrance sera-t-il grand ? Tu n’en auras pas une grande envie, n’est-ce pas ? Ce serait juste une sorte de souhait, une sorte de fantasme. Plus quelqu’un subit des difficultés et des souffrances dans le monde, subissant toutes sortes de traitements injustes, ou, pour le dire autrement, plus quelqu’un a vécu longtemps dans cette société et parmi les gens, quelqu’un en qui ont surgi une haine et une colère profondes envers l’humanité et la société, plus il souhaitera que Dieu mette fin à cette ère malfaisante le plus tôt possible, qu’Il détruise cette humanité malfaisante le plus tôt possible, qu’Il le sauve de cet océan de souffrance le plus tôt possible, qu’Il inflige un châtiment au méchant et protège le bon, n’est-ce pas ? (Oui.) Alors maintenant, à ce stade, tu réfléchis : « Oh, je dois vraiment remercier ces démons. Je dois les remercier pour leur traitement injuste et pour m’avoir discriminé, insulté et opprimé. Ce sont leurs actes mauvais et le mal qu’ils m’ont causé qui m’ont forcé à venir devant Dieu, qui m’ont fait ne plus désirer le monde ou la vie parmi ces gens et qui m’ont rendu disposé à venir dans la maison de Dieu, à venir devant Dieu, à me dépenser de mon plein gré pour Dieu, à consacrer toute ma vie, à vivre une vie qui a du sens et ne plus fréquenter des gens mauvais. Sinon, je serais encore comme eux, suivant les tendances du monde et poursuivant la renommée et le gain, la bonne vie, les plaisirs de la chair et un avenir merveilleux. Maintenant, je crois en Dieu, donc je n’ai plus besoin de suivre ce chemin tortueux. Je ne les regarde plus avec hostilité. Je vois clairement qui ils ont toujours été. Ils sont là pour exécuter du service, ce sont des faire-valoir de l’œuvre de Dieu. Sans eux, je ne pourrais pas voir quelle est exactement l’essence de ce monde et de cette humanité et je penserais encore que ce monde et cette humanité sont de plus en plus merveilleux. Maintenant que j’ai subi cette souffrance, je ne placerai plus mes aspirations et mes espoirs dans ce monde, ni entre les mains d’aucune personne éminente. Au lieu de cela, j’espère que le royaume de Dieu viendra et que l’équité et la justice de Dieu prendront le pouvoir. » Quand tu médites ainsi, tes émotions de haine et de colère ne sont-elles pas progressivement atténuées ? (Si.) Elles sont atténuées. Et ton point de vue et tes opinions sur les gens, les événements et les choses dans ton cœur n’ont-ils pas subi un changement ? Cela ne signifie-t-il pas que le chemin que tu suivras à l’avenir, tes choix et tes objectifs subissent progressivement un changement et que tu te tournes progressivement vers la poursuite des objectifs et de la direction corrects ? (Si.) Tu te souviens des choses qui se sont produites dans le passé, qui t’ont brisé le cœur et qui t’ont poussé à haïr le monde, et une fois que tu as clairement compris leur signification et leur essence, ton cœur se remplit de gratitude envers Dieu. Lorsque tu deviens rempli de gratitude, ne te plonges-tu pas alors dans la jouissance de celle-ci ? Ne penses-tu pas alors : « Ces non-croyants qui ne croient pas en Dieu sont encore induits en erreur, blessés et dévorés par le roi des diables lui-même, Satan. C’est tellement pitoyable ! Si je ne croyais pas en Dieu et n’étais pas venu devant Dieu, je serais comme eux, poursuivant le monde, courant à droite à gauche pour essayer d’obtenir la renommée, le gain et le statut, traversant tant de souffrances sans avoir jamais l’idée de changer de cap. Je serais plongé dans un péché inéluctable, quelle tristesse ! Maintenant que je crois en Dieu, je comprends la vérité et je peux voir clair dans cette affaire. Le chemin que les gens devraient suivre est celui de la poursuite de la vérité : c’est le plus précieux, le plus significatif. Maintenant que Dieu m’a montré une telle bonté pour que je n’aie plus à subir cette souffrance, j’établirai ma détermination à suivre Dieu jusqu’à la fin, à écouter Ses paroles, à vivre conformément à Ses paroles et à ne plus vivre comme je le faisais avant, quand je ne vivais pas du tout comme un être humain. » Tu vois, cette bonne aspiration est apparue, n’est-ce pas ? Les objectifs et la direction de la vie corrects n’ont-ils pas progressivement pris forme dans les pensées et la conscience des gens ? Et ne sont-ils pas maintenant capables de s’engager sur le bon chemin de la vie ? (Si.) Alors, lorsque ces émotions et aspirations positives surgissent, est-il encore nécessaire de penser à ces émotions négatives ? Après y avoir réfléchi pendant un moment ou à plusieurs reprises jusqu’à ce que tu les comprennes, lorsque ces questions ne perturbent plus ton esprit et ne contrôlent plus le chemin que tu suis, alors, sans t’en rendre compte, tu te détaches de ces émotions de haine et de colère. Elles n’occupent plus ton cœur et, avec le temps, tu résous le problème de ton tempérament corrompu. La question de la résolution de ton tempérament corrompu n’est-elle pas liée à la poursuite de la vérité ? (Si.) Et cela ne signifie-t-il pas que tu t’es engagé sur le bon chemin dans la vie ? Il n’est pas difficile de s’engager sur le bon chemin : tu dois d’abord abandonner tous tes points de vue divers sur le monde, sur l’humanité des gens et sur l’humanité qui ne concordent pas avec les faits. Comment peux-tu voir clairement ces points de vue qui ne s’accordent pas avec les faits ? Comment peux-tu les résoudre ? Ces points de vue qui ne concordent pas avec les faits sont cachés dans les émotions de ton cœur et ces émotions orientent le jugement et la pensée de ton humanité, ainsi que ton caractère, ton discours et tes actions, ainsi, bien sûr, que ta conscience et ta raison. Plus important encore, ils orientent et influencent tes objectifs dans la vie et le chemin que tu suis. Par conséquent, abandonne toutes les émotions négatives et abandonne toutes les émotions qui te contrôlent. C’est la première étape que tu devrais pratiquer en poursuivant la vérité. Résous d’abord le problème des diverses émotions négatives, résous-les au fur et à mesure que tu les découvres et ne laisse aucun problème derrière toi. Lorsque ces problèmes seront résolus, tu ne seras plus enchaîné, emportant ces émotions négatives avec toi dans ta poursuite de la vérité, et tu pourras chercher la vérité et la résoudre lorsque tu révéleras un tempérament corrompu. Est-ce une chose facile à réaliser ? Ce n’est en fait pas si facile.

Pendant que J’échangeais sur ces émotions négatives et les disséquais, avez-vous appliqué à vous-mêmes ce que Je dis ? Certains disent : « Je suis jeune et je n’ai pas beaucoup d’expérience de vie. Je n’ai jamais subi de revers ou d’échecs, ni subi de traumatisme. Cela ne veut-il pas dire que je n’ai pas d’émotions négatives ? » Tout le monde en a : chacun rencontrera de nombreuses difficultés et sera susceptible de susciter des émotions négatives. Par exemple, en raison du contexte des tendances néfastes de la société dans cette ère, de nombreux enfants grandissent dans des familles monoparentales, certains sans l’amour d’une mère, d’autres sans l’amour d’un père. Si quelqu’un est sans l’amour d’une mère ou d’un père, on peut considérer qu’il lui manque quelque chose. Quel que soit l’âge auquel tu as perdu l’amour de ton père ou de ta mère, du point de vue de l’humanité normale, cela aura un impact plus ou moins important sur toi. Certaines personnes se fermeront, certaines se sentiront inférieures, certaines deviendront irritables, certaines auront un sentiment de malaise et d’insécurité et certaines discrimineront et éviteront le sexe opposé. Dans tous les cas, ceux qui grandissent dans cet environnement particulier développeront, dans une plus ou moins grande mesure, certaines anormalités au sein de leur humanité normale. Pour parler le langage moderne, elles sont un peu déformées. Par exemple, les filles qui grandissent sans l’amour d’un père seront relativement inexpérimentées en ce qui concerne les hommes. Elles doivent apprendre à subvenir à leurs propres besoins élémentaires dès leur plus jeune âge, et même porter le lourd fardeau des finances familiales et des diverses tâches à accomplir, tout comme le font leurs mères, apprenant tôt, malgré elles, à se soucier et à s’occuper des choses, à se protéger et à protéger leur mère et leur famille. Elles ont une forte conscience de l’autoprotection et auront également un très fort sentiment d’infériorité. Sans s’en rendre compte, une fois qu’elles ont grandi dans cet environnement particulier, elles sentent inconsciemment au plus profond de leur cœur qu’elles ont une déficience et c’est le sentiment qu’elles ont, que ce sentiment ait ou non déjà gravement affecté leur jugement ou leurs décisions dans le passé. En bref, une fois qu’une personne est adulte, des émotions négatives qui sont là depuis longtemps dirigeront ses pensées et il y aura toujours une raison pour qu’elles soient là. Par exemple, si des garçons, qui grandissent dans des familles monoparentales n’ont pas de père mais seulement une mère, apprennent dès leur plus jeune âge à assumer les tâches ménagères aux côtés de leur mère, leur caractère devient quelque peu maternel. Ils aiment s’occuper des filles et ressentent de la sympathie pour elles, ils se sentent solidaires envers les filles et aiment protéger les femmes et ils ont plutôt des préjugés envers les hommes. Il y en a qui ressentent même au plus profond d’eux-mêmes comme une légère aversion pour les hommes, ils les discriminent, croyant que les hommes sont tous incapables et irresponsables et qu’ils ne font pas ce qui est juste et convenable. Bien sûr, parmi ces personnes, certaines sont assez normales. Il est inévitable, cependant, que certaines aient des pensées particulières, irréalistes ou inappropriées sur les hommes ou les femmes, et celles-ci ont toutes des lacunes et des défauts dans leur humanité. Si quelqu’un découvre que tu as ce genre de problème et qu’il te le signale, ou si, en t’examinant toi-même, tu découvres et apprends que tu as toi-même ce genre de grave émotion négative et que cela affecte déjà tes choix et ta pratique dans ta façon de voir les gens et les choses, de te comporter et d’agir, alors tu devrais réfléchir sur toi-même et te connaître. Tu devrais discerner et résoudre cette émotion négative à la lumière des paroles de Dieu, t’efforcer de te débarrasser des liens, du contrôle et de l’influence de cette émotion négative, lutter pour empêcher le plaisir, la colère, le chagrin, la joie, la pensée, le jugement, la conscience et la raison de ton humanité d’être déformés, poussés à l’extrême ou poussés au-delà de leurs limites. Quoi d’autre ? Une fois que tu te seras efforcé d’empêcher ces choses de se produire, tu pourras vivre une vie normale avec la conscience et la raison de l’humanité normale et avec les instincts et le libre arbitre de l’humanité normale que Dieu a accordés à l’homme. Autrement dit, tu t’efforces de garder tes pensées, tes instincts, ton libre arbitre, ta capacité de jugement, ta conscience et ta raison dans le cadre de l’humanité normale prescrite par Dieu. Par conséquent, quelle que soit l’émotion négative qui te contrôle, tu as un problème avec cet aspect de ton humanité normale. Tu comprends cela, n’est-ce pas ? (Oui.)

La poursuite de la vérité par les gens est réalisée sur la base de la conscience normale, de la raison normale, de l’instinct et du libre arbitre normaux de l’humanité normale et de la gamme des émotions humaines normales. Tu vois, dans le cadre de l’humanité normale donnée à l’homme par Dieu, il n’y a rien d’extrême, rien d’excessif, rien de déformé, et il n’y a pas de clivage ni de perversion de la personnalité. Comment le fait d’être excessif se manifeste-t-il ? Toujours penser que tu ne vaux rien, que tu n’es rien, n’est-ce pas excessif ? N’est-ce pas irréaliste ? (Si.) Tenir aveuglément les hommes en haute estime, croire que les hommes sont bons, que les hommes sont plus capables que les femmes, que les femmes sont incompétentes, que les femmes ne valent rien, qu’elles ne sont pas aussi capables que les hommes et que, dans l’ensemble, elles ne sont pas aussi bonnes que les hommes, n’est-ce pas excessif ? (Si.) Comment le fait de pousser les choses à l’extrême se manifeste-t-il ? C’est de toujours vouloir aller au-delà de ce que tu peux réaliser instinctivement et de toujours vouloir repousser tes limites. Certaines personnes en voient d’autres dormir cinq heures par nuit et ensuite être capables de travailler normalement toute la journée, alors il faut qu’elles dorment quatre heures par nuit et voient pendant combien de jours elles peuvent tenir. Certaines personnes voient d’autres personnes manger deux repas par jour et avoir une abondance d’énergie, être capables de continuer à travailler toute la journée, alors il faut qu’elles ne mangent qu’un repas par jour : n’est-ce pas physiquement nocif ? Quel est l’intérêt de toujours essayer de paraître plus capable que tu ne l’es ? Pour quelle raison rivalises-tu avec ta propre chair ? Certains, à la cinquantaine, ont les dents branlantes et ne peuvent même plus mâcher des os, ni mordre dans de la canne à sucre. Ils disent : « Ne t’inquiète pas, je peux perdre quelques dents, pas de problème, je vais juste continuer à mâcher ! Je dois surmonter cette difficulté. Si je n’essaye pas de la surmonter, alors je suis juste faible et inutile ! » N’est-ce pas pousser les choses à l’extrême ? (Si.) Tu as le sentiment que tu dois réaliser ce que tu ne peux pas réaliser et que ton humanité ne peut pas atteindre instinctivement. Tu ne peux pas l’atteindre avec ton talent, ta sagesse ou ta stature, ou avec les choses que tu as apprises, ou avec ton âge et ton sexe, mais même si tu ne peux pas l’atteindre, tu as toujours le sentiment que tu le dois. Certaines femmes surestiment leurs forces, disant : « Nous, les femmes, nous pouvons faire ce que les hommes peuvent faire. Les hommes peuvent construire des bâtiments, et nous aussi ; les hommes peuvent piloter des avions, et nous aussi ; les hommes peuvent être boxeurs, et nous aussi ; les hommes peuvent porter une centaine de kilos dans un sac, et nous aussi. » Mais à la fin, elles en sont tellement écrasées qu’elles crachent du sang. Essayent-elles encore de paraître plus capables qu’elles ne le sont ? N’est-ce pas extrême ? N’est-ce pas excessif ? Ces manifestations sont toutes extrêmes et excessives. Les personnes absurdes considèrent souvent les problèmes et voient les gens, les événements et les choses de cette manière, et c’est aussi de cette manière qu’elles abordent et résolvent les problèmes. Par conséquent, si les gens veulent résoudre ces manifestations excessives, ils doivent d’abord mettre un terme à ces choses extrêmes et les abandonner. Les plus graves de ces choses sont les diverses émotions extrêmes qui se trouvent au plus profond de leur cœur. Dans certaines circonstances, ces émotions les amènent fréquemment à avoir des pensées extrêmes et à utiliser des méthodes extrêmes, les amenant ainsi à s’égarer. Ces émotions extrêmes font non seulement paraître les gens idiots, ignorants et stupides, mais elles les font s’égarer et subir des pertes. Dieu veut une personne normale qui poursuit la vérité, et non une personne absurde, excessive et extrême. Pourquoi ? Les personnes extrêmes et enclines aux distorsions ne sont pas capables de comprendre correctement les choses, encore moins de comprendre purement la vérité. Les personnes fallacieuses et extrêmes utilisent également des moyens extrêmes pour comprendre, approcher et pratiquer la vérité : c’est très dangereux et très problématique pour elles. Elles subiront de grandes pertes, et cela déshonore aussi gravement Dieu. Dieu n’a pas besoin que tu repousses tes limites, ni que tu utilises des méthodes extrêmes et radicales pour pratiquer la vérité. Au contraire, dans des circonstances où ton humanité est normale à tous égards, et dans le cadre de l’humanité de ce que tu peux comprendre et réaliser, Il veut que tu mettes Ses paroles en pratique, que tu pratiques la vérité et que tu répondes à Ses exigences. Le but final est que ton tempérament corrompu change, que tu rectifies et changes progressivement toutes tes pensées et tes points de vue, que tu approfondisses de plus en plus ta compréhension des tempéraments corrompus de l’homme et ta connaissance de Dieu, rendant ainsi ta soumission à Dieu de plus en plus concrète et réelle : c’est ainsi que tu atteindras le salut.

Est-il significatif que J’échange sur la façon de lâcher prise sur les diverses émotions négatives ? (Oui.) Quel est Mon but en faisant cela ? C’est que, indépendamment du fait que ces diverses émotions négatives soient apparues il y a longtemps ou qu’elles surviennent maintenant dans le présent, tu es en mesure de les aborder correctement, de les dissiper et de les résoudre de la bonne manière, de laisser ces mauvaises émotions négatives derrière toi et d’en arriver progressivement au point où tu ne t’embourberas plus dans ces émotions négatives, quoi qu’il arrive. Lorsque les différentes émotions négatives resurgiront, tu auras de la conscience et du discernement, tu sauras quel mal elles te font et, bien sûr, tu devras aussi les abandonner progressivement. Lorsque ces émotions surviendront, tu seras en mesure de pratiquer la maîtrise de soi et d’appliquer la sagesse, et tu seras en mesure de les abandonner ou de chercher la vérité pour les résoudre et les gérer. Dans tous les cas, elles ne devraient pas t’empêcher d’adopter les manières, l’attitude et le point de vue corrects dans la façon dont tu vois les gens et les choses, et dans la manière dont tu te comportes et agis. De cette façon, les obstacles et les blocages sur ton chemin dans la poursuite de la vérité deviendront de moins en moins nombreux, tu pourras poursuivre la vérité dans le cadre de l’humanité normale requise par Dieu sans perturbation, ou avec toujours moins de perturbations, et tu résoudras les tempéraments corrompus que tu révèles dans toutes sortes de situations. As-tu maintenant une voie à suivre pour résoudre les différentes émotions négatives ? Tout d’abord, examine-toi en ce qui concerne la corruption que tu révèles, et vois si ces émotions négatives t’influencent à l’intérieur et si tu apportes ces émotions négatives dans ta façon de voir les gens et les choses, et de te comporter et d’agir. En outre, examine les questions qui sont profondément gravées dans ta mémoire, au plus profond de ton cœur, et vois si ces choses qui te sont arrivées ont laissé des cicatrices ou des marques, et si elles te contrôlent constamment pour que tu utilises les manières et méthodes correctes pour voir les gens et les choses, et pour te comporter et agir. De cette façon, lorsque les diverses émotions négatives qui ont surgi lorsque tu t’es senti blessé dans le passé sont déterrées, alors ce que tu devrais faire ensuite est de les disséquer, de les discerner et de les résoudre une par une selon la vérité. Par exemple, certains ont été promus plusieurs fois pour devenir dirigeants, mais ils ont été plusieurs fois remplacés ou réaffectés et une émotion très négative émerge en eux. Tout au long de ce processus de promotion, puis de remplacement et de réaffectation qui se répète, ils ne comprennent jamais pourquoi cela se produit et par conséquent, ils ne connaissent jamais leurs propres déficiences et défauts, leur propre corruption, ni la cause profonde des transgressions qu’ils commettent. Ils ne résolvent jamais ces problèmes, une impression demeure au plus profond d’eux et ils pensent : « C’est ainsi que la maison de Dieu utilise les gens. Quand tu es utilisé, tu es élevé, et quand tu ne l’es pas, tu es démis de tes fonctions. » Les personnes ayant ce genre de sentiment peuvent avoir une place dans la société où elles peuvent se défouler, mais dans la maison de Dieu, tu sens qu’il n’y a aucun endroit où tu peux te défouler, aucun moyen de te défouler et aucun environnement dans lequel te défouler, et donc tout ce que tu peux faire est de l’encaisser. Cette façon d’encaisser n’est pas un véritable lâcher-prise, mais c’est plutôt toi qui l’enfouis au plus profond de toi. Il y a des gens qui pensent qu’un jour ils accompliront bien leur devoir et que si leurs frères et sœurs le constatent, ils les choisiront pour être à nouveau dirigeants. Il y en a aussi qui souhaitent faire leur devoir tranquillement et ne veulent pas redevenir dirigeants, et ils disent : « Je ne serai pas dirigeant, peu importe qui me promeut. Je ne peux pas me permettre de perdre la face et je ne peux pas supporter cette douleur. La question de savoir qui devient dirigeant ou qui est remplacé n’a rien à voir avec moi. Je ne serai plus dirigeant, donc je n’aurai plus à endurer la souffrance et le sentiment d’être attaqué qui découlent du fait d’être remplacé. Je vais simplement bien faire mon travail et assumer cette responsabilité, et quant à la destination et à la fin qui m’attendent, je remets cela entre les mains de Dieu. Cela dépend de Dieu. » Quel genre d’émotion est-ce ? Il n’est pas tout à fait exact de dire que c’est de l’infériorité. Je pense qu’il est approprié de parler de dépression : dépression, découragement, être renfermé et oppressé. Ils pensent : « La maison de Dieu est un lieu où la justice est maintenue, et pourtant je suis souvent promu puis remplacé. Je me sens vraiment lésé, mais je n’ai aucun moyen de m’y opposer, alors je vais me soumettre ! C’est la maison de Dieu, dans quel autre lieu pourrais-je aller pour plaider ma cause ? Je suis habitué à vivre comme cela. Personne au monde ne pense beaucoup de bien de moi et c’est la même chose dans la maison de Dieu. Je ne vais tout simplement pas penser à la façon dont les choses seront à l’avenir. » Toute la journée ils sont déprimés, ils ne peuvent s’intéresser à rien, ils font de l’à-peu-près dans tout ce qu’ils font, ils font un peu ce qu’ils peuvent faire et rien d’autre : ils n’étudient pas, ils ne font aucun effort, ils ne réfléchissent profondément à rien et ils ne sont pas disposés à payer le prix. En fin de compte, ils s’épuisent très vite, l’enthousiasme qu’ils avaient au début se refroidit, ils pensent que rien n’a de rapport avec eux, et que ceux qu’ils étaient avant sont morts. N’est-ce pas du découragement ? (Si.) Quelqu’un leur demande : « Que penses-tu du fait d’être remplacé ? » Ils répondent : « Eh bien, mon calibre est médiocre. Que devrais-je ressentir ? Je ne le comprends pas. » Et l’autre personne leur demande : « Si tu devais être choisi à nouveau comme dirigeant, aimerais-tu l’être ? » Et ils répondent : « Oh, pourquoi voudrais-je l’être ? Ce n’est pas concret ! Mon calibre est médiocre et je ne peux pas satisfaire les intentions de Dieu. » Dire qu’ils sont désespérés et qu’ils ont renoncé n’est pas tout à fait réaliste. Ils se sentent simplement toujours démoralisés, déprimés, renfermés et découragés. Ils ne veulent dire à personne ce qu’ils ont sur le cœur, ils ne veulent pas être ouverts et ils ne veulent pas résoudre leurs propres problèmes, difficultés, états corrompus et tempéraments corrompus : ils continuent simplement à faire bonne figure. De quelle émotion s’agit-il ? (De la dépression.) Ils s’accrochent aussi à une idée : « Je ferai ce que Dieu me demande de faire et je travaillerai dur dans n’importe quel travail que l’Église arrangera pour moi. Si je ne peux pas terminer le travail, ne m’en voulez pas car ce n’est pas ma faute si j’ai un calibre médiocre ! » En fait, une telle personne croit vraiment en Dieu et a des résolutions. Elle ne quittera jamais Dieu, elle n’abandonnera jamais son devoir et elle suivra toujours Dieu. C’est juste qu’elle ne prête aucune attention à l’entrée dans la vie, ni à l’introspection, ni à la résolution de son tempérament corrompu. Quel genre de problème est-ce là ? Peut-elle obtenir la vérité en croyant de cette manière ? N’est-ce pas problématique pour elle ? (Si, ça l’est.) Il lui est impossible de dire qu’elle ne croit pas en Dieu, même si elle devait être battue à mort. Cependant, à cause de certaines circonstances particulières, parce qu’elle a fait l’expérience de situations et de scénarios particuliers et que certaines personnes particulières lui ont dit certaines choses, elle a été écrasée et s’est flétrie, de sorte qu’elle ne peut plus se relever et qu’elle ne peut plus rassembler aucune énergie. Cela ne montre-t-il pas qu’elle a des émotions négatives ? (Si.) Avoir des émotions négatives prouve qu’il y a un problème, et quand il y a un problème, tu devrais le résoudre. Il y a toujours un moyen et un chemin pour résoudre les problèmes qui devraient être résolus : ils ne sont pas insolubles. Cela dépend simplement si tu peux faire face au problème et si tu veux le résoudre ou non. Si tu le veux, alors il n’y a pas de problème si difficile qui ne puisse être résolu. Tu viens devant Dieu et tu cherches la vérité dans Ses paroles, et tu peux résoudre toutes les difficultés. Cependant, non seulement ton abattement, ta dépression, ton découragement et ton oppression ne peuvent pas t’aider à résoudre tes problèmes mais, au contraire, ils peuvent les aggraver et faire qu’ils deviennent de pire en pire. Croyez-vous cela ? (Oui.) Par conséquent, quelles que soient les émotions auxquelles tu t’accroches en ce moment ou celles dans lesquelles tu es tombé maintenant, J’espère que tu seras en mesure de laisser ces mauvais sentiments derrière toi. Quelles que soient les raisons ou les excuses que tu as, au moment où tu tombes dans une émotion anormale, tu tombes alors dans une émotion extrême. Lorsque tu es tombé dans cette émotion extrême, elle contrôlera certainement ta poursuite, tes résolutions et tes souhaits, ainsi, bien sûr, que les objectifs que tu poursuis dans la vie, et les conséquences en sont graves.

Enfin, il y a quelque chose que Je voudrais vous dire : ne laisse pas un sentiment mineur ou une émotion simple et insignifiante t’embrouiller pour le reste de ta vie au point d’affecter ton obtention du salut et de détruire ton espoir de salut, compris ? (Oui.) Cette émotion n’est pas seulement négative, pour être plus précis, elle est en fait en opposition avec Dieu et la vérité. Tu pourrais penser qu’il s’agit d’une émotion au sein de l’humanité normale, mais aux yeux de Dieu, ce n’est pas seulement une simple question d’émotion, mais une méthode d’opposition à Dieu. C’est une méthode marquée par des émotions négatives que les gens utilisent pour résister à Dieu, aux paroles de Dieu et à la vérité. Par conséquent, J’espère que, en supposant que tu veuilles poursuivre la vérité, tu t’examineras soigneusement pour voir si tu t’accroches à ces émotions négatives, si tu résistes obstinément et bêtement à Dieu et si tu rivalises avec Lui. Si tu as découvert la réponse grâce à l’examen, si tu es parvenu à une prise de conscience claire, alors Je te demande de commencer par abandonner ces émotions. Ne les chéris pas et ne t’y accroche pas, car elles te détruiront, elles détruiront ta destination et elles détruiront l’opportunité et l’espoir que tu as de poursuivre la vérité et d’atteindre le salut. C’est ici que Je terminerai cet échange pour aujourd’hui.

Le 24 septembre 2022

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp